Rencontre avec Éric Guichard, philosophe de l’Internet et du numérique

Nous republions avec l’aimable autorisation de la rédaction de Lettres Numériques, cette interview conduite par Victoire Dunker avec Eric Guichard publiée en novembre 2019 sur le site de Lettres numériques.

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

À l’occasion de sa contribution lors du festival APREM, trois journées d’échanges et de réflexion autour de la domination des algorithmes dans nos sociétés actuelles, Lettres Numériques est allé à la rencontre d’Éric Guichard, philosophe spécialiste en la matière.

Les 14, 15 et 16 novembre derniers avait lieu le festival APREM ; des rencontres, échanges et réflexions sur le développement numérique autour d’un thème de société. Cette année, le sujet soulevé était la domination des algorithmes et la manière dont ces derniers façonnent les réalités individuelles et confortent la domination de certaines catégories d’individus. Un des intervenants contribuant à la réflexion était Éric Guichard, dont le travail a suscité l’intérêt de Lettres Numériques.

Lettres Numériques : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Éric Guichard : Plongé depuis 1992 dans l’Internet, que j’ai fait découvrir au département de sciences sociales de l’Ens (École normale supérieure), j’analyse le numérique avec une perspective anthropologique et philosophique. Car ce numérique, qui renvoie principalement aux ordinateurs en réseau et désormais à d’autres objets comme les téléphones et les liseuses, s’interprète aisément comme une nouvelle forme d’écriture, entendue comme technique. C’est ici l’apport de l’anthropologie, avec Goody, qui nous appris à voir l’écriture comme une « technologie de l’intellect » : un ensemble de savoir-faire, de recettes, qui se socialise lentement, qui se sédimente et qui nous invite à nous interroger sur ses articulations avec la pensée. Or des philosophes matérialistes et proches des mathématiciens, comme Dagognet, Granger et Parrochia, montrent que l’acte de penser est lié au calcul : un ensemble de recettes et de techniques. Dans mes enseignements, je détaille ces approches et les rends concrètes, en invitant mes étudiants à utiliser Linux, à écrire avec LATEX, à rédiger des scripts qui les rendent à l’aise avec l’écriture contemporaine et leur font découvrir des méthodes robustes pour les sciences humaines et sociales. Je poursuis mes recherches au sein du laboratoire Triangle et de l’institut des systèmes complexes de la région lyonnaise (IXXI), en précisant ce qu’est une culture de l’écrit numérique et en analysant les rapports de pouvoir associés.

Quelle a été votre contribution lors du festival APREM en novembre dernier ?

J’ai montré que les Gafam sont les nouveaux maîtres de l’écriture numérique et qu’ils en abusent grandement, en rendant difficile l’édification d’une culture de l’écrit autonome, en accumulant énormément de données à notre sujet (des flux de textes que nous laissons filer) et en profitant de leur compétence scribale pour mieux nous vendre. Ensuite, je proposais des solutions pour éviter de tels monopoles et ces captations de nos identités. Ces solutions sont juridiques (poursuivre le travail entamé avec le RGPD) et concrètes (boycott des Gafam, utilisation de logiciels libres, etc.). Enfin, je montrais que leurs surprenantes capacités s’appuient sur des méthodes classiques, typiques des meilleures universités d’hier et d’aujourd’hui : l’érudition, l’interdisciplinarité, la culture de l’écrit. J’ai insisté sur le fait que le « numérique », si tant est que nous puissions le définir, n’est coupable en rien, mais que la critique de ses accapareurs n’empêche pas une estimation raisonnée de leurs forces et compétences. Ni des nôtres : nous pouvons aisément nous réapproprier l’écriture numérique, que nous soyons chercheurs ou non, et nous aussi pouvons écrire le monde avec nos propres valeurs morales si nous nous impliquons dans cette nouvelle culture de l’écrit.

Pourquoi avoir octroyé une telle place au numérique dans vos recherches ?

Quand j’étais enseignant-chercheur à l’Ens de la rue d’Ulm, j’avais quelques succès en combinant problématiques des sciences sociales et méthodes informatiques. Certains étaient jaloux de mes réussites et me traitaient de technicien. En même temps, je voyais comment les méthodes nourrissaient des approches théoriques : la cartographie alimente celle de territoire, l’histoire quantitative de l’immigration invite à penser l’articulation entre outillage d’une discipline et son épistémologie. J’ai donc exploré les liens entre pratique et concept, entre technique et pensée. Par ailleurs, j’ai fait le choix de théoriser très tôt l’Internet, en compagnie des amis avec qui j’ai fondé l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Du coup, cette combinaison d’informatique, de réseaux, de technique et de savoirs est devenue un questionnement que nous abordions de façon pratique et appuyée sur l’érudition. Les anthropologues et philosophes précités m’ont alors permis d’approfondir ce que la nouvelle écriture (nouvelle, car élaborée depuis à peine un siècle, et toujours en devenir) faisait à la pensée, et réciproquement ; et de repérer des invariants historiques qui dépassent l’idée de révolution pour interroger la dimension technique de notre pensée. C’est facile, car nous vivons aujourd’hui deux régimes de littératie (celui du numérique et celui de l’imprimé), que nous pouvons comparer.

Quelles sont, selon vous, les valeurs qui structurent le numérique aujourd’hui ? À vos yeux, la technique est-elle neutre ?

Ces questions sont complexes, car elles obligent à préciser le contexte social et politique de toute technique et, dans une certaine mesure, ce qu’une technique n’est pas. La technique est notre habit, elle est bien plus proche de la culture que nous le croyons. Elle n’est pas neutre, car nous y investissons énormément de valeurs morales. Ces points sont attestés anthropologiquement comme philosophiquement. La technique est aussi un levier politique important, et en même temps déborde son statut d’outil pour arriver à une fin. Nous le voyons avec l’écriture : plus qu’un moyen pour penser mieux, c’est un cadre pour notre pensée. Le maçon, la truelle et le ciment sont aussi les architectes des palais intellectuels que nous fabriquons, et ils en dessinent les horizons. Dans une société où les lettrés sont peu nombreux, comme au XVIIe siècle ou aujourd’hui, ceux-ci sculptent nombre de valeurs (esthétiques, morales, politiques, etc.) : ils écrivent le monde. Aujourd’hui, les valeurs enchâssées dans le numérique sont celles de leurs propriétaires : essentiellement capitalistes, anti-étatiques, orientées glorification de la propriété privée et en même temps du communautarisme. Nous le voyons avec le mythe de la start-up nation. Mais cela peut changer assez vite, si la maîtrise de l’écrit numérique se diffuse. Déjà, les formes contemporaines du féminisme et de l’écologie nous viennent de Californie, où vivent tant de lettrés du numérique.

Qu’est-ce que le déterminisme de l’innovation ?

C’est une croyance, qui affirme que les nouvelles techniques vont transformer la société. Rien ne justifie rationnellement sa diffusion, qui nous interroge sur nos désirs d’articuler ce que nous croyons relever de la rationalité (nous disons souvent que la technique est une application de la science) avec des irrationalités profondes. Au mieux, le déterminisme de l’innovation signale notre profonde incapacité à penser la technique. Ce fait, universel, est finalement assez jubilatoire.

Conférence LIBER juin 2020 ouverte à tous et en ligne : Building Trust With Research Libraries

Exceptionnellement, l’édition 2020 de la conférence LIBER se tiendra en ligne du 22 au 26 juin : elle est ouverte à tous sur simple inscription.

Les inscriptions se font en ligne depuis le programme, session par session: https://liberconference.eu/programme/

Les institutions membres de LIBER ont des sièges prioritaires en cas d’affluence sur certaines sessions (il faut alors fournir à l’inscription votre numéro d’adhérent), mais il est parfaitement possible de s’inscrire librement.

Pour trouver votre numéro d’adhérent :
https://libereurope.eu/user-list/ ou envoyez un courriel à liber@kb.nl.

Programme

Monday, 22nd June
– Opening Address- Reflections on the impact of Covid-19 on Open Science;
Session #1 – Cultural Change; Panel Session – From Frenemies to Trusted Partners (collaboration between libraries and publishers, and new OA business models)

Tuesday, 23rd June
– Workshops! Topics include SSHOC train-the-trainer bootcamp, citizen science, transformative agreements, FAIR Data, Linked Open Data, Hot RDM Topics, and Libraries for Teaching and Learning.

Wednesday, 24th June
Session #2 – Opening Up Knowledge; Keynote from Dr. Christine Koontz; Panel Session – Building Trust in Research Libraries Through Open Science;
Session #3 – Securing and Building Trust; Session #4 – Crowd Powered Collaborations.

Thursday, 25th June
Session #5 – Open Access Insights;
Session #6 – Libraries as Open Innovators & Leaders; Meeting of Participants.

Friday, 26th June
Session #7 – Super-Charging Your RDM Impact;
Session #8 – Tools for Transparency & Open Access;
Session #9 – Data Visualisation & Metrics.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Appel à articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Calendrier

  • 12 juillet 2020 : soumission des résumés pour évaluation
  • 24 août 2020 : notification de l’acceptation ou du refus
  • 24 novembre 2020 : remise de la version complète des articles
  • 15 mars 2021 : réception des versions définitives des articles
  • Décembre 2021 : publication du dossier dans le numéro 57 d’Études de Communication

Dossier coordonné par Viviane Couzinet (Université Toulouse III-Paul Sabatier, France) et Regina Marteleto (Ibict-Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil).

Ce numéro d’Études de communication offre l’opportunité aux chercheurs et doctorants en France et au Brésil de croiser leurs regards sur la question des médiations et des usages sociaux des savoirs et de l’information. Tout en poursuivant le travail engagé par le réseau franco-brésilien MUSSI (Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information), l’appel à articles s’adresse, plus largement, à l’ensemble de la communauté scientifique.

Le réseau a été initié dans la lignée des fondateurs francophones du champ de l’information-documentation, Otlet, Meyriat, Estivals, Escarpit et d’autres qui les ont suivis, de la consolidation du champ de la recherche en S.I. dans les deux pays à partir des années 1990, et de la vision commune des chercheurs français et brésiliens de l’objet informationnel dans des problématiques culturelles, sociales et politiques.

Depuis 2008, et à la suite de la maturation des débats, des idées développées au cours des rencontres, d’études conjointes, de publications en commun, ce collectif propose un dialogue élargi autour de son champ théorique et méthodologique. Ce champ s’articule autour d´axes thématiques qui couvrent les dimensions épistémologiques, culturelles et pratiques du champ informationnel.

Continuer la lecture de Appel à articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Ceci est la traduction de l’entretien mené par Ulrich Herb auprès du journaliste scientifique Leonid Schneider à propos des paper mills, ces entreprises (« usines ») où l’on peut commander des articles falsifiés pour une publication dans des revues scientifiques.

Cet interview a été précédemment publiée en allemand dans le magazine en ligne Telepolis : https://www.heise.de/tp/features/Das-wissenschaftliche-Publikations-und-Reputationssystem-ist-gehackt-4701388.html

[Ulrich Herb] M. Schneider, vous avez étudié les dysfonctionnements du système scientifique, en particulier dans le domaine de l’édition, pendant de nombreuses années sur votre blog forbetterscience. Le phénomène des paper mills représente une nouvelle curiosité. Pourriez-vous nous expliquer brièvement en quoi consistent ces « usines d’articles » ?

[Leonid Schneider] Une paper mill est un prestataire de services, tout comme les sociétés de rédaction qui vendent des mémoires et thèses falsifiés aux étudiants (essay mills). Mais les clients des paper mills sont des universitaires et des médecins. En tant que client, ils y commandent un article scientifique qui correspond à un thème de leur domaine de recherche. L’article, écrit par des ghost writers, propose des résultats scientifiques complètement inventés et des données totalement erronées.

À première vue, les paper mills offrent un service complet : l’article n’est pas seulement écrit, mais il est aussi soumis à la revue, évalué par des pairs (peer review) avec, si nécessaire, l’envoi d’autres données fictives. On ne sait pas très bien si ces rédacteurs de revues corrompus sont à la solde des paper mills, mais c’est fort probable, car certaines revues semblent particulièrement touchées.

Ces « usines d’articles » prennent l’identité de l’auteur, c’est-à-dire du client, y compris avec des adresses électroniques fantômes. Le client n’a rien d’autre à faire que de payer et se retrouve avec une étude scientifique publiée dans une revue internationale sans avoir fait de recherches pour cela.

Toutefois, il ne faut pas confondre cela avec les prestataires de services qui se contentent de proposer de rédiger le document selon les spécifications du client à partir de ses données de recherche réelles. Dans ce cas, le client soumet lui-même le manuscrit à la revue. Bien qu’il soit possible que certains prestataires proposent une offre de services plus large…

Continuer la lecture de Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Expérimenter l’annotation avec l’évaluation ouverte par les pairs post-publication

Diplômée d’une licence en science politique, d’un DUT en Info-com et d’un Master Enssib en Publication numérique, Claire Dandieu est actuellement chargée d’édition pour OpenEdition Journals après avoir été en charge du secrétariat d’édition pour le projet HIRMEOS de 2018 à 2019.

Ce rapport présente les résultats de l’expérimentation d’évaluation ouverte par les pairs post-publication qui s’est déroulée d’octobre 2018 à juin 2019. Elle a été menée dans le cadre du projet européen HIRMEOS coordonné par OpenEdition qui prévoyait, entre autres, l’implémentation d’un service d’annotations sur la plateforme OpenEdition Books.

Pour accompagner l’implémentation de cet outil sur la plateforme, une phase expérimentale a été mise en place. Le but de cette expérimentation était d’explorer, via l’annotation, de nouvelles pratiques d’évaluation ouverte par les pairs, post-publication, sur des monographies en sciences humaines et sociales diffusées en accès ouvert.

Après une rapide exposition du contexte d’expérimentation, nous revenons ici sur la dernière partie qui rend compte des conclusions et des résultats de ce rapport circonstancié, disponible dans son intégralité en version française et anglaise sur le blog OPERAS, the European Research Infrastructure for the development of open scholarly communication in the social sciences and humanities.
Continuer la lecture de Expérimenter l’annotation avec l’évaluation ouverte par les pairs post-publication

Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Le projet COMMONDATA – Les données de la recherche : des communs scientifiques est porté par Agnès Robin, maître de conférences HDR en Droit privé à l’université de Montpellier.

Le projet a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions.

Dans le cadre de ce programme, des séminaires et conférences sont organisés. Dans un séminaire organisé le 17 janvier 2020 à la MSH-SUD, Xavier Strubel, Professeur en Droit privé à l’Institut Mines-Télécom Business School, a assuré une intervention sur le thème   Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ?  que vous pouvez écouter ici :

Résumé de l’intervention

La politique européenne de recherche et d’innovation est fondée sur l’idée que les données produites par les chercheurs, — et au-delà de l’ensemble de toutes les données publiques —, doivent être libérées afin que celles-ci puissent créer des opportunités pour une exploitation dans le secteur privé.

Continuer la lecture de Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? Études de communication, vol. 52

Libre accès et données de la recherche/Open Access and Research Data.

Quelle résonance dans les SIC ?/Contributions from the Information and Communication Sciences

Sous la direction de Joachim Schöpfel, Renaud Fabre et Bernard Jacquemin

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Consulter ce numéro

Dans la mouvance de la science ouverte (Open Science) et du libre accès aux publications scientifique, la mise à disposition des données de la recherche (Open Research Data) est un courant récent, mais qui s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel (programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR). La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser, et dans la mesure du possible partager, les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche.
Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont particulièrement confrontés à cette évolution qui est de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.
Ce sont ces dimensions de la recherche en sciences de l’information et de la communication que le présent numéro d’Études de communication entend aborder et questionner.

Comité de lecture du numéro 52 (Dossier) :
Joumana Boustany (Dicen-idf, Université Paris Est Marne-la-Vallée), Guillaume Cabanac (IRIT, Université de Toulouse),
Ghislaine Chartron (Dicen-idf, CNAM Paris),
Stéphane Chaudiron (GERiiCO, Université de Lille), Viviane Clavier (GRESEC, Université Grenoble-Alpes),
Jacques Ducloy (DRRT Grand-Est, Nancy),
Hans Dillaerts (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Ulrich Herb (Universität des Saarlandes, Saarbrücken),
Maxi Kindling (Humboldt-Universität zu Berlin),
Annaig Mahé (Dicen-idf, URFIST Paris),
Florence Millerand (LabCMO, UQAM, Montréal),
Samuel Moore (King’s College London),
Achim Osswald (Technische Hochschule Köln),
Céline Paganelli (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Laurent Romary (Centre Marc Bloch, Berlin),
Jérôme Valluy (COSTECH, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marc Vanholsbeeck (ReSIC, Université Libre de Bruxelles)

Comité de lecture du numéro 52 (varias) :
Coordination : Marion Dalibert, Aurélia Lamy, Florence Rio,Laura Calabrese (Ladisco, Université libre de Bruxelles),
Laurent Collet (I3M, Université de Toulon),
Marlène Coulomb-Gully (Lerass, Université de Toulouse 2),
Jamil Dakhlia (IRMECCEN, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Marco Dell’Omodarme (Institut ACTE, Université Paris 1 –Panthéon Sorbonne),
Simona De Lulio (GERiiCO, Université de Lille),
Oriane Deseilligny (GRIPIC, Université Paris 13),
Jean-Claude Domenget (Laboratoire Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté),
Thomas Guignard (GERiiCO, Université de Lille),
Sarah Labelle (LabSIC, Université Paris 13),
Béatrice Micheau (GERiiCO, ESPE – COMUE Lille Nord de France), Valérie Patrin-Leclère (CELSA, Université Paris Sorbonne),
Nathalie Pignard-Cheynel (CREM, Université de Lorraine),
Bruno Raoul (GERiiCO, Université de Lille),
Marta Severo (DICEN, Université Paris Nanterre),
Bérengère Stassin (CREM, Université de Lorraine),
Cécile Tardy (GERiiCO, Université de Lille),
Philippe Useille (DeVisu, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)

Dossier

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

La naissance de l’architecture de l’information en tant que champ est concomitante de l’ère de l’information engendrée par les techniques numériques. En d’autres mots, elle fait partie de ces approches permettant de lire et d’écrire le réseau, mais aussi de le rendre accessible et intelligible au plus grand nombre. C’est pourquoi l’architecture de l’information est au cœur de la deuxième édition de Reticulum, un cycle de rencontres interdisciplinaires entre SIC et design.

SYNOPSIS DE LA JOURNÉE

Après une première édition consacrée à l’opérabilité du concept de dispositif, les rencontres Reticulum souhaitent aborder une autre notion à l’intersection des SIC et du design : l’architecture de l’information. Si cette locution agrège deux termes complexes, on en comprend rapidement l’enjeu : il s’agit de maîtriser (ἀρχός / arkhós : celui qui gouverne) la production (τίκτω / tíktô : produire) des informations. A l’instar du « premier art » dont elle emprunte le nom, l’architecture de l’information est liée aux structures qui organisent les existences humaines : elle opère dans l’espace et le temps, conditionnant des flux virtuels, sève de la « société de l’information » (Bell 1979, Mattelart 2000).

L’expression « architecture de l’information » a été proposée par Richard Wurman en 1976. Comme pour la documentation au début du 20e siècle, elle s’est construite comme une réponse à la croissance informationnelle de son temps. Visant avant tout l’opérabilité — to make something work —, elle s’est essentiellement développée comme un champ de pratiques professionnelles, tout en cultivant une certaine réflexion théorique. Au tournant des années 2000, son positionnement est devenu fort complexe sous la pression d’une pensée plus forte du design. En effet, elle partage avec le design d’information les « relations ‫à l’espace, ‪aux signes et au sens » (Beyaert-Geslin, 2018) ; de plus, la logique d’organisation des contenus qu’elle met en œuvre se confond avec celle d’autres champs, comme l’éditorialisation (Lipsyc & Ihadjadene, 2013 ; Zacklad, 2019).

La présence de la métaphore architecturale en design et dans les différentes sciences de l’information interroge sur le périmètre et la pertinence de l’architecture de l’information. C’est dans cette perspective que nous proposons une deuxième journée Reticulum intitulée Architecture(s) de l’information, afin de la questionner à la fois en tant qu’objet et en tant que champ. Elle réunira chercheurs, étudiants et professionnels pour explorer les subtilités, potentiels et limites d’un domaine au carrefour de champs scientifiques et de pratiques de conception.

Continuer la lecture de RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? Séminaire Histoire et Humanités numériques – Université de Toulouse

La troisième saison du séminaire Histoire et Humanités numériques aura lieu cette année au sein du laboratoire Framespa à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Le thème transversal qui a été retenu est : Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? et se décline en 5 séances :

Mettre le patrimoine en open access. Par Emilie Roffidal, Anne Perrin Khelissa et Léa Saint-Raymond – 06 février

Comment les acteurs publics mettent-ils en valeur le patrimoine toulousain ? Par Géraud de Lavedan, Rémi Beguet et Hélène Kemplaire –  13 février

Numérique et patrimoine cinématographique : quels enjeux, quelles circulations ? Par Rémy Besson, Natacha Laurent et Michaël Bourgatte – 27 février

– Les futurs des textes, des documents et des livres entre pérennisation et innovation. Par Elena Pierazzo – 12 mars

– Quels enjeux pour le patrimoine institutionnel à l’âge du numérique ? Entre patrimoine de guerre et patrimoine militaire. Par Bénédicte Marquier, Patrick Peccatte et Nathalie Dereymaeker-  23 avril

Toutes les informations, y compris les salles sont disponibles sur le site du séminaire : https://hhn.hypotheses.org/

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Appel à communication – Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

Colloque COSSI n°11 co-organisé par Christian Marcon et Mona Shehata

IAE – Université de Poitiers, France
Les 28 et 29 mai 2020  

Calendrier du colloque 

  • Les propositions de communication sont attendues au plus tard le 10 mars 2020
  • Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique.
  • Les communications sélectionnées seront réparties en sessions et/ou ateliers thématiques.
  • Décision du comité scientifique : 30 mars 2020.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur les modalités de soumission sur : https://revue-cossi.info/la-revue/appel-a-articles/744-colloque-cossi-2020

Détail de l’AAC

Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits ; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels ; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…).

Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps : résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Continuer la lecture de Appel à communication – Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

Bibliographie commentée du numérique

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

Présentation

Cette bibliographie a été réalisée pour les membres du laboratoire Triangle intéressés par les questions que soulève le « numérique » (axe transversal « Enjeux politiques et épistémologiques de l’écriture numérique ») et pour les étudiants qui travaillent avec moi.

Elle est disponible au format Zotero ou  au format bibtex (.bib).

Elle est fort lacunaire, et ne tient pas compte des derniers ouvrages ou articles. Elle se veut néanmoins pédagogique, dans la mesure où elle aborde divers champs ou thèmes qui me semblent précieux et rarement mis en correspondance : par exemple, des textes relatifs à l’histoire de l’écriture et de l’érudition, à la philosophie des techniques, aux réalités du « numérique ».

L’idée première étant qu’une personne ayant lu ces textes évitera les erreurs banales mais fréquentes que l’on rencontre lors d’une étude de l’internet et du numérique, qu’elle soit focalisée sur la sociologie, l’histoire, la philosophie ou les media studies.

La seconde étant de l’ordre de l’hypothèse : la technique nous est proche, un peu comme un habit, il est inutile d’en faire le procès, c’est une erreur de penser qu’elle soit objectivable. en revanche, nous pouvons explorer ces proximités et interfaces entre nous et le monde.

Les commentaires qui accompagnent cette liste ne sont pas toujours conventionnels. Ils combinent injonction et invitation à la dégustation culinaire (ne pas faire l’impasse sur Granger, vs humm ! L’histoire de la révolte de Bahia. . .) et sont le fruit d’une expérience intellectuelle qui insiste sur les questions théoriques (qu’est-ce qu’une technique, en quoi une technique intellectuelle relève de l’intime et du collectif, quelle est la part de nos croyances et de nos préjugés quand nous prétendons être rationnels ?), sur l’expérience (l’hypothèse [vécue, et simondonienne] étant qu’il est difficile de penser le numérique sans une pratique approfondie) et sur l’histoire (le regard sur la technique oblitérant fréquemment cette discipline sous couvert de nouveauté révolutionnaire, ou la biaisant fortement, en se focalisant sur quelques héros ou quelques déterminismes).

Enfin, la part des sciences et de leur histoire n’est pas oubliée. Non pas au motif que la technique serait « fille de la science », mais parce qu’il me semble délicat de construire des théories sur la technique, la société et ses modes d’organisation sans vivre avec son temps : en faisant fi des cadres culturels et des formations discursives induits par les choses qui nous environnent (de l’eau chaude au TGV en passant par la pilule contraceptive et la radio), en faisant fi de savoirs qui ont transformé notre rapport au monde (des nombres complexes aux microbes, des classes sociales à l’électron).
Continuer la lecture de Bibliographie commentée du numérique

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Rendre perceptible l’imperceptible : les données de mesures du temps – 15 novembre – Séminaire « Les données à mille temps »

Dans le cadre du séminaire de recherche de l’Enssib, « Les données à mille temps », se tiendra le vendredi 15 Novembre 2019, de 10h30 à 16h30 la seconde séance du séminaire autour de la problématique des données dite temporelles.

Nous aurons le plaisir d’entendre au cours de cette séance comment de telles données sont mobilisées dans les différentes pratiques scientifiques et professionnelles, à travers quatre conférences suivantes :

– « Une approche temporaliste du Web. Temporalités des données et temporalités d’un événement professionnel », Jean-Claude Domenget, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté.

– « Les différentes temporalités des données produites par les historien.ne.s », Pierre Vernus, Maître de conférences en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2.

– « Dater et indexer le temps, données et métadonnées en bibliothèque », Marion Jonget, Numelyo et Service catalogues et métadonnées, Bibliothèque Municipale de Lyon.

– « Conserver les données de la recherche dans un centre de calcul : tout est question de temps ! », Jean-Yves Nief, Ingénieur de recherche, Centre de calcul de l’IN2P3 Lyon.

Programme détaillé de cette séance.

Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Type de recrutement :

  • Contractuels (CDD 1 an)
  • Date de prise de poste : 06/01/2020

Niveau d’emploi : Niveau A – IGE

Localisation du poste : Service inter-établissements de Document (SID), Direction d’appui à la recherche, Bibliothèque Universitaire Joseph Fourier

Procédure de recrutement

Les personnes intéressées doivent faire parvenir par voie électronique un CV accompagné d’une lettre de motivation, en rappelant la référence AP-1710-SID-PERSEE, au plus tard le 27/11/2019 à l’adresse suivante : Antoine PHILIBERT, Chargé de recrutement. 

Mail : dgdrh-recrutement@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les questions relatives à la fonction, vous pouvez contacter : Bélinda MISSIROLI, Responsable de la mission CollEx, Mail :  belinda.missiroli@univ-grenoble-alpes.fr

Lucie ALBARET, Responsable de la Direction appui à la recherche du SID, Mail : Lucie.albaret@univ-grenoble-alpes.fr

Contexte et environnement de travail

Située au coeur des Alpes, dans un environnement scientifique et naturel exceptionnel, l’Université Grenoble Alpes est une université de rang mondial pluridisciplinaire. Membre de la ComUE Université Grenoble Alpes et partenaire du projet Idex, elle est présente dans tous les grands classements internationaux (top 150 des universités mondiales – classement de Shanghai).

Continuer la lecture de Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques – 13 et 14 mai 2020

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques

13 et 14 mai 2020
IUT Bordeaux Montaigne

https://humanistica2020.sciencesconf.org/

À l’heure où les humanités numériques connaissent un tournant décisif tant sur le plan quantitatif que qualitatif, Humanistica, l’association francophone des humanités numériques créée en 2014, organise son premier colloque. Elle invite ainsi la communauté scientifique à interroger ses résultats et ses méthodes de recherche, ses usages de l’informatique, ses objets traditionnels ou nouveaux, pour mesurer le chemin parcouru et s’engager dans une nouvelle décennie de développement.

En 2010, le Manifeste des Digital Humanities répondait au constat de Milad Doueihi concernant la « conversion numérique en cours » et appelait à la consolidation du domaine. Dix ans plus tard, une transdiscipline a-t-elle émergé ? L’omniprésence de l’expression « humanités numériques » est-elle trompeuse ou témoigne-t-elle d’une prise en compte d’un tournant méthodologique, épistémologique et culturel pris par la recherche en sciences humaines ? Sommes-nous en train d’inventer ou de nous adapter ?

Les propositions devront être soumises sur la plateforme du colloque (https://humanistica2020.sciencesconf.org) le 15 décembre 2019 au plus tard. Les réponses (acceptation ou refus) seront envoyées au terme d’une évaluation en simple aveugle, au plus tard le 15 février 2020.

Plateforme du colloque : https://humanistica2020.sciencesconf.org

Comité d’organisation local

  • Philippe Baudorre (université Bordeaux Montaigne)
  • Julien Baudry (SCD, université Bordeaux Montaigne)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers)
  • Nathalie Prévôt (université Bordeaux Montaigne)
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne)

Comité scientifique du colloque

  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers), co-présidente
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne), co-président
  • Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne)
  • Aurélien Berra (université Paris-Nanterre)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Claire Clivaz (SIB Institut Suisse de Bioinformatique, Lausanne)
  • Martin Grandjean (université de Lausanne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Nathalie Prévôt (CNRS – université Bordeaux Montaigne)

Digital Libraries & Information Science