Tous les articles par René Audet

Un carnet partagé pour la Fabrique du numérique

Un tout nouveau portail sur l’édition numérique, l’innovation éditoriale et l’actualité du livre vient d’être lancé. Le carnet de la Fabrique du numérique est produit par Littérature québécoise mobile – pôle Québec, une équipe basée à l’Université Laval. 

Le carnet prolonge les réflexions de la Fabrique du numérique 2020, un événement de réflexion et de partage sur l’édition numérique. Au terme des échanges, plusieurs constats étaient ressortis, dont l’importance de développer la formation et la littératie numérique de toute la chaîne éditoriale. Le comité organisateur concluait : « La formation est le nerf de la guerre pour conduire les éditeurs à investir le secteur numérique avec clairvoyance et dans un objectif de rentabilité des projets. »

Cette idée de formation n’est pas seulement académique ou appliquée. Le cerveau des équipes éditoriales doit devenir imaginatif d’un point de vue technologique. Le numérique permet des fonctionnalités, des esthétiques, des poétiques jusque-là impossibles à réaliser.

Ainsi, pour contribuer à la circulation des savoirs et des œuvres, l’équipe de Littérature québécoise mobile – pôle Québec a mis en place Le carnet de la Fabrique du numérique. Le portail qui s’apparente à un magazine regroupe des articles sur l’innovation éditoriale en contexte numérique, trace le portrait de maisons d’édition audacieuses, offre des lectures d’œuvres littéraires numériques ou hybrides autant que de lectures critiques et met en lumière des outils de création.

Le choix du terme « carnet » n’est pas anodin, comme il s’agit de documenter le travail en cours, l’évolution d’un milieu et d’une industrie au jour le jour, avec des amorces de réflexion, des tentatives de création – bref, une représentation de la part du work-in-progress que contient toujours l’innovation. 

Puisque l’équipe du Carnet est basée au Québec, un petit accent spécifique à cette région de la Francophonie ressortira. La priorité sera accordée aux œuvres de langue française et aux maisons d’édition travaillant dans cette langue, puisqu’elles sont parfois moins visibles dans un monde aussi anglophone que celui du web.

Le Carnet de la Fabrique du numérique est placé sous la direction de René Audet et sa coordination est assurée par Marie-Ève Muller.

Pour consulter Le carnet de la Fabrique du numérique : https://carnet.fabriquedunumerique.org

Pour vous abonner à l’infolettre bimensuelle, suivez ce lien (ou agrégez le fil RSS du site !).

 

Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Cet appel à « communications » est quelque peu atypique, comme il prépare un événement en ligne qui se déroulera sur une longue période (de mars à mai 2021). La visée étant notamment de tisser un réseau de jeunes chercheurs/chercheuses sur le livre aujourd’hui, de façon transdisciplinaire, cette plage de temps sera propice à l’appropriation des contenus et aux échanges. Bienvenue aux étudiant.e.s de 2e et de 3e cycles, de même qu’aux stagiaires postdoctoraux ! Propositions à transmettre pour le 1er décembre.


Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Colloque étudiant en ligne organisé par :

René Audet (Université Laval / Littérature québécoise mobile)
Julien Lefort-Favreau (Queen’s University / GRÉLQ)
et Mélodie Simard-Houde (Université du Québec à Trois-Rivières / Littérature québécoise mobile)

avec le soutien du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ, Université de Sherbrooke).

Ce « printemps » des études du livre au XXIe siècle vise à mettre en valeur les chantiers de recherche en cours et à mettre en lien les jeunes chercheur⋅e⋅s d’un domaine scientifique qui se dessine à l’intersection de la littérature contemporaine, de l’histoire du livre et de l’édition, de la culture médiatique et des arts visuels.

Le site de l’événement rendra disponibles, à partir de la semaine du 8 mars 2021 et de façon périodique, les contributions des participant⋅e⋅s au colloque. Une discussion ouverte suivra chacune d’elles, pour conduire à un événement-synthèse qui se tiendra dans la semaine du 17 mai 2021.

Argumentaire

La culture numérique a profondément bouleversé, notamment depuis les années 2000, le monde du livre. Les pratiques actuelles de création, d’édition et de lecture se reconfigurent en partie autour de nouveaux formats et supports du livre et de la littérature : livres « enrichis » ou « augmentés », livres numériques, livres audio, applications interactives pour appareils mobiles, hypertextes navigables sur le web. Dans ce processus de métamorphose, l’idée du « livre » – qu’il soit imprimé, numérique ou hybride, « homothétique [1] » ou nativement numérique – occupe toujours une place essentielle, mais penser ses formes, sa production, sa diffusion, son positionnement au sein de la culture ne peut désormais faire l’économie d’une réflexion sur les conséquences de l’entrée dans l’ère numérique.
Continuer la lecture de Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec