Archives par mot-clé : données de la recherche

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : “Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs”.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

L’année dernière nous avons publié un entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche. L’objectif de cet entretien était de revenir sur les définitions, les périmètres, les pratiques professionnelles et les enjeux info-documentaires des données de la recherche.

Afin d’approfondir cet entretien et plus précisément les questionnements liés aux usages et les pratiques en lien avec les données de la recherche, nous avons réalisé un entretien au début du mois de juin avec Francesca Frontini. Elle est maître de conférences en Sciences du langage à l’université Paul-Valéry, et membre du laboratoire Praxiling. En 2019, elle a animé un séminaire dans le programme CommonData intitulé “Cycle de vie des données en sciences du langage”.

C’est la raison pour laquelle il nous a paru intéressant de contacter Francesca et de conduire un entretien avec elle afin de revenir plus précisément sur les pratiques et usages des chercheurs dans le champ disciplinaire de la linguistique informatique. Cet entretien a été réalisé et enregistré le lundi 24 juin. Notre objectif était de changer la nature et le formats des entretiens effectués … Nous espérons que cette démarche vous paraîtra pertinente et intéressante. N’hésitez pas à apporter vos commentaires.

Durée de l’interview : 35 mn

Continuer la lecture de Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche. Le séminaire du 16 octobre a été organisé avec la thématique suivante : “Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique” et accueillait trois chercheurs experts sur ces questions, Hans Dillaerts, Maître de conférences en SIC à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, rattaché au laboratoire LERASS-CERIC, Alexandre Serres, référent de l’intégrité scientifique de l’université Rennes 2 et ex-coresponsable de l’URFIST de Rennes, Agnès Robin, Maître de Conférences (HDR) en Droit privé à l’université de Montpellier.

Intervention 1 : L’Open Access et les chercheurs au cœur d’injonctions paradoxales

Intervention assurée par Hans Dillaerts, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et rattaché au laboratoire LERASS-CERIC.

Son intervention était en lien avec l’article “Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : Quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST?

Intervention 2 : Les données de la recherche : politiques et enjeux

Continuer la lecture de Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaerts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO.

Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

« Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Partant du titre donné à cette passionnante journée d’étude organisée conjointement par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et l’URFIST de Paris (Aline Bouchard) : « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques », la thématique des interactions existant entre données et bibliothèques a été explorée de tous les points de vue possibles : bibliothèques « agissant » sur les données, données « impactant » les bibliothèques, tensions, opportunités, limites juridiques, techniques… voici quelques éléments de compte rendu.

Introduction, notions et concepts, le décryptage des enjeux

Pour Gildas Illien qui introduisait la journée, entre « datablues », « databrainwashing » ou « dataliénation », les effets des datas sur les bibliothécaires sont de différente nature : remise en question des compétences classiques des bibliothécaires, interrogations sur la place de la bibliothèque dans l’environnement info-documentaire numérique, sentiment d’être dépassé, perte de repères, alors que cette thématique est très médiatisée, et que l’on baigne dans un univers de données.

Pourtant dans ce contexte hypertechnique de la donnée, les compétences « classiques » de catalogueurs restent pertinentes, alors que d’autres opportunités se dessinent pour les bibliothécaires à travers un repositionnement stratégique de la bibliothèque dans la chaîne de production de documents et des données numériques. Cette question des données est elle-même à la convergence de trois mouvements : l’open data, le linked data et la fouille de données, dont les cadres technologiques et juridiques se dessinent progressivement.

Continuer la lecture de « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude