Archives de catégorie : Articles

Projet de recherche Hyperotlet – Lundis numériques de l’INHA du 8 avril 2019

Projet de recherche HyperOtlet/ Project ID: ANR-17-CE38-0011

Préambule

Merci de nous accueillir aujourd’hui avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA  pour vous présenter ce projet de recherche.

N’étant pas chercheur, je vais me situer mais depuis le point de vue  du bibliothécaire, dans un rôle que le mouvement des humanités numériques a très bien défini, de pivot, d’architecte de l’information et d’interface dans un projet de recherche avec ses autres acteurs que sont le chercheur, le designer, et l’informaticien. Henri interviendra pour vous présenter la partie technique du projet.

Pour ma part, j’ai choisi de vous parler du projet HyperOtlet sous l’angle de l’histoire culturelle, dans une perspective historique, en resituant le concept émergent de documentation dans le contexte industriel de la fin du 19è siècle qui l’a vu naître. J’ai choisi cette approche pour deux raisons :

  • la 1ère, est d’expliciter la démarche, pour ne pas dire la méthode de Paul Otlet, pour mettre en place l’édifice ou l’écosystème de « l’hyperdocumentation« ,  on y revient très vite.

Pour ceux qui connaissent Paul Otlet et son oeuvre, on a beaucoup dit de ce juriste et documentaliste belge, passionné de bibliographie, né dans la seconde partie du XIXè siècle, que c’était un visionnaire et un utopiste… C’est oublié, il me semble, qu’il a d’abord été un grand bâtisseur doublé d’un travailleur acharné, à qui l’on doit la fondation de la documentation et de l’information comme disciplines scientifiques, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

  • la seconde est de replacer cette entreprise avant-gardiste majeure de l’histoire de la documentation sur une échelle macro, dans l’histoire longue de l’organisation des connaissances, de manière à pouvoir interroger les problématiques actuelles des SIC à l’aune de notre héritage, pour mieux saisir les enjeux contemporains au prisme de l’histoire qui les a précédés et construits, et appréhender les continuités, les ruptures épistémologiques.

Cette préoccupation me tient à coeur : interroger les questions de continuité ou de déviation d’un paradigme à l’autre face aux bouleversements du numérique et aux mutations de la société de l’information que nous connaissons et auxquelles nous participons et assistons parfois avec quelques inquiétudes sur son avenir… (Voir la dernière slide de la frise chrono-bibliographique ci-dessous).

Avant d’entrer dans le vif du sujet pour resituer l’oeuvre dans sa complexité culturelle, je vous présente le projet de recherche dans ses grandes lignes.

L’équipe de recherche 

Un consortium porté par 5 institutions

Avec le soutien de la TGIR Huma-Num (ESRI-CNRS) pour l’infrastructure et le stockage des données de recherche.

Une équipe pluridisciplinaire 

Une équipe de 9 personnes constituée de chercheurs, d’ingénieurs de bibliothécaires et d’archivistes :

Bertrand Müller – Directeur de recherche au CMH et porteur du projet
Olivier Le Deuff – MCF en SIC et chercheur au Laboratoire MICA
Stéphanie Manfroid – Responsable du service des archives du MUNDANEUM (Centre d’archives de la Fédération Wallonie-Bruxelles)
Catherine Muller – Conservatrice des bibliothèques, Responsable des publications de la recherche ENSSIB
Benoît Epron – Professeur associé  à la HEG de Genève  et chercheur à ELICO
Gabriel Popovici – IGE, Responsable du centre documentaire de la MSH-Paris Nord
Marianne Hérard – Anthropologue, Chargée des programmes scientifiques et de la valorisation de la MSH-Paris Nord
Arhur Perret – Doctorant en SIC- École doctorale de l’université Bordeaux Montaigne
Henri Sergent – IGE, responsable de la communication et de la valorisation du projet – CMH/CNRS

Des compétences plurielles mobilisées 

  • Des historiens spécialistes de Paul Otlet
  • Des chercheurs en sciences de l’information
  • L’expérience et l’expertise de bibliothécaires en matière d’architecture de l’information (logiciel de l’Enssib Abécédaire)
  • Le soutien des services d’appui à la recherche de la MSH-Paris Nord et de l’infrastructure d’HumaNum pour la gestion des données
  • Les archives et l’expertise documentaire du Mundaneum

Durée : 3 ans

Un nom de code hyper hyper 😉 ?

Alors pourquoi nommer ce projet, Hyper Otlet ?

Certes, c’est d’abord un clin d’œil aux liens hypertextes. Mais avant tout, il faut prendre le préfixe dans son sens étymologique grec qui signifie au-delà, dans le sens que Paul Otlet lui donne pour inventer le concept d’ « hyperdocumentation » avec cette approche nouvelle du livre augmenté qui est au cœur de son entreprise.

Pour la résumer, on pourrait reprendre une citation célèbre du philosophe Spinoza et l’appliquer au document : de même que

« L’homme n’est pas un empire dans un empire, il est une partie infime de la Nature totale et dépend des autres parties »,

le document n’est pas une unité isolée, fermée, clôturée sur elle-même, il fait partie d’un tout, dont les ramifications ne cessent de croître, et s’étendent toujours au-delà, à l’instar d’un organisme vivant.


Les enjeux de recherche  

Projet interdisciplinaire – collaboratif – et novateur.

(Project ID: ANR-17-CE38-0011)

Périmètre 

Nous nous situons dans le champ de recherche des SIC et des humanités digitales ; plus précisément, le projet répond au défi 8 de l’AAP de ANR lancé en 2017 (Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives), et de l’axe 5 (Cultures, création, patrimoines).

La singularité du projet tient à l’articulation à l’heure des humanités numériques des recherches scientifiques sur les enjeux de la documentation & du document à une dimension recherche appliquée R&D. L’objectif est de développer de nouveaux instruments de lecture et de circulation dans le corpus de recherche au sein d’un écosystème numérique « innovant » élaboré à partir de la version logicielle placée en open source de l’Abécédaire des mondes lettrés, projet d’édition numérique porté par l’Enssib sous la direction de Christian Jacob.

Corpus de recherche

Inscrit dans les sciences de l’information et le développement des Humanités numériques, le projet de recherche HyperOtlet se propose de revenir sur une œuvre avant-gardiste majeure de l’histoire de la documentation : le Traité de Documentation – Le livre sur le livre de Paul Otlet publiée à la fin de sa vie, en 1934, 10 ans avant sa mort, il a alors 66 ans. Cette publication dense et foisonnante – redécouverte par les travaux du biographe W.B. Rayward en 75 et par l’admirable documentaire de F. Lévie en 2002,  qui a été fortement médiatisée en 2015 à son entrée dans le domaine public – est une synthèse de ses travaux antérieurs qui vient couronner le travail de toute une vie. Dans ce traité que l’on pourrait aller jusqu’à qualifier de « testament »,  Paul Otlet va développer un grand nombre d’idées avant-gardistes, pour ne pas dire clairvoyantes, sur les technologies et l’organisation de l’information actuelles (par exemple le livre « téléphoté »[1] qui préfigure l’ebook, le téléphone portatif qui annonce le portable, la célèbre table de travail « qui n’est plus chargé d’aucun livre »[2] auquel se substituent écrans et téléphone qui préfigure l’ordinateur et plus largement l’anticipation du réseau Internet[3 ]) ; il y décrit également décrire l’arrivée de nouvelles formes de documentation (par exemple l’invention de la micro-fiches, le document trans-télévisé ou encore la documentation sonore téléphonée ou radio diffusée [3 ] ).

C’est également un texte fondateur en ce qu’il vise à légitimer pour la première fois dans l’histoire des régimes documentaires, la documentation et l’information comme discipline scientifique à part entière. Une oeuvre essentielle également pour comprendre la modernité de ce documentaliste et juriste belge visionnaire qui perçoit très tôt que le livre – comme forme de documentation dominante – n’est plus adaptée à la société de son époque.

«Comment publier des livres et documents répondant aux desiderata d’une documentation optimum ? »
52 LES PROBLÈMES DE LA DOCUMENTATION

Le TD lui-même ressemble moins à un livre qu’à une encyclopédie. Les nouveaux dispositifs médiatiques qu’il pressent et imagine reposent sur des combinaisons de textes, d’images et de sons, des séquences d’informations susceptibles d’être réagencées entre elles à de nombreuses reprises.

C’est la raison pour laquelle le Traité de documentation constitue un enjeu majeur de recherche en SIC pour documenter l’histoire de la documentation (notion de régime documentaire) et un enjeu majeur de notre temps pour la maîtrise de la documentation et de l’information.

***

Pour finir sur les enjeux de recherche, quelques mots rapides sur la problématique scientifique qui sera exposée par Bertrand Müller, le porteur du projet, avec Olivier Le Deuff et Arthur Perret à la  journée scientifique « Les entrepreneurs du savoir : de Paul Otlet aux nouvelles utopies numériques » organisée par le CNAM et le Mundaneum le 21 mai 2019 dans une communication sur :  « HyperOtlet, un projet en humanités digitales autour du Traité de documentation ». 

Un objet de recherche paradoxal

À la fois théorie, méthodologie et pédagogie de la documentation, le Traité de documentation est un objet paradoxal dès lors que le projet documentaire de son auteur est de dépasser le livre, de le dé-livrer de sa clôture, de désintégrer son contenu sur des fiches re-déployées dans une encyclopédie-documentaire.

Objet hybride, livre par sa reliure et sa clôture, il est aussi une accumulation de pages/fiches, une agglomération de dossiers, une collection de classeurs, un répertoire et une encyclopédie.

Nous envisageons de le traiter comme un « hyperdocument« , comme l’espace d’un dispositif de régulation d’une nouvelle technologie intellectuelle (Pascal Robert) et d’une nouvelle architecture de la connaissance : la documentation.

Comme « hyperdocument« , le TD contient en lui-même les conditions et les possibilités de sa mise en « documents », de sa « documentarisation ». Comme livre il contient la matière pour fixer une nouvelle tradition intellectuelle et éditoriale.

C’est donc dans ces tensions entre technologie, matérialité, organisation des savoirs et invention d’une tradition que le projet est placé.

Les axes de recherche 

HyperOtlet articule une recherche scientifique et appliquée, des recherches historiques et documentaires à un dispositif numérique collaboratif en élaborant un corpus augmenté autour de quatre axes.

1- un corpus augmenté  – l’hyperdocument – autour d’un livre clef de la documentation et désormais de la culture numérique: Le Traité de documentation, à partir : 

  • des potentialités de l’ouvrage et de ses découpages
  • des archives conservées au Mundaneum (ca. 1000 cartons)
  • de la documentation collectée sur la tradition documentaire impulsée par le TD : textes, documents, schémas, dessins, photographies, documents audio-visuels, notices

2 – une recontextualisation historique

  • dans l’histoire longue des « régimes documentaires »
  • dans la tradition (plus courte et récente) de la documentation et de l’information (CMH, MICA)

3- construire une communauté scientifique épistémologique en élaborant une réflexion sur les problématiques actuelles de la documentation dans les humanités numériques (MICA) et un débat épistémologique sur les enjeux actuels de la documentation numérique (« documentarité » [Pédauque] et « documentalité » [Ferraris] ) au sein d’une communauté qui pourra porter une tradition documentaire européenne (MICA, ENSSIB, Mudaneum).

4- une élaboration de nouveaux instruments de lecture, de consultation, de circulation dans les œuvres (ENSSIB, MSH-Paris Nord) développés dans un écosystème numérique innovant élaboré à partir d’un logiciel développé à l’Enssib, baptisé HyperOtlet 1.0 et complété de modules existants ou nouveaux afin de proposer une architecture complexe de l’information offrant :

  • une documentation structurée, évolutive et collaborative,
  • une grande diversité d’usages (lectures, formations, modélisations),
  • de nouvelles interactions entre des communautés diverses d’usagers (scientifiques, professionnels, amateurs, etc.) (HumaNum, MSH-Paris Nord, Mundaneum)

Objectifs de recherche

Nous souhaitons proposer une éditorialisation critique du Traité afin de replacer cette oeuvre dans sa complexité contextuelle.

Comment ? 

Par la mise à disposition à une communauté d’experts d’un nouveau dispositif numérique d’éditorialisation critique du Traité conçu et configuré sur le principe de l’hyperdocument développé par l’inventeur de ce nouveau modèle d’organisation de la connaissance. 
Hyperdocumenter, c’est-à-dire, documenter la documentation et faire entrer le document au sens large –  ici le TD envisagé sur toutes ses échelles de granularité, nous y reviendrons – dans un processus dynamique de documentation, pour ne pas dire de « redocumentarisation » pour reprendre la terminologie du collectif de recherche Pédauque[4] dans Le document à la lumière du numérique, paru en 2006.

Quel livrable ?

Nous travaillons à la production d’un prototype web, Hyperotlet1.0, qui constituera une nouvelle oeuvre éditoriale – numérique – sur l’oeuvre – imprimée, le TD – ds une sorte de mise en abyme des principes d’organisation de la connaissance énoncés dans le Traité de documentation.  En nous appuyant sur les différents niveaux de granularité en partant de l’unité textuelle de la fiche bibliographique – le « biblion » chez Otlet – nous visons à recontextualiser l’oeuvre dans sa genèse et ses prolongements historiques au sein d’une nouvelle économie de navigation et de lecture numérique. De manière à produire non seulement un texte augmenté, mais aussi un texte décomposé en documents, susceptibles d’engendrer de nouveaux enrichissements, organisations et modélisations.

Venons-en au fait, resituer cette entreprise avant-gardiste de l’histoire de la documentation dans le contexte culturel qui l’a vue naître.


Paul Otlet, un « entrepreneur » du savoir : vers une nouveau paradigme du document

HyperOtlet, hyperdocument, hyperdocumentation : on l’a vu, Paul Otlet n’a de cesse de nous dire que le document n’est pas une unité isolée, fermée, clôturée sur elle-même, il fait partie d’un tout – le livre n’en étant qu’une des parties – dont les ramifications ne cessent de croître, et s’étendent toujours au-delà.

C’est exactement ce que fut cet homme de progrès qui a toujours vu au-delà, plus loin et toujours plus grand, un homme de réseaux qui pensait à l’échelle du grand tout, du monde, « L’homme qui voulait classer le monde » ainsi que le nomme si justement Fançoise Lévie dans la biographie et le documentaire passionnant qu’elle lui consacre en 2002 et 2006 [dont vous voyez la couverture ici]. Sur sa tombe, on peut lire cette épitaphe qui lui rend magnifiquement hommage :

« Il ne fut rien, sinon mondanéen. »

Télétransportons-nous à présent en Belgique très exactement 150 ans en arrière en 1868, à l’aube de la seconde révolution industrielle, date où naît cet internationaliste, pacifiste et féru d’innovation, qui va mourir en en 1944 juste avant la fin de la 2ème Guerre Mondiale. En effet, on ne peut pas comprendre le rôle majeur qu’a joué Otlet dans la fondation de la documentation comme science et l’émergence du métier de bibliothécaire (– documentaliste) sans le replacer dans l’effervescence de son époque, le tournant du XIXe, une époque riche en idéaux et en inventions techniques et scientifiques.

Fils d’un riche industriel et sénateur belge, surnommé « le roi des tramways » (pour avoir fait fortune dans les « réseaux » ferroviaires), juriste de formation, mais peu intéressé par le monde des affaires, il se prend de passion pour la bibliographie, qu’il va partager avec son ami et aîné Henri Lafontaine avocat, pacifiste et internationaliste comme lui, (il recevra, ironie du sort, le prix Nobel de la paix en 1913 à la veille de la 1ère Guerre Mondiale).

Il faut donc se transposer dans une époque marquée par la foi du positivisme dans le progrès scientifique, les inventions techniques, qui vont de pair avec une industrialisation de l’information à l’aube de la société de l’information naissante.

On assiste en effet au début du XXe siècle à une accélération de la production documentaire, à la prolifération des supports (photographie, phonographe, téléphone, cinéma), à la diversification des formes (livre, revues, journaux, etc.). C’est dans ce contexte que Paul Otlet va créer de nouveaux instruments d’organisation des connaissances à l’avant-garde de la modernité d’abord pour les répertorier et ensuite être en capacité de répondre à la croissance exponentielle des publications.

C’est une époque aussi, ne l’oublions pas, qui fut riche en utopies autant sociales politiques qu’urbanistiques (on pense à Fourrier ou à le Corbusier), marquée par les débuts du mouvement féministe – dont La Fontaine est aussi, avec sa sœur Léonie, l’un des pionniers – et la montée de l’internationalisme pacifiste qui voit dans l’accès à la connaissance un ciment de paix entre les hommes. La bibliographie y trouve parfaitement sa place, loin d’être une simple affaire de recension pour ces deux hommes, c’est tout autant un instrument scientifique pour unifier l’ensemble du savoir mondial qu’un outil idéal pour favoriser la diffusion du savoir et la fraternité entre les peuples.

Paul Otlet apparaît donc comme un homme de progrès, il n’est pas isolé dans son époque, tout le contraire. Aux côtés de son compagnon de route Henri Lafontaine, Paul Otlet se situe ainsi au sein d’un ensemble d’acteurs et réseau de documentation international à un moment d’effervescence pour les bibliothèques et la documentation. Melvil Dewey, Eugène Morel. Tous contribuent à l’émergence du concept de la documentation et la professionnalisation d’un nouveau métier.

Malgré tout le génie personnel d’Otlet, ses idées ont pris forme à un endroit et à un moment particuliers, souvent en étroite collaboration avec ses contemporains. Les travaux d’Otlet ouvrent une fenêtre sur une lignée plus large et largement négligée de réflexions du XXe siècle sur les possibilités d’un monde en réseau.

HG Wells, écrivain britannique de science-fiction et militant social, rêvait de construire un cerveau mondial; L’Allemand Wilhelm Ostwald, chimiste lauréat du prix Nobel, aspirait à construire un nouveau et vaste «cerveau de l’humanité»; Le sculpteur excentrique Hendrik Andersen et le célèbre architecte Le Corbusier ont tous deux travaillé avec Otlet à la conception d’une ville mondiale pour abriter un nouveau gouvernement mondial doté d’un référentiel d’informations en réseau dans son épicentre.

Leurs travaux ont précédé – et préfiguré – les travaux d’innovateurs anglo-américains tels que Vannevar Bush, Douglas Engelbart, Andy van Dam, Ted Nelson et Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web. Pourtant, les contributions de ces pionniers européens ont été largement ignorées dans l’histoire conventionnelle d’Internet, qui s’est presque exclusivement concentrée sur les contributions des inventeurs anglo-américains de l’après-seconde guerre mondiale. Le travail d’Otlet et de ses contemporains nous invite à élargir nos horizons au-delà du domaine de l’informatique.

La science de la documentation : fonder « la documentologie« 

C’est dans ce contexte que Paul Otlet se situe avec ses contemporains, comme Melvil Dewey, Eugène Morel à un moment d’effervescence pour les bibliothèques et la documentation au sein d’un réseau de documentation international très actif. Non seulement pour participer à l’émergence d’une « pensée » du métier. Mais plus décisif encore à la reconnaissance de la documentation comme une discipline scientifique à part entière avec ses méthodes, son système de classification, ses concepts, sur le modèle d’organisation et de classement des sciences et techniques hérité des philosophes des Lumières et consolidé par le positivisme du 19ème : En somme une entreprise d’organisation des savoirs dont l’objectif est de fonder l’acte de naissance de la science de la documentation, ou pour reprendre la terminologie utilisée dans le TD : 

« La Bibliologie ou « Documentologie » qui sont les Sciences du Livre et de la Documentation ».

Il écrit dans le TD :

« Nous avons besoin maintenant non plus seulement de Bibliographie, description des livres, mais de Bibliologie, c’est-à-dire une science et une technique générales du document. »


L’utopie du livre universel

Classer tous les savoirs du monde dans un lieu unique et centralisé, Cette entreprise, colossale, à laquelle Otlet a voué sa vie et qui finira par le déborder, c’est, ainsi que le dit si justement Yves Alix, une entreprise née d’une utopie, celle :

« d’un unique livre, « le livre universel », constitué de tout le savoir de toutes les bibliothèques, rendu intelligible par le classement et la bibliographie, et accessible à toute la communauté, y compris à distance. Idéal d’un savoir totalement identifié, nommé, classé et maîtrisé, le rêve babélien de la bibliothèque unique et universelle.»

A cette question qui obsède le documentaliste, comment répertorier tous les savoirs du monde ? Paul Otlet apportera 4 réponses majeures, c’est ce que j’ai appelé « la méthode Otlet ».

  • Comment classer, organiser, identifier tous les savoirs du monde ?

Par l’élaboration d’un système de classification, la CDU largement inspirée de la classification Dewey contemporaine de son temps, qui s’accompagne de la création d’un Office international de bibliographie (OIB) fondé en 1895 à Bruxelles et dont la vocation est de faire reconnaître l’information comme discipline scientifique. [Voir schéma : Visualisation graphique CDU]

  • Comment et où en garder la trace ?

Par la création d’un « Répertoire bibliographique universel » (RBU) dont le but n’est rien de moins que de :

« cataloguer intégralement la production bibliographique de tous les temps, de tous les lieux, sur toutes matières et tous supports ».

Un gigantesque et novateur répertoire que l’on peut considérer comme un ancêtre de Google ou Wikipédia à l’époque du papier, préparant ainsi l’avènement d’un réseau d’information mondialisé. [Voir Illustration : comment Otlet envisageait les mécanismes de télétransmission] En 1897, 3 ans après sa création le Répertoire comprend déjà un 1,5 million de fiches ! C’est l’acte de naissance de la petite fiche bibliographique que certains d’entre nous ont connu dans leur enfance… ;-), autrement dit en anglais les « data records » qui assurent la structuration des métadonnées. [Voir Illustration : le travail de constitution du RBU et le répertoire qui a été conservé].

  • Comment fonder les règles de la science de la documentation, et du document ?

Par un Traité de documentation !

  • Comment exposer, partager toutes les connaissances de l’humanité, mettre en réseau et relier tous les citoyens de la planète ?

Par l’inauguration Palais mondial en 1920 qui prendra plus tard le nom de le Mundaneum, une sorte de musée mondial du livre dont l’ambition est de réunir dans un même lieu toutes les connaissances du monde et ce sous toutes ses formes (livres, affiches, journaux venant du monde entier…) et à les classer selon le système de Classification Décimale Universelle (CDU).


Que reste-t-il de cette œuvre titanesque ? 

 

« Ce livre, commencé par un clair matin, s’achève précipitamment un soir aux ombres déjà lourdes […] Je le souhaite aux mains de mon petit-fils, l’autre génération. Ne pouvant en remettre le sort à mes compatriotes, je le confie à mes amis de toutes les nations : Décimalistes, Documentalistes, Humanistes, Mundanéistes ! »

Au moment où Otlet écrit ces lignes, il vient d’achever le TD, nous sommes en 1934, le Palais mondial est fermé sur ordre du gouvernement belge. En 1941, sous l’Occupation les collections du Mundaneum sont démantelées. Le vieil homme consacrera ses dernières forces à la création d’un « Otletaneum », fondation vouée à sa propre mémoire et répertoriant tous ses papiers personnels, brouillons et jeux d’épreuves compris. D’universel qu’il était à l’origine, son projet s’est réduit à bien peu de chose.

Après cette plongée dans l’histoire, retour au 21è siècle !

Tombé dans l’oubli durant près d’un demi-siècle, méprisé par ses contemporains à la fin de sa vie pour ses rêves de grandeur, l’héritage de Paul Otlet, va connaître un regain d’intérêt dans les années 90 où on redécouvre le génie visionnaire, avec lequel il avait anticipé les temps modernes de l’information, telle que nous la connaissons et pratiquons aujourd’hui. Au point qu’on voit à présent en lui le précurseur, pour ne pas dire le père de Google, Wikipedia, Gallica. (Allez comprendre les caprices de la notoriété posthume) …


Le Mundaneum « ressuscité » : réouverture en 1992…58 ans après la fermeture du Palais mondial en 1934

En 92, le Mundaneum renaît de ses cendres après moult tribulations et déménagements grâce à la ville de Mons (à proximité de Bruxelles) qui accueille ce qu’il reste des collections et du répertoire bibliographique. Aujourd’hui, le Mundaneum est un centre d’archives composés de collections documentaires telles que la presse, les affiches, les cartes postales ou encore des plaques de verre. En 98 il ouvre au public et retrouve son âme grâce à la scénographie de la salle d’exposition réalisée par les François Schuiten et Benoît Peeters dont l’univers surréel est à la mesure de ce projet titanesque. [Voir photos du Mundaneum de Mons ainsi que les illustrations des dessinateurs belges].


Qu’est-ce qu’on cherche ? Revisiter le Traité et son architecture de l’information

Retour sur le prototype de recherche et son architecture technique

Éditorialiser le TD

Dispositif de « livre augmenté » à partir du Traité de documentation, enrichi d’une documentation critique et illustré par les archives du Mundaneum.

Repenser le livre à l’heure des DH

  • Clôture
  • Navigation
  • Granularité
  • Lecture/écriture

Le TD se présente sous la forme d’un livre sur le livre fini et « fermé » semblable à une encyclopédie composée de plusieurs entrées organisées selon une architecture permettant, non seulement un niveau de granularité très fin, mais également un accès facilité à l’information.
Déjà, en 1911 dans L’Avenir du livre et de la bibliographie (page 291) Otlet postulait que :

«La division arbitraire en lignes et pages du livre dans son format actuel ne correspond pas à la présentation des idées. »

Le Traité de documentation n’échappe pas à ce constat, en tant que livre (assez dense) sa lecture linéaire n’est pas des plus aisée. C’est pourquoi notre projet vise à permettre l’élaboration de nouveaux instruments de lecture, de consultation, de circulation dans l’œuvre de Paul Otlet. Paul Otlet a rédigé l’essentiel de ce livre à partir de fiches, de ses cours ou travaux précédents. 

«La circulation de de la fiche permet la mise en présence de ces mondes, elle est comme système – une forme puissante de mise en ordre du monde.»
Delphine Gardey « Classer de l’archive à l’action » 2012

La réponse se trouve dans le TD lui-même qui contient déjà les possibilités de sa mise en « documents », ou « documentarisation » des différentes unités intellectuelles qui le composent.

Extrait de l’entrée 412.6 du TD

412.6 le système de fiches ou feuilles et le système des livres, fascicules ou registres. : La disposition sous forme de feuilles ou fiches mobiles qui ne soient pas fixées par brochage ou reliure, permet d’obtenir les avantages des trois principes suivants : 

a) Principe de la monographie. Chaque élément intellectuel d’un livre est (après avoir été sectionné de l’ensemble du texte) incorporé en un élément matériel correspondant. 

b) Principe de la continuité et de la pluralité d’élaboration. Alors qu’un livre est élaboré intellectuellement par un seul ou par quelques collaborateurs et arrêté après achèvement, les fiches permettent d’y travailler à un nombre illimité de personnes ; il ne doit jamais être tenu pour achevé. 

c) Principe de la multiplication des données. Pour faire figurer les diverses données sous les divers ordres de classement (par exemple les ordres idéologiques, géographiques, chronologiques, etc.), on en multiplie les fiches. 

  1. — Les fiches ou feuillets s’organisent en Répertoires, disposés en Fichiers ou Classeurs, avec disposition verticale avec l’intermédiaire de fiches divisionnaires ou de dossiers. 
  1. — La Classification décimale exprime des classes dans un ordre relatif et non dans l’ordre absolu de nombres consécutifs. Elle fait fonction de pagination pour les Fichiers et Classeurs. 6. Deux méthodes générales sont en présence : fiches (feuilles) ou livres (registres). La première repose sur la mobilité des éléments composés, la seconde sur leur fixité. En combinant le système des fiches et feuilles avec le principe monographique, on obtient une coïncidence parfaite dans le document entre l’unité intellectuelle et l’unité physique du support écrit, entre le sectionnement de la pensée et les sections du livre dans le concret. 

La vision d’Otlet s’inscrit dans une logique d’organisation qui dépasse le livre seul : il envisage une granularité qui va du point ou la lettre (« le biblion ») à une organisation universelle mondiale. 

Cette architecture de l’information permet une composition (synthèse) avec le livre, mais aussi une décomposition (analyse) du livre.

@mundaneum L’Organisation Mondiale de la Documentation. Encyclopedia Universalis Mundaneum n°8438

 


Un nouveau dispositif numérique : un outil d’édition scientifique critique

Transformer le TD en hyperdocument

  • Produire un texte augmenté par l’enrichissement apporté par une communauté d’experts, et un texte décomposé en documents

  • Reproduire le modèle conceptuel du document selon Otlet et l’appliquer au TD lui-même dans une architecture modulaire & interopérable

HyperOtlet et le découpage qu’il propose s’inscrivent dans ce modèle conceptuel. 

La mise en place de ce nouvel instrument de lecture passe par la réutilisation des idées de Paul Otlet et de ses écrits : livre en fiches, table de travail, connaissances liées.

Schéma d’organisation du prototype HyperOtlet1.0

 

Comment ? 

  • En se basant sur la version crowdsourcée disponible sur wikisource au format numérique (fac-similé, ebook, txt). 

  • En découpant le contenu selon la classification faite par Otlet avec une expression régulière en Python nous obtenons 641 fiches, une par entrée, soit autant d’ « unités intellectuelles ».
Exemple de décomposition du TD en arbre

 

 

 

Pourquoi ? 

  • Redocumentariser le TD dans le prolongement de son auteur visionnaire, dépasse le livre « fermé et fini ». 

  • Le découpage en fiches facilite de nombreux traitements algorithmiques : automatisés : reconnaissance des entités nommées (toponymes, patronymes, dates) (OpenNER project or Stanford NER tagger).

  • Permettre une annotation scientifique par l’équipe du projet et des membres d’une communauté épistémologique. Leurs commentaires comme des nœuds attenants à HyperOtlet. Un chercheur pourra ainsi commenter une entrée du TD

  • Utiliser le web de données liées pour recontextualiser le TD dans l’histoire longue des régimes du savoir en réalisant des liens avec d’autres entrepôts de données : documentation récoltée et centralisée dans un entrepôt OAI-PMH.

Par exemple relier une entrée du Traité de Documentation à une autre oeuvre de Paul Otlet (L’avenir du livre et de la Bibliographie, 1911).

Pour quel public ? 

Les publics visés par ce nouvel instrument de lecture, 

  • Chercheurs (construction d’une communauté épistémologique)
  • Profs et élèves en SIC et SIB
  • Publics du Mundaneum et curieux qui souhaitent explorer le TD.

Nos Outils 

Pour ce faire nous nous appuyons sur les infrastructures et outils numériques mis en place par la TGIR Humanum :

Ces infrastructures présentent l’avantage de fournir « clef en main » des services numériques pérennes et interopérables pour la recherche en SHS. 

Pour les traitements textuels, nous nous appuyons sur des bibliothèques Python ouvertes (nltk pour la textométrie, des expressions régulières (RE)  pour le découpage du Traité en fiches d’après la classification mise en place par Paul Otlet).

Le déroulement du projet

  • Mise en place d’un cahier des charges : convocations d’experts dans les humanités numériques.

  • Le livrable envisagé : une interface web basée sur le logiciel de l’Abécédaire des mondes lettrés, permettant une navigation ouverte dans le TD comme dans les contenus éditorialisés par notre équipe scientifique, stockées dans l’entrepôt de données http://hyperotlet-collections.huma-num.fr moissonable à terme par le protocole OAI-PMH (Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting) qui est un protocole d’échange de métadonnées.

Pour aller plus loin

Présentation du projet de recherche sur le site Enssib 

Carnet de recherche HyperOtlet

Bibliographie sommaire précédée d’une frise biblio-chronologique

« A la genèse de la Société de l’Information – Google Arts & Culture ». 2018. Google Cultural Institute. Consulté le 20 octobre.
https://artsandculture.google.com/exhibit/a-la-gen%C3%A8se-de-la-soci%C3%A9t%C3%A9-de-l-information/QQ8iak0D.

Alix, Yves. 2007. « L’homme qui voulait classer le monde ». Bulletin des Bibliothèques de Francehttp://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2007-02-0125-003.

Bibliographie Paul Otlet et la bibliologie. Colloque organisée par l’AIB à l’ULB en 2010. Consulté le 2 avril. http://www.aib.ulb.ac.be/otlet/.

Buckland, Michael. Paul Otlet Bibliography.  UC Berkeley School of Information.
http://people.ischool.berkeley.edu/~buckland/otletbib.html

Ducheyne, Steffen. 2009. « “To treat of the world”: Paul Otlet’s ontology and epistemology and the circle of knowledge ». Journal of Documentation 65 (2): 223‑44.

Fuëg, Jean-François. 2003. « Ordo ab chaos : Classer est la plus haute opération de l’esprit ». Transnational Associations Journal, nᵒ 1-2 : 29‑35. 
https://uia.org/sites/uia.org/files/journals/Transnational_Associations_Journal_2003-1-2_0.pdf.

Gillen, Jacques, éd. 2010. Paul Otlet : fondateur du Mundaneum : 1868-1944 : architecte du savoir, artisan de paix. Bruxelles, Belgique : Les Impressions nouvelles.

« Le belge qui a rêvé Internet ». 2018. France Culture. Consulté le 20 octobre.
https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/le-belge-qui-reve-internet.

Levie, Françoise. 2006. L’homme qui voulait classer le monde. Réflexions faites. Bruxelles : les Impressions nouvelles.

Levie, Françoise et Benoît Peeters. 2002. « The man who wanted to classify the world = L’homme qui voulait classer le monde = De man die de wereld in kaart wou brengen ». Memento Productions.

Manfroid, Stéphanie. 2012. « Innover ou anticiper ». Bulletin des Bibliothèques de France. http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-01-0006-001.

Otlet, Paul. 1934. Traité de documentation. Le livre sur le livre, théorie et pratique. Bruxelles, Belgique : Palais mondial.

Otlet, Paul, Benoît Peeters, Sylvie Fayet-Scribe, et Alex Wright. 2015. Le livre sur le livre : traité de documentation. Bruxelles, Belgique : Les Impressions nouvelles, DL 2015.

« Paul Otlet : le visionnaire de la bibliologie – Textes extrait du Traité de documentation – Le livre sur le livre ». 1988. Communication & Langages 78 (1): 92‑110. doi:10.3406/colan.1988.1075.

« Paul Otlet, l’homme qui inventa le Google de papier ». 2013. InaGlobalhttps://www.inaglobal.fr/histoire/article/paul-otlet-l-homme-qui-inventa-le-google-de-papier-8480.

Paul Otlet – Savoirs CDI. 2018. Consulté le 20 octobre. http://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/index.php?id=524.

Peeters, Benoît. 2012. « Paul Otlet. Le bibliographe rêveur ». Revue de la BNF 42 (3): 5‑12. https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2012-3-page-5.htm.

Rayward, W. Boyd. 1975. « The Universe of Information: the Work of Paul Otlet for Documentation and International Organisation ». 
https://www.ideals.illinois.edu/handle/2142/651.

Rayward W. Boyd and Van den Heuvel Charles. « Visualizing the Organization and Dissemination of Knowledge: Paul Otlet’s Sketches in the Mundaneum, Mons ». 2018. Envisioning a Path to the Future. Consulté le 20 octobre. 
https://informationvisualization.typepad.com/sigvis/2005/07/visualizations_.html.

Rayward W. Boyd and Van Veelen Ijsbrand. 1998. Documentaire réalisé pour la télévision néerlandaise : « Alle kennis van de wereld ».
https://ia802305.us.archive.org/28/items/paulotlet/dutchfilm_512kb.mp4

Robert, Pascal. 2018. « Le biblion et les substituts du livre – Théorie et pratique du dépassement du livre chez Paul Otlet ». Communication & Langages 184 (2):3-23. Consulté le 2 novembre. https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2015-2-page-3.htm .

Simioni Olivier et Aymonin David. 2010. « Bibliothèque et utopie  : Comment classer le monde… ». Conférence organisée par l’EPFL dans le cadre du Cycle de conférences et de lectures consacrées à l’Utopie à la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.
 https://infoscience.epfl.ch/record/161544/.

Slavic Aida, Akdag Salah Almila et Davies Sylvie. 2013. Classification & visualization: interfaces to knowledge proceedings of the International UDC.  Seminar 24-25 October 2013, The Hague, The Netherlands, organized by UDC Consortium, The Hague. Würzburg: Ergon.

Stanescu, Chantal. 2010. « Paul Otlet et la bibliologie ». Bulletin des Bibliothèques de Francehttp://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0088-007.

Van Acker, Wouter. 2011. « Universalism as utopia: a historical study of the schemes and schemas of Paul Otlet (1868-1944) ». Dissertation, Ghent University. http://hdl.handle.net/1854/LU-1942681.

Wright, Alex. 2014. Cataloging the world: Paul Otlet and the birth of the information age. Oxford, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord: Oxford University Press.


Notes bibliographiques

[1] « On peut imaginer le télescope électrique, permettant de lire chez soi des livres exposés dans la salle « teleg » des grandes bibliothèques, aux pages demandées d’avance. Ce sera le livre téléphoté ». 243 LE LIVRE ET LEDOCUMENT- 243.54 Applications faites ou à envisager.

[2] « Ici, la Table de Travail n’est plus chargée d’aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas, au loin, dans un édifice immense, sont tous les livres et tous les renseignements, avec tout l’espace que requiert leur enregistrement et leur manutention, […] De là, on fait apparaître sur l’écran la page à lire pour connaître la question posée par téléphone avec ou sans fil. Un écran serait double, quadruple ou décuple s’il s’agissait de multiplier les textes et les documents à confronter simultanément ; il y aurait un haut-parleur si la vue devrait être aidée par une audition ». 52 LES PROBLÈMES DE LA DOCUMENTATION

[3]  Documentation et télécommunication : Schémas 1 et 2

@mundaneum- Documentation et télécommunication -1.
@mundaneum- Documentation et télécommunication -2.

[4] Roger T. Pedauque, 2006. Le document à la lumière du numérique, C&F éditions. Dans le processus de « redocumentarisation du monde », tout document doit être intégré dans un système documentaire qui permet de le retrouver, l’exploiter, le classer, et in fine servir de support à l’extraction de connaissances.

Interopérable, modulaire et multiforme : l’âge d’or de l’édition numérique ? Démonstration par une démarche performative

Antoine Fauchié est enseignant au département Information-communication de l’IUT2 de Grenoble, intervenant dans différentes formations universitaires et spécialiste indépendant du livre numérique. Ses publications récentes sont : « Markdown Comme Condition d’une Norme de l’écriture Numérique » dans le sixième numéro de la revue Réél – Virtuel, et « Repenser les chaînes de publication par l’intégration des pratiques du développement logiciel » dans le huitième numéro de la revue Sciences du Design co-écrit avec Thomas Parisot. Une liste plus complète de ses publications et interventions est disponible sur son site : https://www.quaternum.net/publications/.

Le mémoire d’Antoine Fauchié, Vers un système de publication modulaire : éditer avec le numérique, est consultable en ligne : https://memoire.quaternum.net. Les sources du mémoire sont également disponibles en ligne :https://gitlab.com/antoinentl/systeme-modulaire-de-publication/


Vers un système de publication modulaire : éditer avec le numérique
 est un travail de recherche réalisé dans le cadre d’un Master. Outre la spécificité du parcours universitaire[1] dans lequel il s’inscrit, l’originalité de ce mémoire est d’appliquer les principes qui y sont exposés : interopérabilité, modularité et multiformité.

Plutôt que de résumer ici ce texte, nous nous proposons d’évoquer un article co-écrit avec Thomas Parisot qui est un condensé d’une partie du mémoire [Fauchié et Parisot, 2018]. Ainsi nous notons que les univers du livre et le domaine du développement logiciel ont des points de rencontre, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Plusieurs méthodes et outils issus du développement web sont à l’œuvre dans divers projets de livres imprimés ou numériques – plus longuement analysés dans le mémoire –, proposant de nouvelles approches et de nouvelles pratiques d’édition et de design.

Le numérique est utilisé comme mode de conception et de production, et non plus uniquement comme un outil monolithique dont le fonctionnement est caché ou dont les façons de faire sont imposées. Les étapes du processus d’édition doivent être analysées à nouveau, c’est ce que nous nous proposons de réaliser avec Thomas Parisot :

 

« Quelles sont les influences des méthodes et des outils du développement web sur les chaînes de publication des livres ?« 

Cet article fait partie du huitième numéro de la revue Sciences du design dont la thématique est « Éditions numériques » : notre panorama, certes bref, est particulièrement utile pour comprendre comment l’édition est bouleversée dans ses modes de fonctionnement, et à quel point l’influence du développement web peut être une formidable opportunité.
Continuer la lecture de Interopérable, modulaire et multiforme : l’âge d’or de l’édition numérique ? Démonstration par une démarche performative

Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d’Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales de son Université et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

 

En juin 2018, un projet d’e-manuel porté par Couperin, l’UVSQ Paris-Saclay et Numérique Premium a été récompensé lors de l’Appel à manifestation d’intérêt de la MIPNES (mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur).

Nous nous proposons de présenter la genèse de ce projet, dont les implications concernent aussi bien la production éditoriale, le rôle des services de documentation et la structuration du financement. Il illustre par ailleurs pratiquement en quoi l’open access est susceptible de lever des freins, à la fois éditoriaux et pédagogiques, pour les ORE (« Open educational ressources »).

L’absence de manuels numériques à destination du public de licence

L’édition privée d’ouvrages à destination d’un public de niveau licence rechigne à mettre à disposition ses ouvrages, et quand ils sont distribués sous forme numérique, il s’agit fréquemment d’anciennes éditions. Les éditions enrichies (site web dédié, matériels d’accompagnement, support audio ou sonores) créées par les éditeurs privés ne sont pas diffusées en collectivité. Ce sujet mobilise de longue date la communauté universitaire.

On citera le récent rapport de l’IGB (« Inspection générale des bibliothèques ») rédigé par M. Olivier Caudron : « L’offre de livres numériques de niveau Licence est, on l’a vu, dispersée sur différentes plates-formes, d’éditeur ou d’agrégateur, plates-formes hétérogènes qui s’avèrent de surcroît, pour certaines, difficiles d’usage, malcommodes, peu ergonomiques, « datées » ».

De surcroît, « l’offre éditoriale peut par ailleurs être considérée aujourd’hui comme en situation de concurrence avec la production des UNT, dont un récent rapport de l’IGAENR préconise du reste la systématisation de la mission en matière de ressources pour le niveau Licence. Le Comité d’orientation du numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche (CODORNUM) a décidé de « l’accélération de la production de ressources numériques ». Quelles relations, ou pas, entre ces deux offres ? Va-t-on vers une nouvelle offre de services des éditeurs privés, qui constituerait une plus-value, ou vers un modèle partenarial, ou bien encore vers une « désintermédiation » croissante des ressources pédagogiques numériques ? ».

Le consortium Couperin mène une veille sur ce secteur éditorial afin d’enrichir l’offre de manuels, à la demande de ses membres. Une récente enquête menée par la cellule ebooks du consortium montre que 58% des établissements pointent l’absence de disponibilité des titres désirés.

L’absence de manuels fait également l’objet de plaintes : « Malgré l’enrichissement des offres sur ce segment au cours des dernières années, 14 établissements font encore porter leur demande sur des manuels en français. Par ailleurs, parmi tous les éditeurs nommément cités, il est remarquable que pour beaucoup une offre existe déjà. Nous pouvons donc nous interroger sur ces demandes. Est-ce une méconnaissance des collègues sur les e-books d’ores et déjà disponibles ? Ou bien, l’offre déjà existante de ces éditeurs ne répond-elle pas aux attentes des établissements ? Pour cette deuxième raison, des hypothèses peuvent être formulées : absence de certains titres, notamment des éditions récentes, absence d’une offre au titre à titre, absence des titres auprès des fournisseurs retenus par les établissements ».

La liste des éditeurs demandée par les bibliothèques, en annexe de cette étude, est d’ailleurs exclusivement francophone et connue pour leurs collections destinées à un public de licence.

Il faut enfin souligner les conséquences de la faible présence de documentation électronique à destination des étudiants de licence : moindre sensibilisation à la documentation électronique dans les premiers cycles alors qu’elle est massivement utilisée dès le Master, rupture des usages entre les publics, ignorance des fonctionnalités liées à ce support dans la communauté éducative et de ses apports pédagogiques.

Cette situation vaut également à l’étranger. La faiblesse structurelle de l’offre est traditionnellement imputée à :

  • une crainte de cannibalisation des ventes papier en cas de mise à disposition en collectivité ;
  • l’absence de visibilité pour son financement pour les éditeurs ;
  • l’hétérogénéité de la prescription de manuels par les enseignants.

Aux États-Unis, plusieurs initiatives de mise en ligne d’ouvrages ont été recensées[1]. Dans ce pays, la question des textbooks et de leur coût est particulièrement sensible, en raison de leur lien avec la réussite étudiante et la précarisation de cette population.

Plusieurs initiatives ont été mises en place, certaines provenant d’universités, d’autres de société savantes. Le réseau « Open textbook initiative » coordonne ces différentes actions: « The Open Textbook Network is a diverse community of higher education institutions that promote access, affordability, and student success through the use of open textbooks. Open textbooks are funded, published, and licensed to be freely used, adapted, and distributed.[2] »

Il s’agit ordinairement du fichier d’un manuel imprimé sous format PDF ou Epub. On pourra utilement consulter l’enquête sur l’utilisation des texbooks en open access initiée par l’Alabama Commission on Higher Education et la Jefferson State Community College pour avoir une idée de la situation et des enjeux aux États-Unis, où les consortia de bibliothèques se montrent très concernés par la question et mènent des actions structurantes au niveau des États.

Au Royaume-Uni, le JISC a portéun vaste programme nommé NeBO (« National E-Books Observatory Project »), dont des volets a consisté en l’achat, pour 690 000 £, de 36 manuels numériques accessibles dans plus d’une centaine d’établissements du Royaume-Uni[3].

Continuer la lecture de Le portail et l’open access : futur du manuel enrichi ? Un nouveau média au service de l’innovation pédagogique

Sébastien Respingue-Perrin

Sébastien Respingue-Perrin est conservateur des bibliothèques. Il est Directeur-adjoint de la Bibliothèque universitaire d'Evry, chargé de mission en charge de la Direction de la Recherche et relations internationales et responsable de la Cellule ebooks de Couperin.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Le Centre Mersenne : une infrastructure de publication scientifique en LaTeX – Entretien avec Thierry Bouche et Célia Vaudaine

Thierry Bouche est enseignant-chercheur de mathématiques à l’institut Fourier (université Grenoble Alpes), directeur de la Cellule Mathdoc. Il est responsable depuis l’an 2000 de plusieurs projets dans le domaine des bibliothèques numériques ou de l’édition en ligne. Thierry Bouche est également rédacteur en chef des Cahiers GUTenberg. Président du comité «Publication and electronic dissemination» de la société mathématique européenne.

Célia Vaudaine est responsable opérationnelle du centre Mersenne. Elle dispose d’une expérience de 10 ans dans le domaine de l’édition.

Le lancement du Centre Mersenne a fait également fait l’objet d’une communication dans la conférence internationale ELPUB 2018 intitulée The Launch of Centre Mersenne, a Technical Infrastructure to Support the Move Towards Diamond Open Access.  Nous remercions vivement Thierry Bouche et Célia Vaudaine pour nous avoir accordé cet entretien.

Pouvez-vous présenter brièvement le Centre Mersenne ? Quelles sont ses missions ?

Le projet est de créer une infrastructure de publication scientifique pour des structures éditoriales publiant en LaTeX et engagées dans le libre accès « diamant » (aucun frais d’abonnement pour le lecteur, aucun frais de publication pour les auteurs).

Le centre Mersenne développe, maintient ou adapte une plateforme de diffusion et une série d’outils permettant à une équipe éditoriale de gérer ses flux éditoriaux de la soumission à la publication des volumes.

L’objectif de base est de pouvoir rendre les services qu’une revue trouverait chez un éditeur commercial, donc d’offrir une alternative publique à ce type de solution.

Le Centre Mersenne résulte d’une démarche de co-construction impliquant plusieurs acteurs. Qui sont ces acteurs ? Quels sont leurs objectifs et motivations ? Et enfin, qui a été à l’origine du projet?

Les acteurs impliqués sont les suivants :

  • La Cellule Mathdoc est une unité mixte de service qui dépend de deux tutelles : l’Institut national des sciences mathématiques et leurs interactions (INSMI) du CNRS et l‘université Grenoble Alpes (UGA). Mathdoc s’appuie sur l’expérience acquise dans la conduite de Numdam (bibliothèque numérique française pour les mathématiques) et Cedram (plateforme de diffusion de revues mathématiques, dont le centre Mersenne peut être vu comme un changement d’échelle, tant en terme de couverture disciplinaire que de nombre de services).

  • L’INSMI a beaucoup œuvré ces dernières années pour inciter les revues académiques de mathématiques à passer en libre accès, et soutenir les petites structures éditoriales pour leur permettre de conserver leur indépendance tout en ayant un bon niveau technique. Ce soutien s’est traduit par la fourniture de services dans le cadre du Cedram, puis la volonté de changer d’échelle a conduit au centre Mersenne.

  • L’Université Grenoble Alpes (UGA) a pour objectif de créer avec UGA édition un pôle éditorial d’envergure, couvrant tous les champs scientifiques. Ce projet a reçu un financement dans le cadre de l’IDEX de Grenoble. C’est dans ce contexte que le centre Mersenne a bénéficié de moyens, essentiellement humains, permettant un démarrage effectif cette année.

Plus généralement, de nombreuses discussions au sein de la communauté scientifique, et en particulier mathématique ont permis de calibrer les ambitions du projet. C’est Christoph Sorger, lorsqu’il était directeur de l’INSMI, qui a provoqué des réunions des acteurs de l’édition de maths en France. Ces discussions ont permis de dégager les grandes lignes du projet.

L’objectif est de démontrer qu’il est possible de réaliser une édition de qualité dans un contexte public, avec un soutien des institutions concernées permettant de lever les barrières économiques. Les motivations sont certainement assez variées parmi les acteurs.

Continuer la lecture de Le Centre Mersenne : une infrastructure de publication scientifique en LaTeX – Entretien avec Thierry Bouche et Célia Vaudaine

« Revisiter le patrimoine en bibliothèque : valorisation, médiation et démocratisation » : Compte-rendu de la journée d’étude

Camille Besse, suite à l’obtention du Bachelor of Science HES-SO en Information documentaire (2015) et le DAS Communication digitale, expertise web et réseaux sociaux à l’université de Genève (2017), est actuellement étudiante en M2, Technologies numériques appliquées à l’histoire (École nationale des Chartes).

Cette journée d’étude, co-organisée par Médiadix (CRFCB) et URFIST de Paris s’est déroulée le 14 décembre 2018 à Médiadix, Pôle métiers du livre, Saint-Cloud.

La parole est aux intervenants

Claire Haquet (Bibliothèques de Nancy) introduit la journée devant un auditoire comble

Retour sur le titre de cette journée d’étude : sur le plan professionnel, on est souvent confronté à une revisite de notre métier. Comment éviter certains écueils de la valorisation face à un public finalement néophyte, comment ne pas tomber dans un rôle condescendant envers les communautés, comment transmettre efficacement ce patrimoine ?

Par ailleurs, à l’instar des musées et comme l’évoquaient les journées Bibliopat des 22-23 novembre 2018, il serait bon que les bibliothèques patrimoniales arrêtent de s’interroger sur leur intérêt social. La tenue de cette journée et le nombre de participants attestent en tous les cas que les professionnels s’intéressent à cette problématique.

L’exemple de la fête du Saint-Nicolas de Nancy (100-150 000 visiteurs) à la bibliothèque Stanislas : après une première tentative infructueuse de participer à l’événement, puzzles, coloriages et livres jeunesses issus des collections ont réconcilié le public jeunesse avec les collections patrimoniales, un véritable moment de revisite du patrimoine. Il faut faire l’effort de décentrer son regard et rechercher ce nouveau rapport entre les lieux, les gens et les collections

Suggestion de trouver quatre moments dans cette journée : réassurance (« J’ai toujours pensé ça ! »), déstabilisation (« Non, ils n’ont pas osé faire ça ! »), révélation (« Je n’y ai jamais pensé, mais c’est la solution !»), et décision (« Demain, je fais ça ! »), le point sera fait en fin de journée puisque Claire Haquet interviendra également en toute dernière partie.

Documenter, communiquer, médiatiser les bibliothèques numériques, par Tiphaine-Cécile Foucher (BNF)

Dans notre monde très concurrentiel où l’argent reste indispensable :

    • Documenter : une action chronophage, mais facile
    • Communiquer : un mot facile, mais dans les faits très complexes
    • Médiatiser : dans 90 % des cas, de la chance.

Complémentarité du physique et du numérique

C’est important de proposer un accès distant aux ressources, pouvoir proposer d’autres paradigmes de recherche à ses utilisateurs.

La bibliothèque propose une expérience utilisateur différente de celle connectée. Internet permet d’accéder aux contenus sans jugement ; il offre la possibilité de transformer les textes,  d’annoter et de lire.

Être bibliothécaire c’est aussi disposer de données organisées et de formats normalisés, ne pas hésiter à utiliser ce savoir et à le faire savoir.

Continuer la lecture de « Revisiter le patrimoine en bibliothèque : valorisation, médiation et démocratisation » : Compte-rendu de la journée d’étude

Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Membre d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales, ingénieur spécialisé en stratégies d’innovation et en politiques numériques, Johann Holland est le directeur du pôle numérique du Campus Condorcet. Sa mission actuelle au sein de l’EPCS lui permet de mettre à profit et de développer, dans un contexte de gouvernance partagée et de mutualisation de ressources, les compétences qu’il a pu acquérir au préalable en participant à différents projets ou missions de conseil. Son expérience auprès des institutions publiques européennes (Europeana à travers les projets CASPAR et Athena) ou nationales (le CNRS, l’INA, l’IRI du Centre Georges Pompidou), ainsi qu’au service d’entreprises privées (Orange, EDF R&D) l’ont rendu familier des problématiques d’usages et d’accompagnement du changement, d’innovation permanente, d’ingénierie numérique et de transfert de technologies.

Cette publication est issue d’une présentation faite le 16 octobre 2018 à l’ADEMEC, l’Association des Diplômés et des Étudiants de Master de l’École des Chartes.

Préambule

Objectif :

    • Présenter ma compréhension du champ professionnel des  « humanités numériques »
    • Partager des repères pour vous aider à vous situer 

De quelques idées reçues : 😯

    • Les « humanités numériques », ce n’est qu’un slogan
    • Les Humanités numériques, ce n’est pas très organisé
    • Le chercheur, il sait ; le technicien, il fait
    • L’ingénieur « couteau-suisse »
    • L’inévitable évolution des métiers

…. Essayons de tordre le cou ou de nuancer ces idées reçues !

Les « Humanités numériques », ce n’est qu’un slogan !

C’est un slogan, en effet :

  • Pratique comme tout mot-valise tendance
  • A utiliser pour se situer, avec des pincettes
  • Humaniste numérique : pas un métier, mais une disposition

Sauf que quelque chose existe :

  • Réalité des pratiques et des échanges
  • Une communauté qui se nomme et se reconnaît
  • Constat de la « révolution » qui est en cours

Mais c’est fragile, il faut agir :

    • Money-time avec les GAFAM
    • GT d’Humanistica
    • Liste [DH], liste [accesouvert]

… Soyons acteurs plutôt que spectateurs !

Continuer la lecture de Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Mise au point : Internet n’est pas un espace lisse

Ancien élève du département Communication de l’Université Rennes 2 et de l’Institut d’Études Politiques de Rennes, Meven Marchand Guidevay construit actuellement un projet de thèse en Sciences de l’Information et de la Communication. Ses recherches sont tournées vers les recompositions de nos modes de relations induites par le développement des plateformes. Son mémoire de Master 2 en SIC, soutenu en 2018 à l’université Rennes 2 sous la direction de Didier Chauvin, État, plateforme et cybernétique – Fragments philosophiques sur le devenir cybernétique des appareils de gouvernements, est disponible en ligne. »

Mention Cet article a été publié sur Medium le 10 novembre 2018.

Nous devons beaucoup à Pierre Musso pour son travail généalogique de l’utopie techno-scientifique qui a tôt fait d’évacuer la conflictualité politique de l’utopie sociale au travers de la célébration du progrès technique, dès la révolution industrielle. Les prophètes de la religion des réseaux, à l’image de Michel Chevalier en 1832, défendaient effectivement l’idée selon laquelle les réseaux techniques seraient les vecteurs de la démocratie et de l’égalité, par la simple mise en circulation, libre et transparente des flux humains, des savoirs et des capitaux : Améliorer la communication… c’est faire de l’égalité et de la démocratie. Pour autant, nous voyons bien qu’Internet ne se réduit pas à son réseau, à une infrastructure physique de câbles et à des flux d’informations. Ainsi, dans Mille-Plateaux, Gilles Deleuze caractérise deux espaces types différents, les espaces lisses et les espaces striés. Cette grille de lecture nous aide à voir qu’Internet dispose de frontières, étant partout une projection locale et parcellaire d’un espace global. Avec Louise Drulhe, on observe que c’est un espace extrêmement polarisé, où l’hypercentralité est croissante et où un très petit nombre d’acteurs concentrent la majorité des activités, lesquelles ne sont plus d’ailleurs pas davantage décentralisées. Adopté par 90% des internautes en France, Google se place ainsi comme intermédiaire entre les utilisateurs et le reste d’Internet dont il contrôle la géométrie.
Fig 1 : DRULHE, Louise, The Two Webs, 2017

« L’espace électronique d’Internet non plus n’est pas l’espace lisse et neutre dont parlent les idéologues de l’âge de l’information. (…) Virtuels ou réels, les espaces de l’Empire sont structurés en territoires, striés par les cascades de dispositifs qui tracent les frontières puis les effacent lorsqu’elles deviennent inutiles, dans un balayage constant qui est le moteur même des flux de circulation. Et dans un tel espace structuré, territorialisé et déterritorialisé, la ligne de front avec l’ennemi ne peut pas être aussi nette que dans le désert de Lawrence. (TIQQUN, 2009)».

Les mythes ont la vie dure. Nous devons beaucoup à Pierre Musso pour son travail généalogique de l’utopie technoscientifique et de sa manière d’évacuer la conflictualité politique de l’utopie sociale au travers de la célébration du progrès technique, dès la révolution industrielle et la naissance des premiers réseaux, le chemin de fer et le télégraphe de Chappe en France (MUSSO, 2010).
Continuer la lecture de Mise au point : Internet n’est pas un espace lisse

Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche. Le séminaire du 16 octobre a été organisé avec la thématique suivante : « Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique » et accueillait trois chercheurs experts sur ces questions, Hans Dillaerts, Maître de conférences en SIC à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, rattaché au laboratoire LERASS-CERIC, Alexandre Serres, référent de l’intégrité scientifique de l’université Rennes 2 et ex-coresponsable de l’URFIST de Rennes, Agnès Robin, Maître de Conférences (HDR) en Droit privé à l’université de Montpellier.

Intervention 1 : L’Open Access et les chercheurs au cœur d’injonctions paradoxales

Intervention assurée par Hans Dillaerts, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et rattaché au laboratoire LERASS-CERIC.

Son intervention était en lien avec l’article « Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : Quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST?« 

Intervention 2 : Les données de la recherche : politiques et enjeux

Continuer la lecture de Des injonctions aux pratiques : données de la recherche et édition scientifique – Interventions du séminaire Numerev du 16 octobre

L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

Michael K. Buckland est professeur émérite à la School of Information de l’Université californienne de Berkeley, et codirecteur de l’Electronic Cultural Atlas. L’expérience professionnelle de M. Buckland en tant que bibliothécaire et ses travaux sur les services d’information, en particulier la bibliographie, la conception des services en bibliothèques et le soutien à la recherche en ligne, se reflètent dans trois ouvrages: Library Services in Theory and Context, (2e éd., Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Redesigning Library Services (ALA, 1992). Il a également écrit de nombreux articles sur l’histoire des services d’information, notamment une biographie sur le créateur du premier moteur de recherche électronique : Emanuel Goldberg and his knowledge machine (Libraries Unlimited, 2006). Dans son dernier livre, Information and Society,  paru en 2017 chez  MIT Press, il nous livre une synthèse très concise de ce domaine complexe.

Remerciements

Ce texte, traduit de l’anglais, est le fruit d’une version légèrement révisée d’une conférence présentée le 16 mai 2018 lors d’une visite à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) à Lyon (Buckland 2018). Je remercie l’Enssib et le Professeur Pascal Robert pour leur hospitalité.

Des techniques bibliographiques permettant un accès sophistiqué aux publications imprimées ont été élaborées il y a longtemps. L’accès à d’autres médias a été plus lent à se développer. Deux anomalies qui concernent la portée de la bibliographie sont examinées ici. Donald F. McKenzie écrivait que la bibliographie devrait être étendue à toutes les autres formes de médias, par exemple des paysages importants sur le plan culturel, ou une pierre légendaire. La bibliothécaire Suzanne Briet et son élève Robert Pagès ont soutenu de leur côté, qu’un animal dans une cage pouvait aussi être un document. Ces exemples sont examinés en relation avec l’histoire et la théorie de la bibliographie, la relation entre les bibliographies et d’autres ouvrages de référence. On en conclut que pour certains domaines de la bibliographie, ces exemples ne sont pas pertinents. Mais ces exemples remettent en cause la limitation de la bibliographie aux documents imprimés.

Introduction

En 1892, Paul Otlet publie son premier article sur la bibliographie, intitulé « Un peu de bibliographie ». Dans cet essai, il pointe du doigt les insuffisances de la bibliographie de l’époque. Il débute ainsi :

La débauche de productions de toutes sortes à laquelle donne lieu de nos jours la culture des sciences dites morales, sociales et politiques, n’est pas sans effrayer ceux qui se préoccupent de la qualité plutôt que de la quantité (Otlet 1891-92, 254).

Otlet présentait la vision de ce qu’il pensait être nécessaire. Cette vision est ensuite devenue le travail de sa vie. Notre objectif est plus limité. Nous nous penchons sur deux anomalies qui visent la portée de la bibliographie. Ce sont deux cas dans lesquels des bibliographes très respectés ont affirmé que la bibliographie ne devrait pas s’étendre qu’aux seuls matériaux imprimés : il s’agit de l’exemple de Donald F. McKenzie sur la pierre de Gnoilya Tmerga et de l’antilope de Suzanne Briet dans un zoo. Ce sont des exemples intrigants. Dans chacun des cas, les auteurs apportent une justification. Cependant, ces suggestions semblent plutôt étranges, voire absurdes. Les deux propositions sont largement connues depuis plus de trente ans, et pourtant il  manque toujours des propositions pratiques pour les intégrer à la bibliographie.
Continuer la lecture de L’expansion de la bibliographie par Michael K. Buckland : pierre-chien, antilope et preuves

La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin est élève conservatrice à l’ENSSIB (dcb27). Titulaire d’un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l’histoire de l’École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

Nombreux sont les projets qui, depuis une petite décennie, s’approprient le web de données pour exposer leurs données, les ouvrir et les partager. Heureuse initiative, car le décloisonnement des données permet d’entrevoir de nouvelles possibilités de fouilles textuelles, de croisement et d’exploitation de la documentation dans des perspectives de recherche à une échelle jusqu’ici jamais atteinte. Le présent article se propose de présenter un projet qui se situe dans cette perspective d’ouverture et de mise à disposition de données structurées. Par la fusion de deux référentiels issus d’institutions différentes, mais travaillant sur des thématiques communes, le projet Grand Siècle a pour objectif de rendre accessible un référentiel sur l’Ancien Régime de façon pérenne et interopérable. Nous avons pris le parti de ne pas développer l’aspect technique de cette fusion, mais de se concentrer sur l’aspect méthodique et les choix scientifiques qui ont présidé à l’élaboration de ces référentiels. Les aspects plus techniques pourront faire l’objet d’un autre article.

Cette initiative s’inscrit dans un élan plus étendu, puisque plusieurs outils (OpenTheso [1], Ginco[2]) et des vocabulaires dédiés (SKOS[3]) ont été mis à disposition pour permettre la publication de référentiels en utilisant les technologies du web de données. L’émergence de ces objets technologiques montre l’intérêt nouveau suscité par la normalisation, même s’il faut parfois s’accommoder de certaines limites. Car ces outils ne permettent pas – ce n’est pas leur rôle – de répondre aux interrogations que soulève ce type d’exercice classificatoire. Dans une entreprise de classement, il faut toujours se poser la question de ce que l’on veut laisser à voir, comment le laisser voir et pourquoi. Puisque classer consiste à figer une certaine vision du monde, comment organiser l’information pour qu’elle soit le reflet le plus fidèle d’une réalité ? Comment rendre compte de tous les savoirs, de toutes les bifurcations, de toutes les subtilités d’une réalité dans un modèle, certes complexe, mais immobile ? Exercice impossible, tout le monde en conviendra.

Alors, à quels choix doit-on se plier, quels sacrifices doit-on concéder, quels solutions ou rectificatifs peut-on envisager pour modéliser le moins mal possible cette réalité derrière laquelle s’engage la course ?

Cet article ne se propose pas de formuler de réponses à des questions qui n’en appellent pas, mais plutôt d’expliquer une démarche intellectuelle en proposant de revenir sur la définition des objets classificatoire et leur évolution dans un premier temps, puis d’exposer les choix qui ont été engagés pour classifier ces concepts et produire ce référentiel d’Ancien Régime dans un second temps.

Les systèmes classificatoires

De l’absolue nécessité d’ordonner

On pourrait définir un référentiel comme un outil servant à instrumenter les connaissances dans un champ délimité. Il organise la structuration et offre la normalisation d’un domaine de connaissance permettant à tous ceux qui s’y réfèrent de parler la même langue : grâce à des règles d’écriture (normalisation de la forme, syntaxe), de négociations de sens, une organisation hiérarchique ou sémantique entre les termes…

Les systèmes d’organisation des connaissances.
Diapo extraite de l’intervention de Gautier Poupeau sur le web sémantique
(École nationale des chartes, avril 2016).

Continuer la lecture de La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin

Marie Carlin est élève conservatrice à l'ENSSIB (dcb27). Titulaire d'un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l'histoire de l'École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

More Posts

Vers des humanités numériques « critiques »

Agrégé d’arts appliqués et ancien élève du département Design de l’ENS Cachan, Anthony Masure est maître de conférences en design à l’université Toulouse – Jean Jaurès, laboratoire LLA-CRÉATIS. Ses recherches portent sur les implications sociales, politiques et esthétiques des technologies numériques. Il a cofondé les revues de recherche Back Office et Réel-Virtuel. Son essai Design et humanités numériques a été publié en 2017 aux éditions B42.

Mention Cet article a été publié pour la première fois dans le quotidien d’idées AOC le 5 juillet 2018. Licence CC BY-SA.

Les humanités numériques, ces pratiques à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales, ne se sont que trop peu préoccupées de questions propres au design. Au-delà d’une approche utilitaire, la constitution d’archives et de corpus de connaissances en ligne est pourtant l’occasion de s’interroger sur les rôles que peuvent jouer les designers au sein de ces projets. Dans la situation contemporaine d’une numérisation du monde marquée par une oligarchie des plateformes, les humanités numériques et le design devraient ainsi œuvrer à dérouter la captation des connaissances et les déterminismes technologiques.

 

Des savoirs et pratiques hybrides

Les humanités numériques désignent communément un champ de recherche à la croisée de l’informatique et des sciences humaines et sociales (arts, lettres, histoire, géographie, etc.). Initiées dans les années 1950 grâce au traitement électronique de données permettant d’analyser de grands corpus de textes, les humanités numériques ne décollent vraiment qu’avec le développement du Web au début des années 1990 qui ouvre la voie à des collaborations transdisciplinaires et à la mise en ligne des résultats de recherche. De fait, la plupart des projets en humanités numériques s’incarnent dans des jeux de données interopérables (langages Web SQL, TEI/XML, etc.) et des sites Web dédiés (archives en ligne, visualisation de données, etc.). Ce n’est toutefois qu’en 2010, lors de l’événement THATCamp Paris, que la communauté francophone se fédère via la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » : ce texte collectif prend explicitement position pour une ouverture des connaissances hors des frontières académiques via l’utilisation de licences libres et de processus collaboratifs documentés.

Repenser les façons dont les savoirs se constituent et circulent engendre nécessairement des ruptures épistémologiques. La numérisation de documents antérieurs aux technologies numériques (d’encodage par les nombres) ne laisse pas indemnes les éléments de départ. Une fois encodés, les supports de connaissance se prêtent à de multiples utilisations et contextualisations et peuvent « exister dans des versions différentes, éventuellement en nombre illimité. Ce potentiel est une […] conséquence du codage numérique des médias et de [leur] structure modulaire » (Lev Manovich). De façon plus générale, les humanités numériques font vaciller et s’hybrider les délimitations universitaires. Les logiques de programmation propres à l’informatique voisinent avec celles – par exemple – des historiens, qui peuvent eux-mêmes être amenés à intervenir sur l’architecture de l’information. Apparaissent alors des problématiques mettant en jeu les méthodes de ces différents champs, voire des frictions entre la rationalité des langages formels informatiques et l’incertitude propre aux (vieilles) humanités.
Continuer la lecture de Vers des humanités numériques « critiques »

Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

La possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances. Selon les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.
Les classifications basées sur les phénomènes sont des systèmes d’organisationdes connaissances (KOS – Knowledge Organization Systems)dans lesquels les indices (notations) représentant des objets peuvent être combinés librement à travers des relations significatives (facettes ou phases)afin de représenter le savoir humain. L’ILC, l’Integrative Levels Classification, inspirée par les travaux du Classification Research Group (1969) est une ébauche de classification atypique basée sur les phénomènes : elle a été présentée pendant la conférence de l’ISKO, qui s’est tenue du 9 au 11 juin 2018 à Porto. La communication de Claudio Gnoli (porteur du projet) et de Ziyoung Park (Université Hansung) portait sur la comparaison ontologique de l’ILC avec la Classification décimale de Dewey (CDD).

Marcin Trzmielewski est philologue, traducteur et bibliothécaire polonais. Titulaire d’un Master 2 en Philologie romane à l’Université d’Opole, Pologne (2015), et en Gestion de l’information et médiation documentaire à l’Université Paul Valéry de Montpellier (2018), il prépare actuellement son projet de thèse en Sciences de l’information et de la Communication. Son champ d’intérêt recouvre l’organisation des connaissances en bibliothèque et dans le secteur médical.

Claudio Gnoli est bibliothécaire à l’Université de Pavie (Italie). Il est spécialisé dans  des théories et pratiques des classifications bibliographiques et de l’organisation des connaissances, et a publié plusieurs articles et livres sur ces sujets, notamment « Organizzare la conoscenza » (avec L. Rosati et V. Marino, Hops, 2006), « Interdisciplinary knowledge organization » (avec R. Szostak et M. López-Huertas, Springer, 2016) et un chapitre intitulé « Knowledge Organization Systems dans l’ouvrage « Subject access to information » rédigé et coordonnée par K. Golub (Libraries Unlimited, 2014). Il est webmaster de l’International Society for Knowledge Organization et membre du comité scientifique du journal Knowledge organization.

Ce billet a pour vocation de présenter les travaux réalisés dans le cadre de la communication « Phenomenon-based vs. disciplinary classification: possibilities for evaluating and for mapping » (ISKO, 2018).

Introduction et objectifs

Comment indexer le livre intitulé Vigne et vin : assemblage en économie et sociologie viti-vinicoles ? On peut l’attribuer à l’économie, à la sociologie aussi bien qu’à la viticulture. À cause de ce dilemme, auquel la plupart des catalogueurs sont confrontés, la possibilité d’une recherche interdisciplinaire à travers les catalogues des bibliothèques en ligne dits OPAC (Open Public Access Catalogue) est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’organisation des connaissances.

Par ailleurs, en examinant les différentes approches utilisées pour l’indexation des documents dans les systèmes intégrés de gestion de bibliothèques (SIGB), certains chercheurs, comme Gnoli (2016) et Szostak et al. (2016), trouvent que les classifications basées sur une approche épistémologique (CDD, CDU, LCC, etc.) sont moins appropriées pour ce type de recherche que les classifications basées sur une approche ontologique.

C’est pour cela, en suivant les postulats de The León Manifesto (2007), on commence à prendre en considération la possibilité de donner la priorité aux classifications basées sur les phénomènes (comme l’ILC ou la BCC), à la place des classifications disciplinaires qui sont aujourd’hui majoritairement utilisées pour le traitement des collections en bibliothèques, archives et musées.

En principe, les phénomènes (par exemple « eau ») sont des unités de connaissance beaucoup plus générales et plus granulaires que les disciplines (« chimie inorganique », « hydrologie », « ingénierie hydraulique », …).

Pour l’organisation des connaissances, ces premiers sont des objets existants du monde réel alors que ces deuxièmes sont des classes du savoir humain.  Il est important de souligner qu’une discipline peut être également définie comme un phénomène, mais il faut la considérer comme un phénomène appartenant à une classe de la culture humaine.

Continuer la lecture de Un défi de recherche interdisciplinaire : comparaison d’une classification disciplinaire avec une classification basée sur les phénomènes

Navigae : Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

Après avoir travaillé à la TGIR Huma-Num sur le projet Isidore, Shadia Kilouchi a rejoint en juillet 2016 le Centre d’Information Scientifique et Technique Regards de l’UMR Passages pour lequel elle assure notamment la direction du projet Navigae.

Navigae est une nouvelle plateforme de recherche au service de la valorisation de données géographiques patrimoniales. Cette plateforme est multilingue, elle est disponible en français, en anglais et en espagnol.

Navigae est une réalisation du Centre IST Regards – CNRS de l’UMR Passages conçue dans le cadre du consortium ImaGEO, consortium labellisé et financé par la TGIR Huma-Num.

Cette plateforme a été conçue pour favoriser la diffusion et la réutilisation de données  issues de travaux en géographie.

En effet, les infrastructures de données géographiques (IDG) diffusent essentiellement des jeux de données contemporaines. Il y a peu de données géographiques anciennes sur ces plateformes. Rendre accessibles et réutilisables des données géographiques patrimoniales auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue donc encore aujourd’hui un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, mais aussi de permettre une réutilisation pertinente de ces données. Pour rendre accessibles, consultables et réutilisables les données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques, le consortium ImaGEO a été mis en place en 2012. Ce consortium souhaite palier à la sous-exploitation de ces ressources faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante.

Afin de répondre à cet objectif, l’une des actions prioritaires du consortium cette année 2018 a donc été de mettre en place une plateforme permettant l’accès à ces données mais aussi de proposer des modes d’interrogation et de visualisation de type spatial permettant la réutilisation de ces données de manière optimale.

Quelles sont les données qui peuvent être consultées dans Navigae  comment fonctionne la plateforme, quels types de recherches et de visualisations sont proposées, de quelles manières  peut-on diffuser ces données dans Navigae ?

Voici des éléments de réponses dans cet article.
Continuer la lecture de Navigae : Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Michael K. Buckland is an emeritus professor at the UC Berkeley School of Information and co-director of the Electronic Cultural Atlas Initiative.
Dr. Buckland’s professional experience as a librarian and his work on the design of information services, especially bibliography, the design of library services, and support for online discovery, are reflected three books : Library Services in Theory and Context, 2nd ed., (Pergamon, 1988), Information and Information Systems (Praeger, 1991), and Redesigning Library Services (ALA, 1992). He has also written extensively on the history of information services, including a biography of the designer of the first electronic search engine, Emanuel Goldberg and his Knowledge Machine (Libraries Unlimited, 2006). A new book, Information and Society (MIT Press, March 2017), provides a very concise introduction to a complex area.

Acknowledgement

This text is a translation of a slightly revised version of a lecture presented on May 16, 2018 while Visiting Scholar at the École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) in Lyon, France (Buckland 2018). I thank Enssib and Professor Pascal Robert for their hospitality.

Summary

Bibliographical techniques to provide sophisticated access to printed publications were developed long ago. Access to other media has been slower to develop. Two anomalies with respect to the scope of bibliography are considered. Donald F. McKenzie wrote that bibliography should be extended to all media including culturally significant landscapes, for example a stone associated with a legend. Librarian Suzanne Briet and her student Robert Pagès asserted that an animal in a cage can be a document. These examples are examined in relation to the history and theory of bibliography, the relationship between bibliographies and other reference works and their powers (affordances). It is concluded that for some areas of bibliography these examples are irrelevant. But these examples call into question the limitation of bibliography to printed materials.
Continuer la lecture de The Expansion of Bibliography : Dog-stone, Antelope, and Evidence

Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences

Après l’obtention en 2018 du DCB, le diplôme de conservateur des bibliothèques, Coline Gosciniak est affectée au poste de responsable de la bibliothèque Carnegie et des fonds patrimoniaux de la BMC de Reims, où elle exercera à compter du 1er juillet 2018.

Ses publications professionnelles[1]portent sur la valorisation  du patrimoine écrit auprès des publics par des dispositifs de médiation numérique, notamment vidéoludiques.  Elle revient ici sur les enjeux professionnels de son mémoire de recherche de DCB : Réalité virtuelle et réalité augmentée en bibliothèque : panorama et perspectives.

La réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV), deux technologies immersives, apparaissent de plus en plus fréquemment dans les dispositifs de médiation culturelle et ludique en bibliothèque, et ce depuis leur émergence au début des années 2010 [2]. Que désignent précisément ces deux termes ? Si la réalité augmentée se caractérise comme la superposition d’éléments virtuels (photos, vidéos, texte) sur l’environnement réel à travers un écran de smartphone ou de tablette, ou des verres de lunettes, la réalité virtuelle permet une immersion totale dans un environnement virtuel à l’aide d’un visiocasque tel que l’Oculus Rift ou l’HTC Vive. Ainsi l’application Pokémon Go, qui permet d’apercevoir des Pokémon dans l’environnement réel entourant le joueur à travers l’écran de son smartphone, relève de la RA. Au contraire, l’application Eagle Flight, grâce à laquelle l’utilisateur se glisse dans la peau d’un aigle pour explorer Paris à l’aide d’un visiocasque, constitue une expérience de RV.

Plusieurs catégories de dispositifs existant actuellement en bibliothèque reflètent une prise en main progressive de ces technologies par les professionnels. Parmi cette large palette, les dispositifs ludiques (jeux vidéo en RV et RA) occupent une place prédominante, tout comme les dispositifs de médiation culturelle dans le cadre d’expositions. Les utilisations dans le cadre de repérage des collections et des espaces de la bibliothèque, ou dans un contexte de valorisation de la production scientifique dans les bibliothèques universitaires, demeurent encore limitées mais sont appelées à se développer au cours des prochaines années. Le recours à ces technologies nécessite pour les professionnels d’intégrer non seulement des questions d’ordre financières et techniques, mais également managériales : comment convaincre tant sa hiérarchie que son équipe de l’intérêt de la RA et la RV pour les bibliothèques ? Quelle formation prévoir afin de garantir le bon fonctionnement du dispositif élaboré ?

Continuer la lecture de Réalité augmentée et réalité virtuelle en bibliothèque – Dimension managériale et compétences