Archives de catégorie : Interview

Entretien avec Elie Allouche – Humanités numériques, éducation et formation : convergences et perspectives

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie, Elie Allouche est actuellement Chef de projet à la Direction du numérique pour l’éducation – Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Il a occupé précédemment les postes de directeur de l’Atelier Canopé du Val-de-Marne, de chargé de cours à l’Université Paris Descartes (technologies éducatives), de directeur du Centre départemental de documentation pédagogique des Hauts-de-Seine, et de professeur agrégé dans l’enseignement secondaire. Twitter : @elieallouche – Linkedin : https://www.linkedin.com/in/elieallouche

 Entretien réalisé par Hans Dillaerts, en juin 2020.

  1. A votre avis, quelles sont les caractéristiques principales des humanités numériques ?

Au-delà de la diversité des définitions proposées, les humanités numériques me paraissent avoir au moins trois caractéristiques principales : être à la fois un espace de « dialogue interdisciplinaire[1] », une communauté de praticiens – animée par certaines valeurs et certains engagements professionnels (notamment l’accès ouvert aux savoirs ou les pratiques collaboratives) – et un ensemble d’outils et de méthodes à partir du socle des pratiques numériques en lettres et SHS.

  1. L’espace de dialogue interdisciplinaire que vous évoquez est-il réellement possible ? N’est-ce pas un peu illusoire en matière de recherche scientifique et ce même si les politiques publiques valorisent avant tout le financement de projets de recherche interdisciplinaires ?

Vous avez raison de préciser à la fin de votre question que les politiques publiques encouragent et appuient les projets interdisciplinaires, puisque c’est exactement mon domaine d’activité au sein de la Direction du numérique pour l’éducation.

Pour en revenir à la « possibilité » de ce dialogue, effectivement c’est loin d’être une évidence, mais sa meilleure incarnation à mes yeux reste très concrètement les moments de rencontre entre praticiens des humanités numériques (outre les THATCamp fondateurs comme celui de 2010 ou le colloque Humanistica qui était prévu cette année à Bordeaux), sachant que ces moments se démultiplient et s’étendent dans le cadre des réseaux sociaux, des publications ouvertes et des listes de diffusion.

Par ailleurs, il est intéressant d’observer les profils et les parcours professionnels, qui illustrent aussi en eux-mêmes des dialogues ou des passerelles entre plusieurs sphères de compétences, à partir d’un socle disciplinaire initial.

  1. Selon vous, quelle(s) différence(s) fondamentale(s) existe-t-il entre les humanités numériques et les digital studies ?

Il s’agit de deux approches différentes, mais je les vois surtout comme complémentaires et toutes deux intéressantes à suivre pour les acteurs de l’éducation.

Concernant les humanités numériques, j’ai déjà abordé en réponse à votre première question l’une de leurs caractéristiques en tant qu’espace de dialogue interdisciplinaire. L’intérêt d’un tel espace de dialogue pour l’éducation est qu’il invite à envisager une approche transversale et réflexive du numérique au service de la construction et de la diffusion des savoirs, ce qui a aussi tout sens par exemple à l’échelle d’un établissement scolaire, voire d’une académie, où le numérique ne concerne pas exclusivement les techniciens ni les seules disciplines « scientifiques » au sens strict.

Le réseau des digital studies, dominé par la figure et les travaux de Bernard Stiegler et de l’IRI (Institut de recherche et d’innovation), aborde quant à lui le numérique comme une rupture anthropologique qui concerne l’organisation et l’instrumentation des savoirs, toutes disciplines confondues. Ce champ d’études travaille en particulier sur un nouveau cadre théorique pour étudier la façon dont les technologies numériques transforment l’épistémologie des disciplines.

  1. Dans vos communications, vous mettez en exergue des points de convergence entre les humanités numériques et l’éducation, pouvez-vous les expliciter ?

Oui, on peut partir notamment de l’article 1 du manifeste des Digital humanities de 2010 : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. ». Et ce « tournant » désigne bien dans l’éducation une réalité palpable qui est celle des potentialités inédites, pour les enseignants et leurs élèves, en matière d’accès aux savoirs et d’ouverture aux biens culturels. Ceci étant dit, j’insiste toujours sur la distinction à faire entre données-informations et savoirs en tant que tels, car ces derniers relèvent d’un travail exigeant de médiation, d’appropriation, d’esprit critique et de responsabilisation, qui est au cœur des missions de l’Ecole républicaine. L’article 8 fait également écho très concrètement à ces missions en appelant « à l’intégration de la culture numérique dans la définition de la culture générale du XXIe siècle ».

Même si on peut – à tort selon moi – se focaliser sur les aspects techniques du numérique (infrastructures, outils et services), les humanités numériques, du point de vue de l’éducation, permettent de déplacer le curseur :

  • des enjeux purement techniques vers des enjeux plus largement culturels ;
  • de la consommation individuelle des produits technologiques vers des actions collectives structurées et pérennes (notamment via le travail sur les communs de la connaissance).

Par ailleurs, un autre point de convergence majeur porte sur la transformation numérique des processus de lecture et d’écriture, et de la textualité en général.

De ce point de vue il me paraît utile d’évoquer les publications de mon collègue Jean-Michel Le Baut, professeur de Lettres au lycée de l’Iroise à Brest et qui incarne à mes yeux ce que peuvent être les humanités numériques dans l’éducation, au moins dans deux dimensions majeures :

  • un apprentissage par le « faire », par la pratique : les pratiques pédagogiques qu’il développe avec ses élèves, notamment sur le blog i-voix (http://i-voix.net/), « espace de lecture et d’écriture, de création et d’échange » consiste à leur faire faire de la littérature ;
  • un accès ouvert et un esprit de partage : ses ressources et ses publications sont ouvertes, largement relayées sur les réseaux sociaux (et pas exclusivement par des professeurs de Lettres bien sûr…) et dans le cadre des formations qu’il anime aux niveaux académique et national.

Il y a d’autres points de convergence, notamment ceux qui concernent les enjeux de formation et de continuité de formation au numérique, de façon transversale, de l’Ecole à l’Université ; ou le travail sur les données numériques comme matériau scientifique et pédagogique, même si dans ma contribution au colloque Humanistica 2020 je consacre une partie aux spécificités de l’enseignement scolaire, car le numérique est déjà présent de multiples façons dans les programmes et les textes officiels.

Ces points de convergence peuvent se traduire par des actions ou des projets partenariaux, entre recherche et éducation, par exemple sur la publication des corpus (thème du colloque DH Nord en 2019) ou sur la co-création de communs de la connaissance par les enseignants, élèves, documentalistes et chercheurs.

  1. Dans quelle mesure ces points de convergence sont-ils également valables pour le monde des bibliothèques ?

C’est certainement le cas, et je parlerais plutôt du monde de la documentation au sens large, pour inclure pleinement les missions éminentes des professeurs documentalistes de l’enseignement scolaire, souvent en première ligne dans le développement des pratiques pédagogiques numériques dans les collèges et lycées (éducation aux médias et à l’information, partage des ressources, développement de l’esprit critique, éducation à la citoyenneté numérique, etc.).

L’enjeu est bien celui d’un dialogue « inter-catégoriel » ou « interprofessionnel » et non strictement interdisciplinaire. En effet, au sein d’un laboratoire, d’une bibliothèque ou d’un établissement scolaire l’objectif est de créer les conditions d’un dialogue entre professionnels d’horizons différents : enseignants, chercheurs, ingénieurs, documentalistes, encadrants, administratifs, etc. sur leurs pratiques numériques et sur l’environnement numérique qui est désormais leur espace de travail commun.

  1. Quels enjeux identifiez-vous pour le système de communication scientifique actuel ?

Le premier est bien sûr celui de l’accès ouvert et de la science ouverte au sens large, qui est l’objet du plan du même nom lancé par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation il y a maintenant deux ans.

Derrière cette exigence il y a un enjeu plus large qui est celui de l’identité professionnelle des chercheurs, et plus globalement des professionnels du savoir, en intégrant pleinement dans leur formation initiale, continue et dans leur parcours les activités de partage, de communication et de médiation, car c’est tout le lien entre science et société qui est en train d’être repensé. Par ailleurs je m’efforce d’encourager cette démarche pour les travaux de recherche portant sur le numérique dans l’éducation, pour que ces publications aient la plus large diffusion possible et bénéficient à l’ensemble des enseignants et des formateurs.

  1. Quelle place la littératie numérique devrait-elle occuper dans la formation des acteurs de l’enseignement supérieur et de recherche, et plus précisément les (enseignants) chercheurs et les professionnels de l’information-documentation ?

Une place à la fois centrale et transversale. Centrale, car il s’agit bien de former à une nouvelle culture professionnelle. Transversale car celle-ci ne se résume pas aux seules formations techniques : il ne s’agit pas seulement de former les professionnels du savoir, de la documentation et de la culture à certains outils, qui de toute façon sont appelés à évoluer, mais de développer des pratiques collectives et d’intégrer ces pratiques dans les tâches quotidiennes du « cœur de métier ».


Notes

[1] « Forum interdisciplinaire, interprofessionnel réunissant des individus autour de l’usage des technologies numériques en une communauté de pratique et de réflexion. » (Berra, 2014) ; « dialogue interdisciplinaire sur la dimension numérique des recherches en sciences humaines et sociales » (Dacos & Mounier, 2014).

Bibliographie indicative

Allouche, E. (2017, juin 30). Lettre Édu_Num Thématique N°04—Juin 2017: Humanités et études numériques [Lettre]. Eduscol, le site des professionnels de l’éducation. http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/edunum-thematique_04

Allouche, E. (2019, octobre). Humanités numériques et formation : Quels enjeux communs de l’École à l’Université ? Colloque DHNord 2019 ”Corpus et archives numériques” MESHS Lille Nord de France – 16-18 octobre 2019. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02321700

Berra, A. (2014, mai 26). Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques. WebTV Université Lille 3. https://live3.univ-lille3.fr/video-recherche/connaitre-aujourdhui-lepistemologie-problematique-des-humanites-numeriques.html

Dacos, M. (2010). Manifeste des Digital humanities [Billet]. THATCamp Paris. http://tcp.hypotheses.org/318

Dacos, M., & Mounier, P. (2014). Humanités numériques : État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international (Centre; Institut français). http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65357-humanites-numeriques-etat-des-lieux-et-positionnement-de-la-recherche-francaise-dans-le-contexte-international.pdf

de Amorim, M. (2019, janvier 30). A quoi mènent les masters en « humanités numériques » ? Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/01/30/a-quoi-menent-les-masters-en-humanites-numeriques_5416520_4401467.html

Digital Humanities Course Registry. (2014, 2019). Dariah Clarin Digital Humanities Course Registry. https://registries.clarin-dariah.eu/courses/

Le Deuff, O. (Éd.). (2014). Le temps des humanités digitales: La mutation des sciences humaines et sociales. Fyp éditions, impr. 2014.

Merzeau, L., & Mulot, H. (2017). Les communs : Levier pour l’enseignement (du) numérique à l’école. Hermès, La Revue, 78, 193‑200. http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-193.htm

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. (2019, août). Les nouveaux programmes du lycée général et technologique. Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. https://www.education.gouv.fr/cid140434/les-nouveaux-programmes-du-lycee-general-et-technologique-a-la-rentree-2019.html

Morandi, F. (2017). À l’école des humanités numériques. Hermès, La Revue, 78, 96‑103. Morandi, F. (2017). « À l’école des humanités numériques »,. Hermès, La Revue, 78(78), 96‑103. https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-96.htm

Mulot, H. (2018, janvier 27). Les communs et les savoirs en partage: Que faut-il enseigner? L’odyssée d’Ln : je tisse m@ toile. http://odysseedln.overblog.com/communs-savoirs-en-partage.html

Rencontre avec Éric Guichard, philosophe de l’Internet et du numérique

Nous republions avec l’aimable autorisation de la rédaction de Lettres Numériques, cette interview conduite par Victoire Dunker avec Eric Guichard publiée en novembre 2019 sur le site de Lettres numériques.

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

À l’occasion de sa contribution lors du festival APREM, trois journées d’échanges et de réflexion autour de la domination des algorithmes dans nos sociétés actuelles, Lettres Numériques est allé à la rencontre d’Éric Guichard, philosophe spécialiste en la matière.

Les 14, 15 et 16 novembre derniers avait lieu le festival APREM ; des rencontres, échanges et réflexions sur le développement numérique autour d’un thème de société. Cette année, le sujet soulevé était la domination des algorithmes et la manière dont ces derniers façonnent les réalités individuelles et confortent la domination de certaines catégories d’individus. Un des intervenants contribuant à la réflexion était Éric Guichard, dont le travail a suscité l’intérêt de Lettres Numériques.

Lettres Numériques : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Éric Guichard : Plongé depuis 1992 dans l’Internet, que j’ai fait découvrir au département de sciences sociales de l’Ens (École normale supérieure), j’analyse le numérique avec une perspective anthropologique et philosophique. Car ce numérique, qui renvoie principalement aux ordinateurs en réseau et désormais à d’autres objets comme les téléphones et les liseuses, s’interprète aisément comme une nouvelle forme d’écriture, entendue comme technique. C’est ici l’apport de l’anthropologie, avec Goody, qui nous appris à voir l’écriture comme une « technologie de l’intellect » : un ensemble de savoir-faire, de recettes, qui se socialise lentement, qui se sédimente et qui nous invite à nous interroger sur ses articulations avec la pensée. Or des philosophes matérialistes et proches des mathématiciens, comme Dagognet, Granger et Parrochia, montrent que l’acte de penser est lié au calcul : un ensemble de recettes et de techniques. Dans mes enseignements, je détaille ces approches et les rends concrètes, en invitant mes étudiants à utiliser Linux, à écrire avec LATEX, à rédiger des scripts qui les rendent à l’aise avec l’écriture contemporaine et leur font découvrir des méthodes robustes pour les sciences humaines et sociales. Je poursuis mes recherches au sein du laboratoire Triangle et de l’institut des systèmes complexes de la région lyonnaise (IXXI), en précisant ce qu’est une culture de l’écrit numérique et en analysant les rapports de pouvoir associés.

Quelle a été votre contribution lors du festival APREM en novembre dernier ?

J’ai montré que les Gafam sont les nouveaux maîtres de l’écriture numérique et qu’ils en abusent grandement, en rendant difficile l’édification d’une culture de l’écrit autonome, en accumulant énormément de données à notre sujet (des flux de textes que nous laissons filer) et en profitant de leur compétence scribale pour mieux nous vendre. Ensuite, je proposais des solutions pour éviter de tels monopoles et ces captations de nos identités. Ces solutions sont juridiques (poursuivre le travail entamé avec le RGPD) et concrètes (boycott des Gafam, utilisation de logiciels libres, etc.). Enfin, je montrais que leurs surprenantes capacités s’appuient sur des méthodes classiques, typiques des meilleures universités d’hier et d’aujourd’hui : l’érudition, l’interdisciplinarité, la culture de l’écrit. J’ai insisté sur le fait que le « numérique », si tant est que nous puissions le définir, n’est coupable en rien, mais que la critique de ses accapareurs n’empêche pas une estimation raisonnée de leurs forces et compétences. Ni des nôtres : nous pouvons aisément nous réapproprier l’écriture numérique, que nous soyons chercheurs ou non, et nous aussi pouvons écrire le monde avec nos propres valeurs morales si nous nous impliquons dans cette nouvelle culture de l’écrit.

Pourquoi avoir octroyé une telle place au numérique dans vos recherches ?

Quand j’étais enseignant-chercheur à l’Ens de la rue d’Ulm, j’avais quelques succès en combinant problématiques des sciences sociales et méthodes informatiques. Certains étaient jaloux de mes réussites et me traitaient de technicien. En même temps, je voyais comment les méthodes nourrissaient des approches théoriques : la cartographie alimente celle de territoire, l’histoire quantitative de l’immigration invite à penser l’articulation entre outillage d’une discipline et son épistémologie. J’ai donc exploré les liens entre pratique et concept, entre technique et pensée. Par ailleurs, j’ai fait le choix de théoriser très tôt l’Internet, en compagnie des amis avec qui j’ai fondé l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Du coup, cette combinaison d’informatique, de réseaux, de technique et de savoirs est devenue un questionnement que nous abordions de façon pratique et appuyée sur l’érudition. Les anthropologues et philosophes précités m’ont alors permis d’approfondir ce que la nouvelle écriture (nouvelle, car élaborée depuis à peine un siècle, et toujours en devenir) faisait à la pensée, et réciproquement ; et de repérer des invariants historiques qui dépassent l’idée de révolution pour interroger la dimension technique de notre pensée. C’est facile, car nous vivons aujourd’hui deux régimes de littératie (celui du numérique et celui de l’imprimé), que nous pouvons comparer.

Quelles sont, selon vous, les valeurs qui structurent le numérique aujourd’hui ? À vos yeux, la technique est-elle neutre ?

Ces questions sont complexes, car elles obligent à préciser le contexte social et politique de toute technique et, dans une certaine mesure, ce qu’une technique n’est pas. La technique est notre habit, elle est bien plus proche de la culture que nous le croyons. Elle n’est pas neutre, car nous y investissons énormément de valeurs morales. Ces points sont attestés anthropologiquement comme philosophiquement. La technique est aussi un levier politique important, et en même temps déborde son statut d’outil pour arriver à une fin. Nous le voyons avec l’écriture : plus qu’un moyen pour penser mieux, c’est un cadre pour notre pensée. Le maçon, la truelle et le ciment sont aussi les architectes des palais intellectuels que nous fabriquons, et ils en dessinent les horizons. Dans une société où les lettrés sont peu nombreux, comme au XVIIe siècle ou aujourd’hui, ceux-ci sculptent nombre de valeurs (esthétiques, morales, politiques, etc.) : ils écrivent le monde. Aujourd’hui, les valeurs enchâssées dans le numérique sont celles de leurs propriétaires : essentiellement capitalistes, anti-étatiques, orientées glorification de la propriété privée et en même temps du communautarisme. Nous le voyons avec le mythe de la start-up nation. Mais cela peut changer assez vite, si la maîtrise de l’écrit numérique se diffuse. Déjà, les formes contemporaines du féminisme et de l’écologie nous viennent de Californie, où vivent tant de lettrés du numérique.

Qu’est-ce que le déterminisme de l’innovation ?

C’est une croyance, qui affirme que les nouvelles techniques vont transformer la société. Rien ne justifie rationnellement sa diffusion, qui nous interroge sur nos désirs d’articuler ce que nous croyons relever de la rationalité (nous disons souvent que la technique est une application de la science) avec des irrationalités profondes. Au mieux, le déterminisme de l’innovation signale notre profonde incapacité à penser la technique. Ce fait, universel, est finalement assez jubilatoire.

Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Ceci est la traduction de l’entretien mené par Ulrich Herb auprès du journaliste scientifique Leonid Schneider à propos des paper mills, ces entreprises (« usines ») où l’on peut commander des articles falsifiés pour une publication dans des revues scientifiques.

Cet interview a été précédemment publiée en allemand dans le magazine en ligne Telepolis : https://www.heise.de/tp/features/Das-wissenschaftliche-Publikations-und-Reputationssystem-ist-gehackt-4701388.html

[Ulrich Herb] M. Schneider, vous avez étudié les dysfonctionnements du système scientifique, en particulier dans le domaine de l’édition, pendant de nombreuses années sur votre blog forbetterscience. Le phénomène des paper mills représente une nouvelle curiosité. Pourriez-vous nous expliquer brièvement en quoi consistent ces « usines d’articles » ?

[Leonid Schneider] Une paper mill est un prestataire de services, tout comme les sociétés de rédaction qui vendent des mémoires et thèses falsifiés aux étudiants (essay mills). Mais les clients des paper mills sont des universitaires et des médecins. En tant que client, ils y commandent un article scientifique qui correspond à un thème de leur domaine de recherche. L’article, écrit par des ghost writers, propose des résultats scientifiques complètement inventés et des données totalement erronées.

À première vue, les paper mills offrent un service complet : l’article n’est pas seulement écrit, mais il est aussi soumis à la revue, évalué par des pairs (peer review) avec, si nécessaire, l’envoi d’autres données fictives. On ne sait pas très bien si ces rédacteurs de revues corrompus sont à la solde des paper mills, mais c’est fort probable, car certaines revues semblent particulièrement touchées.

Ces « usines d’articles » prennent l’identité de l’auteur, c’est-à-dire du client, y compris avec des adresses électroniques fantômes. Le client n’a rien d’autre à faire que de payer et se retrouve avec une étude scientifique publiée dans une revue internationale sans avoir fait de recherches pour cela.

Toutefois, il ne faut pas confondre cela avec les prestataires de services qui se contentent de proposer de rédiger le document selon les spécifications du client à partir de ses données de recherche réelles. Dans ce cas, le client soumet lui-même le manuscrit à la revue. Bien qu’il soit possible que certains prestataires proposent une offre de services plus large…

Continuer la lecture de Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

L’année dernière nous avons publié un entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche. L’objectif de cet entretien était de revenir sur les définitions, les périmètres, les pratiques professionnelles et les enjeux info-documentaires des données de la recherche.

Afin d’approfondir cet entretien et plus précisément les questionnements liés aux usages et les pratiques en lien avec les données de la recherche, nous avons réalisé un entretien au début du mois de juin avec Francesca Frontini. Elle est maître de conférences en Sciences du langage à l’université Paul-Valéry, et membre du laboratoire Praxiling. En 2019, elle a animé un séminaire dans le programme CommonData intitulé « Cycle de vie des données en sciences du langage ».

C’est la raison pour laquelle il nous a paru intéressant de contacter Francesca et de conduire un entretien avec elle afin de revenir plus précisément sur les pratiques et usages des chercheurs dans le champ disciplinaire de la linguistique informatique. Cet entretien a été réalisé et enregistré le lundi 24 juin. Notre objectif était de changer la nature et le formats des entretiens effectués … Nous espérons que cette démarche vous paraîtra pertinente et intéressante. N’hésitez pas à apporter vos commentaires.

Durée de l’interview : 35 mn

Continuer la lecture de Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaerts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique, entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kenere le Lab’

Julien Amghar est animateur multimédia et Lab’ à la médiathèque de Pontivy  et créateur de l’espace Kenere le Lab’ (le fab lab de la médiathèque de Pontivy). Il est Docteur en Histoire Contemporaine, spécialiste en patrimoine bâti. Au niveau du numérique, il est aussi spécialiste des inventaires numériques du patrimoine et de la cartographie numérique. Son adresse courriel : julien.amghar@ville-pontivy.fr

Vous êtes le créateur d’un Fab Lab au sein de la médiathèque de Pontivy, l’espace Kenere le Lab’ : Pouvez-vous revenir sur les origines de ce projet?

Le point de départ de notre Fab Lab en médiathèque fut un constat : l’activité d’animation multimédia est à un tournant. Les changements majeurs apportés par le numérique dans les savoirs et les savoir-faire font que les médiathèques doivent être des relais et ne peuvent se contenter d’être simples spectatrices de ces mutations.

C’est surtout en tant que membre de l’association RHIZOMES (promotion du logiciel libre) que j’ai pu amorcer un virage professionnellement. Suite à une discussion avec le trésorier de l’association, il y a un peu plus de 3 ans, sur le succès inespéré de leur stand lors du forum des associations de Saint-Philibert, avec la présentation du prototype d’une imprimante 3D « low cost » réalisée par une microentreprise lorientaise, le CreaFab.

En effet, à peine la machine avait-elle commencé à imprimer, que toute la foule présente s’est massée autour d’elle, laissant les autres stands déserts ! Et d’ajouter : « il faut que tu fasses cela dans ta médiathèque ! ».

De retour à Pontivy, j’en ai parlé à mon directeur qui n’en voyait pas l’intérêt. Mais un an plus tard, à l’occasion d’un changement de direction, j’ai présenté le dossier au nouveau responsable. Ce dernier résidant à Saint-Brieuc, il s’est renseigné sur ce qui se faisait au niveau du numérique dans la médiathèque de cette ville.

La réponse fut alors rapide et positive : les briochins avaient déjà pris le pas du numérique et un projet de Fab Lab était en train d’émerger….

Continuer la lecture de Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique, entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kenere le Lab’

LE NUMÉRIQUE ET LE LECTEUR, RETOUR DU NOMADE : INTERVIEW DE MABEL VERDI

À l’occasion de la publication aux Presses de l’enssib, dans la collection La Numériqued’une enquête menée en 2015 par la sociologue Mabel Verdi[1]  Le numérique et le lecteur, retour du nomade – Une enquête dans les médiathèqes en Auvergne-Rhône-Alpesla chercheuse revient en paroles sur son cheminement pour comprendre comment les bibliothèques participent à la construction des pratiques de lecture numérique des usagers.

Durée de l’interview : 7 mn 30

—————-

 Notes

[1] Mabel Verdi a soutenu sa thèse de sociologie en 2014 sur : « Les multiples mobilités de la migration : le cas des migrants chiliens en France ».

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook