Archives de catégorie : Méthode

Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research).

Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche.

Le séminaire du 16 octobre a été organisé avec la thématique suivante : « Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique ».

Intervention 1 : L’Open Access et les chercheurs au cœur d’injonctions paradoxales

Intervention assurée par Hans Dillaerts, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et rattaché au laboratoire LERASS-CERIC.

Son intervention était en lien avec l’article « Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : Quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST?« 

Intervention 2 : Les données de la recherche : politiques et enjeux

Intervention assurée par Joachim Schöpfel, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille Sciences Humaines et Sociales et membre du laboratoire GERiiCO.

Son intervention était en lien avec le rapport de recherche « Vers une culture de la donnée en SHS : Une étude à l’Université de Lille« . 

 

Intervention 3 : Partage des données de recherche en SHS : quelles pratiques des enseignants-chercheurs ?

Intervention assurée par Alexandre Serres, référent de l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2 et ex-coresponsable de l’URFIST de Rennes. 

Son intervention était en lien avec le rapport de recherche « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2« .

 

Intervention 4 : Les données de la recherche et le droit

Intervention assurée par Agnès Robin Maître de Conférences (HDR) en Droit privé à l’Université de Montpellier. Elle est membre de l’Equipe de recherche Créations Immatérielles. Elle dirige le Master 2 Droit de la propriété intellectuelle et TIC (Faculté de droit de Montpellier).

L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Michael K. Buckland est professeur émérite à la School of Information de l’Université californienne de Berkeley, et codirecteur de l’Electronic Cultural Atlas. L’expérience professionnelle de M. Buckland en tant que bibliothécaire et ses travaux sur les services d’information, en particulier la bibliographie, la conception des services en bibliothèques et le soutien à la recherche en ligne, se reflètent dans trois ouvrages: Library Services in Theory and Context, (2e éd., Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Redesigning Library Services (ALA, 1992). Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire des services d’information, notamment une biographie sur le créateur du premier moteur de recherche électronique : Emanuel Goldberg and his knowledge machine (Libraries Unlimited, 2006). Dans son dernier livre, Information and Society,  paru en 2017 chez  MIT Press, il nous livre une synthèse très concise de ce domaine complexe.

Remerciements

Ce texte, traduit de l’anglais, est le fruit d’une version légèrement révisée d’une conférence présentée le 16 mai 2018 lors d’une visite à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) à Lyon (Buckland 2018). Je remercie l’Enssib et le Professeur Pascal Robert pour leur hospitalité.

Des techniques bibliographiques permettant un accès sophistiqué aux publications imprimées ont été élaborées il y a longtemps. L’accès à d’autres médias a été plus lent à se développer. Deux anomalies qui concernent la portée de la bibliographie sont examinées ici. Donald F. McKenzie écrivait que la bibliographie devrait être étendue à toutes les autres formes de médias, par exemple des paysages importants sur le plan culturel, ou une pierre légendaire. La bibliothécaire Suzanne Briet et son élève Robert Pagès ont soutenu de leur côtéqu’un animal dans une cage pouvait aussi être un document. Ces exemples sont examinés en relation avec l’histoire et la théorie de la bibliographie, la relation entre les bibliographies et d’autres ouvrages de référence. On en conclut que pour certains domaines de la bibliographie, ces exemples ne sont pas pertinents. Mais ces exemples remettent en cause la limitation de la bibliographie aux documents imprimés.

Introduction

En 1892, Paul Otlet publie son premier article sur la bibliographie, intitulé « Un peu de bibliographie ». Dans cet essai, il pointe du doigt les insuffisances de la bibliographie de l’époque. Il débute ainsi :

La débauche de productions de toutes sortes à laquelle donne lieu de nos jours la culture des sciences dites morales, sociales et politiques, n’est pas sans effrayer ceux qui se préoccupent de la qualité plutôt que de la quantité (Otlet 1891-92, 254).

Otlet présentait la vision de ce qu’il pensait être nécessaire. Cette vision est ensuite devenue le travail de sa vie. Notre objectif est plus limité. Nous nous penchons sur deux anomalies qui visent la portée de la bibliographie. Ce sont deux cas dans lesquels des bibliographes très respectés ont affirmé que la bibliographie ne devrait pas s’étendre qu’aux seuls matériaux imprimés : il s’agit de l’exemple de Donald F. McKenzie sur la pierre de Gnoilya Tmerga et de l’antilope de Suzanne Briet dans un zoo. Ce sont des exemples intrigants. Dans chacun des cas, les auteurs apportent une justification. Cependant, ces suggestions semblent plutôt étranges, voire absurdes. Les deux propositions sont largement connues depuis plus de trente ans, et pourtant il  manque toujours des propositions pratiques pour les intégrer à la bibliographie.
Continuer la lecture de L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin est élève conservatrice à l’ENSSIB (dcb27). Titulaire d’un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l’histoire de l’École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

Nombreux sont les projets qui, depuis une petite décennie, s’approprient le web de données pour exposer leurs données, les ouvrir et les partager. Heureuse initiative, car le décloisonnement des données permet d’entrevoir de nouvelles possibilités de fouilles textuelles, de croisement et d’exploitation de la documentation dans des perspectives de recherche à une échelle jusqu’ici jamais atteinte. Le présent article se propose de présenter un projet qui se situe dans cette perspective d’ouverture et de mise à disposition de données structurées. Par la fusion de deux référentiels issus d’institutions différentes, mais travaillant sur des thématiques communes, le projet Grand Siècle a pour objectif de rendre accessible un référentiel sur l’Ancien Régime de façon pérenne et interopérable. Nous avons pris le parti de ne pas développer l’aspect technique de cette fusion, mais de se concentrer sur l’aspect méthodique et les choix scientifiques qui ont présidé à l’élaboration de ces référentiels. Les aspects plus techniques pourront faire l’objet d’un autre article.

Cette initiative s’inscrit dans un élan plus étendu, puisque plusieurs outils (OpenTheso [1], Ginco[2]) et des vocabulaires dédiés (SKOS[3]) ont été mis à disposition pour permettre la publication de référentiels en utilisant les technologies du web de données. L’émergence de ces objets technologiques montre l’intérêt nouveau suscité par la normalisation, même s’il faut parfois s’accommoder de certaines limites. Car ces outils ne permettent pas – ce n’est pas leur rôle – de répondre aux interrogations que soulève ce type d’exercice classificatoire. Dans une entreprise de classement, il faut toujours se poser la question de ce que l’on veut laisser à voir, comment le laisser voir et pourquoi. Puisque classer consiste à figer une certaine vision du monde, comment organiser l’information pour qu’elle soit le reflet le plus fidèle d’une réalité ? Comment rendre compte de tous les savoirs, de toutes les bifurcations, de toutes les subtilités d’une réalité dans un modèle, certes complexe, mais immobile ? Exercice impossible, tout le monde en conviendra.

Alors, à quels choix doit-on se plier, quels sacrifices doit-on concéder, quels solutions ou rectificatifs peut-on envisager pour modéliser le moins mal possible cette réalité derrière laquelle s’engage la course ?

Cet article ne se propose pas de formuler de réponses à des questions qui n’en appellent pas, mais plutôt d’expliquer une démarche intellectuelle en proposant de revenir sur la définition des objets classificatoire et leur évolution dans un premier temps, puis d’exposer les choix qui ont été engagés pour classifier ces concepts et produire ce référentiel d’Ancien Régime dans un second temps.

Les systèmes classificatoires

De l’absolue nécessité d’ordonner

On pourrait définir un référentiel comme un outil servant à instrumenter les connaissances dans un champ délimité. Il organise la structuration et offre la normalisation d’un domaine de connaissance permettant à tous ceux qui s’y réfèrent de parler la même langue : grâce à des règles d’écriture (normalisation de la forme, syntaxe), de négociations de sens, une organisation hiérarchique ou sémantique entre les termes…

Les systèmes d’organisation des connaissances.
Diapo extraite de l’intervention de Gautier Poupeau sur le web sémantique
(École nationale des chartes, avril 2016).

Continuer la lecture de La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin

Marie Carlin est élève conservatrice à l'ENSSIB (dcb27). Titulaire d'un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l'histoire de l'École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

More Posts

The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Michael K. Buckland is an emeritus professor at the UC Berkeley School of Information and co-director of the Electronic Cultural Atlas Initiative.
Dr. Buckland’s professional experience as a librarian and his work on the design of information services, especially bibliography, the design of library services, and support for online discovery, are reflected three books : Library Services in Theory and Context, 2nd ed., (Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991), and Redesigning Library Services (ALA, 1992). He has also written extensively on the history of information services, including a biography of the designer of the first electronic search engine, Emanuel Goldberg and his Knowledge Machine (Libraries Unlimited, 2006). A new book, Information and Society (MIT Press, March 2017), provides a very concise introduction to a complex area.

Acknowledgement

This text is a translation of a slightly revised version of a lecture presented on May 16, 2018 while Visiting Scholar at the École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) in Lyon, France (Buckland 2018). I thank Enssib and Professor Pascal Robert for their hospitality.

Summary

Bibliographical techniques to provide sophisticated access to printed publications were developed long ago. Access to other media has been slower to develop. Two anomalies with respect to the scope of bibliography are considered. Donald F. McKenzie wrote that bibliography should be extended to all media including culturally significant landscapes, for example a stone associated with a legend. Librarian Suzanne Briet and her student Robert Pagès asserted that an animal in a cage can be a document. These examples are examined in relation to the history and theory of bibliography, the relationship between bibliographies and other reference works and their powers (affordances). It is concluded that for some areas of bibliography these examples are irrelevant. But these examples call into question the limitation of bibliography to printed materials.
Continuer la lecture de The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Après l’obtention en 2018 du DCB, le diplôme de conservateur des bibliothèques, Coline Gosciniak est affectée au poste de responsable de la bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la BMC de Reims, où elle exercera à compter du 1er juillet 2018.

Ses publications professionnelles[1]portent sur la valorisation  du patrimoine écrit auprès des publics par des dispositifs de médiation numérique, notamment vidéoludiques.  Elle revient ici sur les enjeux professionnels de son mémoire de recherche de DCB : Réalité virtuelle et réalité augmentée en bibliothèque : panorama et perspectives.

La réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV), deux technologies immersives, apparaissent de plus en plus fréquemment dans les dispositifs de médiation culturelle et ludique en bibliothèque, et ce depuis leur émergence au début des années 2010 [2]. Que désignent précisément ces deux termes ? Si la réalité augmentée se caractérise comme la superposition d’éléments virtuels (photos, vidéos, texte) sur l’environnement réel à travers un écran de smartphone ou de tablette, ou des verres de lunettes, la réalité virtuelle permet une immersion totale dans un environnement virtuel à l’aide d’un visiocasque tel que l’Oculus Rift ou l’HTC Vive. Ainsi l’application Pokémon Go, qui permet d’apercevoir des Pokémon dans l’environnement réel entourant le joueur à travers l’écran de son smartphone, relève de la RA. Au contraire, l’application Eagle Flight, grâce à laquelle l’utilisateur se glisse dans la peau d’un aigle pour explorer Paris à l’aide d’un visiocasque, constitue une expérience de RV.

Plusieurs catégories de dispositifs existant actuellement en bibliothèque reflètent une prise en main progressive de ces technologies par les professionnels. Parmi cette large palette, les dispositifs ludiques (jeux vidéo en RV et RA) occupent une place prédominante, tout comme les dispositifs de médiation culturelle dans le cadre d’expositions. Les utilisations dans le cadre de repérage des collections et des espaces de la bibliothèque, ou dans un contexte de valorisation de la production scientifique dans les bibliothèques universitaires, demeurent encore limitées mais sont appelées à se développer au cours des prochaines années. Le recours à ces technologies nécessite pour les professionnels d’intégrer non seulement des questions d’ordre financières et techniques, mais également managériales : comment convaincre tant sa hiérarchie que son équipe de l’intérêt de la RA et la RV pour les bibliothèques ? Quelle formation prévoir afin de garantir le bon fonctionnement du dispositif élaboré ?

Continuer la lecture de Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Retour d’expérience sur Zotero dans les pratiques documentaires du chercheur

Depuis 2015, Caroline Muller est Professeure agrégée (PRAG) en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne Ardenne (URCA). Elle était auparavant  en contrat doctoral à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse, soutenue en septembre 2017, a été dirigée par Bruno Dumons au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes).
Elle anime le carnet de recherche Acquis de conscience où elle a publié cet article.

Une conversation a eu lieu hier sur Twitter au sujet de Zotero, l’outil de bibliographie désormais bien connu développé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media. Les différents arguments – pour, contre, pour mais-sous-conditions– m’ont donné envie de faire le point sur ma propre pratique du logiciel, les atouts que j’y vois mais aussi les difficultés passées.

La discussion synthétise plusieurs réticences et arguments que les collègues avancent souvent quand on leur parle de Zotero. Beaucoup préfèrent la gestion de la bibliographie via des fichiers élaborés sous Word, pour plusieurs raisons.

  • La première est que le temps de saisie de leur bibliographie serait trop long : pour ceux et celles qui ont déjà vingt ans de carrière, les données accumulées peuvent être massives.
  • La seconde réticence tient à la manipulation du logiciel qui « ne fonctionne pas toujours très bien » ou encore « donne des bibliographies remplies d’erreurs »
  • Enfin, le dernier argument souvent avancé est que le principe de « un clic-une fiche biblio collectée » serait dangereux et conduirait à collecter des références en tout sens sans les lire ou les classer.

Je voudrais revenir sur ces différentes idées en réfléchissant à ma propre pratique. J’ai la chance d’avoir commencé la recherche avec Zotero ; autrement dit, je n’ai pas eu besoin d’intégrer une bibliographie préexistante dans le logiciel. Je pense cependant que les collègues gagneraient à passer un ou deux jours à intégrer leurs fichiers Word car le gain de temps (mais aussi de confort d’exploration, j’y reviendrai) est considérable sur une vie de recherche.

Pour rappel, Zotero fonctionne sur un principe simple : le logiciel est installé sur l’ordinateur, et un petit plug-in est installé dans la barre d’extensions du navigateur. À partir d’un catalogue de bibliothèque ou d’éditeur scientifique (CAIRN, Worldcat, Sudoc…), il suffit de cliquer sur l’icône pour que la fiche bibliographique soit collectée dans le logiciel.

Icône de collecte
Fiche collectée à l’arrivée

 

À partir de la liste collectée, on sélectionne les fiches souhaitées et Zotero construit une bibliographie automatiquement, d’après les consignes et normes qu’on lui a donné – les tutoriels ne manquent pas.

De la nécessité de vérifier les références collectées

C’est ici que l’on croise les objections relevées tout à l’heure : les bibliographies « pleines d’erreur » à l’arrivée, ou encore le problème de fiches incomplètes. Il me semble qu’on n’insiste pas encore assez, en formation, sur la nécessité de vérifier systématiquement la propreté de la fiche collectée : est-ce que tous les renseignements y sont ? Est-ce qu’ils sont dans les bons champs ? Les majuscules et minuscules au bon endroit ? Trop d’étudiants et de collègues « sautent » cette étape de vérification et de « nettoyage » des données collectées, ce qui produit à l’arrivée des bibliographies erronées puisque Zotero ne fait que mettre en forme les informations qu’il possède. Ce temps de vérification – un coup d’œil, la plupart du temps – est absolument nécessaire. Il faut aussi se débrouiller pour collecter les fiches bibliographiques sur les sites pour lesquels les métadonnées sont « propres » – adaptés à la collecte bibliographique. Les sites commerciaux sont très mauvais, par exemple.

Quand toutes ces conditions sont remplies, la bibliographie automatique est impeccable. Autrement dit, et contrairement à ce qu’on peut penser parfois, l’usage du logiciel ne dispense pas d’une rigueur dans la collecte et la vérification des informations. On ne peut pas lui déléguer la méthodologie 😉

Un usage parmi bien d’autres : un centre documentaire

Je vais maintenant vous présenter mon usage du logiciel, bien qu’il y en ait bien d’autres. J’ai passé du temps à trouver une routine mais je crois que c’est stable depuis trois ans. Je m’en sers comme centre documentaire : j’y collecte des références bibliographiques, mais aussi des PDF, des notes, des pages Web, etc. Zotero est la mémoire de ma recherche et son disque dur externe.

Collecter et organiser sa galaxie documentaire

J’ai collecté 2540 documents en cinq ans d’utilisation. Je n’ai pas lu in extenso tous ces documents, bien sûr – mais ils constituent la galaxie documentaire dans laquelle j’évolue quand j’écris, cherche ou enseigne. Au fur et à mesure, j’ai créé des « collections » que je plie aux exigences du moment :

Les collections en mars 2018

À partir de « ma bibliothèque » (= toutes les références), j’ai organisé des sous-collections qui changent selon les moments. Par exemple, j’ai travaillé à une communication sur l’anticléricalisme et le genre la semaine dernière, alors j’ai créé une collection ponctuelle pour m’aider à visualiser l’historiographie existante. De même, « lectures » est une liste de ce que j’aimerais lire d’ici la fin de l’année. Pour le reste, l’organisation est assez classique : par types d’activités, par types de documents, par thématiques. Pour moi, c’est désormais très confortable ; il faut cependant dire que, comme toute gestion de données volumineuses, cela oblige à prendre régulièrement le temps de ranger la bibliothèque, la nettoyer, supprimer quelques livres, et trouver son fonctionnement optimal peut être long.

collection Sources

Garder la mémoire des lectures et des notes

Je confie à Zotero la mémoire de mes lectures. Chaque fois que je consulte un ouvrage ou article, je crée une petite note dans le logiciel et je la joins à la référence, pour avoir un historique de consultation très utile sur les longs temps de recherche.

La référence et les notes attachées
Historique de consultation

J’y inclus ce que j’ai lu, et, de plus en plus, le contenu de mes notes de lecture pour avoir tout au même endroit :

Référence lue
Notes de lecture dans Zotero

Quand mes notes sont à part sous format papier, carnet ou encore Word, je les ajoute sous forme de pièces jointes sous la référence.

Pièce jointe

Quand j’ai consulté la référence, j’ajoute en théorie un petit marqueur « lu » – mais j’ai du mal à me tenir à ce système.

Les marqueurs

J’utilise aussi d’autres fonctionnalités proposées par le logiciel : les bibliothèques partagées avec d’autres collègues ou encore la surveillance des nouvelles sorties sur des carnets qui m’intéressent.

Veille
Bibliothèques partagées

De la galaxie documentaire à l’écriture

Mon intérêt pour Zotero ne s’arrête pas à la gestion des références et des lectures. Je m’en sers pour citer automatiquement dans mes notes de bas de page. Lorsqu’on écrit un article – ou une thèse – on a besoin de mobiliser souvent des références. Lier Zotero au traitement de texte permet de ne pas avoir à recopier systématiquement les références. Un clic sur l’onglet Zotero, puis on précise au logiciel ce qu’on veut citer, quelle page, et il crée seul la note de bas de page. Une fois de plus, si la fiche n’est pas nette au départ, il n’y a aucune chance que Zotero la corrige dans la note de bas de page ! D’où l’importance de vérifier les fiches avant le processus d’écriture, lors de la collecte.

Citer avec Word
Citation
Fenêtre de citation
Citation finale dans la note de bas de page.

La durée totale de l’opération est de quinze secondes sauf en cas de problème technique – qui se produisent de temps à autre quand on change de version. De ce côté là, rien à craindre : Zotero est géré par une équipe très disponible et le forum aide toujours à résoudre les problèmes.

En sus de ce côté pratique, j’ai pris conscience en écrivant ma thèse que Zotero m’aidait à mieux explorer mon corpus : le moteur de recherche fouille à la fois les titres des références mais aussi toutes les notes et PDF intégrés. Cela fait « ressortir » des références auxquelles je ne pensais plus, ou encore crée des associations d’idées inattendues.

Conclusions (provisoires) : apprivoiser le logiciel et le plier à ses usages

J’espère avoir montré dans ce billet les possibles ouverts par le logiciel. Il y en a bien d’autres et je suis loin d’avoir exploré toutes les fonctionnalités. J’ai essayé aussi de présenter des réponses aux réserves légitimes émises par les collègues.

En utilisant Zotero, il est nécessaire de réfléchir à son processus de collecte (vais-je lire cela ? Aurais-je le temps de l’exploiter ? Est-il vraiment utile de le collecter ?) sous peine de noyade dans l’océan bibliographique.

via GIPHY

Cela oblige également à toiletter et ranger régulièrement la bibliothèque comme on le ferait pour une bibliothèque physique. Bref, Zotero ne dispense pas d’une réflexion sur la stratégie documentaire à court et long terme.

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

More Posts

Follow Me:
Twitter

Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Isabelle Sperano est enseignante-chercheure dans le Master architecture de l’information à l’ENS de Lyon. Ses activités d’enseignement et de recherche portent sur l’UX design et l’architecture de l’information. Elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation, à l’organisation et au design de l’information dans des environnements numériques de grande ampleur. Cet article présente une partie des résultats d’une étude conduite dans le cadre de sa thèse de doctorat en architecture de l’information à l’école de design de l’Université Laval (Québec) portant sur l’évaluation de la qualité des contenus numériques.

Depuis une vingtaine d’années, le Web s’est imposé comme média privilégié par une variété d’organisations (instances gouvernementales, entreprises, organismes, etc.) pour transmettre une quantité substantielle d’informations à leurs destinataires. La mise en place adéquate de ces imposantes structures informationnelles dépend, entre autres, de spécialistes de l’information et de la communication de divers champs d’expertise, dont l’architecture d’information (AI). Dans la mesure où l’accès à une information particulière constitue l’objectif principal d’une majorité d’activités de recherche sur le Web, ces spécialistes portent normalement une grande attention au contenu présenté. Pour ce faire, différentes méthodes visant à mieux appréhender le contenu ont vu le jour depuis quelques années. L’audit de contenu est l’une d’elles.

 L’audit de contenu

L’audit de contenu est une méthode d’évaluation du contenu d’un site Web ou d’un écosystème informationnel plus vaste (réseaux sociaux, applications, infolettre, etc.). Elle rend possible l’identification, le dénombrement, la description et surtout l’évaluation de chaque élément de contenu et de ses caractéristiques respectives (Jones 2010; Land 2014; Martin et Hanington 2012). Concrètement, cette méthode consiste à confronter chaque contenu – chaque « page » dans le cas d’un site Web – à une liste de critères d’évaluation sélectionnés par l’auditeur. Tout au long de son examen diagnostique, l’auditeur note ses observations et consigne ses constatations dans une grille.

Conduit adéquatement et avec rigueur, l’audit de contenu constituerait un outil indispensable à la révision ou à la conception d’un écosystème informationnel (Bloomstein 2012; Pernice 2015). Cette méthode d’analyse rétrospective du contenu et de la structure informationnelle non seulement permettrait de cerner l’étendue et l’ampleur d’un écosystème informationnel, mais contribuerait aussi à engager des discussions et à susciter des débats entre les différents acteurs d’un projet numérique. Cet examen approfondi rendrait possible l’identification de lacunes à corriger (ex. : redondance du contenu, faible qualité rédactionnelle, manque d’actualisation, faiblesses structurelles) et révélerait corrélativement l’ampleur des problèmes à résoudre (Halvorson et Rach 2012; Land 2014). En outre, l’audit de contenu rendrait possible l’anticipation de certains problèmes (contenus jugés trop sensibles, lesquels ne devraient pas apparaître sur le Web, faiblesses dans la chaîne éditoriale, etc.) (Halvorson et Rach 2012). De par sa capacité à mettre en lumière différents paramètres du contenu sinon imperceptibles au concepteur, et ce, dès le début d’un projet d’AI, l’audit de contenu influencerait grandement, selon plusieurs auteurs (Halvorson et Rach 2012; Kissane 2011; Spencer 2010), la réussite des étapes subséquentes d’une démarche d’AI (organisation de l’information, conception de la navigation, etc.).

Continuer la lecture de Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu