Questionner les Humanités Numériques

Un ouvrage publié sous la direction de Françoise PAQUIENSÉGUY et Nicolas PÉLISSIER (Paris : SFSIC / CP-DirSIC, 2021) disponible en accès ouvert.

Quatrième de couverture
Au-delà des discours prophétiques à visée performative, que recouvre le projet des Humanités Numériques ? Un domaine académique émergent, croisant l’informatique et autres sciences de l’ingénierie avec les recherches en arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales ? Des formations et diplômes aux contenus et contours attrayants pour les étudiant·es mais aux débouchés encore incertains ? Des programmes ambitieux de recherche, à vocation interdisciplinaire, permettant un décloisonnement des savoirs et pratiques scientifiques ? Ce projet protéiforme est riche en promesses, mais l’observation attentive de sa dynamique révèle aussi certains problèmes.

Cet ouvrage questionne les Humanités Numériques à la lumière d’un processus réflexif, critique et délibératif développé au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses en SIC. Fruit d’une coopération entre la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) et la Conférence Permanente des Directeur·trices d’unités de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (CPdirsic), il s’appuie sur une réflexion collective menée depuis 2016 via des manifestations organisées par ces deux associations.

À la lumière de leur expérience et acquis disciplinaires, 30 auteur.trices répondent à quatre interrogations : l’écosystème numérique suscite-t-il une réelle rupture théorique et épistémologique ? Comment mieux évaluer les enjeux politiques et éthiques engendrés par la transformation numérique de nos sociétés ? Quelles sont les incidences de cette numérisation sur le travail et les méthodes des formateur·trices, tout comme des chercheurs et chercheuses ? Comment mettre en place un socle commun d’apprentissage en vue de développer de nouvelles littératies numériques ?

Continuer la lecture de Questionner les Humanités Numériques

Ethnographier les pratiques en régime numérique

Journée d’étude « Ethnographier les pratiques en régime numérique : enjeux et méthodes » (date limite : 10/07/2021)

L’EHESS, le Centre Georg Simmel (EHESS), et l’ANR AFRINUM co-organisent une journée d’étude qui se déroulera à Paris (ENS Ulm), le vendredi 1er octobre 2021.

L’appel à communications lié est ouvert.

Argumentaire partiel : cette journée d’étude s’inscrit dans la continuité de l’atelier « Ethnographie des pratiques culturelles en régime numérique » animé durant l’année 2020-2021 à l’EHESS. Elle vise à organiser et à mettre en cohérence les questionnements soulevés lors de l’atelier, afin de constituer un jalon dans une réflexion qui nécessite d’être encore menée sur les méthodes et les enjeux de l’ethnographie du numérique. Il s’agira également d’élaborer une réflexion originale sur l’articulation entre culture et technologie numérique, qui place la connaissance empirique au cœur de l’analyse.

Les communications devront présenter les résultats d’analyse de matériaux originaux issus d’enquêtes empiriques ou une discussion théorique originale mettant en dialogue des travaux menés au sujet de l’ethnographie du numérique. Il est prévu que cette journée d’étude donne lieu à une publication collective consacrée aux avancées les plus récentes de l’ethnographie du numérique.

La journée s’articulera autour de trois thématiques :

  1. les différentes formes de transformation, d’adaptation, et de détournement d’outils et de contenus numériques par les producteurs comme par les usagers dans le domaine culturel ;
  2. les dispositifs d’enquête ethnographique qui peuvent être mobilisés par le chercheur pour appréhender des pratiques souvent difficiles d’accès ;
  3. le rapport à l’objet sous l’angle de l’apprentissage, de la maîtrise et de l’expertise.

Date limite d’envoi des propositions de communication : 10 juillet 2021, à l’adresse : JE.ethno-num@protonmail.com

Contact : JE.ethno-num@protonmail.com
En savoir plus : appel complet disponible à l’adresse suivante

Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Nouvel appel à projets collaboratifs CollEx-Persée #AAPCollExPersée21_22

Pour ce troisième appel, le GIS souhaite poursuivre son action visant à rapprocher les communautés, encourager l’innovation, favoriser l’exploitation scientifique de corpus hybrides et la montée en compétences dans leur traitement.

Calendrier

15 juin 2021 : ouverture de l’appel à projets

10 décembre 2021 : clôture des dépôts de projets

Mai 2022 : résultats

Corpus

L’appel à projets vise à soutenir des démarches collaboratives de numérisation, d’enrichissement de métadonnées et/ou de développement d’autres types de services sur des corpus au sens large.

Un projet pourra porter sur des corpus de différentes natures : fonds à numériser ou déjà numérisés mais nécessitant un enrichissement de métadonnées et/ou de référentiels ; corpus nativement numériques ; métadonnées ou référentiels spécialisés ; données de la recherche sur supports numériques exploitables par l’ordinateur ; autres productions de laboratoires, codes sources, ainsi que les métadonnées associées.

Ces corpus pourront couvrir toutes les disciplines et tous les types de données conservées, collectées, acquises.

Les projets concerneront tout ou partie des opérations de traitement et de valorisation dans le cycle de production et d’exploitation du corpus : constitution du corpus, numérisation, structuration, moissonnage, production de métadonnées, développement de fonctionnalités et d’outils de recherche ou de visualisation, mais aussi actions de formation, communication et accompagnement en appui du projet, tant à destination des professionnels de l’information scientifique et technique que des chercheurs.

Attendus des projets

  • Développement de projets numériques à valeur ajoutée.
  • Mise en place d’un large réseau d’acteurs complémentaires.
  • Equilibre entre qualité scientifique et procédés innovants.
  • Qualité de l’ingénierie de projet, de la gouvernance mise en place et de la réflexion relative à la pérennisation des livrables.
  • Instruction claire et complète des questions juridiques et des ayants droit.
  • Présence d’un volet de formation et/ou de valorisation.
  • Inscription dans les principes de la science ouverte.
  • Ouverture à l’international.

Dépenses éligibles

Les dépenses éligibles sont les dépenses suivantes, qui sont directement imputables au projet. Elles doivent être réelles, justifiées, en lien avec le projet et limitées à sa durée : recrutement de personnel contractuel dédié (conduite de projet, création de métadonnées, dématérialisation, enrichissement, encodage, inventaire d’un fonds d’archive et sa structuration en lien avec la diffusion du corpus concerné, préparation des données en vue de leur archivage pérenne) ; prestations externes (prestation de numérisation, création de métadonnées, développement sur un outil existant, traitement de données, conception d’interfaces, étude, réalisation d’un prototype) ; licences logicielles ; formations, événements, communications liés au projet ; déplacements et frais de mission liés au projet ; frais de gestion, à hauteur de 8% maximum du total des dépenses éligibles.

Cadre de réponses, coordination et partenaires du projet

Pour tout savoir sur cet AAP et télécharger les documents utiles et cadre de réponse :

> https://www.collexpersee.eu/appel-a-projets-2021_2022

 

Catherine Désos-Warnier

Catherine Désos-Warnier est docteur en histoire moderne et conservateur en chef des bibliothèques. Depuis mai 2018, elle est chargée de mission pour le GIS CollEx-Persée, infrastructure de recherche en information scientifique, inscrite à la feuille de route nationale du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et pilotée par la Bibliothèque nationale et universitaire.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Biennale du Numérique de l’Enssib : Être « Open » en 2021 ? 22 et 23 novembre

Quels métiers ? Quels services ? Quels modèles économiques ? Quelles gouvernances ?

Prenant acte de la prolifération existante, la Biennale propose de marquer un temps d’arrêt pour porter un regard réflexif sur les pratiques de l’open.
Dans les années 2000, l’Open data se présentait comme la « source de potentialités infinies pour la sphère publique comme pour la sphère privée » (T. Berners-Lee). 20 ans après cette déclaration, la question s’est complexifiée et élargie (open culture, open Access, open source, open content, open science, linked open data…), tout en soulevant de nombreux enjeux économiques, politiques, juridiques, culturels et sociaux, mais aussi professionnels : impact sur les modèles de gouvernance, les manières de travailler, les alliances, les concurrences, les modèles économiques, les droits, les nouveaux acteurs, etc.… A quoi renvoient aujourd’hui chacune de ces « ouvertures » ? Quelles sont les potentialités réelles et réalistes de l’open ? Quelles sont aujourd’hui les grandes stratégies déployées autour de l’open ? Quelles en sont les contraintes et les potentialités?

La Biennale du numérique se propose de reprendre ces questions et de les examiner pour l’ensemble de la filière du livre. Aussi, abordera-t-elle tout à la fois les questions de découvrabilité, d’accessibilité, de transparence, d’interopérabilité, d’évaluation, de visibilité et de valeur, que les questions juridiques, relatives aux droits d’auteur, à la qualité des métadonnées ou encore aux stratégies des GAFAM vis-à-vis de l’open…

Pour s’inscrire

Les inscriptions ouvriront à partir de juillet 2021

JOUR 1 | lundi 22 novembre > Géopolitique, économie et attention

Matinée jour 1

Accueil café                                                                                           (9h00 – 9h30)

Préambule introductif                                                                   (9h30 – 10h00)
Avec :

  • Nathalie Marcerou-Ramel (Directrice, Enssib)
  • Pascal Robert (Directeur de la recherche, Enssib)

Conférence inaugurale                                                              (10h00 – 11h00)
Objectif : mise en perspective historique et identification des points clés de l’open.
Accueil : Thomas Parisot (Co Managing Director, Cairn.info)
Avec :

  • Jean-Yves Mérindol (ancien Président de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg et de l’ENS Cachan, fondateur de Couperin)

Table ronde 1. Géopolitique et économie de l’open       (11h00 – 12h30)
Objectif : revenir sur les engagements respectifs des principaux blocs culturels et économiques, les enjeux de pouvoir, les dynamiques de coordination internationales.
Animation : Ghislaine Chartron (Professeur, Cnam)
Avec :

  • Marie Pellen (Directrice, OpenEdition)
  • Irini Paltani-Sargologos (Chargée d’études, Direction des données ouvertes de la recherche, CNRS)
  • Marie-Noëlle Doutreix (Maître de conférences, Lyon 2)
  • Nikos Smyrnaios (Maître de conférences, Univ. Toulouse 3)

Déjeuner sur place                                                                                (12h30-14h00)

Après-midi jour 1

Tables rondes 2 & 3. Construction de l’attention en régime open : l’offre et la demande                                                                                        (14h00-16h30)
Objectif : revenir sur les stratégies imposées par l’« open » pour (re)construire de la valeur ajoutée.

Table Ronde 2 | Du point de vue des professionnels       (14h00 – 15h15)
Animation : Benoit Epron (Professeur, HEG Suisse)
Avec :

  • David Aymonin (Directeur, Abes)
  • Jean-Baptiste de Vathaire ((Co Managing Director, info)
  • Cécile Davrieux-de Becdelièvre (Responsable de Numelyo, Bibliothèque municipale de Lyon)

Table Ronde 3 | Du point de vue de la réception               (15h15 – 16h30)
Animation : François Gèze (Editeur, La Découverte)
Avec :

  • Annaïg Mahé (Maître de conférences, Urfist Paris)
  • Boris Beaude (Professeur assistant, Lausanne)
  • Sophie Forcadell (Chargée de mission Science ouverte, Sciences Po Paris)

JOUR 2 | mardi 23 novembre > Enjeux professionnels

Matinée Jour 2

Accueil café                                                                                              (9h00 – 9h30)

Conférence d’ouverture                                                                  (9h30-10h00)
Avec :

  • Frédéric Fenter (Chief Executive Editor, Frontiers, Lausanne)

Tables rondes 4 & 5. Open et nouvelles mutations des bibliothèques : accompagner et/ou produire ?                                                       (10h00-12h30)
Objectif : Caractériser les principales stratégies professionnelles engagées face aux possibilités et risques de l’open.

Table Ronde 4 | Un (nouveau) rôle d’accompagnement des publics                                                                                                                          (10h00 – 11h15)
Animation : Romain Féret (Directeur de Média Normandie, Normandie Univ.)
Avec :

  • Sophie Fotiadi (Chargée de ressources documentaires, Sciences Po Lyon) & Bernard Teissier (responsable du centre de ressources documentaires et numériques, École nationale des travaux publics de l’État)
  • Paul Thirion (Bibliothécaire en chef, ULiège library)
  • Thomas Jouneau (Direction de la Documentation, Université de Lorraine)

Table Ronde 5 | Un rôle d’éditeur de contenus                  (11h15 – 12h30)
Animation : Catherine Muller (Responsable du pôle Publication, Enssib)
Avec :

  • Nathalie Fargier (Directrice, CCSD)
  • Dorothée Pain (Responsable de la bibliothèque numérique, Administratrice HAL, Univ. Univ. Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Gabrielle Richard (Directrice, UMS Persée)

Déjeuner sur place                                                                               (12h30-14h00)

Après-midi jour 2

Tables rondes 6 & 7. Quelles métriques en régime open ?                                                                                                                       (14h00-16h30)
Objectif : identifier les différentes métriques et le rôle qu’elles jouent en régime open.

Table Ronde 6 | Inventaire des métriques : mesures d’audience ou évaluation ?                                                                                          (14h00 – 15h15)
Animation : Thomas Parisot (Co Managing Director, Cairn.info)
Avec :

  • Yann Mahé (Myscience Work)
  • Marie-Madeleine Géroudet (Responsable du Département Services à la recherche et aux chercheurs, SCD Univ. Lille)
  • Dominique Lechaudel (Ingénieur d’étude, INIST-CNRS)

Table Ronde 7 | Quelle réutilisation des données ?          (15h15 – 16h30)
Animation : Agnieszka Tona (Maître de conférences, Enssib)
Avec :

  • Sébastien Oliveau (Directeur, Progedo)
  • Valentyna Dymytrova (Maître de conférences, Univ. Lyon 3)
  • Violaine Rebouillat (ATER SIC, Univ. Lyon 1)
  • Frédéric Cantat (Groupe Open Data, GFII)

Clôture des journées                                                                   (16h30 – 17h00)
Avec : Antoine Petel (Consultant, GFII)

Journée d’études du Centre des Humanités Numériques

Le Centre des Humanités Numériques de l’Université du Paris a le plaisir de vous convier à sa première Journée d’études qui se tiendra le mardi 15 juin 2021 sur site et en visio-conférence.

Cette journée se déroulera de la façon suivante :

  • Accueil du public et café (9h15-9h45) pour ceux présents sur site
  • Ouverture de la journée (9h45-10h) avec présentation du Centre des Humanités Numériques
  • Table ronde n°1 (10h – 12h) : « Qui fait quoi ? L’organisation du travail en humanités numériques »Avec la participation de : Anne Grondeux (HTL), Violaine Jurie (Géotéca), Isabelle Marchand (Géotéca), Chiara Mainardi (DiRVED), Luc Massip (CERILAC), Sophie Vasset (LARCA)
  • Pause déjeuner (12h-14h) avec panier repas
  • Table ronde n°2 (14h – 16h) « Science ouverte et ouverture de l’accès aux données publiques pour la recherche en Sciences humaines et sociales »
    Avec la participation de : Isabelle Blanc (MESRI), Guillaume Mordant (INSEE), Sébastien Oliveau (PROGEDO), représentant·e de la CNIL (sous réserve).
  • Conclusion de la journée (16h-16h15)
  • Clôture (16h15)

Vous trouverez en pièce jointe le programme détaillé de cette journée. L’inscription est obligatoire via le formulaire suivant :  Formulaire d’inscription

La journée se tiendra à Paris sur le campus des Grands-Moulins (Amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain). Un dispositif hybride est prévu via Zoom (lien transmis après inscription).

Pour toute question sur l’événement, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : recherche.dbm@listes.u-paris.fr

Comment adapter la chaîne du livre numérique aux besoins des personnes empêchées de lire ? Journée d’étude AFNOR-BnF du 25 juin

Dans le cadre des rencontres professionnelles, la BnF organise avec l’AFNOR une journée d’étude en visioconférence le 25 juin 2021, sur inscription, sur l’accessibilité des livres numériques et la mise en œuvre de l’Acte européen d’accessibilité.

Vendredi 25 juin 2021
9 h 30 – 17 h 15

L’Acte européen d’accessibilité des biens et des services entrera en vigueur en France le 28 juin 2025. Tous les acteurs de la chaîne du livre sont concernés : éditeurs, compositeurs, diffuseurs, libraires, bibliothèques, concepteurs de matériels et logiciels de lecture. Quelles difficultés concrètes rencontrent aujourd’hui les personnes empêchées de lire ? Quels leviers permettant de viser une accessibilité complète sont-ils déjà disponibles aux différents niveaux de la chaîne : production, signalement, accès ?

Le livre numérique occupe une place grandissante dans l’édition et possède des atouts manifestes au regard de l’accessibilité. Le parcours d’acquisition et de lecture de ces ouvrages présente cependant un certain nombre d’obstacles et découle du travail de plusieurs métiers, dont seul l’effort conjoint peut garantir une véritable accessibilité.
Présentations théoriques et retours d’expériences alterneront pour mettre en avant les solutions existantes : Quels standards rendent d’ores et déjà possible une production nativement accessible, qu’il s’agisse de maquettes simples ou complexes, de textes ou d’images ? Sur quelles métadonnées peut-on s’appuyer pour rendre visibles les collections accessibles ? Quels outils de lecture interopérables peuvent-ils déjà être utilisés ?
Au-delà de l’obligation légale, cette journée sera l’occasion de montrer les gains attendus de cette montée en compétence conjointe des acteurs de la chaîne du livre sur l’accessibilité, dans la perspective d’améliorer l’expérience de l’ensemble du lectorat.

Retrouvez le programme sur le site de la BnF.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 20 juin 2021.
Si vous rencontrez des difficultés pour vous inscrire via le formulaire d’inscription, merci d’envoyer un courriel à l’adresse du contact ci-dessous avec les informations suivantes : nom, prénom, organisme, adresse électronique.
Les liens et codes de connexion seront envoyés la veille de l’événement aux personnes inscrites.

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Participez à une cartographie scientifique des disciplines rares ! Enquête soutenue par CollEX – Persée

Les disciplines rares et émergentes trouvent difficilement leur place dans le paysage institutionnel. Pour répondre à cette difficulté, le MESRI a mis en place, en mars dernier, un comité de pilotage et un groupe de travail constitués de huit institutions sensibles au potentiel des ces champs disciplinaires pour la vitalité des sciences et leurs dynamiques : CPU, CP-CNU, CNRS, ANR, Alliance Athéna, AllEnvi, INALCO et UFA-DFH.

L’objectif est de construire une cartographie des disciplines rares avec les enseignants chercheurs de ces disciplines, mais aussi les chercheurs et ingénieurs de recherche, les vice-présidents Formation et Recherche et les directeurs adjoints scientifiques du CNRS, en les invitant à participer à une enquête ouverte jusqu’au 31 mai 2021.  A l’agenda du groupe de travail, la coordination des travaux d’identification et de quantification des disciplines rares par le comité conduites en partenariat avec l’Arbeitsstelle Kleine Fächer de la Johannes Gutenberg Universität de Mayence. Et à terme, la création d’une base de données d’experts afin de faciliter les travaux en réseau et l’interdisciplinarité.

Pour voir la cartographie des disciplines rares (kleine Fächer) dans les universités allemandes :
https://www.kleinefaecher.de/kartierung/kleine-faecher-von-a-z.html

Ne tardez plus pour répondre à cette enquête soutenue par CollEx-Persée  !
https://disciplines-rares.renater.fr/limesurvey/index.php/468153?lang=fr

Pour en savoir plus sur ce projet de cartographie des disciplines rares, sur le site de CollEx-Persée.

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Lire en numérique

Le dernier numéro de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods porte sur la question de la lecture numérique. On y trouvera notamment un entretien avec Roger Chartier.
Lien vers la revue : https://journals.openedition.org/bssg/472

Résumé
Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

AAC (CIDE 22) – Données Documents Connaissances : Perspectives de recherche et d’enseignement

CIDE 22 : 22éme édition du Colloque International sur le Document Électronique
9-10 décembre 2021 | Cnam -Paris-France

Site officiel du colloque : http://europia.org/cide22/

CIDE 22 propose de questionner le développement des sciences de l’information en tant que discipline (autonome dans les pays anglo-saxons et associée aux sciences de la communication en France) et les professions adossées. Il s’agit aussi d’examiner les évolutions contextuelles et  les stratégies de développement futur.  Nous ne sommes plus face à des bouleversements sociaux, culturels ou politiques induits par la généralisation des TIC mais bien au milieu de ce processus de changement.

La récente pandémie a notamment accru la visibilité de thématiques traditionnelles des sciences de l’information. La culture et l’éthique de l’information, l’accessibilité des contenus et l’expérience utilisateur, la diffusion d’informations ouvertes, la gouvernance des diverses données, la fiabilité des informations, l’importance prise par l’information de santé ou la question des inégalités numériques sont autant de sujets mis en lumière à travers la crise du SARS-CoV-2.

CIDE 22 propose de revenir sur les fondements des sciences de l’information en s’interrogeant sur leur rapport aux sciences de la communication,  aux sciences des données, aux humanités numériques mais aussi à d’autres disciplines (sémiotique, sciences du langage, science informatique, sciences de gestion et du management, histoire, etc.). En France, diverses initiatives ont été lancées en ce sens.

Continuer la lecture de AAC (CIDE 22) – Données Documents Connaissances : Perspectives de recherche et d’enseignement

Notes de lecture : Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Publié en 2019, cet opus de la Boîte à Outils des Presses de l’Enssib coordonné par Franck Queyraud, offre une exploration du paysage actuel de la littérature numérique.

Dépassant le cadre technique du livre numérique, cet ensemble de contributions s’attache plutôt à montrer la diversité des problématiques qui se posent et des champs professionnels impactés par le numérique en choisissant comme angle d’attaque la thématique de la création littéraire.

Une approche qui renouvelle le discours sur le livre numérique, et dont l’originalité réside également dans la diversité des profils des contributeurs : auteurs (Anne Savelli, Pierre Ménard, François Bon), éditeurs (François Bon, Guillaume Vissac), chercheurs (Carole Bisenius-Penin, Benoît Epron, Antoine Fauchié, Alexandra Saemmer, Lorenzo Soccavo, Louis Wiart), bibliothécaires (Virginie Chaigne, Guillaume Hatt, Caroline Heissat, Renata Pannekoucke, Franck Qeyraud, Alexandre Lemaire).

Une première partie est consacrée aux processus de création et de publication. Comment sont-il impactés par le numérique, quelles sont les dynamiques à l’œuvre ?

Deux auteurs, deux chercheurs ainsi qu’un éditeur apportent leur témoignage et leur analyse.


L’auteure Anne Savelli tout d’abord, inventorie les changements opérés par le numérique sur le travail d’écriture.

Sans conclure à un progrès, ni diaboliser le numérique, elle montre combien la « géométrie de l’écriture » est bouleversée par l’informatique : possibilité de corrections à l’infini, liens hypertextes introduisant une logique d’ouverture alors que le livre était jusqu’alors un objet fermé.

Les fonctionnalités de recherche sont une autre évolution puissante du texte numérique, en permettant des parcours de lecture différents, ou la mise en lumière de caractéristiques du texte : répétition, liens entre éléments distants qui resteraient ignorés dans un texte physique.

Continuer la lecture de Notes de lecture : Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

Le CDSP recrute un.e ingénieur.e d’études

Le Centre de données socio-politiques, unité mixte de services de Sciences Po et du CNRS, recrute un.e ingénieur.e d’études en traitement et analyse de données en SHS pour travailler sur l’expérimentation d’une plateforme d’auto-dépôt de données d’enquêtes, qu’elles soient de nature quantitative, qualitative ou mixte. Ce travail sera mené en collaboration avec des équipes de recherche volontaires et conduira à une réflexion méthodologique sur les conditions du partage de données en sciences sociales. Le poste est à pourvoir dans le cadre d’un CDD de 9 mois à Paris (75007).

Présentation de l’unité
Le CDSP a pour mission principale la documentation et la mise à disposition d’enquêtes en sciences sociales à destination de la communauté scientifique. La production de données en SHS et le développement de solutions sur l’ensemble du cycle de vie des données de recherche en SHS font partie de ses autres missions. Apportant son expertise en matière de solutions numériques pour l’exposition et la diffusion de données et métadonnées en sciences humaines et sociales, le CDSP est co-responsable avec la DRIS de l’administration de l’entrepôt institutionnel de données de la recherche de Sciences Po DataSciencesPo, basé sur la solution logicielle libre Dataverse.

Le projet de recherche
Le projet UpMET (Changer d’échelle pour améliorer la qualité des métadonnées afin d’augmenter leur réutilisation par les sciences sociales) a été lauréat de l’édition 2019 de l’Appel Flash “Science ouverte : Pratiques de recherche et données ouvertes”, financé par l’ANR. Dans le cadre des projets ANR UpMET, la mission du CDSP est de mettre en place des plateformes et procédures pour permettre la valorisation des données de la recherche. Plus particulièrement, le workpackage 1 se propose d’expérimenter les conditions d’accompagnement à l’auto-dépôt de données d’enquêtes nativement numériques.

Détails sur le poste
Les missions de la personne recrutée consisteront à préparer les outils nécessaires à une expérimentation de l’auto-dépôt (bilan de l’existant, version bêta de documentation) ; à mener une expérimentation de l’auto-dépôt avec des équipes de recherche volontaires (questions documentaires, métadonnées, techniques, juridiques, synthèse et bilan des entretiens) ; à produire des outils de soutien et d’encadrement de l’auto-dépôt (guides et tutoriels, offre d’accompagnement) et à élaborer le bilan de cette expérimentation (rapport, production scientifique). Profil recherché de niveau Bac +5 en SHS (méthodes d’enquêtes, discipline des sciences sociales) avec une connaissance du milieu de la recherche (standards et pratiques de valorisation et d’ouverture des données, enjeux juridiques et éthiques de la Science ouverte) et une aisance rédactionnelle et pédagogique.

En savoir plus 
Consulter la fiche de poste détaillée
Contact pour plus d’infos : alina.danciu@sciencespo.fr
Candidatures via la plateforme sciencespo-career (lien sur la fiche de poste).

Appel à articles -“Traces, données et preuves en contexte numérique : quelles acceptions interdisciplinaires ?”

Calendrier de publication

  • Février – lancement de l’appel
  • 12 avril 2021 – dépôt des propositions de résumé
  • 31 mai 2021 – retour d’évaluation des résumés
  • 6 septembre – dépôt des propositions d’article
  • 18 octobre 2021 – retour d’évaluation des articles
  • 8 novembre 2021 – dernières révisions
  • Décembre 2021 – publication du numéro

Dossier coordonné par Bruno BACHIMONT, Lise VERLAET et Pierre GANÇARSKI

Avec la généralisation de l’instrumentation scientifique numérique, nous avons vécu ces dernières décennies une spectaculaire évolution paradigmatique. En effet, le Web sémantique a en quelque sorte mis fin au paradigme inhérent aux bibliothèques et aux recherches documentaires pour laisser place aux recherches d’information, mais tend lui-même à être supplanté par le paradigme de la donnée.

L’effervescence autour des mégadonnées et la résurgence de l’intelligence artificielle invitent à s’interroger sur le statut de ces données, la nature de leurs traitements, l’interprétation des résultats, et finalement leurs acceptions interdisciplinaires.

Continuer la lecture de Appel à articles -“Traces, données et preuves en contexte numérique : quelles acceptions interdisciplinaires ?”

Médiations et médiatisations 5

« Le numérique pour l’apprentissage collaboratif : nouvelles interfaces, nouvelles interactions »
 

Stéphanie Fleck, Luc Massou (coords)

Les systèmes éducatifs, de l’école à l’université, sont confrontés à un contexte de profonds changements qui transforment les pratiques d’enseignement et l’apprentissage formel. Avec l’ambition de permettre aux apprenants d’apprendre, de faire, d’être et de décider individuellement et collectivement, dans un monde complexe en perpétuel mouvement, les institutions encouragent la mise en œuvre d’approches collaboratives. Au cœur de ces enjeux, les technologies numériques voient également leur diversité s’accroître rapidement. Les interfaces de nouvelle génération, telles que les interfaces tangibles, de réalité mixte ou robotiques, modifient les interactions avec les autres et les connaissances en offrant des paradigmes d’interaction Homme-machine différents de ceux offerts par les interfaces écran-clavier-souris. L’objectif de ce cinquième numéro thématique, délibérément interdisciplinaire, est de s’interroger sur l’impact et la place des technologies numériques – y compris celles de nouvelle génération – pour l’apprentissage collaboratif. Les interactions avec le savoir, avec les autres au sein des communautés d’apprentissage ou d’enseignement, les systèmes numériques eux-mêmes sont tour à tour au centre des problématiques des auteurs de ce numéro. Leurs douze contributions, par des approches complémentaires, enrichissent le corpus de connaissances empiriques et méthodologiques. Ils examinent les approches collaboratives entre enseignants, l’engagement à collaborer entre apprenants en présentiel ou à distance, la construction de l’apprentissage qui en résulte, et l’influence des systèmes sur ces derniers. Cela permet d’identifier plusieurs pistes à approfondir dans les travaux à mener sur cette thématique des nouvelles interfaces et interactions numériques pour l’apprentissage collaboratif.

En ligne sur le site de Médiations et médiatisations

Géopolitique de l’OpenScience

Géopolitique de l’OpenScience : La France, l’Union européenne et l’International

Ghislaine CHARTRON

Résumé : L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open sciences dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques. Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département “Recherche et produits nouveaux” du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

Date et lieu : le 21 janvier 2021 à 14h, Webinaire en direct sur la chaîne MSH Sud TV :http://mshsud.tv/spip.php?article1016

Digital Libraries & Information Science

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search