Tous les articles par Hélène Bert

Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque – notes de lecture

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Publié en 2019, cet opus de la Boîte à Outils des Presses de l’Enssib coordonné par Franck Queyraud, offre une exploration du paysage actuel de la littérature numérique.

Dépassant le cadre technique du livre numérique, cet ensemble de contributions s’attache plutôt à montrer la diversité des problématiques qui se posent et des champs professionnels impactés par le numérique en choisissant comme angle d’attaque la thématique de la création littéraire.

Une approche qui renouvelle le discours sur le livre numérique, et dont l’originalité réside également dans la diversité des profils des contributeurs : auteurs (Anne Savelli, Pierre Ménard, François Bon), éditeurs (François Bon, Guillaume Vissac), chercheurs (Carole Bisenius-Penin, Benoît Epron, Antoine Fauchié, Alexandra Saemmer, Lorenzo Soccavo, Louis Wiart), bibliothécaires (Virginie Chaigne, Guillaume Hatt, Caroline Heissat, Renata Pannekoucke, Franck Qeyraud, Alexandre Lemaire).

Une première partie est consacrée aux processus de création et de publication. Comment sont-il impactés par le numérique, quelles sont les dynamiques à l’œuvre ?

Deux auteurs, deux chercheurs ainsi qu’un éditeur apportent leur témoignage et leur analyse.


L’auteure Anne Savelli tout d’abord, inventorie les changements opérés par le numérique sur le travail d’écriture.

Sans conclure à un progrès, ni diaboliser le numérique, elle montre combien la « géométrie de l’écriture » est bouleversée par l’informatique : possibilité de corrections à l’infini, liens hypertextes introduisant une logique d’ouverture alors que le livre était jusqu’alors un objet fermé.

Les fonctionnalités de recherche sont une autre évolution puissante du texte numérique, en permettant des parcours de lecture différents, ou la mise en lumière de caractéristiques du texte : répétition, liens entre éléments distants qui resteraient ignorés dans un texte physique.

Continuer la lecture de Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque – notes de lecture

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

« Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Partant du titre donné à cette passionnante journée d’étude organisée conjointement par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et l’URFIST de Paris (Aline Bouchard) : « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques », la thématique des interactions existant entre données et bibliothèques a été explorée de tous les points de vue possibles : bibliothèques « agissant » sur les données, données « impactant » les bibliothèques, tensions, opportunités, limites juridiques, techniques… voici quelques éléments de compte rendu.

Introduction, notions et concepts, le décryptage des enjeux

Pour Gildas Illien qui introduisait la journée, entre « datablues », « databrainwashing » ou « dataliénation », les effets des datas sur les bibliothécaires sont de différente nature : remise en question des compétences classiques des bibliothécaires, interrogations sur la place de la bibliothèque dans l’environnement info-documentaire numérique, sentiment d’être dépassé, perte de repères, alors que cette thématique est très médiatisée, et que l’on baigne dans un univers de données.

Pourtant dans ce contexte hypertechnique de la donnée, les compétences « classiques » de catalogueurs restent pertinentes, alors que d’autres opportunités se dessinent pour les bibliothécaires à travers un repositionnement stratégique de la bibliothèque dans la chaîne de production de documents et des données numériques. Cette question des données est elle-même à la convergence de trois mouvements : l’open data, le linked data et la fouille de données, dont les cadres technologiques et juridiques se dessinent progressivement.

Continuer la lecture de « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Si la « culture de la donnée » existe depuis longtemps en bibliothèques avec des pratiques d’analyse et de mesure bien ancrées, la culture de la communication de ces données au public n’est pas du tout systématique, ni habituelle.

Pourtant, fournir aux citoyens les informations du secteur public constitue désormais une obligation légale pour les administrations, et ceci à l’échelle européenne (Directive européenne de 2003, transposée en droit français en 2005).

Cet accès ouvert aux données institutionnelles et publiques apparaît même de plus en plus comme un enjeu démocratique, et sa nécessité a été réaffirmée dans le cadre de la loi NOTRe, et plus récemment la loi Lemaire (ou loi pour une République numérique) de juillet 2016 pose le principe de transparence de toutes les données publiques communicables.

La notion de « données publiques » fait intervenir à la fois les conditions de production ou de collecte des informations (administration ou structure exerçant une mission de service public) avec la loi CADA, mais également leur degré de validation (il s’agit de documents finalisés, validés) (DUCOUMAU, 2015).

A l’occasion de l’organisation dans le département des Côtes d’Armor d’un « hyblab », rencontre inter-universitaire autour de l’open data, la bibliothèque départementale a saisi l’opportunité de libérer des données sur la récente plate-forme open data du conseil départemental.

Ces données ont été exploitées par l’un des ateliers du hyblab. Une expérience inédite pour la bibliothèque départementale qui amène un certain nombre de remarques et d’interrogations sur l’exploitation de ces données d’une part, mais aussi, surtout, sur le travail de fourniture de données qui a été mené.

Continuer la lecture de Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

Continuer la lecture de Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne