Archives par mot-clé : mis-en-avant

The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Michael K. Buckland is an emeritus professor at the UC Berkeley School of Information and co-director of the Electronic Cultural Atlas Initiative.
Dr. Buckland’s professional experience as a librarian and his work on the design of information services, especially bibliography, the design of library services, and support for online discovery, are reflected three books: Library Services in Theory and Context, 2nd ed., (Pergamon, 1988), Information and Information Systems(Praeger, 1991), and Redesigning Library Services (ALA, 1992). He has also written extensively on the history of information services, including a biography of the designer of the first electronic search engine, Emanuel Goldberg and his Knowledge Machine (Libraries Unlimited, 2006). A new book, Information and Society (MIT Press, March 2017), provides a very concise introduction to a complex area.

Acknowledgement

This text is a translation of a slightly revised version of a lecture presented on May 16, 2018 while Visiting Scholar at the École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) in Lyon, France (Buckland 2018). I thank Enssib and Professor Pascal Robert for their hospitality.

Summary

Bibliographical techniques to provide sophisticated access to printed publications were developed long ago. Access to other media has been slower to develop. Two anomalies with respect to the scope of bibliography are considered. Donald F. McKenzie wrote that bibliography should be extended to all media including culturally significant landscapes, for example a stone associated with a legend. Librarian Suzanne Briet and her student Robert Pagès asserted that an animal in a cage can be a document. These examples are examined in relation to the history and theory of bibliography, the relationship between bibliographies and other reference works and their powers (affordances). It is concluded that for some areas of bibliography these examples are irrelevant. But these examples call into question the limitation of bibliography to printed materials.
Continuer la lecture de The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Après l’obtention en 2018 du DCB, le diplôme de conservateur des bibliothèques, Coline Gosciniak est affectée au poste de responsable de la bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la BMC de Reims, où elle exercera à compter du 1er juillet 2018.

Ses publications professionnelles[1]portent sur la valorisation  du patrimoine écrit auprès des publics par des dispositifs de médiation numérique, notamment vidéoludiques.  Elle revient ici sur les enjeux professionnels de son mémoire de recherche de DCB : Réalité virtuelle et réalité augmentée en bibliothèque : panorama et perspectives.

La réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV), deux technologies immersives, apparaissent de plus en plus fréquemment dans les dispositifs de médiation culturelle et ludique en bibliothèque, et ce depuis leur émergence au début des années 2010 [2]. Que désignent précisément ces deux termes ? Si la réalité augmentée se caractérise comme la superposition d’éléments virtuels (photos, vidéos, texte) sur l’environnement réel à travers un écran de smartphone ou de tablette, ou des verres de lunettes, la réalité virtuelle permet une immersion totale dans un environnement virtuel à l’aide d’un visiocasque tel que l’Oculus Rift ou l’HTC Vive. Ainsi l’application Pokémon Go, qui permet d’apercevoir des Pokémon dans l’environnement réel entourant le joueur à travers l’écran de son smartphone, relève de la RA. Au contraire, l’application Eagle Flight, grâce à laquelle l’utilisateur se glisse dans la peau d’un aigle pour explorer Paris à l’aide d’un visiocasque, constitue une expérience de RV.

Plusieurs catégories de dispositifs existant actuellement en bibliothèque reflètent une prise en main progressive de ces technologies par les professionnels. Parmi cette large palette, les dispositifs ludiques (jeux vidéo en RV et RA) occupent une place prédominante, tout comme les dispositifs de médiation culturelle dans le cadre d’expositions. Les utilisations dans le cadre de repérage des collections et des espaces de la bibliothèque, ou dans un contexte de valorisation de la production scientifique dans les bibliothèques universitaires, demeurent encore limitées mais sont appelées à se développer au cours des prochaines années. Le recours à ces technologies nécessite pour les professionnels d’intégrer non seulement des questions d’ordre financières et techniques, mais également managériales : comment convaincre tant sa hiérarchie que son équipe de l’intérêt de la RA et la RV pour les bibliothèques ? Quelle formation prévoir afin de garantir le bon fonctionnement du dispositif élaboré ?

Continuer la lecture de Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Navigae : Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

Après avoir travaillé à la TGIR Huma-Num sur le projet Isidore, Shadia Kilouchi a rejoint en juillet 2016 le Centre d’Information Scientifique et Technique Regards de l’UMR Passages pour lequel elle assure notamment la direction du projet Navigae.

Navigae est une nouvelle plateforme de recherche au service de la valorisation de données géographiques patrimoniales. Cette plateforme est multilingue, elle est disponible en français, en anglais et en espagnol.

Navigae est une réalisation du Centre IST Regards – CNRS de l’UMR Passages conçue dans le cadre du consortium ImaGEO, consortium labellisé et financé par la TGIR Huma-Num.

Cette plateforme a été conçue pour favoriser la diffusion et la réutilisation de données  issues de travaux en géographie.

En effet, les infrastructures de données géographiques (IDG) diffusent essentiellement des jeux de données contemporaines. Il y a peu de données géographiques anciennes sur ces plateformes. Rendre accessibles et réutilisables des données géographiques patrimoniales auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue donc encore aujourd’hui un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, mais aussi de permettre une réutilisation pertinente de ces données. Pour rendre accessibles, consultables et réutilisables les données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques, le consortium ImaGEO a été mis en place en 2012. Ce consortium souhaite palier à la sous-exploitation de ces ressources faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante.

Afin de répondre à cet objectif, l’une des actions prioritaires du consortium cette année 2018 a donc été de mettre en place une plateforme permettant l’accès à ces données mais aussi de proposer des modes d’interrogation et de visualisation de type spatial permettant la réutilisation de ces données de manière optimale.

Quelles sont les données qui peuvent être consultées dans Navigae  comment fonctionne la plateforme, quels types de recherches et de visualisations sont proposées, de quelles manières  peut-on diffuser ces données dans Navigae ?

Voici des éléments de réponses dans cet article.
Continuer la lecture de Navigae : Plateforme de recherche et de visualisation cartographique