Archives de catégorie : Ils ont la parole !

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : “Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs”.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

L’année dernière nous avons publié un entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche. L’objectif de cet entretien était de revenir sur les définitions, les périmètres, les pratiques professionnelles et les enjeux info-documentaires des données de la recherche.

Afin d’approfondir cet entretien et plus précisément les questionnements liés aux usages et les pratiques en lien avec les données de la recherche, nous avons réalisé un entretien au début du mois de juin avec Francesca Frontini. Elle est maître de conférences en Sciences du langage à l’université Paul-Valéry, et membre du laboratoire Praxiling. En 2019, elle a animé un séminaire dans le programme CommonData intitulé “Cycle de vie des données en sciences du langage”.

C’est la raison pour laquelle il nous a paru intéressant de contacter Francesca et de conduire un entretien avec elle afin de revenir plus précisément sur les pratiques et usages des chercheurs dans le champ disciplinaire de la linguistique informatique. Cet entretien a été réalisé et enregistré le lundi 24 juin. Notre objectif était de changer la nature et le formats des entretiens effectués … Nous espérons que cette démarche vous paraîtra pertinente et intéressante. N’hésitez pas à apporter vos commentaires.

Durée de l’interview : 35 mn

Continuer la lecture de Quel cycle de vie pour les données de la recherche en linguistique informatique à l’ère des humanités numériques ? Entretien avec Francesca Frontini

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaerts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique, entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kenere le Lab’

Julien Amghar est animateur multimédia et Lab’ à la médiathèque de Pontivy  et créateur de l’espace Kenere le Lab’ (le fab lab de la médiathèque de Pontivy). Il est Docteur en Histoire Contemporaine, spécialiste en patrimoine bâti. Au niveau du numérique, il est aussi spécialiste des inventaires numériques du patrimoine et de la cartographie numérique. Son adresse courriel : julien.amghar@ville-pontivy.fr

Vous êtes le créateur d’un Fab Lab au sein de la médiathèque de Pontivy, l’espace Kenere le Lab’ : Pouvez-vous revenir sur les origines de ce projet?

Le point de départ de notre Fab Lab en médiathèque fut un constat : l’activité d’animation multimédia est à un tournant. Les changements majeurs apportés par le numérique dans les savoirs et les savoir-faire font que les médiathèques doivent être des relais et ne peuvent se contenter d’être simples spectatrices de ces mutations.

C’est surtout en tant que membre de l’association RHIZOMES (promotion du logiciel libre) que j’ai pu amorcer un virage professionnellement. Suite à une discussion avec le trésorier de l’association, il y a un peu plus de 3 ans, sur le succès inespéré de leur stand lors du forum des associations de Saint-Philibert, avec la présentation du prototype d’une imprimante 3D « low cost » réalisée par une microentreprise lorientaise, le CreaFab.

En effet, à peine la machine avait-elle commencé à imprimer, que toute la foule présente s’est massée autour d’elle, laissant les autres stands déserts ! Et d’ajouter : « il faut que tu fasses cela dans ta médiathèque ! ».

De retour à Pontivy, j’en ai parlé à mon directeur qui n’en voyait pas l’intérêt. Mais un an plus tard, à l’occasion d’un changement de direction, j’ai présenté le dossier au nouveau responsable. Ce dernier résidant à Saint-Brieuc, il s’est renseigné sur ce qui se faisait au niveau du numérique dans la médiathèque de cette ville.

La réponse fut alors rapide et positive : les briochins avaient déjà pris le pas du numérique et un projet de Fab Lab était en train d’émerger….

Continuer la lecture de Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique, entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kenere le Lab’

LE NUMÉRIQUE ET LE LECTEUR, RETOUR DU NOMADE : INTERVIEW DE MABEL VERDI

À l’occasion de la publication aux Presses de l’enssib, dans la collection La Numériqued’une enquête menée en 2015 par la sociologue Mabel Verdi[1]  Le numérique et le lecteur, retour du nomade – Une enquête dans les médiathèqes en Auvergne-Rhône-Alpesla chercheuse revient en paroles sur son cheminement pour comprendre comment les bibliothèques participent à la construction des pratiques de lecture numérique des usagers.

Durée de l’interview : 7 mn 30

—————-

 Notes

[1] Mabel Verdi a soutenu sa thèse de sociologie en 2014 sur : “Les multiples mobilités de la migration : le cas des migrants chiliens en France”.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

La Nano Night Race in Kenere : une course de drones indoor en médiathèque, intégrée au championnat de France.

Julien Amghar est animateur multimédia et Lab’ à la médiathèque de Pontivy  et créateur de l’espace Kenere le Lab’ (le fab lab de la médiathèque de Pontivy). Il est Docteur en Histoire Contemporaine, spécialiste en patrimoine bâti. Au niveau du numérique, il est aussi spécialiste des inventaires numériques du patrimoine et de la cartographie numérique. Son adresse courriel : julien.amghar@ville-pontivy.fr

L’aventure a débuté par ma rencontre avec Hassan Ait Chattou, pilote professionnel de drones quadricoptères, courant de l’été 2016 à la médiathèque de Pontivy.

Continuer la lecture de La Nano Night Race in Kenere : une course de drones indoor en médiathèque, intégrée au championnat de France.

De la bibliothèque au web et réciproquement – Webinaire Écritures Numériques et Éditorialisation

Nous vivons désormais dans un espace numérique. Cet espace est fait d’écriture. Nos identités sont de l’écriture – profils, entrées dans des bases de données, lignes de codes -, nos actions sont de l’écriture – à partir des clics jusqu’à l’achat d’un livre ou à la planification d’un voyage -, les objets qui nous entourent sont faits d’écriture.
La Chaire de recherche du Canada sur les Écritures numériques a pour objectif de proposer une nouvelle lecture et une nouvelle compréhension de cette écriture qui fait désormais notre monde. Sur ce site vous trouverez l’ensemble des projets menés par Marcello Vitali-Rosati et son équipe, les publications des membres de la Chaire et la description de tous les concepts théoriques mobilisés pour nos recherches.

Troisième séance du séminaire “Écritures numériques et éditorialisation”
19 janvier prochain – à Montréal 11h30, Université de Montréal, pav. Lionel-Groulx, salle C-8041 ; Paris 17h30.
La séance sera télédiffusée en directe via la chaîne YouTube de la Chaire : https://www.youtube.com/watch?v=NEnUHb79QH0


«De la bibliothèque au web et réciproquement»

Les bibliothèques jouent un rôle privilégié dans le paysage dessiné par l’éditorialisation. Si l’accès et la circulation des contenus demeurent au cœur de sa mission, la bibliothèque en tant qu’institution doit également se transformer pour intégrer la problématique de l’appropriation. Elle se doit ainsi d’investir des dispositifs physiques et numériques susceptibles d’accueillir les pratiques récentes et existantes tout en en favorisant de nouvelles. Nous porterons la réflexion sur cet équilibre entre dispositif et usage nécessaire à tout “lieu de savoir”.

Avec les intervenants :
Catherine Bernier, Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal
Nino Gabrielli, Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal
Benoit Epron, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB)

En savoir plus sur le site Écritures numériques et éditorialisation.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journées DH et données ouvertes 24/25 mai à Lyon

L’université de Lyon, Persée, l’Institut des sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilleux (MOM) organisent les 24 et 25 mai 2016 deux journées sur le thème Humanités numériques et données ouvertes à suivre en direct.

Retrouver en ligne l’ensemble des débats de la journée, les vidéos des conférences, les présentations associées ainsi que les posters présentés lors de l’exposition/forum du 25 mai et les échanges des 3 ateliers pratiques.

Présentation :
Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ? A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ? Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Ces journées seront l’occasion d’un atelier autour des services d’Huma-Num (dont NAKALA, NAKALONA et ISIDORE) de la TGIR Huma-Num co-animé par la MOM (dont les équipes utilisent NAKALA) et l’équipe d’Huma-Num.

Connaître le programme et lire la suite sur le blog d’Huma-Num.

Suivre le fil Twitter des 2 journées : 

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook