Archives par mot-clé : IGB

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Rapport de l’Inspection Générale des Bibliothèques adressé à Madame la Ministre de l’ESRI : Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation – Octobre 2017.

Par offre numérique éditoriale pour les étudiants est entendue ici l’édition commerciale à destination du niveau licence. L’étude ébauche un état des lieux du marché mais aussi de l’offre qui en résulte en bibliothèques. Les facteurs défavorables à son développement et sa diffusion sont mis en balance avec les atouts et les opportunités qui pourraient permettre d’aller de l’avant dans un domaine qui fait l’objet de nombreuses réflexions et propositions depuis quinze ans sans avancées décisives. Dans la même période s’est du reste constituée une offre nourrie de ressources éducatives libres d’origine académique, phénomène qui ne peut manquer d’interroger sur l’évolution du rôle de l’éditeur privé dans l’écosystème pédagogique contemporain.

Synthèse

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants de niveau licence prend généralement la forme de livres numériques qui sont des fac-similés du livre imprimé. Ce type de support est difficilement repérable dans les statistiques éditoriales comme sur les plates-formes d’éditeur ou d’agrégateur. Les ventes de livres numériques aux particuliers restant faibles, les éditeurs se tournent vers les clients professionnels et les bibliothèques, mais ils redoutent le piratagedes fichiers et l’impact du numérique sur les ventes de livres papier. Ils retardent ainsi souvent la diffusion numérique des nouvelles éditions et mettent en œuvre des dispositifs de gestion
des droits numériques (ou DRM) jugés pénalisants par les utilisateurs.
Un certain nombre d’offres faites aux établissements, négociées pour la plupart par le consortium Couperin, comportent des livres numériques pour les étudiants de niveau licence, mais de façon encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée d’accès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques. En dépit de ses réticences vis-à-vis des modèles économiques pratiqués dans le cadre du « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB), Couperin a incité les bibliothèques de l’enseignement supérieur à expérimenter ce dispositif, mais la réalisation du test nécessite au préalable des développements informatiques.
Achetés (souvent sans possibilité de récupérer les fichiers) ou acquis par abonnement, au titre à titre ou par bouquet, les livres numériques, en l’absence d’un régime de droit de prêt similaire à celui qui régit le prêt de livres imprimés, sont soumis à des modèles
économiques très divers selon les licences d’usage établies par les fournisseurs. L’accès illimité, qui correspondrait aux attentes et aux besoins de l’enseignement supérieur, n’est pas la règle. Le coût des offres freine également la diffusion du livre numérique, le budget des bibliothèques étant déjà fortement contraint par la documentation électronique de niveau recherche et par la nécessité de maintenir une documentation papier pour l’enseignement.

Continuer la lecture de L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Etude I.G.B. : Les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS

Ce rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS, remis en mars 2017 par l’Inspection Générale des Bibliothèques au MESR, est la mise en œuvre d’une mesure du Plan d’action en faveur des sciences humaines et sociales du MESR. Il étudie l’évolution des dépenses documentaires en sciences humaines et sociales dans les bibliothèques universitaires entre 2007 et 2015. Il préconise une meilleure visibilité de l’offre, qui serait favorisée par une politique nationale de numérisation et par une mutualisation des services autour de ces ressources documentaires. Il analyse les évolutions des métiers de chercheur en SHS et de bibliothécaire, qui rendent la transformation numérique des ressources documentaires inéluctable et incitent à une ouverture des équipes de recherche à des compétences diversifiées pour développer des projets en humanités numériques.

Introduction

Le Plan d’action du secrétariat d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche en faveur des sciences humaines et sociales comporte deux séries de mesures, les dix premières énoncées en juillet 2016 et cinq autres en novembre de la même année. La mesure 6 s’intitule « mieux intégrer les enjeux du numérique dans les formations et la recherche » et se décline en quatre actions dont une consiste à « missionner l’Inspection générale des bibliothèques pour réaliser un rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS (numérisation, indexation, nouveaux usages) ». Cette mission est inscrite au programme 2016-2017 de l’Inspection générale des bibliothèques. En préambule à ce rapport, il convient de poser quelques définitions qui en délimiteront plus précisément les contours. Qu’entend-on ici par « SHS » ? Dans sa contribution au Plan pour les sciences humaines et sociales en date du 30 janvier 2016, l’Alliance ATHENA constate : « L’acronyme SHS pour Sciences Humaines et Sociales n’est guère compréhensible dans d’autres langues que le français et tend à laisser hors champ les arts et les lettres. L’expression « Humanités et sciences sociales » traduit mieux la réalité et les valeurs du domaine aujourd’hui. Les Humanités apparaissent, au plan mondial, comme une ressource morale et culturelle centrale ; les Sciences Sociales sont un outil d’analyse et de propositions indispensable à toute société démocratique ». Une fois l’acronyme transcrit dans une langue plus internationale, survient dans une logique académique la question des disciplines concernées. La France se distingue par une autre particularité : le périmètre des SHS n’est pas le même pour la formation et la recherche. Du point de vue de l’enseignement, le droit et les sciences économiques ne relèvent pas des SHS. Ces disciplines y sont en revanche intégrées quand il s’agit de nomenclatures et de programmes de recherche, parce que tel est le périmètre accepté à l’échelon international. De même, l’AERES devenue HCERES, regroupe en 15 listes les revues de recherche en SHS. Deux d’entre elles concernent le droit et l’économie-gestion. Seule la littérature n’apparaît pas.

Continuer la lecture de Etude I.G.B. : Les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook