Archives par mot-clé : Indexation

Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

Marcin Trzmielewski est philologue, traducteur et bibliothécaire polonais. Titulaire d’un Master 2 en Philologie romane à l’Université d’Opole, Pologne (2015), et en Gestion de l’information et médiation documentaire à l’Université Paul Valéry de Montpellier (2018), il prépare actuellement son projet de thèse en Sciences de l’information et de la Communication. Son champ d’intérêt recouvre l’organisation des connaissances en bibliothèque et dans le secteur médical.

Claudio Gnoli est bibliothécaire à l’Université de Pavie (Italie). Il est spécialisé dans  des théories et pratiques des classifications bibliographiques et de l’organisation des connaissances, et a publié plusieurs articles et livres sur ces sujets, notamment « Organizzare la conoscenza » (avec L. Rosati et V. Marino, Hops, 2006), « Interdisciplinary knowledge organization » (avec R. Szostak et M. López-Huertas, Springer, 2016) et un chapitre intitulé « Knowledge Organization Systems dans l’ouvrage « Subject access to information » rédigé et coordonnée par K. Golub (Libraries Unlimited, 2014). Il est webmaster de l’International Society for Knowledge Organization et membre du comité scientifique du journal Knowledge organization.

Ce billet a pour vocation de présenter les travaux réalisés dans le cadre de la communication « Phenomenon-based vs. disciplinary classification: possibilities for evaluating and for mapping » (ISKO, 2018).

Introduction et objectifs

Comment indexer le livre intitulé Vigne et vin : assemblage en économie et sociologie viti-vinicoles ? On peut l’attribuer à l’économie, à la sociologie aussi bien qu’à la viticulture. À cause de ce dilemme, auquel la plupart des catalogueurs sont confrontés, la possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances.

Par ailleurs, en examinant les différentes approches utilisées pour l’indexation des documents dans les systèmes intégrés de gestion de bibliothèques (SIGB), certains chercheurs, comme Gnoli (2016) et Szostak et al. (2016), trouvent que les classifications basées sur une approche épistémologique (CDD, CDU, LCC, etc.) sont moins appropriées pour ce type de recherche que les classifications basées sur une approche ontologique.

C’est pour cela, en suivant les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.

En principe, les phénomènes (par exemple « eau ») sont des unités de connaissance beaucoup plus générales et plus granulaires que les disciplines (« chimie inorganique », « hydrologie », « ingénierie hydraulique », …).

Pour l’organisation des connaissances, ces premiers sont des objets existants du monde réel alors que ces deuxièmes sont des classes du savoir humain.  Il est important de souligner qu’une discipline peut être également définie comme un phénomène, mais il faut la considérer comme un phénomène appartenant à une classe de la culture humaine.

Continuer la lecture de Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes