Archives de catégorie : Méthode

La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Marianne Duquenne est doctorante contractuelle en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2019, au laboratoire GERiiCO (ULR 4073). Sa thèse porte sur l’application de la science ouverte en bioéconomie. Elle est co-encadrée par Patrice de la Broise et Joachim Schöpfel.

Ses recherches sont financées dans le cadre du projet pilote ReCaBio — Ressources Catalyses et Bioéconomie du Programme Gradué de l’I-Site ULNE « Science pour une planète en mutation » qui est soutenu par le gouvernement français à travers le Programme d’Investissements d’Avenir (I-SITE ULNE / ANR-16-IDEX-0004 ULNE).

Son carnet de recherche retrace le projet initial de la thèse, une esquisse de la problématique et quelques premiers résultats issus de ses recherches.

Chargée de cours au département des Sciences de l’Information et de la Documentation (UFR DECCID) de l’Université de Lille, ses enseignements portent essentiellement sur la science ouverte et plus particulièrement, sur les archives ouvertes.

ORCID ID : https://orcid.org/0000-0003-1493-7905

Twitter : @mariannedqn

LinkedIn

Adresse courriel : marianne.duquenne@univ-lille.fr

 

Qu’est-ce que la bioéconomie plus précisément ? Elle est souvent considérée comme un vecteur de réindustrialisation. Peux-tu apporter quelques précisions à ce sujet ?

La bioéconomie est définie comme une approche qui vise le remplacement des ressources fossiles, c’est-à-dire les ressources non renouvelables comme le charbon ou le pétrole, par des ressources plus respectueuses de l’environnement que l’on appelle plus communément biomasses. C’est un concept souvent associé à la notion d’économie circulaire.

Pour expliquer ce qu’est la bioéconomie, je m’appuie souvent sur la définition proposée par la Commission européenne (2018) qui est très pragmatique, elle permet de concevoir et d’illustrer la bioéconomie dans le faire : « produire du combustible à partir d’algues, recycler les plastiques, transformer des déchets en mobilier ou en vêtements neufs ou élaborer des engrais biologiques à partir de sous-produits industriels ».

Sur le terrain, j’ai pu constater deux choses : d’une part, qu’il existe plusieurs acceptions de la bioéconomie, c’est un concept qui recouvre différentes réalités et pratiques d’après les personnes interrogées, mais aussi, lorsque l’on s’intéresse aux discours d’accompagnement.

D’autre part, ce concept est relativement invisible sur le devant de la scène sociétale. Pourtant, en considérant les pratiques à échelle individuelle, comme le tri des déchets ou encore les démarches dites « zéro déchet », j’aime dire et constater que nous faisions déjà de la bioéconomie au quotidien sans le savoir.

Continuer la lecture de La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Colloque/Hackathon Savoirs /EHESS – 12 /13 mai Campus Condorcet

Savoirs est  une plateforme numérique innovante dédiée à l’anthropologie historique des savoirs proposant une collection d’instruments de recherche au service de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs. Six mois après la mise en ligne de la plateforme, le premier colloque interdisciplinaire Savoirs qui se tient  lieu au Centre des colloques de l’EHESS sur le CampusCondorcet entend croiser deux fils : une réflexion sur le champ de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs, qui est au cœur du projet Savoirs, et des éclairages sur l’impact des technologies numériques sur les méthodes de travail en SHS. 

Deux journées de hackathon visant à imaginer de nouvelles fonctionnalités numériques pour la plateforme Savoirs se dérouleront en même temps que le colloque.

Le projet Savoirs est né dans un nouveau champ de recherche situé au carrefour des sciences humaines et sociales et des disciplines d’érudition. Il prend pour objets les savoirs, définis comme l’ensemble des pratiques mentales, discursives, techniques et sociales par lesquelles une société, ses groupes et ses individus donnent sens au monde qui les entoure et se donnent les moyens d’interagir avec le monde.

La dimension comparatiste et interdisciplinaire de cette recherche ouvre aussi une réflexion sur nos propres pratiques et instruments, à l’heure où le numérique reconfigure nos environnements de travail, collectifs et individuels.


 

Continuer la lecture de Colloque/Hackathon Savoirs /EHESS – 12 /13 mai Campus Condorcet

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Qu’est-ce qu’un projet d’édition critique numérique ?

Après des études de lettres et de sciences humaines, Caroline Blanc Feracci a intégré le master 2 Publication numérique à l’Enssib pour parachever sa formation.

Après des études pluridisciplinaires de lettres et de mathématiques, Marthe Vertongen est actuellement étudiante en double master 2 Publication Numérique et Humanités Numériques à l’Enssib.

Petite étude d’objets éditoriaux qui réunissent bibliothèques, philologues, informaticiens et lecteurs autour d’une œuvre littéraire

Les projets d’édition critique numérique d’œuvres littéraires, à l’instar du site l’ENCCRE ou de l’application Candide publiée par la Bibliothèque nationale de France (BnF) et Orange, que l’on pourrait aussi appeler « sites d’édition savante », sont des entreprises éditoriales dont le nombre se compte sur les doigts d’une main en France. Conçues et développées par des acteurs qui évoluent en marge de l’édition privée, elles mettent néanmoins en évidence le changement de régime éditorial en contexte numérique, notamment en ce qui concerne la place du lecteur au sein de la chaîne de production.

Qu’est-ce qu’une édition critique numérique ? Tentative de définition

Tendre vers le général

Les éditions critiques numériques dont il est ici question se caractérisent par la diversité de leurs formes car chacune d’elles constitue un projet éditorial en soi, avec ses propres objectifs selon le texte édité, le public cible et les ressources financières et techniques allouées à l’équipe en charge du projet. Comme le notent les auteurs de l’ouvrage L’édition critique à l’ère du numérique, il est difficile de décrire en termes généraux le processus de conception des éditions critiques numériques dans la mesure où, « sauf celles qui inclinent à reproduire le plus possible les formes du livre, tout se passe comme si chacune se voulait une aventure singulière[1] ». Ils précisent ensuite qu’« à [leur] connaissance, il n’en est aucune qui ait réutilisé une architecture créée pour une autre œuvre ou pour un autre corpus ». Proposer une définition qui voudrait s’appliquer de manière systématique à chacune d’elles reviendrait ainsi à courir le risque de ne pas prendre en compte leurs spécificités respectives, qui font d’elles des objets éditoriaux uniques. La consultation en ligne d’exemples d’éditions critiques permet toutefois de cerner certaines tendances générales ayant trait aux modalités de présentation et de consultation, ainsi qu’aux choix des fonctionnalités et des outils interactifs.

Des e-éditions critiques

L’élément définitoire d’une édition critique est son apparat critique, c’est-à-dire l’ensemble des annotations – philologiques, critiques ou d’identification des sources – ajoutées au texte original qui permettent d’informer le lecteur sur les modalités d’établissement du texte par l’éditeur scientifique. L’objectif des philologues est d’établir un texte fixé faisant autorité et de donner « les clés permettant de mieux [le] lire[2] ». Une édition critique est ensuite qualifiée de numérique quand elle a nécessité une implication importante du numérique à divers stades de sa conception. La particularité de ces projets d’édition critique numérique tient en effet à la place des technologies numériques dans la chaîne du processus. Ces outils numériques spécifiques reposent sur les dernières technologies d’encodage et nécessitent donc l’intervention d’experts en informatique qui sont la plupart du temps étranger au principe de l’édition et plus encore de l’édition savante. Parce que ces éditions sont réalisées sous la forme de bases de données et ne sont en aucun cas des copies numériques d’éditions critiques existantes en format papier, il est plus à propos de les qualifier d’e-éditions et non d’e-books.

Les cinq propositions de Peter Robinson

Pour aller plus loin dans la tentative de définition de ces projets, il est utile de reprendre les cinq propositions de l’universitaire anglais Peter Robinson.

  • L’usage de la technologie informatique pour produire une édition particulière a lieu dans un contexte de recherche particulier.
  • Une édition numérique devrait être basée sur une transcription complète des textes originaux dans une forme numérique et cette transcription devrait se référer à des principes explicites.
  • L’usage de méthodes analytiques assistées par ordinateur peut restaurer la critique historique de larges traditions textuelles comme un but central pour les éditeurs savants.
  • La nouvelle technologie a le pouvoir de changer non seulement la manière dont les éditeurs éditent mais aussi celle avec laquelle les lecteurs lisent.
  • Des projets éditoriaux générant des quantités substantielles de textes transcrits en mode numérique devraient adopter dès le début une politique de transcription ouverte.

Ces propositions montrent qu’une édition critique numérique d’un texte original est toujours produite dans un contexte bien spécifique (« édition particulière ») à partir duquel sera définie la politique éditoriale (« principes explicites ») et suggèrent en même temps que les outils technologiques offrent de nouvelles possibilités analytiques à la critique textuelle traditionnelle (« restaurer la critique historique »). Aussi, elles mettent en avant le renouvellement du rapport au texte édité chez l’éditeur et chez le lecteur, lequel n’est plus un simple lecteur-récepteur en raison de la nature collégiale et non-figée de l’édition (« politique de transcription ouverte »). Il convient cependant de préciser que la « nouvelle technologie » et l’ouverture du processus d’édition n’engendrent pas une diminution du rôle de l’éditeur critique mais supposent au contraire la prise en charge de nouvelles tâches éditoriales, le pilotage d’une équipe significative et souvent internationale, et la capacité à dégager une vue d’ensemble du projet tout au long du processus d’édition.

Comment réaliser une édition critique numérique ? Décomposition d’un projet d’édition critique numérique : étapes et acteurs

Lancement du projet

Une édition critique numérique est le résultat d’un projet d’édition critique numérique. Ce sont, dans la plupart des cas, des experts (chercheurs, enseignants-chercheurs, maîtres de conférence) qui entreprennent ce type de projet. Les premiers acteurs à intervenir sont donc le ou les chercheurs, ou la ou les institutions qui a l’idée d’une édition critique numérique. Ils interviennent comme les maîtres d’ouvrage du projet. Ce sont eux qui initient et lancent le projet en cherchant et regroupant les moyens et personnes nécessaires. En effet, pour mener à bien un projet d’édition critique numérique, comme pour tout projet, il faut rassembler :

  • des moyens financiers et matériels car les coûts peuvent être très importants ;
  • des moyens humains car ce sont la plupart du temps des projets de grande envergure qui demandent du temps et beaucoup de travail ;
  • le document-source à partir duquel réaliser l’édition (des manuscrits, une édition déjà existante ayant établi une version du texte-source et qui va être reprise, retravaillée, enrichie).

Pour parvenir à réunir tout cela, les maîtres d’ouvrage doivent rechercher des partenaires, comme des bailleurs de fonds pour aider au financement du projet, des infrastructures de recherche pour apporter un soutien matériel (serveurs, hébergement du site, etc.) et des bibliothèques ou centres de ressources pour avoir accès aux manuscrits (papiers ou numérisés). Le financement de ces projets d’éditions s’appuie également en grande partie sur le soutien des universités ou laboratoires de recherche auxquels sont rattachés les chercheurs qui lancent le projet.

En plus de la recherche des partenaires et du financement, les maîtres d’ouvrage doivent faire appel à une équipe-projet pour la mise en œuvre de l’édition critique numérique. Le plus souvent, quand les maîtres d’ouvrage sont des chercheurs, ils font eux-mêmes partie de l’équipe-projet et la dirigent en tant que chefs de projet. Leur rôle est alors primordial car ils doivent coordonner l’équipe-projet constituée d’une équipe scientifique et d’une équipe technique. L’équipe scientifique se compose d’experts, d’universitaires, de philologues. Il peut s’agir d’historiens, de linguistes, de spécialistes de la littérature, etc. L’équipe est vraiment pluridisciplinaire. Elle est chargée d’accompagner la reproduction numérique de l’œuvre littéraire d’un appareil éditorial et d’un apparat critique qui en permettra l’utilisation et la compréhension. L’équipe technique, quant à elle, regroupe des informaticiens, des ingénieurs, des développeurs, des concepteurs et des web designers. Ils s’occupent de la réalisation technique de l’édition critique, développent et fournissent les outils logiciels employés dans la chaîne de production de l’édition critique numérique, de la numérisation à l’édition numérique et sa diffusion sur le web. Ils ont également un rôle essentiel dans la réflexion en amont de la production. En échangeant avec l’équipe scientifique et le ou les chefs de projet, ils réfléchissent aux fonctionnalités qui doivent être prévues au moment du codage du texte et des enrichissements numériques qui sont envisagés pour l’édition critique numérique. Les chefs de projet doivent donc faire le lien entre les deux équipes pour faire comprendre les avis et besoins des deux et les faire converger vers une entente et un travail d’équipe qui mènera à la réalisation d’une édition critique numérique. Les chefs de projet sont donc avant tout des médiateurs d’une équipe-projet pluridisciplinaire.

Réalisation de l’édition critique numérique

Une fois le projet lancé, une des premières étapes pour les chefs de projet est, comme pour toute édition, la définition d’une politique éditoriale qui guidera tout le long le projet d’édition critique numérique. Les chefs de projet réfléchissent en concertation avec leur équipe aux fonctionnalités de l’édition, de son contenu, des parcours de lecture proposés, des modes de visualisation, etc.

Pour entamer la réalisation de l’édition critique et numérique, il faut d’abord choisir et préparer le document qui sera la source de l’édition. C’est le travail des philologues qui peuvent coordonner le choix du corpus de textes, le collationnement[3] et la numérisation des manuscrits, pour présenter à la fin un document-source (corpus de textes) à partir duquel se basera l’édition critique et l’édition numérique.

Après la numérisation, vient la transcription, étape indispensable pour les projets qui ne se basent pas sur des transcriptions déjà existantes de l’œuvre littéraire. La transcription permet de convertir les textes numérisés qui sont donc en format image au format numérique. Cela demande un travail considérable. Un important travail de relecture et de vérification des transcriptions est nécessaire. Pour cette étape, il est courant de faire appel à des bénévoles qui viennent aider l’équipe-projet.

Une fois le document-source établi, l’enrichissement critique peut être réalisé. L’équipe scientifique réalise des apparats des variantes et des sources, écrivent des textes d’explication linguistique, historique ou littéraire, annote le texte. L’enrichissement critique peut varier selon les types d’éditions et de critiques souhaitées, comme la critique philologique, la critique génétique, ou la critique littéraire.

Pour enrichir l’édition numériquement et d’un apparat critique, l’encodage est une étape nécessaire dans la réalisation d’une édition critique numérique. L’encodage consiste à baliser un texte avec des balises pour structurer et décrire logiquement son contenu, c’est-à-dire le texte tel qu’il a été conçu et non pas sa présentation. Parce qu’il correspond aux standards du balisage généralisé, assurant ainsi la longévité de sa validité dans l’environnement numérique et son accès et compréhension par tous, le langage XML/TEI (eXtensible Markup Language/Text Encoding Initiative) est majoritairement utilisé pour l’encodage des éditions critiques numériques. L’encodage est un travail long et rigoureux sur lequel peuvent travailler à la fois l’équipe scientifique et l’équipe technique. Grâce à l’encodage, des informations très diverses peuvent être encodées et ainsi leur affichage pourra être différent selon les publics. Différents niveaux d’information critique peuvent ainsi être encodés et être consultables selon les envies du lecteur, qui peut ainsi avoir accès aux informations qu’il veut quand il veut, et si besoin peut effectuer des recherches à la fois dans le texte (transcriptions) et dans les parties critiques. L’encodage nécessite également un important travail de relecture et vérification.

Réalisation de l’interface de consultation et diffusion

Enfin, il faut réaliser le « support » de l’édition critique numérique pour assurer sa diffusion et la rendre accessible aux lecteurs. Étant nativement numérique, ce « support » est une interface de consultation, et est donc nouveau et surtout unique, propre à chaque édition critique numérique, chaque projet développant sa propre interface adaptée aux besoins spécifiques de chaque édition. L’équipe technique développe l’interface et réfléchit à la conception ergonomique. Le site web d’une édition peut être créé entièrement par l’équipe technique ou être réalisé à l’aide d’un CMS (Content Management System). Mais l’utilisation d’un CMS est plutôt rare car la réalisation d’un site de consultation d’une édition critique numérique est exigeante, les besoins et fonctionnalités précis et particuliers. L’édition critique numérique peut également se baser sur une base de données qui permet les requêtes, les recherches dans le texte, l’accès aux images et transcriptions.

Une fois l’interface de consultation achevée, l’édition critique numérique peut être diffusée. Il est courant avec les éditions critiques numériques, que l’interface soit diffusée et rendue accessible même si l’édition n’est pas terminée, notamment parce que l’édition critique et numérique est un processus ouvert qui n’a pas toujours de fin définie, et également pour ainsi diffuser des appels à contribution aux potentiels lecteurs intéressés qui peuvent ainsi devenir collaborateurs.

Exemples d’éditions critiques numériques : à la conquête des lecteurs

Candide[4]

L’édition critique numérique Candide, l’édition enrichie, disponible sur le web et sous forme d’application, est le fruit d’un projet d’édition critique numérique mené par la BnF et Orange. C’est un bon exemple d’édition critique numérique destinée à un grand public.

Le projet a été réalisé par la BnF et Orange, avec la collaboration de la Voltaire Foundation. Cette dernière a permis l’accès et l’utilisation du document-source : l’édition critique de René Pomeau publiée par la Voltaire Foundation. L’équipe-projet est constituée à la fois de membres de la BnF et d’Orange, dont des spécialistes, des professeurs, des conservateurs, des ingénieurs de recherche, des développeurs, des informaticiens. Contrairement à la plupart des projets d’éditions critiques numériques existantes, celui-ci n’a pas été lancé dans un contexte de recherche dans un milieu universitaire. Il se détache donc un peu des autres projets, notamment au niveau des moyens financiers et de l’organisation et de la constitution de l’équipe-projet. Le contexte du projet a aussi influencé le public cible qui, hors d’un contexte de recherche, semble plus facilement englobé le grand public.

Cette édition propose à tous de (re)découvrir l’œuvre Candide de Voltaire, en proposant « une approche à la fois ludique et scientifiquement rigoureuse ». L’édition est enrichie par des fonctionnalités numériques (lecture audio, zoom, recherche…) et des apports critiques (définitions, notes, fiches des personnages et des lieux, explication de concepts d’un point de vue historique et littéraire, variantes de l’édition critique…) qui aident à la compréhension de l’œuvre.

L’édition comporte trois parties : le livre, le monde, le jardin. Chaque partie a sa propre approche du texte. Le livre se concentre sur la lecture du texte. Le lecteur peut parcourir l’œuvre proposée comme un livre qui affiche sur la page de gauche le texte et l’image du manuscrit numérisé sur la page de droite. Il est possible d’écouter la lecture de l’œuvre et les enrichissements critiques visibles permettent une lecture augmentée. Le monde est constitué d’une carte qui retrace le voyage de Candide et permet ainsi au lecteur de suivre le chemin de son périple, tout en ayant accès à des approfondissements et éclairages autour de l’œuvre (interviews, anthologie, contenus iconographiques…). Le jardin est un espace collaboratif de création et de partage dans lequel le lecteur peut, en organisant et commentant les favoris qu’il a créés, partager sa perception personnelle de l’œuvre. Chaque création vient s’ajouter sous forme d’arbres de la connaissance dans le jardin. Le lecteur devient ainsi contributeur. Lui proposer de réaliser une création littéraire peut être considéré comme une façon de lui accorder une part d’auctorialité. Avec ces trois parties, l’édition propose au lecteur trois modes d’entrée et de découverte de l’œuvre qui s’adaptent à tous les besoins et donc à tous les types de public.

Figure 1. Une page de la partie « livre » de Candide publié par la BnF : https://candide.bnf.fr

 

L’ENCCRE[5]

Contrairement à l’édition critique sur papier qui s’adresse à un lecteur spécialiste souvent pourvu d’un doctorat ou en cours d’étude et qui constitue une niche éditoriale, l’édition critique numérique prend en compte une plus grande variété de profils du lecteur, et peut parfois même avoir une vocation grand public. Dans le dossier de presse[6] du projet l’ENCCRE, il est ainsi précisé que le projet d’édition a été « pensé pour en démocratiser l’accès ». Si ce projet se distingue de celui de l’édition enrichie de Candide par la BnF en comportant moins de contenus multimédias et ludiques, les modalités d’entrée dans l’œuvre de Diderot et d’Alembert témoignent d’une volonté de désanctifier cet objet littéraire et de le mettre à la portée de tous, sans appauvrir son contenu. L’édition numérique de l’Encyclopédie comporte en effet une page d’accueil qui incite à cliquer sur la tranche d’un des volumes de textes ou de planches. Une fois que le lecteur a fait son choix, une table des matières du volume correspondant se présente à lui. Ce choix de présentation et de structure permet d’insérer des étapes intermédiaires qui fonctionnent comme des filtres et permettent d’éviter l’effet de masse que peut susciter ce dictionnaire et sa nomenclature colossale. De plus, le site propose au lecteur-usager une visite guidée qui lui présente les quatre portes d’entrée par recherche dans l’œuvre, selon ses besoins : la recherche d’un titre d’article, la recherche d’un contributeur, la recherche d’un domaine (agriculture, médecine, etc.) et la recherche plein-texte dans la transcription des articles.

Figure 2. Page d’accueil du site de l’ENCCRE : http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

 

 

L’édition critique en contexte numérique ouvre ainsi de nouvelles perspectives de réception : le lecteur-usager peut aussi bien être un expert, un étudiant ou un lecteur « grand public », c’est-à-dire un lecteur non spécialiste et simplement curieux de découvrir l’objet éditorial proposé. Même pour un projet comme l’ENCCRE, le lecteur-usager peut adopter divers comportements, plus ou moins actifs selon les modalités de lecture et fonctionnalités que présentent l’édition critique et selon l’expérience de lecture qu’il souhaite privilégier. Par exemple, le lecteur grand public aura plus tendance à se concentrer sur le texte établi tandis que le lecteur expert et, dans une moindre mesure, le lecteur étudiant circuleront plus volontiers dans l’ensemble de l’édition ou consulteront les ajouts de contributions, pour prendre connaissance de tous les éléments critiques et philologiques.

Conclusion

Ces entreprises éditoriales sont d’une envergure a priori sans équivalent dans le domaine de l’édition numérique. Elles nécessitent la coordination d’acteurs aux domaines d’expertise variés ainsi que la réalisation de diverses étapes qui conditionnent la réussite du projet dans son intégralité tant elles sont interdépendantes les unes des autres. De par la nature ouverte de ces projets, les possibilités de collaboration entre l’équipe éditoriale et le lecteur à différents niveaux de la chaîne de production sont nombreuses. Les projets pris en exemple dans cet article illustrent bien le passage « d’un régime de production-consommation passive à un régime de communication et d’interaction[7] », car tous invitent d’une manière ou d’une autre le lecteur-usager à être « producteur ». Souvent destinées à un public plus large que celui de l’édition savante papier, ces éditions critiques numériques présentent une forte dimension expérimentale et participent d’une réflexion sur l’évolution des usages et pratiques de lecture. Les acteurs de l’édition traditionnelle, séduits par la qualité de ces sites savants d’édition, seront sans doute amenés à mettre en œuvre des projets similaires une fois qu’ils auront trouvé un modèle économique viable.

Bibliographie

Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017.

Bourassa, Renée (dir.), 2021. Le livre en contexte numérique : un défi de design. En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/

Casenave, Joana, 2016. La Transposition numérique de l’édition critique : éléments pour une édition de l’Isopet 1-Avionnet, thèse de doctorat, Université Paris-est Créteil et Université de Montréal, soutenue le 28 octobre 2016.
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/18429/Casenave_Joana_2016_these.pdf?sequence=6&amp%3BisAllowed=y

Casenave, Joana, 2019. « Le positionnement éditorial dans l’édition critique numérique », Digital Studies/Le Champ numérique, 2019.
En ligne : https://www.digitalstudies.org/article/id/7343/#n4

Epron Benoit et Muller Catherine, 2021. « De l’Abécédaire à HyperOtlet : L’Abécédaire des mondes lettrés, un outil d’écriture collaborative savante », in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.
En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/abecedaire-hyperotlet/

Greslou, Elisabeth et Meynard, Cécile, 2021. « Du manuscrit au numérique. Une édition multiformes et multisupports des manuscrits de Stendhal », in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.
En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/manuscrit-numerique-stendhal/#fn:8

Laborderie, Arnaud, 2021. « Du livre enrichi au livre augmenté: Les enjeux d’une clôture numérique », in in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.

Laborderie, Arnaud, 2015. « Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation », Doctorales de la SFSIC 2015, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2015.
https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01185820/document

Robinson, Peter, 2002. « What is a Critical Digital Edition? », Variants. The Journal of the European Society for Textual Scholarship, 1, 2002.

Sahle, Patrick, 2016.
« What is a Scholarly Digital Edition? », in Driscoll, Matthew James et Pierazzo, Elenan, Digital Scholarly Editing: Theories and Practices, Cambridge : 2016.
En ligne : https://www.openbookpublishers.com/product.php/483?483

Sites web

Site web de l’édition numérique de Candide par la BnF :
https://candide.bnf.fr/

Site web de l’édition numérique des manuscrits de Madame Bovary :
https://www.bovary.fr/

Site web de l’Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie :
http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

Site web de l’édition numérique des manuscrits de Stendhal :
http://manuscrits-de-stendhal.org

Site web de l’édition critique numérique du Manuscrit Français 640 de la BnF :
https://edition640.makingandknowing.org/#/

Site web de l’édition critique numérique des lettres de Van Gogh :
http://www.vangoghletters.org/vg/letters.html

Site web de l’édition critique numérique des œuvres de Charles Fontaine :
http://chfontaine.huma-num.fr/projet/presentation

Site web de la Text Encoding Initiative : https://tei-c.org

Site web de la Très Grande Infrastructure de Recherche Huma-Num : https://www.huma-num.fr

Documentation

Dossier de presse de l’ENCCRE du 19 octobre 2017 :
http://enccre.academie-sciences.fr/presse/Dossier_de_presse_ENCCRE_19_octobre_2017.pdf

Manuel de transcription XML du projet d’édition des manuscrits de Stendhal, version 1.4 du 16 mars 2015 :
http://stendhal.demarre-shs.fr/stendhal-wordpress/wp-content/uploads/2015/03/Manuel-de-transcription_V1.4_2015.pdf

Notes

[1] Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017, p. 21, comme ce qui suit.

[2] Régnier, Philippe, 2017. « Vers une nouvelle économie politique de l’édition critique », in L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017, p. 292.

[3] Comparer entre eux des manuscrits et imprimés pour s’assurer de leur conformité.

[4] https://candide.bnf.fr

[5] http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

[6] http://enccre.academie-sciences.fr/presse/Dossier_de_presse_ENCCRE_19_octobre_2017.pdf

[7] Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. Ibid., p. 22.

Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec

La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?
Continuer la lecture de La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Expérimenter l’annotation avec l’évaluation ouverte par les pairs post-publication

Diplômée d’une licence en science politique, d’un DUT en Info-com et d’un Master Enssib en Publication numérique, Claire Dandieu est actuellement chargée d’édition pour OpenEdition Journals après avoir été en charge du secrétariat d’édition pour le projet HIRMEOS de 2018 à 2019.

Ce rapport présente les résultats de l’expérimentation d’évaluation ouverte par les pairs post-publication qui s’est déroulée d’octobre 2018 à juin 2019. Elle a été menée dans le cadre du projet européen HIRMEOS coordonné par OpenEdition qui prévoyait, entre autres, l’implémentation d’un service d’annotations sur la plateforme OpenEdition Books.

Pour accompagner l’implémentation de cet outil sur la plateforme, une phase expérimentale a été mise en place. Le but de cette expérimentation était d’explorer, via l’annotation, de nouvelles pratiques d’évaluation ouverte par les pairs, post-publication, sur des monographies en sciences humaines et sociales diffusées en accès ouvert.

Après une rapide exposition du contexte d’expérimentation, nous revenons ici sur la dernière partie qui rend compte des conclusions et des résultats de ce rapport circonstancié, disponible dans son intégralité en version française et anglaise sur le blog OPERAS, the European Research Infrastructure for the development of open scholarly communication in the social sciences and humanities.
Continuer la lecture de Expérimenter l’annotation avec l’évaluation ouverte par les pairs post-publication

RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

La naissance de l’architecture de l’information en tant que champ est concomitante de l’ère de l’information engendrée par les techniques numériques. En d’autres mots, elle fait partie de ces approches permettant de lire et d’écrire le réseau, mais aussi de le rendre accessible et intelligible au plus grand nombre. C’est pourquoi l’architecture de l’information est au cœur de la deuxième édition de Reticulum, un cycle de rencontres interdisciplinaires entre SIC et design.

SYNOPSIS DE LA JOURNÉE

Après une première édition consacrée à l’opérabilité du concept de dispositif, les rencontres Reticulum souhaitent aborder une autre notion à l’intersection des SIC et du design : l’architecture de l’information. Si cette locution agrège deux termes complexes, on en comprend rapidement l’enjeu : il s’agit de maîtriser (ἀρχός / arkhós : celui qui gouverne) la production (τίκτω / tíktô : produire) des informations. A l’instar du « premier art » dont elle emprunte le nom, l’architecture de l’information est liée aux structures qui organisent les existences humaines : elle opère dans l’espace et le temps, conditionnant des flux virtuels, sève de la « société de l’information » (Bell 1979, Mattelart 2000).

L’expression « architecture de l’information » a été proposée par Richard Wurman en 1976. Comme pour la documentation au début du 20e siècle, elle s’est construite comme une réponse à la croissance informationnelle de son temps. Visant avant tout l’opérabilité — to make something work —, elle s’est essentiellement développée comme un champ de pratiques professionnelles, tout en cultivant une certaine réflexion théorique. Au tournant des années 2000, son positionnement est devenu fort complexe sous la pression d’une pensée plus forte du design. En effet, elle partage avec le design d’information les « relations ‫à l’espace, ‪aux signes et au sens » (Beyaert-Geslin, 2018) ; de plus, la logique d’organisation des contenus qu’elle met en œuvre se confond avec celle d’autres champs, comme l’éditorialisation (Lipsyc & Ihadjadene, 2013 ; Zacklad, 2019).

La présence de la métaphore architecturale en design et dans les différentes sciences de l’information interroge sur le périmètre et la pertinence de l’architecture de l’information. C’est dans cette perspective que nous proposons une deuxième journée Reticulum intitulée Architecture(s) de l’information, afin de la questionner à la fois en tant qu’objet et en tant que champ. Elle réunira chercheurs, étudiants et professionnels pour explorer les subtilités, potentiels et limites d’un domaine au carrefour de champs scientifiques et de pratiques de conception.

Continuer la lecture de RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

Bibliographie commentée du numérique

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

Présentation

Cette bibliographie a été réalisée pour les membres du laboratoire Triangle intéressés par les questions que soulève le « numérique » (axe transversal « Enjeux politiques et épistémologiques de l’écriture numérique ») et pour les étudiants qui travaillent avec moi.

Elle est disponible au format Zotero ou  au format bibtex (.bib).

Elle est fort lacunaire, et ne tient pas compte des derniers ouvrages ou articles. Elle se veut néanmoins pédagogique, dans la mesure où elle aborde divers champs ou thèmes qui me semblent précieux et rarement mis en correspondance : par exemple, des textes relatifs à l’histoire de l’écriture et de l’érudition, à la philosophie des techniques, aux réalités du « numérique ».

L’idée première étant qu’une personne ayant lu ces textes évitera les erreurs banales mais fréquentes que l’on rencontre lors d’une étude de l’internet et du numérique, qu’elle soit focalisée sur la sociologie, l’histoire, la philosophie ou les media studies.

La seconde étant de l’ordre de l’hypothèse : la technique nous est proche, un peu comme un habit, il est inutile d’en faire le procès, c’est une erreur de penser qu’elle soit objectivable. en revanche, nous pouvons explorer ces proximités et interfaces entre nous et le monde.

Les commentaires qui accompagnent cette liste ne sont pas toujours conventionnels. Ils combinent injonction et invitation à la dégustation culinaire (ne pas faire l’impasse sur Granger, vs humm ! L’histoire de la révolte de Bahia. . .) et sont le fruit d’une expérience intellectuelle qui insiste sur les questions théoriques (qu’est-ce qu’une technique, en quoi une technique intellectuelle relève de l’intime et du collectif, quelle est la part de nos croyances et de nos préjugés quand nous prétendons être rationnels ?), sur l’expérience (l’hypothèse [vécue, et simondonienne] étant qu’il est difficile de penser le numérique sans une pratique approfondie) et sur l’histoire (le regard sur la technique oblitérant fréquemment cette discipline sous couvert de nouveauté révolutionnaire, ou la biaisant fortement, en se focalisant sur quelques héros ou quelques déterminismes).

Enfin, la part des sciences et de leur histoire n’est pas oubliée. Non pas au motif que la technique serait « fille de la science », mais parce qu’il me semble délicat de construire des théories sur la technique, la société et ses modes d’organisation sans vivre avec son temps : en faisant fi des cadres culturels et des formations discursives induits par les choses qui nous environnent (de l’eau chaude au TGV en passant par la pilule contraceptive et la radio), en faisant fi de savoirs qui ont transformé notre rapport au monde (des nombres complexes aux microbes, des classes sociales à l’électron).
Continuer la lecture de Bibliographie commentée du numérique

Interopérable, modulaire et multiforme : l’âge d’or de l’édition numérique ? Démonstration par une démarche performative

Antoine Fauchié est enseignant au département Information-communication de l’IUT2 de Grenoble, intervenant dans différentes formations universitaires et spécialiste indépendant du livre numérique. Ses publications récentes sont : “Markdown Comme Condition d’une Norme de l’écriture Numérique” dans le sixième numéro de la revue Réél – Virtuel, et “Repenser les chaînes de publication par l’intégration des pratiques du développement logiciel” dans le huitième numéro de la revue Sciences du Design co-écrit avec Thomas Parisot. Une liste plus complète de ses publications et interventions est disponible sur son site : https://www.quaternum.net/publications/.

Le mémoire d’Antoine Fauchié, Vers un système de publication modulaire : éditer avec le numérique, est consultable en ligne : https://memoire.quaternum.net. Les sources du mémoire sont également disponibles en ligne :https://gitlab.com/antoinentl/systeme-modulaire-de-publication/


Vers un système de publication modulaire : éditer avec le numérique
 est un travail de recherche réalisé dans le cadre d’un Master. Outre la spécificité du parcours universitaire[1] dans lequel il s’inscrit, l’originalité de ce mémoire est d’appliquer les principes qui y sont exposés : interopérabilité, modularité et multiformité.

Plutôt que de résumer ici ce texte, nous nous proposons d’évoquer un article co-écrit avec Thomas Parisot qui est un condensé d’une partie du mémoire [Fauchié et Parisot, 2018]. Ainsi nous notons que les univers du livre et le domaine du développement logiciel ont des points de rencontre, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Plusieurs méthodes et outils issus du développement web sont à l’œuvre dans divers projets de livres imprimés ou numériques – plus longuement analysés dans le mémoire –, proposant de nouvelles approches et de nouvelles pratiques d’édition et de design.

Le numérique est utilisé comme mode de conception et de production, et non plus uniquement comme un outil monolithique dont le fonctionnement est caché ou dont les façons de faire sont imposées. Les étapes du processus d’édition doivent être analysées à nouveau, c’est ce que nous nous proposons de réaliser avec Thomas Parisot :

 

Quelles sont les influences des méthodes et des outils du développement web sur les chaînes de publication des livres ?

Cet article fait partie du huitième numéro de la revue Sciences du design dont la thématique est “Éditions numériques” : notre panorama, certes bref, est particulièrement utile pour comprendre comment l’édition est bouleversée dans ses modes de fonctionnement, et à quel point l’influence du développement web peut être une formidable opportunité.
Continuer la lecture de Interopérable, modulaire et multiforme : l’âge d’or de l’édition numérique ? Démonstration par une démarche performative

Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d’Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales de son Université et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

 

En juin 2018, un projet d’e-manuel porté par Couperin, l’UVSQ Paris-Saclay et Numérique Premium a été récompensé lors de l’Appel à manifestation d’intérêt de la MIPNES (mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur).

Nous nous proposons de présenter la genèse de ce projet, dont les implications concernent aussi bien la production éditoriale, le rôle des services de documentation et la structuration du financement. Il illustre par ailleurs pratiquement en quoi l’open access est susceptible de lever des freins, à la fois éditoriaux et pédagogiques, pour les ORE (« Open educational ressources »).

L’absence de manuels numériques à destination du public de licence

L’édition privée d’ouvrages à destination d’un public de niveau licence rechigne à mettre à disposition ses ouvrages, et quand ils sont distribués sous forme numérique, il s’agit fréquemment d’anciennes éditions. Les éditions enrichies (site web dédié, matériels d’accompagnement, support audio ou sonores) créées par les éditeurs privés ne sont pas diffusées en collectivité. Ce sujet mobilise de longue date la communauté universitaire.

On citera le récent rapport de l’IGB (« Inspection générale des bibliothèques ») rédigé par M. Olivier Caudron : « L’offre de livres numériques de niveau Licence est, on l’a vu, dispersée sur différentes plates-formes, d’éditeur ou d’agrégateur, plates-formes hétérogènes qui s’avèrent de surcroît, pour certaines, difficiles d’usage, malcommodes, peu ergonomiques, « datées » ».

De surcroît, « l’offre éditoriale peut par ailleurs être considérée aujourd’hui comme en situation de concurrence avec la production des UNT, dont un récent rapport de l’IGAENR préconise du reste la systématisation de la mission en matière de ressources pour le niveau Licence. Le Comité d’orientation du numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche (CODORNUM) a décidé de « l’accélération de la production de ressources numériques ». Quelles relations, ou pas, entre ces deux offres ? Va-t-on vers une nouvelle offre de services des éditeurs privés, qui constituerait une plus-value, ou vers un modèle partenarial, ou bien encore vers une « désintermédiation » croissante des ressources pédagogiques numériques ? ».

Le consortium Couperin mène une veille sur ce secteur éditorial afin d’enrichir l’offre de manuels, à la demande de ses membres. Une récente enquête menée par la cellule ebooks du consortium montre que 58% des établissements pointent l’absence de disponibilité des titres désirés.

L’absence de manuels fait également l’objet de plaintes : « Malgré l’enrichissement des offres sur ce segment au cours des dernières années, 14 établissements font encore porter leur demande sur des manuels en français. Par ailleurs, parmi tous les éditeurs nommément cités, il est remarquable que pour beaucoup une offre existe déjà. Nous pouvons donc nous interroger sur ces demandes. Est-ce une méconnaissance des collègues sur les e-books d’ores et déjà disponibles ? Ou bien, l’offre déjà existante de ces éditeurs ne répond-elle pas aux attentes des établissements ? Pour cette deuxième raison, des hypothèses peuvent être formulées : absence de certains titres, notamment des éditions récentes, absence d’une offre au titre à titre, absence des titres auprès des fournisseurs retenus par les établissements ».

La liste des éditeurs demandée par les bibliothèques, en annexe de cette étude, est d’ailleurs exclusivement francophone et connue pour leurs collections destinées à un public de licence.

Il faut enfin souligner les conséquences de la faible présence de documentation électronique à destination des étudiants de licence : moindre sensibilisation à la documentation électronique dans les premiers cycles alors qu’elle est massivement utilisée dès le Master, rupture des usages entre les publics, ignorance des fonctionnalités liées à ce support dans la communauté éducative et de ses apports pédagogiques.

Cette situation vaut également à l’étranger. La faiblesse structurelle de l’offre est traditionnellement imputée à :

  • une crainte de cannibalisation des ventes papier en cas de mise à disposition en collectivité ;
  • l’absence de visibilité pour son financement pour les éditeurs ;
  • l’hétérogénéité de la prescription de manuels par les enseignants.

Aux États-Unis, plusieurs initiatives de mise en ligne d’ouvrages ont été recensées[1]. Dans ce pays, la question des textbooks et de leur coût est particulièrement sensible, en raison de leur lien avec la réussite étudiante et la précarisation de cette population.

Plusieurs initiatives ont été mises en place, certaines provenant d’universités, d’autres de société savantes. Le réseau « Open textbook initiative » coordonne ces différentes actions: « The Open Textbook Network is a diverse community of higher education institutions that promote access, affordability, and student success through the use of open textbooks. Open textbooks are funded, published, and licensed to be freely used, adapted, and distributed.[2] »

Il s’agit ordinairement du fichier d’un manuel imprimé sous format PDF ou Epub. On pourra utilement consulter l’enquête sur l’utilisation des texbooks en open access initiée par l’Alabama Commission on Higher Education et la Jefferson State Community College pour avoir une idée de la situation et des enjeux aux États-Unis, où les consortia de bibliothèques se montrent très concernés par la question et mènent des actions structurantes au niveau des États.

Au Royaume-Uni, le JISC a portéun vaste programme nommé NeBO (« National E-Books Observatory Project »), dont des volets a consisté en l’achat, pour 690 000 £, de 36 manuels numériques accessibles dans plus d’une centaine d’établissements du Royaume-Uni[3].

Continuer la lecture de Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d'Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Le Centre Mersenne : une infrastructure de publication scientifique en LaTeX – Entretien avec Thierry Bouche et Célia Vaudaine

Thierry Bouche est enseignant-chercheur de mathématiques à l’institut Fourier (université Grenoble Alpes), directeur de la Cellule Mathdoc. Il est responsable depuis l’an 2000 de plusieurs projets dans le domaine des bibliothèques numériques ou de l’édition en ligne. Thierry Bouche est également rédacteur en chef des Cahiers GUTenberg. Président du comité «Publication and electronic dissemination» de la société mathématique européenne.

Célia Vaudaine est responsable opérationnelle du centre Mersenne. Elle dispose d’une expérience de 10 ans dans le domaine de l’édition.

Le lancement du Centre Mersenne a fait également fait l’objet d’une communication dans la conférence internationale ELPUB 2018 intitulée The Launch of Centre Mersenne, a Technical Infrastructure to Support the Move Towards Diamond Open Access.  Nous remercions vivement Thierry Bouche et Célia Vaudaine pour nous avoir accordé cet entretien.

Pouvez-vous présenter brièvement le Centre Mersenne ? Quelles sont ses missions ?

Le projet est de créer une infrastructure de publication scientifique pour des structures éditoriales publiant en LaTeX et engagées dans le libre accès « diamant » (aucun frais d’abonnement pour le lecteur, aucun frais de publication pour les auteurs).

Le centre Mersenne développe, maintient ou adapte une plateforme de diffusion et une série d’outils permettant à une équipe éditoriale de gérer ses flux éditoriaux de la soumission à la publication des volumes.

L’objectif de base est de pouvoir rendre les services qu’une revue trouverait chez un éditeur commercial, donc d’offrir une alternative publique à ce type de solution.

Le Centre Mersenne résulte d’une démarche de co-construction impliquant plusieurs acteurs. Qui sont ces acteurs ? Quels sont leurs objectifs et motivations ? Et enfin, qui a été à l’origine du projet?

Les acteurs impliqués sont les suivants :

  • La Cellule Mathdoc est une unité mixte de service qui dépend de deux tutelles : l’Institut national des sciences mathématiques et leurs interactions (INSMI) du CNRS et l‘université Grenoble Alpes (UGA). Mathdoc s’appuie sur l’expérience acquise dans la conduite de Numdam (bibliothèque numérique française pour les mathématiques) et Cedram (plateforme de diffusion de revues mathématiques, dont le centre Mersenne peut être vu comme un changement d’échelle, tant en terme de couverture disciplinaire que de nombre de services).

  • L’INSMI a beaucoup œuvré ces dernières années pour inciter les revues académiques de mathématiques à passer en libre accès, et soutenir les petites structures éditoriales pour leur permettre de conserver leur indépendance tout en ayant un bon niveau technique. Ce soutien s’est traduit par la fourniture de services dans le cadre du Cedram, puis la volonté de changer d’échelle a conduit au centre Mersenne.

  • L’Université Grenoble Alpes (UGA) a pour objectif de créer avec UGA édition un pôle éditorial d’envergure, couvrant tous les champs scientifiques. Ce projet a reçu un financement dans le cadre de l’IDEX de Grenoble. C’est dans ce contexte que le centre Mersenne a bénéficié de moyens, essentiellement humains, permettant un démarrage effectif cette année.

Plus généralement, de nombreuses discussions au sein de la communauté scientifique, et en particulier mathématique ont permis de calibrer les ambitions du projet. C’est Christoph Sorger, lorsqu’il était directeur de l’INSMI, qui a provoqué des réunions des acteurs de l’édition de maths en France. Ces discussions ont permis de dégager les grandes lignes du projet.

L’objectif est de démontrer qu’il est possible de réaliser une édition de qualité dans un contexte public, avec un soutien des institutions concernées permettant de lever les barrières économiques. Les motivations sont certainement assez variées parmi les acteurs.

Continuer la lecture de Le Centre Mersenne : une infrastructure de publication scientifique en LaTeX – Entretien avec Thierry Bouche et Célia Vaudaine

Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Membre d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales, ingénieur spécialisé en stratégies d’innovation et en politiques numériques, Johann Holland est le directeur du pôle numérique du Campus Condorcet. Sa mission actuelle au sein de l’EPCS lui permet de mettre à profit et de développer, dans un contexte de gouvernance partagée et de mutualisation de ressources, les compétences qu’il a pu acquérir au préalable en participant à différents projets ou missions de conseil. Son expérience auprès des institutions publiques européennes (Europeana à travers les projets CASPAR et Athena) ou nationales (le CNRS, l’INA, l’IRI du Centre Georges Pompidou), ainsi qu’au service d’entreprises privées (Orange, EDF R&D) l’ont rendu familier des problématiques d’usages et d’accompagnement du changement, d’innovation permanente, d’ingénierie numérique et de transfert de technologies.

Cette publication est issue d’une présentation faite le 16 octobre 2018 à l’ADEMEC, l’Association des Diplômés et des Étudiants de Master de l’École des Chartes.

Préambule

Objectif :

    • Présenter ma compréhension du champ professionnel des  « humanités numériques »
    • Partager des repères pour vous aider à vous situer 

De quelques idées reçues : 😯

    • Les « humanités numériques », ce n’est qu’un slogan
    • Les Humanités numériques, ce n’est pas très organisé
    • Le chercheur, il sait ; le technicien, il fait
    • L’ingénieur « couteau-suisse »
    • L’inévitable évolution des métiers

…. Essayons de tordre le cou ou de nuancer ces idées reçues !

Les « Humanités numériques », ce n’est qu’un slogan !

C’est un slogan, en effet :

  • Pratique comme tout mot-valise tendance
  • A utiliser pour se situer, avec des pincettes
  • Humaniste numérique : pas un métier, mais une disposition

Sauf que quelque chose existe :

  • Réalité des pratiques et des échanges
  • Une communauté qui se nomme et se reconnaît
  • Constat de la « révolution » qui est en cours

Mais c’est fragile, il faut agir :

    • Money-time avec les GAFAM
    • GT d’Humanistica
    • Liste [DH], liste [accesouvert]

… Soyons acteurs plutôt que spectateurs !

Continuer la lecture de Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche. Le séminaire du 16 octobre a été organisé avec la thématique suivante : “Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique” et accueillait trois chercheurs experts sur ces questions, Hans Dillaerts, Maître de conférences en SIC à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, rattaché au laboratoire LERASS-CERIC, Alexandre Serres, référent de l’intégrité scientifique de l’université Rennes 2 et ex-coresponsable de l’URFIST de Rennes, Agnès Robin, Maître de Conférences (HDR) en Droit privé à l’université de Montpellier.

Intervention 1 : L’Open Access et les chercheurs au cœur d’injonctions paradoxales

Intervention assurée par Hans Dillaerts, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et rattaché au laboratoire LERASS-CERIC.

Son intervention était en lien avec l’article “Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : Quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST?

Intervention 2 : Les données de la recherche : politiques et enjeux

Continuer la lecture de Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Michael K. Buckland est professeur émérite à la School of Information de l’Université californienne de Berkeley, et codirecteur de l’Electronic Cultural Atlas. L’expérience professionnelle de M. Buckland en tant que bibliothécaire et ses travaux sur les services d’information, en particulier la bibliographie, la conception des services en bibliothèques et le soutien à la recherche en ligne, se reflètent dans trois ouvrages: Library Services in Theory and Context, (2e éd., Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Redesigning Library Services (ALA, 1992). Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire des services d’information, notamment une biographie sur le créateur du premier moteur de recherche électronique : Emanuel Goldberg and his knowledge machine (Libraries Unlimited, 2006). Dans son dernier livre, Information and Society,  paru en 2017 chez  MIT Press, il nous livre une synthèse très concise de ce domaine complexe.

Remerciements

Ce texte, traduit de l’anglais, est le fruit d’une version légèrement révisée d’une conférence présentée le 16 mai 2018 lors d’une visite à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) à Lyon (Buckland 2018). Je remercie l’Enssib et le Professeur Pascal Robert pour leur hospitalité.

Des techniques bibliographiques permettant un accès sophistiqué aux publications imprimées ont été élaborées il y a longtemps. L’accès à d’autres médias a été plus lent à se développer. Deux anomalies qui concernent la portée de la bibliographie sont examinées ici. Donald F. McKenzie écrivait que la bibliographie devrait être étendue à toutes les autres formes de médias, par exemple des paysages importants sur le plan culturel, ou une pierre légendaire. La bibliothécaire Suzanne Briet et son élève Robert Pagès ont soutenu de leur côté, qu’un animal dans une cage pouvait aussi être un document. Ces exemples sont examinés en relation avec l’histoire et la théorie de la bibliographie, la relation entre les bibliographies et d’autres ouvrages de référence. On en conclut que pour certains domaines de la bibliographie, ces exemples ne sont pas pertinents. Mais ces exemples remettent en cause la limitation de la bibliographie aux documents imprimés.

Introduction

En 1892, Paul Otlet publie son premier article sur la bibliographie, intitulé « Un peu de bibliographie ». Dans cet essai, il pointe du doigt les insuffisances de la bibliographie de l’époque. Il débute ainsi :

La débauche de productions de toutes sortes à laquelle donne lieu de nos jours la culture des sciences dites morales, sociales et politiques, n’est pas sans effrayer ceux qui se préoccupent de la qualité plutôt que de la quantité (Otlet 1891-92, 254).

Otlet présentait la vision de ce qu’il pensait être nécessaire. Cette vision est ensuite devenue le travail de sa vie. Notre objectif est plus limité. Nous nous penchons sur deux anomalies qui visent la portée de la bibliographie. Ce sont deux cas dans lesquels des bibliographes très respectés ont affirmé que la bibliographie ne devrait pas s’étendre qu’aux seuls matériaux imprimés : il s’agit de l’exemple de Donald F. McKenzie sur la pierre de Gnoilya Tmerga et de l’antilope de Suzanne Briet dans un zoo. Ce sont des exemples intrigants. Dans chacun des cas, les auteurs apportent une justification. Cependant, ces suggestions semblent plutôt étranges, voire absurdes. Les deux propositions sont largement connues depuis plus de trente ans, et pourtant il  manque toujours des propositions pratiques pour les intégrer à la bibliographie.
Continuer la lecture de L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves