Archives par mot-clé : IST

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaërts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

Information scientifique et diffusion des savoirs : entre fragmentations et intermédiaires

Dossier thématique coordonné  par Hans Dillaerts (Université Paul-Valéry Montpellier 3, LERASS-CERIC) et Chérifa Boukacem-Zeghmouri (Université de Lyon, Lyon 1- Elico) dans la Revue française des sciences de l’information et de la communication.

Modalités de soumission et calendrier

Ce numéro thématique proposera à la fois des articles de recherches (5000 à 7000 mots), ainsi que des études de cas pratiques (retours d’expérience, réflexions sur les pratiques professionnelles) en lien avec les axes de ce numéro thématique (1200 à 2000 mots).

Les propositions doivent être envoyées à hans.dillaerts@univ-montp3.fr et cherifa.boukacem-zeghmouri@univ-lyon1.fr.

Calendrier

  • 15 avril 2018 : Envoi des propositions d’articles (environ 1200 mots);

  • 15 mai 2018 : Réponse d’acceptation ou de rejet des propositions

  • 15 juillet 2018 : Envoi des articles complets pour évaluation

  • 15 septembre : Envoi des commentaires des évaluations aux auteur.e.s

  • 1er novembre : Envoi des textes définitifs

Appel à communication

Il ne se passe pas une semaine sans que l’information scientifique fasse l’objet d’une actualité dans la presse (nationale ou internationale) ou dans les blogs spécialisés, pour relayer les derniers évènements d’une évolution, d’une rupture, ou bien encore d’une transformation.

Parmi les sujets qui reviennent le plus souvent à la une des titres, la généralisation annoncée de l’Openness (Chartron & Schöpfel, 2017) (Neylon, 2017), des réseaux sociaux académiques (Baudry & Bouchard, 2017) qui prennent une place toujours plus importante dans les pratiques des chercheurs, le problème des revues prédatrices qui “harponnent” des chercheurs soumis à la pression de la publication (Tzarnas, 2014), ou bien encore les “bibliothèques pirates” qui jouent les “Robins des Bois” (Cabanac, 2016) de la publication scientifique pour des communautés de chercheurs en demande d’un accès direct et sans limite aux articles scientifiques.

Cette actualité témoigne des évolutions qui agitent l’univers de l’information scientifique, majoritairement dans les domaines des sciences et de la santé, même si les sciences humaines et sociales ne sont pas en reste.

La littérature scientifique, qui documente ces évolutions, montre qu’outre les sciences de l’information et de la communication, plusieurs disciplines se saisissent des enjeux de ces évolutions.

Continuer la lecture de Information scientifique et diffusion des savoirs : entre fragmentations et intermédiaires

Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi.

En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

Par ailleurs, la dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Les conditions de production et de circulation du document dans la société et la culture sont marquées par une complète recomposition de l’écosystème documentaire en termes d’édition, d’usages de lecture et d’écriture, d’acteurs, de modèles économiques et de cadre politique et législatif.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

« Mieux partager l’IST » : Enquête nationale conjointe auprès des Universités, Organismes et Ecoles d’Ingénieurs sur le Partage et la Gestion des ressources d’IST

Dans un pré-rapport « Mieux partager l’IST », la Direction de l’information scientifique et technique du CNRS donne les résultats d’une enquête  nationale destinée à recueillir l’avis des universités, des Grandes Écoles et des EPST sur l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST. Elle a permis :

  • « De susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements;
  • De tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche;
  • D’approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des Unités mixtes de recherche. »

Le document est divisé en 6 offres de service :

  1. Se documenter,
  2. Archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL,
  3. Publier pour la science publique,
  4. Analyser la production scientifique,
  5. Optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche
  6. Services transverses d’appui à l’IST

Cette enquête, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Préface

Mieux partager l’IST : quelle démarche ? A l’heure numérique, dans un système largement marqué par la mixité, l’IST se partage plus ou moins entre les acteurs de la recherche publique, qui co-publient, expérimentent, partagent des ressources d’IST. Ce processus peut-il être optimisé ? Pourquoi ? Comment ? Pour en savoir plus, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, l’enquête COPIST a été adressée au printemps 2016, aux Président(e)s d’Universités, d’Ecoles et d’Organismes par Anne Peyroche, Directrice générale déléguée à la science du CNRS, et par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine et Président de la Commission Recherche de la CPU. Fruit d’un débat interne récurrent dans l’ESR sur le partage de l’IST, cette démarche est née lors des colloques des professionnels et usagers de l’IST de Meudon des trois dernières années, en particulier celui de novembre 2015. Ce dernier colloque avait en effet souligné le besoin d’une étude d’ampleur nationale sur l’état des pratiques et des projets entourant la « plateformisation » de l’IST et son impact sur la recherche. Tel est le sens initial du COPIST (Catalogue d’Offre Partagée d’IST). Après le vote de la loi « Pour une République numérique », cette interrogation collective trouve une dimension supplémentaire : ce texte majeur, en effet, laisse prévoir un décloisonnement et une accélération des usages de l’IST au service de la compétitivité de la recherche nationale et européenne. Le COPIST, peut-on espérer, contribuera à s’y préparer. Que le CNRS ait pris l’initiative de lancer la démarche commune COPIST est en phase avec la « mission nationale » que son statut lui confère en matière d’IST – et que la refonte du décret statutaire, publié en septembre en 2015, vient d’étendre aux plateformes numériques de science. Dans cette optique d’intérêt général, le COPIST va beaucoup plus loin puisqu’il innove par rapport aux textes et repose sur un partenariat construit avec tous les professionnels au profit de tous les chercheurs. En effet, l’option commune a été prise de croiser toutes les approches : celles des Conseils scientifiques des Universités, d’Organismes et d’Ecoles avec les projets et ressources de leurs professionnels en IST, directeurs des SCD et de leurs riches organisations spécialisées. Ces synergies, à l’échelle de tout l’écosystème national d’IST, croisées avec celles des personnels de l’INIST, étaient vitales pour commencer à réfléchir ensemble et pour mener jusqu’au bout le projet de cette enquête nationale.

Lire la suite et les 1ers résultats de l’enquête.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

#TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

L’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation organise le mardi 13 décembre à la BULAC, une journée d’étude consacrée au text data mining, le TDM dans le cas du projet de loi pour une République numérique, à partir de cas d’étude et de retours d’expérience dans l’enseignement supérieur et la recherche publique en France et au Royaume-UniLa journée sera l’occasion d’une restitution complète de l’étude confiée au cabinet Research Consulting. Cette restitution sera complétée l’après-midi par un retour sur plusieurs cas d’étude.

Cette journée s’adresse prioritairement aux décideurs, VP recherche, directeurs de la recherche, enseignants-chercheurs, chercheurs et adhérents de l’ADBU, mais est ouverte à tout professionnel intéressé par la thématique (inscription gratuite mais obligatoire).

La fouille de textes et de données représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la recherche, reconnu et pris en compte dans la loi pour une République numérique, dont les décrets d’application sont en cours de préparation.

Forte de ce constat, et soutenue par le ministère, l’ADBU a piloté une étude sur l’impact de la fouille de textes et de données dans l’enseignement supérieur français et anglais, deux pays dans lesquels un régime d’exception a été adopté récemment, en 2014 au Royaume-Uni, en 2016 en France. L’étude menée s’appuie sur l’analyse d’un ensemble de retours d’expérience, qui permettent de mettre en évidence les conditions et les freins à la mise en œuvre effective de pratiques réussies en matière de fouille de textes et de données au sein de la recherche universitaire publique. L’étude aboutit à une série de recommandations à destination des acteurs de l’ESR et des décideurs.

Programme de la journée à suivre sur Twitter avec le hashtag #adbuTDM

Continuer la lecture de #TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Accueil

Partage des données de la recherche : quels impacts ?

Paris, 29 septembre 2016

Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences…

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014 le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de l’édition 2016 s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.

Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.

Continuer la lecture de Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Précision

Cet article a été publié dans le dossier thématique «Web de données et création de valeurs : le champ des possibles» de la revue I2D.

Pour citer cet article : Verlaet Lise, Dillaerts Hans, « L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique », I2D – Information, données & documents 2/2016 (Volume 53) , p. 49-49
URL : www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2016-2-page-49.htm.

Résumé de l’article

Cet article présente le concept d’éditorialisation sémantique et explicite les opportunités de l’enrichissement sémantique des publications scientifiques pour l’ensemble des acteurs de l’IST (auteurs, éditeurs et professionnels de l’information).

Contenu de l’article

Inhérent au projet du web sémantique, le web de données (linked ata) entend favoriser la publication de données structurées sur le Web afin de constituer un réseau global, lequel doit faciliter la navigation des utilisateurs au sein d’un espace d’information.
Appliqué au domaine de l’édition scientifique, l’on préférera au concept de linked data celui de semantic publishing (éditorialisation sémantique), soit l’enrichissement sémantique des publications scientifiques. Celui-ci permet (SHOTTON, 2009; SHOTTON, 2012) :
• d’enrichir le contenu des articles avec des données interactives ;
• de renforcer le sens des articles à travers un système de balisage sémantique ;
• de fournir des liens directs vers des ressources externes ou vers les références citées ;
• de fournir un accès direct aux données de la recherche ;
• d’encourager la découverte et la réutilisation des nouvelles connaissances en publiant l’article et les données de recherche dans des formats lisibles par les machines.

Continuer la lecture de L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Accès à l’information scientifique et technique : enquête sur les usages et les besoins des chercheurs

Du 2 mai 2016 au 12 mai 2016

Le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a créé un nouveau dispositif documentaire appelé CollEx (« Collections d’Excellence »), visant à prendre le relais, dans un cadre élargi, des Centres d’Acquisition et de Diffusion de l’Information Scientifique et Technique (CADIST).

L’objectif est de mieux répondre aux besoins actuels des chercheurs dans leur recherche d’information et de documentation, imprimée ou numérique. Dans ce contexte, le ministère lance une enquête en ligne pour connaître les usages et recueillir les besoins et les attentes de la communauté scientifique dans ce domaine.
Si vous êtes enseignant-chercheur, chercheur, doctorant ou étudiant en Master 2 Recherche, votre avis sur ce sujet est important.

Merci de participer à cette enquête avant le 12 mai en cliquant ici.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

icoa2016 : Colloque International sur le Libre Accès 2016

Le deuxième colloque International sur le libre accès CILA 2016 aura lieu cette année du 1er au 3 décembre 2016 à Tunis (Tunisie).

Calendrier prévisionnel :

  • 22 février 2016 : Appel à communications;
  • 03 avril 2016 : Date limite d’envoi des intentions de communications sous forme de résumé;
  • 18 avril 2016 : Notification d’acceptation des résumés ;
  • 31 juillet 2016 : Date limite d’envoi des textes;
  • 19 septembre 2016 : Notification d’acceptation des textes
  • 1er, 2 et 3 décembre 2016 : Tenue du colloque

L’appel à communication est disponible à l’adresse suivante : http://icoa2016.sciencesconf.org/conference/icoa2016/pages/CILA2016_appel_comm_Fr_Final_5.pdf

Pour en savoir plus sur ce colloque : http://icoa2016.sciencesconf.org/