Archives de catégorie : Séminaire

Évolutions sociétales et bibliothèques : Quelles responsabilités sociales, éthiques, citoyennes dans la cité ? 13 décembre 2019 – Mediadix/URFIST PARIS

Adrienne Cazenobe, conservateur des bibliothèques, est responsable de formation continue et de création de journées d’étude à Médiadix (CRFCB, Centre de formation aux carrières de bibliothèques). Ses domaines de veille, d’étude et d’intervention privilégiés, sont les bibliothèques numériques, les métadonnées, l’open data.

Journée d’étude co-organisée par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et URFIST de Paris (Aline Bouchard)

Des évolutions sont synonymes de changements. Que ces évolutions concernent la société dans son ensemble, dès lors ruptures, fractures, discontinuités s’accompagnent d’une émergence de nouvelles valeurs culturelles, intellectuelles, éthiques dont les répercussions se font sentir dans les organisations tant politiques que civiles. Les bibliothèques sont, comme toutes les organisations, immergées dans un environnement ; celui-ci les fonde, leur attribue un rôle et une fonction culturelle et sociale. Dans un contexte qui change et change vite, les bibliothèques s’adaptent, mais comment prendre la mesure de ce qu’il leur incombe désormais de faire pour assumer leur responsabilité dans la cité ? Entre injonctions extérieures et questionnements professionnels, les bibliothèques s’ouvrent à des champs d’intervention en expansion. Dès lors, comment cette diversification des actions se répercute-elle en termes de responsabilités ? Quelles responsabilités sociales, citoyennes voire éthiques pour les bibliothèques, vis-à-vis de la communauté des publics, de tous les publics, habitués, occasionnels, et ceux potentiels constitués par toute cette frange de population qui ne connaît ni ne fréquente les bibliothèques ? Ces questions ouvrent les professionnels à la réflexion commune et aux débats, menés dans le cadre de journées au sein des associations et organisations professionnelles. Aussi s’agit-il au cours de notre journée, de réaliser une mise en perspective des problématiques les plus récentes de manière à dégager du questionnement des lignes directrices qui seront autant d’orientations pouvant aider à la mise en place de bibliothèques responsables.

Continuer la lecture de Évolutions sociétales et bibliothèques : Quelles responsabilités sociales, éthiques, citoyennes dans la cité ? 13 décembre 2019 – Mediadix/URFIST PARIS

Adrienne Cazenobe

Adrienne Cazenobe, conservateur des bibliothèques, est responsable de formation continue et de création de journées d'étude à Médiadix (Centre de formation aux carrières de bibliothèques). Ses domaines de veille, d'étude et d'intervention privilégiés, sont les bibliothèques numériques, les métadonnées, l'open data.

More Posts - Website

« Les données à mille temps » : séminaire de recherche enssib du 11 juillet

Agnieszka Tona est membre du Laboratoire ELICO de l’Université de Lyon et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Enssib où elle est responsable du Master 1 SIB (PANIST) et co-responsable du Master 1 et 2 Humanités numériques – Pratiques et méthodes en Humanités numériques de l’UDL. Ses thématiques de recherche portent sur l’analyse et la définition des modèles qu’il conviendrait d’imposer aux documents numériques, pour qu’ils puissent se présenter et se réorganiser dans la forme et avec les modalités qui conviendront le mieux à leur usage.

Présentation du séminaire

L’Enssib et le laboratoire ELICO vous invitent à la 1e séance du séminaire intitulé « Les données à mille temps ».

A l’instar de tout objet informationnel ou culturel, les données s’ancrent dans l’axe du temps et peuvent être définies et estampillées par ses mesures. Il n’est pas rare que le rapport entre le concept de temps et la donnée s’exprime de manière très explicite dans les définitions mêmes de cette dernière, comme celle que propose l’Organisation internationale de normalisation (1993) : « la donnée : représentation calendaire d’un moment dans le temps ».

Et c’est justement ce sont ce(s) rapport(s) entre les données et le temps que ce séminaire interdisciplinaire propose d’explorer. Quelles sont les représentations du temps et des temporalités qui affectent aujourd’hui les données (qu’elles soient personnelles, publiques, ouvertes, massives, de recherche, etc.) ? Sous quelles formes ces représentations se matérialisent-elles dans les discours et les pratiques scientifiques et professionnelles autour de ces données ? Qu’est-ce que les données nous apprennent sur le temps ? Comment le disent et le racontent-elles ?

C’est ce que cherchera à explorer cette série de séminaires à travers un dialogue entre acteurs professionnels de l’information et chercheurs de plusieurs disciplines (SIC, sociologie, histoire, philosophie des sciences et épistémologie, informatique, etc.).

Programme du séminaire 

1ère séance, le 11 juillet : « Données : carte blanche »

Lieu : Enssib
Horaire : de 10h30 à 16h00 

10h30 Introduction, Agnieszka Tona, Enssib

10h50 – « Produire, reproduire, maintenir. Comment le temps vient aux données », Jérôme Denis, CSI, MINES Paris Tech

Résumé : Malgré ce que leur nom et sa généalogie laissent entendre, les données, en sciences comme en entreprise ou dans les administrations, se présentent rarement sous la forme d’objets informationnels au repos, qu’il suffirait de saisir dans de bonnes conditions pour en faire usage. Dans la plupart des cas, en particulier lorsqu’il s’agit de les faire circuler et de les partager, elles semblent glisser entre les doigts, ou au contraire résister à la préhension.

En partant de plusieurs exemples issus d’enquêtes récentes dans des secteurs variés, cette communication sera l’occasion de mettre en lumière différentes temporalités en jeu dans les opérations qui sont mises en œuvre pour qu’adviennent concrètement des données. Trois temps — de la production, de la reproduction, et de la maintenance — seront explorés, qui montrent comment les données sont toujours d’une manière ou d’une autre en devenir.

11h40 – « La vie triviale de la donnée : entre logiques institutionnelles locales et injonctions à “l’ouverture”», Marie Després-Lonnet, ELICO, Université Lumière Lyon 2

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – « Le temps long de l’archive », Céline Guyon, Enssib, Association des Archivistes Français (AAF)

Résumé : À partir d’exemples concrets tirés de notre pratique professionnelle l’intervention se propose d’explorer le temps long de l’archive, en illustrant ses multiples usages et fonctions : trace d’une activité, preuve d’une action, objet de pouvoir, témoignage du passé, source historique.

Cette exploration convoquera les concepts clefs de l’archivistique que sont notamment le « cycle de vie », « la théorie des 3 âges » et les notions de « valeurs primaire et secondaire » pour étudier trois moments clefs dans le temps long de l’archive : la création, la conservation et la (re)utilisation.

Ce détour par les sources de l’archivistique nous amènera, en conclusion, à nous interroger sur ce qui, dans un environnement résolument numérique, caractérise l’archive.

14h50 – « Le mille-feuille temporel des archives du Web », Valérie Schafer, C2DH, Université du Luxembourg

Résumé : À partir d’exemples choisis au sein des archives du Web et des réseaux socio-numériques, cette intervention se propose de montrer tout d’abord les différentes strates temporelles à l’œuvre au sein de ce patrimoine dit « nativement numérique », et ce de la sélection et collecte à l’analyse, en passant par l’accès via les interfaces et les médiations qu’elles introduisent, l’enrichissement via des métadonnées ou l’intégration d’outils de fouille.

Distinguer ces strates temporelles nous permettra d’interroger les méthodologies à l’œuvre pour analyser ces archives du Web, leurs apports et limites (qu’il s’agisse du recours à l’archéologie numérique, de l’analyse de réseaux et de la cartographie d’hyperliens aux invitations à revenir à la diplomatique ou encore à la philologie).

Enfin, quelques pistes de prospection et réflexion seront proposées, notamment pour penser les enjeux de pérennité et durabilité.

15h40  16h00 : Clôture de la séance, Agnieszka Tona, Enssib

2ème séance, le 15 novembre 2019

La 2e séance du séminaire est programmée le vendredi 15 novembre 2019 à l’Enssib. Elle sera structurée autour de la problématique des données dite temporelles ou « time-oriented », c’est-à-dire celles qui permettent de dater et d’indexer par le temps des phénomènes, événements, états, objets, etc.,

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles.

Pour toute information sur ce séminaire vous pouvez contacter sa coordinatrice scientifique Agnieszka Tona : agnieszka.tona@enssib.fr

Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

L’Enssib, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, organise les 18 et 19 novembre 2019 la 5ème édition de la Biennale du numérique. Comme vous le savez peut-être, la Biennale du numérique est une rencontre interprofessionnelle et scientifique qui questionne les problématiques émergentes sur l’impact du numérique pour les professionnels du livre, mais aussi les usages de la lecture, le devenir de l’édition numérique, les innovations en matière de production et de diffusion de contenus, ou encore les évolutions de l’accès à l’information.

La thématique 2019 est celle de la convergence (des normes, formats et données) induite par l’usage généralisé du web. L’objectif sera d’établir un panorama des enjeux, conditions et objectifs de cette convergence vers le web par filières, des nouvelles relations que cela induit entre filières professionnelles du livre et de la lecture mais aussi de montrer concrètement que cette convergence se traduit en termes de services.

Continuer la lecture de Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

Vers l’édition scientifique 4.0 ? 8es Journées Médici – Avignon 18-20 septembre 2018

 

À l’ère du tout numérique, et à l’image du web, l’édition vit une évolution majeure vers de nouveaux paradigmes qui la sous-tendent. L’édition scientifique est passée par plusieurs étapes : « enrichie » puis « structurée », elle utilise désormais les technologies du web sémantique et du web de données, et continuera d’évoluer suivant les technologies et leurs applications. Elle vit également un bouleversement par la remise en cause des modèles économiques classiques. Son avenir se situe désormais dans sa capacité à gérer les connexions intelligentes entre le réel et le virtuel, entre les objets éditoriaux divers dont les standards seront ouverts et universels.

L’utilisateur/trice de la littérature scientifique sera au cœur du système : en contribuant, lisant, commentant, évaluant… C’est la notion même d’auteur/trice qui devra être revisitée, révélant sa capacité à connecter usages, données, savoirs et connaissances pour donner un sens « éditorial » aux résultats scientifiques. Dans ce contexte, quels seront nos métiers, comment interviendront les professionnel·le·s, quelle place tiendrons-nous dans ce dispositif ? Quels seront les outils de demain ? Quels seront les usages ? Comment conserverons-nous toutes ces données, leurs liens, leur interopérabilité ?

Beaucoup de questions auxquelles les 8es journées du réseau Médici tenteront d’apporter de précieux éclairages.

Programme :

Mardi 18 septembre

  • 9h30 – 12h00 – Communications : « Les outils d’édition structurée. Mise en contexte »
  • 14h20 – 15h30 – Retours d’expériences
  • 16h00 – 17h30 – Éclairages/Prospectives : « Vers l’édition scientifique 4.0 ? »

Jeudi 20 septembre

9h – 12h – Table ronde : « L’archivage de l’édition scientifique publique »

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journée d’étude “Revisiter le patrimoine en bibliothèque Valorisation, médiation et démocratisation” – 14 décembre 2018 à Médiadix

Journée d’étude co-organisée par Médiadix (CRFCB) et URFIST de Paris. Gratuité d’accès mais inscription obligatoire.

Public ciblé

Tout public

Programme

L’une des richesses des bibliothèques réside dans leurs collections patrimoniales. Mais du fait même de leur caractère précieux, inédit voire unique, ces collections restent encore souvent méconnues du grand public, tout en suscitant un réel intérêt et une curiosité scientifique, culturelle et artistique.

Rendre le patrimoine accessible et attrayant peut donc être un facteur possible de démocratisation des savoirs, mais aussi un ciment social autour d’un héritage, local et national, commun.

Repenser ce patrimoine et sa réception induit en outre une dynamique de la connaissance elle-même, en ajoutant une plus-value scientifique à la valeur intrinsèque de collections qui jusque-là pouvaient sembler endormies de ce long sommeil séculaire des choses oubliées.

Le patrimoine des bibliothèques devenant de belles éveillées, comment opérer dans les bibliothèques cette métamorphose qui donne, régénère, renouvelle, modernise et valorise ?

Continuer la lecture de Journée d’étude “Revisiter le patrimoine en bibliothèque Valorisation, médiation et démocratisation” – 14 décembre 2018 à Médiadix

Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Lieu: Paris, Centre Pouchet (59-61 rue Pouchet, 75017), grand amphithéâtre

Date: vendredi 30 mars 2018, 9h-18h

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Argumentaire: Outil ancien de la publication de la recherche, la revue occupe aujourd’hui une place de choix dans les carrières de recherche, en temps de travail (évaluations,  participation aux comités de rédaction), en matière d’évaluation de la recherche (sélection d’article, promotion). Certaines disciplines vont jusqu’à ne considérer que la publication périodique pour la promotion de leurs chercheurs. On aurait pourtant tort de considérer que « faire revue » soit sans effet sur la science telle qu’elle se fait. Les tables-rondes ont ainsi vocation à discuter ce que le format, la chaîne de production et la temporalité « revue » font aux sciences humaines et sociales.

Une première table-ronde est consacrée à la revue comme lieu de pouvoir. Instance de légitimation – notamment au niveau disciplinaire – la revue est également un lieu d’exclusion et de discrimination genrée, sociale ou encore géographique, comme de lutte contre ces mêmes discriminations. Plus avant, la revue – par le biais de son comité de rédaction – établit des normes scientifiques , en refusant certains textes, en incitant ou en procédant à la réécriture des articles – par exemple, en exigeant ou en refusant la féminisation. En s’intéressant aux coulisses du comité de rédaction,  la table-ronde entend ainsi discuter l’impact de la revue sur son champ disciplinaire et sur, très concrètement, le  façonnage des textes scientifiques.

Continuer la lecture de Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Économie(s) du document : pratiques et prospectives liées au numérique – 21e colloque international sur le document numérique Djerba, 22-24 novembre 2018

Cette vingt-et-unième édition du Colloque international sur le Document Numérique (CiDE.21) propose d’interroger la numérisation info-documentaire dans ses conséquences sur cette économie – ou ces diverses économies – du document, sur le fonctionnement général de l’environnement documentaire et sur son organisation. Ce questionnement ne se focalise pas exclusivement sur les aspects pécuniaires. En effet, c’est tout le panorama des efforts consentis par les acteurs du document numérique, des mutations induites par la numérisation qui est visé, à travers ses aspects les plus divers, tels que les coûts attentionnels et cognitifs, les changements d’accès tant techniques qu’organisationnels ou structurels, les aspects liés aux infrastructures, à la conservation, à la structuration et à l’archivage, ainsi que tout l’engagement nécessaire aux usages du document : formation, gestion, valorisation et hiérarchisation, évaluation, évolution des métiers, de la transmission et des accès, etc. Les propositions de communication traitant ces thématiques, et notamment des questions suivantes, sont donc les bienvenues :

  • coût, prix et valeur du document et de l’information ;
  • protection du document (droit d’auteur, copyright, fair use…), reproductibilité et réutilisation (notamment pour la fouille de textes dans le cadre de la Loi pour une République numérique) ;
  • création de nouveaux services (notamment dans le cadre des initiatives publiques pour l’open data) ;
  • économie collaborative (notamment dans la production de documents, de données et de métadonnées) ;
  • marchandisation des données publiques et privées ;
    nouvelles connaissances et compétences à acquérir comme prérequis nécessaire à la création, à la manipulation et à l’accès aux documents ;
  • économie cognitive documentaire, notamment au cours de la conception et de la mise à jour du document, et les échanges suscités.

Appel à communications
Depuis plusieurs décennies, le document numérique et l’information digitale ont envahi notre quotidien de citoyens et de chercheurs au point que l’on parle désormais de société post-numérique, comme si toutes les questions soulevées par ce changement de paradigme avaient été posées, comme si toutes les réponses avaient été apportées. Le concept de troisième révolution industrielle popularisé par l’économiste américain Jeremy Rifkin et massivement relayé tant par les médias que par les pouvoirs publics, tend à confirmer cette lecture d’une société dont le basculement informationnel serait maintenant suffisamment abouti pour pouvoir être dépassé.

Pourtant, si la prépondérance du numérique dans le domaine info-documentaire est bien un fait, chaque année apporte son lot de nouveautés, de perfectionnements, d’évolutions et de transformations, particulièrement dans un domaine où les innovations techniques sont rapides et nombreuses, entraînant des changements à la fois structurels, conceptuels et fonctionnels.

Dans de nombreuses disciplines scientifiques, le document numérique continue à évoluer, à faire bouger les cadres, à renouveler les usages, les lectures, les approches visant à l’étudier et à le comprendre, notamment à travers de nouveaux outils et méthodologies d’analyse (humanités numériques) et les potentialités d’exploitation (big data, smart data, données de la recherche, deep learning). Ces évolutions vont de pair avec l’enjeu de l’ouverture citoyenne (open data, ouverture des données publiques, open science), etc. Elles dépassent de loin les domaines traditionnellement réservés aux « professionnels du document ». En s’intégrant chaque jour davantage dans la sphère scientifique, industrielle, sociale, politique…, le document numérique construit toute une économie – au sens originel et général du terme grec οἰκονομία, « administration du foyer » – jusqu’à présent insuffisamment étudiée, et dont la dimension financière n’est qu’une des facettes.

Soumission

En savoir plus sur le site  du colloque.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Colloque du 9/10 mai « Outils de fouille et visualisation pour éditions critiques » – Congrès annuel ACFAS – Chicoutimi/Canada

Le CRIHN, le Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques,  et la Chaire de Recherche sur les écritures numériques, vous invitent à soumettre une proposition, date limite 21 février, pour le colloque « Outils de fouille et visualisation pour éditions critiques (colloque ACFAS 2018) », organisé par Michael E. Sinatra et Dominic Forest dans le cadre du 86e congrès de l’ACFAS qui aura lieu à Chicoutimi.

Après un premier colloque à l’ACFAS du CRIHN en 2014 (sur les besoins d’analyser l’impact du numérique sur les sciences humaines), un deuxième en 2017 (sur l’édition savante au sens large à l’époque du numérique), notre colloque en 2018, organisé par Dominic Forest et Michael E. Sinatra, sera dédié à la question plus spécifique mais tout aussi importante sur la question des outils de fouille et visualisation développés pour des éditions critiques. (ici, édition critique étant entendue comme la production savante d’un document accompagnée d’annotations, de commentaires et autres matériaux jugés opportuns par l’éditeur.)

La nature des éditions critiques a subi des changements majeurs avec l’explosion des données et la transformation des savoirs, et ce, tant sur le plan de la quantité d’information disponible que de la manière de la représenter.

Continuer la lecture de Colloque du 9/10 mai « Outils de fouille et visualisation pour éditions critiques » – Congrès annuel ACFAS – Chicoutimi/Canada

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Les sciences de l’écrit et les humanités digitales – 25 janvier : séminaire E3D du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne

Séminaire E3D – Etudes digitales des données aux dispositifs – du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne – 2017-2018.

Coordination : Franck Cormerais

Séance 1 – Archives digitales : un nouvel archiviste après Foucault et Otlet ? Avec Amar Lakel et Olivier Le Deuff
25 janvier 2018 : 17h – 19h – Ecole Doctorale Bordeaux-Montaigne, salle 33, Pessac. A suivre en direct sur Youtube !


Débat :
Repenser l’archive : enjeux de pouvoir et méthodes pour mieux voir

Les séparations entre documentation, bibliothéconomie et archivistiques se sont construites au fil du temps et sont finalement la conséquence d’une documentalité grandissante et d’une documentarité spécifique. Nous allons présenter dans cette intervention les relations qui existent entre documents et archives en examinant les différentes conceptions qui les abordent de façon professionnelle et scientifique.

Continuer la lecture de Les sciences de l’écrit et les humanités digitales – 25 janvier : séminaire E3D du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Coordination : Marcello Vitali Rosati, Nicolas Sauret, Carole Dely, Michael Sinatra, Fabrice Marcoux

23 janvier 2018 : Les circuits de la confiance dans l’environnement numérique.  Avec Chloé Girard & Jérôme Valluy.

Enjeux  : 

Les précédents cycles du séminaire se sont attachés à articuler la notion d’éditorialisation avec différentes pratiques de l’édition numérique, en questionnant tant la production et la diffusion des savoirs (archive, bibliothèque, édition savante) que le journalisme ou les grandes plateformes du web.
En éclairant de manière récurrente les liens entre espace, environnement et éditorialisation, ces séances sont venues interroger les travaux récents de définition et de conceptualisation de l’éditorialisation. Pour Marcello Vitali-Rosati, « l’éditorialisation désigne l’ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l’espace numérique. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier. » Lire la suite sur le site du séminaire.

La séance sera consacrée au texte de Louise Merzeau “Les fake news, miroir grossissant de luttes d’influences” (Ina Global, mai 2017), et à la question suivante : comment s’élabore la confiance dans l’environnement numérique ?

***
Continuer la lecture de Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Le livre, laboratoire d’innovation(s) ? Colloque annuel du PILEn du 21 novembre à Bruxelles

Après avoir abordé les thématiques du prêt numérique en bibliothèque en 2014, de la place centrale du lecteur en 2015 et du format ePUB en 2016, le PILEn, en dialogue avec le Service général des Lettres et du Livre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, propose cette année de se pencher sur la question de l’innovation dans le monde du livre.

  • L’innovation dans le livre doit-elle aujourd’hui passer nécessairement par le numérique ?
  • À quel niveau de création, de production, de diffusion et de communication dans la chaîne du livre peut-elle se situer ?
  • Quel en est le moteur ?
  • Et qu’en est-il de l’ouverture à d’autres secteurs : audiovisuel, musique, patrimoine, etc. ?

Une série d’intervenants s’exprimeront à travers des tables rondes et des ateliers pour réfléchir à ces interrogations qui sont au centre des préoccupations à l’heure actuelle.

Le colloque a lieu le 21 novembre à l’incubateur Greenbizz à Bruxelles).

Continuer la lecture de Le livre, laboratoire d’innovation(s) ? Colloque annuel du PILEn du 21 novembre à Bruxelles

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Colloque #dhnord2017 du 27 au 29 nov à Lille : (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History:

les 27-29 novembre 2017, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise à Lille dhnord2017, la quatrième édition de sa manifestation scientifique annuelle consacrée aux humanités numériques.

Pour l’édition 2017, nous avons le plaisir de collaborer avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg autour du thème “(Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History”. Nous sommes ravis d’accueillir pour les conférences plénières Manfred Thaller et Bertrand Jouve.

Programme

Conférences (27-29 novembre)
Atelier de modélisation de données avec nodegoat (29 novembre). L’entrée est libre mais sur inscription obligatoire. La participation à l’atelier nodegoat peut se faire indépendamment du reste du colloque.
dhnord2017 est une manifestation scientifique qui jouit du soutien du Conseil régional des Hauts-de-France et de la Plateforme universitaire de données de Lille.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journées doctorales de la Sfsic du 14 au 16 juin 2017 – Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les journées doctorales de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication se tiendront les 14, 15 et 16 juin 2017 à Lyon en partenariat avec ELICO, à suivre sur Twitter avec le hashtag  .

Au programme de ces XIIèmes doctorales :
8 ateliers, moments d’échange et de partage, permettant de découvrir les objets de recherche abordés par les thèses en cours : questionner l’urbain, questionner la mobilité, analyse de discours, questions de méthodes, pratiques en ligne, questions d’images, etc.
1 table-ronde introductive autour des sciences de l’information et du document : filiations théoriques et nouveaux champs professionnels
1 table-ronde conclusive autour de la professionnalisation du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication
1 séance plénière : « Se former à l’information scientifique : les services URFIST à destination des doctorants »
– De nombreux rendez-vous pour échanger autour du café poster, de la table des revues, lors de la photo de groupe et durant les pauses déjeuner, le repas de gala etc.
– Et 2 nouveautés cette année : une rencontre avec l’ensemble des membres du bureau du CNU 71ème section et une session de présentation de sa thèse en 3 minutes.

Programme

L’ensemble des communications sera retransmis ultérieurement sur la chaîne You Tube de la SFSIC.

Informations pratiques

Cette rencontre se déroule à l’ Enssib

17-21 bd du 11 novembre 1918

Villeurbanne

Les frais d’inscription donnent accès à l’ensemble des conférences et ateliers, aux pauses café, aux déjeuners des 14/06 et 15/06, au dîner du 15/06 et, pour les non-adhérents, à l’adhésion.

– Doctorants et étudiants adhérents à la Sfsic 50€
– Doctorants et étudiants non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 76€
– Enseignants chercheurs adhérents à la Sfsic : 72€
– Enseignants chercheurs non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 125€

Les modalités de paiement acceptées sont :
– un bon de commande, mandat administratif ou chèque, à l’ordre de SFSIC, à envoyer à Trésorerie de la Sfsic à l’attention de Claire Scopsi – 75 bd Barbès – 75018 PARIS
– un virement bancaire : IBAN crédit agricole: FR76 1820 6002 8965 0050 5594 020 – BIC AGRIFRPP882
Pour toute question concernant l’inscription ou le paiement : claire.scopsi@cnam.fr

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Ecole d’été cartographie-visualisation: 3-5 juillet, Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les inscriptions à l’école d’été de cartographie et de visualisation sont ouvertes : http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

Cette école d’été se tiendra à l’Enssib du lundi 3 juillet au mercredi 5 juillet inclus.

Elle permettra un riche débat entre géographes, physiciens, informaticiens, et aussi historiens, épistémologues, mathématiciens, sociologues, artistes sur les points suivants: apports heuristiques de la cartographie et des outils de visualisation, usage de la preuve graphique dans un raisonnement, risques de réification d’un phénomène complexe à partir d’une représentation. L’histoire de ces débats (récurrents en sciences dites sociales comme dites exactes) et leur incidence sur le développement des disciplines seront aussi abordées. Enfin, une juste place sera accordée aux non-universitaires qui usent aujourd’hui habilement des outils de visualisation/représentation et de leurs bibliothèques pour donner à voir le monde.

Les conférences et présentations originales seront complétées de tables rondes et d’ateliers spécifiques dédiés à la production de cartes et graphiques, à leur sémiologie, à leurs esthétiques.

Le programme détaillé est en cours de finalisation. Si vous en avez la possibilité, vous êtes grandement invités à participer aux 3 journées.

Vous avez accès à la présentation de cette école d’été et à la liste des intervenants en consultant la page http://barthes.enssib.fr/ECV-2017/

Cette journée est financée par l’IXXI, avec le vif soutien de l’Enssib, et croise les thèmes de recherche de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’Ens et du RAIL.

L’inscription est gratuite, mais nécessaire, afin de faciliter le travail du comité d’organisation:
http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche : tel est le thème qui sera abordé le 18 octobre au cours de la journée d’étude du 47ème congrès de l’ADBU.  Les services d’appui à la recherche font partie intégrante des missions dévolues aux bibliothèques universitaires. Ils connaissent un essor important ces dernières années, du fait de l’apparition, avec le numérique, de nouveaux objets de production et diffusion scientifiques (blogs, réseaux sociaux de la recherche, carnets de recherche numérique, etc.), ou de la massification et de la facilité de manipulation accrue d’objets plus traditionnels, comme les données de la recherche.

Contrairement aux supports analogiques, la bonne gestion de l’information digitale impose de penser dès leur production le cycle de vie des objets produits, au risque, très rapidement, de ne plus être à même de les manipuler, de les conserver, d’en maîtriser la diffusion et les réutilisations potentielles. Le numérique change donc qualitativement et profondément la donne, le bibliothécaire ne peut plus être à la fin de la chaîne de la production du savoir.

Les professionnels de la documentation se retrouvent ainsi désormais de plus en plus au cœur des projets de recherche des établissements, là où la science est produite. Acteur reconnu dans le cadre de constitutions de corpus ou de réponses aux appels à projets, le bibliothécaire, s’il n’est pas un chercheur et reste bien un bibliothécaire, n’en est pas moins de plus en plus étroitement associé au processus de la production scientifique, au sein-même des équipes de chercheurs, ou de son évaluation  et du pilotage scientifique, à travers son expertise scientométrique.

Continuer la lecture de Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook