Archives de catégorie : Séminaire

Atelier du livre BnF – Lire en numérique : réalités et perspectives – Jeudi 4 mai 2017

Les Ateliers du livre de la Bibliothèque nationale de France proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain.

Jeudi 4 mai – 14h-19h15 : Lire en numérique : réalités et perspectives »

Dans le cadre de ses Ateliers du livre, inaugurés en 2002, la Bibliothèque nationale de France consacre une session annuelle à l’histoire du livre et de la lecture. Cette nouvelle édition se propose, au cours d’un après-midi de communications suivi d’une table ronde de professionnels, d’étudier la lecture numérique, ses réalités et perspectives.

« Lecture numérique »… L’expression peut sembler presque contradictoire tant la lecture reste encore pour beaucoup associée à la matérialité du papier et à la solidité du livre. Ordinateurs, tablettes, smartphones, et la rapidité de leurs flux audiovisuels, nous en détourneraient. Le numérique vient-il ainsi concurrencer la lecture ou peut-on concevoir une « lecture numérique » ?

A l’heure où des discours alarmistes déplorent une baisse de la « vraie » lecture, lente et solitaire, cet atelier entend discerner le vrai du faux et s’interroger, enquêtes à l’appui, sur ce que sont réellement les pratiques de lecture sur support numérique.

En quoi le numérique modifie-t-il nos manières de lire et les objets de nos lectures ? Quels sont les nouveaux usages qu’il entraîne ? Et pouvons-nous anticiper les évolutions de demain ?

Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées au cours de cet après-midi de communications qui réunira des spécialistes de différentes disciplines (histoire, sociologie, sciences de l’information, neurosciences), et sera suivi d’une table ronde de professionnels.

Programme

14h Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery,
directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre, responsable du master métiers du livre et de l’édition

14h15 Conférence inaugurale
La lecture et ses supports
Roger Chartier,
professeur au Collège de France, Annenberg Visiting Professor à l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie

Nouveaux usages ordinaires
15h Les différents types de lecture numérique
Claire Bélisle
, docteure en psychologie cognitive et ingénieure de recherche au CNRS en sciences humaines et sociales, auteure de Lire dans un monde numérique (Villeurbanne, enssib, 2011)

15h20 Une révolution dans les lectures numériques ? Une enquête sur les grands lecteurs
Gérard Mauger
, directeur de recherche CNRS émérite au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), auteur de Lectures numériques : une enquête sur les grands lecteurs (Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2016)

15h40 La lecture numérique : approche psycho-cognitive
Thierry Baccino
, professeur de psychologie cognitive des technologies numériques à l’Université Paris 8, auteur de La Lecture numérique (Grenoble, PUG, 2015)

16h Questions

Nouveaux usages savants
16h15 Veille documentaire, sérendipité et économie de l’attention : un travail intellectuel renouvelé :l’exemple de Wikipédia
Rémi Mathis
, conservateur à la BnF, président de Wikimédia France de 2011 à 2014

16h35 La consultation des revues numériques par les chercheurs
Pierre-Carl Langlais
, docteur en Sciences de l’information et de la communication (CELSA-Paris Sorbonne)

17h Usages et usagers d’une bibliothèque numérique : l’exemple de Gallica
Philippe Chevallier
, responsable des études, délégation à la Stratégie et à la recherche, BnF

17h20 : Questions

17h45 – 19h15 Table ronde
Et demain ?

La table ronde sera consacrée aux moyens mis en place par les professionnels du livre pour s’adapter aux nouveaux usages de la lecture numérique et anticiper les évolutions de demain.

Animée par Denis Bruckmann, directeur des collections à la Bibliothèque nationale de France, avec :

Michael Dahan, président et co-fondateur de Bookeen
Nelly Guisse, directrice d’études et de recherche au CREDOC ;
Samuel Petit, co-fondateur de Sequencity, contributeur au format epub ;
Delphine Regnard, chargée de mission pour les ressources en lettres au ministère de l’Éducation nationale.

Continuer la lecture de Atelier du livre BnF – Lire en numérique : réalités et perspectives – Jeudi 4 mai 2017

Séminaire doctoral du 28 avril – Acteurs de la numérisation du patrimoine et usagers des patrimoines numérisés – Réseau Usages des Patrimoines Numérisés

La 5e séance du séminaire « Acteurs de la numérisation du patrimoine et usagers des patrimoines numérisés : conservation, médiation, éducation, création et recherche », sera consacrée à la médiatisation des archives. Les différents types d’usages (journalistiques, scientifiques, culturels) seront représentés afin de questionner la nature des fonds documentaires dans son articulation avec les remédiations numériques des formes archivistiques. L’objectif de cette séance est d’échanger autour des bonnes pratiques et de s’interroger ensemble sur les notions théoriques qui les sous-tendent.

Séance coordonnée par
Marie-France Chambat-Houillon (CEISME, Univ. Sorbonne Nouvelle), Céline Ferjoux (CARISM, Univ. Panthéon Assas, UDPN, USPC), Matteo Treleani (GERIICO, Univ. Lille 3)

Participeront à la table ronde :

 - Marie-Anne Chabin (Archive 17, Univ. Paris X Nanterre)
- Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH)
- Louise Merzeau (DICEN, Univ. Paris X Nanterre)
- Valérie Schafer (ISCC, CNRS)

 Références :
- Marie-Anne Chabin « Qu’est-ce qu’une archive audiovisuelle ? », in L’Extension des usages de l’archive audiovisuelle, INA, 2014.
- Marie-Anne Chabin « La communicabilité des archives : L’information, le document, le dossier. » La Revue administrative 48.286, 1995, p. 415-421.
- Véronique Ginouvès, « Panorama des pratiques de diffusion des sources orales sur le web en France », Sociétés & Représentations, 1/2013 (n° 35), p. 59-75.
- Louise Merzeau, « Fake-news et vérification de l’info : à quoi peuvent servir les archives du web et de Twitter ? »
- Valérie Schafer, Alexandre Serres, Histoire de l’Internet et du web, Living books about History.
- Le Temps des Médias, 2012 « Histoire de l’internet, internet dans l’histoire », Jérôme Bourdon et Valérie Schafer.

Continuer la lecture de Séminaire doctoral du 28 avril – Acteurs de la numérisation du patrimoine et usagers des patrimoines numérisés – Réseau Usages des Patrimoines Numérisés

La question de l’éthique dans la pratique du Design – Journée d’étude ENS Lyon 12 mai

Une journée d’étude sur la question de l’éthique dans la pratique du Design est organisée par le collectif Designers éthiques et l’association lyonnaise la FLUPA ( l’antenne francophone de la User Experience Professionals Association) à l’École Normale Supérieure de Lyon le 12 mai. Y seront plus particulièrement mises en exergue les problématiques éthiques dans de la conception de services et d’interfaces numériques.

L’éthique est un concept qui revient sans cesse sur internet, dans les médias, les discussions et autres conférences liés au numérique. Elle nourrit mille et une interrogations. Elle se pose également de plus en plus lorsqu’on l’on parle de design, compris ici au sens de méthode de conception, et notamment depuis la publication de l’article de l’ancien philosophe produit de Google, Tristan Harris : »How Technology Hijacks People’s Minds« .

Peut-on tout faire sur Internet ? Les entreprises nées avec le numérique peuvent-elles s’affranchir des contraintes fiscales, juridiques, sociales qui incombent ? Les designers sont-ils des manipulateurs ? Sommes-nous volés de notre temps et de notre attention comme le suggère Tristan Harris ? Qu’est ce qu’un bon design ?

Cette journée aura pour ambition de réunir des intervenants, principalement issus du milieu du design et de la recherche, autour de différents formats : conférences, ateliers, tables-rondes.

Elle permettra à près de deux cents de participants de se pencher sur ce sujet, mais également (et surtout) de repartir avec des éléments concrets applicables au travail ou dans leur utilisation de services « web ».

Programme provisoire

9:30 – 10:00 Conférence courte
Peut-on répondre à la conception de notre exploitation comportementale ? 
10:00 – 11:00 Conférence longue
L’éthique en architecture de l’information : 

Continuer la lecture de La question de l’éthique dans la pratique du Design – Journée d’étude ENS Lyon 12 mai

Biennale du numérique 2017 – Plateformes numériques et professionnels du livre

La place des plateformes numériques dans l’activité des professionnels du livre

Enssib | 13-14 novembre 2017

La 4ème édition de la Biennale du numérique de l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) sera consacrée à la place prise aujourd’hui par les plateformes numériques dans l’activité des éditeurs, des libraires et des bibliothécaires (bibliothèques publiques et universitaires confondues).

L’objectif de la Biennale est de permettre aux professionnels du livre de mieux maîtriser les différents aspects que recouvre la notion de « plateforme numérique ». Des thématiques telles que les services, la production de valeur, les technologies associées, l’UX, ou encore la régulation et le droit seront abordées. Le regard sera international. Il s’appuiera notamment sur l’exemple des plateformes de prêt de livres numériques, des librairies en ligne, des ressources numériques en BU, des réseaux académiques et de l’open access, des normes de certification, etc. Le programme s’articulera autour d’interventions, de tables rondes et, pour la première fois, de démonstrations.

Cette édition sera aussi l’occasion pour l’Enssib de renouveler son Prix de l’innovation numérique en bibliothèque (ouverture des inscriptions le 10 avril, clôture le 30 juin).

Retrouvez les archives des précédentes éditions, et les actes de la Biennale 2015 publiés dans la Revue de l’enssib.

Restez en contact avec la Biennale du numérique / programme/ ouverture des inscriptions.

Journées ABES : 10-11 mai 2017

Le mot du Directeur de l’ABES, David Aymonin

A l’ABES,
après une période d’étude, de conception, de mise au point et de tests qui a vu s’élaborer de nombreuses solutions et innovations destinées à faciliter le passage de la gestion de la bibliographie papier à la production et à l’exploitation des métadonnées de l’information scientifique et technique – en témoignent la palette d’outils développés et utilisés aujourd’hui quotidiennement (API, web services, outils de Hub, IdRef, Bacon,…) – nous verrons qu’il nous est permis désormais d’envisager un signalement « total » des collections dans le SUDOC et dans le web des données.

Dans les bibliothèques universitaires,
le déploiement tant attendu des solutions SGBm sur les neuf sites pilotes, devrait apporter cette année aux administrateurs et utilisateurs de systèmes de gestion de bibliothèques des fonctionnalités nouvelles et une meilleure visibilité pour les ressources documentaires électroniques.

A l’échelle nationale,
La BnF et l’ABES mettront en commun leurs savoir-faire en matière de Web sémantique pour bâtir le socle du futur Fichier national d’entités (FNE), dans la perspective d’exposer les plus grands référentiels documentaires jamais créés en France et d’alimenter les bases de données et de connaissance de tous les opérateurs publics ou privés œuvrant dans le domaine de l’information scientifique. Dans le même temps des initiatives structurantes, pensées depuis des années dans le cadre de la BSN, aboutiront à des projets concrets – notamment CollEx-Persée et Istex – dont les résultats transformeront encore davantage les conditions d’accès et d’exploitation de l’IST. Nous parlerons de tout ceci au cours de ces Journées, et de bien d’autres choses encore. Que les échanges entre professionnels soient riches et sympathiques et que la cause de l’accès libre à une information structurée et de qualité avance grâce à ces Journées !

Les inscriptions sont ouvertes du 17 mars au 14 avril : https://inscriptions.abes.fr/

Programme

Tag des journées sur le fil Twitter : #jabes17

Continuer la lecture de Journées ABES : 10-11 mai 2017

20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

Le Document ?

Organisée par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO, l’Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS de l’Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE de l’Université de Lyon 3, la vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ».
Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.
Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants :

Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.

Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.

Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.

Continuer la lecture de 20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

Du 3 au 5 mai à Lyon : JOURNÉES ANALYSE DE DONNÉES TEXTUELLES – MaDICS/ADOC – EDA

Au sein du GdR CNRS MaDICS (Masses de Données, Informations et Connaissances en Sciences), l’action ADOC (Entrepôts et analyse de documents) vise à mettre en relation des scientifiques en sciences humaines et sociales et en informatique, autour de la notion de gestion et d’analyse de documents. Dans ce cadre, nous organisons en conjonction avec la conférence EDA 2017 des journées consacrées à l’analyse de données textuelles. Ces journées auront lieu à Lyon, campus Porte des Alpes (3), du 3 au 5 mai 2017.

Pour plus d’information : 

Programme :

Continuer la lecture de Du 3 au 5 mai à Lyon : JOURNÉES ANALYSE DE DONNÉES TEXTUELLES – MaDICS/ADOC – EDA

Appel à contribution : Atelier Data Visualisation dans les Systèmes d’Information

Depuis 1982 le congrès INFORSID (INFormatique des ORganisations et Systèmes d’Information et de Décision) constitue chaque année le lieu d’échange privilégié entre chercheurs et industriels sur l’ensemble des problématiques d’ingénierie et de gouvernance des systèmes d’information, de gestion des données, de leur manipulation et de leur exploitation.

Dans le cadre des ateliers du congrès INFORSID 2017 qui se tiendra à Toulouse du 30 mai au 2 juin 2017 un appel à contribution est lancé à l’atelier : Data Visualisation dans les Systèmes d’Information

Date limite de proposition de présentation : 30 avril 2017
L’atelier aura lieu durant la conférence

Programme

Inscription

Les systèmes d’information modernes contiennent de grandes quantités de données de différents types (quantitatives, qualitatives, et multimédias). Dès lors que l’on interconnecte de tels systèmes entre eux, le volume de données disponible explose, donnant ainsi naissance à des informations plus riches de sens mais aussi plus complexes à exploiter. Dans cet objectif, il existe des outils de data visualisation (ou Dataviz) qui offrent la possibilité à un utilisateur de révéler des informations utiles, voire cachées. Ils permettent de faire apparaître visuellement des connexions entre les données pour en faire émerger des tendances fortes et insoupçonnées. Les agences gouvernementales et les médias utilisent cette technologie pour cartographier des réseaux criminels ou terroristes, ou encore détecter les fraudes. Par exemple, les data journalistes impliqués dans l’affaire des Panama Papers[1] ont exploité une plateforme de visualisation de données pour mener leurs investigations. Certains fichiers étaient non structurés et d’autres comme les comptes bancaires, se prêtaient à des analyses structurées.

Thèmes de l’atelier

L’appel à contributions est ouvert pour des présentations courtes (2 à 4 pages – 10 mn) et longues (8 à 12 pages – 20 mn) sur les thèmes suivants (liste non exhaustive) :

–       Les outils de traitement et de visualisation de données ;

–       Les apports de la visualisation de données (la lutte contre la fraude, le terrorisme et la criminalité, etc.) ;

–       La data visualisation et l’analyse de données (l’analyse de sentiments, l’analyse de réseaux, l’analyse comportementale, etc.) ;

–       La data visualisation comme outil d’aide à la décision ;

–       La data visualisation dans les systèmes d’information géographiques ;

–       La data visualisation et le crowdsourcing notamment via les réseaux sociaux ;

–       L’évolution des tableaux de bords pour représenter des données provenant de sources diversifiées (GPS, smartphone, objets connectés, etc.) ;

–       La sécurité des données (les droits d’accès, la compréhension et l’utilisation des données personnelles/privées ou professionnelles, etc.) ;

–       La qualité des données (ou comment détecter les données fausses) ;

–       Retours d’expériences et études de cas concrets d’utilisation de la data visualisation.

Les articles pourront être rédigés en français ou en anglais et doivent être envoyés avant le 30 avril 2017 à : eliana.raad@univ-pau.fr (Objet : Soumission Atelier INFORSID). Les soumissions devront se conformer au modèle Hermes-Lavoisier (cf. le site de la conférence).

Comité de programme

Eliana RAAD, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Olivier LE GOAER, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Richard CHBEIR, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Christian SALLABERRY, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regina TICONA-HERRERA, Ecole Supérieure des Technologies Industrielles Avancées (ESTIA)

Joe TEKLI, Lebanese American University (LAU), Liban

Ghada BEN NEJMA, Institut Supérieur d’Informatique du Kef, Tunisie

CARIST 2017 / Innovations de rupture : Quelles missions & compétences à réinventer pour les professionnels de l’IST ?

Retrouvez les sessions plénières du CARIST 2017 webcastées

Toutes les vidéos de l’évenement Carrefour de l’IST 2017 (7 videos)

Définition et enjeux des innovations de rupture en IST par Jean-Claude Guédon Lundi 20 mars 2017 14:50 – 15:30

Fil twitter : 

Programme du 20 mars au 21 mars 

Cette manifestation est organisée par l’Inist-CNRS, le programme est établi en collaboration étroite avec la Direction de l’information Scientifique et Technique du CNRS, le Centre pour l’édition électronique ouverte, l’Université de Lorraine, l’Université d’Aix-Marseille, l’Université de Liège, le consortium Couperin, la BnF, le réseau des URFIST, l’association des responsables IST des organismes de recherche EPRIST, l’Inra, l’Irstea, l’Inria et bénéficie du soutien de la Métropole du Grand Nancy.

L’accélération du cycle de vie des innovations représente aujourd’hui un réel enjeu stratégique pour les professionnels de l’Information dans le questionnement de leur expertise au service des chercheurs. Inscrites dans le mouvement d’une science ouverte propice à l’instauration de nouveaux usages, qu’elles s’affichent clairement de rupture ou apparaissent encore de continuité, ces innovations obligent les professionnels de l’information à repenser tout à la fois la légitimité des modèles structurels, économiques, technologiques et organisationnels établis.

Cette édition 2017 du Carrefour de l’IST interrogera les missions et compétences à réinventer dans le rôle d’accompagnement et de conseil auprès du chercheur face aux changements des principaux paradigmes informationnels : conférences plénières, tables rondes et ateliers thématiques apporteront des pistes de réflexion et d’action sur le plan national et international.

Co-construire pour la recherche de façon agile une nouvelle posture d’ouverture et de partage face aux défis majeurs de l’innovation de rupture en IST constituera le cœur des débats de ces rencontres nancéiennes !

 

 

Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Depuis 2008 le séminaire Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques coordonné par Antonio A. Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech ( IIAC-CEM ), propose un panorama des études contemporaines les plus innovantes et les plus significatives dans le domaine des humanités numériques et de la sociologie des usages des technologies de l’information et de la communication. Chaque séance de l’enseignement accueille des chercheurs internationaux et des « grands témoins » pour donner un aperçu de leurs expériences, des processus qu’ils ont mis en place pour former leurs objets de recherche, des nouvelles méthodologies qu’ils ont mobilisé, des débats qui animent les disciplines lorsqu’elles se proposent d’expliquer les phénomènes liés au numérique.

La séance du 16 janvier est consacrée aux « Utopies et idéologies du numérique » et accueillera Benjamin Loveluck, Maître de conférences au département Sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech. Elle se tiendra de 17h-20h à l’EHESS.

Résumé

Quelles représentations ont accompagné l’essor du numérique, et comment contribuent-elles aujourd’hui encore à lui donner forme ? À quelles sources puisent les discours des acteurs, et quels sont les ressorts de l’enthousiasme mais aussi des craintes suscitées par l’informatique communicante ? Ces questions trouvent une actualité nouvelle, alors que la méfiance est aujourd’hui de mise et que le numérique est accusé de favoriser l’émergence d’un régime de « post-vérité ». En abordant ces enjeux du point de vue de l’histoire longue des idées politiques, le recours à la méthode généalogique permet d’apporter des éléments de contexte. En particulier, elle permet de montrer comment s’est mis en place un cadre de pensée structurant, que nous avons appelé le libéralisme informationnel. Différentes études de cas emblématiques – allant de Google à Bitcoin et WikiLeaks en passant par le mouvement des logiciels libres – permettent d’en préciser les différentes déclinaisons, et leur articulation avec les pratiques des acteurs. Cette intervention vise ainsi à resituer la réflexion sur le numérique dans les cadres d’analyse éprouvés de la philosophie et de l’économie politique – afin de ne pas céder à la fascination de la « rupture » et de la « révolution », tout en identifiant ce qui se présente effectivement comme nouveau. En somme, d’éclairer à la fois ce que le numérique rend possible et ce qu’il rend pensable. »

Continuer la lecture de Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

Lancé en 2010, le Séminaire de l’ISCC est axé sur les sciences de la communication, les industries et l’ingénierie des connaissances, le développement des controverses et le rôle de l’expertise scientifique, l’épistémologie comparée et, plus largement, les rapports entre sciences, techniques et société.

La séance du 9 janvier est consacrée à la place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?
Elle se tiendra de 17h à 19h à Institut des sciences de la communication, ISCC.

Cette rencontre est ouverte aux chercheurs, enseignants, étudiants, journalistes et professionnels que motivent les enjeux de la communication et vise à affûter les problématiques, à susciter le débat et à développer les échanges interdisciplinaires entre personnalités de formations et d’horizons différents.

Résumé

Les différents modèles économiques actifs dans les plateformes culturelles et médiatiques fonctionnent grâce à l’usager, qui les nourrit de ses données, de ses avis, de ses connexions, etc. Structurantes dans un marché bi-face, celles-ci exploitent leurs membres jusqu’à en faire l’élément clef de leurs activités. Véritablement l’usager est au cœur de ces dispositifs. Cela doit nous conduire à questionner doublement cet état de fait, oligopolistique par ailleurs (GAFA vs BAT). À partir des modèles économiques à l’œuvre d’une part, pour mieux saisir comment l’usager est exploité et comment se crée la valeur ajoutée (financière ou symbolique) ; mais également à partir de l’usager, dont la figure est à la fois perturbée et magnifiée par la place que lui offrent les plateformes, sa définition est à revoir ou à manipuler avec une très forte distance critique.
Les plateformes de la firme chinoise Alibaba Group serviront de toile de fond pour traiter ces deux questions dans un contexte d’actualité.

Continuer la lecture de Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

#TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

L’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation organise le mardi 13 décembre à la BULAC, une journée d’étude consacrée au text data mining, le TDM dans le cas du projet de loi pour une République numérique, à partir de cas d’étude et de retours d’expérience dans l’enseignement supérieur et la recherche publique en France et au Royaume-UniLa journée sera l’occasion d’une restitution complète de l’étude confiée au cabinet Research Consulting. Cette restitution sera complétée l’après-midi par un retour sur plusieurs cas d’étude.

Cette journée s’adresse prioritairement aux décideurs, VP recherche, directeurs de la recherche, enseignants-chercheurs, chercheurs et adhérents de l’ADBU, mais est ouverte à tout professionnel intéressé par la thématique (inscription gratuite mais obligatoire).

La fouille de textes et de données représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la recherche, reconnu et pris en compte dans la loi pour une République numérique, dont les décrets d’application sont en cours de préparation.

Forte de ce constat, et soutenue par le ministère, l’ADBU a piloté une étude sur l’impact de la fouille de textes et de données dans l’enseignement supérieur français et anglais, deux pays dans lesquels un régime d’exception a été adopté récemment, en 2014 au Royaume-Uni, en 2016 en France. L’étude menée s’appuie sur l’analyse d’un ensemble de retours d’expérience, qui permettent de mettre en évidence les conditions et les freins à la mise en œuvre effective de pratiques réussies en matière de fouille de textes et de données au sein de la recherche universitaire publique. L’étude aboutit à une série de recommandations à destination des acteurs de l’ESR et des décideurs.

Programme de la journée à suivre sur Twitter avec le hashtag #adbuTDM

Continuer la lecture de #TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

Séminaire humanités numériques et critique(s)

Le séminaire a pour objet l’émergence internationale des digital humanities, à l’intersection des sciences humaines et sociales et de l’informatique. Cette expression d’humanités numériques désigne à la fois des pratiques de recherche qui mobilisent des technologies numériques de manière structurelle, des modèles épistémologiques qui relèvent du concept d’e-science et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications pour les politiques scientifiques en sciences humaines et sociales, car il rend évidente la nécessité d’établir des infrastructures de recherche d’un nouveau type (« cyberinfrastructures », grilles de calcul et plateformes d’édition). Enfin, parce qu’elles fédèrent des disciplines dont l’inscription dans le champ scientifique est débattue, les humanités numériques permettent d’aborder sous un angle différent les relations entre sciences et société.

  • Patrice Bellot, professeur à l’Université Aix-Marseille (TH) ( Hors EHESS )
  • Aurélien Berra, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense ( Hors EHESS )
  • Marin Dacos, ingénieur de recherche au CNRS ( CLÉO )
  • Pierre Mounier, ingénieur de recherche à l’EHESS ( CLÉO )

Le séminaire se réunira environ une fois par mois, entre décembre et juillet, le mercredi de 13 h à 15 h, à l’EHESS (190-198 avenue de France, 75013 Paris), salle 2.

Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ?

Le séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » abordera les humanités numériques sous l’angle de la critique. Si cette question n’est pas nouvelle, elle semble posée de plus en plus fréquemment au cours des dernières années, notamment dans le champ francophone, avec la publication d’un nombre croissant de textes (articles et numéros de revues, en particulier) sur lesquels il est utile de revenir.

À travers la lecture et la discussion de ces textes, il s’agira d’explorer non seulement les critiques venues de l’extérieur du champ, mais aussi les approches qui visent à développer, de l’intérieur, la dimension critique que peuvent contenir ces pratiques et méthodes de recherche. Dans quelle mesure ces discours se fondent-ils sur des faits, une histoire, une culture communes ? Quels en sont les enjeux ? Nous les confronterons également aux différentes traditions critiques des sciences humaines et des sciences sociales. Nous proposons ainsi aux participants du séminaire de contribuer à une tâche qui nous paraît maintenant cruciale : expliciter les positions intellectuelles et institutionnelles qui orientent les discours sur les humanités numériques.

Continuer la lecture de Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

DHnord novembre 2016: Humanités numériques: théories, débats, approches critiques (Lille, 21-23 novembre)

Du 21 au 23 novembre, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise la troisième édition du colloque DHnord : « Humanités numériques: théories, débats, approches critiques« .

DHnord2016 souhaite interroger l’évolution des champs théoriques et les conditions actuelles de la recherche et de l’enseignement dans le domaine des Digital Humanities. L’édition de cette année est organisée en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB), la Plateforme universitaire de données de Lille, l’École doctorale SHS de l’Université de Lille, le laboratoire Alithila
(Université de Lille) et le projet ANR CHispa (Création d’outils pour l’exploitation numérique de corpus de manuscrits hispaniques).

La manifestation proposera, le mercredi 23, deux ateliers pratiques sur My Web Intelligence et Hyphe (inscription obligatoire).

Comité scientifique: Martine Benoit (professeure d’histoire des idées à l’université de Lille – SHS, directrice de la MESHS), Aurélien Berra (maître de conférences en langues et littératures anciennes à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense), Fatiha Idmhand (professeure de littérature espagnole et latino-américaine à l’université de Poitiers), Sofia Papastamkou (historienne, ingénieure d’études en humanités numériques, MESHS/CNRS), Joachim Schöpfel (maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille – SHS), Nicolas Thély (professeur d’art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, directeur de la MSHB).
Continuer la lecture de DHnord novembre 2016: Humanités numériques: théories, débats, approches critiques (Lille, 21-23 novembre)

Journée d’étude « Données personnelles en milieu universitaire : quelles questions se poser ? »

Présentation

Plusieurs domaines d’activité du milieu universitaire sont concernés par la protection des données à caractère personnel, que ces données concernent des étudiant-e-s, salarié-e-s et usagers des systèmes d’information de l’université, ou encore qu’il s’agisse des personnes concernées par des traitements de données mis en œuvre à des fins de recherche scientifique.

Cette journée sera focalisée notamment sur deux de ces domaines :

1) les données des étudiant-e-s dans les environnements numériques de travail (ENT) comme Blackboard ou Moodle, qu’il s’agisse de logiciels développés en interne ou de logiciels fournis sous un contrat de type Software as a Service avec des données stockées sur le Cloud ;

2) les traitements de données – dont celles concernant des individus directement ou indirectement identifiables – réunies à des fins de recherche scientifique.

Données personnelles et relation d’enseignement

L’enseignement assisté ou complété par communications numériques recouvre notamment les usages d’environnements numériques de travail (Learning Management Systems, espaces pédagogiques interactifs, etc.) et aussi les nouvelles formes d’enseignement de type « MOOC » (Massive Open Online Courses – CLOM en français : cours en ligne ouvert massif).

Continuer la lecture de Journée d’étude « Données personnelles en milieu universitaire : quelles questions se poser ? »