Archives par mot-clé : Sciences de l’information

Appel à contribution : « Transnum » : penser le numérique comme transformation

Dans le cadre d’une initiative soutenue par Sorbonne Universités, le colloque « TRANSNUM » organisé par le GRIPIC (Sorbonne Université) et le COSTECH (UTC) propose d’interroger ces transformations liées au numérique, en orchestrant la rencontre entre chercheurs relevant de différentes disciplines, dans la variété et la diversité : des sciences humaines aux mathématiques en passant par l’informatique, les sciences de la vie, de la nature, de l’environnement ou de l’ingénieur. Tous ces champs scientifiques rencontrent en effet, chacun à leur façon, ces mutations, tant dans les objets de la recherche et la façon de les modéliser ou de les constituer que dans l’appareil scientifique et méthodologique utilisé.

RÉSUMÉ

« Révolution numérique », « digitalisation du social », « plateformisation de l’économie », avènement des « humanités numériques »… nombreuses sont les désignations d’un phénomène perçu comme une rupture : l’introduction du « numérique » dans le quotidien de nos sociétés, qu’il s’agisse de travail, de loisir, du lien au passé ou au présent, du public ou du privé. Ce colloque propose d’interroger ces transformations liées au numérique, en orchestrant la rencontre entre chercheurs relevant de différentes disciplines, dans la variété et la diversité : des sciences humaines aux mathématiques en passant par l’informatique, les sciences de la vie, de la nature, de l’environnement ou de l’ingénieur. Tous ces champs scientifiques rencontrent en effet, chacun à leur façon, ces mutations, tant dans les objets de la recherche et la façon de les modéliser ou de les constituer que dans l’appareil scientifique et méthodologique utilisé.

Continuer la lecture de Appel à contribution : « Transnum » : penser le numérique comme transformation

La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

Éric Guichard est philosophe, maître de conférences HDR à l’Enssib, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie,  et responsable de l’équipe seaux, Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm. Cet article a été publié dans sa version abrégée dans une tribune de Libération le 29 décembre 2017 sous le titre « La science contaminée par les croyances numériques ».

1 –   Algorithmes et technique

Un algorithme a-t-il du pouvoir ? Assurément non. Un algorithme (ou des bouquets d’algorithmes, comme il en existe aujourd’hui)  est une production humaine, mise en place pour des besoins parfois précis, et d’autres fois non (pensons aux jeux gratuits de recherche des palindromes  dans la langue française). Il ne menace personne. La technique ne peut être jugée, seuls ses utilisateurs  peuvent l’être : celles et ceux qui la développent ou la détournent pour des motifs illégaux  (accroissement de la richesse ou du pouvoir aux dépens d’autrui, diffusion d’idéologies, meurtre, etc.). Par exemple, on ne peut juger un algorithme d’insertion d’un film publicitaire dans une vidéo Youtube. En revanche, on peut juger les personnes qui décident de telles insertions dans les films pour enfants de 2 ans.

La technique n’est pas pour autant neutre. Elle est truffée de valeurs morales : au 19e siècle, le travail des enfants fut interdit  en ajustant les machines textiles américaines à la taille des adultes, au grand dam des industriels  qui pensaient que la concurrence étrangère les anéantirait [Feenberg, 2014]. Quelles valeurs structurent aujourd’hui  le numérique ? Elles sont capitalistes,  sous couvert  de libéralisme : cf. [Charolles, 2013] pour saisir la différence entre capitalisme et libéralisme. Alors que c’est un État qui fut à l’origine des usages massifs de l’internet, aujourd’hui seules les start-up,  par définition privées, ont droit de cité pour le développer.

La technique ne nous est pas plus extérieure. Nos expériences contemporaines nous le rappellent : nous nous déplaçons avec des bicyclettes,  des automobiles,  nos corps sont truffés des prothèses, de la paire de lunettes au plombage dentaire, nombre d’entre nous ne survivraient pas sans prise quotidienne  de médicaments, et nous écrivons avec des ordinateurs fonctionnant,  comme nos réfrigérateurs, à l’électricité. Peut-on imaginer plus intime ?
Continuer la lecture de La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

La recherche sur l’information dans l’espace francophone

Appel à article pour la revue Information researchhttp://www.informationr.net/ir/CfpFrench.html

Quelles sont les spécificités nationales et linguistiques de notre activité scientifique ? Telle est la question que nous entendons poser à travers cette livraison de la revue internationale Information Research qui, indexée dans des bases de données comme ISI Web of knowledge, LISA ou INSPEC, est dotée d’un comité éditorial s’articulant en fonction d’aires géographiques (région luso-hispanique, Océanie et Sud Est Asiatique, Amérique du Nord…). Ce faisant, elle constitue le lieu idoine pour faire émerger de nombreuses interrogations à propos de recherches françaises et francophones : d’où parlons-nous ? Comment définissons-nous nos propres recherches sur l’information ? Et comment nous positionnons-nous vis-à-vis de recherches sur l’information issues d’autres sphères scientifiques ? Instruments d’une réflexivité pensée sur le mode d’une internationalisation, ces questions appellent de nombreuses pistes de réponse que nous prétendons seulement esquisser ici.

Continuer la lecture de La recherche sur l’information dans l’espace francophone

Parution du n° 8 de la Revue Française en SIC : Humanités numériques et SIC

Parution du n° 8 de la Revue Française en Sciences de l’Information et de la Communication – Humanités numériques et Sciences de l’Information et de la Communication

logo_RFSICLes sciences de l’information et de la communication ont de longue date développé des théories et des paradigmes qui permettent de saisir et d’analyser les enjeux sociaux liés au « numérique » (numérisation, informatisation, TIC) : qu’il s’agisse des travaux ayant souligné les implications des systèmes d’information informatisés dans l’organisation du travail, ceux portant sur les mutations médiatiques de la communication, ceux analysant les relations entre technique et société à travers les usages des dispositifs d’information et de communication, ceux encore interrogeant les discours de la société de l’information, ceux abordant les industries culturelles ou encore les médiations liées à la numérisation documentaire…Lire la suite

DLIS, le carnet des Digital Libraries et Information Sciences

vieux-clavierDe quoi on parle ?

Né de la rencontre entre un conservateur des bibliothèques, Catherine Muller en poste à EnssibLab, et deux chercheurs en Sciences de l’information, Benoît Epron et Hans Dillaërts, respectivement MCF à l’Enssib et à l’université Montpellier III, le carnet des Digital Libraries & Information Sciences cherche à créer un espace de rencontre et d’échanges entre les communautés de bibliothécaires et de chercheurs en SHS sur les thématiques convergentes de la transition numérique. Résolument inscrit dans une démarche de vulgarisation scientifique, le carnet vise à accueillir toutes les voix qui s’interrogent aujourd’hui sur les grandes transformations numériques à l’oeuvre dans les sciences de l’information et des bibliothèques, celles des chercheurs et des bibliothécaires, mais aussi des ingénieurs, designers, etc..

L’objectif est de permettre des regards croisés et des partages de questionnements sur des problématiques et démarches communes aux sciences de l’information et des bibliothèques, à l’information scientifique et technique et aux humanités numériques.

Quels enjeux scientifiques ?
  • Créer un carnet de recherche sur « terrain neutre » pour renforcer le dialogue entre les professionnels de l’information/le monde des bibliothèques et les chercheurs en sciences de l’information et de la communication.
  • Créer une passerelle entre le monde de la recherche et le monde des bibliothèques
  • Valoriser les travaux des étudiants (Mémoires de Master et des conservateurs par exemple)
  • Créer un espace d’échange et de réflexion sur les pratiques professionnelles
Pour quoi faire ?

L’objectif du carnet est à fois d’identifier les acteurs de ces thématiques, d’en repérer les enjeux et de rendre compte des positionnements scientifiques variés et complémentaires par la production d’analyses de synthèse.

La singularité de notre démarche est de « mixer » les approches des s cultures professionnelles portées par les acteurs de terrain et de la recherche en sciences de l’information.

Quand les discours de la communauté scientifique des chercheurs et ceux des professionnels de l’information et des bibliothèques portent sur les mêmes débats, quand les points de vue se rejoignent ou à l’inverse divergent par leurs objectifs et légitimités, il est temps de confronter les positions et de renforcer les articulations. Voir comment, au-delà des singularités, les problématiques se font échos, l’attention se partage autour des mêmes objets d’analyse pour constituer ainsi des passerelles entre les communautés professionnelles et confronter des positionnements. Continuer la lecture de DLIS, le carnet des Digital Libraries et Information Sciences