Archives par mot-clé : mis-en-avant

Programmation informatique en BU : vers un nouveau profil de bibliothécaire ?

Cet article propose une synthèse du mémoire d’étude Programmation informatique en BU : vers un nouveau profil de bibliothécaire ? réalisé par Élise Leclere dans le cadre du diplôme de conservatrice des bibliothèques[1]. L’autrice a rejoint les bancs de l’Enssib après avoir travaillé pour la plateforme de revues en accès ouvert Prairial et le service de formation des usagers au sein des bibliothèques de l’université Jean Moulin Lyon 3. Elle est désormais responsable du département des formations des usagers de la Bibliothèque Sorbonne nouvelle.

Gérer la compétence en programmation informatique en bibliothèque universitaire : de la recension de l’existant à l’établissement d’une stratégie RH

Questionner la possession d’une compétence en programmation informatique dans les bibliothèques universitaires peut étonner, il s’agit cependant de l’une des compétences informatiques qui font l’objet de réflexions importantes au sein de la profession, comme le montre la réalisation de l’enquête « Applications informatiques métiers en bibliothèques universitaires » par la commission SSI de l’ADBU[2]. La nécessité d’un tel questionnement provient d’un contexte d’évolution plus général à l’œuvre au sein des bibliothèques universitaires. En effet, la technicité des tâches liées à la gestion des collections nécessite depuis longtemps de se familiariser avec des outils informatiques parfois complexes. Cependant, la place grandissante qu’occupent la collecte, le nettoyage, le traitement et l’exploitation des données, notamment dans le cadre de l’ouverture de la science, mais aussi de l’évaluation, implique de monter en compétence sur les outils qui permettent d’accomplir ces tâches et de les automatiser. Deux solutions sont possibles pour faire face à ce besoin : l’acquisition de compétences en interne à la bibliothèque ou le recours à une solution externe (en général fournie par l’université ou par un·e prestataire).

En résumé, la première solution a l’avantage de permettre une indépendance relative de la bibliothèque universitaire tout en permettant de créer ou d’adapter des outils propres à un contexte local sans avoir à en payer le coût de développement et de maintenance (le coût est évidemment alors à calculer en temps de formation et de travail, mais ne relève pas de l’investissement financier direct) ou à s’adapter aux délais de la DSI de l’établissement. Elle exige cependant un investissement important et répété en termes de formation et peut avoir des retombées négatives sur le plan des relations avec les autres services de l’université et de la pérennité des projets. La seconde solution a l’avantage de permettre l’acquisition d’outils normalement clés en main avec, a priori, de meilleures chances de pérennisation. Elle est également moins dispendieuse en temps de formation et de travail sur l’outil en lui-même. Il n’y a pas de solution idéale : les différentes situations rencontrées[3] s’expliquent par la conjonction d’un environnement (politique, stratégique ou financier), d’un besoin (réaliser une tâche ou obtenir des informations) et de la présence ou non dans l’équipe d’une compétence ou au moins d’une appétence, plus ou moins perçue et encadrée par la hiérarchie.

Continuer la lecture de Programmation informatique en BU : vers un nouveau profil de bibliothécaire ?

Les bibliothèques universitaires : un acteur clef dans la sensibilisation et la formation des enseignants-chercheurs à la science ouverte

Après une agrégation de lettres modernes, une expérience bien remplie d’enseignement dans le secondaire et un passage par le SCD d’Angers dans le service formation des usagers, Claudine Delodde est devenue conservatrice des bibliothèques. Son stage professionnel au SCD de Nantes lors sa formation à l’Enssib consistait à élaborer un plan de formation à destination des doctorants et des chercheurs afin de les aider à mieux appréhender le contexte de la science ouverte et surtout la gestion de leurs données de recherche.

« Prendre soin de ses données et les valoriser, ce n’est pas inné[1] »

Nicolas Fressangeas

« Il y a également un autre domaine pour lequel nous aurions besoin de l’accompagnement des bibliothécaires : en psychologie, mais aussi dans d’autres disciplines, nos articles s’accompagnent souvent de données brutes présentant un réel intérêt ; comment les valoriser, où les déposer, de quelle manière les décrire de la manière la plus normalisée possible ? Un chantier primordial à l’heure où l’on parle beaucoup d’accès ouvert et d’intégrité scientifique. [2] »

Monnier, Catherine, « Qu’attendez-vous de votre bibliothèque ? » Arabesques, 95 | 2019, 21-22.

Un mouvement de fond : l’ouverture des données de recherche

A la question « Qu’est-ce que la science ouverte ? », le site Ouvrir la science répond :

« La science ouverte est la diffusion sans entrave des résultats, des méthodes et des produits de la recherche scientifique. Elle s’appuie sur l’opportunité que représente la mutation numérique pour développer l’accès ouvert aux publications et – autant que possible – aux données, aux codes sources et aux méthodes de la recherche.[3] »

Cette volonté de rendre accessible non seulement les publications scientifiques mais aussi les données elles-mêmes est inscrite dans les différents programmes européens : dès 2012, la Commission européenne fait ainsi référence à une « stratégie » de « libre accès aux données et de circulation des connaissances[4] ». Les programmes Horizon 2020, pour la période 2014-2020, et Horizon Europe, pour la période 2021-2027, vont dans le même sens et incitent à l’établissement de plans de gestion des données. La France, en votant la Loi pour une République numérique, en 2016, établit pour les données de recherche leur « libre réutilisation » « dès lors que les données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ne sont pas protégées par un droit spécifique ou une réglementation particulière et qu’elles ont été rendues publiques par le chercheur, l’établissement ou l’organisme de recherche.[5] ». Cette politique est renforcée en 2018 par le Premier plan national pour la science ouverte, puis, en 2019, par la politique du principal financeur de la recherche française, l’ANR (Agence Nationale de la Recherche). Enfin, le deuxième plan national pour la science ouverte (2021-2024) consacre son deuxième axe aux objectifs suivants : « structurer, partager et ouvrir les données de la recherche[6] ».

Continuer la lecture de Les bibliothèques universitaires : un acteur clef dans la sensibilisation et la formation des enseignants-chercheurs à la science ouverte

La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Marianne Duquenne est doctorante contractuelle en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2019, au laboratoire GERiiCO (ULR 4073). Sa thèse porte sur l’application de la science ouverte en bioéconomie. Elle est co-encadrée par Patrice de la Broise et Joachim Schöpfel.

Ses recherches sont financées dans le cadre du projet pilote ReCaBio — Ressources Catalyses et Bioéconomie du Programme Gradué de l’I-Site ULNE « Science pour une planète en mutation » qui est soutenu par le gouvernement français à travers le Programme d’Investissements d’Avenir (I-SITE ULNE / ANR-16-IDEX-0004 ULNE).

Son carnet de recherche retrace le projet initial de la thèse, une esquisse de la problématique et quelques premiers résultats issus de ses recherches.

Chargée de cours au département des Sciences de l’Information et de la Documentation (UFR DECCID) de l’Université de Lille, ses enseignements portent essentiellement sur la science ouverte et plus particulièrement, sur les archives ouvertes.

ORCID ID : https://orcid.org/0000-0003-1493-7905

Twitter : @mariannedqn

LinkedIn

Adresse courriel : marianne.duquenne@univ-lille.fr

 

Qu’est-ce que la bioéconomie plus précisément ? Elle est souvent considérée comme un vecteur de réindustrialisation. Peux-tu apporter quelques précisions à ce sujet ?

La bioéconomie est définie comme une approche qui vise le remplacement des ressources fossiles, c’est-à-dire les ressources non renouvelables comme le charbon ou le pétrole, par des ressources plus respectueuses de l’environnement que l’on appelle plus communément biomasses. C’est un concept souvent associé à la notion d’économie circulaire.

Pour expliquer ce qu’est la bioéconomie, je m’appuie souvent sur la définition proposée par la Commission européenne (2018) qui est très pragmatique, elle permet de concevoir et d’illustrer la bioéconomie dans le faire : « produire du combustible à partir d’algues, recycler les plastiques, transformer des déchets en mobilier ou en vêtements neufs ou élaborer des engrais biologiques à partir de sous-produits industriels ».

Sur le terrain, j’ai pu constater deux choses : d’une part, qu’il existe plusieurs acceptions de la bioéconomie, c’est un concept qui recouvre différentes réalités et pratiques d’après les personnes interrogées, mais aussi, lorsque l’on s’intéresse aux discours d’accompagnement.

D’autre part, ce concept est relativement invisible sur le devant de la scène sociétale. Pourtant, en considérant les pratiques à échelle individuelle, comme le tri des déchets ou encore les démarches dites « zéro déchet », j’aime dire et constater que nous faisions déjà de la bioéconomie au quotidien sans le savoir.

Continuer la lecture de La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne