Archives de catégorie : Ailleurs sur le web

École d’été éditions numériques / humanités numériques : 28 mai au 2 juin 2018 à la MSH-Alpes- Grenoble

EDEEN 2018, la seconde édition de l’École d’Été Éditions Numériques / Humanités Numériques, organisée par l’université Grenoble-Alpes en collaboration avec la Maison des Sciences de l’Homme -Alpes et l’UMR Litt&Arts, se tiendra du 28 mai au 2 juin 2018. EDEEN 2018 bénéficie du soutien de la MSH-Alpes et du consortium CAHIER.

L’école d’été vise un public de doctorant·e·s, jeunes chercheuse·eur·s et tous ceux soit qui veulent comprendre ce que ce sont les Humanités Numériques par la pratique, soit qui désirent approfondir leurs connaissances. Pour cette seconde édition, les participants pourront choisir parmi le parcours de niveau 1 – “Structuration du texte”, pour lequel il n’y a pas de pré-requis, et le parcours de niveau 2 – “Représentation du texte”, pour lequel des pré-requis sont nécessaires (participation à la formation de 2017 ou d’autres formations similaires).

Continuer la lecture de École d’été éditions numériques / humanités numériques : 28 mai au 2 juin 2018 à la MSH-Alpes- Grenoble

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour d’expérience sur Zotero dans les pratiques documentaires du chercheur

Depuis 2015, Caroline Muller est Professeure agrégée (PRAG) en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne Ardenne (URCA). Elle était auparavant  en contrat doctoral à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse, soutenue en septembre 2017, a été dirigée par Bruno Dumons au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes).
Elle anime le carnet de recherche Acquis de conscience où elle a publié cet article.

Une conversation a eu lieu hier sur Twitter au sujet de Zotero, l’outil de bibliographie désormais bien connu développé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media. Les différents arguments – pour, contre, pour mais-sous-conditions– m’ont donné envie de faire le point sur ma propre pratique du logiciel, les atouts que j’y vois mais aussi les difficultés passées.

La discussion synthétise plusieurs réticences et arguments que les collègues avancent souvent quand on leur parle de Zotero. Beaucoup préfèrent la gestion de la bibliographie via des fichiers élaborés sous Word, pour plusieurs raisons.

  • La première est que le temps de saisie de leur bibliographie serait trop long : pour ceux et celles qui ont déjà vingt ans de carrière, les données accumulées peuvent être massives.
  • La seconde réticence tient à la manipulation du logiciel qui « ne fonctionne pas toujours très bien » ou encore « donne des bibliographies remplies d’erreurs »
  • Enfin, le dernier argument souvent avancé est que le principe de « un clic-une fiche biblio collectée » serait dangereux et conduirait à collecter des références en tout sens sans les lire ou les classer.

Je voudrais revenir sur ces différentes idées en réfléchissant à ma propre pratique. J’ai la chance d’avoir commencé la recherche avec Zotero ; autrement dit, je n’ai pas eu besoin d’intégrer une bibliographie préexistante dans le logiciel. Je pense cependant que les collègues gagneraient à passer un ou deux jours à intégrer leurs fichiers Word car le gain de temps (mais aussi de confort d’exploration, j’y reviendrai) est considérable sur une vie de recherche.

Pour rappel, Zotero fonctionne sur un principe simple : le logiciel est installé sur l’ordinateur, et un petit plug-in est installé dans la barre d’extensions du navigateur. À partir d’un catalogue de bibliothèque ou d’éditeur scientifique (CAIRN, Worldcat, Sudoc…), il suffit de cliquer sur l’icône pour que la fiche bibliographique soit collectée dans le logiciel.

Icône de collecte
Fiche collectée à l’arrivée

 

À partir de la liste collectée, on sélectionne les fiches souhaitées et Zotero construit une bibliographie automatiquement, d’après les consignes et normes qu’on lui a donné – les tutoriels ne manquent pas.

De la nécessité de vérifier les références collectées

C’est ici que l’on croise les objections relevées tout à l’heure : les bibliographies « pleines d’erreur » à l’arrivée, ou encore le problème de fiches incomplètes. Il me semble qu’on n’insiste pas encore assez, en formation, sur la nécessité de vérifier systématiquement la propreté de la fiche collectée : est-ce que tous les renseignements y sont ? Est-ce qu’ils sont dans les bons champs ? Les majuscules et minuscules au bon endroit ? Trop d’étudiants et de collègues « sautent » cette étape de vérification et de « nettoyage » des données collectées, ce qui produit à l’arrivée des bibliographies erronées puisque Zotero ne fait que mettre en forme les informations qu’il possède. Ce temps de vérification – un coup d’œil, la plupart du temps – est absolument nécessaire. Il faut aussi se débrouiller pour collecter les fiches bibliographiques sur les sites pour lesquels les métadonnées sont « propres » – adaptés à la collecte bibliographique. Les sites commerciaux sont très mauvais, par exemple.

Quand toutes ces conditions sont remplies, la bibliographie automatique est impeccable. Autrement dit, et contrairement à ce qu’on peut penser parfois, l’usage du logiciel ne dispense pas d’une rigueur dans la collecte et la vérification des informations. On ne peut pas lui déléguer la méthodologie 😉

Un usage parmi bien d’autres : un centre documentaire

Je vais maintenant vous présenter mon usage du logiciel, bien qu’il y en ait bien d’autres. J’ai passé du temps à trouver une routine mais je crois que c’est stable depuis trois ans. Je m’en sers comme centre documentaire : j’y collecte des références bibliographiques, mais aussi des PDF, des notes, des pages Web, etc. Zotero est la mémoire de ma recherche et son disque dur externe.

Collecter et organiser sa galaxie documentaire

J’ai collecté 2540 documents en cinq ans d’utilisation. Je n’ai pas lu in extenso tous ces documents, bien sûr – mais ils constituent la galaxie documentaire dans laquelle j’évolue quand j’écris, cherche ou enseigne. Au fur et à mesure, j’ai créé des « collections » que je plie aux exigences du moment :

Les collections en mars 2018

À partir de « ma bibliothèque » (= toutes les références), j’ai organisé des sous-collections qui changent selon les moments. Par exemple, j’ai travaillé à une communication sur l’anticléricalisme et le genre la semaine dernière, alors j’ai créé une collection ponctuelle pour m’aider à visualiser l’historiographie existante. De même, « lectures » est une liste de ce que j’aimerais lire d’ici la fin de l’année. Pour le reste, l’organisation est assez classique : par types d’activités, par types de documents, par thématiques. Pour moi, c’est désormais très confortable ; il faut cependant dire que, comme toute gestion de données volumineuses, cela oblige à prendre régulièrement le temps de ranger la bibliothèque, la nettoyer, supprimer quelques livres, et trouver son fonctionnement optimal peut être long.

collection Sources

Garder la mémoire des lectures et des notes

Je confie à Zotero la mémoire de mes lectures. Chaque fois que je consulte un ouvrage ou article, je crée une petite note dans le logiciel et je la joins à la référence, pour avoir un historique de consultation très utile sur les longs temps de recherche.

La référence et les notes attachées
Historique de consultation

J’y inclus ce que j’ai lu, et, de plus en plus, le contenu de mes notes de lecture pour avoir tout au même endroit :

Référence lue
Notes de lecture dans Zotero

Quand mes notes sont à part sous format papier, carnet ou encore Word, je les ajoute sous forme de pièces jointes sous la référence.

Pièce jointe

Quand j’ai consulté la référence, j’ajoute en théorie un petit marqueur « lu » – mais j’ai du mal à me tenir à ce système.

Les marqueurs

J’utilise aussi d’autres fonctionnalités proposées par le logiciel : les bibliothèques partagées avec d’autres collègues ou encore la surveillance des nouvelles sorties sur des carnets qui m’intéressent.

Veille
Bibliothèques partagées

De la galaxie documentaire à l’écriture

Mon intérêt pour Zotero ne s’arrête pas à la gestion des références et des lectures. Je m’en sers pour citer automatiquement dans mes notes de bas de page. Lorsqu’on écrit un article – ou une thèse – on a besoin de mobiliser souvent des références. Lier Zotero au traitement de texte permet de ne pas avoir à recopier systématiquement les références. Un clic sur l’onglet Zotero, puis on précise au logiciel ce qu’on veut citer, quelle page, et il crée seul la note de bas de page. Une fois de plus, si la fiche n’est pas nette au départ, il n’y a aucune chance que Zotero la corrige dans la note de bas de page ! D’où l’importance de vérifier les fiches avant le processus d’écriture, lors de la collecte.

Citer avec Word
Citation
Fenêtre de citation
Citation finale dans la note de bas de page.

La durée totale de l’opération est de quinze secondes sauf en cas de problème technique – qui se produisent de temps à autre quand on change de version. De ce côté là, rien à craindre : Zotero est géré par une équipe très disponible et le forum aide toujours à résoudre les problèmes.

En sus de ce côté pratique, j’ai pris conscience en écrivant ma thèse que Zotero m’aidait à mieux explorer mon corpus : le moteur de recherche fouille à la fois les titres des références mais aussi toutes les notes et PDF intégrés. Cela fait « ressortir » des références auxquelles je ne pensais plus, ou encore crée des associations d’idées inattendues.

Conclusions (provisoires) : apprivoiser le logiciel et le plier à ses usages

J’espère avoir montré dans ce billet les possibles ouverts par le logiciel. Il y en a bien d’autres et je suis loin d’avoir exploré toutes les fonctionnalités. J’ai essayé aussi de présenter des réponses aux réserves légitimes émises par les collègues.

En utilisant Zotero, il est nécessaire de réfléchir à son processus de collecte (vais-je lire cela ? Aurais-je le temps de l’exploiter ? Est-il vraiment utile de le collecter ?) sous peine de noyade dans l’océan bibliographique.

via GIPHY

Cela oblige également à toiletter et ranger régulièrement la bibliothèque comme on le ferait pour une bibliothèque physique. Bref, Zotero ne dispense pas d’une réflexion sur la stratégie documentaire à court et long terme.

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

More Posts

Follow Me:
Twitter

Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Présentation du projet

Euchronie est un projet collaboratif francophone s’inscrivant dans le domaine des humanités numériques. Partant du constat qu’une abondante production de contenu sur le passé est autopubliée sur le web, le projet vise à agréger, indexer et hiérarchiser une partie de cette multiplicité de contenus. Le projet fait ainsi émerger un nouvel objet de recherche que nous proposons de nommer des connaissances humanistes sur le passé autopubliées en ligne.

Vous trouverez sur le site le contenu produit par 113 sources sur le passé issues de différents médias (texte, images fixes & photographies, audiovisuel & vidéos, ressources sonores et médias interactifs) et classées par catégories (type de média, époques, thématiques et aires géographiques). Cette mise en ligne est l’aboutissement d’un travail de deux ans mené par une équipe de 19 chercheurs à cheval entre la France, le Canada et la Suisse.

Euchronie a été pensé comme un site accessible au plus grand nombre, quel que soit l’âge ou la facilité à naviguer sur Internet. Nous l’avons voulu attractif, attrayant et ergonomique. Toute la navigation se fait à partir d’un seul menu, accessible sur l’intégralité du site, quel que soit l’endroit où la navigation vous a mené.
Le site a vocation à s’enrichir : de nouvelles sources seront progressivement intégrées au corpus, notamment en provenance des réseaux sociaux ; l’ergonomie du site sera questionnée d’ici un an afin d’intégrer les retours des usagers ; l’objectif du projet est de répondre aux attentes de la communauté en écoutant et en enrichissant les contenus. Retrouver l’équipe par mail, sur Facebook ou Twitter et aussi sur le carnet de recherche d’ Hypothèses.

Continuer la lecture de Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Colloque #dhnord2017 du 27 au 29 nov à Lille : (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History:

les 27-29 novembre 2017, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise à Lille dhnord2017, la quatrième édition de sa manifestation scientifique annuelle consacrée aux humanités numériques.

Pour l’édition 2017, nous avons le plaisir de collaborer avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg autour du thème « (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History ». Nous sommes ravis d’accueillir pour les conférences plénières Manfred Thaller et Bertrand Jouve.

Programme

Conférences (27-29 novembre)
Atelier de modélisation de données avec nodegoat (29 novembre). L’entrée est libre mais sur inscription obligatoire. La participation à l’atelier nodegoat peut se faire indépendamment du reste du colloque.
dhnord2017 est une manifestation scientifique qui jouit du soutien du Conseil régional des Hauts-de-France et de la Plateforme universitaire de données de Lille.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche : tel est le thème qui sera abordé le 18 octobre au cours de la journée d’étude du 47ème congrès de l’ADBU.  Les services d’appui à la recherche font partie intégrante des missions dévolues aux bibliothèques universitaires. Ils connaissent un essor important ces dernières années, du fait de l’apparition, avec le numérique, de nouveaux objets de production et diffusion scientifiques (blogs, réseaux sociaux de la recherche, carnets de recherche numérique, etc.), ou de la massification et de la facilité de manipulation accrue d’objets plus traditionnels, comme les données de la recherche.

Contrairement aux supports analogiques, la bonne gestion de l’information digitale impose de penser dès leur production le cycle de vie des objets produits, au risque, très rapidement, de ne plus être à même de les manipuler, de les conserver, d’en maîtriser la diffusion et les réutilisations potentielles. Le numérique change donc qualitativement et profondément la donne, le bibliothécaire ne peut plus être à la fin de la chaîne de la production du savoir.

Les professionnels de la documentation se retrouvent ainsi désormais de plus en plus au cœur des projets de recherche des établissements, là où la science est produite. Acteur reconnu dans le cadre de constitutions de corpus ou de réponses aux appels à projets, le bibliothécaire, s’il n’est pas un chercheur et reste bien un bibliothécaire, n’en est pas moins de plus en plus étroitement associé au processus de la production scientifique, au sein-même des équipes de chercheurs, ou de son évaluation  et du pilotage scientifique, à travers son expertise scientométrique.

Continuer la lecture de Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

« Mieux partager l’IST » : Enquête nationale conjointe auprès des Universités, Organismes et Ecoles d’Ingénieurs sur le Partage et la Gestion des ressources d’IST

Dans un pré-rapport « Mieux partager l’IST », la Direction de l’information scientifique et technique du CNRS donne les résultats d’une enquête  nationale destinée à recueillir l’avis des universités, des Grandes Écoles et des EPST sur l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST. Elle a permis :

  • « De susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements;
  • De tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche;
  • D’approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des Unités mixtes de recherche. »

Le document est divisé en 6 offres de service :

  1. Se documenter,
  2. Archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL,
  3. Publier pour la science publique,
  4. Analyser la production scientifique,
  5. Optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche
  6. Services transverses d’appui à l’IST

Cette enquête, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Préface

Mieux partager l’IST : quelle démarche ? A l’heure numérique, dans un système largement marqué par la mixité, l’IST se partage plus ou moins entre les acteurs de la recherche publique, qui co-publient, expérimentent, partagent des ressources d’IST. Ce processus peut-il être optimisé ? Pourquoi ? Comment ? Pour en savoir plus, lancée simultanément par l’ADBU, COUPERIN, EPRIST et le CNRS, l’enquête COPIST a été adressée au printemps 2016, aux Président(e)s d’Universités, d’Ecoles et d’Organismes par Anne Peyroche, Directrice générale déléguée à la science du CNRS, et par Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine et Président de la Commission Recherche de la CPU. Fruit d’un débat interne récurrent dans l’ESR sur le partage de l’IST, cette démarche est née lors des colloques des professionnels et usagers de l’IST de Meudon des trois dernières années, en particulier celui de novembre 2015. Ce dernier colloque avait en effet souligné le besoin d’une étude d’ampleur nationale sur l’état des pratiques et des projets entourant la « plateformisation » de l’IST et son impact sur la recherche. Tel est le sens initial du COPIST (Catalogue d’Offre Partagée d’IST). Après le vote de la loi « Pour une République numérique », cette interrogation collective trouve une dimension supplémentaire : ce texte majeur, en effet, laisse prévoir un décloisonnement et une accélération des usages de l’IST au service de la compétitivité de la recherche nationale et européenne. Le COPIST, peut-on espérer, contribuera à s’y préparer. Que le CNRS ait pris l’initiative de lancer la démarche commune COPIST est en phase avec la « mission nationale » que son statut lui confère en matière d’IST – et que la refonte du décret statutaire, publié en septembre en 2015, vient d’étendre aux plateformes numériques de science. Dans cette optique d’intérêt général, le COPIST va beaucoup plus loin puisqu’il innove par rapport aux textes et repose sur un partenariat construit avec tous les professionnels au profit de tous les chercheurs. En effet, l’option commune a été prise de croiser toutes les approches : celles des Conseils scientifiques des Universités, d’Organismes et d’Ecoles avec les projets et ressources de leurs professionnels en IST, directeurs des SCD et de leurs riches organisations spécialisées. Ces synergies, à l’échelle de tout l’écosystème national d’IST, croisées avec celles des personnels de l’INIST, étaient vitales pour commencer à réfléchir ensemble et pour mener jusqu’au bout le projet de cette enquête nationale.

Lire la suite et les 1ers résultats de l’enquête.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Depuis 2008 le séminaire Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques coordonné par Antonio A. Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech ( IIAC-CEM ), propose un panorama des études contemporaines les plus innovantes et les plus significatives dans le domaine des humanités numériques et de la sociologie des usages des technologies de l’information et de la communication. Chaque séance de l’enseignement accueille des chercheurs internationaux et des « grands témoins » pour donner un aperçu de leurs expériences, des processus qu’ils ont mis en place pour former leurs objets de recherche, des nouvelles méthodologies qu’ils ont mobilisé, des débats qui animent les disciplines lorsqu’elles se proposent d’expliquer les phénomènes liés au numérique.

La séance du 16 janvier est consacrée aux « Utopies et idéologies du numérique » et accueillera Benjamin Loveluck, Maître de conférences au département Sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech. Elle se tiendra de 17h-20h à l’EHESS.

Résumé

Quelles représentations ont accompagné l’essor du numérique, et comment contribuent-elles aujourd’hui encore à lui donner forme ? À quelles sources puisent les discours des acteurs, et quels sont les ressorts de l’enthousiasme mais aussi des craintes suscitées par l’informatique communicante ? Ces questions trouvent une actualité nouvelle, alors que la méfiance est aujourd’hui de mise et que le numérique est accusé de favoriser l’émergence d’un régime de « post-vérité ». En abordant ces enjeux du point de vue de l’histoire longue des idées politiques, le recours à la méthode généalogique permet d’apporter des éléments de contexte. En particulier, elle permet de montrer comment s’est mis en place un cadre de pensée structurant, que nous avons appelé le libéralisme informationnel. Différentes études de cas emblématiques – allant de Google à Bitcoin et WikiLeaks en passant par le mouvement des logiciels libres – permettent d’en préciser les différentes déclinaisons, et leur articulation avec les pratiques des acteurs. Cette intervention vise ainsi à resituer la réflexion sur le numérique dans les cadres d’analyse éprouvés de la philosophie et de l’économie politique – afin de ne pas céder à la fascination de la « rupture » et de la « révolution », tout en identifiant ce qui se présente effectivement comme nouveau. En somme, d’éclairer à la fois ce que le numérique rend possible et ce qu’il rend pensable. »

Continuer la lecture de Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

Lancé en 2010, le Séminaire de l’ISCC est axé sur les sciences de la communication, les industries et l’ingénierie des connaissances, le développement des controverses et le rôle de l’expertise scientifique, l’épistémologie comparée et, plus largement, les rapports entre sciences, techniques et société.

La séance du 9 janvier est consacrée à la place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?
Elle se tiendra de 17h à 19h à Institut des sciences de la communication, ISCC.

Cette rencontre est ouverte aux chercheurs, enseignants, étudiants, journalistes et professionnels que motivent les enjeux de la communication et vise à affûter les problématiques, à susciter le débat et à développer les échanges interdisciplinaires entre personnalités de formations et d’horizons différents.

Résumé

Les différents modèles économiques actifs dans les plateformes culturelles et médiatiques fonctionnent grâce à l’usager, qui les nourrit de ses données, de ses avis, de ses connexions, etc. Structurantes dans un marché bi-face, celles-ci exploitent leurs membres jusqu’à en faire l’élément clef de leurs activités. Véritablement l’usager est au cœur de ces dispositifs. Cela doit nous conduire à questionner doublement cet état de fait, oligopolistique par ailleurs (GAFA vs BAT). À partir des modèles économiques à l’œuvre d’une part, pour mieux saisir comment l’usager est exploité et comment se crée la valeur ajoutée (financière ou symbolique) ; mais également à partir de l’usager, dont la figure est à la fois perturbée et magnifiée par la place que lui offrent les plateformes, sa définition est à revoir ou à manipuler avec une très forte distance critique.
Les plateformes de la firme chinoise Alibaba Group serviront de toile de fond pour traiter ces deux questions dans un contexte d’actualité.

Continuer la lecture de Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Parution de « Histoires de l’Internet et du Web » en libre accès par Valérie Schafer & Alexandre serres

Parution de Histoires de l’Internet et du Web par Valérie Schafer & Alexandre Serres en open access dans la collection d’anthologies numériques des Living Books About History, dont l’édition est portée par infoclio.ch.

ISBN: 978-3-906817-10-1
DOI: 10.13098/infoclio.ch-lb-0006

Résumé

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?

L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Continuer la lecture de Parution de « Histoires de l’Internet et du Web » en libre accès par Valérie Schafer & Alexandre serres

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

#TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

L’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation organise le mardi 13 décembre à la BULAC, une journée d’étude consacrée au text data mining, le TDM dans le cas du projet de loi pour une République numérique, à partir de cas d’étude et de retours d’expérience dans l’enseignement supérieur et la recherche publique en France et au Royaume-UniLa journée sera l’occasion d’une restitution complète de l’étude confiée au cabinet Research Consulting. Cette restitution sera complétée l’après-midi par un retour sur plusieurs cas d’étude.

Cette journée s’adresse prioritairement aux décideurs, VP recherche, directeurs de la recherche, enseignants-chercheurs, chercheurs et adhérents de l’ADBU, mais est ouverte à tout professionnel intéressé par la thématique (inscription gratuite mais obligatoire).

La fouille de textes et de données représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la recherche, reconnu et pris en compte dans la loi pour une République numérique, dont les décrets d’application sont en cours de préparation.

Forte de ce constat, et soutenue par le ministère, l’ADBU a piloté une étude sur l’impact de la fouille de textes et de données dans l’enseignement supérieur français et anglais, deux pays dans lesquels un régime d’exception a été adopté récemment, en 2014 au Royaume-Uni, en 2016 en France. L’étude menée s’appuie sur l’analyse d’un ensemble de retours d’expérience, qui permettent de mettre en évidence les conditions et les freins à la mise en œuvre effective de pratiques réussies en matière de fouille de textes et de données au sein de la recherche universitaire publique. L’étude aboutit à une série de recommandations à destination des acteurs de l’ESR et des décideurs.

Programme de la journée à suivre sur Twitter avec le hashtag #adbuTDM

Continuer la lecture de #TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

Séminaire humanités numériques et critique(s)

Le séminaire a pour objet l’émergence internationale des digital humanities, à l’intersection des sciences humaines et sociales et de l’informatique. Cette expression d’humanités numériques désigne à la fois des pratiques de recherche qui mobilisent des technologies numériques de manière structurelle, des modèles épistémologiques qui relèvent du concept d’e-science et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications pour les politiques scientifiques en sciences humaines et sociales, car il rend évidente la nécessité d’établir des infrastructures de recherche d’un nouveau type (« cyberinfrastructures », grilles de calcul et plateformes d’édition). Enfin, parce qu’elles fédèrent des disciplines dont l’inscription dans le champ scientifique est débattue, les humanités numériques permettent d’aborder sous un angle différent les relations entre sciences et société.

  • Patrice Bellot, professeur à l’Université Aix-Marseille (TH) ( Hors EHESS )
  • Aurélien Berra, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense ( Hors EHESS )
  • Marin Dacos, ingénieur de recherche au CNRS ( CLÉO )
  • Pierre Mounier, ingénieur de recherche à l’EHESS ( CLÉO )

Le séminaire se réunira environ une fois par mois, entre décembre et juillet, le mercredi de 13 h à 15 h, à l’EHESS (190-198 avenue de France, 75013 Paris), salle 2.

Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ?

Le séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » abordera les humanités numériques sous l’angle de la critique. Si cette question n’est pas nouvelle, elle semble posée de plus en plus fréquemment au cours des dernières années, notamment dans le champ francophone, avec la publication d’un nombre croissant de textes (articles et numéros de revues, en particulier) sur lesquels il est utile de revenir.

À travers la lecture et la discussion de ces textes, il s’agira d’explorer non seulement les critiques venues de l’extérieur du champ, mais aussi les approches qui visent à développer, de l’intérieur, la dimension critique que peuvent contenir ces pratiques et méthodes de recherche. Dans quelle mesure ces discours se fondent-ils sur des faits, une histoire, une culture communes ? Quels en sont les enjeux ? Nous les confronterons également aux différentes traditions critiques des sciences humaines et des sciences sociales. Nous proposons ainsi aux participants du séminaire de contribuer à une tâche qui nous paraît maintenant cruciale : expliciter les positions intellectuelles et institutionnelles qui orientent les discours sur les humanités numériques.

Continuer la lecture de Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Atelier des Humanités Numériques ENS Lyon : Les interfaces (ergonomie, UX design, …)

Par Samantha Saïdi  · Publié sur le carnet de recherche de l’AHN le 17/10/2016 –

L’atelier des Humanités Numériques de l’ENS de Lyon réunit le premier mardi de chaque mois sur le site Descartes de l’ENS une communauté de recherche aux profils métiers variés œuvrant sur  la scène lyonnaise (documentalistes, bibliothécaires, éditeurs, webmestres, infographistes, développeurs, chercheurs 
en SHS) pour présenter leurs travaux en Humanités Numériques. L’objectif des ateliers est de partager les expériences, les avancées des projets et les besoins de formation, autant sur le plan des pratiques que sur celui des outils numériques.

La séance du  11 octobre 2016 avait pour objet les interfaces web des éditions, outils ou catalogues numériques… En effet, la plupart des participants à l’AHN, en tant qu’ingénieurs ou chercheurs impliqués dans des laboratoires de sciences humaines, ou d’autres structures de l’ENS de Lyon (BU, CDR), sur des projets de développement d’éditions numériques, ou de développement d’outils pour l’exploitation de corpus numériques (qu’il s’agisse de textes, d’entretiens ou de données prosopographiques), sommes confrontés aux limites imposées par un manque de savoir faire en design, en graphisme, ou parfois, en intégration front-end. Ce qui donne vie à des interfaces souvent peu heureuses d’un point de vue utilisateur, avec une navigation difficile et des problème d’ergonomie.

Continuer la lecture de Atelier des Humanités Numériques ENS Lyon : Les interfaces (ergonomie, UX design, …)

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Réutilisation des données publiques de la BnF : 1er hackathon participatif les 19 et 20 novembre

Dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, la Bibibliothèque nationale de France organise son premier hackathon les 19 et 20 novembre 2016. Les ressources de la bibliothèque numérique Gallica mais aussi de toutes les autres bases de données de la BnF offriront la matière de ce marathon participatif. Durant 24 heures sans interruption, les participants investiront le site François-Mitterrand pour développer des projets autour de la réutilisation des données publiques et imaginer ensemble la bibliothèque du futur.

La diffusion et la réutilisation des données publiques sont au coeur des enjeux de la BnF. Autour de ces principes, le hackathon permettra à une centaine de participants d’explorer durant 24 heures de nouveaux usages des collections et de faire émerger les contours de services innovants à destination des lecteurs de la Bibliothèque. Le thème du sosie est proposé comme point de départ à la créativité des participants qui pourront s’en inspirer comme s’en affranchir. Le public est également invité à venir sur place assister aux présentations des projets, à des démonstrations des outils numériques de la BnF et des « trouvailles » de Gallicanautes, à qui il sera largement rendu hommage à cette occasion. Et parce que hackathon ne rime pas forcément avec numérique, des réutilisations plus originales de Gallica, comme un concert à partir de partitions disponibles sur le site, seront également proposées. A distance, le public pourra suivre en direct via les réseaux sociaux l’évolution des réalisations des participants. Les résultats de cette grande émulation collective resteront par ailleurs consultables en ligne après la clôture de l’opération.

Pour les participants : inscription gratuite obligatoire
Pour le public : démonstrations et animations le samedi de 14h à 20h et le dimanche de 12h à 16h

En savoir plus sur le site de la BnF

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Accueil

Partage des données de la recherche : quels impacts ?

Paris, 29 septembre 2016

Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences…

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014 le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de l’édition 2016 s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.

Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.

Continuer la lecture de Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

edcamp-ICPOrganisé par l’ICP avec le soutien de Humanistica, EdCamp.org, la Fondation Saint-Matthieu et la Faculté d’Éducation de l’ICP, le colloque international | edcamp « Les Humanités Numériques pour l’éducation » se tiendra à Paris du 1er au 2 septembre. Il nous propose d’explorer les différentes formes que pourraient prendre ces liens. Par effet de miroir, il s’agira aussi d’interroger les manières dont les humanités numériques peuvent à leur tour devenir une discipline enseignée.

Les Humanités Numériques se fixent notamment pour objectif de favoriser le développement d’une culture et d’une pratique technologique en Sciences Humaines et Sociales. En tant que champ de recherche émergent, les Humanités Numériques s’intéressent aux technologies du point de vue des usages ou dans une perspective historique. Elles posent également la question de la conception de ces technologies et du rapport critique qu’il convient d’entretenir avec elles.
Continuer la lecture de Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook