Archives par mot-clé : Philosophie politique du web

Mise au point : Internet n’est pas un espace lisse

Ancien élève du département Communication de l’Université Rennes 2 et de l’Institut d’Études Politiques de Rennes, Meven Marchand Guidevay construit actuellement un projet de thèse en Sciences de l’Information et de la Communication. Ses recherches sont tournées vers les recompositions de nos modes de relations induites par le développement des plateformes. Son mémoire de Master 2 en SIC, soutenu en 2018 à l’université Rennes 2 sous la direction de Didier Chauvin, État, plateforme et cybernétique – Fragments philosophiques sur le devenir cybernétique des appareils de gouvernements, est disponible en ligne.”

Mention Cet article a été publié sur Medium le 10 novembre 2018.

Nous devons beaucoup à Pierre Musso pour son travail généalogique de l’utopie techno-scientifique qui a tôt fait d’évacuer la conflictualité politique de l’utopie sociale au travers de la célébration du progrès technique, dès la révolution industrielle. Les prophètes de la religion des réseaux, à l’image de Michel Chevalier en 1832, défendaient effectivement l’idée selon laquelle les réseaux techniques seraient les vecteurs de la démocratie et de l’égalité, par la simple mise en circulation, libre et transparente des flux humains, des savoirs et des capitaux : Améliorer la communication… c’est faire de l’égalité et de la démocratie. Pour autant, nous voyons bien qu’Internet ne se réduit pas à son réseau, à une infrastructure physique de câbles et à des flux d’informations. Ainsi, dans Mille-Plateaux, Gilles Deleuze caractérise deux espaces types différents, les espaces lisses et les espaces striés. Cette grille de lecture nous aide à voir qu’Internet dispose de frontières, étant partout une projection locale et parcellaire d’un espace global. Avec Louise Drulhe, on observe que c’est un espace extrêmement polarisé, où l’hypercentralité est croissante et où un très petit nombre d’acteurs concentrent la majorité des activités, lesquelles ne sont plus d’ailleurs pas davantage décentralisées. Adopté par 90% des internautes en France, Google se place ainsi comme intermédiaire entre les utilisateurs et le reste d’Internet dont il contrôle la géométrie.
Fig 1 : DRULHE, Louise, The Two Webs, 2017

« L’espace électronique d’Internet non plus n’est pas l’espace lisse et neutre dont parlent les idéologues de l’âge de l’information. (…) Virtuels ou réels, les espaces de l’Empire sont structurés en territoires, striés par les cascades de dispositifs qui tracent les frontières puis les effacent lorsqu’elles deviennent inutiles, dans un balayage constant qui est le moteur même des flux de circulation. Et dans un tel espace structuré, territorialisé et déterritorialisé, la ligne de front avec l’ennemi ne peut pas être aussi nette que dans le désert de Lawrence. (TIQQUN, 2009)».

Les mythes ont la vie dure. Nous devons beaucoup à Pierre Musso pour son travail généalogique de l’utopie technoscientifique et de sa manière d’évacuer la conflictualité politique de l’utopie sociale au travers de la célébration du progrès technique, dès la révolution industrielle et la naissance des premiers réseaux, le chemin de fer et le télégraphe de Chappe en France (MUSSO, 2010).
Continuer la lecture de Mise au point : Internet n’est pas un espace lisse

Conférences de Marcello Vitali-Rosati, université de Montréal, chercheur invité à l’Enssib

Dans le cadre du programme de chercheurs invités de l’Enssib, Marcello Vitali-Rosati donnera trois conférences les 18 et 20 octobre 2016.

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française de l’université de Montréal. Il est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.
Cours en ligne

Enregistrement  : La fin de l’autorité ? Pour une philosophie politique du web
Rencontres, journées d’étude Enssib
18 octobre 2016 – Durée 1h 37m 

egarementsAprès avoir étudié la philosophie à l’université de Pise et publié une première monographie sur Emmanuel Lévinas, il a obtenu un doctorat en philosophie (Pise / Paris 4-Sorbonne, 2006). Sa thèse (Corps et virtuel. Itinéraires à partir de Merleau-Ponty, publiée chez L’Harmattan, Paris, 2009) portait sur le concept de virtuel, notion à laquelle est également dédié son essai S’orienter dans le virtuel (Hermann, Paris, 2012). Son dernier ouvrage en libre-accès, Égarements, amour mort et identités numériques (Hermann, Paris, 2014), explore la question identitaire telle qu’elle se pose à l’ère d’internet.  Il mène une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques : la notion d’identité virtuelle, le concept d’auteur à l’ère d’Internet, et les formes de production, publication et diffusion des contenus en ligne.
Continuer la lecture de Conférences de Marcello Vitali-Rosati, université de Montréal, chercheur invité à l’Enssib

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook