Tous les articles par Hans Dillaerts

La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Marianne Duquenne est doctorante contractuelle en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2019, au laboratoire GERiiCO (ULR 4073). Sa thèse porte sur l’application de la science ouverte en bioéconomie. Elle est co-encadrée par Patrice de la Broise et Joachim Schöpfel.

Ses recherches sont financées dans le cadre du projet pilote ReCaBio — Ressources Catalyses et Bioéconomie du Programme Gradué de l’I-Site ULNE « Science pour une planète en mutation » qui est soutenu par le gouvernement français à travers le Programme d’Investissements d’Avenir (I-SITE ULNE / ANR-16-IDEX-0004 ULNE).

Son carnet de recherche retrace le projet initial de la thèse, une esquisse de la problématique et quelques premiers résultats issus de ses recherches.

Chargée de cours au département des Sciences de l’Information et de la Documentation (UFR DECCID) de l’Université de Lille, ses enseignements portent essentiellement sur la science ouverte et plus particulièrement, sur les archives ouvertes.

ORCID ID : https://orcid.org/0000-0003-1493-7905

Twitter : @mariannedqn

LinkedIn

Adresse courriel : marianne.duquenne@univ-lille.fr

 

Qu’est-ce que la bioéconomie plus précisément ? Elle est souvent considérée comme un vecteur de réindustrialisation. Peux-tu apporter quelques précisions à ce sujet ?

La bioéconomie est définie comme une approche qui vise le remplacement des ressources fossiles, c’est-à-dire les ressources non renouvelables comme le charbon ou le pétrole, par des ressources plus respectueuses de l’environnement que l’on appelle plus communément biomasses. C’est un concept souvent associé à la notion d’économie circulaire.

Pour expliquer ce qu’est la bioéconomie, je m’appuie souvent sur la définition proposée par la Commission européenne (2018) qui est très pragmatique, elle permet de concevoir et d’illustrer la bioéconomie dans le faire : « produire du combustible à partir d’algues, recycler les plastiques, transformer des déchets en mobilier ou en vêtements neufs ou élaborer des engrais biologiques à partir de sous-produits industriels ».

Sur le terrain, j’ai pu constater deux choses : d’une part, qu’il existe plusieurs acceptions de la bioéconomie, c’est un concept qui recouvre différentes réalités et pratiques d’après les personnes interrogées, mais aussi, lorsque l’on s’intéresse aux discours d’accompagnement.

D’autre part, ce concept est relativement invisible sur le devant de la scène sociétale. Pourtant, en considérant les pratiques à échelle individuelle, comme le tri des déchets ou encore les démarches dites « zéro déchet », j’aime dire et constater que nous faisions déjà de la bioéconomie au quotidien sans le savoir.

Continuer la lecture de La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Lieux de diffusion de savoirs pensés par le genre : dynamiques et questionnements – Journée d’étude le 22 avril à l’université Paul Valéry Montpellier

Présentation

Cette journée d’étude du 22 avril, co-portée par deux axes du LERASS, l’axe “Information, Sciences, Savoirs, Pratiques” et l’axe “Genre et Médias”, vise à examiner les lieux de diffusion de savoir au travers des questions du genre.

Les notions de savoirs et de lieux de diffusion s’inscrivent dans un cadre large et pluridisciplinaire avec l’objectif de faire émerger des problématiques transverses sur les objets d’étude analysés.

Les questions de genre sont abordées selon les 3 dimensions suivantes : (1) « Ignorance de normes genrées et espace(s) de riposte », (2) « Savoirs militants et lieux de diffusion en chantier », et (3) « Épistémologie des savoirs en reconstruction ».

Informations pratiques

Site officiel de la journée détude : https://savoirsgenre.sciencesconf.org/

La journée d’étude se déroule sur le site de St. Charles 2 de l’université  Paul-Valéry – Montpellier dans l’auditorium.

Vous pouvez également assister à la journée par visio :

https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/95361716855?pwd=MmRYYjZpSm1UT0tJdlVnSzZqRzVzUT09

ID de réunion : 953 6171 6855

Code secret : 672274

Programme de la journée

8h30 : Accueil des participant.e.s

9h00-9h15 : Présentation de la journée

9h15-10h00 : Conférence invitée de Joëlle Le Marec (Pr.), Museum d’Histoire Naturelle de Paris

Ce que fait la pensée féministe aux lieux de savoirs

Continuer la lecture de Lieux de diffusion de savoirs pensés par le genre : dynamiques et questionnements – Journée d’étude le 22 avril à l’université Paul Valéry Montpellier

Appel à articles : Littératie et rhétorique numériques – Revue Intelligibilité du numérique

Dossier coordonné par Bruno BACHIMONT et Serge BOUCHARDON

Selon la définition fréquemment citée de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, 2000), « la littératie est l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités ».

L’expression littératie numérique pourrait dès lors être entendue comme la capacité à comprendre, à utiliser et à créer des écrits sur des supports numériques. Dans la lignée de la thèse de la « raison graphique » de Goody, il semble pertinent d’envisager la littératie numérique comme relevant d’une compréhension et d’une connaissance des spécificités des technologies numériques, comprises dans leur continuité avec l’écriture. Par la suite, Bachimont a pour sa part proposé le concept de « raison computationnelle ».

Mais dans quelle mesure l’écriture elle-même est-elle reconfigurée avec le numérique ? On parle ainsi d’écriture multimédia ou multimodale, interactive, collaborative… Quelles sont les connaissances et compétences requises pour être non pas seulement un alphabétisé, mais un lettré du numérique ?

On pourrait dégager trois niveaux d’interrogation du numérique comme nouvelle modalité de l’écriture : l’écriture comme code informatique, l’écriture comme expression médiatique, et enfin l’écriture comme argumentation ou discours rhétorique.

Continuer la lecture de Appel à articles : Littératie et rhétorique numériques – Revue Intelligibilité du numérique

AAC – Lieux de diffusion de savoirs pensés par le genre : dynamiques et questionnements

Informations pratiques

Date de la journée d’étude

Vendredi 22 avril 2022

Site de la journée d’étude

URL : https://savoirsgenre.sciencesconf.org/

Modalités de soumission

Calendrier de soumission

15 janvier 2022 : Date limite pour l’envoi des propositions.

Les propositions de soumission doivent comprendre entre 3000 et 5000 caractères (espaces compris, hors bibliographie) et être anonymisées.

La journée d’étude utilise la plateforme Numerev pour le processus d’évaluation des résumés, les auteurs devront au préalable s’y inscrire et obligatoirement renseigner leur profil : discipline, affiliation, mots-clés de la recherche, ainsi qu’une photographie. Ce sont les données fournies dans ce profil qui seront prises en compte lors de la publication. Les auteurs pourront suivre le processus d’évaluation depuis leur tableau de bord ainsi que via les notifications de la plateforme.

URL pour soumettre une contribution à l’appel : https://i2sp.numerev.com/appels-a-contribution/147-actes-1-lieux-de-diffusion-de-savoirs-penses-par-le-genre-dynamiques-et-questionnements

 18 février 2022 : Réponse aux auteur-e-s.

Valorisation prévue

Un appel à contribution pour un numéro spécial dans la revue Balisages sur les thématiques de cette journée d’étude sera publié au printemps (mars-avril) 2022 sur le site de la revue.

Les textes réceptionnés feront l’objet d’une évaluation en double aveugle. Les articles complets sont attendus pour le mois de juin 2022 (date précise à venir).

Appel à communication

Ce projet de journée d’étude co-porté par deux axes du LERASS, l’axe “Information, Sciences, Savoirs, Pratiques” et l’axe “Genre et Médias” vise à questionner les lieux de diffusion de savoir au travers des questions du genre.

La notion de savoir est ici considérée dans son acception la plus large : les savoirs profanes et scientifiques, les savoirs professionnels et citoyens. Lesdits lieux de diffusion s’inscrivent volontairement dans un cadre large avec l’objectif de faire émerger par la suite des problématiques transverses sur les objets d’étude analysés.

Continuer la lecture de AAC – Lieux de diffusion de savoirs pensés par le genre : dynamiques et questionnements

Citation et transparence des données de recherche dans les revues SIC par Joachim Schöpfel – Entretien

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Introduction

Dans le contexte du plan national pour la science ouverte, Joachim a mené une étude avec des étudiants de Master 2 Gestion de l’Information et du Document en Entreprise (GIDE) de l’université de Lille et avec des collègues de GERiiCO pour mieux comprendre les politiques éditoriales des revues SIC dans le domaine des données de la recherche.

Cette étude permet d’évaluer dans quelle mesure les injonctions ministérielles en matière de science ouverte impactent ou non les politiques et les pratiques des revues de la discipline. Il s’agit de questionnements sensibles dans la mesure où elles touchent à l’évaluation même de la recherche.

Joachim a présenté ce travail dans le cadre d’un séminaire de l’axe Information, Sciences, Savoirs, Pratiques (I2SP) du LERASS. L’entretien ci-dessous vise à revenir et présenter les  objectifs, les périmètres et les principaux résultats de cette étude dont le manuscrit a été récemment soumis au comité de rédaction de la revue Balisages.

Le support de présentation communiqué lors du séminaire est accessible ici.

Entretien avec Joachim

L’objectif de ton étude était d’analyser la situation des SIC par rapport au développement de la science ouverte. Peux-tu nous en dire un peu plus ? Dans quelle mesure c’est un enjeu particulièrement important ?

Depuis quelques années, la science ouverte est devenue l’une des priorités de la politique scientifique de l’État français. Le plan national pour la science ouverte de 2018 a défini les grands axes et annoncé les mesures à mettre en place, dont la généralisation de l’accès ouvert aux publications et l’ouverture des données de recherche. Il s’agit d’un nouveau paradigme, l’affaire (selon les mots de Frédérique Vidal) de l’ensemble du monde de la recherche.

Continuer la lecture de Citation et transparence des données de recherche dans les revues SIC par Joachim Schöpfel – Entretien

AAC (CIDE 22) – Données Documents Connaissances : Perspectives de recherche et d’enseignement

CIDE 22 : 22éme édition du Colloque International sur le Document Électronique
9-10 décembre 2021 | Cnam -Paris-France

Site officiel du colloque : http://europia.org/cide22/

CIDE 22 propose de questionner le développement des sciences de l’information en tant que discipline (autonome dans les pays anglo-saxons et associée aux sciences de la communication en France) et les professions adossées. Il s’agit aussi d’examiner les évolutions contextuelles et  les stratégies de développement futur.  Nous ne sommes plus face à des bouleversements sociaux, culturels ou politiques induits par la généralisation des TIC mais bien au milieu de ce processus de changement.

La récente pandémie a notamment accru la visibilité de thématiques traditionnelles des sciences de l’information. La culture et l’éthique de l’information, l’accessibilité des contenus et l’expérience utilisateur, la diffusion d’informations ouvertes, la gouvernance des diverses données, la fiabilité des informations, l’importance prise par l’information de santé ou la question des inégalités numériques sont autant de sujets mis en lumière à travers la crise du SARS-CoV-2.

CIDE 22 propose de revenir sur les fondements des sciences de l’information en s’interrogeant sur leur rapport aux sciences de la communication,  aux sciences des données, aux humanités numériques mais aussi à d’autres disciplines (sémiotique, sciences du langage, science informatique, sciences de gestion et du management, histoire, etc.). En France, diverses initiatives ont été lancées en ce sens.

Continuer la lecture de AAC (CIDE 22) – Données Documents Connaissances : Perspectives de recherche et d’enseignement

Appel à articles -“Traces, données et preuves en contexte numérique : quelles acceptions interdisciplinaires ?”

Calendrier de publication

  • Février – lancement de l’appel
  • 12 avril 2021 – dépôt des propositions de résumé
  • 31 mai 2021 – retour d’évaluation des résumés
  • 6 septembre – dépôt des propositions d’article
  • 18 octobre 2021 – retour d’évaluation des articles
  • 8 novembre 2021 – dernières révisions
  • Décembre 2021 – publication du numéro

Dossier coordonné par Bruno BACHIMONT, Lise VERLAET et Pierre GANÇARSKI

Avec la généralisation de l’instrumentation scientifique numérique, nous avons vécu ces dernières décennies une spectaculaire évolution paradigmatique. En effet, le Web sémantique a en quelque sorte mis fin au paradigme inhérent aux bibliothèques et aux recherches documentaires pour laisser place aux recherches d’information, mais tend lui-même à être supplanté par le paradigme de la donnée.

L’effervescence autour des mégadonnées et la résurgence de l’intelligence artificielle invitent à s’interroger sur le statut de ces données, la nature de leurs traitements, l’interprétation des résultats, et finalement leurs acceptions interdisciplinaires.

Continuer la lecture de Appel à articles -“Traces, données et preuves en contexte numérique : quelles acceptions interdisciplinaires ?”

Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International – Seminaire NumeRev le 21 janvier 2021

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche.

Le séminaire “Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International” dont il est question ici plus précisément se déroulera le jeudi 21 janvier à 14h avec une conférence assurée par Mme Ghislaine Chartron.

L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open science dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques.

Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département “Recherche et produits nouveaux” du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

URL de l’annonce du séminaire : https://projet.numerev.com/a-propos/agenda/43-numerev-geopolitique-de-l-openscience-la-france-l-union-europeenne-et-l-international-ghislaine-chartron?date=2021-01-21-14-00

Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

This article was originally published in the “Journal of eScience Librarianship” by Margaret Henderson :

Henderson M. Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship. Journal of eScience Librarianship 2020;9(1): e1183. https://doi.org/10.7191/jeslib.2020.1183. Retrieved from https://escholarship.umassmed.edu/jeslib/vol9/iss1/2
Margaret Henderson is Health Sciences Librarian, and chair of the research data management (RDM) team, at San Diego State University. She presented her research on the development of  team-based, case-based, critical pedagogy for one-shot classes at MLA and EAHIL in 2019. Margaret is the author of Data Management: A Practical Guide for Librarians (Rowman & Littlefield, 2016). She was a teacher, mentor, and content creator for the Biomedical and Health Research Data Management Training for Librarians offered by the National Training Center of the National Network of Libraries of Medicine. She was the RDM director at Virginia Commonwealth University Libraries, and has had over 30 years experience as a biomedical librarian.

Introduction

There is more to providing research data services (RDS) than the technical skills necessary for data management. Reviews of job advertisements for data librarians show that there are many other skills listed.

Eclevia et al. (2019) did a study of 104 job advertisements and found that interpersonal and communication skills, and the ability to work independently and collaboratively, occurred in job advertisements more often than knowledge of research data curation and management. Kahn and Du (2018) in a similar study of job advertisements, found the skills of research assistance and critical thinking/problem solving were in more job advertisements than knowledge of data sources or a statistical software package.

Federer (2018) conducted a survey of librarians doing data related work, and found that communication skills, the ability to develop relationships with researchers, and other “soft skills”, were especially relevant to their work.

“Soft skills”, or interpersonal skills, and other non-technical skills, are very important when setting up research data management services, and continue to be important to the sustainability of services. Reference skills, relationship building, collaboration, listening, and facilitating access to de-centralized resources, are all important to the success of a service.

Combining these skills with an understanding of the data life cycle, metadata, and some coding and statistics, will place librarians and libraries in a good position to support research at their institution.

If you want to work with data, you will need to be an administrator and an entrepreneur, as well as a reference and instruction librarian, so data science knowledge is only a part of the job.

Continuer la lecture de Why You Need Soft and Non-Technical Skills for Successful Data Librarianship

Appel à articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Calendrier

  • 12 juillet 2020 : soumission des résumés pour évaluation
  • 24 août 2020 : notification de l’acceptation ou du refus
  • 24 novembre 2020 : remise de la version complète des articles
  • 15 mars 2021 : réception des versions définitives des articles
  • Décembre 2021 : publication du dossier dans le numéro 57 d’Études de Communication

Dossier coordonné par Viviane Couzinet (Université Toulouse III-Paul Sabatier, France) et Regina Marteleto (Ibict-Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil).

Ce numéro d’Études de communication offre l’opportunité aux chercheurs et doctorants en France et au Brésil de croiser leurs regards sur la question des médiations et des usages sociaux des savoirs et de l’information. Tout en poursuivant le travail engagé par le réseau franco-brésilien MUSSI (Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information), l’appel à articles s’adresse, plus largement, à l’ensemble de la communauté scientifique.

Le réseau a été initié dans la lignée des fondateurs francophones du champ de l’information-documentation, Otlet, Meyriat, Estivals, Escarpit et d’autres qui les ont suivis, de la consolidation du champ de la recherche en S.I. dans les deux pays à partir des années 1990, et de la vision commune des chercheurs français et brésiliens de l’objet informationnel dans des problématiques culturelles, sociales et politiques.

Depuis 2008, et à la suite de la maturation des débats, des idées développées au cours des rencontres, d’études conjointes, de publications en commun, ce collectif propose un dialogue élargi autour de son champ théorique et méthodologique. Ce champ s’articule autour d´axes thématiques qui couvrent les dimensions épistémologiques, culturelles et pratiques du champ informationnel.

Continuer la lecture de Appel à articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Le projet COMMONDATA – Les données de la recherche : des communs scientifiques est porté par Agnès Robin, maître de conférences HDR en Droit privé à l’université de Montpellier.

Le projet a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions.

Dans le cadre de ce programme, des séminaires et conférences sont organisés. Dans un séminaire organisé le 17 janvier 2020 à la MSH-SUD, Xavier Strubel, Professeur en Droit privé à l’Institut Mines-Télécom Business School, a assuré une intervention sur le thème   Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ?  que vous pouvez écouter ici :

Résumé de l’intervention

La politique européenne de recherche et d’innovation est fondée sur l’idée que les données produites par les chercheurs, — et au-delà de l’ensemble de toutes les données publiques —, doivent être libérées afin que celles-ci puissent créer des opportunités pour une exploitation dans le secteur privé.

Continuer la lecture de Les enjeux juridiques de la science ouverte. Quelles pratiques pour la gestion des données scientifiques ? – Séminaire CommonData

Appel à communication – Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

Colloque COSSI n°11 co-organisé par Christian Marcon et Mona Shehata

IAE – Université de Poitiers, France
Les 28 et 29 mai 2020  

Calendrier du colloque 

  • Les propositions de communication sont attendues au plus tard le 10 mars 2020
  • Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique.
  • Les communications sélectionnées seront réparties en sessions et/ou ateliers thématiques.
  • Décision du comité scientifique : 30 mars 2020.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur les modalités de soumission sur : https://revue-cossi.info/la-revue/appel-a-articles/744-colloque-cossi-2020

Détail de l’AAC

Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits ; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels ; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…).

Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps : résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Continuer la lecture de Appel à communication – Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Type de recrutement :

  • Contractuels (CDD 1 an)
  • Date de prise de poste : 06/01/2020

Niveau d’emploi : Niveau A – IGE

Localisation du poste : Service inter-établissements de Document (SID), Direction d’appui à la recherche, Bibliothèque Universitaire Joseph Fourier

Procédure de recrutement

Les personnes intéressées doivent faire parvenir par voie électronique un CV accompagné d’une lettre de motivation, en rappelant la référence AP-1710-SID-PERSEE, au plus tard le 27/11/2019 à l’adresse suivante : Antoine PHILIBERT, Chargé de recrutement. 

Mail : dgdrh-recrutement@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les questions relatives à la fonction, vous pouvez contacter : Bélinda MISSIROLI, Responsable de la mission CollEx, Mail :  belinda.missiroli@univ-grenoble-alpes.fr

Lucie ALBARET, Responsable de la Direction appui à la recherche du SID, Mail : Lucie.albaret@univ-grenoble-alpes.fr

Contexte et environnement de travail

Située au coeur des Alpes, dans un environnement scientifique et naturel exceptionnel, l’Université Grenoble Alpes est une université de rang mondial pluridisciplinaire. Membre de la ComUE Université Grenoble Alpes et partenaire du projet Idex, elle est présente dans tous les grands classements internationaux (top 150 des universités mondiales – classement de Shanghai).

Continuer la lecture de Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : “Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs”.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085