Archives de catégorie : Débat

Vers des humanités numériques « critiques »

Agrégé d’arts appliqués et ancien élève du département Design de l’ENS Cachan, Anthony Masure est maître de conférences en design à l’université Toulouse – Jean Jaurès, laboratoire LLA-CRÉATIS. Ses recherches portent sur les implications sociales, politiques et esthétiques des technologies numériques. Il a cofondé les revues de recherche Back Office et Réel-Virtuel. Son essai Design et humanités numériques a été publié en 2017 aux éditions B42.

Mention Cet article a été publié pour la première fois dans le quotidien d’idées AOC le 5 juillet 2018. Licence CC BY-SA.

Les humanités numériques, ces pratiques à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales, ne se sont que trop peu préoccupées de questions propres au design. Au-delà d’une approche utilitaire, la constitution d’archives et de corpus de connaissances en ligne est pourtant l’occasion de s’interroger sur les rôles que peuvent jouer les designers au sein de ces projets. Dans la situation contemporaine d’une numérisation du monde marquée par une oligarchie des plateformes, les humanités numériques et le design devraient ainsi œuvrer à dérouter la captation des connaissances et les déterminismes technologiques.

Des savoirs et pratiques hybrides

Les humanités numériques désignent communément un champ de recherche à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales (arts, lettres, histoire, géographie, etc.). Initiées dans les années 1950 grâce au traitement électronique de données permettant d’analyser de grands corpus de textes, les humanités numériques ne décollent vraiment qu’avec le développement du Web au début des années 1990 qui ouvre la voie à des collaborations transdisciplinaires et à la mise en ligne des résultats de recherche. De fait, la plupart des projets en humanités numériques s’incarnent dans des jeux de données interopérables (langages Web SQL, TEI/XML, etc.) et des sites Web dédiés (archives en ligne, visualisation de données, etc.). Ce n’est toutefois qu’en 2010, lors de l’événement THATCamp Paris, que la communauté francophone se fédère via la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » : ce texte collectif prend explicitement position pour une ouverture des connaissances hors des frontières académiques via l’utilisation de licences libres et de processus collaboratifs documentés.

Repenser les façons dont les savoirs se constituent et circulent engendre nécessairement des ruptures épistémologiques. La numérisation de documents antérieurs aux technologies numériques (d’encodage par les nombres) ne laisse pas indemnes les éléments de départ. Une fois encodés, les supports de connaissance se prêtent à de multiples utilisations et contextualisations et peuvent « exister dans des versions différentes, éventuellement en nombre illimité. Ce potentiel est une […] conséquence du codage numérique des médias et de [leur] structure modulaire » (Lev Manovich). De façon plus générale, les humanités numériques font vaciller et s’hybrider les délimitations universitaires. Les logiques de programmation propres à l’informatique voisinent avec celles – par exemple – des historiens, qui peuvent eux-mêmes être amenés à intervenir sur l’architecture de l’information. Apparaissent alors des problématiques mettant en jeu les méthodes de ces différents champs, voire des frictions entre la rationalité des langages formels informatiques et l’incertitude propre aux (vieilles) humanités.

Le design comme mise en tension du capitalisme

Le paradoxe est que les objets issus des projets en humanités numériques ne reflètent que peu, dans leurs formes, ces tensions épistémologiques. Les interfaces des archives en ligne de documents historiques, par exemple, se ressemblent quelque soit leur fonds de départ. De façon plus dérangeante, les logiques propres à l’industrie des programmes ne sont que peu remises en question. La « facture » des interfaces de consultation demeure majoritairement impensée et reflète souvent les choix « par défaut » des environnements de programmation et des systèmes de gestion de contenus (CMS). De même, dans les rares cas où un designer est présent, cela se fait la plupart du temps en aval des prises de décision propres à l’architecture des données. Le risque est alors d’appliquer sans recul critique des méthodologies propres au design UX (User eXperience), dont l’étude de leur histoire montre qu’elles reposent sur des fondements cognitivistes ayant pour revers de réduire l’expérience humaine à une suite de comportements (modélisations des personas, scripts d’utilisation, etc.). Or l’application de ces processus de conception ne va pas sans poser problème dans le champ des humanités numériques, ancrées dans une culture (du) libre s’opposant à la privatisation des savoirs. De façon plus large, le design « centré utilisateur » inquiète la façon dont « nous » pouvons nous situer dans ces expériences : sommes-nous condamnés à n’être que de simples « utilisateurs » ? Que nous dit cette obsession pour le fait de modéliser l’humanité par des encodages numériques ? Les humanités numériques pourraient-elles – au contraire – devenir l’endroit d’une subversion des technologies et processus dominants ?

Nous faisons l’hypothèse qu’une implication du design (et non pas une application, comme le sous-entend l’expression d’« arts appliqués ») au sein des humanités numériques pourrait permettre, tout en facilitant l’accès aux productions de recherche (promesse du design dit UX), d’en renouveler l’approche. L’histoire du design est en effet traversée de tensions entre l’économie de marché et la recherche de dimensions échappant à la rentabilité et à l’utilité. Aux débuts de la Révolution Industrielle, l’artiste et écrivain William Morris souligne ainsi l’importance de penser un « art socialiste » qu’il oppose aux « articles manufacturés [qui] ne peuvent avoir aucune prétention à des qualités artistiques » (1891). Le socialiste, dit-il, « voit dans cette absence évidente d’art une maladie propre à la civilisation moderne et nuisible à l’humanité ». Cette articulation de l’existence humaine à l’esthétique est selon lui la seule façon de parvenir à une « communauté d’hommes égaux ». Remplaçons « socialiste » par « designer », et nous retrouverons à presque un siècle d’intervalle cette idée d’un écart du monde des objets avec le capitalisme dans les écrits du designer Victor Papanek (1971), pour qui le bridage des activités créatives fait que « la morale et la qualité de la vie [souffrent] immensément sous notre système actuel de production de masse et de capital privé ». Il en résulte, selon Victor Papanek, que « le designer doit obligatoirement comprendre clairement [tout comme chaque être humain, pourrions-nous ajouter] l’arrière-plan politique, économique et social de ses actes ».

Une vingtaine d’années après Victor Papanek, le critique d’art Jonathan Crary dresse l’histoire des « nouvelles constructions institutionnelles d’une subjectivité productive et contrôlée » apparues au XIXe siècle, dont les enjeux résonnent fortement avec la situation contemporaine d’une société numérisée. Dans Techniques de l’observateur (1990), Suspensions of perceptions (2000), puis 24/7 (2013) Jonathan Crary fait émerger la problématique de l’attention, qui « peut [alors] s’imposer comme un enjeu intellectuel, autant que politique » (Maxime Boidy). Le rapport avec les humanités numériques prend alors sens : face à un monde des appsqui ambitionne de réduire au maximum notre temps de sommeil (24/7), ces dernières pourraient au contraire, via leur recul historique et leur inscription dans la recherche, démontrer que d’autres modalités d’être-au-monde sont possibles. Les humanités numériques ne doivent pas seulement viser la numérisation des connaissances mais également les manières dont cet encodage affecte et transforme les êtres humains. Démontrer que l’informatique personnelle, issue des théories cybernétiques de la Guerre Froide, peut être mobilisée dans des directions insoupçonnées permet de lever l’idée d’un déterminisme technologique. La rencontre entre le design et les humanités numériques, si celle-ci n’est pas de l’ordre d’une commande mais d’une recherche commune, pourrait ainsi permettre d’explorer de nouveaux pans de la connaissance en levant les impensés présidant à la construction et à la valorisation des savoirs en milieux numériques.

Vers des humanités critiques

Au-delà de la numérisation de corpus et de la mise en ligne, de nouveaux défis attendent donc les chercheurs en humanités numériques pour peu que le couple informatique/SHS fasse place au design. Nous proposons en guise de conclusion quelques directions de travail allant dans ce sens.

Réduire la barrière technique de l’accès aux données

L’open data est partout convoqué, or on constate dans les faits que la mise à disposition des données nécessite des prérequis techniques souvent trop importants pour des non-spécialistes. Le format tabulaire .CSV est le plus accessible pour commencer à travailler, mais ce dernier n’est pas systématiquement proposé, au détriment de méthodes plus lourdes (récupération de flux JSON via des API, etc.). Le workshop « Fabriquer des jeux de données en art » qui s’est tenu en mai 2018 dans le cadre du groupe de travail « Art, design et humanités numériques » de l’association Humanistica (Clarisse Bardiot et Nicolas Thély) a proposé des méthodologies pédagogiques relatives au champ des digital art history : identification et nettoyage de jeux de données, construction de visualisations, etc. Un outil permettant de générer des fichiers CSV à partir du portail Europeana a été développé à cette occasion.

Interroger l’idéal d’une sémantique universelle

Le modèle du Web sémantique (Tim Berners-Lee, 2001) ambitionne de relier l’éparpillement des connaissances humaines par le recours à des balises et métadonnées insérées dans les codes source des pages Web (« référentiels d’autorité », etc.). D’une utilité évidente pour sortir d’une approche en silo des initiatives scientifiques, ce processus pose pourtant de multiples défis ontologiques et taxonomiques mal connus des chercheurs et des designers. Comment mieux impliquer ces derniers dans l’élaboration de modèles sémantiques ? Faut-il que cette ambition éclipse tous les autres aspects des projets (enjeux formels, collaboratifs, etc.) ? Comment montrer le travail d’encodage sémantique, habituellement recouvert par l’habillage des interfaces ?

Explorer les impensés de l’objectivité des données

Les jeux de données sont souvent construits sans que leurs processus d’élaboration – et les biais inhérents à toute démarche de ce type – ne soient documentés. Or derrière une apparente objectivité se cachent des enjeux sociaux liés à de multiples prescriptions normatives voire discriminantes (catégories de genre, de « race », de classe, etc.). Comment inclure davantage de voix ? Pourrions-nous, comme nous y invite la chercheuse Catherine D’Ignazio, faire de la visualisation de données de façon collective et inclusive et ainsi permettre des approches dissidentes voire contestataires ?

Impliquer des technologies émergentes dans des protocoles de recherche

Au-delà de l’effet de mode, des technologies telles que les protocoles blockchain (certification distribuée de transactions) ou l’appellation générique d’« intelligence artificielle » offrent des possibilités de recherche stimulantes pour les chercheurs en humanités numériques. La blockchain peut permettre d’authentifier des documents et des chaînes de transformation de données, de mettre à disposition de la puissance de calcul, de signer les rôles de chaque acteur d’un projet, de générer des smart contracts pour déclencher automatiquement des actions prédéfinies, etc. L’intelligence artificielle, quant à elle, est déjà utilisée par des entreprises comme Google pour la construction automatisée de gammes chromatiques (projet Art Palette), l’identification d’œuvres d’art du MoMa à partir de 30 000 photographies d’exposition ou le repérage (tagging) des contenus de plus de 4 millions de photographies du magazine LIFE. Alors que nous avons en France des pointures internationales dans le domaine de l’IA, est-ce une fatalité que la puissance publique abandonne la « culture logicielle » à des acteurs privés ?

Sortir d’une pensée « agnostique » de la forme

Beaucoup d’interfaces de projets en humanités numériques se désintéressent des enjeux formels liés à la consultation des documents, ce qui est d’autant plus paradoxal dans l’exemple de documents relatifs à l’histoire de l’art. Jusqu’où cette illusion de neutralité est-elle tenable voire souhaitable ? Est-ce une fatalité que les archives en ligne présentent majoritairement des cadres homogènes ? Quid, sur un autre plan, des relations entre les interfaces de saisie des corpus et la capacité à projeter des modes de consultation ? Citons pour exemple les travaux de Giorgio Caviglia (projet Mapping the Republic of Letters, Stanford) ou de Donato Ricci (Enquête sur les modes d’existence, Sciences Po). Sur d’autres plans, des designers comme LUST, Antony Kolber, l’histoire du net art ou celle des jeux vidéos sont par exemple des sources d’inspiration pouvant intéresser les chercheurs en humanités numériques. Mentionnons également le travail mené à l’Atelier national de recherche en typographie (ANRT Nancy) sous la direction de Thomas Huot-Marchand, où des étudiants en dessin de caractères typographiques se confrontent à des contextes tels que les premières notations du chant, la cartographie, les hiéroglyphes, les inscriptions monétaires, la reconnaissance de caractères, etc.


Ces quelques propositions ont pour objectif d’inciter les chercheurs en humanités numériques à s’intéresser davantage, au-delà du design, à des champs connexes tels que les études visuelles, les media & software studies, ou encore l’archéologie des médias. Une telle visée invite également les designers à envisager d’autres contextes de travail que ceux dans lesquels, au risque d’une saturation de l’offre, ils s’inscrivent habituellement. Les humanités numériques pourraient alors devenir un laboratoire critique des mutations de la culture au contact des technologies numériques.

Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

Marcin Trzmielewski est philologue, traducteur et bibliothécaire polonais. Titulaire d’un Master 2 en Philologie romane à l’Université d’Opole, Pologne (2015), et en Gestion de l’information et médiation documentaire à l’Université Paul Valéry de Montpellier (2018), il prépare actuellement son projet de thèse en Sciences de l’information et de la Communication. Son champ d’intérêt recouvre l’organisation des connaissances en bibliothèque et dans le secteur médical.

Claudio Gnoli est bibliothécaire à l’Université de Pavie (Italie). Il est spécialisé dans  des théories et pratiques des classifications bibliographiques et de l’organisation des connaissances, et a publié plusieurs articles et livres sur ces sujets, notamment « Organizzare la conoscenza » (avec L. Rosati et V. Marino, Hops, 2006), « Interdisciplinary knowledge organization » (avec R. Szostak et M. López-Huertas, Springer, 2016) et un chapitre intitulé « Knowledge Organization Systems dans l’ouvrage « Subject access to information » rédigé et coordonnée par K. Golub (Libraries Unlimited, 2014). Il est webmaster de l’International Society for Knowledge Organization et membre du comité scientifique du journal Knowledge organization.

Ce billet a pour vocation de présenter les travaux réalisés dans le cadre de la communication « Phenomenon-based vs. disciplinary classification: possibilities for evaluating and for mapping » (ISKO, 2018).

Introduction et objectifs

Comment indexer le livre intitulé Vigne et vin : assemblage en économie et sociologie viti-vinicoles ? On peut l’attribuer à l’économie, à la sociologie aussi bien qu’à la viticulture. À cause de ce dilemme, auquel la plupart des catalogueurs sont confrontés, la possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances.

Par ailleurs, en examinant les différentes approches utilisées pour l’indexation des documents dans les systèmes intégrés de gestion de bibliothèques (SIGB), certains chercheurs, comme Gnoli (2016) et Szostak et al. (2016), trouvent que les classifications basées sur une approche épistémologique (CDD, CDU, LCC, etc.) sont moins appropriées pour ce type de recherche que les classifications basées sur une approche ontologique.

C’est pour cela, en suivant les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.

En principe, les phénomènes (par exemple « eau ») sont des unités de connaissance beaucoup plus générales et plus granulaires que les disciplines (« chimie inorganique », « hydrologie », « ingénierie hydraulique », …).

Pour l’organisation des connaissances, ces premiers sont des objets existants du monde réel alors que ces deuxièmes sont des classes du savoir humain.  Il est important de souligner qu’une discipline peut être également définie comme un phénomène, mais il faut la considérer comme un phénomène appartenant à une classe de la culture humaine.

Continuer la lecture de Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Michael K. Buckland is an emeritus professor at the UC Berkeley School of Information and co-director of the Electronic Cultural Atlas Initiative.
Dr. Buckland’s professional experience as a librarian and his work on the design of information services, especially bibliography, the design of library services, and support for online discovery, are reflected three books: Library Services in Theory and Context, 2nd ed., (Pergamon, 1988), Information and Information Systems(Praeger, 1991), and Redesigning Library Services (ALA, 1992). He has also written extensively on the history of information services, including a biography of the designer of the first electronic search engine, Emanuel Goldberg and his Knowledge Machine (Libraries Unlimited, 2006). A new book, Information and Society (MIT Press, March 2017), provides a very concise introduction to a complex area.

Acknowledgement

This text is a translation of a slightly revised version of a lecture presented on May 16, 2018 while Visiting Scholar at the École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) in Lyon, France (Buckland 2018). I thank Enssib and Professor Pascal Robert for their hospitality.

Summary

Bibliographical techniques to provide sophisticated access to printed publications were developed long ago. Access to other media has been slower to develop. Two anomalies with respect to the scope of bibliography are considered. Donald F. McKenzie wrote that bibliography should be extended to all media including culturally significant landscapes, for example a stone associated with a legend. Librarian Suzanne Briet and her student Robert Pagès asserted that an animal in a cage can be a document. These examples are examined in relation to the history and theory of bibliography, the relationship between bibliographies and other reference works and their powers (affordances). It is concluded that for some areas of bibliography these examples are irrelevant. But these examples call into question the limitation of bibliography to printed materials.
Continuer la lecture de The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Après l’obtention en 2018 du DCB, le diplôme de conservateur des bibliothèques, Coline Gosciniak est affectée au poste de responsable de la bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la BMC de Reims, où elle exercera à compter du 1er juillet 2018.

Ses publications professionnelles[1]portent sur la valorisation  du patrimoine écrit auprès des publics par des dispositifs de médiation numérique, notamment vidéoludiques.  Elle revient ici sur les enjeux professionnels de son mémoire de recherche de DCB : Réalité virtuelle et réalité augmentée en bibliothèque : panorama et perspectives.

La réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV), deux technologies immersives, apparaissent de plus en plus fréquemment dans les dispositifs de médiation culturelle et ludique en bibliothèque, et ce depuis leur émergence au début des années 2010 [2]. Que désignent précisément ces deux termes ? Si la réalité augmentée se caractérise comme la superposition d’éléments virtuels (photos, vidéos, texte) sur l’environnement réel à travers un écran de smartphone ou de tablette, ou des verres de lunettes, la réalité virtuelle permet une immersion totale dans un environnement virtuel à l’aide d’un visiocasque tel que l’Oculus Rift ou l’HTC Vive. Ainsi l’application Pokémon Go, qui permet d’apercevoir des Pokémon dans l’environnement réel entourant le joueur à travers l’écran de son smartphone, relève de la RA. Au contraire, l’application Eagle Flight, grâce à laquelle l’utilisateur se glisse dans la peau d’un aigle pour explorer Paris à l’aide d’un visiocasque, constitue une expérience de RV.

Plusieurs catégories de dispositifs existant actuellement en bibliothèque reflètent une prise en main progressive de ces technologies par les professionnels. Parmi cette large palette, les dispositifs ludiques (jeux vidéo en RV et RA) occupent une place prédominante, tout comme les dispositifs de médiation culturelle dans le cadre d’expositions. Les utilisations dans le cadre de repérage des collections et des espaces de la bibliothèque, ou dans un contexte de valorisation de la production scientifique dans les bibliothèques universitaires, demeurent encore limitées mais sont appelées à se développer au cours des prochaines années. Le recours à ces technologies nécessite pour les professionnels d’intégrer non seulement des questions d’ordre financières et techniques, mais également managériales : comment convaincre tant sa hiérarchie que son équipe de l’intérêt de la RA et la RV pour les bibliothèques ? Quelle formation prévoir afin de garantir le bon fonctionnement du dispositif élaboré ?

Continuer la lecture de Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Petit kit conceptuel et critique de survie en société numérique …

Pascal Robert est Professeur d’université à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), et membre du Laboratoire Elico EA 4147, Université de Lyon.

Ce texte actualise une version parue dans Les Cahiers de la SFSIC, n°14, 2017 sous le titre Penser la raison politique du numérique[1].

Penser le numérique est à coup sur l’une des urgences de notre société. Mais la question est vaste et demande la multiplication des perspectives. On peut, par exemple, se concentrer sur la nécessité de penser la raison politique du numérique, ce qui, à nos yeux, exige de penser le numérique à l’aide de catégories qui ne sont ni celles de la technique, ni celles des acteurs dominants. Ce système de catégories repose sur une démarche qui articule approche critique et modélisation conceptuelle. Proposition qui relève des sciences de l’information et de la communication (SIC). Les SIC, en effet, doivent se distinguer de la sociologie, tout en y restant compatible, en revendiquant une logique de modélisation. Mais à la différence d’une ingénierie, elles ne peuvent accepter que cette modélisation devienne une fin en soi. C’est pourquoi elles doivent moduler cette approche par une mise en tension avec une perspective critique qui reste vigilante aux enjeux politiques qui sous-tendent le développement des TIC et du numérique.


Pourquoi un système de catégories ?

Continuer la lecture de Petit kit conceptuel et critique de survie en société numérique …

Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Entretien mené par Hans Dillaerts, MCF en SIC
à l’Université Montpellier III

 

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille3.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

****

Alexandre Serres est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information). Il travaille à la fois sur les thématiques des cultures de l’information, de l’évaluation de l’information sur le web, de l’information scientifique et technique et, actuellement, de l’intégrité scientifique. Il est par ailleurs Référent à l’intégrité scientifique de l’Université Rennes 2, depuis le 1er janvier 2018.

Sur les données de recherche, il a coordonné une enquête menée en 2017 par l’URFIST de Rennes, la MSHB et le SCD Rennes 2, intitulée « Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2 », dont tous les résultats sont sur HAL.

On trouvera la liste de ses publications sur sa Page personnelle de Rennes 2. Adresse courriel : alexandre.serres@univ-rennes2.fr

Continuer la lecture de Les données de la recherche : Entretien avec Joachim Schopfel et Alexandre Serres – Périmètres et pratiques.

Hans Dillaerts, Joachim Schöpfel, Alexandre Serres

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Alexandre Serres est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la communication. Il est co-responsable de l’URFIST de Rennes depuis 2002, et animateur du GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information).

More Posts

The roles of libraries in digital humanities

Kirsty Lingstadt is Head of Digital Library at the University of Edinburgh. She plays a key role in delivering digital services within the library, with a key focus on Discovery of Collections online.

This article was published online by Liber, The Association of European Research Libraries, on March 8, 2018.

A Digital Humanities Reading List: Part 4 – The role of libraries

LIBER’s Digital Humanities & Digital Cultural Heritage Working Group is gathering literature for libraries with an interest in digital humanities.

Four teams, each with a specific focus, have assembled a list of must-read papers, articles and reports. The recommendations in this article (the fourth and last in the series) have been assembled by the team looking at the roles of libraries in digital humanities and awareness raising in academic libraries. The team is led by Kirsty Lingstadt of the University of Edinburgh and, for these recommendations, Sarah Ames of the University of Edinburgh has lent additional support.

The Fourth Theme: The Role of Libraries

This theme examines a challenging question: what is the role of libraries in digital humanities? Is it to provide advice and guidance, to provide services that support these activities or to be a fully-fledged partner in digital humanities activities?

The answer is as varied as the different types of research libraries, and the literature highlights some of these tensions. It is clear, however, that libraries have a key place within digital humanities because of the collections which they hold. These collections often form the starting point of digital humanities projects and — when it comes to the outputs — libraries have a role in publishing, preserving and making these accessible.

In particular, libraries hold detailed knowledge about audiences and their different needs. As articulated in Melissa Terras’ forthcoming article[1], usability and reuse are often not considered by digital humanities projects. These factors are, however, critical if the outputs are to have value for wider audiences. The librarian can offer unique insight and partnership to ensure that DH projects have a life beyond the project and add value to the collections held by the library.

Underpinning this is a need to raise awareness of digital humanities at all levels of the library. The role of librarian as advocate is a critical one, and to do this we need to work with the academic communities and researchers: building and developing skills and, above all, deciding what the role of digital humanities will be in our libraries. We then need to showcase our findings, so that others see and understand where this will take us. As Captain Kirk would say ‘To boldly go…..’

We hope that this list, in combination with the previous lists, will help provide some thoughts on the path which we should boldly follow.

  1. Digital Humanities In the Library/Of the Library. Caitlin Christian-Lamb, Sarah Potvin and Thomas Padilla.
    This special issue of dh+lib contains a number of case studies of libraries working in digital humanities areas, often leading to a reassessment of the role of the library, the services it provides and the skills of the librarian.
  2. The Role of Research Libraries in the creation, archiving, curation, and preservation of tools for the Digital Humanities. Christina Kamposiori.
    The recent RLUK report examines the role of research libraries in digital scholarship, through survey responses from RLUK member libraries. The report demonstrates the ways in which libraries engage in digital humanities projects and how and what support they provide, as well as examining the changing role of librarians and the skillsets needed to actively contribute to this area. RLUK advocate knowledge exchange between institutions on how best to engage and work with researchers, despite the issue that there is no single solution for all.
  3. Developing Digital Scholarship: Emerging practices in academic libraries. Alison Mackenzie and Lindsey Martin.
    This publication contains a number of different approaches and case studies of how librarians are working with digital humanities. The text looks not just at what new technologies support research and development in this area but also at the partnerships that libraries can develop.
  4. Supporting Digital Scholarship. SPEC Kit 350. Rikk Mulligan.
    The SPEC Kits 350 surveys a number of American institutions about their digital scholarship provisions, and looks to specific examples of services provided by libraries, as well as projects they support.
  5. Digital humanities in the library isn’t a service. Trevor Muñoz. 
    This article is a reponse from Muñoz to a blog post from Miriam Posner, in which she writes about the challenges of ‘doing digital humanities’ in libraries. In his reply, Muñoz argues the case that research lead by librarians should be the central focus of digital humanities work in libraries. By focusing on service provision, rather encouraging librarians to lead their own experimental projects, we miss engagement opportunities and detract from the intellectual labour of library work in this area: ‘Framing digital humanities in libraries as a service to be provided and consequently centering the focus of the discussion on faculty members or others outside the library seem likely to stall rather than foster libraries engagement with digital humanities.’ Muñoz explains that this does not mean that library projects, tools or research may not grow into or improve services – but that these should stem from ideas, activities and partnerships formed within the library.
  6. No Half Measures: Overcoming Common Challenges to Doing Digital Humanities in the Library. Miriam Posner.
    Posner details the barriers to digital humanities work in the library, from lack of support and time, to the need for new skills and new relationships with academics, as well as proposing solutions. To successfully engage users with digital humanities in the library, libraries must ‘do a great deal more than add “digital scholarship” to an individual librarian’s long string of subject specialties’ (51), and instead look to space, culture (are librarians allowed to experiment? Do they have the support to do this?), technology and training for their staff.
  7. Evolving in Common: Creating Mutually Supportive Relationships Between Libraries and the Digital Humanities. Micah Vandegrift and Stewart Varner.
    This article suggests ways in which libraries can engage with digital humanities research, from practical advice for establishing partnerships and engaging with the research community, to keeping up-to-date with new developments in the field. Vandegrift and Varner propose that the role of the librarian should be adapted and reframed – from ‘servitude’ to collaborator – to ‘support the journey of research as a means in itself’ (73) and embed digital humanities successfully in the library.
  8. Laying the Foundation: Digital Humanities in Academic Libraries. John White and Heather Gilbert.
    White’s Preface states that this text is intended to be a ‘conversation starter among rank-and-file librarians about how and why librarians, archivists, and museum professionals should engage with digital humanists as full partners in both research and teaching’ (xii). The chapters that follow emphasise the scale of the role that libraries can and should play in digital scholarship research, and the ways in which skills and roles need to adapt to accommodate this.

To find out more about LIBER’s work in this area, see the Digital Humanities & Digital Cultural Heritage Working Group page.

Notes

[1] Greta Franzini, Melissa Terras et Simon Mahony. Forthcoming 2018. Expectations of Digital Editions of Text: Surveying User Requirements in the Digital Humanities. ACM J. Comput. Cult. Herit. (Accepted 2018, In Press).

kirstylingstadt

Head of Digital Library and Deputy Director of Library and University Collections, University of Edinburgh. Kirsty is passionate about Collections of all types - library, archive or museums - and engaging users with them. She believes that discoverability is key for online collections. She leads on discovery, digitisation, digital preservation and tools to support Digital Scholarship work within the University of Edinburgh.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les chercheurs en SHS savent-ils écrire ?

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal où il enseigne depuis 2012. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Il vient de publier en accès ouvert aux éditions Institut Network Culture On Editorialization: Structuring Space and Authority in the Digital Age.

File 20180310 30975 6ofodn.jpg?ixlib=rb 1.1Se mettre à écrire. Visualhunt, CC BY-NC-ND

Nous republions la version originale de cet article  publiée sous licence  CC BY-ND le 11 mars sur The Conversation .

Nous nous interrogeons souvent sur les dispositifs de légitimation à l’époque du numérique. Nous avons le sentiment, parfois, de perdre quelque chose : la culture de l’édition papier a des repères précis et nets. La publication est une forme forte de légitimation. Sans doute, le niveau de légitimation dépend de beaucoup de facteurs (quelle maison d’édition publie, par exemple), mais de toute manière, le fait d’avoir son nom imprimé, compte beaucoup.

Dans le monde universitaire, être publié est aussi ce sur quoi se fonde notre carrière et l’évaluation de notre travail.

Une culture de l’imprimé

L’édition papier a un pouvoir de légitimation parce qu’elle garantit un travail que l’auteur doit réaliser avec l’éditeur pour faire en sorte que son texte soit de bonne qualité. L’éditeur demande à l’auteur des compétences pour permettre cette mise en forme : dans le modèle papier, par exemple, le fait de connaître la langue, de savoir structurer ses références bibliographiques avec un style prédéterminé, de savoir organiser dans une page papier ses idées. Ce sont des compétences techniques d’écriture sans lesquelles un auteur n’est pas un auteur et un chercheur n’est pas un chercheur.

Or il se trouve que ces compétences techniques sont liées à une forme particulière de diffusion de la connaissance : celle du papier. Il se trouve aussi que cette forme n’est plus la forme dominante : la plupart des contenus circulent sur le web et la totalité est produite avec des outils informatiques. Il se trouve aussi que cette forme ne répond pas aux exigences scientifiques : notamment l’exigence de structuration. Une bibliographie stylée sur papier n’est pas aussi bien structurée qu’une bibliographie dans une base des données, par exemple : le style sur papier sert juste à simuler une structuration de catalogue, sans en être en réalité une. Ou encore, la structuration sémantique des contenus (titres, fonctions des mots, etc.) ne peut qu’être simulée graphiquement sur papier alors que le numérique permet un véritable balisage sémantique.

Des compétences pour l’écriture numérique

L’écriture en environnement numérique – qu’elle soit destinée à l’impression ou à la diffusion papier – est la seule écriture que nous connaissions aujourd’hui : il n’y a plus personne qui écrive un article à la main et qui le fasse ensuite dactylographier par quelqu’un d’autre.

Il est donc nécessaire que les « auteurs » aient les compétences techniques minimales demandées. Ceux qui ne les ont pas, tout simplement ne savent pas écrire et donc ne doivent pas le faire.

Il est vrai, nous sommes dans une période de transition (depuis au moins 40 ans, mais les transitions peuvent durer longtemps parfois), et on peut peut-être accepter que quelques chercheurs en fin de carrière puissent rester ancrés à des pratiques qui n’ont plus aucun sens aujourd’hui, mais qui en avaient un avant l’introduction de l’ordinateur dans les processus d’écriture. On parle du début des années 1980, donc on parle de chercheurs qui ont écrit, disons, leur thèse avant 1984 (pour prendre une date symbolique : celle du lancement de l’Apple II) et qui sont déjà à la retraite ou sur le point d’y aller.

Sortir des schémas d’écriture anciens

Soyons fous : les sciences humaines et sociales ont souvent été très snob par rapport à leurs outils et donc très réfractaires au changement. Prenons donc les années 2000 comme début d’une informatisation généralisée.

Tous les chercheurs qui ont fini leurs études après 2000 n’ont aucune excuse : ils vivent entourés de technologies numériques depuis leur enfance, ils les utilisent à longueur de journée, ils sont encore (assez) jeunes et devraient avoir la capacité d’adapter leurs pratiques. Ne pas le faire est très grave : cela signifie n’avoir aucune idée de ce qu’on fait dans notre profession. Notre métier consiste fondamentalement à écrire et nous écrivons sans avoir la moindre idée des implications de ce que nous faisons.

Accepterait-on un médecin qui n’a aucune idée de ce qu’est un os ? Ou un mécanicien qui ne connaît pas le principe de fonctionnement d’un moteur à explosion ? Ou un mathématicien qui ne sait pas démontrer le théorème de Pythagore ? Mais alors pourquoi acceptons-nous pléthore d’« auteurs » qui n’ont aucune idée de comment on écrit ? Qui écrivent la totalité de leurs textes sous Word, un logiciel de traitement de texte propriétaire et pas adapté pour nos exigences scientifiques ?

C’est comme si un chirurgien opérait avec une hache à la place du bistouri. Que les chercheurs s’indignent aujourd’hui d’un style bibliographique mal traité sous Word et non du fait que, indépendamment du style, une bibliographie non structurée ne sert à rien me semble une abomination.

Cette situation est inacceptable et honteuse et il faut la dénoncer immédiatement. Il faut que les institutions en prennent conscience et qu’elles intègrent les compétences d’écriture dans les compétences minimales requises pour avoir un poste de chercheur. Et il faut aussi que des formations obligatoires soient mises en place dans toutes les disciplines des SHS.

Je propose ici une sorte de manifeste de l’écriture qui pourrait être adopté par les institutions :

Continuer la lecture de Les chercheurs en SHS savent-ils écrire ?

La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

Éric Guichard est philosophe, maître de conférences HDR à l’Enssib, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie,  et responsable de l’équipe seaux, Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm. Cet article a été publié dans sa version abrégée dans une tribune de Libération le 29 décembre 2017 sous le titre « La science contaminée par les croyances numériques ».

1 –   Algorithmes et technique

Un algorithme a-t-il du pouvoir ? Assurément non. Un algorithme (ou des bouquets d’algorithmes, comme il en existe aujourd’hui)  est une production humaine, mise en place pour des besoins parfois précis, et d’autres fois non (pensons aux jeux gratuits de recherche des palindromes  dans la langue française). Il ne menace personne. La technique ne peut être jugée, seuls ses utilisateurs  peuvent l’être : celles et ceux qui la développent ou la détournent pour des motifs illégaux  (accroissement de la richesse ou du pouvoir aux dépens d’autrui, diffusion d’idéologies, meurtre, etc.). Par exemple, on ne peut juger un algorithme d’insertion d’un film publicitaire dans une vidéo Youtube. En revanche, on peut juger les personnes qui décident de telles insertions dans les films pour enfants de 2 ans.

La technique n’est pas pour autant neutre. Elle est truffée de valeurs morales : au 19e siècle, le travail des enfants fut interdit  en ajustant les machines textiles américaines à la taille des adultes, au grand dam des industriels  qui pensaient que la concurrence étrangère les anéantirait [Feenberg, 2014]. Quelles valeurs structurent aujourd’hui  le numérique ? Elles sont capitalistes,  sous couvert  de libéralisme : cf. [Charolles, 2013] pour saisir la différence entre capitalisme et libéralisme. Alors que c’est un État qui fut à l’origine des usages massifs de l’internet, aujourd’hui seules les start-up,  par définition privées, ont droit de cité pour le développer.

La technique ne nous est pas plus extérieure. Nos expériences contemporaines nous le rappellent : nous nous déplaçons avec des bicyclettes,  des automobiles,  nos corps sont truffés des prothèses, de la paire de lunettes au plombage dentaire, nombre d’entre nous ne survivraient pas sans prise quotidienne  de médicaments, et nous écrivons avec des ordinateurs fonctionnant,  comme nos réfrigérateurs, à l’électricité. Peut-on imaginer plus intime ?
Continuer la lecture de La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi.

En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

Par ailleurs, la dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Les conditions de production et de circulation du document dans la société et la culture sont marquées par une complète recomposition de l’écosystème documentaire en termes d’édition, d’usages de lecture et d’écriture, d’acteurs, de modèles économiques et de cadre politique et législatif.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

Auctorialité et livre numérique

Après des recherches en philosophie sur l’œuvre de Georges Bataille, Pierre-Emmanuel Denys s’est intéressé à l’édition numérique en intégrant le Master PUN de l’Enssib. Son objet d’étude actuel concerne les implications du l’usage du numérique dans l’enseignement et la transmission de la philosophie.

Résumé

Cet article interroge l’auctorialité c’est-à-dire le statut de l’auteur, dont l’oeuvre est éditée en livre numérique, en la comparant avec celui d’un auteur publié en livre papier. Après un retour sur les fonctions symboliques que créént le livre papier et l’environnement du web, notamment par le biais d’un retour du « refoulé auteur » [Ducas, 2016], les caractéristiques techniques et les faiblesses juridiques actuelles du livre numérique seront exposées comme étant à l’origine de cette déflagration de la figure de l’auteur de livre numérique.

Introduction

La littérature scientifique considère que l’auteur de littérature générale ou de genre remplit à plusieurs titres un rôle de repère dans l’écosystème du livre et de sa diffusion. Ainsi, le concept de fonction-auteur illustre l’idée selon laquelle la figure de l’auteur permettrait d’articuler les aspects symboliques, moraux et juridiques du marché du livre autour d’un même point central et de départ qu’est l’auteur. Avec le développement du web et le partage par internet, les contenus textuels ont été parmi les premiers à pouvoir être massivement distribués gratuitement et modifiés par ce biais. La redocumentarisation du web trouve ainsi aujourd’hui un écho dans le concept d’editorialisation.  En effet, l’éditorialisation comprise comme « façon de produire du savoir à l’époque du numérique » [Vitali-Rosati, 2016] paraît avaliser la mort de cette fonction-auteur et identifie de nouveaux repères qui, dans l’ordre de la publication numérique, remplacent cette fonction-auteur par des indices souvent plus techniques. En ce sens, le modèle de diffusion du web serait hostile à la fonction-auteur sans l’être à l’égard des fonctions remplies traditionnellement par l’auteur.

Le cas de l’auteur de livre numérique est donc à ce titre assez singulier. En France, un auteur papier qui voit son œuvre de littérature générale transposée de manière homothétique en ebook jouit-il des mêmes prérogatives symboliques, juridiques et économiques qu’un auteur de livres uniquement numériques ?  Ce dernier voit-il son texte répondre aux mêmes critères d’identification et de diffusion que la plupart des textes publiés sur le web et éditorialisés par ce biais ? Le régime conceptuel propre à la conception des savoirs et des œuvres sur le web éclairera en quoi ce dernier est à même de fournir aux auteurs des moyens de rétablir cette fonction-auteur au sein de différentes activités (microblogging, sites web, publication sur des plateformes dédiées, etc.), sans passer par le format fermé du livre. Le régime juridique français liant l’éditeur et l’auteur pour le livre numérique, la perception par les auteurs de l’ebook et les caractéristiques techniques de fabrication de ce dernier achèvent de montrer le caractère intermédiaire du livre numérique, entre web et papier. L’hypothèse est faite que le livre numérique ne constitue pas aujourd’hui, pour un auteur de littérature, un moyen d’accès symboliquement assez puissant pour lui donner le même statut d’auteur que celui permis par le livre papier pour le même type d’auteur et de littérature.

Continuer la lecture de Auctorialité et livre numérique

What is the 21st Century Academic Library? Qu’est-ce qu’une bibliothèque de recherche au 21è siècle ?

Karen Dias is the Interim Dean of Libraries at West Virginia University and has been a librarian for 30 years.

A phrase being used with more frequency in higher education is the “21st century research library.” In fact, you often hear library leaders discussing how their goal is to help their organization become one.  What you often don’t get is a definition of what that means exactly. One reason for this is that the definition is still being discovered.  But even though we don’t have a complete definition, we certainly have the clear outlines of one. Here are elements of a 21st century research library that resonate with me:

Focus on the needs of the campus and changes in higher education

In the 20th century there was much effort on modernizing the systems of the library, but much of that work tended to be internally focused.  This work provided good results that are continuing to make access to our resources easier, thus bringing us to the place where we can now begin to look more outside of ourselves. We now need to be looking at what the challenges of our campuses are and leveraging our resources to support those new challenges. At WVU the big challenges set forth by our president include action on Education, Prosperity, and Health. In the libraries we are looking at new and innovative ways we are uniquely poised to support these.
Continuer la lecture de What is the 21st Century Academic Library? Qu’est-ce qu’une bibliothèque de recherche au 21è siècle ?

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

À quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française où il enseigne depuis 2012. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.
Il mène une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques : la notion d’identité virtuelle, le concept d’auteur à l’ère d’Internet, et les formes de production, publication et diffusion des contenus en ligne.

Il est évident que les formes de production, de circulation et de légitimation des contenus ont subi dans les dernières années des changements majeurs en raison du développement et de la diffusion des outils numériques. Le web a contribué à donner une importance centrale à l’écriture dans notre société : tout devient écriture. Dans ce contexte, il est urgent de mettre en place des modèles stables qui nous permettent de comprendre quel est aujourd’hui le rôle de l’édition.

On peut identifier deux tendances contradictoires dans les manières de produire et faire circuler des contenus : celle typique des grandes multinationales du web – on pourrait l’appeler « édition Gafam » en utilisant l’acronyme qui renvoie aux cinq géants Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, mais qui désignerait par extension l’ensemble des grandes entreprises qui dominent le marché numérique – et celle des spécialistes, des professionnels de l’édition et des chercheurs – qu’on nommera ici « édition savante ». L’ édition Gafam  est caractérisée par le fait d’être basée sur les données davantage que sur les documents : les entreprises commerciales sont engagées dans la captation de grandes masses d’informations, peu importe leur structure et leur sens. Ces informations ne doivent pas nécessairement être validées, car c’est leur masse qui est précieuse d’un point de vue économique. De la qualité de l’information, la valeur s’est ainsi déplacée vers la quantité d’information, sur la base de laquelle s’est construit leur modèle économique. Dans cette optique de big data ou de données massives, il est fondamental d’attirer et de rendre captif un nombre très élevé d’utilisateurs. Pour cela, l’édition Gafam concentre ses efforts sur l’expérience de l’utilisateur en offrant des services avant tout simples et performants (rapide), quitte à verser dans la superficialité, au profit de l’attractivité. Son fonctionnement doit être opaque, jusqu’à occulter les aspects techniques, afin que l’utilisateur ne puisse les questionner – l’exemple le plus clair est celui des interfaces Apple. Les usagers s’habituent à ne pas savoir comment la machine fonctionne, à ne pas voir les fichiers, à ne pas avoir accès à la configuration des logiciels. L’édition Gafam doit être efficace et répondre aux pratiques les plus communes. Elle évolue donc rapidement pour rencontrer les besoins et les désirs d’un large public.
Continuer la lecture de Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Des services vraiment orientés usager ? Méthodes de Design UX en bibliothèque – Retour sur la journée d’étude du Congrès ADBU 2016

Cet article est à paraître dans le prochain BBF en ligne.

Quel bibliothécaire n’a jamais rêvé d’offrir à ses usagers  des espaces, des services, des contenus, des interfaces et des relations de qualité pour donner sens à l’exercice de son métier ? Qu’est-ce que l’UX[1] , plus connu en français sous le terme énigmatique d’ « expérience utilisateur » ? Et comment améliorer l’UX de nos usagers peut-il aider la profession à changer la perception qu’elle a de ses publics et lui permettre d’imaginer des services plus en phase avec son époque ?

Tel n’en était pas moins l’horizon d’attente de la journée d’étude du Congrès annuel de l’ADBU[2] qui se tenait à Nice du 4 au 6 octobre et réunissait professionnels de l’IST, décideurs et éditeurs scientifiques, avec le pari audacieux et tenu d’en repartir avec des réponses tangibles.

Le public était au rendez-vous et les réactions nombreuses sur la twittosphère professionnelle. Inaugurée par Carole Letrouit et Nathalie Clot[3],  la journée thématique comprenait deux versants. Le 1er permettait de repositionner les méthodes de design de l’expérience utilisateur dans le contexte porteur de réorganisation fonctionnelle et de stratégie d’établissement. Le second restituait des applications concrètes de la démarche UX dans la conception évolutive des services avec des retours d’expériences français et étrangers et les « success stories » de la profession en la matière. Saluons tout à la fois le format court, le rythme rapide et l’enthousiasme communicatif des interventions proposées au public par des praticiens aguerris aux processus de conception de l’expérience utilisateur en bibliothèques, dont un bon nombre données dans la langue de Shakespeare. De fait, les méthodes liées à l’UX ont d’abord été popularisées en bibliothèque aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves à partir de 2005 et se diffusent aujourd’hui en France et ailleurs.

Quelles méthodologies de design UX pour les bibliothèques ?

Porteurs de cette « maturité » historique, Daniel Forsman[4], directeur de la bibliothèque de l’université de technologie de Chalmers à Göteborg en Suède et Andy Priestner[5], en charge du projet Future Lib de la bibliothèque de Cambridge au Royaume Uni, ont rendu compte des méthodologies de design conduites dans leurs bibliothèques. La mise en œuvre de la méthode Agile[6] dans la réorganisation de la BU Chalmers illustre parfaitement comment l’UX peut faire évoluer le management d’une bibliothèque.

Continuer la lecture de Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?