Archives par mot-clé : Document

L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Michael K. Buckland est professeur émérite à la School of Information de l’Université californienne de Berkeley, et codirecteur de l’Electronic Cultural Atlas. L’expérience professionnelle de M. Buckland en tant que bibliothécaire et ses travaux sur les services d’information, en particulier la bibliographie, la conception des services en bibliothèques et le soutien à la recherche en ligne, se reflètent dans trois ouvrages: Library Services in Theory and Context, (2e éd., Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Redesigning Library Services (ALA, 1992). Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire des services d’information, notamment une biographie sur le créateur du premier moteur de recherche électronique : Emanuel Goldberg and his knowledge machine (Libraries Unlimited, 2006). Dans son dernier livre, Information and Society,  paru en 2017 chez  MIT Press, il nous livre une synthèse très concise de ce domaine complexe.

Remerciements

Ce texte, traduit de l’anglais, est le fruit d’une version légèrement révisée d’une conférence présentée le 16 mai 2018 lors d’une visite à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) à Lyon (Buckland 2018). Je remercie l’Enssib et le Professeur Pascal Robert pour leur hospitalité.

Des techniques bibliographiques permettant un accès sophistiqué aux publications imprimées ont été élaborées il y a longtemps. L’accès à d’autres médias a été plus lent à se développer. Deux anomalies qui concernent la portée de la bibliographie sont examinées ici. Donald F. McKenzie écrivait que la bibliographie devrait être étendue à toutes les autres formes de médias, par exemple des paysages importants sur le plan culturel, ou une pierre légendaire. La bibliothécaire Suzanne Briet et son élève Robert Pagès ont soutenu de leur côtéqu’un animal dans une cage pouvait aussi être un document. Ces exemples sont examinés en relation avec l’histoire et la théorie de la bibliographie, la relation entre les bibliographies et d’autres ouvrages de référence. On en conclut que pour certains domaines de la bibliographie, ces exemples ne sont pas pertinents. Mais ces exemples remettent en cause la limitation de la bibliographie aux documents imprimés.

Introduction

En 1892, Paul Otlet publie son premier article sur la bibliographie, intitulé « Un peu de bibliographie ». Dans cet essai, il pointe du doigt les insuffisances de la bibliographie de l’époque. Il débute ainsi :

La débauche de productions de toutes sortes à laquelle donne lieu de nos jours la culture des sciences dites morales, sociales et politiques, n’est pas sans effrayer ceux qui se préoccupent de la qualité plutôt que de la quantité (Otlet 1891-92, 254).

Otlet présentait la vision de ce qu’il pensait être nécessaire. Cette vision est ensuite devenue le travail de sa vie. Notre objectif est plus limité. Nous nous penchons sur deux anomalies qui visent la portée de la bibliographie. Ce sont deux cas dans lesquels des bibliographes très respectés ont affirmé que la bibliographie ne devrait pas s’étendre qu’aux seuls matériaux imprimés : il s’agit de l’exemple de Donald F. McKenzie sur la pierre de Gnoilya Tmerga et de l’antilope de Suzanne Briet dans un zoo. Ce sont des exemples intrigants. Dans chacun des cas, les auteurs apportent une justification. Cependant, ces suggestions semblent plutôt étranges, voire absurdes. Les deux propositions sont largement connues depuis plus de trente ans, et pourtant il  manque toujours des propositions pratiques pour les intégrer à la bibliographie.
Continuer la lecture de L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Les sciences de l’écrit et les humanités digitales – 25 janvier : séminaire E3D du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne

Séminaire E3D – Etudes digitales des données aux dispositifs – du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne – 2017-2018.

Coordination : Franck Cormerais

Séance 1 – Archives digitales : un nouvel archiviste après Foucault et Otlet ? Avec Amar Lakel et Olivier Le Deuff
25 janvier 2018 : 17h – 19h – Ecole Doctorale Bordeaux-Montaigne, salle 33, Pessac. A suivre en direct sur Youtube !


Débat :
Repenser l’archive : enjeux de pouvoir et méthodes pour mieux voir

Les séparations entre documentation, bibliothéconomie et archivistiques se sont construites au fil du temps et sont finalement la conséquence d’une documentalité grandissante et d’une documentarité spécifique. Nous allons présenter dans cette intervention les relations qui existent entre documents et archives en examinant les différentes conceptions qui les abordent de façon professionnelle et scientifique.

Continuer la lecture de Les sciences de l’écrit et les humanités digitales – 25 janvier : séminaire E3D du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journées doctorales de la Sfsic du 14 au 16 juin 2017 – Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les journées doctorales de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication se tiendront les 14, 15 et 16 juin 2017 à Lyon en partenariat avec ELICO, à suivre sur Twitter avec le hashtag  .

Au programme de ces XIIèmes doctorales :
8 ateliers, moments d’échange et de partage, permettant de découvrir les objets de recherche abordés par les thèses en cours : questionner l’urbain, questionner la mobilité, analyse de discours, questions de méthodes, pratiques en ligne, questions d’images, etc.
1 table-ronde introductive autour des sciences de l’information et du document : filiations théoriques et nouveaux champs professionnels
1 table-ronde conclusive autour de la professionnalisation du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication
1 séance plénière : « Se former à l’information scientifique : les services URFIST à destination des doctorants »
– De nombreux rendez-vous pour échanger autour du café poster, de la table des revues, lors de la photo de groupe et durant les pauses déjeuner, le repas de gala etc.
– Et 2 nouveautés cette année : une rencontre avec l’ensemble des membres du bureau du CNU 71ème section et une session de présentation de sa thèse en 3 minutes.

Programme

L’ensemble des communications sera retransmis ultérieurement sur la chaîne You Tube de la SFSIC.

Informations pratiques

Cette rencontre se déroule à l’ Enssib

17-21 bd du 11 novembre 1918

Villeurbanne

Les frais d’inscription donnent accès à l’ensemble des conférences et ateliers, aux pauses café, aux déjeuners des 14/06 et 15/06, au dîner du 15/06 et, pour les non-adhérents, à l’adhésion.

– Doctorants et étudiants adhérents à la Sfsic 50€
– Doctorants et étudiants non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 76€
– Enseignants chercheurs adhérents à la Sfsic : 72€
– Enseignants chercheurs non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 125€

Les modalités de paiement acceptées sont :
– un bon de commande, mandat administratif ou chèque, à l’ordre de SFSIC, à envoyer à Trésorerie de la Sfsic à l’attention de Claire Scopsi – 75 bd Barbès – 75018 PARIS
– un virement bancaire : IBAN crédit agricole: FR76 1820 6002 8965 0050 5594 020 – BIC AGRIFRPP882
Pour toute question concernant l’inscription ou le paiement : claire.scopsi@cnam.fr

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook