Archives de catégorie : Appel à contribution

AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dossier thématique n° 52 Etudes de Communication : langages, information, médiations « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? »

Special issue nb 52: “Open Access and Research Data. Contributions from the Information and Communication Sciences”

Coordination : Joachim Schöpfel (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France), Renaud Fabre(Univ. Paris 8 Vincennes–Saint-Denis, Laboratoire d’Économie Dionysien, France) et Bernard Jacquemin (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France)

Depuis le début des années 2000, un mouvement politique et social visant à la libéralisation de l’accès aux données (open data), principalement scientifiques et institutionnelles, se fait sentir. La déclaration de Budapest (Budapest Open Access Initiative, BOAI, 2002) propose ainsi le libre accès aux publications de recherche, tandis que la déclaration de Berlin (2003) élargit la perspective et propose de garantir le libre accès à la connaissance en ouvrant l’accès à la fois à la littérature scientifique mondiale, aux données de cette recherche et aux outils qui ont permis de collecter ces données. Parallèlement à ces initiatives, la pression s’accentue sur les autorités pour que les données collectées par les pouvoirs publics soient elles aussi mise à disposition, au point que le Parlement européen vote en 2003 la directive Public Sector Information (PSI) visant à l’ouverture des données institutionnelles dans une perspective de réutilisation de celles-ci. Côté français, la création en 2011 d’Étalab permet de concrétiser la politique gouvernementale en terme d’ouverture et de partage des données publiques issues des établissements publics à caractère administratif, industriel et commercial, ainsi que des entreprises publiques, délégataires ou associatives (publication via le portail data.gouv.fr). Faisant le pont entre les données liées aux savoirs universitaires et les données collectées par le domaine institutionnel, la Loi pour une République numérique, votée en France à l’automne 2016, institue la publication systématique des données produites par les pouvoirs publics, tant au niveau administratif qu’au niveau scientifique, y compris les publications issues de financements publics.

Au sein de ce mouvement réclamant l’ouverture informationnelle et scientifique, la demande de mise à disposition des données de la recherche (open research data) est un courant plus récent, et jusqu’à présent à la fois moins médiatisé et moins revendiqué que la mise à disposition des publications scientifiques ou des informations administratives. Pour autant, cette mouvance s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel, notamment avec la nécessaire mise en place d’un plan de gestion des données (data management plan) dans les programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR. La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser et dans la mesure du possible partager les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche. Le monde de l’édition scientifique suit aussi ce courant et demande de plus en plus souvent aux auteurs de garantir la mise à disposition des données décrites dans les publications à fin de preuve. La plupart des universités et grands établissements de recherche mènent également actuellement une réflexion pour assurer une politique de conservation et partage des données de la recherche menée en leur sein et pour amener les chercheurs à faire évoluer leurs pratiques dans ce domaine.

Malgré les positionnements institutionnels en faveur de la libéralisation des données de la recherche, en dépit de la mise en place projetée ou réalisée d’infrastructures permettant d’assurer leur collecte, leur conservation et leur partage, seuls quelques rares travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication (SIC) – particulièrement concernées par une problématique de traitement et de gestion de données hétérogènes dans des infrastructures de stockage, de description et de recherche informationnelle, qui impliquent généralement des professionnels de la bibliothèque universitaire et de la documentation scientifique – ont été menés pour comprendre la profondeur et la complexité de ce phénomène, qui pose cependant de nombreuses questions.

Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont pourtant particulièrement confrontés à ces évolutions qui sont de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.

Continuer la lecture de AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution