Archives par mot-clé : COUPERIN

Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d’Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales de son Université et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

 

En juin 2018, un projet d’e-manuel porté par Couperin, l’UVSQ Paris-Saclay et Numérique Premium a été récompensé lors de l’Appel à manifestation d’intérêt de la MIPNES (mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur).

Nous nous proposons de présenter la genèse de ce projet, dont les implications concernent aussi bien la production éditoriale, le rôle des services de documentation et la structuration du financement. Il illustre par ailleurs pratiquement en quoi l’open access est susceptible de lever des freins, à la fois éditoriaux et pédagogiques, pour les ORE (« Open educational ressources »).

L’absence de manuels numériques à destination du public de licence

L’édition privée d’ouvrages à destination d’un public de niveau licence rechigne à mettre à disposition ses ouvrages, et quand ils sont distribués sous forme numérique, il s’agit fréquemment d’anciennes éditions. Les éditions enrichies (site web dédié, matériels d’accompagnement, support audio ou sonores) créées par les éditeurs privés ne sont pas diffusées en collectivité. Ce sujet mobilise de longue date la communauté universitaire.

On citera le récent rapport de l’IGB (« Inspection générale des bibliothèques ») rédigé par M. Olivier Caudron : « L’offre de livres numériques de niveau Licence est, on l’a vu, dispersée sur différentes plates-formes, d’éditeur ou d’agrégateur, plates-formes hétérogènes qui s’avèrent de surcroît, pour certaines, difficiles d’usage, malcommodes, peu ergonomiques, « datées » ».

De surcroît, « l’offre éditoriale peut par ailleurs être considérée aujourd’hui comme en situation de concurrence avec la production des UNT, dont un récent rapport de l’IGAENR préconise du reste la systématisation de la mission en matière de ressources pour le niveau Licence. Le Comité d’orientation du numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche (CODORNUM) a décidé de « l’accélération de la production de ressources numériques ». Quelles relations, ou pas, entre ces deux offres ? Va-t-on vers une nouvelle offre de services des éditeurs privés, qui constituerait une plus-value, ou vers un modèle partenarial, ou bien encore vers une « désintermédiation » croissante des ressources pédagogiques numériques ? ».

Le consortium Couperin mène une veille sur ce secteur éditorial afin d’enrichir l’offre de manuels, à la demande de ses membres. Une récente enquête menée par la cellule ebooks du consortium montre que 58% des établissements pointent l’absence de disponibilité des titres désirés.

L’absence de manuels fait également l’objet de plaintes : « Malgré l’enrichissement des offres sur ce segment au cours des dernières années, 14 établissements font encore porter leur demande sur des manuels en français. Par ailleurs, parmi tous les éditeurs nommément cités, il est remarquable que pour beaucoup une offre existe déjà. Nous pouvons donc nous interroger sur ces demandes. Est-ce une méconnaissance des collègues sur les e-books d’ores et déjà disponibles ? Ou bien, l’offre déjà existante de ces éditeurs ne répond-elle pas aux attentes des établissements ? Pour cette deuxième raison, des hypothèses peuvent être formulées : absence de certains titres, notamment des éditions récentes, absence d’une offre au titre à titre, absence des titres auprès des fournisseurs retenus par les établissements ».

La liste des éditeurs demandée par les bibliothèques, en annexe de cette étude, est d’ailleurs exclusivement francophone et connue pour leurs collections destinées à un public de licence.

Il faut enfin souligner les conséquences de la faible présence de documentation électronique à destination des étudiants de licence : moindre sensibilisation à la documentation électronique dans les premiers cycles alors qu’elle est massivement utilisée dès le Master, rupture des usages entre les publics, ignorance des fonctionnalités liées à ce support dans la communauté éducative et de ses apports pédagogiques.

Cette situation vaut également à l’étranger. La faiblesse structurelle de l’offre est traditionnellement imputée à :

  • une crainte de cannibalisation des ventes papier en cas de mise à disposition en collectivité ;
  • l’absence de visibilité pour son financement pour les éditeurs ;
  • l’hétérogénéité de la prescription de manuels par les enseignants.

Aux États-Unis, plusieurs initiatives de mise en ligne d’ouvrages ont été recensées[1]. Dans ce pays, la question des textbooks et de leur coût est particulièrement sensible, en raison de leur lien avec la réussite étudiante et la précarisation de cette population.

Plusieurs initiatives ont été mises en place, certaines provenant d’universités, d’autres de société savantes. Le réseau « Open textbook initiative » coordonne ces différentes actions: « The Open Textbook Network is a diverse community of higher education institutions that promote access, affordability, and student success through the use of open textbooks. Open textbooks are funded, published, and licensed to be freely used, adapted, and distributed.[2] »

Il s’agit ordinairement du fichier d’un manuel imprimé sous format PDF ou Epub. On pourra utilement consulter l’enquête sur l’utilisation des texbooks en open access initiée par l’Alabama Commission on Higher Education et la Jefferson State Community College pour avoir une idée de la situation et des enjeux aux États-Unis, où les consortia de bibliothèques se montrent très concernés par la question et mènent des actions structurantes au niveau des États.

Au Royaume-Uni, le JISC a portéun vaste programme nommé NeBO (« National E-Books Observatory Project »), dont des volets a consisté en l’achat, pour 690 000 £, de 36 manuels numériques accessibles dans plus d’une centaine d’établissements du Royaume-Uni[3].

Continuer la lecture de Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d'Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Rapport de l’Inspection Générale des Bibliothèques adressé à Madame la Ministre de l’ESRI : Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation – Octobre 2017.

Par offre numérique éditoriale pour les étudiants est entendue ici l’édition commerciale à destination du niveau licence. L’étude ébauche un état des lieux du marché mais aussi de l’offre qui en résulte en bibliothèques. Les facteurs défavorables à son développement et sa diffusion sont mis en balance avec les atouts et les opportunités qui pourraient permettre d’aller de l’avant dans un domaine qui fait l’objet de nombreuses réflexions et propositions depuis quinze ans sans avancées décisives. Dans la même période s’est du reste constituée une offre nourrie de ressources éducatives libres d’origine académique, phénomène qui ne peut manquer d’interroger sur l’évolution du rôle de l’éditeur privé dans l’écosystème pédagogique contemporain.

Synthèse

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants de niveau licence prend généralement la forme de livres numériques qui sont des fac-similés du livre imprimé. Ce type de support est difficilement repérable dans les statistiques éditoriales comme sur les plates-formes d’éditeur ou d’agrégateur. Les ventes de livres numériques aux particuliers restant faibles, les éditeurs se tournent vers les clients professionnels et les bibliothèques, mais ils redoutent le piratagedes fichiers et l’impact du numérique sur les ventes de livres papier. Ils retardent ainsi souvent la diffusion numérique des nouvelles éditions et mettent en œuvre des dispositifs de gestion
des droits numériques (ou DRM) jugés pénalisants par les utilisateurs.
Un certain nombre d’offres faites aux établissements, négociées pour la plupart par le consortium Couperin, comportent des livres numériques pour les étudiants de niveau licence, mais de façon encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée d’accès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques. En dépit de ses réticences vis-à-vis des modèles économiques pratiqués dans le cadre du « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB), Couperin a incité les bibliothèques de l’enseignement supérieur à expérimenter ce dispositif, mais la réalisation du test nécessite au préalable des développements informatiques.
Achetés (souvent sans possibilité de récupérer les fichiers) ou acquis par abonnement, au titre à titre ou par bouquet, les livres numériques, en l’absence d’un régime de droit de prêt similaire à celui qui régit le prêt de livres imprimés, sont soumis à des modèles
économiques très divers selon les licences d’usage établies par les fournisseurs. L’accès illimité, qui correspondrait aux attentes et aux besoins de l’enseignement supérieur, n’est pas la règle. Le coût des offres freine également la diffusion du livre numérique, le budget des bibliothèques étant déjà fortement contraint par la documentation électronique de niveau recherche et par la nécessité de maintenir une documentation papier pour l’enseignement.

Continuer la lecture de L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

7es journées Science Ouverte Couperin des 22, 23, 24 janvier 2018 : 100 % open access : initiatives pour une transition réussie

Trois ans après les journées d’octobre 2015 qui ont vu Madame Axelle Lemaire, Secrétaire d’État chargée du Numérique et de l’Innovation, présenter la loi pour une République numérique, ces journées auront cet objectif : étudier l’opportunité de nouvelles voies soutenables pour la publication en Open Access : OA2020, projet DEAL allemand, éditions publiques, soutien à la bibliodiversité, changement du système d’évaluation des chercheurs, etc.

Lundi 22 janvier 14 h

Ouverture de la conférence – Vanessa Proudman, director of SPARC Europe

1- Les politiques pour l’OA – La Commission Européenne a fait de l’open access l’un de ses axes forts.  Les différents états européens –notamment l’Allemagne et les Pays-Bas- ont eux-mêmes pris des initiatives pour promouvoir ce mode de diffusion de la science. Où se situe la France, 4 ans après la déclaration de Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ?
Continuer la lecture de 7es journées Science Ouverte Couperin des 22, 23, 24 janvier 2018 : 100 % open access : initiatives pour une transition réussie

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

“Mieux partager l’IST” : Enquête nationale conjointe auprès des Universités, Organismes et Ecoles d’Ingénieurs sur le Partage et la Gestion des ressources d’IST

Dans un pré-rapport « Mieux partager l’IST », la Direction de l’information scientifique et technique du CNRS donne les résultats d’une enquête  nationale destinée à recueillir l’avis des universités, des Grandes Écoles et des EPST sur l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST. Elle a permis :

  • « De susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements;
  • De tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche;
  • D’approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des Unités mixtes de recherche. »

Le document est divisé en 6 offres de service :

  1. Se documenter,
  2. Archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL,
  3. Publier pour la science publique,
  4. Analyser la production scientifique,
  5. Optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche
  6. Services transverses d’appui à l’IST

Cette enquête, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Préface

Mieux partager l’IST : quelle démarche ? A l’heure numérique, dans un système largement marqué par la mixité, l’IST se partage plus ou moins entre les acteurs de la recherche publique, qui co-publient, expérimentent, partagent des ressources d’IST. Ce processus peut-il être optimisé ? Pourquoi ? Comment ? Pour en savoir plus, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, l’enquête COPIST a été adressée au printemps 2016, aux Président(e)s d’Universités, d’Ecoles et d’Organismes par Anne Peyroche, Directrice générale déléguée à la science du CNRS, et par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine et Président de la Commission Recherche de la CPU. Fruit d’un débat interne récurrent dans l’ESR sur le partage de l’IST, cette démarche est née lors des colloques des professionnels et usagers de l’IST de Meudon des trois dernières années, en particulier celui de novembre 2015. Ce dernier colloque avait en effet souligné le besoin d’une étude d’ampleur nationale sur l’état des pratiques et des projets entourant la « plateformisation » de l’IST et son impact sur la recherche. Tel est le sens initial du COPIST (Catalogue d’Offre Partagée d’IST). Après le vote de la loi « Pour une République numérique », cette interrogation collective trouve une dimension supplémentaire : ce texte majeur, en effet, laisse prévoir un décloisonnement et une accélération des usages de l’IST au service de la compétitivité de la recherche nationale et européenne. Le COPIST, peut-on espérer, contribuera à s’y préparer. Que le CNRS ait pris l’initiative de lancer la démarche commune COPIST est en phase avec la « mission nationale » que son statut lui confère en matière d’IST – et que la refonte du décret statutaire, publié en septembre en 2015, vient d’étendre aux plateformes numériques de science. Dans cette optique d’intérêt général, le COPIST va beaucoup plus loin puisqu’il innove par rapport aux textes et repose sur un partenariat construit avec tous les professionnels au profit de tous les chercheurs. En effet, l’option commune a été prise de croiser toutes les approches : celles des Conseils scientifiques des Universités, d’Organismes et d’Ecoles avec les projets et ressources de leurs professionnels en IST, directeurs des SCD et de leurs riches organisations spécialisées. Ces synergies, à l’échelle de tout l’écosystème national d’IST, croisées avec celles des personnels de l’INIST, étaient vitales pour commencer à réfléchir ensemble et pour mener jusqu’au bout le projet de cette enquête nationale.

Lire la suite et les 1ers résultats de l’enquête.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook