Tous les articles par dlis

Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Depuis 2008 le séminaire Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques coordonné par Antonio A. Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech ( IIAC-CEM ), propose un panorama des études contemporaines les plus innovantes et les plus significatives dans le domaine des humanités numériques et de la sociologie des usages des technologies de l’information et de la communication. Chaque séance de l’enseignement accueille des chercheurs internationaux et des « grands témoins » pour donner un aperçu de leurs expériences, des processus qu’ils ont mis en place pour former leurs objets de recherche, des nouvelles méthodologies qu’ils ont mobilisé, des débats qui animent les disciplines lorsqu’elles se proposent d’expliquer les phénomènes liés au numérique.

La séance du 16 janvier est consacrée aux « Utopies et idéologies du numérique » et accueillera Benjamin Loveluck, Maître de conférences au département Sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech. Elle se tiendra de 17h-20h à l’EHESS.

Résumé

Quelles représentations ont accompagné l’essor du numérique, et comment contribuent-elles aujourd’hui encore à lui donner forme ? À quelles sources puisent les discours des acteurs, et quels sont les ressorts de l’enthousiasme mais aussi des craintes suscitées par l’informatique communicante ? Ces questions trouvent une actualité nouvelle, alors que la méfiance est aujourd’hui de mise et que le numérique est accusé de favoriser l’émergence d’un régime de « post-vérité ». En abordant ces enjeux du point de vue de l’histoire longue des idées politiques, le recours à la méthode généalogique permet d’apporter des éléments de contexte. En particulier, elle permet de montrer comment s’est mis en place un cadre de pensée structurant, que nous avons appelé le libéralisme informationnel. Différentes études de cas emblématiques – allant de Google à Bitcoin et WikiLeaks en passant par le mouvement des logiciels libres – permettent d’en préciser les différentes déclinaisons, et leur articulation avec les pratiques des acteurs. Cette intervention vise ainsi à resituer la réflexion sur le numérique dans les cadres d’analyse éprouvés de la philosophie et de l’économie politique – afin de ne pas céder à la fascination de la « rupture » et de la « révolution », tout en identifiant ce qui se présente effectivement comme nouveau. En somme, d’éclairer à la fois ce que le numérique rend possible et ce qu’il rend pensable. »

Continuer la lecture de Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

Lancé en 2010, le Séminaire de l’ISCC est axé sur les sciences de la communication, les industries et l’ingénierie des connaissances, le développement des controverses et le rôle de l’expertise scientifique, l’épistémologie comparée et, plus largement, les rapports entre sciences, techniques et société.

La séance du 9 janvier est consacrée à la place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?
Elle se tiendra de 17h à 19h à Institut des sciences de la communication, ISCC.

Cette rencontre est ouverte aux chercheurs, enseignants, étudiants, journalistes et professionnels que motivent les enjeux de la communication et vise à affûter les problématiques, à susciter le débat et à développer les échanges interdisciplinaires entre personnalités de formations et d’horizons différents.

Résumé

Les différents modèles économiques actifs dans les plateformes culturelles et médiatiques fonctionnent grâce à l’usager, qui les nourrit de ses données, de ses avis, de ses connexions, etc. Structurantes dans un marché bi-face, celles-ci exploitent leurs membres jusqu’à en faire l’élément clef de leurs activités. Véritablement l’usager est au cœur de ces dispositifs. Cela doit nous conduire à questionner doublement cet état de fait, oligopolistique par ailleurs (GAFA vs BAT). À partir des modèles économiques à l’œuvre d’une part, pour mieux saisir comment l’usager est exploité et comment se crée la valeur ajoutée (financière ou symbolique) ; mais également à partir de l’usager, dont la figure est à la fois perturbée et magnifiée par la place que lui offrent les plateformes, sa définition est à revoir ou à manipuler avec une très forte distance critique.
Les plateformes de la firme chinoise Alibaba Group serviront de toile de fond pour traiter ces deux questions dans un contexte d’actualité.

Continuer la lecture de Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

Parution de « Histoires de l’Internet et du Web » en libre accès par Valérie Schafer & Alexandre serres

Parution de Histoires de l’Internet et du Web par Valérie Schafer & Alexandre Serres en open access dans la collection d’anthologies numériques des Living Books About History, dont l’édition est portée par infoclio.ch.

ISBN: 978-3-906817-10-1
DOI: 10.13098/infoclio.ch-lb-0006

Résumé

Qui a « inventé » Internet ? Qui détient les clés d’Internet ? Quelles sources, quels acteurs mettre en lumière pour composer une histoire de l’Internet et du Web qui rende compte de ses origines, trajectoires, tournants, évolutions, continuités ?

L’émergence d’Arpanet dans les années 1960, puis de l’Internet dix ans plus tard, est le produit d’un processus d’innovation de longue durée et non clos jusqu’à aujourd’hui, marqué par l’enchevêtrement de lignées sociotechniques et de réseaux d’acteurs hétérogènes.
À l’occasion des cinquante ans du lancement du projet Arpanet, des vingt-cinq ans du Web ou encore des vingt ans d’Internet Archive, et à travers une sélection de sources et de textes de recherche, cette anthologie cherche à donner un aperçu de la variété des acteurs, trajectoires, approches, méthodologies et écritures de l’histoire d’Internet et du Web. Organisée en trois parties qui tendent à dessiner une progression chronologique – d’Arpanet à Internet, puis de l’Internet des premiers adoptants à sa prise en considération par le politique et les premiers pas d’une gouvernance élargie, enfin du Web à sa démocratisation dans le grand public au début des années 2000, elle met en dialogue des approches techniques, économiques, sociales, culturelles, politiques, ou encore juridiques et offre une vision élargie d’une histoire qui ne s’écrit pas seulement aux et depuis les Etats-Unis mais connaît aujourd’hui un véritable dynamisme international.

Continuer la lecture de Parution de « Histoires de l’Internet et du Web » en libre accès par Valérie Schafer & Alexandre serres

#TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

L’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation organise le mardi 13 décembre à la BULAC, une journée d’étude consacrée au text data mining, le TDM dans le cas du projet de loi pour une République numérique, à partir de cas d’étude et de retours d’expérience dans l’enseignement supérieur et la recherche publique en France et au Royaume-UniLa journée sera l’occasion d’une restitution complète de l’étude confiée au cabinet Research Consulting. Cette restitution sera complétée l’après-midi par un retour sur plusieurs cas d’étude.

Cette journée s’adresse prioritairement aux décideurs, VP recherche, directeurs de la recherche, enseignants-chercheurs, chercheurs et adhérents de l’ADBU, mais est ouverte à tout professionnel intéressé par la thématique (inscription gratuite mais obligatoire).

La fouille de textes et de données représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la recherche, reconnu et pris en compte dans la loi pour une République numérique, dont les décrets d’application sont en cours de préparation.

Forte de ce constat, et soutenue par le ministère, l’ADBU a piloté une étude sur l’impact de la fouille de textes et de données dans l’enseignement supérieur français et anglais, deux pays dans lesquels un régime d’exception a été adopté récemment, en 2014 au Royaume-Uni, en 2016 en France. L’étude menée s’appuie sur l’analyse d’un ensemble de retours d’expérience, qui permettent de mettre en évidence les conditions et les freins à la mise en œuvre effective de pratiques réussies en matière de fouille de textes et de données au sein de la recherche universitaire publique. L’étude aboutit à une série de recommandations à destination des acteurs de l’ESR et des décideurs.

Programme de la journée à suivre sur Twitter avec le hashtag #adbuTDM

Continuer la lecture de #TDM : Fouille de texte et de données dans le contexte de la loi pour une République numérique – Journée d’étude ADBU du 13/12

Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

Séminaire humanités numériques et critique(s)

Le séminaire a pour objet l’émergence internationale des digital humanities, à l’intersection des sciences humaines et sociales et de l’informatique. Cette expression d’humanités numériques désigne à la fois des pratiques de recherche qui mobilisent des technologies numériques de manière structurelle, des modèles épistémologiques qui relèvent du concept d’e-science et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications pour les politiques scientifiques en sciences humaines et sociales, car il rend évidente la nécessité d’établir des infrastructures de recherche d’un nouveau type (« cyberinfrastructures », grilles de calcul et plateformes d’édition). Enfin, parce qu’elles fédèrent des disciplines dont l’inscription dans le champ scientifique est débattue, les humanités numériques permettent d’aborder sous un angle différent les relations entre sciences et société.

  • Patrice Bellot, professeur à l’Université Aix-Marseille (TH) ( Hors EHESS )
  • Aurélien Berra, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense ( Hors EHESS )
  • Marin Dacos, ingénieur de recherche au CNRS ( CLÉO )
  • Pierre Mounier, ingénieur de recherche à l’EHESS ( CLÉO )

Le séminaire se réunira environ une fois par mois, entre décembre et juillet, le mercredi de 13 h à 15 h, à l’EHESS (190-198 avenue de France, 75013 Paris), salle 2.

Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ?

Le séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » abordera les humanités numériques sous l’angle de la critique. Si cette question n’est pas nouvelle, elle semble posée de plus en plus fréquemment au cours des dernières années, notamment dans le champ francophone, avec la publication d’un nombre croissant de textes (articles et numéros de revues, en particulier) sur lesquels il est utile de revenir.

À travers la lecture et la discussion de ces textes, il s’agira d’explorer non seulement les critiques venues de l’extérieur du champ, mais aussi les approches qui visent à développer, de l’intérieur, la dimension critique que peuvent contenir ces pratiques et méthodes de recherche. Dans quelle mesure ces discours se fondent-ils sur des faits, une histoire, une culture communes ? Quels en sont les enjeux ? Nous les confronterons également aux différentes traditions critiques des sciences humaines et des sciences sociales. Nous proposons ainsi aux participants du séminaire de contribuer à une tâche qui nous paraît maintenant cruciale : expliciter les positions intellectuelles et institutionnelles qui orientent les discours sur les humanités numériques.

Continuer la lecture de Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

DHnord novembre 2016: Humanités numériques: théories, débats, approches critiques (Lille, 21-23 novembre)

Du 21 au 23 novembre, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise la troisième édition du colloque DHnord : « Humanités numériques: théories, débats, approches critiques« .

DHnord2016 souhaite interroger l’évolution des champs théoriques et les conditions actuelles de la recherche et de l’enseignement dans le domaine des Digital Humanities. L’édition de cette année est organisée en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB), la Plateforme universitaire de données de Lille, l’École doctorale SHS de l’Université de Lille, le laboratoire Alithila
(Université de Lille) et le projet ANR CHispa (Création d’outils pour l’exploitation numérique de corpus de manuscrits hispaniques).

La manifestation proposera, le mercredi 23, deux ateliers pratiques sur My Web Intelligence et Hyphe (inscription obligatoire).

Comité scientifique: Martine Benoit (professeure d’histoire des idées à l’université de Lille – SHS, directrice de la MESHS), Aurélien Berra (maître de conférences en langues et littératures anciennes à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense), Fatiha Idmhand (professeure de littérature espagnole et latino-américaine à l’université de Poitiers), Sofia Papastamkou (historienne, ingénieure d’études en humanités numériques, MESHS/CNRS), Joachim Schöpfel (maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille – SHS), Nicolas Thély (professeur d’art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, directeur de la MSHB).
Continuer la lecture de DHnord novembre 2016: Humanités numériques: théories, débats, approches critiques (Lille, 21-23 novembre)

Atelier des Humanités Numériques ENS Lyon : Les interfaces (ergonomie, UX design, …)

Par Samantha Saïdi  · Publié sur le carnet de recherche de l’AHN le 17/10/2016 –

L’atelier des Humanités Numériques de l’ENS de Lyon réunit le premier mardi de chaque mois sur le site Descartes de l’ENS une communauté de recherche aux profils métiers variés œuvrant sur  la scène lyonnaise (documentalistes, bibliothécaires, éditeurs, webmestres, infographistes, développeurs, chercheurs 
en SHS) pour présenter leurs travaux en Humanités Numériques. L’objectif des ateliers est de partager les expériences, les avancées des projets et les besoins de formation, autant sur le plan des pratiques que sur celui des outils numériques.

La séance du  11 octobre 2016 avait pour objet les interfaces web des éditions, outils ou catalogues numériques… En effet, la plupart des participants à l’AHN, en tant qu’ingénieurs ou chercheurs impliqués dans des laboratoires de sciences humaines, ou d’autres structures de l’ENS de Lyon (BU, CDR), sur des projets de développement d’éditions numériques, ou de développement d’outils pour l’exploitation de corpus numériques (qu’il s’agisse de textes, d’entretiens ou de données prosopographiques), sommes confrontés aux limites imposées par un manque de savoir faire en design, en graphisme, ou parfois, en intégration front-end. Ce qui donne vie à des interfaces souvent peu heureuses d’un point de vue utilisateur, avec une navigation difficile et des problème d’ergonomie.

Continuer la lecture de Atelier des Humanités Numériques ENS Lyon : Les interfaces (ergonomie, UX design, …)

Réutilisation des données publiques de la BnF : 1er hackathon participatif les 19 et 20 novembre

Dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, la Bibibliothèque nationale de France organise son premier hackathon les 19 et 20 novembre 2016. Les ressources de la bibliothèque numérique Gallica mais aussi de toutes les autres bases de données de la BnF offriront la matière de ce marathon participatif. Durant 24 heures sans interruption, les participants investiront le site François-Mitterrand pour développer des projets autour de la réutilisation des données publiques et imaginer ensemble la bibliothèque du futur.

La diffusion et la réutilisation des données publiques sont au coeur des enjeux de la BnF. Autour de ces principes, le hackathon permettra à une centaine de participants d’explorer durant 24 heures de nouveaux usages des collections et de faire émerger les contours de services innovants à destination des lecteurs de la Bibliothèque. Le thème du sosie est proposé comme point de départ à la créativité des participants qui pourront s’en inspirer comme s’en affranchir. Le public est également invité à venir sur place assister aux présentations des projets, à des démonstrations des outils numériques de la BnF et des « trouvailles » de Gallicanautes, à qui il sera largement rendu hommage à cette occasion. Et parce que hackathon ne rime pas forcément avec numérique, des réutilisations plus originales de Gallica, comme un concert à partir de partitions disponibles sur le site, seront également proposées. A distance, le public pourra suivre en direct via les réseaux sociaux l’évolution des réalisations des participants. Les résultats de cette grande émulation collective resteront par ailleurs consultables en ligne après la clôture de l’opération.

Pour les participants : inscription gratuite obligatoire
Pour le public : démonstrations et animations le samedi de 14h à 20h et le dimanche de 12h à 16h

En savoir plus sur le site de la BnF

Parution de la traduction française de Open Access chez OpenEdition Press

QU’EST-CE QUE L’ACCÈS OUVERT ?


en_accesouvert_fr-208x300La traduction française de l’ouvrage de Peter Suber, Open Access [1] , de   paru en 2012 chez MIT Press, vient de paraître chez
OpenEdition Press le 24 octobre 2016.
Qu’est-ce que l’accès ouvert ? est un livre de référence pour tous ceux qui souhaitent comprendre le mouvement pour l’accès ouvert et les débats qu’il suscite.

Dans ce livre court, Peter Suber explique ce qu’est l’accès ouvert et ce qu’il n’est pas, ses avantages pour les auteurs et leurs lecteurs, la manière de le financer, sa compatibilité avec le droit d’auteur, la façon dont le mouvement pour l’accès ouvert est passé d’un mouvement confidentiel à un mouvement global, et enfin ses perspectives d’avenir.

Basé sur les recherches et les écrits de l’auteur pendant une dizaine d’années, ce livre s’avère un outil indispensable pour les chercheurs, les bibliothécaires, les documentalistes, les administrateurs, les agences de financement, les éditeurs et les décideurs.

Accès au texte intégral sur le site d’OpenEdition Books
Qu’est-ce que l’accès ouvert ?
Peter Suber
Traduction de Marie Lebert
Collection Encyclopédie numérique

[1] Une excellent analyse du livre de Benjamin Caraco est disponible sur le site lectures.

Conférences de Marcello Vitali-Rosati, université de Montréal, chercheur invité à l’Enssib

Dans le cadre du programme de chercheurs invités de l’Enssib, Marcello Vitali-Rosati donnera trois conférences les 18 et 20 octobre 2016.

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française de l’université de Montréal. Il est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.
Cours en ligne

Enregistrement  : La fin de l’autorité ? Pour une philosophie politique du web
Rencontres, journées d’étude Enssib
18 octobre 2016 – Durée 1h 37m 

egarementsAprès avoir étudié la philosophie à l’université de Pise et publié une première monographie sur Emmanuel Lévinas, il a obtenu un doctorat en philosophie (Pise / Paris 4-Sorbonne, 2006). Sa thèse (Corps et virtuel. Itinéraires à partir de Merleau-Ponty, publiée chez L’Harmattan, Paris, 2009) portait sur le concept de virtuel, notion à laquelle est également dédié son essai S’orienter dans le virtuel (Hermann, Paris, 2012). Son dernier ouvrage en libre-accès, Égarements, amour mort et identités numériques (Hermann, Paris, 2014), explore la question identitaire telle qu’elle se pose à l’ère d’internet.  Il mène une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques : la notion d’identité virtuelle, le concept d’auteur à l’ère d’Internet, et les formes de production, publication et diffusion des contenus en ligne.
Continuer la lecture de Conférences de Marcello Vitali-Rosati, université de Montréal, chercheur invité à l’Enssib

Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

dh2017-skyline
    Le colloque annuel Digital Humanities de l’ADHO  co-organisé par McGill University et l’Université de Montréal se déroulera du 8 au 11 août 2017 à Montréal, sur le campus de l’université McGill, et aura pour thème  » Accès/Access ».

Une version francophone de l’appel à propositions, réalisée par Aurélien Berra pour Humanistica, est disponible.

La date limite pour les soumissions de propositions de posters, de présentations courtes, de présentations longues et de séances multiples est le 1er novembre 2016, à 23:59 GMT. Le délai est fixé au 17 février 2016, à 23:59 GMT, pour les propositions d’ateliers et de séances d’initiation (et le 16 décembre 2016 à 23:59 GMT pour les ateliers soutenus par un SIG).

Intention

Le thème du colloque de 2017 est « Accès/Access » : nous prêterons une attention particulière aux contributions centrées sur la mise en œuvre des savoirs (knowledge mobilization), les recherches tournées vers le public (public-facing scholarship), la collaboration entre chercheurs et communautés, le libre accès aux programmes, aux logiciels, à la recherche et à ses résultats, ainsi que les aspects de la recherche et de la publication en humanités numériques liés aux technologies de l’accessibilité. Le colloque se tiendra officiellement en deux langues, le français et l’anglais, puisque le Canada est un pays bilingue : nous encourageons donc particulièrement les propositions faites dans ces deux langues, mais acceptons aussi les propositions faites dans les autres langues officielles d’ADHO (allemand, italien, espagnol).

En savoir plus sur le site de l’événement

Continuer la lecture de Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

atelier_digit_hum-visuel-fa632Cet atelier s’inscrit dans le cadre de journées d’études explorant les projets et les solutions techniques développés en « Digital Humanities » qui mettent en œuvre de nouveaux outils pour l’analyse et la valorisation de corpus. Le CAPHÉS et le labex TransferS ont souhaité mettre en place une journée d’études par an sur ce sujet fortement interdisciplinaire où les chercheurs, enseignants, ingénieurs et techniciens travaillant à l’École normale supérieure de Paris partagent leur expérience avec des responsables de projets innovants en humanités numériques.

Le thème de l’Atelier Digit_Hum 2016 s’est imposé à partir du constat de la prolifération des bibliothèques numériques et des expositions virtuelles, avec en filigrane la question de comment les bibliothèques se livrent ? Nous nous intéresserons plus particulièrement aux projets patrimoniaux visant à offrir une meilleure accessibilité à des documents culturels, que ce soit des bibliothèques généralistes ou des projets de recherches souhaitant mettre en valeur des fonds documentaires de façon innovante. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre ces deux types de bibliothèques et donc de public ainsi que sur les spécificités des différents outils d’exploitation : concurrence ou complémentarité ?

Continuer la lecture de Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

Des services vraiment orientés usager ? Méthode de Design en bibliothèque : ADBU 4-6 octobre Nice

Services vraiment orientés usager ? Méthode de Design en bibliothèque

La journée d’étude du congrès de l’ADBU 2016 du 5 octobre sera consacrée aux  problématiques de l’expérience utilisateur, l’UX.
Les bibliothèques universitaires ont adopté de longue date enquêtes et démarches qualité pour mesurer et améliorer la qualité de leurs services aux usagers. Malgré des résultats généralement fort corrects, vu la longue tradition d’accueil et de service dans les bibliothèques, ces approches restent bien souvent techniques, centrées sur des questions de passation, d’échantillonnage, de normes à appliquer, et la plupart du temps, les chartes marquent davantage les murs que les esprits, ce qui réduit le rôle de catalyseur de changements de ces démarches en matière de stratégie et d’organisation.
Dans un environnement qui évolue rapidement, nombre d’établissements aspirent aujourd’hui à une démarche globale qui leur permette d’améliorer de manière continue et d’adapter les services proposés dans toutes leurs dimensions en associant réellement à une telle démarche toute leur équipe et leurs utilisateurs. Le Design de l’expérience vécue par l’utilisateur – Design UX – est une boîte à outils qui permet de penser et mettre en œuvre une politique d’adaptation. Il associe vision stratégique et méthodes pratiques, et au-delà, propose de faire évoluer les manières de travailler, de mieux poser les problèmes, de produire des idées de manière collective et de les évaluer rapidement à l’aide de prototypes.

Regroupées sous l’appellation de Design Thinking, ces méthodes, encore peu diffusées en France dans les organismes publics, et qu’il faut se garder de cantonner aux questions d’interfaces numériques, peuvent aussi bien servir dans l’univers des formations, de l’aménagement des locaux ou de la conception de services ou d’animations.

Cette journée d’étude propose donc de permettre à chaque participant, à travers des retours d’expériences, des études de cas et des ateliers pratiques, de se faire une idée d’ensemble de l’intérêt des démarches inspirées du Design pour redessiner, au sein d’un projet de service concerté associant tous les membres de la communauté universitaire, les bibliothèques pour leurs utilisateurs.

A noter qu’avec l’implication de nos fournisseurs partenaires, le salon professionnel et les visites du jeudi 6 octobre seront l’occasion de mettre en pratique, en petits ateliers, des séances d’utilisabilité et à chacun de se rendre compte par lui-même du potentiel de la démarche, en se positionnant comme acteur ou spectateur.

L’intégralité du programme du congrès et des informations pratiques sont disponibles sur le site de l’ADBU.

Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Le colloque international  » La prescription culturelle en question/Investigating Cultural Expertise « , co-organisé par les laboratoires Cimeos (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Geriico (Université Lille 3) et le tout nouveau GEP (Groupe d’Études sur la Prescription) se tiendra à  l’université de Dijon du 5 au 7 avril 2017.

The Changing Roles of Programme Makers, Artistic Directors, Curators and Critics

Appel à communications pour le colloque international organisé par le / Call for papers for an international conference organised by the
Groupe d’Études sur la Prescription à la  MSH de Dijon les 5, 6 et 7 avril 2017.

With the support of / Avec le soutien de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (UBC) et des laboratoires CIMEOS et GERIICO (Lille 3).

Chercheur-es invité-es / Keynote speakers : Philip Schlesinger (University of Glasgow), Tia DeNora (University of Exeter, par visioconférence), Ghislaine Chartron (Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris).

En savoir plus sur le site du SFSIC.

Un peu d’histoire(s) / A Little HiStory…

L’Europe des 17e et 18e siècles a été le théâtre de ce que l’on désigne usuellement par le terme de Révolution Scientifique, tout à la fois un nouveau régime de connaissance, d’organisation sociale et de rapport au monde. L’une des manifestations les plus significatives de cette cosmogonie s’est traduite par l’essor, la professionnalisation croissante de la sphère scientifique et son corollaire la disqualification des savoirs populaires. En parallèle, les différentes variantes de la philosophie des Lumières, qu’elles soient cartésiennes ou plus expérimentales, ont insisté sur l’importance de l’éducation, l’inéluctabilité du progrès et la fiabilité des savoirs scientifiques. Ce processus de constitution et de légitimation de corps d’experts professionnels s’est approfondi tout au long du 19e siècle et notamment dans ce qu’on appelle communément sphère culturelle ou encore art. Trouvant place dans l’espace public et dans des marchés dédiés, la production, la circulation et la consommation de biens culturels a coïncidé avec l’essor d’une multitude d’organismes (état, musées, bibliothèques, écoles, fondations, galeries, éditions musicales, presse, médias etc.) et de personnes (critiques, historien-n-e-s de l’art, libraires…) chargés de conseiller et de former le public (et les marchés) de l’art.
Une vaste galaxie qui doit être pensée comme un continuum où prennent place tant des prescripteurs que des consommateurs engagés dans des relations donnant lieu à d’incessantes reconfigurations. Tout au long du 20e siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Si ce mouvement a soutenu le développement de métiers et de réseaux de prescription, il a également été accompagné de formes profanes d’expertise, de modalités plus ou moins équipées de médiation du savoir et de la culture, d’une économie informelle du conseil entre pairs. De ce fait, les amateurs-consommateurs ont appris à élaborer et organiser leurs univers artistiques et à faire leurs choix en combinant des formes diverses de prescription – critiques professionnels, littérature académique, médias, participation à des formes collectives d’évaluation, fanzines, conseils d’amis etc. Le développement des dispositifs communicationnels propres à l’Internet et leurs usages ont reconfiguré, disséminé et multiplié les médiations et les formes de prescription. Tout ce faisceau de pratiques brouille ainsi les frontières traditionnelles entre pratiques professionnelles et amateures de la prescription.

Continuer la lecture de Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017