Archives de catégorie : Articles

Publication d’un Guide du droit d’auteur – 3ème édition – 2017

Guide du droit d’auteur – 3ème édition – 2017

Ce guide du droit d’auteur mis à disposition librement sur Le portail du numérique dans l’enseignement supérieur est à jour des textes en vigueur en cette année 2017 : il traite des questions juridiques soulevées en droit de la propriété intellectuelle et constitue l’outil indispensable à tous ceux qui sont amenés à utiliser ou à créer des ressources, quelles que soient leurs natures. Il sera ainsi très apprécié de la communauté professionnelle de l’enseignement, autant pour les utilisateurs que les créateurs d’œuvres.

Auteurs : 

La publication est placée sous la direction scientifique de :
A. Lucas, Professeur émérite, Université de Nantes

Avec :
E. Bouchet-Le Mappian, Docteur en droit, Université de Nantes
S. Chatry, Maître de conférences, Université de Perpignan Via Domitia
S Le Cam, Maître de conférences, Université de Rennes 2

Mise à jour par S. Le Cam, Maître de conférences, Université de Rennes 2 et S. Chatry, Maître de conférences, Université de Perpignan Via Domitia

Télécharger le guide

Sur le même sujet :

Droit d’auteur : le principe immuable de l’accord de l’auteur

Publié le 20 juin par Didier Frochot,  rédacteur et fondateur des Infostratèges

Comprendre le droit d’auteur : les cas de pluralités d’auteurs

Publié le 20 juin par Didier Frochot,  rédacteur et fondateur des Infostratèges sur Archimag.

http://media.sup-numerique.gouv.fr/file/Licences_et_droit_d_auteur/82/5/Guide_du_droit_dauteur_3e_ed_777825.pdf

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

À quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Isabelle Sperano est enseignante-chercheure dans le Master architecture de l’information à l’ENS de Lyon. Ses activités d’enseignement et de recherche portent sur l’UX design et l’architecture de l’information. Elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation, à l’organisation et au design de l’information dans des environnements numériques de grande ampleur. Cet article présente une partie des résultats d’une étude conduite dans le cadre de sa thèse de doctorat en architecture de l’information à l’école de design de l’Université Laval (Québec) portant sur l’évaluation de la qualité des contenus numériques.

Depuis une vingtaine d’années, le Web s’est imposé comme média privilégié par une variété d’organisations (instances gouvernementales, entreprises, organismes, etc.) pour transmettre une quantité substantielle d’informations à leurs destinataires. La mise en place adéquate de ces imposantes structures informationnelles dépend, entre autres, de spécialistes de l’information et de la communication de divers champs d’expertise, dont l’architecture d’information (AI). Dans la mesure où l’accès à une information particulière constitue l’objectif principal d’une majorité d’activités de recherche sur le Web, ces spécialistes portent normalement une grande attention au contenu présenté. Pour ce faire, différentes méthodes visant à mieux appréhender le contenu ont vu le jour depuis quelques années. L’audit de contenu est l’une d’elles.

 L’audit de contenu

L’audit de contenu est une méthode d’évaluation du contenu d’un site Web ou d’un écosystème informationnel plus vaste (réseaux sociaux, applications, infolettre, etc.). Elle rend possible l’identification, le dénombrement, la description et surtout l’évaluation de chaque élément de contenu et de ses caractéristiques respectives (Jones 2010; Land 2014; Martin et Hanington 2012). Concrètement, cette méthode consiste à confronter chaque contenu – chaque « page » dans le cas d’un site Web – à une liste de critères d’évaluation sélectionnés par l’auditeur. Tout au long de son examen diagnostique, l’auditeur note ses observations et consigne ses constatations dans une grille.

Conduit adéquatement et avec rigueur, l’audit de contenu constituerait un outil indispensable à la révision ou à la conception d’un écosystème informationnel (Bloomstein 2012; Pernice 2015). Cette méthode d’analyse rétrospective du contenu et de la structure informationnelle non seulement permettrait de cerner l’étendue et l’ampleur d’un écosystème informationnel, mais contribuerait aussi à engager des discussions et à susciter des débats entre les différents acteurs d’un projet numérique. Cet examen approfondi rendrait possible l’identification de lacunes à corriger (ex. : redondance du contenu, faible qualité rédactionnelle, manque d’actualisation, faiblesses structurelles) et révélerait corrélativement l’ampleur des problèmes à résoudre (Halvorson et Rach 2012; Land 2014). En outre, l’audit de contenu rendrait possible l’anticipation de certains problèmes (contenus jugés trop sensibles, lesquels ne devraient pas apparaître sur le Web, faiblesses dans la chaîne éditoriale, etc.) (Halvorson et Rach 2012). De par sa capacité à mettre en lumière différents paramètres du contenu sinon imperceptibles au concepteur, et ce, dès le début d’un projet d’AI, l’audit de contenu influencerait grandement, selon plusieurs auteurs (Halvorson et Rach 2012; Kissane 2011; Spencer 2010), la réussite des étapes subséquentes d’une démarche d’AI (organisation de l’information, conception de la navigation, etc.).

Continuer la lecture de Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Etude I.G.B. : Les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS

Ce rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS, remis en mars 2017 par l’Inspection Générale des Bibliothèques au MESR, est la mise en œuvre d’une mesure du Plan d’action en faveur des sciences humaines et sociales du MESR. Il étudie l’évolution des dépenses documentaires en sciences humaines et sociales dans les bibliothèques universitaires entre 2007 et 2015. Il préconise une meilleure visibilité de l’offre, qui serait favorisée par une politique nationale de numérisation et par une mutualisation des services autour de ces ressources documentaires. Il analyse les évolutions des métiers de chercheur en SHS et de bibliothécaire, qui rendent la transformation numérique des ressources documentaires inéluctable et incitent à une ouverture des équipes de recherche à des compétences diversifiées pour développer des projets en humanités numériques.

Introduction

Le Plan d’action du secrétariat d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche en faveur des sciences humaines et sociales comporte deux séries de mesures, les dix premières énoncées en juillet 2016 et cinq autres en novembre de la même année. La mesure 6 s’intitule « mieux intégrer les enjeux du numérique dans les formations et la recherche » et se décline en quatre actions dont une consiste à « missionner l’Inspection générale des bibliothèques pour réaliser un rapport sur les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS (numérisation, indexation, nouveaux usages) ». Cette mission est inscrite au programme 2016-2017 de l’Inspection générale des bibliothèques. En préambule à ce rapport, il convient de poser quelques définitions qui en délimiteront plus précisément les contours. Qu’entend-on ici par « SHS » ? Dans sa contribution au Plan pour les sciences humaines et sociales en date du 30 janvier 2016, l’Alliance ATHENA constate : « L’acronyme SHS pour Sciences Humaines et Sociales n’est guère compréhensible dans d’autres langues que le français et tend à laisser hors champ les arts et les lettres. L’expression « Humanités et sciences sociales » traduit mieux la réalité et les valeurs du domaine aujourd’hui. Les Humanités apparaissent, au plan mondial, comme une ressource morale et culturelle centrale ; les Sciences Sociales sont un outil d’analyse et de propositions indispensable à toute société démocratique ». Une fois l’acronyme transcrit dans une langue plus internationale, survient dans une logique académique la question des disciplines concernées. La France se distingue par une autre particularité : le périmètre des SHS n’est pas le même pour la formation et la recherche. Du point de vue de l’enseignement, le droit et les sciences économiques ne relèvent pas des SHS. Ces disciplines y sont en revanche intégrées quand il s’agit de nomenclatures et de programmes de recherche, parce que tel est le périmètre accepté à l’échelon international. De même, l’AERES devenue HCERES, regroupe en 15 listes les revues de recherche en SHS. Deux d’entre elles concernent le droit et l’économie-gestion. Seule la littérature n’apparaît pas.

Continuer la lecture de Etude I.G.B. : Les enjeux du numérique concernant les ressources documentaires en SHS

Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Il est évident que les formes de production, de circulation et de légitimation des contenus ont subi dans les dernières années des changements majeurs en raison du développement et de la diffusion des outils numériques. Le web a contribué à donner une importance centrale à l’écriture dans notre société : tout devient écriture. Dans ce contexte, il est urgent de mettre en place des modèles stables qui nous permettent de comprendre quel est aujourd’hui le rôle de l’édition.

On peut identifier deux tendances contradictoires dans les manières de produire et faire circuler des contenus : celle typique des grandes multinationales du web – on pourrait l’appeler « édition Gafam » en utilisant l’acronyme qui renvoie aux cinq géants Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, mais qui désignerait par extension l’ensemble des grandes entreprises qui dominent le marché numérique – et celle des spécialistes, des professionnels de l’édition et des chercheurs – qu’on nommera ici « édition savante ». L’ édition Gafam  est caractérisée par le fait d’être basée sur les données davantage que sur les documents : les entreprises commerciales sont engagées dans la captation de grandes masses d’informations, peu importe leur structure et leur sens. Ces informations ne doivent pas nécessairement être validées, car c’est leur masse qui est précieuse d’un point de vue économique. De la qualité de l’information, la valeur s’est ainsi déplacée vers la quantité d’information, sur la base de laquelle s’est construit leur modèle économique. Dans cette optique de big data ou de données massives, il est fondamental d’attirer et de rendre captif un nombre très élevé d’utilisateurs. Pour cela, l’édition Gafam concentre ses efforts sur l’expérience de l’utilisateur en offrant des services avant tout simples et performants (rapide), quitte à verser dans la superficialité, au profit de l’attractivité. Son fonctionnement doit être opaque, jusqu’à occulter les aspects techniques, afin que l’utilisateur ne puisse les questionner – l’exemple le plus clair est celui des interfaces Apple. Les usagers s’habituent à ne pas savoir comment la machine fonctionne, à ne pas voir les fichiers, à ne pas avoir accès à la configuration des logiciels. L’édition Gafam doit être efficace et répondre aux pratiques les plus communes. Elle évolue donc rapidement pour rencontrer les besoins et les désirs d’un large public.
Continuer la lecture de Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Si la « culture de la donnée » existe depuis longtemps en bibliothèques avec des pratiques d’analyse et de mesure bien ancrées, la culture de la communication de ces données au public n’est pas du tout systématique, ni habituelle.

Pourtant, fournir aux citoyens les informations du secteur public constitue désormais une obligation légale pour les administrations, et ceci à l’échelle européenne (Directive européenne de 2003, transposée en droit français en 2005).

Cet accès ouvert aux données institutionnelles et publiques apparaît même de plus en plus comme un enjeu démocratique, et sa nécessité a été réaffirmée dans le cadre de la loi NOTRe, et plus récemment la loi Lemaire (ou loi pour une République numérique) de juillet 2016 pose le principe de transparence de toutes les données publiques communicables.

La notion de « données publiques » fait intervenir à la fois les conditions de production ou de collecte des informations (administration ou structure exerçant une mission de service public) avec la loi CADA, mais également leur degré de validation (il s’agit de documents finalisés, validés) (DUCOUMAU, 2015).

A l’occasion de l’organisation dans le département des Côtes d’Armor d’un « hyblab », rencontre inter-universitaire autour de l’open data, la bibliothèque départementale a saisi l’opportunité de libérer des données sur la récente plate-forme open data du conseil départemental.

Ces données ont été exploitées par l’un des ateliers du hyblab. Une expérience inédite pour la bibliothèque départementale qui amène un certain nombre de remarques et d’interrogations sur l’exploitation de ces données d’une part, mais aussi, surtout, sur le travail de fourniture de données qui a été mené.

Continuer la lecture de Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

« Mieux partager l’IST » : Enquête nationale conjointe auprès des Universités, Organismes et Ecoles d’Ingénieurs sur le Partage et la Gestion des ressources d’IST

Dans un pré-rapport « Mieux partager l’IST », la Direction de l’information scientifique et technique du CNRS donne les résultats d’une enquête  nationale destinée à recueillir l’avis des universités, des Grandes Écoles et des EPST sur l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST. Elle a permis :

  • « De susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements;
  • De tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche;
  • D’approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des Unités mixtes de recherche. »

Le document est divisé en 6 offres de service :

  1. Se documenter,
  2. Archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL,
  3. Publier pour la science publique,
  4. Analyser la production scientifique,
  5. Optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche
  6. Services transverses d’appui à l’IST

Cette enquête, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Préface

Mieux partager l’IST : quelle démarche ? A l’heure numérique, dans un système largement marqué par la mixité, l’IST se partage plus ou moins entre les acteurs de la recherche publique, qui co-publient, expérimentent, partagent des ressources d’IST. Ce processus peut-il être optimisé ? Pourquoi ? Comment ? Pour en savoir plus, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, l’enquête COPIST a été adressée au printemps 2016, aux Président(e)s d’Universités, d’Ecoles et d’Organismes par Anne Peyroche, Directrice générale déléguée à la science du CNRS, et par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine et Président de la Commission Recherche de la CPU. Fruit d’un débat interne récurrent dans l’ESR sur le partage de l’IST, cette démarche est née lors des colloques des professionnels et usagers de l’IST de Meudon des trois dernières années, en particulier celui de novembre 2015. Ce dernier colloque avait en effet souligné le besoin d’une étude d’ampleur nationale sur l’état des pratiques et des projets entourant la « plateformisation » de l’IST et son impact sur la recherche. Tel est le sens initial du COPIST (Catalogue d’Offre Partagée d’IST). Après le vote de la loi « Pour une République numérique », cette interrogation collective trouve une dimension supplémentaire : ce texte majeur, en effet, laisse prévoir un décloisonnement et une accélération des usages de l’IST au service de la compétitivité de la recherche nationale et européenne. Le COPIST, peut-on espérer, contribuera à s’y préparer. Que le CNRS ait pris l’initiative de lancer la démarche commune COPIST est en phase avec la « mission nationale » que son statut lui confère en matière d’IST – et que la refonte du décret statutaire, publié en septembre en 2015, vient d’étendre aux plateformes numériques de science. Dans cette optique d’intérêt général, le COPIST va beaucoup plus loin puisqu’il innove par rapport aux textes et repose sur un partenariat construit avec tous les professionnels au profit de tous les chercheurs. En effet, l’option commune a été prise de croiser toutes les approches : celles des Conseils scientifiques des Universités, d’Organismes et d’Ecoles avec les projets et ressources de leurs professionnels en IST, directeurs des SCD et de leurs riches organisations spécialisées. Ces synergies, à l’échelle de tout l’écosystème national d’IST, croisées avec celles des personnels de l’INIST, étaient vitales pour commencer à réfléchir ensemble et pour mener jusqu’au bout le projet de cette enquête nationale.

Lire la suite et les 1ers résultats de l’enquête.

Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Des services vraiment orientés usager ? Méthodes de Design UX en bibliothèque – Retour sur la journée d’étude du Congrès ADBU 2016

Cet article est à paraître dans le prochain BBF en ligne.

Quel bibliothécaire n’a jamais rêvé d’offrir à ses usagers  des espaces, des services, des contenus, des interfaces et des relations de qualité pour donner sens à l’exercice de son métier ? Qu’est-ce que l’UX[1] , plus connu en français sous le terme énigmatique d’ « expérience utilisateur » ? Et comment améliorer l’UX de nos usagers peut-il aider la profession à changer la perception qu’elle a de ses publics et lui permettre d’imaginer des services plus en phase avec son époque ?

Tel n’en était pas moins l’horizon d’attente de la journée d’étude du Congrès annuel de l’ADBU[2] qui se tenait à Nice du 4 au 6 octobre et réunissait professionnels de l’IST, décideurs et éditeurs scientifiques, avec le pari audacieux et tenu d’en repartir avec des réponses tangibles.

Le public était au rendez-vous et les réactions nombreuses sur la twittosphère professionnelle. Inaugurée par Carole Letrouit et Nathalie Clot[3],  la journée thématique comprenait deux versants. Le 1er permettait de repositionner les méthodes de design de l’expérience utilisateur dans le contexte porteur de réorganisation fonctionnelle et de stratégie d’établissement. Le second restituait des applications concrètes de la démarche UX dans la conception évolutive des services avec des retours d’expériences français et étrangers et les « success stories » de la profession en la matière. Saluons tout à la fois le format court, le rythme rapide et l’enthousiasme communicatif des interventions proposées au public par des praticiens aguerris aux processus de conception de l’expérience utilisateur en bibliothèques, dont un bon nombre données dans la langue de Shakespeare. De fait, les méthodes liées à l’UX ont d’abord été popularisées en bibliothèque aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves à partir de 2005 et se diffusent aujourd’hui en France et ailleurs.

Quelles méthodologies de design UX pour les bibliothèques ?

Porteurs de cette « maturité » historique, Daniel Forsman[4], directeur de la bibliothèque de l’université de technologie de Chalmers à Göteborg en Suède et Andy Priestner[5], en charge du projet Future Lib de la bibliothèque de Cambridge au Royaume Uni, ont rendu compte des méthodologies de design conduites dans leurs bibliothèques. La mise en œuvre de la méthode Agile[6] dans la réorganisation de la BU Chalmers illustre parfaitement comment l’UX peut faire évoluer le management d’une bibliothèque.

Continuer la lecture de Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Chronologie des humanités numériques

L’Atelier Canopé du Val-de-Marne propose à la communauté éducative du département et plus largement à celle de l’académie de Créteil un catalogue de formation intitulé « Humanités numériques et littératie : compétences transversales pour comprendre, apprendre et agir« . Ce document formalise le projet développé par l’équipe des formateurs de l’Atelier Canopé en direction des enseignants.

A l’heure où le numérique est devenu l’espace privilégié de convergence et de diffusion des savoirs, il est primordial que les acteurs du monde éducatif développent des compétences en littératies médiatiques et numériques, propres aux nouvelles exigences de leur profession. Un tel travail requiert notamment d’investir les environnements numériques comme des espaces contemporains de recherche et d’exercice pédagogique. Ces constats coïncident en partie avec les conclusions du rapport Jules Ferry 3.0 publié par le Conseil National du Numérique en 2014 qui appelle à l’intégration des humanités numériques à l’école.

Afin de documenter la réflexion académique autour des apports des DH à l’École, nous proposons une chronologie des humanités numériques. Ce travail a pour objectif de mettre en perspective les apports successifs des technologies du texte et des travaux scientifiques qui les accompagnent avec le projet humaniste au fondement de l’École. Le parcours proposé s’appuie sur les travaux de Milad Doueihi, Aurélien Berra, Olivier le Deuff et sur l’expertise bienveillante d’Elie Allouche.

Quand les humanités deviennent numériques

Proposition de généalogie des humanités numériques inspirée par Milad Doueihi, Aurélien Berra et Elie Allouche.

Signalons également la publication d’Aurélien Berra « Pour une histoire des humanités numériques » in Critique, 8/2015 (n° 819-820), p. 613-626, librement accessible sur Cairn.


XIVeme siècle : le courant humaniste apparaît dans l’Europe de la Renaissance

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8f/Petrarch_by_Bargilla.jpg

Pétrarque (1304–1374) commence par recueillir les inscriptions sur les vieilles pierres de Rome et poursuit dans les manuscrits sa quête des Anciens. Il retrouve des lettres de Cicéron et préconise l’étude philologique des textes et le retour à la pureté classique.

Sa notoriété de poète et d’homme de lettres et ses contacts avec la Curie lui permettent de rencontrer les érudits, lettrés et savants qui se rendaient dans la cité papale. Né en Italie durant le Trecento, le courant humaniste rayonne et se diffuse rapidement dans toute l’Europe de la Renaissance avec l’invention de l’imprimerie qui jouera un rôle clé dans la diffusion des idées humanistes.

23 février 1455. La Bible de Gutenberg ou « Bible latine à quarante-deux lignes » (B42) est le premier livre imprimé en Europe à l’aide de caractères mobiles.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b6/Gutenberg_Bible%2C_Lenox_Copy%2C_New_York_Public_Library%2C_2009._Pic_01.jpg

Gutenberg est à l’origine de nombreuses innovations qui permettent la mise au point de la presse à imprimer :

  • Un alliage à base de plomb, d’étain et d’antimoine qui a la particularité de fondre facilement et de ne pas se déformer en refroidissant ;
  • Un moule à fondre à la main, avec une matrice en négatif du caractère ;
  • La casse de composition ;
  • L’amélioration de la presse d’imprimeur existante, ou presse xylographique ;
  • Une encre très forte comme de la glu, qui ne «poche» pas sur la feuille.

1751. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2b/Encyclopedie_de_D%27Alembert_et_Diderot_-_Premiere_Page_-_ENC_1-NA5.jpg/800px-Encyclopedie_de_D%27Alembert_et_Diderot_-_Premiere_Page_-_ENC_1-NA5.jpg

L’Encyclopédie représente un nouveau rapport au savoir. “ Elle marque la fin d’une culture basée sur l’érudition (…) au profit d’une culture dynamique tournée vers l’activité des hommes et leurs entreprises “ Madeleine Pinault, L’Encyclopédie, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1993, p. 11.

1895. Création de l’Office international de bibliographie par Paul Otlet et Henri La Fontaine

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9c/Henri_La_Fontaine_%C3%A0_la_IXe_Conf%C3%A9rence_internationale_de_bibliographie.jpg

La première conférence international de bibliographie crée l’Office International de Bibliographie dont l’objectif est de réunir l’ensemble de la connaissance humaine par la constitution du Répertoire Bibliographique Universel.

Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

Continuer la lecture de Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Continuer la lecture de Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Précision

Cet article a été publié dans le dossier thématique «Web de données et création de valeurs : le champ des possibles» de la revue I2D.

Pour citer cet article : Verlaet Lise, Dillaerts Hans, « L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique », I2D – Information, données & documents 2/2016 (Volume 53) , p. 49-49
URL : www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2016-2-page-49.htm.

Résumé de l’article

Cet article présente le concept d’éditorialisation sémantique et explicite les opportunités de l’enrichissement sémantique des publications scientifiques pour l’ensemble des acteurs de l’IST (auteurs, éditeurs et professionnels de l’information).

Contenu de l’article

Inhérent au projet du web sémantique, le web de données (linked ata) entend favoriser la publication de données structurées sur le Web afin de constituer un réseau global, lequel doit faciliter la navigation des utilisateurs au sein d’un espace d’information.
Appliqué au domaine de l’édition scientifique, l’on préférera au concept de linked data celui de semantic publishing (éditorialisation sémantique), soit l’enrichissement sémantique des publications scientifiques. Celui-ci permet (SHOTTON, 2009; SHOTTON, 2012) :
• d’enrichir le contenu des articles avec des données interactives ;
• de renforcer le sens des articles à travers un système de balisage sémantique ;
• de fournir des liens directs vers des ressources externes ou vers les références citées ;
• de fournir un accès direct aux données de la recherche ;
• d’encourager la découverte et la réutilisation des nouvelles connaissances en publiant l’article et les données de recherche dans des formats lisibles par les machines.

Continuer la lecture de L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Humanités numériques, Architecture de l’information : des réponses à un changement de paradigme documentaire

En 1085, les troupes menées par Alphonse VI de Léon conquièrent Tolède sous domination Maure depuis le VIIIème siècle. Tolède était alors un centre culturel majeur. Après sa prise, l’occident chrétien découvrit dans ses bibliothèques un grand nombre de textes qu’il ne connaissait pas : tant des textes de philosophes arabes que de textes de penseurs grecs qu’il avait perdus. Une grande entreprise de traduction de ces textes de l’arabe vers le latin et les langues vulgaires se mit en place[1], permettant la circulation de ces textes dans toute l’Europe. Cet arrivage soudain et massif de textes a eu au cours des siècles suivants des conséquences profondes sur les rapports qu’entretenaient les sociétés médiévales avec les textes et, plus généralement, sur leur rapport au savoir. L’analyse de ces bouleversements survenus au cours de cette période permet de jeter un éclairage intéressant sur la période que nous vivons qui bien que particulière n’est peut-être pas singulière.

Du livre à la bibliothèque, repenser l’organisation

La conséquence la plus directe de la prise de Tolède est une hausse spectaculaire de la production documentaire en Europe. Il a fallu non seulement traduire les textes (re)trouvés, mais les copier pour en assurer la diffusion. Ces textes ayant été étudiés et commentés, ils ont conduit à l’écriture de nouveaux textes qu’il a fallu à leur tour copier. Bozzolo et Ornato (1980)[2] se sont penchés sur la production de manuscrits au moyen-âge. Leur analyse est sans appel : de la prise de Tolède à la Grande Peste, la production documentaire croît à une vitesse vertigineuse.

 
  Production manuscrits 9eme-15eme_Siécle Figure 1.
Production des manuscrits entre les IXème et XVème siècles d’après Bozzolo et Ornato (1980) (données issues du tableau O, p. 64). L’étude est basée sur un corpus de manuscrits médiévaux en France, grosso modo au nord d’une ligne Lyon / Limoge. La production est exprimée en pourcentage de corpus, après un certain nombre de corrections. Voir l’ouvrage de Bozzolo et Ornato (1980) pour plus de détails sur leur méthodologie.

L’augmentation du nombre de manuscrits pose des problèmes d’organisation nouveaux. La question du repérage d’un manuscrit dans une bibliothèque ne se pose pas de la même manière lorsque le nombre de ceux-ci est décuplé. On voit apparaître dès le XIIème des formes de catalogage dans les bibliothèques. Gasparri (2009)[3] note en effet que « parmi les fonctions de l’armarius [le moine en charge de la bibliothèque] figurent aussi la mise à jour de l’inventaire des livres, leur examen et leur recension deux ou trois fois par an (ce qui est considérable), leur conservation dans des armoires saines, non surchargées : donc une réglementation stricte, ne laissant rien au hasard, laquelle n’a pas pu aller sans la réalisation d’un inventaire ou au moins de registres sommaires. »

Mais quand bien même les bibliothèques s’organisent pour permettre au lecteur de s’y retrouver dans des collections devenues bien plus vastes, ce dernier fait face à un problème majeur : il y a trop de livres pour qu’ils puissent tous être lus. L’érudit se trouve dans une situation de surcharge informationnelle qui va conduire au développement de tout un ensemble de dispositifs et de pratiques permettant d’appréhender cette abondance d’information. C’est explicitement en réponse à cette abondance que Pierre Lombard, au milieu du XIIème siècle, justifie la démarche qui l’a conduit à l’écriture de son Livre des Sentences, recueil d’extraits des pensées des Pères de l’Église. Il explique qu’il souhaite rassembler « en un volume court les avis des Pères […] afin qu’il ne soit pas nécessaire de consulter une abondance de livres pour le chercheur, pour qui la brièveté des extraits rassemblés offre sans effort ce qu’il cherche »[4].

Cette lecture fragmentaire est rendue possible par les florilèges et autres compilations à l’image du Livre des Sentences, mais pas seulement. Le mouvement d’organisation qu’ont connu les bibliothèques pour le repérage des manuscrits s’est décliné au sein même des livres : la structuration du texte en sections (avec des titres) et en paragraphes à fait son apparition (sous l’impulsion des cisterciens notamment), permettant de compléter le texte par tables et index et donc de retrouver rapidement le passage recherché.

Pour aller encore plus loin dans cette approche non linéaire du texte, celui-ci se voit accompagnée d’outils : en 1240, Hugues de Saint Cher, à la tête d’une armée de 500 moines et après près de 10 ans d’un travail acharné, termine la concordance de Saint Jacques : toutes les occurrences de tous les mots de la bible sont relevées, triées et listées. On peut, en un seul coup d’œil, repérer tous les usages d’un mot.[5]

Un nouveau rapport au savoir

C’est en fait l’activité même de lecture, sa pratique et ses objectifs qui sont bouleversés. La ruminatio, la lecture qui se pratiquait au Haut Moyen-âge, laisse place à la lectura (Hamesse, 1995) : alors qu’elle était une activité monacale, tournée vers la sagesse, la lecture devient une activité inscrite dans l’enseignement, tournée vers le savoir. De lente, articulée et méthodique, elle devient silencieuse et fragmentaire. Il ne s’agit plus de lire méditativement un livre de la première à la dernière page (ils sont trop nombreux pour cela), mais de sauter d’un passage à l’autre, d’un livre à l’autre, de comparer et de commenter. C’est un nouveau rapport au savoir, la scolastique[6], qui émerge suite à la réintroduction soudaine et massive de la pensée grecque dans l’Europe médiévale. Pour la concilier avec la pensée chrétienne, on développe une approche critique : on commente, on explique, on débat. Les pratiques d’enseignement sont profondément changées également. Ce nouveau rapport au savoir est institutionnalisé : la connaissance quitte les monastères pour les universités naissantes. Il conduira à la Renaissance, à l’invention de l’imprimerie qui déclenchera également un changement de paradigme documentaire.

Le moine cistercien, un UX designer

Le processus qui s’est déclenché suite à la prise de Tolède n’est pas sans rappeler celui que nous sommes en train de vivre. L’événement clé de notre époque, notre Tolède, c’est la création du Web. La production de documents, qu’ils soient textuels ou audio-visuels, est une activité devenue banale qui rythme le quotidien du plus grand nombre. Soudain, nous faisons face à une quantité de documents sans commune mesure avec ce que nous avions l’habitude de traiter. Les sociétés médiévales ont réagi en opérant un changement de paradigme documentaire : ont été modifiées simultanément l’organisation des systèmes de documents (les bibliothèques) et l’organisation des documents (avec l’introduction des sections, titres et paragraphes) et, par conséquent le rapport entre le lecteur et le document : la structuration du document propose de nouvelles affordances qui transforment l’expérience de lecture et le vécu du lecteur. C’est toute une réorganisation de la société vis-à-vis de ses documents, des rôles qu’elle leur attribue, de leur circulation, qui s’est opérée.

Continuer la lecture de Humanités numériques, Architecture de l’information : des réponses à un changement de paradigme documentaire

Humanités digitales et bibliothèques entre transformations et formations

Olivier Le Deuff est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne. Il a publié aux Presses de l’Enssib, La documentation dans le numérique. Il s’intéresse particulièrement à la question des humanités digitales depuis quelques années. Il a publié tout récemment dans le dernier numéro de la Revue française des Sciences de l’information et de la communication un article collectif sur « Les SIC à l’épreuve du digital et des Humanités« .

En parallèle de la parution d’un article plus complet sur la question des humanités digitales et des bibliothèques dans le BBF, nous proposons ici une première analyse des résultats du projet Hubic (Humanités digitales et bibliothèques). Nous souhaitons montrer quels sont les points clefs à mettre en avant notamment pour envisager la transformation des bibliothèques en milieux de savoirs. Nous adopterons ici un ton quelque peu plus libre que dans l’article à venir et nous permettrons des préconisations finales puisque le lieu s’y prête et que notre culture blog issue de nos 16 années du Guide des égarés nous a habitué à le faire.

Des besoins de formation

Des besoins de nouvelles compétences apparaissent notamment, car les objectifs des bibliothèques évoluent. Il ne s’agit donc pas seulement de prêter des livres comme tentent trop souvent de l’y réduire certains discours. La bibliothèque devient un lieu qui mêle le savoir et le faire, la documentation et la production. De la même manière, les professionnels des bibliothèques n’y sont pas restreints dans cette seule enceinte, mais agissent en dehors et c’est tant mieux. Pas étonnant dès lors que ce sentiment d’une évolution professionnelle apparaît fortement chez les répondants de notre enquête (tableau 1).
Continuer la lecture de Humanités digitales et bibliothèques entre transformations et formations

DLIS, le carnet des Digital Libraries et Information Sciences

vieux-clavierDe quoi on parle ?

Né de la rencontre entre un conservateur des bibliothèques, Catherine Muller en poste à EnssibLab, et deux chercheurs en Sciences de l’information, Benoît Epron et Hans Dillaërts, respectivement MCF à l’Enssib et à l’université Montpellier III, le carnet des Digital Libraries & Information Sciences cherche à créer un espace de rencontre et d’échanges entre les communautés de bibliothécaires et de chercheurs en SHS sur les thématiques convergentes de la transition numérique. Résolument inscrit dans une démarche de vulgarisation scientifique, le carnet vise à accueillir toutes les voix qui s’interrogent aujourd’hui sur les grandes transformations numériques à l’oeuvre dans les sciences de l’information et des bibliothèques, celles des chercheurs et des bibliothécaires, mais aussi des ingénieurs, designers, etc..

L’objectif est de permettre des regards croisés et des partages de questionnements sur des problématiques et démarches communes aux sciences de l’information et des bibliothèques, à l’information scientifique et technique et aux humanités numériques.

Quels enjeux scientifiques ?
  • Créer un carnet de recherche sur « terrain neutre » pour renforcer le dialogue entre les professionnels de l’information/le monde des bibliothèques et les chercheurs en sciences de l’information et de la communication.
  • Créer une passerelle entre le monde de la recherche et le monde des bibliothèques
  • Valoriser les travaux des étudiants (Mémoires de Master et des conservateurs par exemple)
  • Créer un espace d’échange et de réflexion sur les pratiques professionnelles
Pour quoi faire ?

L’objectif du carnet est à fois d’identifier les acteurs de ces thématiques, d’en repérer les enjeux et de rendre compte des positionnements scientifiques variés et complémentaires par la production d’analyses de synthèse.

La singularité de notre démarche est de « mixer » les approches des s cultures professionnelles portées par les acteurs de terrain et de la recherche en sciences de l’information.

Quand les discours de la communauté scientifique des chercheurs et ceux des professionnels de l’information et des bibliothèques portent sur les mêmes débats, quand les points de vue se rejoignent ou à l’inverse divergent par leurs objectifs et légitimités, il est temps de confronter les positions et de renforcer les articulations. Voir comment, au-delà des singularités, les problématiques se font échos, l’attention se partage autour des mêmes objets d’analyse pour constituer ainsi des passerelles entre les communautés professionnelles et confronter des positionnements. Continuer la lecture de DLIS, le carnet des Digital Libraries et Information Sciences