AAC – Les injonctions dans les institutions culturelles : prescriptions et ajustements

Colloque « Les injonctions dans les institutions culturelles : prescriptions et ajustements », 16 et 17 mai 2019 – MSH Paris Nord

Calendrier

  • Date limite d’envoi des propositions : 10 janvier 2019
  • Communication de la décision du Comité Scientifique : 1er mars 2019
  • Confirmation des participant·e·s de leur participation au colloque : 15 mars 2019
  • Journées de colloque : 16-17 mai 2019

Site officiel du colloque : https://injonctions.sciencesconf.org/

Appel à communication

Dans un contexte marqué par de nombreuses injonctions dans le domaine culturel, ce colloque propose d’interroger la nature et les modes d’existence des injonctions adressées aux institutions, aux professionnel·le·s et aux publicsQu’il s’agisse de directives ministérielles encourageant les théâtres à « passer au numérique », de discours journalistiques vantant la « créativité » d’un dispositif de médiation dans une bibliothèque, nous observons des logiques allant de l’accompagnement vers la prescription.

Ce colloque souhaite réunir des chercheur·e·s, des professionnel·le·s et des artistes autour d’axes de recherche favorisant l’expression d’une diversité d’approches : les imaginaires liés aux injonctions, la mutation des identités professionnelles qui en résultent, la circulation des discours injonctifs dans les arènes médiatiques et la place des publics face à ceux-ci.

Dans les années 1990, les institutions culturelles françaises connaissent un tournant communicationnel qui les amène à adopter un mode de fonctionnement gestionnaire. Par exemple, concernant les musées, Jean Davallon fait état des politiques culturelles qui prescrivent une évolution de leur fonctionnement en décrivant la focalisation de l’institution sur l’activité de présentation et de communication (Davallon, 1992 ; Le Marec, 2007).

Continuer la lecture de AAC – Les injonctions dans les institutions culturelles : prescriptions et ajustements

L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Michael K. Buckland est professeur émérite à la School of Information de l’Université californienne de Berkeley, et codirecteur de l’Electronic Cultural Atlas. L’expérience professionnelle de M. Buckland en tant que bibliothécaire et ses travaux sur les services d’information, en particulier la bibliographie, la conception des services en bibliothèques et le soutien à la recherche en ligne, se reflètent dans trois ouvrages: Library Services in Theory and Context, (2e éd., Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Redesigning Library Services (ALA, 1992). Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire des services d’information, notamment une biographie sur le créateur du premier moteur de recherche électronique : Emanuel Goldberg and his knowledge machine (Libraries Unlimited, 2006). Dans son dernier livre, Information and Society,  paru en 2017 chez  MIT Press, il nous livre une synthèse très concise de ce domaine complexe.

Remerciements

Ce texte, traduit de l’anglais, est le fruit d’une version légèrement révisée d’une conférence présentée le 16 mai 2018 lors d’une visite à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) à Lyon (Buckland 2018). Je remercie l’Enssib et le Professeur Pascal Robert pour leur hospitalité.

Des techniques bibliographiques permettant un accès sophistiqué aux publications imprimées ont été élaborées il y a longtemps. L’accès à d’autres médias a été plus lent à se développer. Deux anomalies qui concernent la portée de la bibliographie sont examinées ici. Donald F. McKenzie écrivait que la bibliographie devrait être étendue à toutes les autres formes de médias, par exemple des paysages importants sur le plan culturel, ou une pierre légendaire. La bibliothécaire Suzanne Briet et son élève Robert Pagès ont soutenu de leur côté, qu’un animal dans une cage pouvait aussi être un document. Ces exemples sont examinés en relation avec l’histoire et la théorie de la bibliographie, la relation entre les bibliographies et d’autres ouvrages de référence. On en conclut que pour certains domaines de la bibliographie, ces exemples ne sont pas pertinents. Mais ces exemples remettent en cause la limitation de la bibliographie aux documents imprimés.

Introduction

En 1892, Paul Otlet publie son premier article sur la bibliographie, intitulé « Un peu de bibliographie ». Dans cet essai, il pointe du doigt les insuffisances de la bibliographie de l’époque. Il débute ainsi :

La débauche de productions de toutes sortes à laquelle donne lieu de nos jours la culture des sciences dites morales, sociales et politiques, n’est pas sans effrayer ceux qui se préoccupent de la qualité plutôt que de la quantité (Otlet 1891-92, 254).

Otlet présentait la vision de ce qu’il pensait être nécessaire. Cette vision est ensuite devenue le travail de sa vie. Notre objectif est plus limité. Nous nous penchons sur deux anomalies qui visent la portée de la bibliographie. Ce sont deux cas dans lesquels des bibliographes très respectés ont affirmé que la bibliographie ne devrait pas s’étendre qu’aux seuls matériaux imprimés : il s’agit de l’exemple de Donald F. McKenzie sur la pierre de Gnoilya Tmerga et de l’antilope de Suzanne Briet dans un zoo. Ce sont des exemples intrigants. Dans chacun des cas, les auteurs apportent une justification. Cependant, ces suggestions semblent plutôt étranges, voire absurdes. Les deux propositions sont largement connues depuis plus de trente ans, et pourtant il  manque toujours des propositions pratiques pour les intégrer à la bibliographie.
Continuer la lecture de L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

AAC – Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

12ème Colloque international d’ISKO – Université Paul-Valéry Montpellier III, 9-11 octobre 2019

Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

Organisé conjointement par le Chapitre Français de l’ISKO et l’équipe de recherche Lerass-Ceric de l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Lieu du Colloque : Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Dates : 9-11 octobre 2019

Télécharger l’ACC sous format PDF

Site : http://www.isko-france.asso.fr/colloque2019/

Le chapitre français de l’ISKO a comme préoccupation majeure depuis sa création en 1996 la question de l’organisation des connaissances. Cette thématique a été traitée sous l’angle des structures d’organisation, des outils techniques de médiation mais aussi des formes et processus de partage des connaissances. Le douzième colloque d’ISKO-France abordera l’organisation, la classification et la gestion des connaissances en choisissant, comme point d’entrée, les données massives.

L’explosion des données a provoqué ce que certains considèrent comme de véritables mines d’or. Les données, lorsqu’elles sont traitées et organisées, permettent effectivement d’évaluer des ensembles d’activités humaines présentes sur le web. Depuis l’avènement du web social, les traces numériques “forment [en effet] une ‘matière première’ particulièrement profitable […]”(Boullier, 2015).

Les réflexions liées à l’ouverture, la communication, l’appropriation et la ré-exploitation de ces données sont des questionnements transversaux pour l’ensemble des acteurs socio-économiques concernés. Par ailleurs, aucun secteur d’activité n’échappe à cette effervescence. Les mégadonnées sont ainsi considérées comme des vecteurs d’une nouvelle révolution numérique qui impacte le développement socio-économique et politique de la société actuelle : la santé, le transport, l’énergie, l’innovation et le marketing, ou encore les politiques publiques par exemple. De nouvelles méthodes d’analyse et outils sont mobilisés pour exploiter ces données, l’équilibre entre “entre innovation et précaution” (Zolynski, 2015) étant fragile, entrainant avec eux un certain nombre d’interrogations et d’enjeux, notamment éthiques.

Continuer la lecture de AAC – Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin est élève conservatrice à l’ENSSIB (dcb27). Titulaire d’un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l’histoire de l’École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

Nombreux sont les projets qui, depuis une petite décennie, s’approprient le web de données pour exposer leurs données, les ouvrir et les partager. Heureuse initiative, car le décloisonnement des données permet d’entrevoir de nouvelles possibilités de fouilles textuelles, de croisement et d’exploitation de la documentation dans des perspectives de recherche à une échelle jusqu’ici jamais atteinte. Le présent article se propose de présenter un projet qui se situe dans cette perspective d’ouverture et de mise à disposition de données structurées. Par la fusion de deux référentiels issus d’institutions différentes, mais travaillant sur des thématiques communes, le projet Grand Siècle a pour objectif de rendre accessible un référentiel sur l’Ancien Régime de façon pérenne et interopérable. Nous avons pris le parti de ne pas développer l’aspect technique de cette fusion, mais de se concentrer sur l’aspect méthodique et les choix scientifiques qui ont présidé à l’élaboration de ces référentiels. Les aspects plus techniques pourront faire l’objet d’un autre article.

Cette initiative s’inscrit dans un élan plus étendu, puisque plusieurs outils (OpenTheso [1], Ginco[2]) et des vocabulaires dédiés (SKOS[3]) ont été mis à disposition pour permettre la publication de référentiels en utilisant les technologies du web de données. L’émergence de ces objets technologiques montre l’intérêt nouveau suscité par la normalisation, même s’il faut parfois s’accommoder de certaines limites. Car ces outils ne permettent pas – ce n’est pas leur rôle – de répondre aux interrogations que soulève ce type d’exercice classificatoire. Dans une entreprise de classement, il faut toujours se poser la question de ce que l’on veut laisser à voir, comment le laisser voir et pourquoi. Puisque classer consiste à figer une certaine vision du monde, comment organiser l’information pour qu’elle soit le reflet le plus fidèle d’une réalité ? Comment rendre compte de tous les savoirs, de toutes les bifurcations, de toutes les subtilités d’une réalité dans un modèle, certes complexe, mais immobile ? Exercice impossible, tout le monde en conviendra.

Alors, à quels choix doit-on se plier, quels sacrifices doit-on concéder, quels solutions ou rectificatifs peut-on envisager pour modéliser le moins mal possible cette réalité derrière laquelle s’engage la course ?

Cet article ne se propose pas de formuler de réponses à des questions qui n’en appellent pas, mais plutôt d’expliquer une démarche intellectuelle en proposant de revenir sur la définition des objets classificatoire et leur évolution dans un premier temps, puis d’exposer les choix qui ont été engagés pour classifier ces concepts et produire ce référentiel d’Ancien Régime dans un second temps.

Les systèmes classificatoires

De l’absolue nécessité d’ordonner

On pourrait définir un référentiel comme un outil servant à instrumenter les connaissances dans un champ délimité. Il organise la structuration et offre la normalisation d’un domaine de connaissance permettant à tous ceux qui s’y réfèrent de parler la même langue : grâce à des règles d’écriture (normalisation de la forme, syntaxe), de négociations de sens, une organisation hiérarchique ou sémantique entre les termes…

Les systèmes d’organisation des connaissances.
Diapo extraite de l’intervention de Gautier Poupeau sur le web sémantique
(École nationale des chartes, avril 2016).

Continuer la lecture de La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin

Marie Carlin est élève conservatrice à l'ENSSIB (dcb27). Titulaire d'un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l'histoire de l'École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

More Posts

Vers des humanités numériques « critiques »

Agrégé d’arts appliqués et ancien élève du département Design de l’ENS Cachan, Anthony Masure est maître de conférences en design à l’université Toulouse – Jean Jaurès, laboratoire LLA-CRÉATIS. Ses recherches portent sur les implications sociales, politiques et esthétiques des technologies numériques. Il a cofondé les revues de recherche Back Office et Réel-Virtuel. Son essai Design et humanités numériques a été publié en 2017 aux éditions B42.

Mention Cet article a été publié pour la première fois dans le quotidien d’idées AOC le 5 juillet 2018. Licence CC BY-SA.

Les humanités numériques, ces pratiques à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales, ne se sont que trop peu préoccupées de questions propres au design. Au-delà d’une approche utilitaire, la constitution d’archives et de corpus de connaissances en ligne est pourtant l’occasion de s’interroger sur les rôles que peuvent jouer les designers au sein de ces projets. Dans la situation contemporaine d’une numérisation du monde marquée par une oligarchie des plateformes, les humanités numériques et le design devraient ainsi œuvrer à dérouter la captation des connaissances et les déterminismes technologiques.

 

Des savoirs et pratiques hybrides

Les humanités numériques désignent communément un champ de recherche à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales (arts, lettres, histoire, géographie, etc.). Initiées dans les années 1950 grâce au traitement électronique de données permettant d’analyser de grands corpus de textes, les humanités numériques ne décollent vraiment qu’avec le développement du Web au début des années 1990 qui ouvre la voie à des collaborations transdisciplinaires et à la mise en ligne des résultats de recherche. De fait, la plupart des projets en humanités numériques s’incarnent dans des jeux de données interopérables (langages Web SQL, TEI/XML, etc.) et des sites Web dédiés (archives en ligne, visualisation de données, etc.). Ce n’est toutefois qu’en 2010, lors de l’événement THATCamp Paris, que la communauté francophone se fédère via la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » : ce texte collectif prend explicitement position pour une ouverture des connaissances hors des frontières académiques via l’utilisation de licences libres et de processus collaboratifs documentés.

Repenser les façons dont les savoirs se constituent et circulent engendre nécessairement des ruptures épistémologiques. La numérisation de documents antérieurs aux technologies numériques (d’encodage par les nombres) ne laisse pas indemnes les éléments de départ. Une fois encodés, les supports de connaissance se prêtent à de multiples utilisations et contextualisations et peuvent « exister dans des versions différentes, éventuellement en nombre illimité. Ce potentiel est une […] conséquence du codage numérique des médias et de [leur] structure modulaire » (Lev Manovich). De façon plus générale, les humanités numériques font vaciller et s’hybrider les délimitations universitaires. Les logiques de programmation propres à l’informatique voisinent avec celles – par exemple – des historiens, qui peuvent eux-mêmes être amenés à intervenir sur l’architecture de l’information. Apparaissent alors des problématiques mettant en jeu les méthodes de ces différents champs, voire des frictions entre la rationalité des langages formels informatiques et l’incertitude propre aux (vieilles) humanités.
Continuer la lecture de Vers des humanités numériques « critiques »

Vers l’édition scientifique 4.0 ? 8es Journées Médici – Avignon 18-20 septembre 2018

 

À l’ère du tout numérique, et à l’image du web, l’édition vit une évolution majeure vers de nouveaux paradigmes qui la sous-tendent. L’édition scientifique est passée par plusieurs étapes : « enrichie » puis « structurée », elle utilise désormais les technologies du web sémantique et du web de données, et continuera d’évoluer suivant les technologies et leurs applications. Elle vit également un bouleversement par la remise en cause des modèles économiques classiques. Son avenir se situe désormais dans sa capacité à gérer les connexions intelligentes entre le réel et le virtuel, entre les objets éditoriaux divers dont les standards seront ouverts et universels.

L’utilisateur/trice de la littérature scientifique sera au cœur du système : en contribuant, lisant, commentant, évaluant… C’est la notion même d’auteur/trice qui devra être revisitée, révélant sa capacité à connecter usages, données, savoirs et connaissances pour donner un sens « éditorial » aux résultats scientifiques. Dans ce contexte, quels seront nos métiers, comment interviendront les professionnel·le·s, quelle place tiendrons-nous dans ce dispositif ? Quels seront les outils de demain ? Quels seront les usages ? Comment conserverons-nous toutes ces données, leurs liens, leur interopérabilité ?

Beaucoup de questions auxquelles les 8es journées du réseau Médici tenteront d’apporter de précieux éclairages.

Programme :

Mardi 18 septembre

  • 9h30 – 12h00 – Communications : « Les outils d’édition structurée. Mise en contexte »
  • 14h20 – 15h30 – Retours d’expériences
  • 16h00 – 17h30 – Éclairages/Prospectives : « Vers l’édition scientifique 4.0 ? »

Jeudi 20 septembre

9h – 12h – Table ronde : « L’archivage de l’édition scientifique publique »

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journée d’étude « Revisiter le patrimoine en bibliothèque Valorisation, médiation et démocratisation » – 14 décembre 2018 à Médiadix

Journée d’étude co-organisée par Médiadix (CRFCB) et URFIST de Paris. Gratuité d’accès mais inscription obligatoire.

Public ciblé

Tout public

Programme

L’une des richesses des bibliothèques réside dans leurs collections patrimoniales. Mais du fait même de leur caractère précieux, inédit voire unique, ces collections restent encore souvent méconnues du grand public, tout en suscitant un réel intérêt et une curiosité scientifique, culturelle et artistique.

Rendre le patrimoine accessible et attrayant peut donc être un facteur possible de démocratisation des savoirs, mais aussi un ciment social autour d’un héritage, local et national, commun.

Repenser ce patrimoine et sa réception induit en outre une dynamique de la connaissance elle-même, en ajoutant une plus-value scientifique à la valeur intrinsèque de collections qui jusque-là pouvaient sembler endormies de ce long sommeil séculaire des choses oubliées.

Le patrimoine des bibliothèques devenant de belles éveillées, comment opérer dans les bibliothèques cette métamorphose qui donne, régénère, renouvelle, modernise et valorise ?

Continuer la lecture de Journée d’étude « Revisiter le patrimoine en bibliothèque Valorisation, médiation et démocratisation » – 14 décembre 2018 à Médiadix

Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

La possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances. Selon les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.
Les classifications basées sur les phénomènes sont des systèmes d’organisationdes connaissances (KOS – Knowledge Organization Systems)dans lesquels les indices (notations) représentant des objets peuvent être combinés librement à travers des relations significatives (facettes ou phases)afin de représenter le savoir humain. L’ILC, l’Integrative Levels Classification, inspirée par les travaux du Classification Research Group (1969) est une ébauche de classification atypique basée sur les phénomènes : elle a été présentée pendant la conférence de l’ISKO, qui s’est tenue du 9 au 11 juin 2018 à Porto. La communication de Claudio Gnoli (porteur du projet) et de Ziyoung Park (Université Hansung) portait sur la comparaison ontologique de l’ILC avec la Classification décimale de Dewey (CDD).

Marcin Trzmielewski est philologue, traducteur et bibliothécaire polonais. Titulaire d’un Master 2 en Philologie romane à l’Université d’Opole, Pologne (2015), et en Gestion de l’information et médiation documentaire à l’Université Paul Valéry de Montpellier (2018), il prépare actuellement son projet de thèse en Sciences de l’information et de la Communication. Son champ d’intérêt recouvre l’organisation des connaissances en bibliothèque et dans le secteur médical.

Claudio Gnoli est bibliothécaire à l’Université de Pavie (Italie). Il est spécialisé dans  des théories et pratiques des classifications bibliographiques et de l’organisation des connaissances, et a publié plusieurs articles et livres sur ces sujets, notamment « Organizzare la conoscenza » (avec L. Rosati et V. Marino, Hops, 2006), « Interdisciplinary knowledge organization » (avec R. Szostak et M. López-Huertas, Springer, 2016) et un chapitre intitulé « Knowledge Organization Systems dans l’ouvrage « Subject access to information » rédigé et coordonnée par K. Golub (Libraries Unlimited, 2014). Il est webmaster de l’International Society for Knowledge Organization et membre du comité scientifique du journal Knowledge organization.

Ce billet a pour vocation de présenter les travaux réalisés dans le cadre de la communication « Phenomenon-based vs. disciplinary classification: possibilities for evaluating and for mapping » (ISKO, 2018).

Introduction et objectifs

Comment indexer le livre intitulé Vigne et vin : assemblage en économie et sociologie viti-vinicoles ? On peut l’attribuer à l’économie, à la sociologie aussi bien qu’à la viticulture. À cause de ce dilemme, auquel la plupart des catalogueurs sont confrontés, la possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances.

Par ailleurs, en examinant les différentes approches utilisées pour l’indexation des documents dans les systèmes intégrés de gestion de bibliothèques (SIGB), certains chercheurs, comme Gnoli (2016) et Szostak et al. (2016), trouvent que les classifications basées sur une approche épistémologique (CDD, CDU, LCC, etc.) sont moins appropriées pour ce type de recherche que les classifications basées sur une approche ontologique.

C’est pour cela, en suivant les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.

En principe, les phénomènes (par exemple « eau ») sont des unités de connaissance beaucoup plus générales et plus granulaires que les disciplines (« chimie inorganique », « hydrologie », « ingénierie hydraulique », …).

Pour l’organisation des connaissances, ces premiers sont des objets existants du monde réel alors que ces deuxièmes sont des classes du savoir humain.  Il est important de souligner qu’une discipline peut être également définie comme un phénomène, mais il faut la considérer comme un phénomène appartenant à une classe de la culture humaine.

Continuer la lecture de Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

« Repenser les humanités numériques / Thinking the Digital Humanities Anew » – 25 au 27 octobre 2018, Université de Montréal

À l’occasion de la semaine mondiale de l’accès libre 2018, le Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques fêtera ses cinq ans avec son premier colloque international bilingue sur le thème « Repenser les humanités numériques / Thinking the Digital Humanities Anew ».

Plenary speakers / Conférenciers pléniers:
Eric Gidal (University of Iowa, USA); Anatoliy Gruzd (Canada Research Chair in Social Media Data Stewardship, Ryerson University, Canada); Fatiha Idmhand (Université de Poitiers, France); Elika Ortega (Northeastern University, USA); Marcello Vitali-Rosati (Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques, Université de Montréal, Canada)

Depuis 2013, le CRIHN réfléchit à travers divers projets aux deux objectifs suivants qui motivent ce premier colloque international :
– Au plan des pratiques : dresser un état des lieux des expériences existantes en inventoriant les points forts et les points faibles des outils et des plateformes ; expérimenter l’utilisation d’outils de fouille et de visualisation ; intégrer ces outils dans des projets en cours et en développement ;
– Au plan théorique : cerner l’impact du numérique sur le processus de production et de circulation du savoir ; définir de nouveaux modèles de lecture / écriture pour les sciences humaines ; déployer de nouveaux dispositifs de validation de contenus et nourrir de nouveaux rapports entre chercheurs, communautés scientifiques et société.

Continuer la lecture de « Repenser les humanités numériques / Thinking the Digital Humanities Anew » – 25 au 27 octobre 2018, Université de Montréal

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Navigae : Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

Après avoir travaillé à la TGIR Huma-Num sur le projet Isidore, Shadia Kilouchi a rejoint en juillet 2016 le Centre d’Information Scientifique et Technique Regards de l’UMR Passages pour lequel elle assure notamment la direction du projet Navigae.

Navigae est une nouvelle plateforme de recherche au service de la valorisation de données géographiques patrimoniales. Cette plateforme est multilingue, elle est disponible en français, en anglais et en espagnol.

Navigae est une réalisation du Centre IST Regards – CNRS de l’UMR Passages conçue dans le cadre du consortium ImaGEO, consortium labellisé et financé par la TGIR Huma-Num.

Cette plateforme a été conçue pour favoriser la diffusion et la réutilisation de données  issues de travaux en géographie.

En effet, les infrastructures de données géographiques (IDG) diffusent essentiellement des jeux de données contemporaines. Il y a peu de données géographiques anciennes sur ces plateformes. Rendre accessibles et réutilisables des données géographiques patrimoniales auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue donc encore aujourd’hui un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, mais aussi de permettre une réutilisation pertinente de ces données. Pour rendre accessibles, consultables et réutilisables les données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques, le consortium ImaGEO a été mis en place en 2012. Ce consortium souhaite palier à la sous-exploitation de ces ressources faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante.

Afin de répondre à cet objectif, l’une des actions prioritaires du consortium cette année 2018 a donc été de mettre en place une plateforme permettant l’accès à ces données mais aussi de proposer des modes d’interrogation et de visualisation de type spatial permettant la réutilisation de ces données de manière optimale.

Quelles sont les données qui peuvent être consultées dans Navigae  comment fonctionne la plateforme, quels types de recherches et de visualisations sont proposées, de quelles manières  peut-on diffuser ces données dans Navigae ?

Voici des éléments de réponses dans cet article.
Continuer la lecture de Navigae : Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Michael K. Buckland is an emeritus professor at the UC Berkeley School of Information and co-director of the Electronic Cultural Atlas Initiative.
Dr. Buckland’s professional experience as a librarian and his work on the design of information services, especially bibliography, the design of library services, and support for online discovery, are reflected three books : Library Services in Theory and Context, 2nd ed., (Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991), and Redesigning Library Services (ALA, 1992). He has also written extensively on the history of information services, including a biography of the designer of the first electronic search engine, Emanuel Goldberg and his Knowledge Machine (Libraries Unlimited, 2006). A new book, Information and Society (MIT Press, March 2017), provides a very concise introduction to a complex area.

Acknowledgement

This text is a translation of a slightly revised version of a lecture presented on May 16, 2018 while Visiting Scholar at the École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) in Lyon, France (Buckland 2018). I thank Enssib and Professor Pascal Robert for their hospitality.

Summary

Bibliographical techniques to provide sophisticated access to printed publications were developed long ago. Access to other media has been slower to develop. Two anomalies with respect to the scope of bibliography are considered. Donald F. McKenzie wrote that bibliography should be extended to all media including culturally significant landscapes, for example a stone associated with a legend. Librarian Suzanne Briet and her student Robert Pagès asserted that an animal in a cage can be a document. These examples are examined in relation to the history and theory of bibliography, the relationship between bibliographies and other reference works and their powers (affordances). It is concluded that for some areas of bibliography these examples are irrelevant. But these examples call into question the limitation of bibliography to printed materials.
Continuer la lecture de The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Colloque international CIA2 : Connaissances et Information en Action – 2ème édition

Co-organisateurs du colloque :  Camille Capelle (Université de Bordeaux),  Vincent Liquète (Université de Bordeaux)

Université de Bordeaux : 3 et 4 avril 2019

Site officiel du colloque : https://cia2.sciencesconf.org/

Dates importantes

  • Date limite d’envoi des résumés : 15 octobre 2018
  • Notification d’acceptation ou de refus : 15 janvier 2019
  • Date limite d’inscription au colloque et dépôt des résumés : 1er février 2019

Soumission : https://cia2.sciencesconf.org/user/submit

Appel à communication

AAC sous format PDF

Ces dernières années, la notion de risque numérique a envahi les médias. De nombreuses parutions d’ouvrages laissent à penser que le numérique serait porteur de toutes sortes de menaces, que ce soit au niveau informationnel, psycho-social, éthique, cognitif, sanitaire, technique, socio-économique ou juridique.

Pour ne prendre que deux exemples, on peut citer la dénonciation des risques d’addiction et de « techno-dépendance » chez les jeunes (Lardellier et Moatti, 2014) et celle de l’appauvrissement des pratiques de lecture (Carr, 2011).

Continuer la lecture de Colloque international CIA2 : Connaissances et Information en Action – 2ème édition

Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Après l’obtention en 2018 du DCB, le diplôme de conservateur des bibliothèques, Coline Gosciniak est affectée au poste de responsable de la bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la BMC de Reims, où elle exercera à compter du 1er juillet 2018.

Ses publications professionnelles[1]portent sur la valorisation  du patrimoine écrit auprès des publics par des dispositifs de médiation numérique, notamment vidéoludiques.  Elle revient ici sur les enjeux professionnels de son mémoire de recherche de DCB : Réalité virtuelle et réalité augmentée en bibliothèque : panorama et perspectives.

La réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV), deux technologies immersives, apparaissent de plus en plus fréquemment dans les dispositifs de médiation culturelle et ludique en bibliothèque, et ce depuis leur émergence au début des années 2010 [2]. Que désignent précisément ces deux termes ? Si la réalité augmentée se caractérise comme la superposition d’éléments virtuels (photos, vidéos, texte) sur l’environnement réel à travers un écran de smartphone ou de tablette, ou des verres de lunettes, la réalité virtuelle permet une immersion totale dans un environnement virtuel à l’aide d’un visiocasque tel que l’Oculus Rift ou l’HTC Vive. Ainsi l’application Pokémon Go, qui permet d’apercevoir des Pokémon dans l’environnement réel entourant le joueur à travers l’écran de son smartphone, relève de la RA. Au contraire, l’application Eagle Flight, grâce à laquelle l’utilisateur se glisse dans la peau d’un aigle pour explorer Paris à l’aide d’un visiocasque, constitue une expérience de RV.

Plusieurs catégories de dispositifs existant actuellement en bibliothèque reflètent une prise en main progressive de ces technologies par les professionnels. Parmi cette large palette, les dispositifs ludiques (jeux vidéo en RV et RA) occupent une place prédominante, tout comme les dispositifs de médiation culturelle dans le cadre d’expositions. Les utilisations dans le cadre de repérage des collections et des espaces de la bibliothèque, ou dans un contexte de valorisation de la production scientifique dans les bibliothèques universitaires, demeurent encore limitées mais sont appelées à se développer au cours des prochaines années. Le recours à ces technologies nécessite pour les professionnels d’intégrer non seulement des questions d’ordre financières et techniques, mais également managériales : comment convaincre tant sa hiérarchie que son équipe de l’intérêt de la RA et la RV pour les bibliothèques ? Quelle formation prévoir afin de garantir le bon fonctionnement du dispositif élaboré ?

Continuer la lecture de Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Petit kit conceptuel et critique de survie en société numérique …

Pascal Robert est Professeur d’université à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), et membre du Laboratoire Elico EA 4147, Université de Lyon.

Ce texte actualise une version parue dans Les Cahiers de la SFSIC, n°14, 2017 sous le titre Penser la raison politique du numérique[1].

Penser le numérique est à coup sur l’une des urgences de notre société. Mais la question est vaste et demande la multiplication des perspectives. On peut, par exemple, se concentrer sur la nécessité de penser la raison politique du numérique, ce qui, à nos yeux, exige de penser le numérique à l’aide de catégories qui ne sont ni celles de la technique, ni celles des acteurs dominants. Ce système de catégories repose sur une démarche qui articule approche critique et modélisation conceptuelle. Proposition qui relève des sciences de l’information et de la communication (SIC). Les SIC, en effet, doivent se distinguer de la sociologie, tout en y restant compatible, en revendiquant une logique de modélisation. Mais à la différence d’une ingénierie, elles ne peuvent accepter que cette modélisation devienne une fin en soi. C’est pourquoi elles doivent moduler cette approche par une mise en tension avec une perspective critique qui reste vigilante aux enjeux politiques qui sous-tendent le développement des TIC et du numérique.


Pourquoi un système de catégories ?

Continuer la lecture de Petit kit conceptuel et critique de survie en société numérique …

L’information scientifique, à l’épreuve de sa médiatisation

Dossier thématique coordonné par Chérifa Boukacem-Zeghmouri (Elico, UCB Lyon 1) et Blanca Rodríguez Bravo (Université de León)

Modalités de soumission et calendrier

Le dossier fait appel à des travaux inédits et des analyses originales et récentes, relevant des sciences de l’information et de la communication. L’appel, diffusé en français, espagnol et anglais accueille des propositions soumises dans ces langues.

Les propositions soumises présentent une problématique, une méthodologie et apportent des éléments sur les résultats et conclusions envisagés. La longueur des propositions est de 4000 signes (espaces non compris). Elles sont à adresser à Chérifa Boukacem-Zeghmouri : cherifa.boukacem-zeghmouri@univ-lyon1.fr et à Blanca Rodríguez Bravo : blanca.rodriguez@unileon.es pour le 19 septembre 2018.

Après sélection par le comité de lecture (réponse le 18 octobre 2018), les premières versions complètes des textes (de 25 000 signes espaces non compris et rédigés selon les normes éditoriales des articles de la revue disponibles à cette adresse : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/pageshtml/soumettre.html) sont à remettre pour le 15 février 2019 elles seront soumises alors à une évaluation en double aveugle.

A la suite de cette phase, la version définitive du texte (prenant en compte les éventuelles remarques et retours des évaluateurs), incluant les corrections mineures ou majeures demandées, sera soumise au comité éditorial de la revue qui est souverain pour l’accord définitif de publication en juin 2019.

Continuer la lecture de L’information scientifique, à l’épreuve de sa médiatisation

Digital Libraries & Information Sciences