Archives de catégorie : Appel à communication

20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

Le Document ?

Organisée par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO, l’Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS de l’Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE de l’Université de Lyon 3, la vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ».
Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.
Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants :

Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.

Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.

Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.

Continuer la lecture de 20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

(Dé)construire l’histoire numérique: argumentaire scientifique

dhnord2017 est la quatrième édition de la conférence annuelle sur les humanités numériques organisée par la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS). L’édition de cette année est coorganisée avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg. Le thème est: « (Dé)construire l’histoire numérique ». La conférence aura lieu les 27-29 novembre 2017 à la MESHS, Lille.

Informations pratiques

Appel à communications

Comment définir l’histoire numérique (ou digitale) ? En anglais, le terme « digital history », qui remonte probablement à 1999 (Ayers 1999), a été généralisé vers le milieu des années 2000 (Lines Andersen 2002, Lee 2002, Cohen & Rosenzweig 2005).

Selon une définition large, l’histoire numérique est une approche d’étude et de représentation du passé qui s’appuie sur les nouvelles technologies d’information et de communication avec notamment l’utilisation de l’ordinateur, d’internet et de logiciels (Seefeldt & Thomas 2009).

Ainsi, le terme désigne l’enquête historique qui met en valeur des sources primaires sous forme de données en format électronique, qu’elles soient numérisées ou nativement numériques, et les récits qui sont fabriqués sur la base de telles enquêtes (Lee 2002).

Continuer la lecture de (Dé)construire l’histoire numérique: argumentaire scientifique

Appel à contribution : Atelier Data Visualisation dans les Systèmes d’Information

Depuis 1982 le congrès INFORSID (INFormatique des ORganisations et Systèmes d’Information et de Décision) constitue chaque année le lieu d’échange privilégié entre chercheurs et industriels sur l’ensemble des problématiques d’ingénierie et de gouvernance des systèmes d’information, de gestion des données, de leur manipulation et de leur exploitation.

Dans le cadre des ateliers du congrès INFORSID 2017 qui se tiendra à Toulouse du 30 mai au 2 juin 2017 un appel à contribution est lancé à l’atelier : Data Visualisation dans les Systèmes d’Information

Date limite de proposition de présentation : 30 avril 2017
L’atelier aura lieu durant la conférence

Programme

Inscription

Les systèmes d’information modernes contiennent de grandes quantités de données de différents types (quantitatives, qualitatives, et multimédias). Dès lors que l’on interconnecte de tels systèmes entre eux, le volume de données disponible explose, donnant ainsi naissance à des informations plus riches de sens mais aussi plus complexes à exploiter. Dans cet objectif, il existe des outils de data visualisation (ou Dataviz) qui offrent la possibilité à un utilisateur de révéler des informations utiles, voire cachées. Ils permettent de faire apparaître visuellement des connexions entre les données pour en faire émerger des tendances fortes et insoupçonnées. Les agences gouvernementales et les médias utilisent cette technologie pour cartographier des réseaux criminels ou terroristes, ou encore détecter les fraudes. Par exemple, les data journalistes impliqués dans l’affaire des Panama Papers[1] ont exploité une plateforme de visualisation de données pour mener leurs investigations. Certains fichiers étaient non structurés et d’autres comme les comptes bancaires, se prêtaient à des analyses structurées.

Thèmes de l’atelier

L’appel à contributions est ouvert pour des présentations courtes (2 à 4 pages – 10 mn) et longues (8 à 12 pages – 20 mn) sur les thèmes suivants (liste non exhaustive) :

–       Les outils de traitement et de visualisation de données ;

–       Les apports de la visualisation de données (la lutte contre la fraude, le terrorisme et la criminalité, etc.) ;

–       La data visualisation et l’analyse de données (l’analyse de sentiments, l’analyse de réseaux, l’analyse comportementale, etc.) ;

–       La data visualisation comme outil d’aide à la décision ;

–       La data visualisation dans les systèmes d’information géographiques ;

–       La data visualisation et le crowdsourcing notamment via les réseaux sociaux ;

–       L’évolution des tableaux de bords pour représenter des données provenant de sources diversifiées (GPS, smartphone, objets connectés, etc.) ;

–       La sécurité des données (les droits d’accès, la compréhension et l’utilisation des données personnelles/privées ou professionnelles, etc.) ;

–       La qualité des données (ou comment détecter les données fausses) ;

–       Retours d’expériences et études de cas concrets d’utilisation de la data visualisation.

Les articles pourront être rédigés en français ou en anglais et doivent être envoyés avant le 30 avril 2017 à : eliana.raad@univ-pau.fr (Objet : Soumission Atelier INFORSID). Les soumissions devront se conformer au modèle Hermes-Lavoisier (cf. le site de la conférence).

Comité de programme

Eliana RAAD, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Olivier LE GOAER, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Richard CHBEIR, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Christian SALLABERRY, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regina TICONA-HERRERA, Ecole Supérieure des Technologies Industrielles Avancées (ESTIA)

Joe TEKLI, Lebanese American University (LAU), Liban

Ghada BEN NEJMA, Institut Supérieur d’Informatique du Kef, Tunisie

Alimentation et santé : logiques d’acteurs en information-communication

Appel à chapitre pour l’ouvrage « Alimentation et santé : logiques  d’acteurs en information-communication » dirigé par Viviane Clavier et Jean-Philippe De Oliveira.

Information pratiques

Format

  • Évaluation en double-aveugle
  • Taille du résumé : environ 8000 signes (espaces compris, hors bibliographie)
  • Volume des chapitres : entre 30 et 35 000 signes (espaces compris, hors bibliographie)

Calendrier

  • Date de soumission des résumés : 2 mai 2017
  • Notification aux auteurs : 1er juin 2017
  • Date d’envoi des chapitres complets : 30 novembre 2017
  • Notification aux auteurs : 15 janvier 2018
  • Date de parution de l’ouvrage : juin 2018

Propositions à adresser à

viviane.clavier@univ-grenoble-alpes.fr
jean-philippe.de-oliveira@univ-grenoble-alpes.fr

Appel à chapitre

L’objectif de cet ouvrage collectif est de proposer des contributions présentant une réflexion théorique, des cas d’études ou des retours d’expériences ayant comme point commun de questionner les rapports entre l’alimentation et la santé dans leurs dimensions info-communicationnelles.

Cet appel à chapitre s’inscrit dans la continuité du numéro 27 de Questions de communication publié en 2015 intitulé « L’alimentation, une affaire publique » coordonné par Simona De Iulio, Sylvie Bardou-Boisnier et Isabelle Pailliart.

Continuer la lecture de Alimentation et santé : logiques d’acteurs en information-communication

Enjeux et apports des recherches en humanités numériques

Appel à contributions pour un numéro de la revue Les Cahiers du Numérique sous la direction de Lise verlaet.

Calendrier

  • Remise des articles : 23 avril 2017
  • Réponse aux auteurs : 23 juin 2017
  • Remise de la version finale : 23 juillet 2017
  • Remise à l’éditeur : 23 août 2017

Consignes aux auteurs

Les propositions d’article, texte intégral uniquement en version électronique au format word, sont à envoyer à lise.verlaet@univ-montp3.fr. Les articles, rédigés en français, font une vingtaine de pages.
La Revue Les Cahiers du Numérique invite les auteurs à prendre connaissance des consignes éditoriales, lesquelles sont disponibles à cette adresse : http://lcn.revuesonline.com/revues/23/ConsignesLCN_avril2016.doc

Appel à contributions

Le numérique a envahi notre quotidien, de la sphère professionnelle, il s’est rapidement propagé vers notre sphère privée. Il semble communément admis que la révolution numérique est en marche.

Si nul ne sait quand celle-ci atteindra son point culminant ni prédire quels en seront les effets – les discours sont pour le moins dichotomiques sur le sujet – il est incontestable que son omniprésence opère une transformation de nos dynamiques sociales et culturelles (Jeanneret, 2011) et propulse nos sociétés occidentales dans une « culture numérique » (Doueihi, 2011 ; Rieffel, 2014) laissant subséquemment entrevoir les possibilités d’ « humanités numériques ».

Les résistants aux injonctions de cette culture numérique sont considérés – au mieux – comme des marginaux ne souhaitant pas rejoindre cette culture ouverte de l’information, cette culture numérique du partage, à la fois participative, citoyenne et porteuse de nouveaux espoirs.

Continuer la lecture de Enjeux et apports des recherches en humanités numériques

Analyser la science : les bibliothèques numériques comme objet de recherche

Thématique du colloque

À l’ère d’Internet l’accès à un volume conséquent de publications impacte le travail des chercheurs, leur positionnement dans la communauté internationale, l’évaluation de la recherche et les modèles économiques sous-jacents. Le développement des données en libre accès (OpenData), les bibliothèques, archives et musées en ligne ne sont que quelques exemples illustrant l’évolution de la notion de texte ou document, sa diversité et sa prolifération.

Des collections issues de bibliothèques traditionnelles sont maintenant accessibles librement : Gallica, Digital Public Library of America. À ce type de bibliothèques numériques s’ajoutent les publications savantes, qui sont une part importante des publications numériques. Des acteurs francophones importants ont vu le jour aussi bien au Canada qu’en France (Persée, CAIRN, HAL, Erudit).

De récentes initiatives nationales ont également permis le développement d’importantes archives scientifiques (ISTEX en France, SwissBib en Suisse, GBV en Allemagne, Scholars Portal en Ontario) ou muséales (Europeana, Musée virtuel du Canada).

Parallèlement les méthodes automatiques de traitement se diversifient et se spécialisent : fouille de texte, méthodes d’apprentissage profond (deep learning) pour traiter des données massives, transformation d’informations en données liées.

Cependant, de nombreuses questions restent en suspens, notamment en ce qui concerne la gestion de gros corpus multithématiques. Pouvoir disposer d’outils d’analyse efficaces, capables de s’adapter à de gros volumes de données, souvent de nature hétérogène, pas toujours structurés, dans des langues variées et des domaines très spécialisés, reste un défi.

Le traitement des données numériques implique de multiples domaines (traitement automatique des langues, intelligence artificielle, linguistique, statistiques, informatique), permettant des applications diversifiées : recherche d’information, veille, évaluation de programmes de recherches, prospective…

Continuer la lecture de Analyser la science : les bibliothèques numériques comme objet de recherche

Appel à contributions « Les données massives: nouvel enjeu stratégique ? »

A propos de la revue

La revue Management & Data Science est une revue pluridisciplinaire en sciences de gestion qui s’adresse également aux chercheurs et praticiens en informatique, mathématiques, économie, sociologie, sciences de l’information.

L’objectif est de faire le lien entre professionnels et scientifiques autour des problématiques liées à l’impact des données massives sur le management.

3 numéros annuels permettent de sensibiliser les décideurs aux enjeux des données massives à la fois sous l’angle technique (collecte, intégration, modélisation, visualisation) et sur les aspects managériaux.

La revue Management & Data Science  a plusieurs objectifs.

  • Produire des nouveaux concepts, méthodes, techniques et applications relatifs à la data science et à son impact sur le management;
  • Contribuer à l’avancée des connaissances liées à la gestion des données massives et centraliser ces recherches;
  • Diffuser des travaux originaux qui orientent la prise de décision en gestion

Continuer la lecture de Appel à contributions « Les données massives: nouvel enjeu stratégique ? »

Colloque COSSI 2017 – Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »

Co-organisateurs du colloque : Sylvie Grosjean (Université d’Ottawa, Canada), Monica Mallowan (Université de Moncton, Canada), Christian Marcon (IAE-Université de Poitiers, France)

85e congrès de l’ACFAS – Université McGill, Montréal

Dates envisagées : 11 au 12 mai 2017 (en attente de la décision finale de l’ACFAS en décembre 2016)

Dates importantes

  • Soumission des propositions : 13 janvier 2017
  • Retour aux auteurs : février/mars 2017
  • Envoi des articles : mai 2017
  • Dates envisagées du colloque : 11 au 12 mai 2017
  • Publication : décembre 2017

Appel à communications

La problématique de la gestion des données par les organisations n’est pas récente, mais l’accès à des données massives produites par le monde digital (e-commerce, requête internet, capteurs e-santé, objets connectés, etc.) conduit indéniablement les organisation à gérer, traiter, utiliser et réutiliser leurs données différemment voire à exploiter celles d’autres organisations.

Confrontées à la pression concurrentielle, les organisations comptent sur la performance des technologies de l’information pour soutenir leurs processus organisationnels et pour les aider à maîtriser la masse d’information en circulation dans leur environnement interne et externe. Face à l’accumulation de données massives (big data) en milieu organisationnel (Bollier, 2010; Rudder, 2014), l’approche privilégiée pour en tirer un sens est celle de l’analyse quantitative menant à des démarches d’intelligence d’affaires (business intelligence), en vue de s’en servir pour la prise de décision et le passage à l’action (Cohen, 2013; Fernandez, 2013). Ceci conduit à l’idée dangereuse que des données statistiques seraient plus utiles et objectives et contribueraient à rendre les organisations plus efficaces et rentables (Bollier, 2010).

Toutefois, cette accumulation de données chiffrées analysées statistiquement est limitée par l’absence d’un contexte significatif riche (Alles et Vasarhelyi, 2014), qui pour sa part est généré par une accumulation d’éléments non chiffrés, non quantifiables, non structurés et donc difficilement mesurables, de type socio-culturel (thick data), qui doivent être étudiés par une analyse qualitative, et qui mènent à des démarches d’intelligence stratégique (competitive and strategic intelligence).

Continuer la lecture de Colloque COSSI 2017 – Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »

Atelier ASSEMO 2017 – Articles scientifiques : savoir, évaluation et modélisation

Appel à contributions

Les articles scientifiques sont au cœur des débats, qu’il s’agisse des problématiques autour des formes d’évaluation de la recherche, de la détection d’articles générés automatiquement ou des bibliothèques scientifiques pirates. Ils montrent néanmoins les collaborations et réseaux, soulignent la reconnaissance et l’excellence et déterminent les carrières.

De nouveaux modèles et vecteurs de communications se dessinent à travers l’open-accès, et de nombreux débats ont lieu autour de l’édition, des dispositifs techniques, mais aussi des outils de recherches et d’extraction d’information, d’annotation sémantique et de fouilles textuelles.

Les réseaux jouent un rôle prépondérant avec les réseaux de co-citation, mais aussi selon le point de vue de la dynamique des collaborations scientifiques et des relations sociales de l’activité scientifique en contribuant à modifier la structure et les standards de l’article scientifique.

Ils peuvent aider les bibliothèques numériques à visualiser les tendances scientifiques ainsi que les relations et les influences des travaux et des auteurs. L’atelier se propose de faire le point sur les dernières évolutions tant du point de vue fondamental que des applications.

Cela est d’autant plus important que de nombreux ateliers, défis et campagnes d’évaluation traitant des métadonnées et/ou de l’analyse de texte intégral dans articles scientifiques ont émergé ces dernières années sur la scène internationale (ESWC Semantic Publishing Task 2014, Workshop on Scholarly Web Mining, Workshop on Mining Scientific Publications, Joint workshop on Bibliometric-enhanced IR and NLP for Digital Libraries, etc.) et nationale avec des initiatives comme le Defi EGC 2016 (Communauté EGC quelle histoire et quel avenir).

Objectifs

Cet atelier interdisciplinaire souhaite réunir les acteurs dont les publications et la production du savoir se trouvent être le centre d’intérêt de leurs travaux, que ce soit en informatique, en traitement automatique des langues, en science de l’information ainsi qu’en sociologie des sciences. Le but est le partage d’expérience et de savoir sur les problématiques liées à l’exploitation des articles scientifique.

Continuer la lecture de Atelier ASSEMO 2017 – Articles scientifiques : savoir, évaluation et modélisation

Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

dh2017-skyline
    Le colloque annuel Digital Humanities de l’ADHO  co-organisé par McGill University et l’Université de Montréal se déroulera du 8 au 11 août 2017 à Montréal, sur le campus de l’université McGill, et aura pour thème  » Accès/Access ».

Une version francophone de l’appel à propositions, réalisée par Aurélien Berra pour Humanistica, est disponible.

La date limite pour les soumissions de propositions de posters, de présentations courtes, de présentations longues et de séances multiples est le 1er novembre 2016, à 23:59 GMT. Le délai est fixé au 17 février 2016, à 23:59 GMT, pour les propositions d’ateliers et de séances d’initiation (et le 16 décembre 2016 à 23:59 GMT pour les ateliers soutenus par un SIG).

Intention

Le thème du colloque de 2017 est « Accès/Access » : nous prêterons une attention particulière aux contributions centrées sur la mise en œuvre des savoirs (knowledge mobilization), les recherches tournées vers le public (public-facing scholarship), la collaboration entre chercheurs et communautés, le libre accès aux programmes, aux logiciels, à la recherche et à ses résultats, ainsi que les aspects de la recherche et de la publication en humanités numériques liés aux technologies de l’accessibilité. Le colloque se tiendra officiellement en deux langues, le français et l’anglais, puisque le Canada est un pays bilingue : nous encourageons donc particulièrement les propositions faites dans ces deux langues, mais acceptons aussi les propositions faites dans les autres langues officielles d’ADHO (allemand, italien, espagnol).

En savoir plus sur le site de l’événement

Continuer la lecture de Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Le colloque international  » La prescription culturelle en question/Investigating Cultural Expertise « , co-organisé par les laboratoires Cimeos (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Geriico (Université Lille 3) et le tout nouveau GEP (Groupe d’Études sur la Prescription) se tiendra à  l’université de Dijon du 5 au 7 avril 2017.

The Changing Roles of Programme Makers, Artistic Directors, Curators and Critics

Appel à communications pour le colloque international organisé par le / Call for papers for an international conference organised by the
Groupe d’Études sur la Prescription à la  MSH de Dijon les 5, 6 et 7 avril 2017.

With the support of / Avec le soutien de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (UBC) et des laboratoires CIMEOS et GERIICO (Lille 3).

Chercheur-es invité-es / Keynote speakers : Philip Schlesinger (University of Glasgow), Tia DeNora (University of Exeter, par visioconférence), Ghislaine Chartron (Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris).

En savoir plus sur le site du SFSIC.

Un peu d’histoire(s) / A Little HiStory…

L’Europe des 17e et 18e siècles a été le théâtre de ce que l’on désigne usuellement par le terme de Révolution Scientifique, tout à la fois un nouveau régime de connaissance, d’organisation sociale et de rapport au monde. L’une des manifestations les plus significatives de cette cosmogonie s’est traduite par l’essor, la professionnalisation croissante de la sphère scientifique et son corollaire la disqualification des savoirs populaires. En parallèle, les différentes variantes de la philosophie des Lumières, qu’elles soient cartésiennes ou plus expérimentales, ont insisté sur l’importance de l’éducation, l’inéluctabilité du progrès et la fiabilité des savoirs scientifiques. Ce processus de constitution et de légitimation de corps d’experts professionnels s’est approfondi tout au long du 19e siècle et notamment dans ce qu’on appelle communément sphère culturelle ou encore art. Trouvant place dans l’espace public et dans des marchés dédiés, la production, la circulation et la consommation de biens culturels a coïncidé avec l’essor d’une multitude d’organismes (état, musées, bibliothèques, écoles, fondations, galeries, éditions musicales, presse, médias etc.) et de personnes (critiques, historien-n-e-s de l’art, libraires…) chargés de conseiller et de former le public (et les marchés) de l’art.
Une vaste galaxie qui doit être pensée comme un continuum où prennent place tant des prescripteurs que des consommateurs engagés dans des relations donnant lieu à d’incessantes reconfigurations. Tout au long du 20e siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Si ce mouvement a soutenu le développement de métiers et de réseaux de prescription, il a également été accompagné de formes profanes d’expertise, de modalités plus ou moins équipées de médiation du savoir et de la culture, d’une économie informelle du conseil entre pairs. De ce fait, les amateurs-consommateurs ont appris à élaborer et organiser leurs univers artistiques et à faire leurs choix en combinant des formes diverses de prescription – critiques professionnels, littérature académique, médias, participation à des formes collectives d’évaluation, fanzines, conseils d’amis etc. Le développement des dispositifs communicationnels propres à l’Internet et leurs usages ont reconfiguré, disséminé et multiplié les médiations et les formes de prescription. Tout ce faisceau de pratiques brouille ainsi les frontières traditionnelles entre pratiques professionnelles et amateures de la prescription.

Continuer la lecture de Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

Numéro thématique (RFSIC) coordonné par Ghislaine Chartron (CNAM) et Joachim Schöpfel (Lille 3).

Calendrier et précisions

  • 1er novembre : réception des résumés détaillés

  • 1er décembre : réponses aux auteurs de l’acceptation sur résumé

  • 30 mars : date limite de réception des textes complets

  • 30 mars-15 juin : évaluation et retour vers les auteurs pour décision finale.

  • 30 août : réception des textes définitifs pour parution.

Contacts : Ghislaine Chartron (ghislaine.chartron@lecnam.net) et Joachim Schöpfel (joachim.schopfel@univ-lille3.fr)

Les résumés en français ou en anglais sont limités à 1 200 mots et doivent préciser la problématique, un bref état de la littérature sur la problématique, la méthodologie et les principaux résultats. Ils seront envoyés en format word ou .rtf aux deux coordinateurs de ce numéro.

Continuer la lecture de Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

Qu’est-ce qu’une donnée de santé ?

Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2016

À l’heure où se multiplient et se diversifient les pratiques de santé, à la fois dans et hors les murs des institutions traditionnelles, sur des supports de plus en plus individualisés et connectés, la question de la protection des données se pose de façon urgente. Si elle trouve d’ores et déjà des réponses techniques en matière de cryptage et de sécurité de l’information, cette question en cache une autre, plus fondamentale, plus vaste et toujours non résolue, qui en constitue un préalable nécessaire : comment définir aujourd’hui ce qu’est une donnée de santé et, partant, ce qu’il s’agit de protéger ?

Les données de santé sont le plus souvent appréhendées d’un point de vue global : toutes les données médicales et/ou relatives aux déterminants généraux de santé, et à la santé d’une personne, d’un groupe de personnes (couple, famille, quartier, ville, région, ethnie, pays, etc.) ou de populations. Elles sont utilisées pour le suivi et l’évaluation des systèmes et politiques de santé, pour établir des budgets prévisionnels, faire de la prospective en santé et croiser ces indicateurs avec d’autres.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une donnée de santé ?

Lancement de la Revue COSSI – Communication, Organisation, Société du Savoir et Information

Site officiel de la revue : http://www.revue-cossi.info/

L’éditorial de la revue précise (je cite) :

COSSI (Communication, Organisation, Société du Savoir et Information) est une revue scientifique internationale francophone interdisciplinaire en Sciences Sociales lancée à l’initiative du GRICODD (Groupe de Recherche international en Information, COmmunication et Documentation Durables).

Fondée en 2015, la revue COSSI est l’aboutissement de 7 années de recherches initiées par la collaboration entre le Campus de Shippagan de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) et le Pôle Information-Communication de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Poitiers (France), lesquelles ont donné lieu aux éditions du COlloque Spécialisé en Sciences de l’Information (COSSI). Au fil des années (et des COSSI), de nouvelles collaborations sont nées avec l’Ecole de Bibliothéconomie et Sciences de l’Information de Montréalde Montréal (Canada), l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education d’Aquitaine – Université de Bordeaux (France), le Département de communication de l’Université d’Ottawa (Canada) et le Cercle de Recherche et d’Etude en Information et Communication de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (France).

Continuer la lecture de Lancement de la Revue COSSI – Communication, Organisation, Société du Savoir et Information

Appel à chapitre pour l’ouvrage « Confiance et légitimité en information et communication de santé »

Calendrier

  • Date de soumission des résumés : 10 octobre 2016
  • Notification aux auteurs : courant décembre 2016
  • Date d’envoi des chapitres complets au format de l’éditeur : 18 avril 2017
  • Date de parution de l’ouvrage : courant octobre 2017

Les propositions sont à envoyer à : celine.paganelli@univ-montp3.fr

Editeur

ISTE Editions, série « S’informer dans le domaine de la santé », coordonnée par Céline Paganelli et Viviane Clavier.

Appel à chapitre

La question de la confiance est cruciale dans le domaine de la santé. D’abord, parce que la santé est révélatrice d’enjeux particulièrement forts que ce soit au niveau sociétal, réglementaire, institutionnel ou à titre individuel ; ensuite, parce que les frontières entre informations spécialisées et validées par des instances légitimes (institutions, professionnels) et informations non validées sont devenues perméables ; enfin, parce qu’elle apparaît comme centrale au sein même des relations entre acteurs du domaine (professionnels, patients, pouvoirs publics, entreprises,…). La question de la confiance est d’ailleurs le plus souvent traitée du point de vue de la relation entre patients et professionnels de santé ou entre les usagers et leur système de santé (Jaunet 2003, Saout 2009).

Continuer la lecture de Appel à chapitre pour l’ouvrage « Confiance et légitimité en information et communication de santé »