Archives par mot-clé : science ouverte

Transcrire en bibliothèques ? Légitimité, enjeux et méthodes pour fonder une offre de services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ? Légitimité, enjeux et méthodes pour fonder une offre de services aux chercheurs

Journée d’études du Centre des Humanités Numériques

Le Centre des Humanités Numériques de l’Université du Paris a le plaisir de vous convier à sa première Journée d’études qui se tiendra le mardi 15 juin 2021 sur site et en visio-conférence.

Cette journée se déroulera de la façon suivante :

  • Accueil du public et café (9h15-9h45) pour ceux présents sur site
  • Ouverture de la journée (9h45-10h) avec présentation du Centre des Humanités Numériques
  • Table ronde n°1 (10h – 12h) : « Qui fait quoi ? L’organisation du travail en humanités numériques »Avec la participation de : Anne Grondeux (HTL), Violaine Jurie (Géotéca), Isabelle Marchand (Géotéca), Chiara Mainardi (DiRVED), Luc Massip (CERILAC), Sophie Vasset (LARCA)
  • Pause déjeuner (12h-14h) avec panier repas
  • Table ronde n°2 (14h – 16h) « Science ouverte et ouverture de l’accès aux données publiques pour la recherche en Sciences humaines et sociales »
    Avec la participation de : Isabelle Blanc (MESRI), Guillaume Mordant (INSEE), Sébastien Oliveau (PROGEDO), représentant·e de la CNIL (sous réserve).
  • Conclusion de la journée (16h-16h15)
  • Clôture (16h15)

Vous trouverez en pièce jointe le programme détaillé de cette journée. L’inscription est obligatoire via le formulaire suivant :  Formulaire d’inscription

La journée se tiendra à Paris sur le campus des Grands-Moulins (Amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain). Un dispositif hybride est prévu via Zoom (lien transmis après inscription).

Pour toute question sur l’événement, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : recherche.dbm@listes.u-paris.fr

Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International – Seminaire NumeRev le 21 janvier 2021

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche.

Le séminaire « Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International » dont il est question ici plus précisément se déroulera le jeudi 21 janvier à 14h avec une conférence assurée par Mme Ghislaine Chartron.

L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open science dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques.

Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département « Recherche et produits nouveaux » du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

URL de l’annonce du séminaire : https://projet.numerev.com/a-propos/agenda/43-numerev-geopolitique-de-l-openscience-la-france-l-union-europeenne-et-l-international-ghislaine-chartron?date=2021-01-21-14-00

Le Passeport pour la science ouverte traduit en anglais

Edité par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ce guide a été réalisé par le Comité pour la science ouverte et l’Université de Lille. Il s’adresse à tous les doctorants en France, dans toutes les disciplines et vise à les sensibiliser à la science ouverte en leur fournissant des conseils et des outils pour la mettre en pratique tout au long de leur démarche de recherche.

Ce guide est à utiliser dans des formations et peut être partagé librement (licence Creative Commons BY-SA). Il est disponible en ligne en version française et anglaise sur le site du CoSo, le Comité pour la science ouverte.

Le Passeport pour la science ouverte est un guide conçu pour accompagner les doctorants à chaque étape de du parcours de recherche, depuis l’élaboration de la démarche scientifique jusqu’à la diffusion de ses résultats. Il propose une série de bonnes pratiques et d’outils directement activables et il s’adresse à l’ensemble des champs disciplinaires.

Table des matières/Index

1. Concevoir sa démarche scientifique de manière ouverte/Planning an open approach to scientific work

– Utiliser des ressources librement accessibles/Using freely accessible resources

– Prévoir la gestion des données/Planning data management

– Travailler de manière reproductible : pour soi, pour les autres/Working in a reproducible way:For yourself, for others

2. Diffuser sa recherche/Disseminating research

– Diffuser ses publications en accès ouvert/Disseminating your publications in open access

– Rendre sa thèse librement accessible/Making your thesis freely accessible

– Ouvrir les données de recherche/Making research data open

3. Préparer l’après-thèse, rejoindre le mouvement/Preparing for after your thesis, join the movement

– Des politiques publiques enracinées/Deeply rooted public policies

– Évaluer la recherche autrement/Evaluating research differently

– Agir dès maintenant/Act now

Aller plus loin/Going further
Glossaire/Glossary
Sources/Sources

Pour toute question sur le guide ou sur sa diffusion, vous pouvez contacter Romane Coutanson.

Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Le projet COMMONDATA – Les données de la recherche : des communs scientifiques est porté par Agnès Robin, maître de conférences HDR en Droit privé à l’université de Montpellier.

Le projet a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions.

Dans le cadre de ce programme, des séminaires et conférences sont organisés. Dans un séminaire organisé le 17 janvier 2020 à la MSH-SUD, Xavier Strubel, Professeur en Droit privé à l’Institut Mines-Télécom Business School, a assuré une intervention sur le thème   Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ?  que vous pouvez écouter ici :

Résumé de l’intervention

La politique européenne de recherche et d’innovation est fondée sur l’idée que les données produites par les chercheurs, — et au-delà de l’ensemble de toutes les données publiques —, doivent être libérées afin que celles-ci puissent créer des opportunités pour une exploitation dans le secteur privé.

Continuer la lecture de Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

L’information scientifique, à l’épreuve de sa médiatisation

Dossier thématique coordonné par Chérifa Boukacem-Zeghmouri (Elico, UCB Lyon 1) et Blanca Rodríguez Bravo (Université de León)

Modalités de soumission et calendrier

Le dossier fait appel à des travaux inédits et des analyses originales et récentes, relevant des sciences de l’information et de la communication. L’appel, diffusé en français, espagnol et anglais accueille des propositions soumises dans ces langues.

Les propositions soumises présentent une problématique, une méthodologie et apportent des éléments sur les résultats et conclusions envisagés. La longueur des propositions est de 4000 signes (espaces non compris). Elles sont à adresser à Chérifa Boukacem-Zeghmouri : cherifa.boukacem-zeghmouri@univ-lyon1.fr et à Blanca Rodríguez Bravo : blanca.rodriguez@unileon.es pour le 19 septembre 2018.

Après sélection par le comité de lecture (réponse le 18 octobre 2018), les premières versions complètes des textes (de 25 000 signes espaces non compris et rédigés selon les normes éditoriales des articles de la revue disponibles à cette adresse : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/pageshtml/soumettre.html) sont à remettre pour le 15 février 2019 elles seront soumises alors à une évaluation en double aveugle.

A la suite de cette phase, la version définitive du texte (prenant en compte les éventuelles remarques et retours des évaluateurs), incluant les corrections mineures ou majeures demandées, sera soumise au comité éditorial de la revue qui est souverain pour l’accord définitif de publication en juin 2019.

Continuer la lecture de L’information scientifique, à l’épreuve de sa médiatisation

Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

Numéro thématique (RFSIC) coordonné par Ghislaine Chartron (CNAM) et Joachim Schöpfel (Lille 3).

Calendrier et précisions

  • 1er novembre : réception des résumés détaillés

  • 1er décembre : réponses aux auteurs de l’acceptation sur résumé

  • 30 mars : date limite de réception des textes complets

  • 30 mars-15 juin : évaluation et retour vers les auteurs pour décision finale.

  • 30 août : réception des textes définitifs pour parution.

Contacts : Ghislaine Chartron (ghislaine.chartron@lecnam.net) et Joachim Schöpfel (joachim.schopfel@univ-lille3.fr)

Les résumés en français ou en anglais sont limités à 1 200 mots et doivent préciser la problématique, un bref état de la littérature sur la problématique, la méthodologie et les principaux résultats. Ils seront envoyés en format word ou .rtf aux deux coordinateurs de ce numéro.

Continuer la lecture de Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

icoa2016 : Colloque International sur le Libre Accès 2016

Le deuxième colloque International sur le libre accès CILA 2016 aura lieu cette année du 1er au 3 décembre 2016 à Tunis (Tunisie).

Calendrier prévisionnel :

  • 22 février 2016 : Appel à communications;
  • 03 avril 2016 : Date limite d’envoi des intentions de communications sous forme de résumé;
  • 18 avril 2016 : Notification d’acceptation des résumés ;
  • 31 juillet 2016 : Date limite d’envoi des textes;
  • 19 septembre 2016 : Notification d’acceptation des textes
  • 1er, 2 et 3 décembre 2016 : Tenue du colloque

L’appel à communication est disponible à l’adresse suivante : http://icoa2016.sciencesconf.org/conference/icoa2016/pages/CILA2016_appel_comm_Fr_Final_5.pdf

Pour en savoir plus sur ce colloque : http://icoa2016.sciencesconf.org/