Archives par mot-clé : Humanités numériques

#dhnord2021 – Publier, partager, réutiliser les données de la recherche : les data papers et leurs enjeux

Le colloque #dhnord réunit chaque année à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société la communauté des humanités numériques. La thématique retenue pour 2021 porte sur les data papers et leurs enjeux.

S’il est un constat sur lequel la majorité des chercheurs en SHS s’accorde à propos de l’impact du numérique dans leur pratique, c’est celui d’un renouvellement profond de l’édition scientifique, qu’il s’agisse des possibilités ouvertes par l’édition numérique, de la publication des données de la recherche ou encore de la révision des modèles économiques. C’est dans ce contexte que depuis 10 ans se développent de plus en plus d’expérimentations autour des data papers en SHS. Venus des sciences de la vie et de la terre, leur définition varie en fonction des domaines et des pratiques. Davantage consacrés aux données qu’aux résultats de la recherche, les data papers se présentent comme un complément aux publications scientifiques traditionnelles. Ils permettent avant tout de décrire les jeux de données de la recherche afin de les disséminer, favoriser leur réutilisation ou encore la reproductibilité de la recherche. Parfois, ils sont accompagnés de code exécutable (executable papers) ou encore de modélisations, voire d’analyses. Les data papers, étroitement liés à la science ouverte, soulèvent donc plusieurs enjeux pour les SHS : ils interrogent la nature des données, leur ouverture, leur documentation, leurs publics et leurs éventuelles réutilisations. Ils font également écho au développement du data journalisme, qui s’interroge parfois aussi sur des façons de publier les données ou de pointer vers celles-ci, en complément aux publications des articles et récits qui s’appuient sur des données. À l’heure où plusieurs revues en SHS intègrent, ou souhaitent intégrer, des data papers à leurs formats de publications scientifiques, le colloque #dhnord2021 sera consacré aux data papers en SHS et à leurs enjeux scientifiques, éditoriaux ou sociaux.

Les communications aborderont les sujets suivants :

Continuer la lecture de #dhnord2021 – Publier, partager, réutiliser les données de la recherche : les data papers et leurs enjeux

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les lundis du master HN de Lyon : « Recherches actuelles en Humanités numériques »

Dans le cadre du cours de 2e année  « Recherches actuelles en Humanités numériques », le master Humanités numériques de Lyon a le plaisir de recevoir à l’Enssib en 2021 :

  • 4 octobre : Carmen Brando (ingénieure de recherche, EHESS) « Entités nommées pour une étude outillée linguistique, cartographique et réseau de corpus textuels en SHS ».
  • 8 novembre : Martin Grandjean (premier assistant, université de Lausanne) « Analyse de réseaux et compréhension de l’Histoire ».
  • 15 novembre : Simon Gabay (maitre-assistant, université de Genève) « Extraction et structuration de données de documents dit « historiques » et Christophe Schuwey (assistant professor, Yale university) « Retour sur Un Entrepreneur des Lettres au XVIIe siècle ».
  • 6 décembre : Thibault Clérice (doctorant, université Lyon 3) « l’outil pie-extended, un module d’analyse automatique de texte pour données anciennes et modernes » et Frédéric Glorieux. Sous réserve.

Animation : Marianne REBOUL

Horaires : 9h-13h

Lieu : Salle 1.01, ENSSIB, 17 Bd du 11 Novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Ces séances sont ouvertes à toutes et tous mais uniquement sur inscription (nb de places limité) : formulaire d’inscription

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Cours de Stratégies numériques en Sciences Sociales proposé librement par le CREST, le laboratoire CNRS de l’École polytechnique et de l’ENSAE

L’axe Sciences Sociales Computationnelles du CREST, le laboratoire CNRS de l’École polytechnique et de l’ENSAE, propose librement un cours de Stratégies numériques en Sciences Sociales animé par Etienne Ollion & Julien Boelaert, qui permet d’apprendre à collecter et à nettoyer des données numériques. Que vous soyez novices en programmation, ou que vous ayez déjà des bases solides mais que vous vouliez vous perfectionner ou découvrir ce qu’on peut faire en sciences sociales avec des données numériques, vous trouverez sûrement des éléments utiles pour votre travail.

Ce cours part d’un constat : nous sommes de plus en plus entourés de données numériques. Dans le débat public, dans notre quotidien, dans la décision publique, et parfois jusque dans notre vie privée, des traces numériques enregistrent nos activités.

Cette abondance de données est déjà largement analysée par les sciences sociales. Elle est aussi utilisée, afin de poser des questions nouvelles, ou de reposer d’anciennes questions à partir de ces nouvelles sources.

L’enjeu de ce cours, c’est d’offrir à des étudiantes, des jeunes chercheuses qui n’ont pas forcément de compétences en informatique des éléments pour qu’elles puissent d’une part saisir certains des enjeux que pose la multiplication des données numériques, et d’autre part pour qu’elles puissent en tirer partie de façon empirique, en maîtrisant différents outils qui permettent de travailler à partir de ces données numériques.

Le cours a pour objectif principal de donner des bases de programmation. Mais ce faisant, il propose des éléments de réflexion théoriques et épistémologiques sur ce que peuvent ces données numériques pour les sciences sociales, ce qu’elles peuvent leur faire. Il nous semble en effet qu’on ne peut dissocier l’analyse des données des conditions de leur production.

Le cours peut être suivi en intégralité, ou de manière sélective. Chaque chapitre s’appuie toutefois sur des notions qui ont été vues précédemment. Aucune connaissance préalable en informatique n’est nécessaire.
Continuer la lecture de Cours de Stratégies numériques en Sciences Sociales proposé librement par le CREST, le laboratoire CNRS de l’École polytechnique et de l’ENSAE

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Questionner les Humanités Numériques

Un ouvrage publié sous la direction de Françoise PAQUIENSÉGUY et Nicolas PÉLISSIER (Paris : SFSIC / CP-DirSIC, 2021) disponible en accès ouvert.

Quatrième de couverture
Au-delà des discours prophétiques à visée performative, que recouvre le projet des Humanités Numériques ? Un domaine académique émergent, croisant l’informatique et autres sciences de l’ingénierie avec les recherches en arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales ? Des formations et diplômes aux contenus et contours attrayants pour les étudiant·es mais aux débouchés encore incertains ? Des programmes ambitieux de recherche, à vocation interdisciplinaire, permettant un décloisonnement des savoirs et pratiques scientifiques ? Ce projet protéiforme est riche en promesses, mais l’observation attentive de sa dynamique révèle aussi certains problèmes.

Cet ouvrage questionne les Humanités Numériques à la lumière d’un processus réflexif, critique et délibératif développé au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses en SIC. Fruit d’une coopération entre la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) et la Conférence Permanente des Directeur·trices d’unités de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (CPdirsic), il s’appuie sur une réflexion collective menée depuis 2016 via des manifestations organisées par ces deux associations.

À la lumière de leur expérience et acquis disciplinaires, 30 auteur.trices répondent à quatre interrogations : l’écosystème numérique suscite-t-il une réelle rupture théorique et épistémologique ? Comment mieux évaluer les enjeux politiques et éthiques engendrés par la transformation numérique de nos sociétés ? Quelles sont les incidences de cette numérisation sur le travail et les méthodes des formateur·trices, tout comme des chercheurs et chercheuses ? Comment mettre en place un socle commun d’apprentissage en vue de développer de nouvelles littératies numériques ?

Continuer la lecture de Questionner les Humanités Numériques

Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Journée d’études du Centre des Humanités Numériques

Le Centre des Humanités Numériques de l’Université du Paris a le plaisir de vous convier à sa première Journée d’études qui se tiendra le mardi 15 juin 2021 sur site et en visio-conférence.

Cette journée se déroulera de la façon suivante :

  • Accueil du public et café (9h15-9h45) pour ceux présents sur site
  • Ouverture de la journée (9h45-10h) avec présentation du Centre des Humanités Numériques
  • Table ronde n°1 (10h – 12h) : « Qui fait quoi ? L’organisation du travail en humanités numériques »Avec la participation de : Anne Grondeux (HTL), Violaine Jurie (Géotéca), Isabelle Marchand (Géotéca), Chiara Mainardi (DiRVED), Luc Massip (CERILAC), Sophie Vasset (LARCA)
  • Pause déjeuner (12h-14h) avec panier repas
  • Table ronde n°2 (14h – 16h) « Science ouverte et ouverture de l’accès aux données publiques pour la recherche en Sciences humaines et sociales »
    Avec la participation de : Isabelle Blanc (MESRI), Guillaume Mordant (INSEE), Sébastien Oliveau (PROGEDO), représentant·e de la CNIL (sous réserve).
  • Conclusion de la journée (16h-16h15)
  • Clôture (16h15)

Vous trouverez en pièce jointe le programme détaillé de cette journée. L’inscription est obligatoire via le formulaire suivant :  Formulaire d’inscription

La journée se tiendra à Paris sur le campus des Grands-Moulins (Amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain). Un dispositif hybride est prévu via Zoom (lien transmis après inscription).

Pour toute question sur l’événement, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : recherche.dbm@listes.u-paris.fr

Entretien avec Elie Allouche – Humanités numériques, éducation et formation : convergences et perspectives

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie, Elie Allouche est actuellement Chef de projet à la Direction du numérique pour l’éducation – Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Il a occupé précédemment les postes de directeur de l’Atelier Canopé du Val-de-Marne, de chargé de cours à l’Université Paris Descartes (technologies éducatives), de directeur du Centre départemental de documentation pédagogique des Hauts-de-Seine, et de professeur agrégé dans l’enseignement secondaire. Twitter : @elieallouche – Linkedin : https://www.linkedin.com/in/elieallouche

 Entretien réalisé par Hans Dillaerts, en juin 2020.

  1. A votre avis, quelles sont les caractéristiques principales des humanités numériques ?

Au-delà de la diversité des définitions proposées, les humanités numériques me paraissent avoir au moins trois caractéristiques principales : être à la fois un espace de « dialogue interdisciplinaire[1] », une communauté de praticiens – animée par certaines valeurs et certains engagements professionnels (notamment l’accès ouvert aux savoirs ou les pratiques collaboratives) – et un ensemble d’outils et de méthodes à partir du socle des pratiques numériques en lettres et SHS.

  1. L’espace de dialogue interdisciplinaire que vous évoquez est-il réellement possible ? N’est-ce pas un peu illusoire en matière de recherche scientifique et ce même si les politiques publiques valorisent avant tout le financement de projets de recherche interdisciplinaires ?

Vous avez raison de préciser à la fin de votre question que les politiques publiques encouragent et appuient les projets interdisciplinaires, puisque c’est exactement mon domaine d’activité au sein de la Direction du numérique pour l’éducation.

Pour en revenir à la « possibilité » de ce dialogue, effectivement c’est loin d’être une évidence, mais sa meilleure incarnation à mes yeux reste très concrètement les moments de rencontre entre praticiens des humanités numériques (outre les THATCamp fondateurs comme celui de 2010 ou le colloque Humanistica qui était prévu cette année à Bordeaux), sachant que ces moments se démultiplient et s’étendent dans le cadre des réseaux sociaux, des publications ouvertes et des listes de diffusion.

Par ailleurs, il est intéressant d’observer les profils et les parcours professionnels, qui illustrent aussi en eux-mêmes des dialogues ou des passerelles entre plusieurs sphères de compétences, à partir d’un socle disciplinaire initial.

  1. Selon vous, quelle(s) différence(s) fondamentale(s) existe-t-il entre les humanités numériques et les digital studies ?

Il s’agit de deux approches différentes, mais je les vois surtout comme complémentaires et toutes deux intéressantes à suivre pour les acteurs de l’éducation.

Concernant les humanités numériques, j’ai déjà abordé en réponse à votre première question l’une de leurs caractéristiques en tant qu’espace de dialogue interdisciplinaire. L’intérêt d’un tel espace de dialogue pour l’éducation est qu’il invite à envisager une approche transversale et réflexive du numérique au service de la construction et de la diffusion des savoirs, ce qui a aussi tout sens par exemple à l’échelle d’un établissement scolaire, voire d’une académie, où le numérique ne concerne pas exclusivement les techniciens ni les seules disciplines « scientifiques » au sens strict.

Le réseau des digital studies, dominé par la figure et les travaux de Bernard Stiegler et de l’IRI (Institut de recherche et d’innovation), aborde quant à lui le numérique comme une rupture anthropologique qui concerne l’organisation et l’instrumentation des savoirs, toutes disciplines confondues. Ce champ d’études travaille en particulier sur un nouveau cadre théorique pour étudier la façon dont les technologies numériques transforment l’épistémologie des disciplines.

  1. Dans vos communications, vous mettez en exergue des points de convergence entre les humanités numériques et l’éducation, pouvez-vous les expliciter ?

Oui, on peut partir notamment de l’article 1 du manifeste des Digital humanities de 2010 : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. ». Et ce « tournant » désigne bien dans l’éducation une réalité palpable qui est celle des potentialités inédites, pour les enseignants et leurs élèves, en matière d’accès aux savoirs et d’ouverture aux biens culturels. Ceci étant dit, j’insiste toujours sur la distinction à faire entre données-informations et savoirs en tant que tels, car ces derniers relèvent d’un travail exigeant de médiation, d’appropriation, d’esprit critique et de responsabilisation, qui est au cœur des missions de l’Ecole républicaine. L’article 8 fait également écho très concrètement à ces missions en appelant « à l’intégration de la culture numérique dans la définition de la culture générale du XXIe siècle ».

Même si on peut – à tort selon moi – se focaliser sur les aspects techniques du numérique (infrastructures, outils et services), les humanités numériques, du point de vue de l’éducation, permettent de déplacer le curseur :

  • des enjeux purement techniques vers des enjeux plus largement culturels ;
  • de la consommation individuelle des produits technologiques vers des actions collectives structurées et pérennes (notamment via le travail sur les communs de la connaissance).

Par ailleurs, un autre point de convergence majeur porte sur la transformation numérique des processus de lecture et d’écriture, et de la textualité en général.

De ce point de vue il me paraît utile d’évoquer les publications de mon collègue Jean-Michel Le Baut, professeur de Lettres au lycée de l’Iroise à Brest et qui incarne à mes yeux ce que peuvent être les humanités numériques dans l’éducation, au moins dans deux dimensions majeures :

  • un apprentissage par le « faire », par la pratique : les pratiques pédagogiques qu’il développe avec ses élèves, notamment sur le blog i-voix (http://i-voix.net/), « espace de lecture et d’écriture, de création et d’échange » consiste à leur faire faire de la littérature ;
  • un accès ouvert et un esprit de partage : ses ressources et ses publications sont ouvertes, largement relayées sur les réseaux sociaux (et pas exclusivement par des professeurs de Lettres bien sûr…) et dans le cadre des formations qu’il anime aux niveaux académique et national.

Il y a d’autres points de convergence, notamment ceux qui concernent les enjeux de formation et de continuité de formation au numérique, de façon transversale, de l’Ecole à l’Université ; ou le travail sur les données numériques comme matériau scientifique et pédagogique, même si dans ma contribution au colloque Humanistica 2020 je consacre une partie aux spécificités de l’enseignement scolaire, car le numérique est déjà présent de multiples façons dans les programmes et les textes officiels.

Ces points de convergence peuvent se traduire par des actions ou des projets partenariaux, entre recherche et éducation, par exemple sur la publication des corpus (thème du colloque DH Nord en 2019) ou sur la co-création de communs de la connaissance par les enseignants, élèves, documentalistes et chercheurs.

  1. Dans quelle mesure ces points de convergence sont-ils également valables pour le monde des bibliothèques ?

C’est certainement le cas, et je parlerais plutôt du monde de la documentation au sens large, pour inclure pleinement les missions éminentes des professeurs documentalistes de l’enseignement scolaire, souvent en première ligne dans le développement des pratiques pédagogiques numériques dans les collèges et lycées (éducation aux médias et à l’information, partage des ressources, développement de l’esprit critique, éducation à la citoyenneté numérique, etc.).

L’enjeu est bien celui d’un dialogue « inter-catégoriel » ou « interprofessionnel » et non strictement interdisciplinaire. En effet, au sein d’un laboratoire, d’une bibliothèque ou d’un établissement scolaire l’objectif est de créer les conditions d’un dialogue entre professionnels d’horizons différents : enseignants, chercheurs, ingénieurs, documentalistes, encadrants, administratifs, etc. sur leurs pratiques numériques et sur l’environnement numérique qui est désormais leur espace de travail commun.

  1. Quels enjeux identifiez-vous pour le système de communication scientifique actuel ?

Le premier est bien sûr celui de l’accès ouvert et de la science ouverte au sens large, qui est l’objet du plan du même nom lancé par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation il y a maintenant deux ans.

Derrière cette exigence il y a un enjeu plus large qui est celui de l’identité professionnelle des chercheurs, et plus globalement des professionnels du savoir, en intégrant pleinement dans leur formation initiale, continue et dans leur parcours les activités de partage, de communication et de médiation, car c’est tout le lien entre science et société qui est en train d’être repensé. Par ailleurs je m’efforce d’encourager cette démarche pour les travaux de recherche portant sur le numérique dans l’éducation, pour que ces publications aient la plus large diffusion possible et bénéficient à l’ensemble des enseignants et des formateurs.

  1. Quelle place la littératie numérique devrait-elle occuper dans la formation des acteurs de l’enseignement supérieur et de recherche, et plus précisément les (enseignants) chercheurs et les professionnels de l’information-documentation ?

Une place à la fois centrale et transversale. Centrale, car il s’agit bien de former à une nouvelle culture professionnelle. Transversale car celle-ci ne se résume pas aux seules formations techniques : il ne s’agit pas seulement de former les professionnels du savoir, de la documentation et de la culture à certains outils, qui de toute façon sont appelés à évoluer, mais de développer des pratiques collectives et d’intégrer ces pratiques dans les tâches quotidiennes du « cœur de métier ».


Notes

[1] « Forum interdisciplinaire, interprofessionnel réunissant des individus autour de l’usage des technologies numériques en une communauté de pratique et de réflexion. » (Berra, 2014) ; « dialogue interdisciplinaire sur la dimension numérique des recherches en sciences humaines et sociales » (Dacos & Mounier, 2014).

Bibliographie indicative

Allouche, E. (2017, juin 30). Lettre Édu_Num Thématique N°04—Juin 2017: Humanités et études numériques [Lettre]. Eduscol, le site des professionnels de l’éducation. http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/edunum-thematique_04

Allouche, E. (2019, octobre). Humanités numériques et formation : Quels enjeux communs de l’École à l’Université ? Colloque DHNord 2019 ”Corpus et archives numériques” MESHS Lille Nord de France – 16-18 octobre 2019. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02321700

Berra, A. (2014, mai 26). Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques. WebTV Université Lille 3. https://live3.univ-lille3.fr/video-recherche/connaitre-aujourdhui-lepistemologie-problematique-des-humanites-numeriques.html

Dacos, M. (2010). Manifeste des Digital humanities [Billet]. THATCamp Paris. http://tcp.hypotheses.org/318

Dacos, M., & Mounier, P. (2014). Humanités numériques : État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international (Centre; Institut français). http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65357-humanites-numeriques-etat-des-lieux-et-positionnement-de-la-recherche-francaise-dans-le-contexte-international.pdf

de Amorim, M. (2019, janvier 30). A quoi mènent les masters en « humanités numériques » ? Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/01/30/a-quoi-menent-les-masters-en-humanites-numeriques_5416520_4401467.html

Digital Humanities Course Registry. (2014, 2019). Dariah Clarin Digital Humanities Course Registry. https://registries.clarin-dariah.eu/courses/

Le Deuff, O. (Éd.). (2014). Le temps des humanités digitales: La mutation des sciences humaines et sociales. Fyp éditions, impr. 2014.

Merzeau, L., & Mulot, H. (2017). Les communs : Levier pour l’enseignement (du) numérique à l’école. Hermès, La Revue, 78, 193‑200. http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-193.htm

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. (2019, août). Les nouveaux programmes du lycée général et technologique. Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. https://www.education.gouv.fr/cid140434/les-nouveaux-programmes-du-lycee-general-et-technologique-a-la-rentree-2019.html

Morandi, F. (2017). À l’école des humanités numériques. Hermès, La Revue, 78, 96‑103. Morandi, F. (2017). « À l’école des humanités numériques »,. Hermès, La Revue, 78(78), 96‑103. https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-96.htm

Mulot, H. (2018, janvier 27). Les communs et les savoirs en partage: Que faut-il enseigner? L’odyssée d’Ln : je tisse m@ toile. http://odysseedln.overblog.com/communs-savoirs-en-partage.html

Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? Séminaire Histoire et Humanités numériques – Université de Toulouse

La troisième saison du séminaire Histoire et Humanités numériques aura lieu cette année au sein du laboratoire Framespa à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Le thème transversal qui a été retenu est : Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? et se décline en 5 séances :

Mettre le patrimoine en open access. Par Emilie Roffidal, Anne Perrin Khelissa et Léa Saint-Raymond – 06 février

Comment les acteurs publics mettent-ils en valeur le patrimoine toulousain ? Par Géraud de Lavedan, Rémi Beguet et Hélène Kemplaire –  13 février

Numérique et patrimoine cinématographique : quels enjeux, quelles circulations ? Par Rémy Besson, Natacha Laurent et Michaël Bourgatte – 27 février

– Les futurs des textes, des documents et des livres entre pérennisation et innovation. Par Elena Pierazzo – 12 mars

– Quels enjeux pour le patrimoine institutionnel à l’âge du numérique ? Entre patrimoine de guerre et patrimoine militaire. Par Bénédicte Marquier, Patrick Peccatte et Nathalie Dereymaeker-  23 avril

Toutes les informations, y compris les salles sont disponibles sur le site du séminaire : https://hhn.hypotheses.org/

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques – 13 et 14 mai 2020

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques

13 et 14 mai 2020
IUT Bordeaux Montaigne

https://humanistica2020.sciencesconf.org/

À l’heure où les humanités numériques connaissent un tournant décisif tant sur le plan quantitatif que qualitatif, Humanistica, l’association francophone des humanités numériques créée en 2014, organise son premier colloque. Elle invite ainsi la communauté scientifique à interroger ses résultats et ses méthodes de recherche, ses usages de l’informatique, ses objets traditionnels ou nouveaux, pour mesurer le chemin parcouru et s’engager dans une nouvelle décennie de développement.

En 2010, le Manifeste des Digital Humanities répondait au constat de Milad Doueihi concernant la « conversion numérique en cours » et appelait à la consolidation du domaine. Dix ans plus tard, une transdiscipline a-t-elle émergé ? L’omniprésence de l’expression « humanités numériques » est-elle trompeuse ou témoigne-t-elle d’une prise en compte d’un tournant méthodologique, épistémologique et culturel pris par la recherche en sciences humaines ? Sommes-nous en train d’inventer ou de nous adapter ?

Les propositions devront être soumises sur la plateforme du colloque (https://humanistica2020.sciencesconf.org) le 15 décembre 2019 au plus tard. Les réponses (acceptation ou refus) seront envoyées au terme d’une évaluation en simple aveugle, au plus tard le 15 février 2020.

Plateforme du colloque : https://humanistica2020.sciencesconf.org

Comité d’organisation local

  • Philippe Baudorre (université Bordeaux Montaigne)
  • Julien Baudry (SCD, université Bordeaux Montaigne)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers)
  • Nathalie Prévôt (université Bordeaux Montaigne)
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne)

Comité scientifique du colloque

  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers), co-présidente
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne), co-président
  • Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne)
  • Aurélien Berra (université Paris-Nanterre)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Claire Clivaz (SIB Institut Suisse de Bioinformatique, Lausanne)
  • Martin Grandjean (université de Lausanne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Nathalie Prévôt (CNRS – université Bordeaux Montaigne)

Colloque DHNord 2019 : « Corpus et archives numériques », du 16 au 18 octobre à Lille

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (arts, lettres, histoire, sciences sociales, etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant à leur constitution, leur fiabilité, leur traitement, leur accessibilité ou encore leur préservation. DHNord 2019 souhaite interroger, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales. Le colloque est précédé d’une demi-journée de réflexion sur la formation au numérique en SHS.

Cet événement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Programme

Disponible sur le site de la MESHS LILLE Nord de France

Continuer la lecture de Colloque DHNord 2019 : « Corpus et archives numériques », du 16 au 18 octobre à Lille

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

L’année dernière nous avons publié un entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche. L’objectif de cet entretien était de revenir sur les définitions, les périmètres, les pratiques professionnelles et les enjeux info-documentaires des données de la recherche.

Afin d’approfondir cet entretien et plus précisément les questionnements liés aux usages et les pratiques en lien avec les données de la recherche, nous avons réalisé un entretien au début du mois de juin avec Francesca Frontini. Elle est maître de conférences en Sciences du langage à l’université Paul-Valéry, et membre du laboratoire Praxiling. En 2019, elle a animé un séminaire dans le programme CommonData intitulé « Cycle de vie des données en sciences du langage ».

C’est la raison pour laquelle il nous a paru intéressant de contacter Francesca et de conduire un entretien avec elle afin de revenir plus précisément sur les pratiques et usages des chercheurs dans le champ disciplinaire de la linguistique informatique. Cet entretien a été réalisé et enregistré le lundi 24 juin. Notre objectif était de changer la nature et le formats des entretiens effectués … Nous espérons que cette démarche vous paraîtra pertinente et intéressante. N’hésitez pas à apporter vos commentaires.

Durée de l’interview : 35 mn

Continuer la lecture de Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

AAC – Faire dialoguer les disciplines via l’indexation des connaissances : la recherche interdisciplinaire en débats

Colloque international NumeRev, MSH-Sud, Montpellier 19-21 juin 2019

Modalités de soumission et calendrier

Les propositions rédigées en français prendront la forme d’un résumé (10 000 caractères espaces compris) présentant le contexte, la problématique, le plan envisagé et les principaux éléments de bibliographie. Les résumés seront à déposer sur le site NumeRev.

  • Remise des résumés : 31 mars 2019
  • Réponse aux intervenants : 30 avril 2019
  • Inscription au colloque : 20 mai 2019
  • Colloque : 19-21 juin 2019
  • Remise de l’article : 10 septembre 2019
  • Réponse aux auteurs : 31 octobre 2019
  • Publication des articles : novembre-décembre 2019

Le détail de l’AAC est accessible sur le site NumeRev :  http://numerev.com/appel-no-communication.html

Contexte

Le programme de recherche-action NumeRev, qui a pour finalité pratique de développer un portail de ressources numériques interdisciplinaire, a débuté en juin 2016 à travers un appel à manifestation d’intérêt lancé par la MSH-Sud.

Depuis, grâce aux apports de chercheurs – issus de toutes disciplines – constituant l’équipe et les porteurs de revues NumeRev, ainsi que les invités à ses journées d’étude, nous avons abordé divers aspects du programme, lesquels nous ont confortés quant à son intérêt mais nous ont également interpellés sur les difficultés inhérentes à l’interdisciplinarité.

Un point en particulier s’est progressivement affirmé comme un des nœuds consubstantiels à l’élaboration d’un projet interdisciplinaire : les problématiques liées aux “vocables” encadrant les activités, les pratiques et la culture des différentes communautés de chercheurs.

Ces observations et constats viennent corroborer les travaux de Wenger (1998), lesquels ont mis au jour qu’une communauté de pratiques est caractérisée par trois dimensions interdépendantes, à savoir une dimension sociale et pragmatique liée à l’existence d’une activité commune et partagée, une dimension symbolique, soit le sentiment d’appartenance à un groupe social, ainsi qu’une dimension cognitive, qui repose sur un vocable commun, le partage de ressources et d’outils informationnels.

Continuer la lecture de AAC – Faire dialoguer les disciplines via l’indexation des connaissances : la recherche interdisciplinaire en débats

Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Membre d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales, ingénieur spécialisé en stratégies d’innovation et en politiques numériques, Johann Holland est le directeur du pôle numérique du Campus Condorcet. Sa mission actuelle au sein de l’EPCS lui permet de mettre à profit et de développer, dans un contexte de gouvernance partagée et de mutualisation de ressources, les compétences qu’il a pu acquérir au préalable en participant à différents projets ou missions de conseil. Son expérience auprès des institutions publiques européennes (Europeana à travers les projets CASPAR et Athena) ou nationales (le CNRS, l’INA, l’IRI du Centre Georges Pompidou), ainsi qu’au service d’entreprises privées (Orange, EDF R&D) l’ont rendu familier des problématiques d’usages et d’accompagnement du changement, d’innovation permanente, d’ingénierie numérique et de transfert de technologies.

Cette publication est issue d’une présentation faite le 16 octobre 2018 à l’ADEMEC, l’Association des Diplômés et des Étudiants de Master de l’École des Chartes.

Préambule

Objectif :

    • Présenter ma compréhension du champ professionnel des  « humanités numériques »
    • Partager des repères pour vous aider à vous situer 

De quelques idées reçues : 😯

    • Les « humanités numériques », ce n’est qu’un slogan
    • Les Humanités numériques, ce n’est pas très organisé
    • Le chercheur, il sait ; le technicien, il fait
    • L’ingénieur « couteau-suisse »
    • L’inévitable évolution des métiers

…. Essayons de tordre le cou ou de nuancer ces idées reçues !

Les « Humanités numériques », ce n’est qu’un slogan !

C’est un slogan, en effet :

  • Pratique comme tout mot-valise tendance
  • A utiliser pour se situer, avec des pincettes
  • Humaniste numérique : pas un métier, mais une disposition

Sauf que quelque chose existe :

  • Réalité des pratiques et des échanges
  • Une communauté qui se nomme et se reconnaît
  • Constat de la « révolution » qui est en cours

Mais c’est fragile, il faut agir :

    • Money-time avec les GAFAM
    • GT d’Humanistica
    • Liste [DH], liste [accesouvert]

… Soyons acteurs plutôt que spectateurs !

Continuer la lecture de Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

AAC – Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

12ème Colloque international d’ISKO – Université Paul-Valéry Montpellier III, 9-11 octobre 2019

Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?

Organisé conjointement par le Chapitre Français de l’ISKO et l’équipe de recherche Lerass-Ceric de l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Lieu du Colloque : Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Dates : 9-11 octobre 2019

Télécharger l’ACC sous format PDF

Site : http://www.isko-france.asso.fr/colloque2019/

Le chapitre français de l’ISKO a comme préoccupation majeure depuis sa création en 1996 la question de l’organisation des connaissances. Cette thématique a été traitée sous l’angle des structures d’organisation, des outils techniques de médiation mais aussi des formes et processus de partage des connaissances. Le douzième colloque d’ISKO-France abordera l’organisation, la classification et la gestion des connaissances en choisissant, comme point d’entrée, les données massives.

L’explosion des données a provoqué ce que certains considèrent comme de véritables mines d’or. Les données, lorsqu’elles sont traitées et organisées, permettent effectivement d’évaluer des ensembles d’activités humaines présentes sur le web. Depuis l’avènement du web social, les traces numériques “forment [en effet] une ‘matière première’ particulièrement profitable […]”(Boullier, 2015).

Les réflexions liées à l’ouverture, la communication, l’appropriation et la ré-exploitation de ces données sont des questionnements transversaux pour l’ensemble des acteurs socio-économiques concernés. Par ailleurs, aucun secteur d’activité n’échappe à cette effervescence. Les mégadonnées sont ainsi considérées comme des vecteurs d’une nouvelle révolution numérique qui impacte le développement socio-économique et politique de la société actuelle : la santé, le transport, l’énergie, l’innovation et le marketing, ou encore les politiques publiques par exemple. De nouvelles méthodes d’analyse et outils sont mobilisés pour exploiter ces données, l’équilibre entre “entre innovation et précaution” (Zolynski, 2015) étant fragile, entrainant avec eux un certain nombre d’interrogations et d’enjeux, notamment éthiques.

Continuer la lecture de AAC – Données et mégadonnées ouvertes en SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation des connaissances ?