Archives de catégorie : Séminaire

#dhnord2021 – Publier, partager, réutiliser les données de la recherche : les data papers et leurs enjeux

Le colloque #dhnord réunit chaque année à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société la communauté des humanités numériques. La thématique retenue pour 2021 porte sur les data papers et leurs enjeux.

S’il est un constat sur lequel la majorité des chercheurs en SHS s’accorde à propos de l’impact du numérique dans leur pratique, c’est celui d’un renouvellement profond de l’édition scientifique, qu’il s’agisse des possibilités ouvertes par l’édition numérique, de la publication des données de la recherche ou encore de la révision des modèles économiques. C’est dans ce contexte que depuis 10 ans se développent de plus en plus d’expérimentations autour des data papers en SHS. Venus des sciences de la vie et de la terre, leur définition varie en fonction des domaines et des pratiques. Davantage consacrés aux données qu’aux résultats de la recherche, les data papers se présentent comme un complément aux publications scientifiques traditionnelles. Ils permettent avant tout de décrire les jeux de données de la recherche afin de les disséminer, favoriser leur réutilisation ou encore la reproductibilité de la recherche. Parfois, ils sont accompagnés de code exécutable (executable papers) ou encore de modélisations, voire d’analyses. Les data papers, étroitement liés à la science ouverte, soulèvent donc plusieurs enjeux pour les SHS : ils interrogent la nature des données, leur ouverture, leur documentation, leurs publics et leurs éventuelles réutilisations. Ils font également écho au développement du data journalisme, qui s’interroge parfois aussi sur des façons de publier les données ou de pointer vers celles-ci, en complément aux publications des articles et récits qui s’appuient sur des données. À l’heure où plusieurs revues en SHS intègrent, ou souhaitent intégrer, des data papers à leurs formats de publications scientifiques, le colloque #dhnord2021 sera consacré aux data papers en SHS et à leurs enjeux scientifiques, éditoriaux ou sociaux.

Les communications aborderont les sujets suivants :

Continuer la lecture de #dhnord2021 – Publier, partager, réutiliser les données de la recherche : les data papers et leurs enjeux

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les lundis du master HN de Lyon : « Recherches actuelles en Humanités numériques »

Dans le cadre du cours de 2e année  « Recherches actuelles en Humanités numériques », le master Humanités numériques de Lyon a le plaisir de recevoir à l’Enssib en 2021 :

  • 4 octobre : Carmen Brando (ingénieure de recherche, EHESS) « Entités nommées pour une étude outillée linguistique, cartographique et réseau de corpus textuels en SHS ».
  • 8 novembre : Martin Grandjean (premier assistant, université de Lausanne) « Analyse de réseaux et compréhension de l’Histoire ».
  • 15 novembre : Simon Gabay (maitre-assistant, université de Genève) « Extraction et structuration de données de documents dit « historiques » et Christophe Schuwey (assistant professor, Yale university) « Retour sur Un Entrepreneur des Lettres au XVIIe siècle ».
  • 6 décembre : Thibault Clérice (doctorant, université Lyon 3) « l’outil pie-extended, un module d’analyse automatique de texte pour données anciennes et modernes » et Frédéric Glorieux. Sous réserve.

Animation : Marianne REBOUL

Horaires : 9h-13h

Lieu : Salle 1.01, ENSSIB, 17 Bd du 11 Novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Ces séances sont ouvertes à toutes et tous mais uniquement sur inscription (nb de places limité) : formulaire d’inscription

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Participez le 12 octobre à « Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante »

Évènement virtuel sur inscription – 12 octobre – 15h30-17h30

Pour faire suite à la conférence « Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante » organisée dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier du 4 novembre 2020, l’Enssib et l’Université de Montréal organisent une table ronde le 12 octobre de 15h30 à 17h30 (heures françaises) avec des acteurs de l’édition français et québécois.

Table ronde

viendront échanger leur point de vue sur les questions d’éditorialisation, de modèle économique, de libre accès et de commun.

La table ronde est animée par Antoine Fauchié (Ecritures numériques, chaire de recherche au Canada) et Valérie Larroche (Enssib, Elico)

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Journée d’études du Centre des Humanités Numériques

Le Centre des Humanités Numériques de l’Université du Paris a le plaisir de vous convier à sa première Journée d’études qui se tiendra le mardi 15 juin 2021 sur site et en visio-conférence.

Cette journée se déroulera de la façon suivante :

  • Accueil du public et café (9h15-9h45) pour ceux présents sur site
  • Ouverture de la journée (9h45-10h) avec présentation du Centre des Humanités Numériques
  • Table ronde n°1 (10h – 12h) : « Qui fait quoi ? L’organisation du travail en humanités numériques »Avec la participation de : Anne Grondeux (HTL), Violaine Jurie (Géotéca), Isabelle Marchand (Géotéca), Chiara Mainardi (DiRVED), Luc Massip (CERILAC), Sophie Vasset (LARCA)
  • Pause déjeuner (12h-14h) avec panier repas
  • Table ronde n°2 (14h – 16h) « Science ouverte et ouverture de l’accès aux données publiques pour la recherche en Sciences humaines et sociales »
    Avec la participation de : Isabelle Blanc (MESRI), Guillaume Mordant (INSEE), Sébastien Oliveau (PROGEDO), représentant·e de la CNIL (sous réserve).
  • Conclusion de la journée (16h-16h15)
  • Clôture (16h15)

Vous trouverez en pièce jointe le programme détaillé de cette journée. L’inscription est obligatoire via le formulaire suivant :  Formulaire d’inscription

La journée se tiendra à Paris sur le campus des Grands-Moulins (Amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain). Un dispositif hybride est prévu via Zoom (lien transmis après inscription).

Pour toute question sur l’événement, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : recherche.dbm@listes.u-paris.fr

Géopolitique de l’OpenScience

Géopolitique de l’OpenScience : La France, l’Union européenne et l’International

Ghislaine CHARTRON

Résumé : L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open sciences dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques. Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département « Recherche et produits nouveaux » du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

Date et lieu : le 21 janvier 2021 à 14h, Webinaire en direct sur la chaîne MSH Sud TV :http://mshsud.tv/spip.php?article1016

Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International – Seminaire NumeRev le 21 janvier 2021

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche.

Le séminaire « Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International » dont il est question ici plus précisément se déroulera le jeudi 21 janvier à 14h avec une conférence assurée par Mme Ghislaine Chartron.

L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open science dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques.

Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département « Recherche et produits nouveaux » du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

URL de l’annonce du séminaire : https://projet.numerev.com/a-propos/agenda/43-numerev-geopolitique-de-l-openscience-la-france-l-union-europeenne-et-l-international-ghislaine-chartron?date=2021-01-21-14-00

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Compte-rendu du webinaire du 4 novembre 2020 dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier. Replay de la rencontre à venir.

Titulaire d’un double master recherche mention Histoire et mention Études sur le Genre, obtenus à l’Université Lumière Lyon 2 et d’un master 1 Sciences de l’Information et des Bibliothèques (PANIST) de l’Enssib, Lucie Delaunay est actuellement étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib afin d’acquérir une expertise sur l’ensemble des aspects de l’édition numérique.

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste de l’enseignement agricole depuis plusieurs années. Engagée dans la transmission des savoirs, passionnée par l’écrit et la littérature sous toutes ses formes, elle réalise cette année un master 2 Publication numérique à l’Enssib.

Stéphanie Louison est étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib, après un master 1 en sciences de l’information.

Rediffusion

Initiatives, stratégies et pratiques éditoriales dans l’édition savante

Des acteurs français et québécois de l’édition savante œuvrant dans l’Open Access et dans l’économie sociale et solidaire ont été conviés par Valérie Larroche, maître de conférence à l’Enssib et Antoine Fauchié, doctorant à la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques pour un webinaire organisé dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier.

Cette rencontre visait à montrer la diversité des acteurs de l’édition savante et à comprendre l’étendue des possibilités proposées par leurs différentes structures. C’est dans cette optique que deux acteurs ont présenté leurs stratégies économico-éditoriales : Sylvie Bigot, des Presses universitaire de Grenoble (PUG) et Émilie Paquin, d’Érudit. Ensuite, des expériences et des pratiques éditoriales liées à des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’Open Access ont été mis en avant avec Servanne Monjour et Nicolas Sauret pour Les Ateliers de [sens public] et Sylvia Fredriksson en tant qu’experte des Communs.

Continuer la lecture de Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

7e conférence Document numérique et société – 28 et 29 septembre, Nancy

Appel à participation

7e conférence Document numérique et société

Humains et données : création, médiation, décision, narration

28 et 29 septembre, Nancy

Responsables scientifiques

Evelyne Broudoux (Dicen-Idf)

Ghislaine Chartron (Dicen-Idf)
Brigitte Simonnot (Crem)

Seules les personnes déjà inscrites pourront participer physiquement à la conférence.

Suivre la conférence en direct et à distance :

28 septembre 2020

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10058

29 septembre 2020

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10393

#7docsoc


Programme
(format PDF)

https://crem.univ-lorraine.fr/sites/crem.univ-lorraine.fr/files/users/documents/programme-docsoc2020_web.pdf

Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Le projet COMMONDATA – Les données de la recherche : des communs scientifiques est porté par Agnès Robin, maître de conférences HDR en Droit privé à l’université de Montpellier.

Le projet a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions.

Dans le cadre de ce programme, des séminaires et conférences sont organisés. Dans un séminaire organisé le 17 janvier 2020 à la MSH-SUD, Xavier Strubel, Professeur en Droit privé à l’Institut Mines-Télécom Business School, a assuré une intervention sur le thème   Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ?  que vous pouvez écouter ici :

Résumé de l’intervention

La politique européenne de recherche et d’innovation est fondée sur l’idée que les données produites par les chercheurs, — et au-delà de l’ensemble de toutes les données publiques —, doivent être libérées afin que celles-ci puissent créer des opportunités pour une exploitation dans le secteur privé.

Continuer la lecture de Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Séminaire Les nouveaux paradigmes de l’archive- séance 5 du 19 novembre: Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

La conservation est un acte intentionnel programmé par des humains, selon des choix, débattus, validés collectivement, élaboré en tant que politique et délégué aux machines sous forme d’instructions et de métadonnées. Pourtant, le concept administratif et légal de droit à l’oubli numérique, c’est-à-dire à la revendication volontaire de l’effacement, suggère que les machines n’oublient pas et que les traces des flux numériques ne s’effacent pas. Pour certains, l’effacement et l’oubli paraissent des processus naturels si l’on considère le temps de l’histoire et des mémoires collectives. La mémoire n’est pas incluse dans le numérique, c’est une volonté extérieure qui décide si un traitement contre la disparition doit être appliqué et sans cette décision, le destin des données est tôt ou tard la disparition. Il relève des sociétés humaines de décider le quantum de mémoire qu’il convient de préserver. D’autres considèrent au contraire que les mémoires machiniques stockent des masses de données indifférenciées dans le « cloud ».Les professionnels des archives doivent établir leur posture entre ces deux paradigmes et redéfinir les frontières conceptuelles et pratiques entre les archives, entendues comme mémoire à pérenniser pour le bien commun, et les stocks de données, afin, entre autres, de repositionner les pratiques de tri et d’élimination sur lesquelles reposent leur responsabilité actuelle.

Participants

  • Marie Laperdrix, Conservateur du Patrimoine, Cheffe du service des archives des Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Action et des Comptes publics.
  • Noé Wagener, Professeur de droit public, Université de Rouen Normandie
  • Françoise Janin, Bureau des missions et de la coordination interministérielle (SIAF)

 

Animation : Claire Scopsi et Françoise Lemaire

Les vidéos des précédentes séances sont en ligne  : https://nparchive.hypotheses.org/captations-des-seances-2019

Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

L’Enssib, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, organise les 18 et 19 novembre 2019 la 5ème édition de la Biennale du numérique. Comme vous le savez peut-être, la Biennale du numérique est une rencontre interprofessionnelle et scientifique qui questionne les problématiques émergentes sur l’impact du numérique pour les professionnels du livre, mais aussi les usages de la lecture, le devenir de l’édition numérique, les innovations en matière de production et de diffusion de contenus, ou encore les évolutions de l’accès à l’information.

La thématique 2019 est celle de la convergence (des normes, formats et données) induite par l’usage généralisé du web. L’objectif sera d’établir un panorama des enjeux, conditions et objectifs de cette convergence vers le web par filières, des nouvelles relations que cela induit entre filières professionnelles du livre et de la lecture mais aussi de montrer concrètement que cette convergence se traduit en termes de services.

Continuer la lecture de Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

Colloque DHNord 2019 : « Corpus et archives numériques », du 16 au 18 octobre à Lille

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (arts, lettres, histoire, sciences sociales, etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant à leur constitution, leur fiabilité, leur traitement, leur accessibilité ou encore leur préservation. DHNord 2019 souhaite interroger, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales. Le colloque est précédé d’une demi-journée de réflexion sur la formation au numérique en SHS.

Cet événement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Programme

Disponible sur le site de la MESHS LILLE Nord de France

Continuer la lecture de Colloque DHNord 2019 : « Corpus et archives numériques », du 16 au 18 octobre à Lille

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

« Les données à mille temps » : séminaire de recherche enssib du 11 juillet

Agnieszka Tona est membre du Laboratoire ELICO de l’Université de Lyon et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Enssib où elle est responsable du Master 1 SIB (PANIST) et co-responsable du Master 1 et 2 Humanités numériques – Pratiques et méthodes en Humanités numériques de l’UDL. Ses thématiques de recherche portent sur l’analyse et la définition des modèles qu’il conviendrait d’imposer aux documents numériques, pour qu’ils puissent se présenter et se réorganiser dans la forme et avec les modalités qui conviendront le mieux à leur usage.

Présentation du séminaire

L’Enssib et le laboratoire ELICO vous invitent à la 1e séance du séminaire intitulé « Les données à mille temps ».

A l’instar de tout objet informationnel ou culturel, les données s’ancrent dans l’axe du temps et peuvent être définies et estampillées par ses mesures. Il n’est pas rare que le rapport entre le concept de temps et la donnée s’exprime de manière très explicite dans les définitions mêmes de cette dernière, comme celle que propose l’Organisation internationale de normalisation (1993) : « la donnée : représentation calendaire d’un moment dans le temps ».

Et c’est justement ce sont ce(s) rapport(s) entre les données et le temps que ce séminaire interdisciplinaire propose d’explorer. Quelles sont les représentations du temps et des temporalités qui affectent aujourd’hui les données (qu’elles soient personnelles, publiques, ouvertes, massives, de recherche, etc.) ? Sous quelles formes ces représentations se matérialisent-elles dans les discours et les pratiques scientifiques et professionnelles autour de ces données ? Qu’est-ce que les données nous apprennent sur le temps ? Comment le disent et le racontent-elles ?

C’est ce que cherchera à explorer cette série de séminaires à travers un dialogue entre acteurs professionnels de l’information et chercheurs de plusieurs disciplines (SIC, sociologie, histoire, philosophie des sciences et épistémologie, informatique, etc.).

Programme du séminaire 

1ère séance, le 11 juillet : « Données : carte blanche »

Lieu : Enssib
Horaire : de 10h30 à 16h00 

10h30 Introduction, Agnieszka Tona, Enssib

10h50 – « Produire, reproduire, maintenir. Comment le temps vient aux données », Jérôme Denis, CSI, MINES Paris Tech

Résumé : Malgré ce que leur nom et sa généalogie laissent entendre, les données, en sciences comme en entreprise ou dans les administrations, se présentent rarement sous la forme d’objets informationnels au repos, qu’il suffirait de saisir dans de bonnes conditions pour en faire usage. Dans la plupart des cas, en particulier lorsqu’il s’agit de les faire circuler et de les partager, elles semblent glisser entre les doigts, ou au contraire résister à la préhension.

En partant de plusieurs exemples issus d’enquêtes récentes dans des secteurs variés, cette communication sera l’occasion de mettre en lumière différentes temporalités en jeu dans les opérations qui sont mises en œuvre pour qu’adviennent concrètement des données. Trois temps — de la production, de la reproduction, et de la maintenance — seront explorés, qui montrent comment les données sont toujours d’une manière ou d’une autre en devenir.

11h40 – « La vie triviale de la donnée : entre logiques institutionnelles locales et injonctions à « l’ouverture »», Marie Després-Lonnet, ELICO, Université Lumière Lyon 2

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – « Le temps long de l’archive », Céline Guyon, Enssib, Association des Archivistes Français (AAF)

Résumé : À partir d’exemples concrets tirés de notre pratique professionnelle l’intervention se propose d’explorer le temps long de l’archive, en illustrant ses multiples usages et fonctions : trace d’une activité, preuve d’une action, objet de pouvoir, témoignage du passé, source historique.

Cette exploration convoquera les concepts clefs de l’archivistique que sont notamment le « cycle de vie », « la théorie des 3 âges » et les notions de « valeurs primaire et secondaire » pour étudier trois moments clefs dans le temps long de l’archive : la création, la conservation et la (re)utilisation.

Ce détour par les sources de l’archivistique nous amènera, en conclusion, à nous interroger sur ce qui, dans un environnement résolument numérique, caractérise l’archive.

14h50 – « Le mille-feuille temporel des archives du Web », Valérie Schafer, C2DH, Université du Luxembourg

Résumé : À partir d’exemples choisis au sein des archives du Web et des réseaux socio-numériques, cette intervention se propose de montrer tout d’abord les différentes strates temporelles à l’œuvre au sein de ce patrimoine dit « nativement numérique », et ce de la sélection et collecte à l’analyse, en passant par l’accès via les interfaces et les médiations qu’elles introduisent, l’enrichissement via des métadonnées ou l’intégration d’outils de fouille.

Distinguer ces strates temporelles nous permettra d’interroger les méthodologies à l’œuvre pour analyser ces archives du Web, leurs apports et limites (qu’il s’agisse du recours à l’archéologie numérique, de l’analyse de réseaux et de la cartographie d’hyperliens aux invitations à revenir à la diplomatique ou encore à la philologie).

Enfin, quelques pistes de prospection et réflexion seront proposées, notamment pour penser les enjeux de pérennité et durabilité.

15h40  16h00 : Clôture de la séance, Agnieszka Tona, Enssib

2ème séance, le 15 novembre 2019

La 2e séance du séminaire est programmée le vendredi 15 novembre 2019 à l’Enssib. Elle sera structurée autour de la problématique des données dite temporelles ou « time-oriented », c’est-à-dire celles qui permettent de dater et d’indexer par le temps des phénomènes, événements, états, objets, etc.,

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles.

Pour toute information sur ce séminaire vous pouvez contacter sa coordinatrice scientifique Agnieszka Tona : agnieszka.tona@enssib.fr

Évolutions sociétales et bibliothèques : Quelles responsabilités sociales, éthiques, citoyennes dans la cité ? 13 décembre 2019 – Mediadix/URFIST PARIS

Adrienne Cazenobe, conservateur des bibliothèques, est responsable de formation continue et de création de journées d’étude à Médiadix (CRFCB, Centre de formation aux carrières de bibliothèques). Ses domaines de veille, d’étude et d’intervention privilégiés, sont les bibliothèques numériques, les métadonnées, l’open data.

Journée d’étude co-organisée par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et URFIST de Paris (Aline Bouchard)

Des évolutions sont synonymes de changements. Que ces évolutions concernent la société dans son ensemble, dès lors ruptures, fractures, discontinuités s’accompagnent d’une émergence de nouvelles valeurs culturelles, intellectuelles, éthiques dont les répercussions se font sentir dans les organisations tant politiques que civiles. Les bibliothèques sont, comme toutes les organisations, immergées dans un environnement ; celui-ci les fonde, leur attribue un rôle et une fonction culturelle et sociale. Dans un contexte qui change et change vite, les bibliothèques s’adaptent, mais comment prendre la mesure de ce qu’il leur incombe désormais de faire pour assumer leur responsabilité dans la cité ? Entre injonctions extérieures et questionnements professionnels, les bibliothèques s’ouvrent à des champs d’intervention en expansion. Dès lors, comment cette diversification des actions se répercute-elle en termes de responsabilités ? Quelles responsabilités sociales, citoyennes voire éthiques pour les bibliothèques, vis-à-vis de la communauté des publics, de tous les publics, habitués, occasionnels, et ceux potentiels constitués par toute cette frange de population qui ne connaît ni ne fréquente les bibliothèques ? Ces questions ouvrent les professionnels à la réflexion commune et aux débats, menés dans le cadre de journées au sein des associations et organisations professionnelles. Aussi s’agit-il au cours de notre journée, de réaliser une mise en perspective des problématiques les plus récentes de manière à dégager du questionnement des lignes directrices qui seront autant d’orientations pouvant aider à la mise en place de bibliothèques responsables.

Continuer la lecture de Évolutions sociétales et bibliothèques : Quelles responsabilités sociales, éthiques, citoyennes dans la cité ? 13 décembre 2019 – Mediadix/URFIST PARIS

Adrienne Cazenobe

Adrienne Cazenobe, conservateur des bibliothèques, est responsable de formation continue et de création de journées d'étude à Médiadix (Centre de formation aux carrières de bibliothèques). Ses domaines de veille, d'étude et d'intervention privilégiés, sont les bibliothèques numériques, les métadonnées, l'open data.

More Posts - Website