Archives par mot-clé : Classifications

Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

La possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances. Selon les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.
Les classifications basées sur les phénomènes sont des systèmes d’organisationdes connaissances (KOS – Knowledge Organization Systems)dans lesquels les indices (notations) représentant des objets peuvent être combinés librement à travers des relations significatives (facettes ou phases)afin de représenter le savoir humain. L’ILC, l’Integrative Levels Classification, inspirée par les travaux du Classification Research Group (1969) est une ébauche de classification atypique basée sur les phénomènes : elle a été présentée pendant la conférence de l’ISKO, qui s’est tenue du 9 au 11 juin 2018 à Porto. La communication de Claudio Gnoli (porteur du projet) et de Ziyoung Park (Université Hansung) portait sur la comparaison ontologique de l’ILC avec la Classification décimale de Dewey (CDD).

Marcin Trzmielewski est philologue, traducteur et bibliothécaire polonais. Titulaire d’un Master 2 en Philologie romane à l’Université d’Opole, Pologne (2015), et en Gestion de l’information et médiation documentaire à l’Université Paul Valéry de Montpellier (2018), il prépare actuellement son projet de thèse en Sciences de l’information et de la Communication. Son champ d’intérêt recouvre l’organisation des connaissances en bibliothèque et dans le secteur médical.

Claudio Gnoli est bibliothécaire à l’Université de Pavie (Italie). Il est spécialisé dans  des théories et pratiques des classifications bibliographiques et de l’organisation des connaissances, et a publié plusieurs articles et livres sur ces sujets, notamment « Organizzare la conoscenza » (avec L. Rosati et V. Marino, Hops, 2006), « Interdisciplinary knowledge organization » (avec R. Szostak et M. López-Huertas, Springer, 2016) et un chapitre intitulé « Knowledge Organization Systems dans l’ouvrage « Subject access to information » rédigé et coordonnée par K. Golub (Libraries Unlimited, 2014). Il est webmaster de l’International Society for Knowledge Organization et membre du comité scientifique du journal Knowledge organization.

Ce billet a pour vocation de présenter les travaux réalisés dans le cadre de la communication « Phenomenon-based vs. disciplinary classification: possibilities for evaluating and for mapping » (ISKO, 2018).

Introduction et objectifs

Comment indexer le livre intitulé Vigne et vin : assemblage en économie et sociologie viti-vinicoles ? On peut l’attribuer à l’économie, à la sociologie aussi bien qu’à la viticulture. À cause de ce dilemme, auquel la plupart des catalogueurs sont confrontés, la possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances.

Par ailleurs, en examinant les différentes approches utilisées pour l’indexation des documents dans les systèmes intégrés de gestion de bibliothèques (SIGB), certains chercheurs, comme Gnoli (2016) et Szostak et al. (2016), trouvent que les classifications basées sur une approche épistémologique (CDD, CDU, LCC, etc.) sont moins appropriées pour ce type de recherche que les classifications basées sur une approche ontologique.

C’est pour cela, en suivant les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.

En principe, les phénomènes (par exemple « eau ») sont des unités de connaissance beaucoup plus générales et plus granulaires que les disciplines (« chimie inorganique », « hydrologie », « ingénierie hydraulique », …).

Pour l’organisation des connaissances, ces premiers sont des objets existants du monde réel alors que ces deuxièmes sont des classes du savoir humain.  Il est important de souligner qu’une discipline peut être également définie comme un phénomène, mais il faut la considérer comme un phénomène appartenant à une classe de la culture humaine.

Continuer la lecture de Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes