Archives de catégorie : Débat

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Compte-rendu du webinaire du 4 novembre 2020 dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier. Replay de la rencontre à venir.

Titulaire d’un double master recherche mention Histoire et mention Études sur le Genre, obtenus à l’Université Lumière Lyon 2 et d’un master 1 Sciences de l’Information et des Bibliothèques (PANIST) de l’Enssib, Lucie Delaunay est actuellement étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib afin d’acquérir une expertise sur l’ensemble des aspects de l’édition numérique.

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste de l’enseignement agricole depuis plusieurs années. Engagée dans la transmission des savoirs, passionnée par l’écrit et la littérature sous toutes ses formes, elle réalise cette année un master 2 Publication numérique à l’Enssib.

Stéphanie Louison est étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib, après un master 1 en sciences de l’information.

Initiatives, stratégies et pratiques éditoriales dans l’édition savante

Des acteurs français et québécois de l’édition savante œuvrant dans l’Open Access et dans l’économie sociale et solidaire ont été conviés par Valérie Larroche, maître de conférence à l’Enssib et Antoine Fauchié, doctorant à la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques pour un webinaire organisé dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier.

Cette rencontre visait à montrer la diversité des acteurs de l’édition savante et à comprendre l’étendue des possibilités proposées par leurs différentes structures. C’est dans cette optique que deux acteurs ont présenté leurs stratégies économico-éditoriales : Sylvie Bigot, des Presses universitaire de Grenoble (PUG) et Émilie Paquin, d’Érudit. Ensuite, des expériences et des pratiques éditoriales liées à des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’Open Access ont été mis en avant avec Servanne Monjour et Nicolas Sauret pour Les Ateliers de [sens public] et Sylvia Fredriksson en tant qu’experte des Communs.

Continuer la lecture de Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication rattachée au département Information-Documentation de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l’ouvrage : Les imaginaires numériques au musée, aux éditions MkF, 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

Le billet sur ce carnet constitue un extrait de la conclusion de l’ouvrage et a été reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmkf.com/produit/imaginaire-numerique-musee/

Cet ouvrage s’appuie entre autres sur ses travaux de recherche menés  dans le cadre de sa thèse « L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie » (thèse soutenue en 2016). Cette thèse est gratuitement accessible sur TEL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01513541

« Il a été question dans cet ouvrage des thématiques fréquemment abordées lors des débats sur numérique au musée : discours prophétiques, vitalité des communautés professionnelles, approches solutionnistes, etc.

En revanche, j’ai observé peu de discours médiatiques reliant les technologies numériques au musée avec d’autres thématiques sociales actuelles.

En guise d’ouverture, voici une liste de quelques uns de ces points aveugles qui constituent des zones d’invisibilité de la recherche : les enjeux écologiques,  éthiques, sociaux et interculturels.

Certains de ces enjeux sont évidemment apparus dans les entretiens avec les enquêtés et dans les corpus journalistiques, mais ils ont  cependant été peu développés.

Leur place a parfois été estimée comme moins pertinente dans le débat, notamment en raison de leur aspect militant. Complétons alors le débat en se demandant ce que serait « un musée socialement et intellectuellement pertinent ? » (Winkin, 2020) une fois ces points
aveugles mis au jour.

Continuer la lecture de Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'université Paul Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l'ouvrage : "Les imaginaires numériques au musée", aux éditions MkF en 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values

Cultural Sociology, 14 (3)
“Symposium on Nathalie Heinich’s
Sociology of Values”
Béatrice Fleury & Jacques Walter (eds)
Abstract
The present issue includes all six articles that composed the symposium about Heinich’s book Des Valeurs. Une approche sociologique, which appeared across the 31st to 33rd issues of Questions de Communication. The first paper, by Heinich, is an excerpt from her book organised in the form of 10 extracts. The following article by Béatrice Fleury and Jacques Walter (Crem, University of Lorraine) provides an overview of the editorial exchanges and places them in context. Then come the responses by Laurence Kaufmann and Philippe Gonzalez (University of Lausanne), Louis Quéré (EHESS, CNRS), and Danilo Martuccelli (Millennium Nucleus Centre Authority and Power Asymmetries – Université de Paris – Universidad Diego Portales, Chile). The final paper is Heinich’s rejoinder to the critical commentaries.
——————————–

Les articles originaux en français sont disponibles en accès libre dans la rubrique « Échanges » des livraisons 31 à 33 de la revue Questions de communication :

To the publisher’s website: : https://journals.sagepub.com/toc/cusa/14/3

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec

Enjeux et pratiques du numérique dans les institutions culturelles : regards croisés, le 4 novembre 2020 à 15h.

L’Université Lyon 2, l’ENS de Lyon et l’Université Jean Monnet, en partenariat avec la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa et Ingenium Canada, proposeront une rencontre 100% virtuelle dans le cadre des 33è Entretiens Jacques Quartier.

Cette rencontre se déroulera en deux temps :

15h-16h30 : La numérisation de collections et de corpus : pratiques, méthodes, enjeux

Conférencières :
–    Leslie Weir, Bibliothèque et Archives du Canada
–    Cécile Davrieux-de Becdelièvre, Bibliothèque municipale de Lyon

Intervenant.e.s à la table ronde :
–    Gabrielle Richard, UMS Persée
–    Christelle Faure, Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne
–    Thomas Lebarbé, Université Grenoble Alpes, Consortium Cahier

Synthèse par Kevin KEE, Doyen de la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa

16h30-18h : De la numérisation à la valorisation : usages et mutations

Conférencière  : Fiona Smith Hale, Ingenium, Musée des sciences et de l’innovation du canada

Intervenant.e.s à la table ronde animée par Sylvain Schryburt de l’Université d’Ottawa :
–    Emmanuel Brandl, Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib)
–    Cyril Longin (Archives municipales de Saint-Étienne) et Gilbert Delahaye (Groupe Casino), Fonds d’archives Casino
–    Jean-Baptiste Monat, Conservateur à la bibliothèque de l’Université Lumière Lyon 2
–    Muséomix AURA (intervenant communiqué ultérieurement)
–    Guillemette Naessens, Musée des Beaux-Arts de Lyon

Synthèse par Kevin KEE, Doyen de la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa.

Cet évènement gratuit sera accessible en ligne (réservation obligatoire sur le site du Centre Jacques Cartier), le lien sera communiqué ultérieurement.

Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

This article was originally published in the « Journal of eScience Librarianship » by Margaret Henderson :

Henderson M. Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship. Journal of eScience Librarianship 2020;9(1): e1183. https://doi.org/10.7191/jeslib.2020.1183. Retrieved from https://escholarship.umassmed.edu/jeslib/vol9/iss1/2
Margaret Henderson is Health Sciences Librarian, and chair of the research data management (RDM) team, at San Diego State University. She presented her research on the development of  team-based, case-based, critical pedagogy for one-shot classes at MLA and EAHIL in 2019. Margaret is the author of Data Management: A Practical Guide for Librarians (Rowman & Littlefield, 2016). She was a teacher, mentor, and content creator for the Biomedical and Health Research Data Management Training for Librarians offered by the National Training Center of the National Network of Libraries of Medicine. She was the RDM director at Virginia Commonwealth University Libraries, and has had over 30 years experience as a biomedical librarian.

Introduction

There is more to providing research data services (RDS) than the technical skills necessary for data management. Reviews of job advertisements for data librarians show that there are many other skills listed.

Eclevia et al. (2019) did a study of 104 job advertisements and found that interpersonal and communication skills, and the ability to work independently and collaboratively, occurred in job advertisements more often than knowledge of research data curation and management. Kahn and Du (2018) in a similar study of job advertisements, found the skills of research assistance and critical thinking/problem solving were in more job advertisements than knowledge of data sources or a statistical software package.

Federer (2018) conducted a survey of librarians doing data related work, and found that communication skills, the ability to develop relationships with researchers, and other “soft skills”, were especially relevant to their work.

“Soft skills”, or interpersonal skills, and other non-technical skills, are very important when setting up research data management services, and continue to be important to the sustainability of services. Reference skills, relationship building, collaboration, listening, and facilitating access to de-centralized resources, are all important to the success of a service.

Combining these skills with an understanding of the data life cycle, metadata, and some coding and statistics, will place librarians and libraries in a good position to support research at their institution.

If you want to work with data, you will need to be an administrator and an entrepreneur, as well as a reference and instruction librarian, so data science knowledge is only a part of the job.

Continuer la lecture de Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

Carine Aillerie est enseignante-chercheure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers (EA TECHNE 6316). Philosophe de formation, elle a été enseignante documentaliste dans l’enseignement secondaire et chargée d’études à la Direction R&D de Réseau Canopé.

Ce billet a pour objectif de proposer un compte-rendu d’une intervention de Mme Carine Aillerie qui s’est déroulée le mercredi 22 janvier 2020 à la faculté d’éducation de Montpellier dans le cadre des journées universitaires des professeurs documentalistes organisées par Cécile Raynal, formatrice MEEF à la faculté d’éducation de Montpellier, et Céline Paganelli, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Carine Aillerie est intervenue sur les notions de culture informationnelle et culture numérique. Elle s’est intéressée plus précisément aux pratiques juvéniles d’information, mettant l’accent sur leur hétérogénéité.

Elle s’interroge sur la place du numérique dans la culture  informationnelle, ainsi qu’aux enjeux liés à la scolarité. Elle aborde ainsi les implications des pratiques numériques du point de vue des élèves, mais aussi des enseignants, en ouvrant le débat sur les nouvelles pratiques pédagogiques.

Carine Aillerie a articulé son propos autour de trois points. Après un préambule dans lequel elle précise les termes de culture numérique et culture informationnelle, replaçant ces notions dans leur contexte historique, elle aborde les pratiques informationnelles, et plus  précisément celles des jeunes, mettant l’accent sur leur  hétérogénéité.

La seconde partie de son intervention étudie le rôle informationnel des réseaux sociaux numériques, et questionne la place du numérique dans les pratiques informationnelles des jeunes.

Elle termine en abordant les modèles d’évolution pédagogique.

Continuer la lecture de Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?
Continuer la lecture de La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Ceci est la traduction de l’entretien mené par Ulrich Herb auprès du journaliste scientifique Leonid Schneider à propos des paper mills, ces entreprises (« usines ») où l’on peut commander des articles falsifiés pour une publication dans des revues scientifiques.

Cet interview a été précédemment publiée en allemand dans le magazine en ligne Telepolis : https://www.heise.de/tp/features/Das-wissenschaftliche-Publikations-und-Reputationssystem-ist-gehackt-4701388.html

[Ulrich Herb] M. Schneider, vous avez étudié les dysfonctionnements du système scientifique, en particulier dans le domaine de l’édition, pendant de nombreuses années sur votre blog forbetterscience. Le phénomène des paper mills représente une nouvelle curiosité. Pourriez-vous nous expliquer brièvement en quoi consistent ces « usines d’articles » ?

[Leonid Schneider] Une paper mill est un prestataire de services, tout comme les sociétés de rédaction qui vendent des mémoires et thèses falsifiés aux étudiants (essay mills). Mais les clients des paper mills sont des universitaires et des médecins. En tant que client, ils y commandent un article scientifique qui correspond à un thème de leur domaine de recherche. L’article, écrit par des ghost writers, propose des résultats scientifiques complètement inventés et des données totalement erronées.

À première vue, les paper mills offrent un service complet : l’article n’est pas seulement écrit, mais il est aussi soumis à la revue, évalué par des pairs (peer review) avec, si nécessaire, l’envoi d’autres données fictives. On ne sait pas très bien si ces rédacteurs de revues corrompus sont à la solde des paper mills, mais c’est fort probable, car certaines revues semblent particulièrement touchées.

Ces « usines d’articles » prennent l’identité de l’auteur, c’est-à-dire du client, y compris avec des adresses électroniques fantômes. Le client n’a rien d’autre à faire que de payer et se retrouve avec une étude scientifique publiée dans une revue internationale sans avoir fait de recherches pour cela.

Toutefois, il ne faut pas confondre cela avec les prestataires de services qui se contentent de proposer de rédiger le document selon les spécifications du client à partir de ses données de recherche réelles. Dans ce cas, le client soumet lui-même le manuscrit à la revue. Bien qu’il soit possible que certains prestataires proposent une offre de services plus large…

Continuer la lecture de Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

La naissance de l’architecture de l’information en tant que champ est concomitante de l’ère de l’information engendrée par les techniques numériques. En d’autres mots, elle fait partie de ces approches permettant de lire et d’écrire le réseau, mais aussi de le rendre accessible et intelligible au plus grand nombre. C’est pourquoi l’architecture de l’information est au cœur de la deuxième édition de Reticulum, un cycle de rencontres interdisciplinaires entre SIC et design.

SYNOPSIS DE LA JOURNÉE

Après une première édition consacrée à l’opérabilité du concept de dispositif, les rencontres Reticulum souhaitent aborder une autre notion à l’intersection des SIC et du design : l’architecture de l’information. Si cette locution agrège deux termes complexes, on en comprend rapidement l’enjeu : il s’agit de maîtriser (ἀρχός / arkhós : celui qui gouverne) la production (τίκτω / tíktô : produire) des informations. A l’instar du « premier art » dont elle emprunte le nom, l’architecture de l’information est liée aux structures qui organisent les existences humaines : elle opère dans l’espace et le temps, conditionnant des flux virtuels, sève de la « société de l’information » (Bell 1979, Mattelart 2000).

L’expression « architecture de l’information » a été proposée par Richard Wurman en 1976. Comme pour la documentation au début du 20e siècle, elle s’est construite comme une réponse à la croissance informationnelle de son temps. Visant avant tout l’opérabilité — to make something work —, elle s’est essentiellement développée comme un champ de pratiques professionnelles, tout en cultivant une certaine réflexion théorique. Au tournant des années 2000, son positionnement est devenu fort complexe sous la pression d’une pensée plus forte du design. En effet, elle partage avec le design d’information les « relations ‫à l’espace, ‪aux signes et au sens » (Beyaert-Geslin, 2018) ; de plus, la logique d’organisation des contenus qu’elle met en œuvre se confond avec celle d’autres champs, comme l’éditorialisation (Lipsyc & Ihadjadene, 2013 ; Zacklad, 2019).

La présence de la métaphore architecturale en design et dans les différentes sciences de l’information interroge sur le périmètre et la pertinence de l’architecture de l’information. C’est dans cette perspective que nous proposons une deuxième journée Reticulum intitulée Architecture(s) de l’information, afin de la questionner à la fois en tant qu’objet et en tant que champ. Elle réunira chercheurs, étudiants et professionnels pour explorer les subtilités, potentiels et limites d’un domaine au carrefour de champs scientifiques et de pratiques de conception.

Continuer la lecture de RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : « Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs ».

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France « Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation », Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Céline Guyon est archiviste et maître de conférence associée à l’Enssib où elle co-dirige le master Archives numériques. Elle est depuis 2019 présidente de l’Association des archivistes français. Elle a publié  une série d’articles sur le concept d’archives et son renouvellement en contexte numérique dont « Le concept d’archives : d’une définition à l’autre » en 2016, « Archives, données et transformation numérique » en 2018 et « La fabrique de l’archive : le rituel de la collecte des archives » (Gazette des archives, n°253, 9-17) en 2019.

Cet article a fait l’objet d’une communication donnée lors de la 1ère séance du séminaire de recherche « Les données à mille temps« , organisé à l’Enssib  par Agnieszka Tona en juillet dernier,

Anne Both, anthropologue qui s’est immergée dans le quotidien d’un service d’archives décrit l’univers des archives comme :

« un univers à la fois prosaïque et vertigineux, dans lequel l’éternité programmée de la mission de conservation et la masse toujours exponentielle des documents se conjuguent pour peser de tout leur poids sur cette mise en ordre du temps [1]» (Both, 2017).

L’archiviste entretient en effet un rapport singulier au temps. Il est tout d’abord dans une forme d’aller-retour constant entre le présent et le passé : il a le pouvoir de faire surgir le passé dans le présent de la salle de lecture[2]. Mais également entre le passé et le futur. Car, c’est au présent que l’archiviste évalue l’intérêt des archives pour demain : on sélectionne au présent quels documents conserver pour témoigner, demain, de la société et de l’administration d’aujourd’hui. La pratique archivistique repose en effet sur l’évaluation des documents qui est définie comme :

« une fonction archivistique fondamentale visant à déterminer l’utilité administrative, l’intérêt historique et le traitement final des documents » (dictionnaire de terminologie archivistique, 2002).

L’évaluation a deux fonctions : fixer la durée (i.e. le temps) pendant lequel un producteur doit conserver ses archives et sélectionner les archives qui, à l’issue de cette durée, seront conservées à titre historique, c’est-à-dire sans limitation de temps, pour l’éternité. Il s’agit de prendre en compte, au-delà des besoins immédiats des organismes qui gèrent les archives, les besoins passés et futurs des utilisateurs.

Continuer la lecture de Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Penser l’archéologie du futur des bibliothèques avec les projets de mutualisation : le GED du Campus Condorcet et le Learning center de l’Université Paris-Saclay

Élise Lehoux est docteure en histoire de l’EHESS et conservatrice des bibliothèques. Son mémoire professionnel réalisé en 2019 sous la direction d’Évelyne Cohen dans le cadre du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib,  interrogeait les effets d’opportunité et les contraintes des projets de mutualisation de bibliothèques  : Penser les projets de mutualisation en « bibliothèques » à travers le GED du Campus Condorcet et le Learning Center de l’Université Paris-Saclay.

Pourquoi réfléchir aux projets de mutualisation de bibliothèques ?

Dans l’émission de France Culture Dans 18 ans, consacrée à « Un nouveau visage pour la France en 2037 ? », l’historienne Sophie Wahnich évoque l’imaginaire de la mutualisation comme un horizon permettant de concevoir des formes de coopération au sein de la société[1]. Cet intérêt est renforcé par la récente multiplication des études historiques dédiées aux phénomènes de mutualités du XIXe siècle. En bibliothèque, le sujet de la mutualisation est également très courant – voire de plus en plus fréquent. Parfois vécue comme une contrainte et une source vive d’angoisse, elle peut aussi offrir des possibilités de changement dont se saisissent certains établissements. Afin de mieux comprendre la forme et les conséquences de la mutualisation en bibliothèque, je me suis attachée à l’analyser dans le cadre d’un temps particulier, celui du « projet » de bibliothèque. Cette étude a été l’objet d’un mémoire d’études professionnel que doit réaliser un conservateur de bibliothèques au cours de sa formation à l’École Nationale des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib).

L’objectif de ce travail était de comprendre en quoi les projets de mutualisation de bibliothèques constituent des formes de laboratoire pour penser, rendre possible et mettre en œuvre de nouveaux services et/ou favoriser l’avènement de nouveaux métiers en bibliothèque[2]. Le terrain d’étude a été constitué par deux projets de bibliothèques, menés tous deux en Île de France, entamés il y a une dizaine d’années et avec une ouverture prévue courant 2020[3] : le Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet et le Learning Center de l’Université Paris-Saclay. Cet article vise donc à synthétiser les apports de cette étude, qui a cherché à comprendre en quoi la mutualisation représente opportunités et difficultés pour les bibliothèques, révélant les complexités auxquelles ces dernières sont confrontées depuis une dizaine d’années. L’essentiel des sources proviennent de trois corpus composés par la littérature professionnelle, la documentation interne des projets et une trentaine d’entretiens.

Continuer la lecture de Penser l’archéologie du futur des bibliothèques avec les projets de mutualisation : le GED du Campus Condorcet et le Learning center de l’Université Paris-Saclay

Elise Lehoux

Docteure en histoire (EHESS), chercheuse associée à Anhima (UMR 8210), conservatrice de bibliothèques. Ses recherches portent sur l'histoire de l'archéologie en France et en Allemagne (18e-19e siècle) et notamment les savoirs illustrés sur la mythologie classique.

More Posts - Website

Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information