Archives par mot-clé : Open data

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

« Les données à mille temps » : séminaire de recherche enssib du 11 juillet

Agnieszka Tona est membre du Laboratoire ELICO de l’Université de Lyon et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Enssib où elle est responsable du Master 1 SIB (PANIST) et co-responsable du Master 1 et 2 Humanités numériques – Pratiques et méthodes en Humanités numériques de l’UDL. Ses thématiques de recherche portent sur l’analyse et la définition des modèles qu’il conviendrait d’imposer aux documents numériques, pour qu’ils puissent se présenter et se réorganiser dans la forme et avec les modalités qui conviendront le mieux à leur usage.

Présentation du séminaire

L’Enssib et le laboratoire ELICO vous invitent à la 1e séance du séminaire intitulé « Les données à mille temps ».

A l’instar de tout objet informationnel ou culturel, les données s’ancrent dans l’axe du temps et peuvent être définies et estampillées par ses mesures. Il n’est pas rare que le rapport entre le concept de temps et la donnée s’exprime de manière très explicite dans les définitions mêmes de cette dernière, comme celle que propose l’Organisation internationale de normalisation (1993) : « la donnée : représentation calendaire d’un moment dans le temps ».

Et c’est justement ce sont ce(s) rapport(s) entre les données et le temps que ce séminaire interdisciplinaire propose d’explorer. Quelles sont les représentations du temps et des temporalités qui affectent aujourd’hui les données (qu’elles soient personnelles, publiques, ouvertes, massives, de recherche, etc.) ? Sous quelles formes ces représentations se matérialisent-elles dans les discours et les pratiques scientifiques et professionnelles autour de ces données ? Qu’est-ce que les données nous apprennent sur le temps ? Comment le disent et le racontent-elles ?

C’est ce que cherchera à explorer cette série de séminaires à travers un dialogue entre acteurs professionnels de l’information et chercheurs de plusieurs disciplines (SIC, sociologie, histoire, philosophie des sciences et épistémologie, informatique, etc.).

Programme du séminaire 

1ère séance, le 11 juillet : « Données : carte blanche »

Lieu : Enssib
Horaire : de 10h30 à 16h00 

10h30 Introduction, Agnieszka Tona, Enssib

10h50 – « Produire, reproduire, maintenir. Comment le temps vient aux données », Jérôme Denis, CSI, MINES Paris Tech

Résumé : Malgré ce que leur nom et sa généalogie laissent entendre, les données, en sciences comme en entreprise ou dans les administrations, se présentent rarement sous la forme d’objets informationnels au repos, qu’il suffirait de saisir dans de bonnes conditions pour en faire usage. Dans la plupart des cas, en particulier lorsqu’il s’agit de les faire circuler et de les partager, elles semblent glisser entre les doigts, ou au contraire résister à la préhension.

En partant de plusieurs exemples issus d’enquêtes récentes dans des secteurs variés, cette communication sera l’occasion de mettre en lumière différentes temporalités en jeu dans les opérations qui sont mises en œuvre pour qu’adviennent concrètement des données. Trois temps — de la production, de la reproduction, et de la maintenance — seront explorés, qui montrent comment les données sont toujours d’une manière ou d’une autre en devenir.

11h40 – « La vie triviale de la donnée : entre logiques institutionnelles locales et injonctions à “l’ouverture”», Marie Després-Lonnet, ELICO, Université Lumière Lyon 2

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – « Le temps long de l’archive », Céline Guyon, Enssib, Association des Archivistes Français (AAF)

Résumé : À partir d’exemples concrets tirés de notre pratique professionnelle l’intervention se propose d’explorer le temps long de l’archive, en illustrant ses multiples usages et fonctions : trace d’une activité, preuve d’une action, objet de pouvoir, témoignage du passé, source historique.

Cette exploration convoquera les concepts clefs de l’archivistique que sont notamment le « cycle de vie », « la théorie des 3 âges » et les notions de « valeurs primaire et secondaire » pour étudier trois moments clefs dans le temps long de l’archive : la création, la conservation et la (re)utilisation.

Ce détour par les sources de l’archivistique nous amènera, en conclusion, à nous interroger sur ce qui, dans un environnement résolument numérique, caractérise l’archive.

14h50 – « Le mille-feuille temporel des archives du Web », Valérie Schafer, C2DH, Université du Luxembourg

Résumé : À partir d’exemples choisis au sein des archives du Web et des réseaux socio-numériques, cette intervention se propose de montrer tout d’abord les différentes strates temporelles à l’œuvre au sein de ce patrimoine dit « nativement numérique », et ce de la sélection et collecte à l’analyse, en passant par l’accès via les interfaces et les médiations qu’elles introduisent, l’enrichissement via des métadonnées ou l’intégration d’outils de fouille.

Distinguer ces strates temporelles nous permettra d’interroger les méthodologies à l’œuvre pour analyser ces archives du Web, leurs apports et limites (qu’il s’agisse du recours à l’archéologie numérique, de l’analyse de réseaux et de la cartographie d’hyperliens aux invitations à revenir à la diplomatique ou encore à la philologie).

Enfin, quelques pistes de prospection et réflexion seront proposées, notamment pour penser les enjeux de pérennité et durabilité.

15h40  16h00 : Clôture de la séance, Agnieszka Tona, Enssib

2ème séance, le 15 novembre 2019

La 2e séance du séminaire est programmée le vendredi 15 novembre 2019 à l’Enssib. Elle sera structurée autour de la problématique des données dite temporelles ou « time-oriented », c’est-à-dire celles qui permettent de dater et d’indexer par le temps des phénomènes, événements, états, objets, etc.,

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles.

Pour toute information sur ce séminaire vous pouvez contacter sa coordinatrice scientifique Agnieszka Tona : agnieszka.tona@enssib.fr

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaerts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO.

Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

« Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Partant du titre donné à cette passionnante journée d’étude organisée conjointement par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et l’URFIST de Paris (Aline Bouchard) : « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques », la thématique des interactions existant entre données et bibliothèques a été explorée de tous les points de vue possibles : bibliothèques « agissant » sur les données, données « impactant » les bibliothèques, tensions, opportunités, limites juridiques, techniques… voici quelques éléments de compte rendu.

Introduction, notions et concepts, le décryptage des enjeux

Pour Gildas Illien qui introduisait la journée, entre « datablues », « databrainwashing » ou « dataliénation », les effets des datas sur les bibliothécaires sont de différente nature : remise en question des compétences classiques des bibliothécaires, interrogations sur la place de la bibliothèque dans l’environnement info-documentaire numérique, sentiment d’être dépassé, perte de repères, alors que cette thématique est très médiatisée, et que l’on baigne dans un univers de données.

Pourtant dans ce contexte hypertechnique de la donnée, les compétences « classiques » de catalogueurs restent pertinentes, alors que d’autres opportunités se dessinent pour les bibliothécaires à travers un repositionnement stratégique de la bibliothèque dans la chaîne de production de documents et des données numériques. Cette question des données est elle-même à la convergence de trois mouvements : l’open data, le linked data et la fouille de données, dont les cadres technologiques et juridiques se dessinent progressivement.

Continuer la lecture de « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Call for Chapters: The Complete Guide to Open Scholarship

Working Title: The Complete Guide to Open Scholarship
Editors: Darren Chase & Dana Haugh
Publisher : ALA Editions

TIMELINE

Abstract submission deadline: December 1, 2017
Notification of acceptance/rejection: January 15, 2017

SUBMISSIONS

Abstracts should briefly describe your topic and how your chapter relates to open scholarship. Multiple submissions are welcome. If your submission is tentatively accepted, the editors may request modifications. Material cannot be previously published.

Final chapters will be in the 3,000-5,000 word range (some exceptions will be made for longer chapters). Chapters will be peer-reviewed.

Please direct any questions to Darren Chase (darren.chase@stonybrook.edu) or Dana Haugh (dana.haugh@stonybrook).

Submit your abstract : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfm47tsahQlqVh8-Clm89Fn7vSUObe4xs9mcfKbGoPAaGvwzw/viewform

BOOK DESCRIPTION

This peer-reviewed collection will bring together a dynamic set of librarians, scholars, practitioners, policy makers and thinkers in order to take measure of the open access movement.

Continuer la lecture de Call for Chapters: The Complete Guide to Open Scholarship

Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

Appel à participation au Hackathon ESOBD

Le Hackathon ESOBD (l’Écriture Scientifique Orientée Base de Données) vous propose de travailler à partir d’un corpus de données issu d’un projet de recherche afin de développer des prototypes de scénarios, interfaces, visualisations ou jeux innovants. Il s’inscrit dans une perspective de réflexion plus large autour des questions du recours à l’open data et aux visualisations de données dans le contexte universitaire.

Le hackathon gravite autour de 3 projets liés à l’univers de la recherche dont les thématiques sont clairement distinctes (la bibliothèque, la comédie musicale, l’université). Ces projets ont été conçus selon une même méthodologie et présentent une architecture technique similaire (un cœur applicatif Symfony3, une BD MySQL, des visualisations réalisées avec D3.js, et une API constituée de webservices fournissant du JSON).

 Les 3 projets issus du monde de la recherche

Le projet Prévu interroge le prêt en bibliothèque par la visualisation, au sein de différents scénarios, des données d’usage de SCD universitaire et de bibliothèques municipales. [http://prevu.fr/]

Le projet MC2  permet de replacer le film Musical hollywoodien en Contexte Médiatique et Culturel par la visualisation et l’interrogation de données produites par des chercheurs en cinéma.[http://mc2.interlivre.fr/]    

Le projet Cartographie de la COMUE Hesam propose de visualiser les compétences des membres de communauté d’universités des Hautes Écoles Sorbonne Arts et Métiers université (Hesam).  [http://carto-hesam.eu]

Continuer la lecture de Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

« Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?

Nous republions ici avec l’aimable autorisation de son auteur cet article paru ce jour sur son blog Bibliothèques [reloaded].

J’ai fini récemment Vers de nouveaux catalogues, paru aux Editions du Cercle de la Librairie sous la coordination d’Emmanuelle Bermès (l’introduction est en ligne sur Figoblog).

J’avoue avoir eu un peu de mal à me le procurer : il y avait une file d’attente pour le lire au service de documentation professionnelle interne de la BnF !

L’ouvrage veut rendre compte, à travers l’ensemble de ses contributions (table des matières), de ce que sera l’avenir des catalogues. Le procédé est le suivant : chaque contributeur essaie de rendre compte, à travers un retour d’expérience précis illustrant le propos (la plateforme data.bnf.fr, la FRBRisation des données, le projet SGBm du réseau Sudoc, le futur data lake de l’INA, etc.), de lignes de fond qui permettent d’anticiper ce que seront les catalogues demain.

A un ou deux articles près, l’équilibre, assez complexe à tenir, entre retour pratique et propos plus théorique, est très bien tenu par leurs auteurs. Les exemples donnés sont concrets, mais le propos ne s’en tient pas à dérouler simplement l’histoire : il en tire des conclusions, dégage des grandes logiques.

Continuer la lecture de « Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?

Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Si la « culture de la donnée » existe depuis longtemps en bibliothèques avec des pratiques d’analyse et de mesure bien ancrées, la culture de la communication de ces données au public n’est pas du tout systématique, ni habituelle.

Pourtant, fournir aux citoyens les informations du secteur public constitue désormais une obligation légale pour les administrations, et ceci à l’échelle européenne (Directive européenne de 2003, transposée en droit français en 2005).

Cet accès ouvert aux données institutionnelles et publiques apparaît même de plus en plus comme un enjeu démocratique, et sa nécessité a été réaffirmée dans le cadre de la loi NOTRe, et plus récemment la loi Lemaire (ou loi pour une République numérique) de juillet 2016 pose le principe de transparence de toutes les données publiques communicables.

La notion de « données publiques » fait intervenir à la fois les conditions de production ou de collecte des informations (administration ou structure exerçant une mission de service public) avec la loi CADA, mais également leur degré de validation (il s’agit de documents finalisés, validés) (DUCOUMAU, 2015).

A l’occasion de l’organisation dans le département des Côtes d’Armor d’un « hyblab », rencontre inter-universitaire autour de l’open data, la bibliothèque départementale a saisi l’opportunité de libérer des données sur la récente plate-forme open data du conseil départemental.

Ces données ont été exploitées par l’un des ateliers du hyblab. Une expérience inédite pour la bibliothèque départementale qui amène un certain nombre de remarques et d’interrogations sur l’exploitation de ces données d’une part, mais aussi, surtout, sur le travail de fourniture de données qui a été mené.

Continuer la lecture de Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Pour une science ouverte et éthique : Journée Open Access Lyon le 25/10 à la MILC, Maison Internationale des Langues et des Cultures

Dans le cadre de la semaine internationale du libre accès, l’Open Access Week,  #oaweek2016,  l’Université de Lyon organise une journée “Pour une science ouverte et éthique” à la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) avec la collaboration des bibliothèques universitaires de Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, l’URFIST de Lyon, l’Enssib, Persée, le laboratoire ELICO, la Maison de l’Orient et de la Méditerrannée, les bibliothèques Diderot de Lyon, de l’INSA et de l’Ecole Centrale de Lyon, l’Institut des Sciences de l’Homme et le CCSD.

Alors que l’Open Access continue sa progression et qu’il devient une réalité concrète pour l’ensemble des acteurs du monde académique, s’incarne sous nos yeux le concept de l’Open Science : des pratiques de recherches scientifiques dans un univers plus ouvert, adossé aux infrastructures numériques. L’Open Science ouvre la voie à de nouvelles manières de faire de la recherche et de la publier, plus partagées, plus collaboratives, plus transparentes, plus accessibles au citoyen. Plus que jamais, l’éthique est au cœur des questionnements et des débats. Elle se déploie sur l’ensemble du cycle de l’activité de recherche, depuis le moment de la production des données jusqu’à la publication et la valorisation de ses résultats. C’est précisément à cette question fondamentale, exacerbée par la généralisation des outils numériques, qu’est consacrée cette matinée.
Continuer la lecture de Pour une science ouverte et éthique : Journée Open Access Lyon le 25/10 à la MILC, Maison Internationale des Langues et des Cultures