Archives par mot-clé : Suzanne Briet

L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Michael K. Buckland est professeur émérite à la School of Information de l’Université californienne de Berkeley, et codirecteur de l’Electronic Cultural Atlas. L’expérience professionnelle de M. Buckland en tant que bibliothécaire et ses travaux sur les services d’information, en particulier la bibliographie, la conception des services en bibliothèques et le soutien à la recherche en ligne, se reflètent dans trois ouvrages: Library Services in Theory and Context, (2e éd., Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Redesigning Library Services (ALA, 1992). Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire des services d’information, notamment une biographie sur le créateur du premier moteur de recherche électronique : Emanuel Goldberg and his knowledge machine (Libraries Unlimited, 2006). Dans son dernier livre, Information and Society,  paru en 2017 chez  MIT Press, il nous livre une synthèse très concise de ce domaine complexe.

Remerciements

Ce texte, traduit de l’anglais, est le fruit d’une version légèrement révisée d’une conférence présentée le 16 mai 2018 lors d’une visite à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) à Lyon (Buckland 2018). Je remercie l’Enssib et le Professeur Pascal Robert pour leur hospitalité.

Des techniques bibliographiques permettant un accès sophistiqué aux publications imprimées ont été élaborées il y a longtemps. L’accès à d’autres médias a été plus lent à se développer. Deux anomalies qui concernent la portée de la bibliographie sont examinées ici. Donald F. McKenzie écrivait que la bibliographie devrait être étendue à toutes les autres formes de médias, par exemple des paysages importants sur le plan culturel, ou une pierre légendaire. La bibliothécaire Suzanne Briet et son élève Robert Pagès ont soutenu de leur côtéqu’un animal dans une cage pouvait aussi être un document. Ces exemples sont examinés en relation avec l’histoire et la théorie de la bibliographie, la relation entre les bibliographies et d’autres ouvrages de référence. On en conclut que pour certains domaines de la bibliographie, ces exemples ne sont pas pertinents. Mais ces exemples remettent en cause la limitation de la bibliographie aux documents imprimés.

Introduction

En 1892, Paul Otlet publie son premier article sur la bibliographie, intitulé « Un peu de bibliographie ». Dans cet essai, il pointe du doigt les insuffisances de la bibliographie de l’époque. Il débute ainsi :

La débauche de productions de toutes sortes à laquelle donne lieu de nos jours la culture des sciences dites morales, sociales et politiques, n’est pas sans effrayer ceux qui se préoccupent de la qualité plutôt que de la quantité (Otlet 1891-92, 254).

Otlet présentait la vision de ce qu’il pensait être nécessaire. Cette vision est ensuite devenue le travail de sa vie. Notre objectif est plus limité. Nous nous penchons sur deux anomalies qui visent la portée de la bibliographie. Ce sont deux cas dans lesquels des bibliographes très respectés ont affirmé que la bibliographie ne devrait pas s’étendre qu’aux seuls matériaux imprimés : il s’agit de l’exemple de Donald F. McKenzie sur la pierre de Gnoilya Tmerga et de l’antilope de Suzanne Briet dans un zoo. Ce sont des exemples intrigants. Dans chacun des cas, les auteurs apportent une justification. Cependant, ces suggestions semblent plutôt étranges, voire absurdes. Les deux propositions sont largement connues depuis plus de trente ans, et pourtant il  manque toujours des propositions pratiques pour les intégrer à la bibliographie.
Continuer la lecture de L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Michael K. Buckland is an emeritus professor at the UC Berkeley School of Information and co-director of the Electronic Cultural Atlas Initiative.
Dr. Buckland’s professional experience as a librarian and his work on the design of information services, especially bibliography, the design of library services, and support for online discovery, are reflected three books : Library Services in Theory and Context, 2nd ed., (Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991), and Redesigning Library Services (ALA, 1992). He has also written extensively on the history of information services, including a biography of the designer of the first electronic search engine, Emanuel Goldberg and his Knowledge Machine (Libraries Unlimited, 2006). A new book, Information and Society (MIT Press, March 2017), provides a very concise introduction to a complex area.

Acknowledgement

This text is a translation of a slightly revised version of a lecture presented on May 16, 2018 while Visiting Scholar at the École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) in Lyon, France (Buckland 2018). I thank Enssib and Professor Pascal Robert for their hospitality.

Summary

Bibliographical techniques to provide sophisticated access to printed publications were developed long ago. Access to other media has been slower to develop. Two anomalies with respect to the scope of bibliography are considered. Donald F. McKenzie wrote that bibliography should be extended to all media including culturally significant landscapes, for example a stone associated with a legend. Librarian Suzanne Briet and her student Robert Pagès asserted that an animal in a cage can be a document. These examples are examined in relation to the history and theory of bibliography, the relationship between bibliographies and other reference works and their powers (affordances). It is concluded that for some areas of bibliography these examples are irrelevant. But these examples call into question the limitation of bibliography to printed materials.
Continuer la lecture de The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence