Archives par mot-clé : données de la recherche

Transcrire en bibliothèques ? Légitimité, enjeux et méthodes pour fonder une offre de services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ? Légitimité, enjeux et méthodes pour fonder une offre de services aux chercheurs

Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Le projet COMMONDATA – Les données de la recherche : des communs scientifiques est porté par Agnès Robin, maître de conférences HDR en Droit privé à l’université de Montpellier.

Le projet a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions.

Dans le cadre de ce programme, des séminaires et conférences sont organisés. Dans un séminaire organisé le 17 janvier 2020 à la MSH-SUD, Xavier Strubel, Professeur en Droit privé à l’Institut Mines-Télécom Business School, a assuré une intervention sur le thème   Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ?  que vous pouvez écouter ici :

Résumé de l’intervention

La politique européenne de recherche et d’innovation est fondée sur l’idée que les données produites par les chercheurs, — et au-delà de l’ensemble de toutes les données publiques —, doivent être libérées afin que celles-ci puissent créer des opportunités pour une exploitation dans le secteur privé.

Continuer la lecture de Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : « Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs ».

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France « Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation », Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

L’année dernière nous avons publié un entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche. L’objectif de cet entretien était de revenir sur les définitions, les périmètres, les pratiques professionnelles et les enjeux info-documentaires des données de la recherche.

Afin d’approfondir cet entretien et plus précisément les questionnements liés aux usages et les pratiques en lien avec les données de la recherche, nous avons réalisé un entretien au début du mois de juin avec Francesca Frontini. Elle est maître de conférences en Sciences du langage à l’université Paul-Valéry, et membre du laboratoire Praxiling. En 2019, elle a animé un séminaire dans le programme CommonData intitulé « Cycle de vie des données en sciences du langage ».

C’est la raison pour laquelle il nous a paru intéressant de contacter Francesca et de conduire un entretien avec elle afin de revenir plus précisément sur les pratiques et usages des chercheurs dans le champ disciplinaire de la linguistique informatique. Cet entretien a été réalisé et enregistré le lundi 24 juin. Notre objectif était de changer la nature et le formats des entretiens effectués … Nous espérons que cette démarche vous paraîtra pertinente et intéressante. N’hésitez pas à apporter vos commentaires.

Durée de l’interview : 35 mn

Continuer la lecture de Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche. Le séminaire du 16 octobre a été organisé avec la thématique suivante : « Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique » et accueillait trois chercheurs experts sur ces questions, Hans Dillaerts, Maître de conférences en SIC à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, rattaché au laboratoire LERASS-CERIC, Alexandre Serres, référent de l’intégrité scientifique de l’université Rennes 2 et ex-coresponsable de l’URFIST de Rennes, Agnès Robin, Maître de Conférences (HDR) en Droit privé à l’université de Montpellier.

Intervention 1 : L’Open Access et les chercheurs au cœur d’injonctions paradoxales

Intervention assurée par Hans Dillaerts, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et rattaché au laboratoire LERASS-CERIC.

Son intervention était en lien avec l’article « Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : Quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST?« 

Intervention 2 : Les données de la recherche : politiques et enjeux

Continuer la lecture de Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaerts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO.

Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

« Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Partant du titre donné à cette passionnante journée d’étude organisée conjointement par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et l’URFIST de Paris (Aline Bouchard) : « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques », la thématique des interactions existant entre données et bibliothèques a été explorée de tous les points de vue possibles : bibliothèques « agissant » sur les données, données « impactant » les bibliothèques, tensions, opportunités, limites juridiques, techniques… voici quelques éléments de compte rendu.

Introduction, notions et concepts, le décryptage des enjeux

Pour Gildas Illien qui introduisait la journée, entre « datablues », « databrainwashing » ou « dataliénation », les effets des datas sur les bibliothécaires sont de différente nature : remise en question des compétences classiques des bibliothécaires, interrogations sur la place de la bibliothèque dans l’environnement info-documentaire numérique, sentiment d’être dépassé, perte de repères, alors que cette thématique est très médiatisée, et que l’on baigne dans un univers de données.

Pourtant dans ce contexte hypertechnique de la donnée, les compétences « classiques » de catalogueurs restent pertinentes, alors que d’autres opportunités se dessinent pour les bibliothécaires à travers un repositionnement stratégique de la bibliothèque dans la chaîne de production de documents et des données numériques. Cette question des données est elle-même à la convergence de trois mouvements : l’open data, le linked data et la fouille de données, dont les cadres technologiques et juridiques se dessinent progressivement.

Continuer la lecture de « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude