Archives par mot-clé : mis-en-avant

Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Il est évident que les formes de production, de circulation et de légitimation des contenus ont subi dans les dernières années des changements majeurs en raison du développement et de la diffusion des outils numériques. Le web a contribué à donner une importance centrale à l’écriture dans notre société : tout devient écriture. Dans ce contexte, il est urgent de mettre en place des modèles stables qui nous permettent de comprendre quel est aujourd’hui le rôle de l’édition.

On peut identifier deux tendances contradictoires dans les manières de produire et faire circuler des contenus : celle typique des grandes multinationales du web – on pourrait l’appeler « édition Gafam » en utilisant l’acronyme qui renvoie aux cinq géants Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, mais qui désignerait par extension l’ensemble des grandes entreprises qui dominent le marché numérique – et celle des spécialistes, des professionnels de l’édition et des chercheurs – qu’on nommera ici « édition savante ». L’ édition Gafam  est caractérisée par le fait d’être basée sur les données davantage que sur les documents : les entreprises commerciales sont engagées dans la captation de grandes masses d’informations, peu importe leur structure et leur sens. Ces informations ne doivent pas nécessairement être validées, car c’est leur masse qui est précieuse d’un point de vue économique. De la qualité de l’information, la valeur s’est ainsi déplacée vers la quantité d’information, sur la base de laquelle s’est construit leur modèle économique. Dans cette optique de big data ou de données massives, il est fondamental d’attirer et de rendre captif un nombre très élevé d’utilisateurs. Pour cela, l’édition Gafam concentre ses efforts sur l’expérience de l’utilisateur en offrant des services avant tout simples et performants (rapide), quitte à verser dans la superficialité, au profit de l’attractivité. Son fonctionnement doit être opaque, jusqu’à occulter les aspects techniques, afin que l’utilisateur ne puisse les questionner – l’exemple le plus clair est celui des interfaces Apple. Les usagers s’habituent à ne pas savoir comment la machine fonctionne, à ne pas voir les fichiers, à ne pas avoir accès à la configuration des logiciels. L’édition Gafam doit être efficace et répondre aux pratiques les plus communes. Elle évolue donc rapidement pour rencontrer les besoins et les désirs d’un large public.
Continuer la lecture de Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

De la bibliothèque au web et réciproquement – Webinaire 19 janvier Écritures Numériques et Éditorialisation

Nous vivons désormais dans un espace numérique. Cet espace est fait d’écriture. Nos identités sont de l’écriture – profils, entrées dans des bases de données, lignes de codes -, nos actions sont de l’écriture – à partir des clics jusqu’à l’achat d’un livre ou à la planification d’un voyage -, les objets qui nous entourent sont faits d’écriture.
La Chaire de recherche du Canada sur les Écritures numériques a pour objectif de proposer une nouvelle lecture et une nouvelle compréhension de cette écriture qui fait désormais notre monde. Sur ce site vous trouverez l’ensemble des projets menés par Marcello Vitali-Rosati et son équipe, les publications des membres de la Chaire et la description de tous les concepts théoriques mobilisés pour nos recherches.

Troisième séance du séminaire « Écritures numériques et éditorialisation »
19 janvier prochain – à Montréal 11h30, Université de Montréal, pav. Lionel-Groulx, salle C-8041 ; Paris 17h30.
La séance sera télédiffusée en directe via la chaîne YouTube de la Chaire : https://www.youtube.com/watch?v=NEnUHb79QH0


«De la bibliothèque au web et réciproquement»

Les bibliothèques jouent un rôle privilégié dans le paysage dessiné par l’éditorialisation. Si l’accès et la circulation des contenus demeurent au cœur de sa mission, la bibliothèque en tant qu’institution doit également se transformer pour intégrer la problématique de l’appropriation. Elle se doit ainsi d’investir des dispositifs physiques et numériques susceptibles d’accueillir les pratiques récentes et existantes tout en en favorisant de nouvelles. Nous porterons la réflexion sur cet équilibre entre dispositif et usage nécessaire à tout « lieu de savoir ».

Avec les intervenants :
Catherine Bernier, Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal
Nino Gabrielli, Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal
Benoit Epron, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB)

En savoir plus sur le site Écritures numériques et éditorialisation.

Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Si la « culture de la donnée » existe depuis longtemps en bibliothèques avec des pratiques d’analyse et de mesure bien ancrées, la culture de la communication de ces données au public n’est pas du tout systématique, ni habituelle.

Pourtant, fournir aux citoyens les informations du secteur public constitue désormais une obligation légale pour les administrations, et ceci à l’échelle européenne (Directive européenne de 2003, transposée en droit français en 2005).

Cet accès ouvert aux données institutionnelles et publiques apparaît même de plus en plus comme un enjeu démocratique, et sa nécessité a été réaffirmée dans le cadre de la loi NOTRe, et plus récemment la loi Lemaire (ou loi pour une République numérique) de juillet 2016 pose le principe de transparence de toutes les données publiques communicables.

La notion de « données publiques » fait intervenir à la fois les conditions de production ou de collecte des informations (administration ou structure exerçant une mission de service public) avec la loi CADA, mais également leur degré de validation (il s’agit de documents finalisés, validés) (DUCOUMAU, 2015).

A l’occasion de l’organisation dans le département des Côtes d’Armor d’un « hyblab », rencontre inter-universitaire autour de l’open data, la bibliothèque départementale a saisi l’opportunité de libérer des données sur la récente plate-forme open data du conseil départemental.

Ces données ont été exploitées par l’un des ateliers du hyblab. Une expérience inédite pour la bibliothèque départementale qui amène un certain nombre de remarques et d’interrogations sur l’exploitation de ces données d’une part, mais aussi, surtout, sur le travail de fourniture de données qui a été mené.

Continuer la lecture de Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor