Archives de catégorie : Méthode

Retour d’expérience sur Zotero dans les pratiques documentaires du chercheur

Depuis 2015, Caroline Muller est Professeure agrégée (PRAG) en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne Ardenne (URCA). Elle était auparavant  en contrat doctoral à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse, soutenue en septembre 2017, a été dirigée par Bruno Dumons au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes).
Elle anime le carnet de recherche Acquis de conscience où elle a publié cet article.

Une conversation a eu lieu hier sur Twitter au sujet de Zotero, l’outil de bibliographie désormais bien connu développé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media. Les différents arguments – pour, contre, pour mais-sous-conditions– m’ont donné envie de faire le point sur ma propre pratique du logiciel, les atouts que j’y vois mais aussi les difficultés passées.

La discussion synthétise plusieurs réticences et arguments que les collègues avancent souvent quand on leur parle de Zotero. Beaucoup préfèrent la gestion de la bibliographie via des fichiers élaborés sous Word, pour plusieurs raisons.

  • La première est que le temps de saisie de leur bibliographie serait trop long : pour ceux et celles qui ont déjà vingt ans de carrière, les données accumulées peuvent être massives.
  • La seconde réticence tient à la manipulation du logiciel qui « ne fonctionne pas toujours très bien » ou encore « donne des bibliographies remplies d’erreurs »
  • Enfin, le dernier argument souvent avancé est que le principe de « un clic-une fiche biblio collectée » serait dangereux et conduirait à collecter des références en tout sens sans les lire ou les classer.

Je voudrais revenir sur ces différentes idées en réfléchissant à ma propre pratique. J’ai la chance d’avoir commencé la recherche avec Zotero ; autrement dit, je n’ai pas eu besoin d’intégrer une bibliographie préexistante dans le logiciel. Je pense cependant que les collègues gagneraient à passer un ou deux jours à intégrer leurs fichiers Word car le gain de temps (mais aussi de confort d’exploration, j’y reviendrai) est considérable sur une vie de recherche.

Pour rappel, Zotero fonctionne sur un principe simple : le logiciel est installé sur l’ordinateur, et un petit plug-in est installé dans la barre d’extensions du navigateur. À partir d’un catalogue de bibliothèque ou d’éditeur scientifique (CAIRN, Worldcat, Sudoc…), il suffit de cliquer sur l’icône pour que la fiche bibliographique soit collectée dans le logiciel.

Icône de collecte
Fiche collectée à l’arrivée

 

À partir de la liste collectée, on sélectionne les fiches souhaitées et Zotero construit une bibliographie automatiquement, d’après les consignes et normes qu’on lui a donné – les tutoriels ne manquent pas.

De la nécessité de vérifier les références collectées

C’est ici que l’on croise les objections relevées tout à l’heure : les bibliographies « pleines d’erreur » à l’arrivée, ou encore le problème de fiches incomplètes. Il me semble qu’on n’insiste pas encore assez, en formation, sur la nécessité de vérifier systématiquement la propreté de la fiche collectée : est-ce que tous les renseignements y sont ? Est-ce qu’ils sont dans les bons champs ? Les majuscules et minuscules au bon endroit ? Trop d’étudiants et de collègues « sautent » cette étape de vérification et de « nettoyage » des données collectées, ce qui produit à l’arrivée des bibliographies erronées puisque Zotero ne fait que mettre en forme les informations qu’il possède. Ce temps de vérification – un coup d’œil, la plupart du temps – est absolument nécessaire. Il faut aussi se débrouiller pour collecter les fiches bibliographiques sur les sites pour lesquels les métadonnées sont « propres » – adaptés à la collecte bibliographique. Les sites commerciaux sont très mauvais, par exemple.

Quand toutes ces conditions sont remplies, la bibliographie automatique est impeccable. Autrement dit, et contrairement à ce qu’on peut penser parfois, l’usage du logiciel ne dispense pas d’une rigueur dans la collecte et la vérification des informations. On ne peut pas lui déléguer la méthodologie 😉

Un usage parmi bien d’autres : un centre documentaire

Je vais maintenant vous présenter mon usage du logiciel, bien qu’il y en ait bien d’autres. J’ai passé du temps à trouver une routine mais je crois que c’est stable depuis trois ans. Je m’en sers comme centre documentaire : j’y collecte des références bibliographiques, mais aussi des PDF, des notes, des pages Web, etc. Zotero est la mémoire de ma recherche et son disque dur externe.

Collecter et organiser sa galaxie documentaire

J’ai collecté 2540 documents en cinq ans d’utilisation. Je n’ai pas lu in extenso tous ces documents, bien sûr – mais ils constituent la galaxie documentaire dans laquelle j’évolue quand j’écris, cherche ou enseigne. Au fur et à mesure, j’ai créé des « collections » que je plie aux exigences du moment :

Les collections en mars 2018

À partir de « ma bibliothèque » (= toutes les références), j’ai organisé des sous-collections qui changent selon les moments. Par exemple, j’ai travaillé à une communication sur l’anticléricalisme et le genre la semaine dernière, alors j’ai créé une collection ponctuelle pour m’aider à visualiser l’historiographie existante. De même, « lectures » est une liste de ce que j’aimerais lire d’ici la fin de l’année. Pour le reste, l’organisation est assez classique : par types d’activités, par types de documents, par thématiques. Pour moi, c’est désormais très confortable ; il faut cependant dire que, comme toute gestion de données volumineuses, cela oblige à prendre régulièrement le temps de ranger la bibliothèque, la nettoyer, supprimer quelques livres, et trouver son fonctionnement optimal peut être long.

collection Sources

Garder la mémoire des lectures et des notes

Je confie à Zotero la mémoire de mes lectures. Chaque fois que je consulte un ouvrage ou article, je crée une petite note dans le logiciel et je la joins à la référence, pour avoir un historique de consultation très utile sur les longs temps de recherche.

La référence et les notes attachées
Historique de consultation

J’y inclus ce que j’ai lu, et, de plus en plus, le contenu de mes notes de lecture pour avoir tout au même endroit :

Référence lue
Notes de lecture dans Zotero

Quand mes notes sont à part sous format papier, carnet ou encore Word, je les ajoute sous forme de pièces jointes sous la référence.

Pièce jointe

Quand j’ai consulté la référence, j’ajoute en théorie un petit marqueur « lu » – mais j’ai du mal à me tenir à ce système.

Les marqueurs

J’utilise aussi d’autres fonctionnalités proposées par le logiciel : les bibliothèques partagées avec d’autres collègues ou encore la surveillance des nouvelles sorties sur des carnets qui m’intéressent.

Veille
Bibliothèques partagées

De la galaxie documentaire à l’écriture

Mon intérêt pour Zotero ne s’arrête pas à la gestion des références et des lectures. Je m’en sers pour citer automatiquement dans mes notes de bas de page. Lorsqu’on écrit un article – ou une thèse – on a besoin de mobiliser souvent des références. Lier Zotero au traitement de texte permet de ne pas avoir à recopier systématiquement les références. Un clic sur l’onglet Zotero, puis on précise au logiciel ce qu’on veut citer, quelle page, et il crée seul la note de bas de page. Une fois de plus, si la fiche n’est pas nette au départ, il n’y a aucune chance que Zotero la corrige dans la note de bas de page ! D’où l’importance de vérifier les fiches avant le processus d’écriture, lors de la collecte.

Citer avec Word
Citation
Fenêtre de citation
Citation finale dans la note de bas de page.

La durée totale de l’opération est de quinze secondes sauf en cas de problème technique – qui se produisent de temps à autre quand on change de version. De ce côté là, rien à craindre : Zotero est géré par une équipe très disponible et le forum aide toujours à résoudre les problèmes.

En sus de ce côté pratique, j’ai pris conscience en écrivant ma thèse que Zotero m’aidait à mieux explorer mon corpus : le moteur de recherche fouille à la fois les titres des références mais aussi toutes les notes et PDF intégrés. Cela fait « ressortir » des références auxquelles je ne pensais plus, ou encore crée des associations d’idées inattendues.

Conclusions (provisoires) : apprivoiser le logiciel et le plier à ses usages

J’espère avoir montré dans ce billet les possibles ouverts par le logiciel. Il y en a bien d’autres et je suis loin d’avoir exploré toutes les fonctionnalités. J’ai essayé aussi de présenter des réponses aux réserves légitimes émises par les collègues.

En utilisant Zotero, il est nécessaire de réfléchir à son processus de collecte (vais-je lire cela ? Aurais-je le temps de l’exploiter ? Est-il vraiment utile de le collecter ?) sous peine de noyade dans l’océan bibliographique.

via GIPHY

Cela oblige également à toiletter et ranger régulièrement la bibliothèque comme on le ferait pour une bibliothèque physique. Bref, Zotero ne dispense pas d’une réflexion sur la stratégie documentaire à court et long terme.

Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

More Posts

Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Isabelle Sperano est enseignante-chercheure dans le Master architecture de l’information à l’ENS de Lyon. Ses activités d’enseignement et de recherche portent sur l’UX design et l’architecture de l’information. Elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation, à l’organisation et au design de l’information dans des environnements numériques de grande ampleur. Cet article présente une partie des résultats d’une étude conduite dans le cadre de sa thèse de doctorat en architecture de l’information à l’école de design de l’Université Laval (Québec) portant sur l’évaluation de la qualité des contenus numériques.

Depuis une vingtaine d’années, le Web s’est imposé comme média privilégié par une variété d’organisations (instances gouvernementales, entreprises, organismes, etc.) pour transmettre une quantité substantielle d’informations à leurs destinataires. La mise en place adéquate de ces imposantes structures informationnelles dépend, entre autres, de spécialistes de l’information et de la communication de divers champs d’expertise, dont l’architecture d’information (AI). Dans la mesure où l’accès à une information particulière constitue l’objectif principal d’une majorité d’activités de recherche sur le Web, ces spécialistes portent normalement une grande attention au contenu présenté. Pour ce faire, différentes méthodes visant à mieux appréhender le contenu ont vu le jour depuis quelques années. L’audit de contenu est l’une d’elles.

 L’audit de contenu

L’audit de contenu est une méthode d’évaluation du contenu d’un site Web ou d’un écosystème informationnel plus vaste (réseaux sociaux, applications, infolettre, etc.). Elle rend possible l’identification, le dénombrement, la description et surtout l’évaluation de chaque élément de contenu et de ses caractéristiques respectives (Jones 2010; Land 2014; Martin et Hanington 2012). Concrètement, cette méthode consiste à confronter chaque contenu – chaque « page » dans le cas d’un site Web – à une liste de critères d’évaluation sélectionnés par l’auditeur. Tout au long de son examen diagnostique, l’auditeur note ses observations et consigne ses constatations dans une grille.

Conduit adéquatement et avec rigueur, l’audit de contenu constituerait un outil indispensable à la révision ou à la conception d’un écosystème informationnel (Bloomstein 2012; Pernice 2015). Cette méthode d’analyse rétrospective du contenu et de la structure informationnelle non seulement permettrait de cerner l’étendue et l’ampleur d’un écosystème informationnel, mais contribuerait aussi à engager des discussions et à susciter des débats entre les différents acteurs d’un projet numérique. Cet examen approfondi rendrait possible l’identification de lacunes à corriger (ex. : redondance du contenu, faible qualité rédactionnelle, manque d’actualisation, faiblesses structurelles) et révélerait corrélativement l’ampleur des problèmes à résoudre (Halvorson et Rach 2012; Land 2014). En outre, l’audit de contenu rendrait possible l’anticipation de certains problèmes (contenus jugés trop sensibles, lesquels ne devraient pas apparaître sur le Web, faiblesses dans la chaîne éditoriale, etc.) (Halvorson et Rach 2012). De par sa capacité à mettre en lumière différents paramètres du contenu sinon imperceptibles au concepteur, et ce, dès le début d’un projet d’AI, l’audit de contenu influencerait grandement, selon plusieurs auteurs (Halvorson et Rach 2012; Kissane 2011; Spencer 2010), la réussite des étapes subséquentes d’une démarche d’AI (organisation de l’information, conception de la navigation, etc.).

Continuer la lecture de Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu