Archives par mot-clé : Algorithmes

Rencontre avec Éric Guichard, philosophe de l’Internet et du numérique

Nous republions avec l’aimable autorisation de la rédaction de Lettres Numériques, cette interview conduite par Victoire Dunker avec Eric Guichard publiée en novembre 2019 sur le site de Lettres numériques.

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

À l’occasion de sa contribution lors du festival APREM, trois journées d’échanges et de réflexion autour de la domination des algorithmes dans nos sociétés actuelles, Lettres Numériques est allé à la rencontre d’Éric Guichard, philosophe spécialiste en la matière.

Les 14, 15 et 16 novembre derniers avait lieu le festival APREM ; des rencontres, échanges et réflexions sur le développement numérique autour d’un thème de société. Cette année, le sujet soulevé était la domination des algorithmes et la manière dont ces derniers façonnent les réalités individuelles et confortent la domination de certaines catégories d’individus. Un des intervenants contribuant à la réflexion était Éric Guichard, dont le travail a suscité l’intérêt de Lettres Numériques.

Lettres Numériques : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Éric Guichard : Plongé depuis 1992 dans l’Internet, que j’ai fait découvrir au département de sciences sociales de l’Ens (École normale supérieure), j’analyse le numérique avec une perspective anthropologique et philosophique. Car ce numérique, qui renvoie principalement aux ordinateurs en réseau et désormais à d’autres objets comme les téléphones et les liseuses, s’interprète aisément comme une nouvelle forme d’écriture, entendue comme technique. C’est ici l’apport de l’anthropologie, avec Goody, qui nous appris à voir l’écriture comme une « technologie de l’intellect » : un ensemble de savoir-faire, de recettes, qui se socialise lentement, qui se sédimente et qui nous invite à nous interroger sur ses articulations avec la pensée. Or des philosophes matérialistes et proches des mathématiciens, comme Dagognet, Granger et Parrochia, montrent que l’acte de penser est lié au calcul : un ensemble de recettes et de techniques. Dans mes enseignements, je détaille ces approches et les rends concrètes, en invitant mes étudiants à utiliser Linux, à écrire avec LATEX, à rédiger des scripts qui les rendent à l’aise avec l’écriture contemporaine et leur font découvrir des méthodes robustes pour les sciences humaines et sociales. Je poursuis mes recherches au sein du laboratoire Triangle et de l’institut des systèmes complexes de la région lyonnaise (IXXI), en précisant ce qu’est une culture de l’écrit numérique et en analysant les rapports de pouvoir associés.

Quelle a été votre contribution lors du festival APREM en novembre dernier ?

J’ai montré que les Gafam sont les nouveaux maîtres de l’écriture numérique et qu’ils en abusent grandement, en rendant difficile l’édification d’une culture de l’écrit autonome, en accumulant énormément de données à notre sujet (des flux de textes que nous laissons filer) et en profitant de leur compétence scribale pour mieux nous vendre. Ensuite, je proposais des solutions pour éviter de tels monopoles et ces captations de nos identités. Ces solutions sont juridiques (poursuivre le travail entamé avec le RGPD) et concrètes (boycott des Gafam, utilisation de logiciels libres, etc.). Enfin, je montrais que leurs surprenantes capacités s’appuient sur des méthodes classiques, typiques des meilleures universités d’hier et d’aujourd’hui : l’érudition, l’interdisciplinarité, la culture de l’écrit. J’ai insisté sur le fait que le « numérique », si tant est que nous puissions le définir, n’est coupable en rien, mais que la critique de ses accapareurs n’empêche pas une estimation raisonnée de leurs forces et compétences. Ni des nôtres : nous pouvons aisément nous réapproprier l’écriture numérique, que nous soyons chercheurs ou non, et nous aussi pouvons écrire le monde avec nos propres valeurs morales si nous nous impliquons dans cette nouvelle culture de l’écrit.

Pourquoi avoir octroyé une telle place au numérique dans vos recherches ?

Quand j’étais enseignant-chercheur à l’Ens de la rue d’Ulm, j’avais quelques succès en combinant problématiques des sciences sociales et méthodes informatiques. Certains étaient jaloux de mes réussites et me traitaient de technicien. En même temps, je voyais comment les méthodes nourrissaient des approches théoriques : la cartographie alimente celle de territoire, l’histoire quantitative de l’immigration invite à penser l’articulation entre outillage d’une discipline et son épistémologie. J’ai donc exploré les liens entre pratique et concept, entre technique et pensée. Par ailleurs, j’ai fait le choix de théoriser très tôt l’Internet, en compagnie des amis avec qui j’ai fondé l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Du coup, cette combinaison d’informatique, de réseaux, de technique et de savoirs est devenue un questionnement que nous abordions de façon pratique et appuyée sur l’érudition. Les anthropologues et philosophes précités m’ont alors permis d’approfondir ce que la nouvelle écriture (nouvelle, car élaborée depuis à peine un siècle, et toujours en devenir) faisait à la pensée, et réciproquement ; et de repérer des invariants historiques qui dépassent l’idée de révolution pour interroger la dimension technique de notre pensée. C’est facile, car nous vivons aujourd’hui deux régimes de littératie (celui du numérique et celui de l’imprimé), que nous pouvons comparer.

Quelles sont, selon vous, les valeurs qui structurent le numérique aujourd’hui ? À vos yeux, la technique est-elle neutre ?

Ces questions sont complexes, car elles obligent à préciser le contexte social et politique de toute technique et, dans une certaine mesure, ce qu’une technique n’est pas. La technique est notre habit, elle est bien plus proche de la culture que nous le croyons. Elle n’est pas neutre, car nous y investissons énormément de valeurs morales. Ces points sont attestés anthropologiquement comme philosophiquement. La technique est aussi un levier politique important, et en même temps déborde son statut d’outil pour arriver à une fin. Nous le voyons avec l’écriture : plus qu’un moyen pour penser mieux, c’est un cadre pour notre pensée. Le maçon, la truelle et le ciment sont aussi les architectes des palais intellectuels que nous fabriquons, et ils en dessinent les horizons. Dans une société où les lettrés sont peu nombreux, comme au XVIIe siècle ou aujourd’hui, ceux-ci sculptent nombre de valeurs (esthétiques, morales, politiques, etc.) : ils écrivent le monde. Aujourd’hui, les valeurs enchâssées dans le numérique sont celles de leurs propriétaires : essentiellement capitalistes, anti-étatiques, orientées glorification de la propriété privée et en même temps du communautarisme. Nous le voyons avec le mythe de la start-up nation. Mais cela peut changer assez vite, si la maîtrise de l’écrit numérique se diffuse. Déjà, les formes contemporaines du féminisme et de l’écologie nous viennent de Californie, où vivent tant de lettrés du numérique.

Qu’est-ce que le déterminisme de l’innovation ?

C’est une croyance, qui affirme que les nouvelles techniques vont transformer la société. Rien ne justifie rationnellement sa diffusion, qui nous interroge sur nos désirs d’articuler ce que nous croyons relever de la rationalité (nous disons souvent que la technique est une application de la science) avec des irrationalités profondes. Au mieux, le déterminisme de l’innovation signale notre profonde incapacité à penser la technique. Ce fait, universel, est finalement assez jubilatoire.

La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

Éric Guichard est philosophe, maître de conférences HDR à l’Enssib, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie,  et responsable de l’équipe seaux, Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm. Cet article a été publié dans sa version abrégée dans une tribune de Libération le 29 décembre 2017 sous le titre « La science contaminée par les croyances numériques ».

1 –   Algorithmes et technique

Un algorithme a-t-il du pouvoir ? Assurément non. Un algorithme (ou des bouquets d’algorithmes, comme il en existe aujourd’hui)  est une production humaine, mise en place pour des besoins parfois précis, et d’autres fois non (pensons aux jeux gratuits de recherche des palindromes  dans la langue française). Il ne menace personne. La technique ne peut être jugée, seuls ses utilisateurs  peuvent l’être : celles et ceux qui la développent ou la détournent pour des motifs illégaux  (accroissement de la richesse ou du pouvoir aux dépens d’autrui, diffusion d’idéologies, meurtre, etc.). Par exemple, on ne peut juger un algorithme d’insertion d’un film publicitaire dans une vidéo Youtube. En revanche, on peut juger les personnes qui décident de telles insertions dans les films pour enfants de 2 ans.

La technique n’est pas pour autant neutre. Elle est truffée de valeurs morales : au 19e siècle, le travail des enfants fut interdit  en ajustant les machines textiles américaines à la taille des adultes, au grand dam des industriels  qui pensaient que la concurrence étrangère les anéantirait [Feenberg, 2014]. Quelles valeurs structurent aujourd’hui  le numérique ? Elles sont capitalistes,  sous couvert  de libéralisme : cf. [Charolles, 2013] pour saisir la différence entre capitalisme et libéralisme. Alors que c’est un État qui fut à l’origine des usages massifs de l’internet, aujourd’hui seules les start-up,  par définition privées, ont droit de cité pour le développer.

La technique ne nous est pas plus extérieure. Nos expériences contemporaines nous le rappellent : nous nous déplaçons avec des bicyclettes,  des automobiles,  nos corps sont truffés des prothèses, de la paire de lunettes au plombage dentaire, nombre d’entre nous ne survivraient pas sans prise quotidienne  de médicaments, et nous écrivons avec des ordinateurs fonctionnant,  comme nos réfrigérateurs, à l’électricité. Peut-on imaginer plus intime ?
Continuer la lecture de La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

Production des données, « Production de la société ». Les Big Data et algorithmes au regard des Sciences de l’information et de la communication

Appel à articles pour la revue Les Enjeux de l’information et de la communication. Ce dossier thématique est coordonné par :

  • Vincent Bullich (Gresec, Université Grenoble Alpes)
  • Viviane Clavier (Gresec, Université Grenoble Alpes)

Informations pratiques

Les propositions (4000 signes espaces non compris) indiquant problématique et méthodologie sont à adresser à Vincent Bullich et Viviane Clavier pour le 18 septembre 2017.

Adresses : vincent.bullich@univ-grenoble-alpes.fr et viviane.clavier@univ-grenoble-alpes.fr

Après sélection par le comité de lecture (réponse le 16 octobre 2017), les premières versions complètes des textes (de 25 000 signes espaces non compris et rédigés selon les normes éditoriales des articles de la revue disponibles à cette adresse : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/pageshtml/soumettre.html) sont à remettre pour le 01 mars 2018, elles seront soumises alors à une évaluation en double aveugle.

A la suite de cette phase, la version définitive du texte (prenant en compte les éventuelles remarques et retours des évaluateurs), incluant les corrections mineures ou majeures demandées, sera soumise au comité éditorial de la revue qui est souverain pour l’accord définitif de publication en juin 2018.

Continuer la lecture de Production des données, « Production de la société ». Les Big Data et algorithmes au regard des Sciences de l’information et de la communication

Journées ABES : 10-11 mai 2017

Le mot du Directeur de l’ABES, David Aymonin

A l’ABES,
après une période d’étude, de conception, de mise au point et de tests qui a vu s’élaborer de nombreuses solutions et innovations destinées à faciliter le passage de la gestion de la bibliographie papier à la production et à l’exploitation des métadonnées de l’information scientifique et technique – en témoignent la palette d’outils développés et utilisés aujourd’hui quotidiennement (API, web services, outils de Hub, IdRef, Bacon,…) – nous verrons qu’il nous est permis désormais d’envisager un signalement « total » des collections dans le SUDOC et dans le web des données.

Dans les bibliothèques universitaires,
le déploiement tant attendu des solutions SGBm sur les neuf sites pilotes, devrait apporter cette année aux administrateurs et utilisateurs de systèmes de gestion de bibliothèques des fonctionnalités nouvelles et une meilleure visibilité pour les ressources documentaires électroniques.

A l’échelle nationale,
La BnF et l’ABES mettront en commun leurs savoir-faire en matière de Web sémantique pour bâtir le socle du futur Fichier national d’entités (FNE), dans la perspective d’exposer les plus grands référentiels documentaires jamais créés en France et d’alimenter les bases de données et de connaissance de tous les opérateurs publics ou privés œuvrant dans le domaine de l’information scientifique. Dans le même temps des initiatives structurantes, pensées depuis des années dans le cadre de la BSN, aboutiront à des projets concrets – notamment CollEx-Persée et Istex – dont les résultats transformeront encore davantage les conditions d’accès et d’exploitation de l’IST. Nous parlerons de tout ceci au cours de ces Journées, et de bien d’autres choses encore. Que les échanges entre professionnels soient riches et sympathiques et que la cause de l’accès libre à une information structurée et de qualité avance grâce à ces Journées !

Les inscriptions sont ouvertes du 17 mars au 14 avril : https://inscriptions.abes.fr/

Programme

Tag des journées sur le fil Twitter : #jabes17

Continuer la lecture de Journées ABES : 10-11 mai 2017

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook