Archives par mot-clé : SHS

Bibliographie commentée du numérique

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

Présentation

Cette bibliographie a été réalisée pour les membres du laboratoire Triangle intéressés par les questions que soulève le « numérique » (axe transversal « Enjeux politiques et épistémologiques de l’écriture numérique ») et pour les étudiants qui travaillent avec moi.

Elle est disponible au format Zotero ou  au format bibtex (.bib).

Elle est fort lacunaire, et ne tient pas compte des derniers ouvrages ou articles. Elle se veut néanmoins pédagogique, dans la mesure où elle aborde divers champs ou thèmes qui me semblent précieux et rarement mis en correspondance : par exemple, des textes relatifs à l’histoire de l’écriture et de l’érudition, à la philosophie des techniques, aux réalités du « numérique ».

L’idée première étant qu’une personne ayant lu ces textes évitera les erreurs banales mais fréquentes que l’on rencontre lors d’une étude de l’internet et du numérique, qu’elle soit focalisée sur la sociologie, l’histoire, la philosophie ou les media studies.

La seconde étant de l’ordre de l’hypothèse : la technique nous est proche, un peu comme un habit, il est inutile d’en faire le procès, c’est une erreur de penser qu’elle soit objectivable. en revanche, nous pouvons explorer ces proximités et interfaces entre nous et le monde.

Les commentaires qui accompagnent cette liste ne sont pas toujours conventionnels. Ils combinent injonction et invitation à la dégustation culinaire (ne pas faire l’impasse sur Granger, vs humm ! L’histoire de la révolte de Bahia. . .) et sont le fruit d’une expérience intellectuelle qui insiste sur les questions théoriques (qu’est-ce qu’une technique, en quoi une technique intellectuelle relève de l’intime et du collectif, quelle est la part de nos croyances et de nos préjugés quand nous prétendons être rationnels ?), sur l’expérience (l’hypothèse [vécue, et simondonienne] étant qu’il est difficile de penser le numérique sans une pratique approfondie) et sur l’histoire (le regard sur la technique oblitérant fréquemment cette discipline sous couvert de nouveauté révolutionnaire, ou la biaisant fortement, en se focalisant sur quelques héros ou quelques déterminismes).

Enfin, la part des sciences et de leur histoire n’est pas oubliée. Non pas au motif que la technique serait « fille de la science », mais parce qu’il me semble délicat de construire des théories sur la technique, la société et ses modes d’organisation sans vivre avec son temps : en faisant fi des cadres culturels et des formations discursives induits par les choses qui nous environnent (de l’eau chaude au TGV en passant par la pilule contraceptive et la radio), en faisant fi de savoirs qui ont transformé notre rapport au monde (des nombres complexes aux microbes, des classes sociales à l’électron).
Continuer la lecture de Bibliographie commentée du numérique

Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Lieu: Paris, Centre Pouchet (59-61 rue Pouchet, 75017), grand amphithéâtre

Date: vendredi 30 mars 2018, 9h-18h

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Argumentaire: Outil ancien de la publication de la recherche, la revue occupe aujourd’hui une place de choix dans les carrières de recherche, en temps de travail (évaluations,  participation aux comités de rédaction), en matière d’évaluation de la recherche (sélection d’article, promotion). Certaines disciplines vont jusqu’à ne considérer que la publication périodique pour la promotion de leurs chercheurs. On aurait pourtant tort de considérer que « faire revue » soit sans effet sur la science telle qu’elle se fait. Les tables-rondes ont ainsi vocation à discuter ce que le format, la chaîne de production et la temporalité « revue » font aux sciences humaines et sociales.

Une première table-ronde est consacrée à la revue comme lieu de pouvoir. Instance de légitimation – notamment au niveau disciplinaire – la revue est également un lieu d’exclusion et de discrimination genrée, sociale ou encore géographique, comme de lutte contre ces mêmes discriminations. Plus avant, la revue – par le biais de son comité de rédaction – établit des normes scientifiques , en refusant certains textes, en incitant ou en procédant à la réécriture des articles – par exemple, en exigeant ou en refusant la féminisation. En s’intéressant aux coulisses du comité de rédaction,  la table-ronde entend ainsi discuter l’impact de la revue sur son champ disciplinaire et sur, très concrètement, le  façonnage des textes scientifiques.

Continuer la lecture de Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Coordination : Marcello Vitali Rosati, Nicolas Sauret, Carole Dely, Michael Sinatra, Fabrice Marcoux

23 janvier 2018 : Les circuits de la confiance dans l’environnement numérique.  Avec Chloé Girard & Jérôme Valluy.

Enjeux  : 

Les précédents cycles du séminaire se sont attachés à articuler la notion d’éditorialisation avec différentes pratiques de l’édition numérique, en questionnant tant la production et la diffusion des savoirs (archive, bibliothèque, édition savante) que le journalisme ou les grandes plateformes du web.
En éclairant de manière récurrente les liens entre espace, environnement et éditorialisation, ces séances sont venues interroger les travaux récents de définition et de conceptualisation de l’éditorialisation. Pour Marcello Vitali-Rosati, « l’éditorialisation désigne l’ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l’espace numérique. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier. » Lire la suite sur le site du séminaire.

La séance sera consacrée au texte de Louise Merzeau « Les fake news, miroir grossissant de luttes d’influences » (Ina Global, mai 2017), et à la question suivante : comment s’élabore la confiance dans l’environnement numérique ?

***
Continuer la lecture de Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Etude I.G.B. : Les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS

Ce rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS, remis en mars 2017 par l’Inspection Générale des Bibliothèques au MESR, est la mise en œuvre d’une mesure du Plan d’action en faveur des sciences humaines et sociales du MESR. Il étudie l’évolution des dépenses documentaires en sciences humaines et sociales dans les bibliothèques universitaires entre 2007 et 2015. Il préconise une meilleure visibilité de l’offre, qui serait favorisée par une politique nationale de numérisation et par une mutualisation des services autour de ces ressources documentaires. Il analyse les évolutions des métiers de chercheur en SHS et de bibliothécaire, qui rendent la transformation numérique des ressources documentaires inéluctable et incitent à une ouverture des équipes de recherche à des compétences diversifiées pour développer des projets en humanités numériques.

Introduction

Le Plan d’action du secrétariat d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche en faveur des sciences humaines et sociales comporte deux séries de mesures, les dix premières énoncées en juillet 2016 et cinq autres en novembre de la même année. La mesure 6 s’intitule « mieux intégrer les enjeux du numérique dans les formations et la recherche » et se décline en quatre actions dont une consiste à « missionner l’Inspection générale des bibliothèques pour réaliser un rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS (numérisation, indexation, nouveaux usages) ». Cette mission est inscrite au programme 2016-2017 de l’Inspection générale des bibliothèques. En préambule à ce rapport, il convient de poser quelques définitions qui en délimiteront plus précisément les contours. Qu’entend-on ici par « SHS » ? Dans sa contribution au Plan pour les sciences humaines et sociales en date du 30 janvier 2016, l’Alliance ATHENA constate : « L’acronyme SHS pour Sciences Humaines et Sociales n’est guère compréhensible dans d’autres langues que le français et tend à laisser hors champ les arts et les lettres. L’expression « Humanités et sciences sociales » traduit mieux la réalité et les valeurs du domaine aujourd’hui. Les Humanités apparaissent, au plan mondial, comme une ressource morale et culturelle centrale ; les Sciences Sociales sont un outil d’analyse et de propositions indispensable à toute société démocratique ». Une fois l’acronyme transcrit dans une langue plus internationale, survient dans une logique académique la question des disciplines concernées. La France se distingue par une autre particularité : le périmètre des SHS n’est pas le même pour la formation et la recherche. Du point de vue de l’enseignement, le droit et les sciences économiques ne relèvent pas des SHS. Ces disciplines y sont en revanche intégrées quand il s’agit de nomenclatures et de programmes de recherche, parce que tel est le périmètre accepté à l’échelon international. De même, l’AERES devenue HCERES, regroupe en 15 listes les revues de recherche en SHS. Deux d’entre elles concernent le droit et l’économie-gestion. Seule la littérature n’apparaît pas.

Continuer la lecture de Etude I.G.B. : Les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journée de réflexion du 3 octobre sur « Les Humanités Numériques dans les MSH », Université Paris Nanterre

Sous l’égide du RnMSH, la Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès (MAE), la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) et la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB), organisent une journée de réflexion,

Les Humanités Numériques dans les Maisons des Sciences de l’Homme :
état des lieux et perspectives

le lundi 3 octobre 2016,

de 9h30 à 19h,

à l’Université Paris Nanterre, dans le bâtiment Max Weber

Programme

9h30 : accueil

10h-13h Structuration des Humanités Numériques

10h : Introduction
Bertrand Jouve (Président du Réseau national des MSH)

10h15 : Cartographie des Humanités Numériques au sein des MSH
Sofia Papastamkou (Responsable Humanités Numériques, MESHS), Sara Tandar (Responsable Humanités Numériques, MAE), Serge Wolikow (Chargé de mission plates-formes technologiques, RnMSH)

10h30 : Présentation des Infrastructures de Recherche d’Humanités Numériques en SHS et IST
•    Huma-Num, Olivier Baude (Directeur) et Stéphane Pouyllau (Directeur technique)
•    CollEx-PERSEE, Nathalie Fargier (Directrice Persée)
•    HAL, Christine Berthaud (Directrice CCSD)
•    NUMEDIF, Dominique Roux (Directeur technique, MRSH)
•    OpenEdition, Marin Dacos (Directeur OpenEdition)

Continuer la lecture de Journée de réflexion du 3 octobre sur « Les Humanités Numériques dans les MSH », Université Paris Nanterre