Archives de catégorie : Articles

La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Marianne Duquenne est doctorante contractuelle en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2019, au laboratoire GERiiCO (ULR 4073). Sa thèse porte sur l’application de la science ouverte en bioéconomie. Elle est co-encadrée par Patrice de la Broise et Joachim Schöpfel.

Ses recherches sont financées dans le cadre du projet pilote ReCaBio — Ressources Catalyses et Bioéconomie du Programme Gradué de l’I-Site ULNE « Science pour une planète en mutation » qui est soutenu par le gouvernement français à travers le Programme d’Investissements d’Avenir (I-SITE ULNE / ANR-16-IDEX-0004 ULNE).

Son carnet de recherche retrace le projet initial de la thèse, une esquisse de la problématique et quelques premiers résultats issus de ses recherches.

Chargée de cours au département des Sciences de l’Information et de la Documentation (UFR DECCID) de l’Université de Lille, ses enseignements portent essentiellement sur la science ouverte et plus particulièrement, sur les archives ouvertes.

ORCID ID : https://orcid.org/0000-0003-1493-7905

Twitter : @mariannedqn

LinkedIn

Adresse courriel : marianne.duquenne@univ-lille.fr

 

Qu’est-ce que la bioéconomie plus précisément ? Elle est souvent considérée comme un vecteur de réindustrialisation. Peux-tu apporter quelques précisions à ce sujet ?

La bioéconomie est définie comme une approche qui vise le remplacement des ressources fossiles, c’est-à-dire les ressources non renouvelables comme le charbon ou le pétrole, par des ressources plus respectueuses de l’environnement que l’on appelle plus communément biomasses. C’est un concept souvent associé à la notion d’économie circulaire.

Pour expliquer ce qu’est la bioéconomie, je m’appuie souvent sur la définition proposée par la Commission européenne (2018) qui est très pragmatique, elle permet de concevoir et d’illustrer la bioéconomie dans le faire : « produire du combustible à partir d’algues, recycler les plastiques, transformer des déchets en mobilier ou en vêtements neufs ou élaborer des engrais biologiques à partir de sous-produits industriels ».

Sur le terrain, j’ai pu constater deux choses : d’une part, qu’il existe plusieurs acceptions de la bioéconomie, c’est un concept qui recouvre différentes réalités et pratiques d’après les personnes interrogées, mais aussi, lorsque l’on s’intéresse aux discours d’accompagnement.

D’autre part, ce concept est relativement invisible sur le devant de la scène sociétale. Pourtant, en considérant les pratiques à échelle individuelle, comme le tri des déchets ou encore les démarches dites « zéro déchet », j’aime dire et constater que nous faisions déjà de la bioéconomie au quotidien sans le savoir.

Continuer la lecture de La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Colloque/Hackathon Savoirs /EHESS – 12 /13 mai Campus Condorcet

Savoirs est  une plateforme numérique innovante dédiée à l’anthropologie historique des savoirs proposant une collection d’instruments de recherche au service de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs. Six mois après la mise en ligne de la plateforme, le premier colloque interdisciplinaire Savoirs qui se tient  lieu au Centre des colloques de l’EHESS sur le CampusCondorcet entend croiser deux fils : une réflexion sur le champ de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs, qui est au cœur du projet Savoirs, et des éclairages sur l’impact des technologies numériques sur les méthodes de travail en SHS. 

Deux journées de hackathon visant à imaginer de nouvelles fonctionnalités numériques pour la plateforme Savoirs se dérouleront en même temps que le colloque.

Le projet Savoirs est né dans un nouveau champ de recherche situé au carrefour des sciences humaines et sociales et des disciplines d’érudition. Il prend pour objets les savoirs, définis comme l’ensemble des pratiques mentales, discursives, techniques et sociales par lesquelles une société, ses groupes et ses individus donnent sens au monde qui les entoure et se donnent les moyens d’interagir avec le monde.

La dimension comparatiste et interdisciplinaire de cette recherche ouvre aussi une réflexion sur nos propres pratiques et instruments, à l’heure où le numérique reconfigure nos environnements de travail, collectifs et individuels.


 

Continuer la lecture de Colloque/Hackathon Savoirs /EHESS – 12 /13 mai Campus Condorcet

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Qu’est-ce qu’un projet d’édition critique numérique ?

Après des études de lettres et de sciences humaines, Caroline Blanc Feracci a intégré le master 2 Publication numérique à l’Enssib pour parachever sa formation.

Après des études pluridisciplinaires de lettres et de mathématiques, Marthe Vertongen est actuellement étudiante en double master 2 Publication Numérique et Humanités Numériques à l’Enssib.

Petite étude d’objets éditoriaux qui réunissent bibliothèques, philologues, informaticiens et lecteurs autour d’une œuvre littéraire

Les projets d’édition critique numérique d’œuvres littéraires, à l’instar du site l’ENCCRE ou de l’application Candide publiée par la Bibliothèque nationale de France (BnF) et Orange, que l’on pourrait aussi appeler « sites d’édition savante », sont des entreprises éditoriales dont le nombre se compte sur les doigts d’une main en France. Conçues et développées par des acteurs qui évoluent en marge de l’édition privée, elles mettent néanmoins en évidence le changement de régime éditorial en contexte numérique, notamment en ce qui concerne la place du lecteur au sein de la chaîne de production.

Qu’est-ce qu’une édition critique numérique ? Tentative de définition

Tendre vers le général

Les éditions critiques numériques dont il est ici question se caractérisent par la diversité de leurs formes car chacune d’elles constitue un projet éditorial en soi, avec ses propres objectifs selon le texte édité, le public cible et les ressources financières et techniques allouées à l’équipe en charge du projet. Comme le notent les auteurs de l’ouvrage L’édition critique à l’ère du numérique, il est difficile de décrire en termes généraux le processus de conception des éditions critiques numériques dans la mesure où, « sauf celles qui inclinent à reproduire le plus possible les formes du livre, tout se passe comme si chacune se voulait une aventure singulière[1] ». Ils précisent ensuite qu’« à [leur] connaissance, il n’en est aucune qui ait réutilisé une architecture créée pour une autre œuvre ou pour un autre corpus ». Proposer une définition qui voudrait s’appliquer de manière systématique à chacune d’elles reviendrait ainsi à courir le risque de ne pas prendre en compte leurs spécificités respectives, qui font d’elles des objets éditoriaux uniques. La consultation en ligne d’exemples d’éditions critiques permet toutefois de cerner certaines tendances générales ayant trait aux modalités de présentation et de consultation, ainsi qu’aux choix des fonctionnalités et des outils interactifs.

Des e-éditions critiques

L’élément définitoire d’une édition critique est son apparat critique, c’est-à-dire l’ensemble des annotations – philologiques, critiques ou d’identification des sources – ajoutées au texte original qui permettent d’informer le lecteur sur les modalités d’établissement du texte par l’éditeur scientifique. L’objectif des philologues est d’établir un texte fixé faisant autorité et de donner « les clés permettant de mieux [le] lire[2] ». Une édition critique est ensuite qualifiée de numérique quand elle a nécessité une implication importante du numérique à divers stades de sa conception. La particularité de ces projets d’édition critique numérique tient en effet à la place des technologies numériques dans la chaîne du processus. Ces outils numériques spécifiques reposent sur les dernières technologies d’encodage et nécessitent donc l’intervention d’experts en informatique qui sont la plupart du temps étranger au principe de l’édition et plus encore de l’édition savante. Parce que ces éditions sont réalisées sous la forme de bases de données et ne sont en aucun cas des copies numériques d’éditions critiques existantes en format papier, il est plus à propos de les qualifier d’e-éditions et non d’e-books.

Les cinq propositions de Peter Robinson

Pour aller plus loin dans la tentative de définition de ces projets, il est utile de reprendre les cinq propositions de l’universitaire anglais Peter Robinson.

  • L’usage de la technologie informatique pour produire une édition particulière a lieu dans un contexte de recherche particulier.
  • Une édition numérique devrait être basée sur une transcription complète des textes originaux dans une forme numérique et cette transcription devrait se référer à des principes explicites.
  • L’usage de méthodes analytiques assistées par ordinateur peut restaurer la critique historique de larges traditions textuelles comme un but central pour les éditeurs savants.
  • La nouvelle technologie a le pouvoir de changer non seulement la manière dont les éditeurs éditent mais aussi celle avec laquelle les lecteurs lisent.
  • Des projets éditoriaux générant des quantités substantielles de textes transcrits en mode numérique devraient adopter dès le début une politique de transcription ouverte.

Ces propositions montrent qu’une édition critique numérique d’un texte original est toujours produite dans un contexte bien spécifique (« édition particulière ») à partir duquel sera définie la politique éditoriale (« principes explicites ») et suggèrent en même temps que les outils technologiques offrent de nouvelles possibilités analytiques à la critique textuelle traditionnelle (« restaurer la critique historique »). Aussi, elles mettent en avant le renouvellement du rapport au texte édité chez l’éditeur et chez le lecteur, lequel n’est plus un simple lecteur-récepteur en raison de la nature collégiale et non-figée de l’édition (« politique de transcription ouverte »). Il convient cependant de préciser que la « nouvelle technologie » et l’ouverture du processus d’édition n’engendrent pas une diminution du rôle de l’éditeur critique mais supposent au contraire la prise en charge de nouvelles tâches éditoriales, le pilotage d’une équipe significative et souvent internationale, et la capacité à dégager une vue d’ensemble du projet tout au long du processus d’édition.

Comment réaliser une édition critique numérique ? Décomposition d’un projet d’édition critique numérique : étapes et acteurs

Lancement du projet

Une édition critique numérique est le résultat d’un projet d’édition critique numérique. Ce sont, dans la plupart des cas, des experts (chercheurs, enseignants-chercheurs, maîtres de conférence) qui entreprennent ce type de projet. Les premiers acteurs à intervenir sont donc le ou les chercheurs, ou la ou les institutions qui a l’idée d’une édition critique numérique. Ils interviennent comme les maîtres d’ouvrage du projet. Ce sont eux qui initient et lancent le projet en cherchant et regroupant les moyens et personnes nécessaires. En effet, pour mener à bien un projet d’édition critique numérique, comme pour tout projet, il faut rassembler :

  • des moyens financiers et matériels car les coûts peuvent être très importants ;
  • des moyens humains car ce sont la plupart du temps des projets de grande envergure qui demandent du temps et beaucoup de travail ;
  • le document-source à partir duquel réaliser l’édition (des manuscrits, une édition déjà existante ayant établi une version du texte-source et qui va être reprise, retravaillée, enrichie).

Pour parvenir à réunir tout cela, les maîtres d’ouvrage doivent rechercher des partenaires, comme des bailleurs de fonds pour aider au financement du projet, des infrastructures de recherche pour apporter un soutien matériel (serveurs, hébergement du site, etc.) et des bibliothèques ou centres de ressources pour avoir accès aux manuscrits (papiers ou numérisés). Le financement de ces projets d’éditions s’appuie également en grande partie sur le soutien des universités ou laboratoires de recherche auxquels sont rattachés les chercheurs qui lancent le projet.

En plus de la recherche des partenaires et du financement, les maîtres d’ouvrage doivent faire appel à une équipe-projet pour la mise en œuvre de l’édition critique numérique. Le plus souvent, quand les maîtres d’ouvrage sont des chercheurs, ils font eux-mêmes partie de l’équipe-projet et la dirigent en tant que chefs de projet. Leur rôle est alors primordial car ils doivent coordonner l’équipe-projet constituée d’une équipe scientifique et d’une équipe technique. L’équipe scientifique se compose d’experts, d’universitaires, de philologues. Il peut s’agir d’historiens, de linguistes, de spécialistes de la littérature, etc. L’équipe est vraiment pluridisciplinaire. Elle est chargée d’accompagner la reproduction numérique de l’œuvre littéraire d’un appareil éditorial et d’un apparat critique qui en permettra l’utilisation et la compréhension. L’équipe technique, quant à elle, regroupe des informaticiens, des ingénieurs, des développeurs, des concepteurs et des web designers. Ils s’occupent de la réalisation technique de l’édition critique, développent et fournissent les outils logiciels employés dans la chaîne de production de l’édition critique numérique, de la numérisation à l’édition numérique et sa diffusion sur le web. Ils ont également un rôle essentiel dans la réflexion en amont de la production. En échangeant avec l’équipe scientifique et le ou les chefs de projet, ils réfléchissent aux fonctionnalités qui doivent être prévues au moment du codage du texte et des enrichissements numériques qui sont envisagés pour l’édition critique numérique. Les chefs de projet doivent donc faire le lien entre les deux équipes pour faire comprendre les avis et besoins des deux et les faire converger vers une entente et un travail d’équipe qui mènera à la réalisation d’une édition critique numérique. Les chefs de projet sont donc avant tout des médiateurs d’une équipe-projet pluridisciplinaire.

Réalisation de l’édition critique numérique

Une fois le projet lancé, une des premières étapes pour les chefs de projet est, comme pour toute édition, la définition d’une politique éditoriale qui guidera tout le long le projet d’édition critique numérique. Les chefs de projet réfléchissent en concertation avec leur équipe aux fonctionnalités de l’édition, de son contenu, des parcours de lecture proposés, des modes de visualisation, etc.

Pour entamer la réalisation de l’édition critique et numérique, il faut d’abord choisir et préparer le document qui sera la source de l’édition. C’est le travail des philologues qui peuvent coordonner le choix du corpus de textes, le collationnement[3] et la numérisation des manuscrits, pour présenter à la fin un document-source (corpus de textes) à partir duquel se basera l’édition critique et l’édition numérique.

Après la numérisation, vient la transcription, étape indispensable pour les projets qui ne se basent pas sur des transcriptions déjà existantes de l’œuvre littéraire. La transcription permet de convertir les textes numérisés qui sont donc en format image au format numérique. Cela demande un travail considérable. Un important travail de relecture et de vérification des transcriptions est nécessaire. Pour cette étape, il est courant de faire appel à des bénévoles qui viennent aider l’équipe-projet.

Une fois le document-source établi, l’enrichissement critique peut être réalisé. L’équipe scientifique réalise des apparats des variantes et des sources, écrivent des textes d’explication linguistique, historique ou littéraire, annote le texte. L’enrichissement critique peut varier selon les types d’éditions et de critiques souhaitées, comme la critique philologique, la critique génétique, ou la critique littéraire.

Pour enrichir l’édition numériquement et d’un apparat critique, l’encodage est une étape nécessaire dans la réalisation d’une édition critique numérique. L’encodage consiste à baliser un texte avec des balises pour structurer et décrire logiquement son contenu, c’est-à-dire le texte tel qu’il a été conçu et non pas sa présentation. Parce qu’il correspond aux standards du balisage généralisé, assurant ainsi la longévité de sa validité dans l’environnement numérique et son accès et compréhension par tous, le langage XML/TEI (eXtensible Markup Language/Text Encoding Initiative) est majoritairement utilisé pour l’encodage des éditions critiques numériques. L’encodage est un travail long et rigoureux sur lequel peuvent travailler à la fois l’équipe scientifique et l’équipe technique. Grâce à l’encodage, des informations très diverses peuvent être encodées et ainsi leur affichage pourra être différent selon les publics. Différents niveaux d’information critique peuvent ainsi être encodés et être consultables selon les envies du lecteur, qui peut ainsi avoir accès aux informations qu’il veut quand il veut, et si besoin peut effectuer des recherches à la fois dans le texte (transcriptions) et dans les parties critiques. L’encodage nécessite également un important travail de relecture et vérification.

Réalisation de l’interface de consultation et diffusion

Enfin, il faut réaliser le « support » de l’édition critique numérique pour assurer sa diffusion et la rendre accessible aux lecteurs. Étant nativement numérique, ce « support » est une interface de consultation, et est donc nouveau et surtout unique, propre à chaque édition critique numérique, chaque projet développant sa propre interface adaptée aux besoins spécifiques de chaque édition. L’équipe technique développe l’interface et réfléchit à la conception ergonomique. Le site web d’une édition peut être créé entièrement par l’équipe technique ou être réalisé à l’aide d’un CMS (Content Management System). Mais l’utilisation d’un CMS est plutôt rare car la réalisation d’un site de consultation d’une édition critique numérique est exigeante, les besoins et fonctionnalités précis et particuliers. L’édition critique numérique peut également se baser sur une base de données qui permet les requêtes, les recherches dans le texte, l’accès aux images et transcriptions.

Une fois l’interface de consultation achevée, l’édition critique numérique peut être diffusée. Il est courant avec les éditions critiques numériques, que l’interface soit diffusée et rendue accessible même si l’édition n’est pas terminée, notamment parce que l’édition critique et numérique est un processus ouvert qui n’a pas toujours de fin définie, et également pour ainsi diffuser des appels à contribution aux potentiels lecteurs intéressés qui peuvent ainsi devenir collaborateurs.

Exemples d’éditions critiques numériques : à la conquête des lecteurs

Candide[4]

L’édition critique numérique Candide, l’édition enrichie, disponible sur le web et sous forme d’application, est le fruit d’un projet d’édition critique numérique mené par la BnF et Orange. C’est un bon exemple d’édition critique numérique destinée à un grand public.

Le projet a été réalisé par la BnF et Orange, avec la collaboration de la Voltaire Foundation. Cette dernière a permis l’accès et l’utilisation du document-source : l’édition critique de René Pomeau publiée par la Voltaire Foundation. L’équipe-projet est constituée à la fois de membres de la BnF et d’Orange, dont des spécialistes, des professeurs, des conservateurs, des ingénieurs de recherche, des développeurs, des informaticiens. Contrairement à la plupart des projets d’éditions critiques numériques existantes, celui-ci n’a pas été lancé dans un contexte de recherche dans un milieu universitaire. Il se détache donc un peu des autres projets, notamment au niveau des moyens financiers et de l’organisation et de la constitution de l’équipe-projet. Le contexte du projet a aussi influencé le public cible qui, hors d’un contexte de recherche, semble plus facilement englobé le grand public.

Cette édition propose à tous de (re)découvrir l’œuvre Candide de Voltaire, en proposant « une approche à la fois ludique et scientifiquement rigoureuse ». L’édition est enrichie par des fonctionnalités numériques (lecture audio, zoom, recherche…) et des apports critiques (définitions, notes, fiches des personnages et des lieux, explication de concepts d’un point de vue historique et littéraire, variantes de l’édition critique…) qui aident à la compréhension de l’œuvre.

L’édition comporte trois parties : le livre, le monde, le jardin. Chaque partie a sa propre approche du texte. Le livre se concentre sur la lecture du texte. Le lecteur peut parcourir l’œuvre proposée comme un livre qui affiche sur la page de gauche le texte et l’image du manuscrit numérisé sur la page de droite. Il est possible d’écouter la lecture de l’œuvre et les enrichissements critiques visibles permettent une lecture augmentée. Le monde est constitué d’une carte qui retrace le voyage de Candide et permet ainsi au lecteur de suivre le chemin de son périple, tout en ayant accès à des approfondissements et éclairages autour de l’œuvre (interviews, anthologie, contenus iconographiques…). Le jardin est un espace collaboratif de création et de partage dans lequel le lecteur peut, en organisant et commentant les favoris qu’il a créés, partager sa perception personnelle de l’œuvre. Chaque création vient s’ajouter sous forme d’arbres de la connaissance dans le jardin. Le lecteur devient ainsi contributeur. Lui proposer de réaliser une création littéraire peut être considéré comme une façon de lui accorder une part d’auctorialité. Avec ces trois parties, l’édition propose au lecteur trois modes d’entrée et de découverte de l’œuvre qui s’adaptent à tous les besoins et donc à tous les types de public.

Figure 1. Une page de la partie « livre » de Candide publié par la BnF : https://candide.bnf.fr

 

L’ENCCRE[5]

Contrairement à l’édition critique sur papier qui s’adresse à un lecteur spécialiste souvent pourvu d’un doctorat ou en cours d’étude et qui constitue une niche éditoriale, l’édition critique numérique prend en compte une plus grande variété de profils du lecteur, et peut parfois même avoir une vocation grand public. Dans le dossier de presse[6] du projet l’ENCCRE, il est ainsi précisé que le projet d’édition a été « pensé pour en démocratiser l’accès ». Si ce projet se distingue de celui de l’édition enrichie de Candide par la BnF en comportant moins de contenus multimédias et ludiques, les modalités d’entrée dans l’œuvre de Diderot et d’Alembert témoignent d’une volonté de désanctifier cet objet littéraire et de le mettre à la portée de tous, sans appauvrir son contenu. L’édition numérique de l’Encyclopédie comporte en effet une page d’accueil qui incite à cliquer sur la tranche d’un des volumes de textes ou de planches. Une fois que le lecteur a fait son choix, une table des matières du volume correspondant se présente à lui. Ce choix de présentation et de structure permet d’insérer des étapes intermédiaires qui fonctionnent comme des filtres et permettent d’éviter l’effet de masse que peut susciter ce dictionnaire et sa nomenclature colossale. De plus, le site propose au lecteur-usager une visite guidée qui lui présente les quatre portes d’entrée par recherche dans l’œuvre, selon ses besoins : la recherche d’un titre d’article, la recherche d’un contributeur, la recherche d’un domaine (agriculture, médecine, etc.) et la recherche plein-texte dans la transcription des articles.

Figure 2. Page d’accueil du site de l’ENCCRE : http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

 

 

L’édition critique en contexte numérique ouvre ainsi de nouvelles perspectives de réception : le lecteur-usager peut aussi bien être un expert, un étudiant ou un lecteur « grand public », c’est-à-dire un lecteur non spécialiste et simplement curieux de découvrir l’objet éditorial proposé. Même pour un projet comme l’ENCCRE, le lecteur-usager peut adopter divers comportements, plus ou moins actifs selon les modalités de lecture et fonctionnalités que présentent l’édition critique et selon l’expérience de lecture qu’il souhaite privilégier. Par exemple, le lecteur grand public aura plus tendance à se concentrer sur le texte établi tandis que le lecteur expert et, dans une moindre mesure, le lecteur étudiant circuleront plus volontiers dans l’ensemble de l’édition ou consulteront les ajouts de contributions, pour prendre connaissance de tous les éléments critiques et philologiques.

Conclusion

Ces entreprises éditoriales sont d’une envergure a priori sans équivalent dans le domaine de l’édition numérique. Elles nécessitent la coordination d’acteurs aux domaines d’expertise variés ainsi que la réalisation de diverses étapes qui conditionnent la réussite du projet dans son intégralité tant elles sont interdépendantes les unes des autres. De par la nature ouverte de ces projets, les possibilités de collaboration entre l’équipe éditoriale et le lecteur à différents niveaux de la chaîne de production sont nombreuses. Les projets pris en exemple dans cet article illustrent bien le passage « d’un régime de production-consommation passive à un régime de communication et d’interaction[7] », car tous invitent d’une manière ou d’une autre le lecteur-usager à être « producteur ». Souvent destinées à un public plus large que celui de l’édition savante papier, ces éditions critiques numériques présentent une forte dimension expérimentale et participent d’une réflexion sur l’évolution des usages et pratiques de lecture. Les acteurs de l’édition traditionnelle, séduits par la qualité de ces sites savants d’édition, seront sans doute amenés à mettre en œuvre des projets similaires une fois qu’ils auront trouvé un modèle économique viable.

Bibliographie

Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017.

Bourassa, Renée (dir.), 2021. Le livre en contexte numérique : un défi de design. En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/

Casenave, Joana, 2016. La Transposition numérique de l’édition critique : éléments pour une édition de l’Isopet 1-Avionnet, thèse de doctorat, Université Paris-est Créteil et Université de Montréal, soutenue le 28 octobre 2016.
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/18429/Casenave_Joana_2016_these.pdf?sequence=6&amp%3BisAllowed=y

Casenave, Joana, 2019. « Le positionnement éditorial dans l’édition critique numérique », Digital Studies/Le Champ numérique, 2019.
En ligne : https://www.digitalstudies.org/article/id/7343/#n4

Epron Benoit et Muller Catherine, 2021. « De l’Abécédaire à HyperOtlet : L’Abécédaire des mondes lettrés, un outil d’écriture collaborative savante », in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.
En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/abecedaire-hyperotlet/

Greslou, Elisabeth et Meynard, Cécile, 2021. « Du manuscrit au numérique. Une édition multiformes et multisupports des manuscrits de Stendhal », in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.
En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/manuscrit-numerique-stendhal/#fn:8

Laborderie, Arnaud, 2021. « Du livre enrichi au livre augmenté: Les enjeux d’une clôture numérique », in in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.

Laborderie, Arnaud, 2015. « Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation », Doctorales de la SFSIC 2015, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2015.
https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01185820/document

Robinson, Peter, 2002. « What is a Critical Digital Edition? », Variants. The Journal of the European Society for Textual Scholarship, 1, 2002.

Sahle, Patrick, 2016.
« What is a Scholarly Digital Edition? », in Driscoll, Matthew James et Pierazzo, Elenan, Digital Scholarly Editing: Theories and Practices, Cambridge : 2016.
En ligne : https://www.openbookpublishers.com/product.php/483?483

Sites web

Site web de l’édition numérique de Candide par la BnF :
https://candide.bnf.fr/

Site web de l’édition numérique des manuscrits de Madame Bovary :
https://www.bovary.fr/

Site web de l’Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie :
http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

Site web de l’édition numérique des manuscrits de Stendhal :
http://manuscrits-de-stendhal.org

Site web de l’édition critique numérique du Manuscrit Français 640 de la BnF :
https://edition640.makingandknowing.org/#/

Site web de l’édition critique numérique des lettres de Van Gogh :
http://www.vangoghletters.org/vg/letters.html

Site web de l’édition critique numérique des œuvres de Charles Fontaine :
http://chfontaine.huma-num.fr/projet/presentation

Site web de la Text Encoding Initiative : https://tei-c.org

Site web de la Très Grande Infrastructure de Recherche Huma-Num : https://www.huma-num.fr

Documentation

Dossier de presse de l’ENCCRE du 19 octobre 2017 :
http://enccre.academie-sciences.fr/presse/Dossier_de_presse_ENCCRE_19_octobre_2017.pdf

Manuel de transcription XML du projet d’édition des manuscrits de Stendhal, version 1.4 du 16 mars 2015 :
http://stendhal.demarre-shs.fr/stendhal-wordpress/wp-content/uploads/2015/03/Manuel-de-transcription_V1.4_2015.pdf

Notes

[1] Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017, p. 21, comme ce qui suit.

[2] Régnier, Philippe, 2017. « Vers une nouvelle économie politique de l’édition critique », in L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017, p. 292.

[3] Comparer entre eux des manuscrits et imprimés pour s’assurer de leur conformité.

[4] https://candide.bnf.fr

[5] http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

[6] http://enccre.academie-sciences.fr/presse/Dossier_de_presse_ENCCRE_19_octobre_2017.pdf

[7] Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. Ibid., p. 22.

Le livre scientifique peut-il survivre au format numérique ?

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste dans l’enseignement secondaire depuis plusieurs années. Riche de son expérience professionnelle, engagée dans la transmission des savoirs, elle a élargi ses compétences à l’édition numérique en obtenant en 2021 le master 2 Publication numérique de l’Enssib. Elle a rédigé son mémoire sur les enjeux contemporains du livre numérique dans le contexte de l’édition scientifique sous la direction de Valérie Larroche, et disponible en ligne à compter de novembre 2021. Elle s’investit dans la diffusion en accès ouvert et le développement de projets éditoriaux innovants.

Contexte

Depuis les années 1990, la démocratisation du réseau mondial Internet et des technologies du numérique bouscule la production, la diffusion et l’accès aux informations. Elle transforme également le travail savant et notre rapport aux connaissances scientifiques. En quelques clics nous fouillons les milliards de données qui composent le web et nous trouvons potentiellement, dans cette surabondance informationnelle, des réponses à nos interrogations (Mille, 2014)[1].

Cependant, la capacité de ce média à déhiérarchiser la diffusion d’informations, parfois erronées, interroge. Les publications tous azimuts nécessitent plus que jamais le regard critique du citoyen, mais aussi la maitrise d’une littératie numérique doublée d’une vigilance face aux envoûtements médiatiques (Citton, 2014)[2]. Dans ce contexte et afin de soutenir le livre scientifique, je présenterai dans cet article l’intérêt de son développement au format numérique enrichi.

Continuer la lecture de Le livre scientifique peut-il survivre au format numérique ?

Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Participez à une cartographie scientifique des disciplines rares ! Enquête soutenue par CollEX – Persée

Les disciplines rares et émergentes trouvent difficilement leur place dans le paysage institutionnel. Pour répondre à cette difficulté, le MESRI a mis en place, en mars dernier, un comité de pilotage et un groupe de travail constitués de huit institutions sensibles au potentiel des ces champs disciplinaires pour la vitalité des sciences et leurs dynamiques : CPU, CP-CNU, CNRS, ANR, Alliance Athéna, AllEnvi, INALCO et UFA-DFH.

L’objectif est de construire une cartographie des disciplines rares avec les enseignants chercheurs de ces disciplines, mais aussi les chercheurs et ingénieurs de recherche, les vice-présidents Formation et Recherche et les directeurs adjoints scientifiques du CNRS, en les invitant à participer à une enquête ouverte jusqu’au 31 mai 2021.  A l’agenda du groupe de travail, la coordination des travaux d’identification et de quantification des disciplines rares par le comité conduites en partenariat avec l’Arbeitsstelle Kleine Fächer de la Johannes Gutenberg Universität de Mayence. Et à terme, la création d’une base de données d’experts afin de faciliter les travaux en réseau et l’interdisciplinarité.

Pour voir la cartographie des disciplines rares (kleine Fächer) dans les universités allemandes :
https://www.kleinefaecher.de/kartierung/kleine-faecher-von-a-z.html

Ne tardez plus pour répondre à cette enquête soutenue par CollEx-Persée  !
https://disciplines-rares.renater.fr/limesurvey/index.php/468153?lang=fr

Pour en savoir plus sur ce projet de cartographie des disciplines rares, sur le site de CollEx-Persée.

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Compte-rendu du webinaire du 4 novembre 2020 dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier. Replay de la rencontre à venir.

Titulaire d’un double master recherche mention Histoire et mention Études sur le Genre, obtenus à l’Université Lumière Lyon 2 et d’un master 1 Sciences de l’Information et des Bibliothèques (PANIST) de l’Enssib, Lucie Delaunay est actuellement étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib afin d’acquérir une expertise sur l’ensemble des aspects de l’édition numérique.

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste de l’enseignement agricole depuis plusieurs années. Engagée dans la transmission des savoirs, passionnée par l’écrit et la littérature sous toutes ses formes, elle réalise cette année un master 2 Publication numérique à l’Enssib.

Stéphanie Louison est étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib, après un master 1 en sciences de l’information.

Rediffusion

Initiatives, stratégies et pratiques éditoriales dans l’édition savante

Des acteurs français et québécois de l’édition savante œuvrant dans l’Open Access et dans l’économie sociale et solidaire ont été conviés par Valérie Larroche, maître de conférence à l’Enssib et Antoine Fauchié, doctorant à la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques pour un webinaire organisé dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier.

Cette rencontre visait à montrer la diversité des acteurs de l’édition savante et à comprendre l’étendue des possibilités proposées par leurs différentes structures. C’est dans cette optique que deux acteurs ont présenté leurs stratégies économico-éditoriales : Sylvie Bigot, des Presses universitaire de Grenoble (PUG) et Émilie Paquin, d’Érudit. Ensuite, des expériences et des pratiques éditoriales liées à des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’Open Access ont été mis en avant avec Servanne Monjour et Nicolas Sauret pour Les Ateliers de [sens public] et Sylvia Fredriksson en tant qu’experte des Communs.

Continuer la lecture de Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication rattachée au département Information-Documentation de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l’ouvrage : Les imaginaires numériques au musée, aux éditions MkF, 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

Le billet sur ce carnet constitue un extrait de la conclusion de l’ouvrage et a été reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmkf.com/produit/imaginaire-numerique-musee/

Cet ouvrage s’appuie entre autres sur ses travaux de recherche menés  dans le cadre de sa thèse “L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie” (thèse soutenue en 2016). Cette thèse est gratuitement accessible sur TEL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01513541

« Il a été question dans cet ouvrage des thématiques fréquemment abordées lors des débats sur numérique au musée : discours prophétiques, vitalité des communautés professionnelles, approches solutionnistes, etc.

En revanche, j’ai observé peu de discours médiatiques reliant les technologies numériques au musée avec d’autres thématiques sociales actuelles.

En guise d’ouverture, voici une liste de quelques uns de ces points aveugles qui constituent des zones d’invisibilité de la recherche : les enjeux écologiques,  éthiques, sociaux et interculturels.

Certains de ces enjeux sont évidemment apparus dans les entretiens avec les enquêtés et dans les corpus journalistiques, mais ils ont  cependant été peu développés.

Leur place a parfois été estimée comme moins pertinente dans le débat, notamment en raison de leur aspect militant. Complétons alors le débat en se demandant ce que serait « un musée socialement et intellectuellement pertinent ? » (Winkin, 2020) une fois ces points
aveugles mis au jour.

Continuer la lecture de Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'université Paul Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l'ouvrage : "Les imaginaires numériques au musée", aux éditions MkF en 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values

Cultural Sociology, 14 (3)
“Symposium on Nathalie Heinich’s
Sociology of Values”
Béatrice Fleury & Jacques Walter (eds)
Abstract
The present issue includes all six articles that composed the symposium about Heinich’s book Des Valeurs. Une approche sociologique, which appeared across the 31st to 33rd issues of Questions de Communication. The first paper, by Heinich, is an excerpt from her book organised in the form of 10 extracts. The following article by Béatrice Fleury and Jacques Walter (Crem, University of Lorraine) provides an overview of the editorial exchanges and places them in context. Then come the responses by Laurence Kaufmann and Philippe Gonzalez (University of Lausanne), Louis Quéré (EHESS, CNRS), and Danilo Martuccelli (Millennium Nucleus Centre Authority and Power Asymmetries – Université de Paris – Universidad Diego Portales, Chile). The final paper is Heinich’s rejoinder to the critical commentaries.
——————————–

Les articles originaux en français sont disponibles en accès libre dans la rubrique « Échanges » des livraisons 31 à 33 de la revue Questions de communication :

To the publisher’s website: : https://journals.sagepub.com/toc/cusa/14/3

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec

Enjeux et pratiques du numérique dans les institutions culturelles : regards croisés, le 4 novembre 2020 à 15h.

L’Université Lyon 2, l’ENS de Lyon et l’Université Jean Monnet, en partenariat avec la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa et Ingenium Canada, proposeront une rencontre 100% virtuelle dans le cadre des 33è Entretiens Jacques Quartier.

Cette rencontre se déroulera en deux temps :

15h-16h30 : La numérisation de collections et de corpus : pratiques, méthodes, enjeux

Conférencières :
–    Leslie Weir, Bibliothèque et Archives du Canada
–    Cécile Davrieux-de Becdelièvre, Bibliothèque municipale de Lyon

Intervenant.e.s à la table ronde :
–    Gabrielle Richard, UMS Persée
–    Christelle Faure, Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne
–    Thomas Lebarbé, Université Grenoble Alpes, Consortium Cahier

Synthèse par Kevin KEE, Doyen de la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa

16h30-18h : De la numérisation à la valorisation : usages et mutations

Conférencière  : Fiona Smith Hale, Ingenium, Musée des sciences et de l’innovation du canada

Intervenant.e.s à la table ronde animée par Sylvain Schryburt de l’Université d’Ottawa :
–    Emmanuel Brandl, Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib)
–    Cyril Longin (Archives municipales de Saint-Étienne) et Gilbert Delahaye (Groupe Casino), Fonds d’archives Casino
–    Jean-Baptiste Monat, Conservateur à la bibliothèque de l’Université Lumière Lyon 2
–    Muséomix AURA (intervenant communiqué ultérieurement)
–    Guillemette Naessens, Musée des Beaux-Arts de Lyon

Synthèse par Kevin KEE, Doyen de la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa.

Cet évènement gratuit sera accessible en ligne (réservation obligatoire sur le site du Centre Jacques Cartier), le lien sera communiqué ultérieurement.

Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

This article was originally published in the “Journal of eScience Librarianship” by Margaret Henderson :

Henderson M. Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship. Journal of eScience Librarianship 2020;9(1): e1183. https://doi.org/10.7191/jeslib.2020.1183. Retrieved from https://escholarship.umassmed.edu/jeslib/vol9/iss1/2
Margaret Henderson is Health Sciences Librarian, and chair of the research data management (RDM) team, at San Diego State University. She presented her research on the development of  team-based, case-based, critical pedagogy for one-shot classes at MLA and EAHIL in 2019. Margaret is the author of Data Management: A Practical Guide for Librarians (Rowman & Littlefield, 2016). She was a teacher, mentor, and content creator for the Biomedical and Health Research Data Management Training for Librarians offered by the National Training Center of the National Network of Libraries of Medicine. She was the RDM director at Virginia Commonwealth University Libraries, and has had over 30 years experience as a biomedical librarian.

Introduction

There is more to providing research data services (RDS) than the technical skills necessary for data management. Reviews of job advertisements for data librarians show that there are many other skills listed.

Eclevia et al. (2019) did a study of 104 job advertisements and found that interpersonal and communication skills, and the ability to work independently and collaboratively, occurred in job advertisements more often than knowledge of research data curation and management. Kahn and Du (2018) in a similar study of job advertisements, found the skills of research assistance and critical thinking/problem solving were in more job advertisements than knowledge of data sources or a statistical software package.

Federer (2018) conducted a survey of librarians doing data related work, and found that communication skills, the ability to develop relationships with researchers, and other “soft skills”, were especially relevant to their work.

“Soft skills”, or interpersonal skills, and other non-technical skills, are very important when setting up research data management services, and continue to be important to the sustainability of services. Reference skills, relationship building, collaboration, listening, and facilitating access to de-centralized resources, are all important to the success of a service.

Combining these skills with an understanding of the data life cycle, metadata, and some coding and statistics, will place librarians and libraries in a good position to support research at their institution.

If you want to work with data, you will need to be an administrator and an entrepreneur, as well as a reference and instruction librarian, so data science knowledge is only a part of the job.

Continuer la lecture de Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

Carine Aillerie est enseignante-chercheure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers (EA TECHNE 6316). Philosophe de formation, elle a été enseignante documentaliste dans l’enseignement secondaire et chargée d’études à la Direction R&D de Réseau Canopé.

Ce billet a pour objectif de proposer un compte-rendu d’une intervention de Mme Carine Aillerie qui s’est déroulée le mercredi 22 janvier 2020 à la faculté d’éducation de Montpellier dans le cadre des journées universitaires des professeurs documentalistes organisées par Cécile Raynal, formatrice MEEF à la faculté d’éducation de Montpellier, et Céline Paganelli, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Carine Aillerie est intervenue sur les notions de culture informationnelle et culture numérique. Elle s’est intéressée plus précisément aux pratiques juvéniles d’information, mettant l’accent sur leur hétérogénéité.

Elle s’interroge sur la place du numérique dans la culture  informationnelle, ainsi qu’aux enjeux liés à la scolarité. Elle aborde ainsi les implications des pratiques numériques du point de vue des élèves, mais aussi des enseignants, en ouvrant le débat sur les nouvelles pratiques pédagogiques.

Carine Aillerie a articulé son propos autour de trois points. Après un préambule dans lequel elle précise les termes de culture numérique et culture informationnelle, replaçant ces notions dans leur contexte historique, elle aborde les pratiques informationnelles, et plus  précisément celles des jeunes, mettant l’accent sur leur  hétérogénéité.

La seconde partie de son intervention étudie le rôle informationnel des réseaux sociaux numériques, et questionne la place du numérique dans les pratiques informationnelles des jeunes.

Elle termine en abordant les modèles d’évolution pédagogique.

Continuer la lecture de Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?
Continuer la lecture de La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception