Archives par mot-clé : web sémantique

Vers des humanités numériques « critiques »

Agrégé d’arts appliqués et ancien élève du département Design de l’ENS Cachan, Anthony Masure est maître de conférences en design à l’université Toulouse – Jean Jaurès, laboratoire LLA-CRÉATIS. Ses recherches portent sur les implications sociales, politiques et esthétiques des technologies numériques. Il a cofondé les revues de recherche Back Office et Réel-Virtuel. Son essai Design et humanités numériques a été publié en 2017 aux éditions B42.

Mention Cet article a été publié pour la première fois dans le quotidien d’idées AOC le 5 juillet 2018. Licence CC BY-SA.

Les humanités numériques, ces pratiques à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales, ne se sont que trop peu préoccupées de questions propres au design. Au-delà d’une approche utilitaire, la constitution d’archives et de corpus de connaissances en ligne est pourtant l’occasion de s’interroger sur les rôles que peuvent jouer les designers au sein de ces projets. Dans la situation contemporaine d’une numérisation du monde marquée par une oligarchie des plateformes, les humanités numériques et le design devraient ainsi œuvrer à dérouter la captation des connaissances et les déterminismes technologiques.

Des savoirs et pratiques hybrides

Les humanités numériques désignent communément un champ de recherche à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales (arts, lettres, histoire, géographie, etc.). Initiées dans les années 1950 grâce au traitement électronique de données permettant d’analyser de grands corpus de textes, les humanités numériques ne décollent vraiment qu’avec le développement du Web au début des années 1990 qui ouvre la voie à des collaborations transdisciplinaires et à la mise en ligne des résultats de recherche. De fait, la plupart des projets en humanités numériques s’incarnent dans des jeux de données interopérables (langages Web SQL, TEI/XML, etc.) et des sites Web dédiés (archives en ligne, visualisation de données, etc.). Ce n’est toutefois qu’en 2010, lors de l’événement THATCamp Paris, que la communauté francophone se fédère via la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » : ce texte collectif prend explicitement position pour une ouverture des connaissances hors des frontières académiques via l’utilisation de licences libres et de processus collaboratifs documentés.

Repenser les façons dont les savoirs se constituent et circulent engendre nécessairement des ruptures épistémologiques. La numérisation de documents antérieurs aux technologies numériques (d’encodage par les nombres) ne laisse pas indemnes les éléments de départ. Une fois encodés, les supports de connaissance se prêtent à de multiples utilisations et contextualisations et peuvent « exister dans des versions différentes, éventuellement en nombre illimité. Ce potentiel est une […] conséquence du codage numérique des médias et de [leur] structure modulaire » (Lev Manovich). De façon plus générale, les humanités numériques font vaciller et s’hybrider les délimitations universitaires. Les logiques de programmation propres à l’informatique voisinent avec celles – par exemple – des historiens, qui peuvent eux-mêmes être amenés à intervenir sur l’architecture de l’information. Apparaissent alors des problématiques mettant en jeu les méthodes de ces différents champs, voire des frictions entre la rationalité des langages formels informatiques et l’incertitude propre aux (vieilles) humanités.
Continuer la lecture de Vers des humanités numériques « critiques »

Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi.

En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

Par ailleurs, la dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Les conditions de production et de circulation du document dans la société et la culture sont marquées par une complète recomposition de l’écosystème documentaire en termes d’édition, d’usages de lecture et d’écriture, d’acteurs, de modèles économiques et de cadre politique et législatif.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

Journées « Histoire numérique et web sémantique », Brest 9-11 mai 2017

La Maison des sciences de l’Homme de Bretagne, le Centre François Viète, le Lab-STICC, le Centre européen de réalité virtuelle et le LARHRA organisent à Brest en collaboration avec la Maison des sciences de l’Homme de Bretagne du 9 au 11 mai 2017 les journées « Histoire numérique et web sémantique« .

Ces journées sont destinées aux participants du groupe de travail pour la constitution du consortium « Données pour l’histoire ». Ce groupe est ouvert à toute personne intéressée par l’histoire numérique et la modélisation des données, n’hésitez pas à nous contacter :

Aurélie Hess : aurelie.hess@univ-ubs.fr   /   Vincent Alamercery : vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Programme :

Mardi 9 mai

  • 14h-14h30 : Introduction aux journées
  • 14h30-15h15 : Le système d’autorité IdRefFrançois Mistral (ABES équipe IdRef)
  • 15h15-16h00 : La gestion des autorités aux Archives de FranceHélène Zettel (Archives de France)
  • 16h-16h30 : pause
  • 16h30-17h15 : Modélisation et alignement en CIDOC-CRM (présentation en anglais, discussion en français) – George Bruseker (FORTH ICS).
  • 17h15-18h15 : Projet d’extension du CIDOC-CRM pour l’histoireFrancesco Beretta (CNRS LARHRA)
  • 18h15-18h30 : Organisation des ateliers du lendemain

Mercredi 10 mai

  • 9h-12h : Ateliers en parallèle
    • Thématiques communes (mais discussion en petits groupes) : « Quel type de données je souhaite produire ? », « Quelle est la différence entre objets / entités temporelles ? », « Quelles difficultés je rencontre à modéliser mes données avec le CIDOC-CRM ? », dans le contexte de la modélisation des données en CIDOC-CRM / l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire / symogih.org.
  • 14h-14h30 : Bilan rapide des ateliers
  • 14h30-15h30 : Pause et visite du Centre européen de réalité virtuelle
  • 15h30-16h30 : Présentation de l’ontologie MASCARETRonan Querrec (ENIB CERV / Lab-STICC), Sylvain Laubé (UBO Centre François Viète)
  • 16h30-18h : Discussion, l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – animation Francesco Beretta

Jeudi 11 mai

  • 9h-11h30 : Discussion, le consortium et la plateforme en cours de développement : état d’avancement ; programmation des chantiers communs (modélisation et ontologies) ; perspectives et feuille de route ; planification d’une journée d’études en vue du lancement public du consortium.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Atelier ASSEMO 2017 – Articles scientifiques : savoir, évaluation et modélisation

Appel à contributions

Les articles scientifiques sont au cœur des débats, qu’il s’agisse des problématiques autour des formes d’évaluation de la recherche, de la détection d’articles générés automatiquement ou des bibliothèques scientifiques pirates. Ils montrent néanmoins les collaborations et réseaux, soulignent la reconnaissance et l’excellence et déterminent les carrières.

De nouveaux modèles et vecteurs de communications se dessinent à travers l’open-accès, et de nombreux débats ont lieu autour de l’édition, des dispositifs techniques, mais aussi des outils de recherches et d’extraction d’information, d’annotation sémantique et de fouilles textuelles.

Les réseaux jouent un rôle prépondérant avec les réseaux de co-citation, mais aussi selon le point de vue de la dynamique des collaborations scientifiques et des relations sociales de l’activité scientifique en contribuant à modifier la structure et les standards de l’article scientifique.

Ils peuvent aider les bibliothèques numériques à visualiser les tendances scientifiques ainsi que les relations et les influences des travaux et des auteurs. L’atelier se propose de faire le point sur les dernières évolutions tant du point de vue fondamental que des applications.

Cela est d’autant plus important que de nombreux ateliers, défis et campagnes d’évaluation traitant des métadonnées et/ou de l’analyse de texte intégral dans articles scientifiques ont émergé ces dernières années sur la scène internationale (ESWC Semantic Publishing Task 2014, Workshop on Scholarly Web Mining, Workshop on Mining Scientific Publications, Joint workshop on Bibliometric-enhanced IR and NLP for Digital Libraries, etc.) et nationale avec des initiatives comme le Defi EGC 2016 (Communauté EGC quelle histoire et quel avenir).

Objectifs

Cet atelier interdisciplinaire souhaite réunir les acteurs dont les publications et la production du savoir se trouvent être le centre d’intérêt de leurs travaux, que ce soit en informatique, en traitement automatique des langues, en science de l’information ainsi qu’en sociologie des sciences. Le but est le partage d’expérience et de savoir sur les problématiques liées à l’exploitation des articles scientifique.

Continuer la lecture de Atelier ASSEMO 2017 – Articles scientifiques : savoir, évaluation et modélisation