Archives de catégorie : Agenda

Conférence LIBER juin 2020 ouverte à tous et en ligne : Building Trust With Research Libraries

Exceptionnellement, l’édition 2020 de la conférence LIBER se tiendra en ligne du 22 au 26 juin : elle est ouverte à tous sur simple inscription.

Les inscriptions se font en ligne depuis le programme, session par session: https://liberconference.eu/programme/

Les institutions membres de LIBER ont des sièges prioritaires en cas d’affluence sur certaines sessions (il faut alors fournir à l’inscription votre numéro d’adhérent), mais il est parfaitement possible de s’inscrire librement.

Pour trouver votre numéro d’adhérent :
https://libereurope.eu/user-list/ ou envoyez un courriel à liber@kb.nl.

Programme

Monday, 22nd June
– Opening Address- Reflections on the impact of Covid-19 on Open Science;
Session #1 – Cultural Change; Panel Session – From Frenemies to Trusted Partners (collaboration between libraries and publishers, and new OA business models)

Tuesday, 23rd June
– Workshops! Topics include SSHOC train-the-trainer bootcamp, citizen science, transformative agreements, FAIR Data, Linked Open Data, Hot RDM Topics, and Libraries for Teaching and Learning.

Wednesday, 24th June
Session #2 – Opening Up Knowledge; Keynote from Dr. Christine Koontz; Panel Session – Building Trust in Research Libraries Through Open Science;
Session #3 – Securing and Building Trust; Session #4 – Crowd Powered Collaborations.

Thursday, 25th June
Session #5 – Open Access Insights;
Session #6 – Libraries as Open Innovators & Leaders; Meeting of Participants.

Friday, 26th June
Session #7 – Super-Charging Your RDM Impact;
Session #8 – Tools for Transparency & Open Access;
Session #9 – Data Visualisation & Metrics.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Appel à articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Calendrier

  • 12 juillet 2020 : soumission des résumés pour évaluation
  • 24 août 2020 : notification de l’acceptation ou du refus
  • 24 novembre 2020 : remise de la version complète des articles
  • 15 mars 2021 : réception des versions définitives des articles
  • Décembre 2021 : publication du dossier dans le numéro 57 d’Études de Communication

Dossier coordonné par Viviane Couzinet (Université Toulouse III-Paul Sabatier, France) et Regina Marteleto (Ibict-Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil).

Ce numéro d’Études de communication offre l’opportunité aux chercheurs et doctorants en France et au Brésil de croiser leurs regards sur la question des médiations et des usages sociaux des savoirs et de l’information. Tout en poursuivant le travail engagé par le réseau franco-brésilien MUSSI (Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information), l’appel à articles s’adresse, plus largement, à l’ensemble de la communauté scientifique.

Le réseau a été initié dans la lignée des fondateurs francophones du champ de l’information-documentation, Otlet, Meyriat, Estivals, Escarpit et d’autres qui les ont suivis, de la consolidation du champ de la recherche en S.I. dans les deux pays à partir des années 1990, et de la vision commune des chercheurs français et brésiliens de l’objet informationnel dans des problématiques culturelles, sociales et politiques.

Depuis 2008, et à la suite de la maturation des débats, des idées développées au cours des rencontres, d’études conjointes, de publications en commun, ce collectif propose un dialogue élargi autour de son champ théorique et méthodologique. Ce champ s’articule autour d´axes thématiques qui couvrent les dimensions épistémologiques, culturelles et pratiques du champ informationnel.

Continuer la lecture de Appel à articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Le projet COMMONDATA – Les données de la recherche : des communs scientifiques est porté par Agnès Robin, maître de conférences HDR en Droit privé à l’université de Montpellier.

Le projet a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions.

Dans le cadre de ce programme, des séminaires et conférences sont organisés. Dans un séminaire organisé le 17 janvier 2020 à la MSH-SUD, Xavier Strubel, Professeur en Droit privé à l’Institut Mines-Télécom Business School, a assuré une intervention sur le thème   Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ?  que vous pouvez écouter ici :

Résumé de l’intervention

La politique européenne de recherche et d’innovation est fondée sur l’idée que les données produites par les chercheurs, — et au-delà de l’ensemble de toutes les données publiques —, doivent être libérées afin que celles-ci puissent créer des opportunités pour une exploitation dans le secteur privé.

Continuer la lecture de Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

La naissance de l’architecture de l’information en tant que champ est concomitante de l’ère de l’information engendrée par les techniques numériques. En d’autres mots, elle fait partie de ces approches permettant de lire et d’écrire le réseau, mais aussi de le rendre accessible et intelligible au plus grand nombre. C’est pourquoi l’architecture de l’information est au cœur de la deuxième édition de Reticulum, un cycle de rencontres interdisciplinaires entre SIC et design.

SYNOPSIS DE LA JOURNÉE

Après une première édition consacrée à l’opérabilité du concept de dispositif, les rencontres Reticulum souhaitent aborder une autre notion à l’intersection des SIC et du design : l’architecture de l’information. Si cette locution agrège deux termes complexes, on en comprend rapidement l’enjeu : il s’agit de maîtriser (ἀρχός / arkhós : celui qui gouverne) la production (τίκτω / tíktô : produire) des informations. A l’instar du « premier art » dont elle emprunte le nom, l’architecture de l’information est liée aux structures qui organisent les existences humaines : elle opère dans l’espace et le temps, conditionnant des flux virtuels, sève de la « société de l’information » (Bell 1979, Mattelart 2000).

L’expression « architecture de l’information » a été proposée par Richard Wurman en 1976. Comme pour la documentation au début du 20e siècle, elle s’est construite comme une réponse à la croissance informationnelle de son temps. Visant avant tout l’opérabilité — to make something work —, elle s’est essentiellement développée comme un champ de pratiques professionnelles, tout en cultivant une certaine réflexion théorique. Au tournant des années 2000, son positionnement est devenu fort complexe sous la pression d’une pensée plus forte du design. En effet, elle partage avec le design d’information les « relations ‫à l’espace, ‪aux signes et au sens » (Beyaert-Geslin, 2018) ; de plus, la logique d’organisation des contenus qu’elle met en œuvre se confond avec celle d’autres champs, comme l’éditorialisation (Lipsyc & Ihadjadene, 2013 ; Zacklad, 2019).

La présence de la métaphore architecturale en design et dans les différentes sciences de l’information interroge sur le périmètre et la pertinence de l’architecture de l’information. C’est dans cette perspective que nous proposons une deuxième journée Reticulum intitulée Architecture(s) de l’information, afin de la questionner à la fois en tant qu’objet et en tant que champ. Elle réunira chercheurs, étudiants et professionnels pour explorer les subtilités, potentiels et limites d’un domaine au carrefour de champs scientifiques et de pratiques de conception.

Continuer la lecture de RETICULUM 2. ARCHITECTURE(S) DE L’INFORMATION – 20 février -Rencontres interdisciplinaires entre SIC et Design

Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? Séminaire Histoire et Humanités numériques – Université de Toulouse

La troisième saison du séminaire Histoire et Humanités numériques aura lieu cette année au sein du laboratoire Framespa à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Le thème transversal qui a été retenu est : Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? et se décline en 5 séances :

Mettre le patrimoine en open access. Par Emilie Roffidal, Anne Perrin Khelissa et Léa Saint-Raymond – 06 février

Comment les acteurs publics mettent-ils en valeur le patrimoine toulousain ? Par Géraud de Lavedan, Rémi Beguet et Hélène Kemplaire –  13 février

Numérique et patrimoine cinématographique : quels enjeux, quelles circulations ? Par Rémy Besson, Natacha Laurent et Michaël Bourgatte – 27 février

– Les futurs des textes, des documents et des livres entre pérennisation et innovation. Par Elena Pierazzo – 12 mars

– Quels enjeux pour le patrimoine institutionnel à l’âge du numérique ? Entre patrimoine de guerre et patrimoine militaire. Par Bénédicte Marquier, Patrick Peccatte et Nathalie Dereymaeker-  23 avril

Toutes les informations, y compris les salles sont disponibles sur le site du séminaire : https://hhn.hypotheses.org/

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Appel à communication – Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

Colloque COSSI n°11 co-organisé par Christian Marcon et Mona Shehata

IAE – Université de Poitiers, France
Les 28 et 29 mai 2020  

Calendrier du colloque 

  • Les propositions de communication sont attendues au plus tard le 10 mars 2020
  • Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique.
  • Les communications sélectionnées seront réparties en sessions et/ou ateliers thématiques.
  • Décision du comité scientifique : 30 mars 2020.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur les modalités de soumission sur : https://revue-cossi.info/la-revue/appel-a-articles/744-colloque-cossi-2020

Détail de l’AAC

Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits ; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels ; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…).

Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps : résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Continuer la lecture de Appel à communication – Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

Rendre perceptible l’imperceptible : les données de mesures du temps – 15 novembre – Séminaire « Les données à mille temps »

Dans le cadre du séminaire de recherche de l’Enssib, « Les données à mille temps », se tiendra le vendredi 15 Novembre 2019, de 10h30 à 16h30 la seconde séance du séminaire autour de la problématique des données dite temporelles.

Nous aurons le plaisir d’entendre au cours de cette séance comment de telles données sont mobilisées dans les différentes pratiques scientifiques et professionnelles, à travers quatre conférences suivantes :

– « Une approche temporaliste du Web. Temporalités des données et temporalités d’un événement professionnel », Jean-Claude Domenget, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté.

– « Les différentes temporalités des données produites par les historien.ne.s », Pierre Vernus, Maître de conférences en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2.

– « Dater et indexer le temps, données et métadonnées en bibliothèque », Marion Jonget, Numelyo et Service catalogues et métadonnées, Bibliothèque Municipale de Lyon.

– « Conserver les données de la recherche dans un centre de calcul : tout est question de temps ! », Jean-Yves Nief, Ingénieur de recherche, Centre de calcul de l’IN2P3 Lyon.

Programme détaillé de cette séance.

Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Type de recrutement :

  • Contractuels (CDD 1 an)
  • Date de prise de poste : 06/01/2020

Niveau d’emploi : Niveau A – IGE

Localisation du poste : Service inter-établissements de Document (SID), Direction d’appui à la recherche, Bibliothèque Universitaire Joseph Fourier

Procédure de recrutement

Les personnes intéressées doivent faire parvenir par voie électronique un CV accompagné d’une lettre de motivation, en rappelant la référence AP-1710-SID-PERSEE, au plus tard le 27/11/2019 à l’adresse suivante : Antoine PHILIBERT, Chargé de recrutement. 

Mail : dgdrh-recrutement@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les questions relatives à la fonction, vous pouvez contacter : Bélinda MISSIROLI, Responsable de la mission CollEx, Mail :  belinda.missiroli@univ-grenoble-alpes.fr

Lucie ALBARET, Responsable de la Direction appui à la recherche du SID, Mail : Lucie.albaret@univ-grenoble-alpes.fr

Contexte et environnement de travail

Située au coeur des Alpes, dans un environnement scientifique et naturel exceptionnel, l’Université Grenoble Alpes est une université de rang mondial pluridisciplinaire. Membre de la ComUE Université Grenoble Alpes et partenaire du projet Idex, elle est présente dans tous les grands classements internationaux (top 150 des universités mondiales – classement de Shanghai).

Continuer la lecture de Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques – 13 et 14 mai 2020

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques

13 et 14 mai 2020
IUT Bordeaux Montaigne

https://humanistica2020.sciencesconf.org/

À l’heure où les humanités numériques connaissent un tournant décisif tant sur le plan quantitatif que qualitatif, Humanistica, l’association francophone des humanités numériques créée en 2014, organise son premier colloque. Elle invite ainsi la communauté scientifique à interroger ses résultats et ses méthodes de recherche, ses usages de l’informatique, ses objets traditionnels ou nouveaux, pour mesurer le chemin parcouru et s’engager dans une nouvelle décennie de développement.

En 2010, le Manifeste des Digital Humanities répondait au constat de Milad Doueihi concernant la « conversion numérique en cours » et appelait à la consolidation du domaine. Dix ans plus tard, une transdiscipline a-t-elle émergé ? L’omniprésence de l’expression « humanités numériques » est-elle trompeuse ou témoigne-t-elle d’une prise en compte d’un tournant méthodologique, épistémologique et culturel pris par la recherche en sciences humaines ? Sommes-nous en train d’inventer ou de nous adapter ?

Les propositions devront être soumises sur la plateforme du colloque (https://humanistica2020.sciencesconf.org) le 15 décembre 2019 au plus tard. Les réponses (acceptation ou refus) seront envoyées au terme d’une évaluation en simple aveugle, au plus tard le 15 février 2020.

Plateforme du colloque : https://humanistica2020.sciencesconf.org

Comité d’organisation local

  • Philippe Baudorre (université Bordeaux Montaigne)
  • Julien Baudry (SCD, université Bordeaux Montaigne)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers)
  • Nathalie Prévôt (université Bordeaux Montaigne)
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne)

Comité scientifique du colloque

  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers), co-présidente
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne), co-président
  • Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne)
  • Aurélien Berra (université Paris-Nanterre)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Claire Clivaz (SIB Institut Suisse de Bioinformatique, Lausanne)
  • Martin Grandjean (université de Lausanne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Nathalie Prévôt (CNRS – université Bordeaux Montaigne)

Journée d’études – Intelligence artificielle et institutions patrimoniales

Intelligence artificielle et institutions patrimoniales : enjeux, défis et opportunités / BNF, le 11 déc. 2019

 

Cette journée d’étude organisée par l’ADEMEC a pour objectif de donner des clés de compréhension pour mieux cerner les enjeux qui entourent l’intelligence artificielle. Elle sera l’occasion d’en comprendre les usages et d’anticiper ses atouts pour les institutions patrimoniales.

Conférences, rencontres et ateliers  permettront de réfléchir  au positionnement des professionnels du patrimoine face à ces évolutions profondes et inédites afin que cette révolution technologique ne se fasse pas malgré eux, mais bien avec eux, et au service des missions essentielles qui sont la conservation et la mise à disposition du patrimoine.

 

INSCRIPTION via : https://www.eventbrite.fr/e/billets-ia-et-institutions-patrimoniales-enj…

Séminaire Les nouveaux paradigmes de l’archive- séance 5 du 19 novembre: Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

La conservation est un acte intentionnel programmé par des humains, selon des choix, débattus, validés collectivement, élaboré en tant que politique et délégué aux machines sous forme d’instructions et de métadonnées. Pourtant, le concept administratif et légal de droit à l’oubli numérique, c’est-à-dire à la revendication volontaire de l’effacement, suggère que les machines n’oublient pas et que les traces des flux numériques ne s’effacent pas. Pour certains, l’effacement et l’oubli paraissent des processus naturels si l’on considère le temps de l’histoire et des mémoires collectives. La mémoire n’est pas incluse dans le numérique, c’est une volonté extérieure qui décide si un traitement contre la disparition doit être appliqué et sans cette décision, le destin des données est tôt ou tard la disparition. Il relève des sociétés humaines de décider le quantum de mémoire qu’il convient de préserver. D’autres considèrent au contraire que les mémoires machiniques stockent des masses de données indifférenciées dans le « cloud ».Les professionnels des archives doivent établir leur posture entre ces deux paradigmes et redéfinir les frontières conceptuelles et pratiques entre les archives, entendues comme mémoire à pérenniser pour le bien commun, et les stocks de données, afin, entre autres, de repositionner les pratiques de tri et d’élimination sur lesquelles reposent leur responsabilité actuelle.

Participants

  • Marie Laperdrix, Conservateur du Patrimoine, Cheffe du service des archives des Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Action et des Comptes publics.
  • Noé Wagener, Professeur de droit public, Université de Rouen Normandie
  • Françoise Janin, Bureau des missions et de la coordination interministérielle (SIAF)

 

Animation : Claire Scopsi et Françoise Lemaire

Les vidéos des précédentes séances sont en ligne  : https://nparchive.hypotheses.org/captations-des-seances-2019

Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

L’Enssib, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, organise les 18 et 19 novembre 2019 la 5ème édition de la Biennale du numérique. Comme vous le savez peut-être, la Biennale du numérique est une rencontre interprofessionnelle et scientifique qui questionne les problématiques émergentes sur l’impact du numérique pour les professionnels du livre, mais aussi les usages de la lecture, le devenir de l’édition numérique, les innovations en matière de production et de diffusion de contenus, ou encore les évolutions de l’accès à l’information.

La thématique 2019 est celle de la convergence (des normes, formats et données) induite par l’usage généralisé du web. L’objectif sera d’établir un panorama des enjeux, conditions et objectifs de cette convergence vers le web par filières, des nouvelles relations que cela induit entre filières professionnelles du livre et de la lecture mais aussi de montrer concrètement que cette convergence se traduit en termes de services.

Continuer la lecture de Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

Colloque DHNord 2019 : « Corpus et archives numériques », du 16 au 18 octobre à Lille

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (arts, lettres, histoire, sciences sociales, etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant à leur constitution, leur fiabilité, leur traitement, leur accessibilité ou encore leur préservation. DHNord 2019 souhaite interroger, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales. Le colloque est précédé d’une demi-journée de réflexion sur la formation au numérique en SHS.

Cet événement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Programme

Disponible sur le site de la MESHS LILLE Nord de France

Continuer la lecture de Colloque DHNord 2019 : « Corpus et archives numériques », du 16 au 18 octobre à Lille

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

« Les données à mille temps » : séminaire de recherche enssib du 11 juillet

Agnieszka Tona est membre du Laboratoire ELICO de l’Université de Lyon et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Enssib où elle est responsable du Master 1 SIB (PANIST) et co-responsable du Master 1 et 2 Humanités numériques – Pratiques et méthodes en Humanités numériques de l’UDL. Ses thématiques de recherche portent sur l’analyse et la définition des modèles qu’il conviendrait d’imposer aux documents numériques, pour qu’ils puissent se présenter et se réorganiser dans la forme et avec les modalités qui conviendront le mieux à leur usage.

Présentation du séminaire

L’Enssib et le laboratoire ELICO vous invitent à la 1e séance du séminaire intitulé « Les données à mille temps ».

A l’instar de tout objet informationnel ou culturel, les données s’ancrent dans l’axe du temps et peuvent être définies et estampillées par ses mesures. Il n’est pas rare que le rapport entre le concept de temps et la donnée s’exprime de manière très explicite dans les définitions mêmes de cette dernière, comme celle que propose l’Organisation internationale de normalisation (1993) : « la donnée : représentation calendaire d’un moment dans le temps ».

Et c’est justement ce sont ce(s) rapport(s) entre les données et le temps que ce séminaire interdisciplinaire propose d’explorer. Quelles sont les représentations du temps et des temporalités qui affectent aujourd’hui les données (qu’elles soient personnelles, publiques, ouvertes, massives, de recherche, etc.) ? Sous quelles formes ces représentations se matérialisent-elles dans les discours et les pratiques scientifiques et professionnelles autour de ces données ? Qu’est-ce que les données nous apprennent sur le temps ? Comment le disent et le racontent-elles ?

C’est ce que cherchera à explorer cette série de séminaires à travers un dialogue entre acteurs professionnels de l’information et chercheurs de plusieurs disciplines (SIC, sociologie, histoire, philosophie des sciences et épistémologie, informatique, etc.).

Programme du séminaire 

1ère séance, le 11 juillet : « Données : carte blanche »

Lieu : Enssib
Horaire : de 10h30 à 16h00 

10h30 Introduction, Agnieszka Tona, Enssib

10h50 – « Produire, reproduire, maintenir. Comment le temps vient aux données », Jérôme Denis, CSI, MINES Paris Tech

Résumé : Malgré ce que leur nom et sa généalogie laissent entendre, les données, en sciences comme en entreprise ou dans les administrations, se présentent rarement sous la forme d’objets informationnels au repos, qu’il suffirait de saisir dans de bonnes conditions pour en faire usage. Dans la plupart des cas, en particulier lorsqu’il s’agit de les faire circuler et de les partager, elles semblent glisser entre les doigts, ou au contraire résister à la préhension.

En partant de plusieurs exemples issus d’enquêtes récentes dans des secteurs variés, cette communication sera l’occasion de mettre en lumière différentes temporalités en jeu dans les opérations qui sont mises en œuvre pour qu’adviennent concrètement des données. Trois temps — de la production, de la reproduction, et de la maintenance — seront explorés, qui montrent comment les données sont toujours d’une manière ou d’une autre en devenir.

11h40 – « La vie triviale de la donnée : entre logiques institutionnelles locales et injonctions à « l’ouverture »», Marie Després-Lonnet, ELICO, Université Lumière Lyon 2

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – « Le temps long de l’archive », Céline Guyon, Enssib, Association des Archivistes Français (AAF)

Résumé : À partir d’exemples concrets tirés de notre pratique professionnelle l’intervention se propose d’explorer le temps long de l’archive, en illustrant ses multiples usages et fonctions : trace d’une activité, preuve d’une action, objet de pouvoir, témoignage du passé, source historique.

Cette exploration convoquera les concepts clefs de l’archivistique que sont notamment le « cycle de vie », « la théorie des 3 âges » et les notions de « valeurs primaire et secondaire » pour étudier trois moments clefs dans le temps long de l’archive : la création, la conservation et la (re)utilisation.

Ce détour par les sources de l’archivistique nous amènera, en conclusion, à nous interroger sur ce qui, dans un environnement résolument numérique, caractérise l’archive.

14h50 – « Le mille-feuille temporel des archives du Web », Valérie Schafer, C2DH, Université du Luxembourg

Résumé : À partir d’exemples choisis au sein des archives du Web et des réseaux socio-numériques, cette intervention se propose de montrer tout d’abord les différentes strates temporelles à l’œuvre au sein de ce patrimoine dit « nativement numérique », et ce de la sélection et collecte à l’analyse, en passant par l’accès via les interfaces et les médiations qu’elles introduisent, l’enrichissement via des métadonnées ou l’intégration d’outils de fouille.

Distinguer ces strates temporelles nous permettra d’interroger les méthodologies à l’œuvre pour analyser ces archives du Web, leurs apports et limites (qu’il s’agisse du recours à l’archéologie numérique, de l’analyse de réseaux et de la cartographie d’hyperliens aux invitations à revenir à la diplomatique ou encore à la philologie).

Enfin, quelques pistes de prospection et réflexion seront proposées, notamment pour penser les enjeux de pérennité et durabilité.

15h40  16h00 : Clôture de la séance, Agnieszka Tona, Enssib

2ème séance, le 15 novembre 2019

La 2e séance du séminaire est programmée le vendredi 15 novembre 2019 à l’Enssib. Elle sera structurée autour de la problématique des données dite temporelles ou « time-oriented », c’est-à-dire celles qui permettent de dater et d’indexer par le temps des phénomènes, événements, états, objets, etc.,

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles.

Pour toute information sur ce séminaire vous pouvez contacter sa coordinatrice scientifique Agnieszka Tona : agnieszka.tona@enssib.fr