Archives de catégorie : Débat

Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

This article was originally published in the « Journal of eScience Librarianship » by Margaret Henderson :

Henderson M. Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship. Journal of eScience Librarianship 2020;9(1): e1183. https://doi.org/10.7191/jeslib.2020.1183. Retrieved from https://escholarship.umassmed.edu/jeslib/vol9/iss1/2
Margaret Henderson is Health Sciences Librarian, and chair of the research data management (RDM) team, at San Diego State University. She presented her research on the development of  team-based, case-based, critical pedagogy for one-shot classes at MLA and EAHIL in 2019. Margaret is the author of Data Management: A Practical Guide for Librarians (Rowman & Littlefield, 2016). She was a teacher, mentor, and content creator for the Biomedical and Health Research Data Management Training for Librarians offered by the National Training Center of the National Network of Libraries of Medicine. She was the RDM director at Virginia Commonwealth University Libraries, and has had over 30 years experience as a biomedical librarian.

Introduction

There is more to providing research data services (RDS) than the technical skills necessary for data management. Reviews of job advertisements for data librarians show that there are many other skills listed.

Eclevia et al. (2019) did a study of 104 job advertisements and found that interpersonal and communication skills, and the ability to work independently and collaboratively, occurred in job advertisements more often than knowledge of research data curation and management. Kahn and Du (2018) in a similar study of job advertisements, found the skills of research assistance and critical thinking/problem solving were in more job advertisements than knowledge of data sources or a statistical software package.

Federer (2018) conducted a survey of librarians doing data related work, and found that communication skills, the ability to develop relationships with researchers, and other “soft skills”, were especially relevant to their work.

“Soft skills”, or interpersonal skills, and other non-technical skills, are very important when setting up research data management services, and continue to be important to the sustainability of services. Reference skills, relationship building, collaboration, listening, and facilitating access to de-centralized resources, are all important to the success of a service.

Combining these skills with an understanding of the data life cycle, metadata, and some coding and statistics, will place librarians and libraries in a good position to support research at their institution.

If you want to work with data, you will need to be an administrator and an entrepreneur, as well as a reference and instruction librarian, so data science knowledge is only a part of the job.

Continuer la lecture de Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

Carine Aillerie est enseignante-chercheure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers (EA TECHNE 6316). Philosophe de formation, elle a été enseignante documentaliste dans l’enseignement secondaire et chargée d’études à la Direction R&D de Réseau Canopé.

Ce billet a pour objectif de proposer un compte-rendu d’une intervention de Mme Carine Aillerie qui s’est déroulée le mercredi 22 janvier 2020 à la faculté d’éducation de Montpellier dans le cadre des journées universitaires des professeurs documentalistes organisées par Cécile Raynal, formatrice MEEF à la faculté d’éducation de Montpellier, et Céline Paganelli, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Carine Aillerie est intervenue sur les notions de culture informationnelle et culture numérique. Elle s’est intéressée plus précisément aux pratiques juvéniles d’information, mettant l’accent sur leur hétérogénéité.

Elle s’interroge sur la place du numérique dans la culture  informationnelle, ainsi qu’aux enjeux liés à la scolarité. Elle aborde ainsi les implications des pratiques numériques du point de vue des élèves, mais aussi des enseignants, en ouvrant le débat sur les nouvelles pratiques pédagogiques.

Carine Aillerie a articulé son propos autour de trois points. Après un préambule dans lequel elle précise les termes de culture numérique et culture informationnelle, replaçant ces notions dans leur contexte historique, elle aborde les pratiques informationnelles, et plus  précisément celles des jeunes, mettant l’accent sur leur  hétérogénéité.

La seconde partie de son intervention étudie le rôle informationnel des réseaux sociaux numériques, et questionne la place du numérique dans les pratiques informationnelles des jeunes.

Elle termine en abordant les modèles d’évolution pédagogique.

Continuer la lecture de Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?
Continuer la lecture de La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Ceci est la traduction de l’entretien mené par Ulrich Herb auprès du journaliste scientifique Leonid Schneider à propos des paper mills, ces entreprises (« usines ») où l’on peut commander des articles falsifiés pour une publication dans des revues scientifiques.

Cet interview a été précédemment publiée en allemand dans le magazine en ligne Telepolis : https://www.heise.de/tp/features/Das-wissenschaftliche-Publikations-und-Reputationssystem-ist-gehackt-4701388.html

[Ulrich Herb] M. Schneider, vous avez étudié les dysfonctionnements du système scientifique, en particulier dans le domaine de l’édition, pendant de nombreuses années sur votre blog forbetterscience. Le phénomène des paper mills représente une nouvelle curiosité. Pourriez-vous nous expliquer brièvement en quoi consistent ces « usines d’articles » ?

[Leonid Schneider] Une paper mill est un prestataire de services, tout comme les sociétés de rédaction qui vendent des mémoires et thèses falsifiés aux étudiants (essay mills). Mais les clients des paper mills sont des universitaires et des médecins. En tant que client, ils y commandent un article scientifique qui correspond à un thème de leur domaine de recherche. L’article, écrit par des ghost writers, propose des résultats scientifiques complètement inventés et des données totalement erronées.

À première vue, les paper mills offrent un service complet : l’article n’est pas seulement écrit, mais il est aussi soumis à la revue, évalué par des pairs (peer review) avec, si nécessaire, l’envoi d’autres données fictives. On ne sait pas très bien si ces rédacteurs de revues corrompus sont à la solde des paper mills, mais c’est fort probable, car certaines revues semblent particulièrement touchées.

Ces « usines d’articles » prennent l’identité de l’auteur, c’est-à-dire du client, y compris avec des adresses électroniques fantômes. Le client n’a rien d’autre à faire que de payer et se retrouve avec une étude scientifique publiée dans une revue internationale sans avoir fait de recherches pour cela.

Toutefois, il ne faut pas confondre cela avec les prestataires de services qui se contentent de proposer de rédiger le document selon les spécifications du client à partir de ses données de recherche réelles. Dans ce cas, le client soumet lui-même le manuscrit à la revue. Bien qu’il soit possible que certains prestataires proposent une offre de services plus large…

Continuer la lecture de Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

La naissance de l’architecture de l’information en tant que champ est concomitante de l’ère de l’information engendrée par les techniques numériques. En d’autres mots, elle fait partie de ces approches permettant de lire et d’écrire le réseau, mais aussi de le rendre accessible et intelligible au plus grand nombre. C’est pourquoi l’architecture de l’information est au cœur de la deuxième édition de Reticulum, un cycle de rencontres interdisciplinaires entre SIC et design.

SYNOPSIS DE LA JOURNÉE

Après une première édition consacrée à l’opérabilité du concept de dispositif, les rencontres Reticulum souhaitent aborder une autre notion à l’intersection des SIC et du design : l’architecture de l’information. Si cette locution agrège deux termes complexes, on en comprend rapidement l’enjeu : il s’agit de maîtriser (ἀρχός / arkhós : celui qui gouverne) la production (τίκτω / tíktô : produire) des informations. A l’instar du « premier art » dont elle emprunte le nom, l’architecture de l’information est liée aux structures qui organisent les existences humaines : elle opère dans l’espace et le temps, conditionnant des flux virtuels, sève de la « société de l’information » (Bell 1979, Mattelart 2000).

L’expression « architecture de l’information » a été proposée par Richard Wurman en 1976. Comme pour la documentation au début du 20e siècle, elle s’est construite comme une réponse à la croissance informationnelle de son temps. Visant avant tout l’opérabilité — to make something work —, elle s’est essentiellement développée comme un champ de pratiques professionnelles, tout en cultivant une certaine réflexion théorique. Au tournant des années 2000, son positionnement est devenu fort complexe sous la pression d’une pensée plus forte du design. En effet, elle partage avec le design d’information les « relations ‫à l’espace, ‪aux signes et au sens » (Beyaert-Geslin, 2018) ; de plus, la logique d’organisation des contenus qu’elle met en œuvre se confond avec celle d’autres champs, comme l’éditorialisation (Lipsyc & Ihadjadene, 2013 ; Zacklad, 2019).

La présence de la métaphore architecturale en design et dans les différentes sciences de l’information interroge sur le périmètre et la pertinence de l’architecture de l’information. C’est dans cette perspective que nous proposons une deuxième journée Reticulum intitulée Architecture(s) de l’information, afin de la questionner à la fois en tant qu’objet et en tant que champ. Elle réunira chercheurs, étudiants et professionnels pour explorer les subtilités, potentiels et limites d’un domaine au carrefour de champs scientifiques et de pratiques de conception.

Continuer la lecture de RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : « Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs ».

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France « Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation », Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Céline Guyon est archiviste et maître de conférence associée à l’Enssib où elle co-dirige le master Archives numériques. Elle est depuis 2019 présidente de l’Association des archivistes français. Elle a publié  une série d’articles sur le concept d’archives et son renouvellement en contexte numérique dont « Le concept d’archives : d’une définition à l’autre » en 2016, « Archives, données et transformation numérique » en 2018 et « La fabrique de l’archive : le rituel de la collecte des archives » (Gazette des archives, n°253, 9-17) en 2019.

Cet article a fait l’objet d’une communication donnée lors de la 1ère séance du séminaire de recherche « Les données à mille temps« , organisé à l’Enssib  par Agnieszka Tona en juillet dernier,

Anne Both, anthropologue qui s’est immergée dans le quotidien d’un service d’archives décrit l’univers des archives comme :

« un univers à la fois prosaïque et vertigineux, dans lequel l’éternité programmée de la mission de conservation et la masse toujours exponentielle des documents se conjuguent pour peser de tout leur poids sur cette mise en ordre du temps [1]» (Both, 2017).

L’archiviste entretient en effet un rapport singulier au temps. Il est tout d’abord dans une forme d’aller-retour constant entre le présent et le passé : il a le pouvoir de faire surgir le passé dans le présent de la salle de lecture[2]. Mais également entre le passé et le futur. Car, c’est au présent que l’archiviste évalue l’intérêt des archives pour demain : on sélectionne au présent quels documents conserver pour témoigner, demain, de la société et de l’administration d’aujourd’hui. La pratique archivistique repose en effet sur l’évaluation des documents qui est définie comme :

« une fonction archivistique fondamentale visant à déterminer l’utilité administrative, l’intérêt historique et le traitement final des documents » (dictionnaire de terminologie archivistique, 2002).

L’évaluation a deux fonctions : fixer la durée (i.e. le temps) pendant lequel un producteur doit conserver ses archives et sélectionner les archives qui, à l’issue de cette durée, seront conservées à titre historique, c’est-à-dire sans limitation de temps, pour l’éternité. Il s’agit de prendre en compte, au-delà des besoins immédiats des organismes qui gèrent les archives, les besoins passés et futurs des utilisateurs.

Continuer la lecture de Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Penser l’archéologie du futur des bibliothèques avec les projets de mutualisation : le GED du Campus Condorcet et le Learning center de l’Université Paris-Saclay

Élise Lehoux est docteure en histoire de l’EHESS et conservatrice des bibliothèques. Son mémoire professionnel réalisé en 2019 sous la direction d’Évelyne Cohen dans le cadre du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib,  interrogeait les effets d’opportunité et les contraintes des projets de mutualisation de bibliothèques  : Penser les projets de mutualisation en « bibliothèques » à travers le GED du Campus Condorcet et le Learning Center de l’Université Paris-Saclay.

Pourquoi réfléchir aux projets de mutualisation de bibliothèques ?

Dans l’émission de France Culture Dans 18 ans, consacrée à « Un nouveau visage pour la France en 2037 ? », l’historienne Sophie Wahnich évoque l’imaginaire de la mutualisation comme un horizon permettant de concevoir des formes de coopération au sein de la société[1]. Cet intérêt est renforcé par la récente multiplication des études historiques dédiées aux phénomènes de mutualités du XIXe siècle. En bibliothèque, le sujet de la mutualisation est également très courant – voire de plus en plus fréquent. Parfois vécue comme une contrainte et une source vive d’angoisse, elle peut aussi offrir des possibilités de changement dont se saisissent certains établissements. Afin de mieux comprendre la forme et les conséquences de la mutualisation en bibliothèque, je me suis attachée à l’analyser dans le cadre d’un temps particulier, celui du « projet » de bibliothèque. Cette étude a été l’objet d’un mémoire d’études professionnel que doit réaliser un conservateur de bibliothèques au cours de sa formation à l’École Nationale des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib).

L’objectif de ce travail était de comprendre en quoi les projets de mutualisation de bibliothèques constituent des formes de laboratoire pour penser, rendre possible et mettre en œuvre de nouveaux services et/ou favoriser l’avènement de nouveaux métiers en bibliothèque[2]. Le terrain d’étude a été constitué par deux projets de bibliothèques, menés tous deux en Île de France, entamés il y a une dizaine d’années et avec une ouverture prévue courant 2020[3] : le Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet et le Learning Center de l’Université Paris-Saclay. Cet article vise donc à synthétiser les apports de cette étude, qui a cherché à comprendre en quoi la mutualisation représente opportunités et difficultés pour les bibliothèques, révélant les complexités auxquelles ces dernières sont confrontées depuis une dizaine d’années. L’essentiel des sources proviennent de trois corpus composés par la littérature professionnelle, la documentation interne des projets et une trentaine d’entretiens.

Continuer la lecture de Penser l’archéologie du futur des bibliothèques avec les projets de mutualisation : le GED du Campus Condorcet et le Learning center de l’Université Paris-Saclay

Elise Lehoux

Docteure en histoire (EHESS), chercheuse associée à Anhima (UMR 8210), conservatrice de bibliothèques. Ses recherches portent sur l'histoire de l'archéologie en France et en Allemagne (18e-19e siècle) et notamment les savoirs illustrés sur la mythologie classique.

More Posts - Website

Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Revues en open access : les bibliothécaires plus concernés que jamais ?

Après avoir exercé comme journaliste dans les affaires européennes, Marie Herbet est élève-conservatrice à l’Enssib. Elle a accompagné le développement du portail de revues en open access porté par la BU de Lyon 3 à l’occasion d’un stage en 2018. 

« Le pilotage de publications par la communauté académique ne signifie rien si l’on ne reconnaît pas que l’acte de publier est profondément politique. Comme l’est aussi le fait de choisir à qui l’on donne accès à ce qui est publié. »[1]

   Le modèle éditorial dominant issu des majors de l’édition scientifique a paradoxalement conduit les bibliothèques à se soumettre à des schémas contraires à ce que l’on attendrait d’elles : diffusion restreinte des savoirs, acquisition de bouquets imposés de ressources numériques et déséquilibre de la répartition des dépenses au détriment de la bibliodiversité. À la dérive financière engendrée[2], baptisée « serials crisis » aux États-Unis, les différents acteurs ont tenté d’opposer une riposte, l’open access, dont les modalités d’application dépendront en partie du degré d’implication des bibliothèques dans le modèle à inventer.
Continuer la lecture de Revues en open access : les bibliothécaires plus concernés que jamais ?

Projet de recherche Hyperotlet – Lundis numériques de l’INHA du 8 avril 2019

Projet de recherche HyperOtlet/ Project ID: ANR-17-CE38-0011

Préambule

Merci de nous accueillir aujourd’hui avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA  pour vous présenter ce projet de recherche.

N’étant pas chercheur, je vais me situer mais depuis le point de vue  du bibliothécaire, dans un rôle que le mouvement des humanités numériques a très bien défini, de pivot, d’architecte de l’information et d’interface dans un projet de recherche avec ses autres acteurs que sont le chercheur, le designer, et l’informaticien. Henri interviendra pour vous présenter la partie technique du projet.

Pour ma part, j’ai choisi de vous parler du projet HyperOtlet sous l’angle de l’histoire culturelle, dans une perspective historique, en resituant le concept émergent de documentation dans le contexte industriel de la fin du 19è siècle qui l’a vu naître. J’ai choisi cette approche pour deux raisons :

  • la 1ère, est d’expliciter la démarche, pour ne pas dire la méthode de Paul Otlet, pour mettre en place l’édifice ou l’écosystème de « l’hyperdocumentation« ,  on y revient très vite.

Pour ceux qui connaissent Paul Otlet et son oeuvre, on a beaucoup dit de ce juriste et documentaliste belge, passionné de bibliographie, né dans la seconde partie du XIXè siècle, que c’était un visionnaire et un utopiste… C’est oublié, il me semble, qu’il a d’abord été un grand bâtisseur doublé d’un travailleur acharné, à qui l’on doit la fondation de la documentation et de l’information comme disciplines scientifiques, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

  • la seconde est de replacer cette entreprise avant-gardiste majeure de l’histoire de la documentation sur une échelle macro, dans l’histoire longue de l’organisation des connaissances, de manière à pouvoir interroger les problématiques actuelles des SIC à l’aune de notre héritage, pour mieux saisir les enjeux contemporains au prisme de l’histoire qui les a précédés et construits, et appréhender les continuités, les ruptures épistémologiques.

Continuer la lecture de Projet de recherche Hyperotlet – Lundis numériques de l’INHA du 8 avril 2019

Interopérable, modulaire et multiforme : l’âge d’or de l’édition numérique ? Démonstration par une démarche performative

Antoine Fauchié est enseignant au département Information-communication de l’IUT2 de Grenoble, intervenant dans différentes formations universitaires et spécialiste indépendant du livre numérique. Ses publications récentes sont : « Markdown Comme Condition d’une Norme de l’écriture Numérique » dans le sixième numéro de la revue Réél – Virtuel, et « Repenser les chaînes de publication par l’intégration des pratiques du développement logiciel » dans le huitième numéro de la revue Sciences du Design co-écrit avec Thomas Parisot. Une liste plus complète de ses publications et interventions est disponible sur son site : https://www.quaternum.net/publications/.

Le mémoire d’Antoine Fauchié, Vers un système de publication modulaire : éditer avec le numérique, est consultable en ligne : https://memoire.quaternum.net. Les sources du mémoire sont également disponibles en ligne :https://gitlab.com/antoinentl/systeme-modulaire-de-publication/


Vers un système de publication modulaire : éditer avec le numérique
 est un travail de recherche réalisé dans le cadre d’un Master. Outre la spécificité du parcours universitaire[1] dans lequel il s’inscrit, l’originalité de ce mémoire est d’appliquer les principes qui y sont exposés : interopérabilité, modularité et multiformité.

Plutôt que de résumer ici ce texte, nous nous proposons d’évoquer un article co-écrit avec Thomas Parisot qui est un condensé d’une partie du mémoire [Fauchié et Parisot, 2018]. Ainsi nous notons que les univers du livre et le domaine du développement logiciel ont des points de rencontre, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Plusieurs méthodes et outils issus du développement web sont à l’œuvre dans divers projets de livres imprimés ou numériques – plus longuement analysés dans le mémoire –, proposant de nouvelles approches et de nouvelles pratiques d’édition et de design.

Le numérique est utilisé comme mode de conception et de production, et non plus uniquement comme un outil monolithique dont le fonctionnement est caché ou dont les façons de faire sont imposées. Les étapes du processus d’édition doivent être analysées à nouveau, c’est ce que nous nous proposons de réaliser avec Thomas Parisot :

 

« Quelles sont les influences des méthodes et des outils du développement web sur les chaînes de publication des livres ?« 

Cet article fait partie du huitième numéro de la revue Sciences du design dont la thématique est « Éditions numériques » : notre panorama, certes bref, est particulièrement utile pour comprendre comment l’édition est bouleversée dans ses modes de fonctionnement, et à quel point l’influence du développement web peut être une formidable opportunité.
Continuer la lecture de Interopérable, modulaire et multiforme : l’âge d’or de l’édition numérique ? Démonstration par une démarche performative

Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d’Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales de son Université et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

 

En juin 2018, un projet d’e-manuel porté par Couperin, l’UVSQ Paris-Saclay et Numérique Premium a été récompensé lors de l’Appel à manifestation d’intérêt de la MIPNES (mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur).

Nous nous proposons de présenter la genèse de ce projet, dont les implications concernent aussi bien la production éditoriale, le rôle des services de documentation et la structuration du financement. Il illustre par ailleurs pratiquement en quoi l’open access est susceptible de lever des freins, à la fois éditoriaux et pédagogiques, pour les ORE (« Open educational ressources »).

L’absence de manuels numériques à destination du public de licence

L’édition privée d’ouvrages à destination d’un public de niveau licence rechigne à mettre à disposition ses ouvrages, et quand ils sont distribués sous forme numérique, il s’agit fréquemment d’anciennes éditions. Les éditions enrichies (site web dédié, matériels d’accompagnement, support audio ou sonores) créées par les éditeurs privés ne sont pas diffusées en collectivité. Ce sujet mobilise de longue date la communauté universitaire.

On citera le récent rapport de l’IGB (« Inspection générale des bibliothèques ») rédigé par M. Olivier Caudron : « L’offre de livres numériques de niveau Licence est, on l’a vu, dispersée sur différentes plates-formes, d’éditeur ou d’agrégateur, plates-formes hétérogènes qui s’avèrent de surcroît, pour certaines, difficiles d’usage, malcommodes, peu ergonomiques, « datées » ».

De surcroît, « l’offre éditoriale peut par ailleurs être considérée aujourd’hui comme en situation de concurrence avec la production des UNT, dont un récent rapport de l’IGAENR préconise du reste la systématisation de la mission en matière de ressources pour le niveau Licence. Le Comité d’orientation du numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche (CODORNUM) a décidé de « l’accélération de la production de ressources numériques ». Quelles relations, ou pas, entre ces deux offres ? Va-t-on vers une nouvelle offre de services des éditeurs privés, qui constituerait une plus-value, ou vers un modèle partenarial, ou bien encore vers une « désintermédiation » croissante des ressources pédagogiques numériques ? ».

Le consortium Couperin mène une veille sur ce secteur éditorial afin d’enrichir l’offre de manuels, à la demande de ses membres. Une récente enquête menée par la cellule ebooks du consortium montre que 58% des établissements pointent l’absence de disponibilité des titres désirés.

L’absence de manuels fait également l’objet de plaintes : « Malgré l’enrichissement des offres sur ce segment au cours des dernières années, 14 établissements font encore porter leur demande sur des manuels en français. Par ailleurs, parmi tous les éditeurs nommément cités, il est remarquable que pour beaucoup une offre existe déjà. Nous pouvons donc nous interroger sur ces demandes. Est-ce une méconnaissance des collègues sur les e-books d’ores et déjà disponibles ? Ou bien, l’offre déjà existante de ces éditeurs ne répond-elle pas aux attentes des établissements ? Pour cette deuxième raison, des hypothèses peuvent être formulées : absence de certains titres, notamment des éditions récentes, absence d’une offre au titre à titre, absence des titres auprès des fournisseurs retenus par les établissements ».

La liste des éditeurs demandée par les bibliothèques, en annexe de cette étude, est d’ailleurs exclusivement francophone et connue pour leurs collections destinées à un public de licence.

Il faut enfin souligner les conséquences de la faible présence de documentation électronique à destination des étudiants de licence : moindre sensibilisation à la documentation électronique dans les premiers cycles alors qu’elle est massivement utilisée dès le Master, rupture des usages entre les publics, ignorance des fonctionnalités liées à ce support dans la communauté éducative et de ses apports pédagogiques.

Cette situation vaut également à l’étranger. La faiblesse structurelle de l’offre est traditionnellement imputée à :

  • une crainte de cannibalisation des ventes papier en cas de mise à disposition en collectivité ;
  • l’absence de visibilité pour son financement pour les éditeurs ;
  • l’hétérogénéité de la prescription de manuels par les enseignants.

Aux États-Unis, plusieurs initiatives de mise en ligne d’ouvrages ont été recensées[1]. Dans ce pays, la question des textbooks et de leur coût est particulièrement sensible, en raison de leur lien avec la réussite étudiante et la précarisation de cette population.

Plusieurs initiatives ont été mises en place, certaines provenant d’universités, d’autres de société savantes. Le réseau « Open textbook initiative » coordonne ces différentes actions: « The Open Textbook Network is a diverse community of higher education institutions that promote access, affordability, and student success through the use of open textbooks. Open textbooks are funded, published, and licensed to be freely used, adapted, and distributed.[2] »

Il s’agit ordinairement du fichier d’un manuel imprimé sous format PDF ou Epub. On pourra utilement consulter l’enquête sur l’utilisation des texbooks en open access initiée par l’Alabama Commission on Higher Education et la Jefferson State Community College pour avoir une idée de la situation et des enjeux aux États-Unis, où les consortia de bibliothèques se montrent très concernés par la question et mènent des actions structurantes au niveau des États.

Au Royaume-Uni, le JISC a portéun vaste programme nommé NeBO (« National E-Books Observatory Project »), dont des volets a consisté en l’achat, pour 690 000 £, de 36 manuels numériques accessibles dans plus d’une centaine d’établissements du Royaume-Uni[3].

Continuer la lecture de Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d'Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Le Centre Mersenne : une infrastructure de publication scientifique en LaTeX – Entretien avec Thierry Bouche et Célia Vaudaine

Thierry Bouche est enseignant-chercheur de mathématiques à l’institut Fourier (université Grenoble Alpes), directeur de la Cellule Mathdoc. Il est responsable depuis l’an 2000 de plusieurs projets dans le domaine des bibliothèques numériques ou de l’édition en ligne. Thierry Bouche est également rédacteur en chef des Cahiers GUTenberg. Président du comité «Publication and electronic dissemination» de la société mathématique européenne.

Célia Vaudaine est responsable opérationnelle du centre Mersenne. Elle dispose d’une expérience de 10 ans dans le domaine de l’édition.

Le lancement du Centre Mersenne a fait également fait l’objet d’une communication dans la conférence internationale ELPUB 2018 intitulée The Launch of Centre Mersenne, a Technical Infrastructure to Support the Move Towards Diamond Open Access.  Nous remercions vivement Thierry Bouche et Célia Vaudaine pour nous avoir accordé cet entretien.

Pouvez-vous présenter brièvement le Centre Mersenne ? Quelles sont ses missions ?

Le projet est de créer une infrastructure de publication scientifique pour des structures éditoriales publiant en LaTeX et engagées dans le libre accès « diamant » (aucun frais d’abonnement pour le lecteur, aucun frais de publication pour les auteurs).

Le centre Mersenne développe, maintient ou adapte une plateforme de diffusion et une série d’outils permettant à une équipe éditoriale de gérer ses flux éditoriaux de la soumission à la publication des volumes.

L’objectif de base est de pouvoir rendre les services qu’une revue trouverait chez un éditeur commercial, donc d’offrir une alternative publique à ce type de solution.

Le Centre Mersenne résulte d’une démarche de co-construction impliquant plusieurs acteurs. Qui sont ces acteurs ? Quels sont leurs objectifs et motivations ? Et enfin, qui a été à l’origine du projet?

Les acteurs impliqués sont les suivants :

  • La Cellule Mathdoc est une unité mixte de service qui dépend de deux tutelles : l’Institut national des sciences mathématiques et leurs interactions (INSMI) du CNRS et l‘université Grenoble Alpes (UGA). Mathdoc s’appuie sur l’expérience acquise dans la conduite de Numdam (bibliothèque numérique française pour les mathématiques) et Cedram (plateforme de diffusion de revues mathématiques, dont le centre Mersenne peut être vu comme un changement d’échelle, tant en terme de couverture disciplinaire que de nombre de services).

  • L’INSMI a beaucoup œuvré ces dernières années pour inciter les revues académiques de mathématiques à passer en libre accès, et soutenir les petites structures éditoriales pour leur permettre de conserver leur indépendance tout en ayant un bon niveau technique. Ce soutien s’est traduit par la fourniture de services dans le cadre du Cedram, puis la volonté de changer d’échelle a conduit au centre Mersenne.

  • L’Université Grenoble Alpes (UGA) a pour objectif de créer avec UGA édition un pôle éditorial d’envergure, couvrant tous les champs scientifiques. Ce projet a reçu un financement dans le cadre de l’IDEX de Grenoble. C’est dans ce contexte que le centre Mersenne a bénéficié de moyens, essentiellement humains, permettant un démarrage effectif cette année.

Plus généralement, de nombreuses discussions au sein de la communauté scientifique, et en particulier mathématique ont permis de calibrer les ambitions du projet. C’est Christoph Sorger, lorsqu’il était directeur de l’INSMI, qui a provoqué des réunions des acteurs de l’édition de maths en France. Ces discussions ont permis de dégager les grandes lignes du projet.

L’objectif est de démontrer qu’il est possible de réaliser une édition de qualité dans un contexte public, avec un soutien des institutions concernées permettant de lever les barrières économiques. Les motivations sont certainement assez variées parmi les acteurs.

Continuer la lecture de Le Centre Mersenne : une infrastructure de publication scientifique en LaTeX – Entretien avec Thierry Bouche et Célia Vaudaine

« Revisiter le patrimoine en bibliothèque : valorisation, médiation et démocratisation » : Compte-rendu de la journée d’étude

Camille Besse, suite à l’obtention du Bachelor of Science HES-SO en Information documentaire (2015) et le DAS Communication digitale, expertise web et réseaux sociaux à l’université de Genève (2017), est actuellement étudiante en M2, Technologies numériques appliquées à l’histoire (École nationale des Chartes).

Cette journée d’étude, co-organisée par Médiadix (CRFCB) et URFIST de Paris s’est déroulée le 14 décembre 2018 à Médiadix, Pôle métiers du livre, Saint-Cloud.

La parole est aux intervenants

Claire Haquet (Bibliothèques de Nancy) introduit la journée devant un auditoire comble

Retour sur le titre de cette journée d’étude : sur le plan professionnel, on est souvent confronté à une revisite de notre métier. Comment éviter certains écueils de la valorisation face à un public finalement néophyte, comment ne pas tomber dans un rôle condescendant envers les communautés, comment transmettre efficacement ce patrimoine ?

Par ailleurs, à l’instar des musées et comme l’évoquaient les journées Bibliopat des 22-23 novembre 2018, il serait bon que les bibliothèques patrimoniales arrêtent de s’interroger sur leur intérêt social. La tenue de cette journée et le nombre de participants attestent en tous les cas que les professionnels s’intéressent à cette problématique.

L’exemple de la fête du Saint-Nicolas de Nancy (100-150 000 visiteurs) à la bibliothèque Stanislas : après une première tentative infructueuse de participer à l’événement, puzzles, coloriages et livres jeunesses issus des collections ont réconcilié le public jeunesse avec les collections patrimoniales, un véritable moment de revisite du patrimoine. Il faut faire l’effort de décentrer son regard et rechercher ce nouveau rapport entre les lieux, les gens et les collections

Suggestion de trouver quatre moments dans cette journée : réassurance (« J’ai toujours pensé ça ! »), déstabilisation (« Non, ils n’ont pas osé faire ça ! »), révélation (« Je n’y ai jamais pensé, mais c’est la solution !»), et décision (« Demain, je fais ça ! »), le point sera fait en fin de journée puisque Claire Haquet interviendra également en toute dernière partie.

Documenter, communiquer, médiatiser les bibliothèques numériques, par Tiphaine-Cécile Foucher (BNF)

Dans notre monde très concurrentiel où l’argent reste indispensable :

    • Documenter : une action chronophage, mais facile
    • Communiquer : un mot facile, mais dans les faits très complexes
    • Médiatiser : dans 90 % des cas, de la chance.

Complémentarité du physique et du numérique

C’est important de proposer un accès distant aux ressources, pouvoir proposer d’autres paradigmes de recherche à ses utilisateurs.

La bibliothèque propose une expérience utilisateur différente de celle connectée. Internet permet d’accéder aux contenus sans jugement ; il offre la possibilité de transformer les textes,  d’annoter et de lire.

Être bibliothécaire c’est aussi disposer de données organisées et de formats normalisés, ne pas hésiter à utiliser ce savoir et à le faire savoir.

Continuer la lecture de « Revisiter le patrimoine en bibliothèque : valorisation, médiation et démocratisation » : Compte-rendu de la journée d’étude