Archives par mot-clé : Livre numérique

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec

« Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

La conférence de Bertrand Legendre a eu lieu le 24 octobre 2019, dans le cadre d’un séminaire NumeRev, et à l’occasion de la sortie de son dernier livre : « Ce que le numérique fait aux livres » publié aux éditions PUG.

NumeRev est un programme scientifique, dirigé par Lise Verlaet, visant à développer et promouvoir les pratiques informationnelles et communicationnelles, soutenir l’édition scientifique dans ce domaine, et réfléchir sur les possibilités offertes par le numérique.

La conférence s’adresse aux étudiants et aux professionnels du livre, et propose une réflexion sur le développement du numérique et ses implications, notamment dans le domaine éditorial.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique).

Vous pouvez revisionner la conférence ici :

L’auteur a fait le choix de traiter le sujet autour de deux lignes de force : l’hybridation des rôles dans un premier temps ; en abordant d’une part l’hybridation des fonctions éditoriales et auctoriales, puis celle des fonctions critiques et promotionnelles d’autre part.

Dans une seconde partie de l’exposé, il propose d’observer la redistribution des cartes et le renouvellement du paysage éditorial engendrés par le développement du numérique.

Continuer la lecture de « Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Rapport de l’Inspection Générale des Bibliothèques adressé à Madame la Ministre de l’ESRI : Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation – Octobre 2017.

Par offre numérique éditoriale pour les étudiants est entendue ici l’édition commerciale à destination du niveau licence. L’étude ébauche un état des lieux du marché mais aussi de l’offre qui en résulte en bibliothèques. Les facteurs défavorables à son développement et sa diffusion sont mis en balance avec les atouts et les opportunités qui pourraient permettre d’aller de l’avant dans un domaine qui fait l’objet de nombreuses réflexions et propositions depuis quinze ans sans avancées décisives. Dans la même période s’est du reste constituée une offre nourrie de ressources éducatives libres d’origine académique, phénomène qui ne peut manquer d’interroger sur l’évolution du rôle de l’éditeur privé dans l’écosystème pédagogique contemporain.

Synthèse

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants de niveau licence prend généralement la forme de livres numériques qui sont des fac-similés du livre imprimé. Ce type de support est difficilement repérable dans les statistiques éditoriales comme sur les plates-formes d’éditeur ou d’agrégateur. Les ventes de livres numériques aux particuliers restant faibles, les éditeurs se tournent vers les clients professionnels et les bibliothèques, mais ils redoutent le piratagedes fichiers et l’impact du numérique sur les ventes de livres papier. Ils retardent ainsi souvent la diffusion numérique des nouvelles éditions et mettent en œuvre des dispositifs de gestion
des droits numériques (ou DRM) jugés pénalisants par les utilisateurs.
Un certain nombre d’offres faites aux établissements, négociées pour la plupart par le consortium Couperin, comportent des livres numériques pour les étudiants de niveau licence, mais de façon encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée d’accès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques. En dépit de ses réticences vis-à-vis des modèles économiques pratiqués dans le cadre du « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB), Couperin a incité les bibliothèques de l’enseignement supérieur à expérimenter ce dispositif, mais la réalisation du test nécessite au préalable des développements informatiques.
Achetés (souvent sans possibilité de récupérer les fichiers) ou acquis par abonnement, au titre à titre ou par bouquet, les livres numériques, en l’absence d’un régime de droit de prêt similaire à celui qui régit le prêt de livres imprimés, sont soumis à des modèles
économiques très divers selon les licences d’usage établies par les fournisseurs. L’accès illimité, qui correspondrait aux attentes et aux besoins de l’enseignement supérieur, n’est pas la règle. Le coût des offres freine également la diffusion du livre numérique, le budget des bibliothèques étant déjà fortement contraint par la documentation électronique de niveau recherche et par la nécessité de maintenir une documentation papier pour l’enseignement.

Continuer la lecture de L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Auctorialité et livre numérique

Après des recherches en philosophie sur l’œuvre de Georges Bataille, Pierre-Emmanuel Denys s’est intéressé à l’édition numérique en intégrant le Master PUN de l’Enssib. Son objet d’étude actuel concerne les implications du l’usage du numérique dans l’enseignement et la transmission de la philosophie.

Résumé

Cet article interroge l’auctorialité c’est-à-dire le statut de l’auteur, dont l’oeuvre est éditée en livre numérique, en la comparant avec celui d’un auteur publié en livre papier. Après un retour sur les fonctions symboliques que créént le livre papier et l’environnement du web, notamment par le biais d’un retour du « refoulé auteur » [Ducas, 2016], les caractéristiques techniques et les faiblesses juridiques actuelles du livre numérique seront exposées comme étant à l’origine de cette déflagration de la figure de l’auteur de livre numérique.

Introduction

La littérature scientifique considère que l’auteur de littérature générale ou de genre remplit à plusieurs titres un rôle de repère dans l’écosystème du livre et de sa diffusion. Ainsi, le concept de fonction-auteur illustre l’idée selon laquelle la figure de l’auteur permettrait d’articuler les aspects symboliques, moraux et juridiques du marché du livre autour d’un même point central et de départ qu’est l’auteur. Avec le développement du web et le partage par internet, les contenus textuels ont été parmi les premiers à pouvoir être massivement distribués gratuitement et modifiés par ce biais. La redocumentarisation du web trouve ainsi aujourd’hui un écho dans le concept d’editorialisation.  En effet, l’éditorialisation comprise comme « façon de produire du savoir à l’époque du numérique » [Vitali-Rosati, 2016] paraît avaliser la mort de cette fonction-auteur et identifie de nouveaux repères qui, dans l’ordre de la publication numérique, remplacent cette fonction-auteur par des indices souvent plus techniques. En ce sens, le modèle de diffusion du web serait hostile à la fonction-auteur sans l’être à l’égard des fonctions remplies traditionnellement par l’auteur.

Le cas de l’auteur de livre numérique est donc à ce titre assez singulier. En France, un auteur papier qui voit son œuvre de littérature générale transposée de manière homothétique en ebook jouit-il des mêmes prérogatives symboliques, juridiques et économiques qu’un auteur de livres uniquement numériques ?  Ce dernier voit-il son texte répondre aux mêmes critères d’identification et de diffusion que la plupart des textes publiés sur le web et éditorialisés par ce biais ? Le régime conceptuel propre à la conception des savoirs et des œuvres sur le web éclairera en quoi ce dernier est à même de fournir aux auteurs des moyens de rétablir cette fonction-auteur au sein de différentes activités (microblogging, sites web, publication sur des plateformes dédiées, etc.), sans passer par le format fermé du livre. Le régime juridique français liant l’éditeur et l’auteur pour le livre numérique, la perception par les auteurs de l’ebook et les caractéristiques techniques de fabrication de ce dernier achèvent de montrer le caractère intermédiaire du livre numérique, entre web et papier. L’hypothèse est faite que le livre numérique ne constitue pas aujourd’hui, pour un auteur de littérature, un moyen d’accès symboliquement assez puissant pour lui donner le même statut d’auteur que celui permis par le livre papier pour le même type d’auteur et de littérature.

Continuer la lecture de Auctorialité et livre numérique

LE NUMÉRIQUE ET LE LECTEUR, RETOUR DU NOMADE : INTERVIEW DE MABEL VERDI

À l’occasion de la publication aux Presses de l’enssib, dans la collection La Numériqued’une enquête menée en 2015 par la sociologue Mabel Verdi[1]  Le numérique et le lecteur, retour du nomade – Une enquête dans les médiathèqes en Auvergne-Rhône-Alpesla chercheuse revient en paroles sur son cheminement pour comprendre comment les bibliothèques participent à la construction des pratiques de lecture numérique des usagers.

Durée de l’interview : 7 mn 30

—————-

 Notes

[1] Mabel Verdi a soutenu sa thèse de sociologie en 2014 sur : « Les multiples mobilités de la migration : le cas des migrants chiliens en France ».

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur L’édition de livres numériques : un défi technique, économique et culturel pour les éditeurs indépendants.

À quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

Continuer la lecture de Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives

Laurent Soual connaît bien les bibliothèques. Autrefois conservateur des bibliothèques, aujourd’hui consultant en système d’information documentaire, il publie en 2015 aux Éd. du Cercle de la Librairie un ouvrage sur le livre numérique en bibliothèque et son avenir sous la forme d’un bilan. Procédant à une radiographie exhaustive des enjeux pour les bibliothèques publiques et universitaires, l’auteur propose un panorama salutaire dans un contexte mouvant et instable, tant au niveau technologique que juridique et économique. Plus d’une décennie après l’émergence du livre numérique sur le marché de l’édition, aucun modèle réellement stable, reconnu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre numérique, ne s’est encore imposé 1.

L’ouvrage fournira aux novices des repères indispensables et un excellent outil de formation pour la profession, dont le poids dans les débats d’avenir est vital pouroffrir une alternative à la diffusion massive et formatée de la culture par les monopoles industriels de contenus numériques.
En six chapitres, dont le dernier plus prospectif, l’auteur met à jour l’écosystème technique complexe du livre numérique, pose le cadre historique et législatif, souligne l’hétérogénéité de ses acteurs, dresse une typologie de l’offre en bibliothèque et envisage, en conclusion de l’ouvrage, quelles solutions d’avenir privilégier.

Le retard français

Un bref détour par les baromètres annuels 2 sur le marché du livre numérique suffit à nous convaincre du retard français 3. L’édition de livres numériques reste clairement un marché de nicheoù les éditeurs nationaux sont fragilisés par le poids des acteurs du web et les industries de contenus numériques. À l’échelle nationale, si l’on totalise 15 % de lecteurs numériques sur l’ensemble du territoire français, encore faut-il nuancer ce constat par la spécificité du lectorat qui relève de la catégorie de grand lecteur, numérique ou pas. Ainsi que le rappelle fort à propos l’auteur, la question de la lecture numérique se pose quoi qu’il en soit dans un contexte d’érosion structurelle del’édition4.

Continuer la lecture de Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives

Colloque international « Écrire, éditer, lire à l’ère numérique »|Design et innovation dans la chaîne du livre

12 et 13 avril 2016, Nîmes (France)

Colloque international #ECRiDiL « Écrire, éditer, lire à l’ère numérique »

Design et innovation dans la chaîne du livre

organisé par PROJEKT (Université de Nîmes) et Carré d’Art Bibliothèques (Ville de Nîmes) en partenariat avec Actes Sud et Forum des Débats et sous la direction de Stéphane Vial et Marie-Julie Catoir-Brisson.

En savoir plus

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Le libre en bibliothèque : nécessité, engagement ou opportunisme?

De la « grande concertation citoyenne » au projet de loi pour une  République numérique, les questions du domaine public et des données libres de droit ont occupé le devant de la scène politique en ce début d’année 2016.

Certaines bibliothèques, investies par les valeurs du libre, se sont largement emparées de ces questions : bibliobox, licences creative commons ou encore les logiciels libres sont promus à ce titre. D’autres sont poussées à s’y intéresser pour investir le champ du numérique à moindre coût…

LR livre et lecture et l’ENSSIB organisent le jeudi 12 mai à la médiathèque André Malraux de Béziers-Méditerranée une journée professionnelle pour faire le point. Alors, le libre en bibliothèque… nécessité, engagement ou opportunisme ?
Continuer la lecture de Le libre en bibliothèque : nécessité, engagement ou opportunisme?

Parution de Lectures numériques – Une enquête sur les grands lecteurs aux éditions de la BPI

couv_parution_lecteursnum
https://books.openedition.org/bibpompidou/1862

LECTURES NUMÉRIQUES
Une enquête sur les grands lecteurs
Par Paul Gaudric, Gérard Mauger et Xavier Zunigo
Extrait depuis  le site d’OpenEdition.

Éditeur : Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Collection : Études et recherche
Lieu d’édition : Paris
Année d’édition : 2016
Publication sur OpenEdition Books : 24 février 2016


Quelles sont les incidences de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture ? Si celles qui affectent la production et la reproduction des textes ou encore leur distribution et leur conservation sont évidentes, qu’en est-il de leur appropriation ? Peut-on mettre en évidence de nouvelles manières de lire induites par la transformation de leur support ? Observe-t-on une métamorphose des goûts ? Voit-on apparaître des « hyperlecteurs » d’« hypertextes » ?  Lire la suite sur le site d’OpenEdition

Disponible sur le site de l’enssib sous Licence Creative Commons Logo creative commons, l‘intervention enregistrée de Xavier Zunigo (sociologue, directeur associé d’Aristat) dans le cadre la journée d’étude Bpi-enssib : Actualités de la recherche des bibliothèques du 31 mars 2015.

Référence bibliographique

GAUDRIC, Paul ; MAUGER, Gérard ; et ZUNIGO, Xavier. Lectures numériques : Une enquête sur les grands lecteurs. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2016 (généré le 02 mars 2016). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/bibpompidou/1862>. ISBN : 9782842462208.