Tous les articles par dlis

Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

atelier_digit_hum-visuel-fa632Cet atelier s’inscrit dans le cadre de journées d’études explorant les projets et les solutions techniques développés en « Digital Humanities » qui mettent en œuvre de nouveaux outils pour l’analyse et la valorisation de corpus. Le CAPHÉS et le labex TransferS ont souhaité mettre en place une journée d’études par an sur ce sujet fortement interdisciplinaire où les chercheurs, enseignants, ingénieurs et techniciens travaillant à l’École normale supérieure de Paris partagent leur expérience avec des responsables de projets innovants en humanités numériques.

Le thème de l’Atelier Digit_Hum 2016 s’est imposé à partir du constat de la prolifération des bibliothèques numériques et des expositions virtuelles, avec en filigrane la question de comment les bibliothèques se livrent ? Nous nous intéresserons plus particulièrement aux projets patrimoniaux visant à offrir une meilleure accessibilité à des documents culturels, que ce soit des bibliothèques généralistes ou des projets de recherches souhaitant mettre en valeur des fonds documentaires de façon innovante. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre ces deux types de bibliothèques et donc de public ainsi que sur les spécificités des différents outils d’exploitation : concurrence ou complémentarité ?

Continuer la lecture de Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

Des services vraiment orientés usager ? Méthode de Design en bibliothèque : ADBU 4-6 octobre Nice

Services vraiment orientés usager ? Méthode de Design en bibliothèque

La journée d’étude du congrès de l’ADBU 2016 du 5 octobre sera consacrée aux  problématiques de l’expérience utilisateur, l’UX.
Les bibliothèques universitaires ont adopté de longue date enquêtes et démarches qualité pour mesurer et améliorer la qualité de leurs services aux usagers. Malgré des résultats généralement fort corrects, vu la longue tradition d’accueil et de service dans les bibliothèques, ces approches restent bien souvent techniques, centrées sur des questions de passation, d’échantillonnage, de normes à appliquer, et la plupart du temps, les chartes marquent davantage les murs que les esprits, ce qui réduit le rôle de catalyseur de changements de ces démarches en matière de stratégie et d’organisation.
Dans un environnement qui évolue rapidement, nombre d’établissements aspirent aujourd’hui à une démarche globale qui leur permette d’améliorer de manière continue et d’adapter les services proposés dans toutes leurs dimensions en associant réellement à une telle démarche toute leur équipe et leurs utilisateurs. Le Design de l’expérience vécue par l’utilisateur – Design UX – est une boîte à outils qui permet de penser et mettre en œuvre une politique d’adaptation. Il associe vision stratégique et méthodes pratiques, et au-delà, propose de faire évoluer les manières de travailler, de mieux poser les problèmes, de produire des idées de manière collective et de les évaluer rapidement à l’aide de prototypes.

Regroupées sous l’appellation de Design Thinking, ces méthodes, encore peu diffusées en France dans les organismes publics, et qu’il faut se garder de cantonner aux questions d’interfaces numériques, peuvent aussi bien servir dans l’univers des formations, de l’aménagement des locaux ou de la conception de services ou d’animations.

Cette journée d’étude propose donc de permettre à chaque participant, à travers des retours d’expériences, des études de cas et des ateliers pratiques, de se faire une idée d’ensemble de l’intérêt des démarches inspirées du Design pour redessiner, au sein d’un projet de service concerté associant tous les membres de la communauté universitaire, les bibliothèques pour leurs utilisateurs.

A noter qu’avec l’implication de nos fournisseurs partenaires, le salon professionnel et les visites du jeudi 6 octobre seront l’occasion de mettre en pratique, en petits ateliers, des séances d’utilisabilité et à chacun de se rendre compte par lui-même du potentiel de la démarche, en se positionnant comme acteur ou spectateur.

L’intégralité du programme du congrès et des informations pratiques sont disponibles sur le site de l’ADBU.

Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Le colloque international  » La prescription culturelle en question/Investigating Cultural Expertise « , co-organisé par les laboratoires Cimeos (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Geriico (Université Lille 3) et le tout nouveau GEP (Groupe d’Études sur la Prescription) se tiendra à  l’université de Dijon du 5 au 7 avril 2017.

The Changing Roles of Programme Makers, Artistic Directors, Curators and Critics

Appel à communications pour le colloque international organisé par le / Call for papers for an international conference organised by the
Groupe d’Études sur la Prescription à la  MSH de Dijon les 5, 6 et 7 avril 2017.

With the support of / Avec le soutien de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (UBC) et des laboratoires CIMEOS et GERIICO (Lille 3).

Chercheur-es invité-es / Keynote speakers : Philip Schlesinger (University of Glasgow), Tia DeNora (University of Exeter, par visioconférence), Ghislaine Chartron (Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris).

En savoir plus sur le site du SFSIC.

Un peu d’histoire(s) / A Little HiStory…

L’Europe des 17e et 18e siècles a été le théâtre de ce que l’on désigne usuellement par le terme de Révolution Scientifique, tout à la fois un nouveau régime de connaissance, d’organisation sociale et de rapport au monde. L’une des manifestations les plus significatives de cette cosmogonie s’est traduite par l’essor, la professionnalisation croissante de la sphère scientifique et son corollaire la disqualification des savoirs populaires. En parallèle, les différentes variantes de la philosophie des Lumières, qu’elles soient cartésiennes ou plus expérimentales, ont insisté sur l’importance de l’éducation, l’inéluctabilité du progrès et la fiabilité des savoirs scientifiques. Ce processus de constitution et de légitimation de corps d’experts professionnels s’est approfondi tout au long du 19e siècle et notamment dans ce qu’on appelle communément sphère culturelle ou encore art. Trouvant place dans l’espace public et dans des marchés dédiés, la production, la circulation et la consommation de biens culturels a coïncidé avec l’essor d’une multitude d’organismes (état, musées, bibliothèques, écoles, fondations, galeries, éditions musicales, presse, médias etc.) et de personnes (critiques, historien-n-e-s de l’art, libraires…) chargés de conseiller et de former le public (et les marchés) de l’art.
Une vaste galaxie qui doit être pensée comme un continuum où prennent place tant des prescripteurs que des consommateurs engagés dans des relations donnant lieu à d’incessantes reconfigurations. Tout au long du 20e siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Si ce mouvement a soutenu le développement de métiers et de réseaux de prescription, il a également été accompagné de formes profanes d’expertise, de modalités plus ou moins équipées de médiation du savoir et de la culture, d’une économie informelle du conseil entre pairs. De ce fait, les amateurs-consommateurs ont appris à élaborer et organiser leurs univers artistiques et à faire leurs choix en combinant des formes diverses de prescription – critiques professionnels, littérature académique, médias, participation à des formes collectives d’évaluation, fanzines, conseils d’amis etc. Le développement des dispositifs communicationnels propres à l’Internet et leurs usages ont reconfiguré, disséminé et multiplié les médiations et les formes de prescription. Tout ce faisceau de pratiques brouille ainsi les frontières traditionnelles entre pratiques professionnelles et amateures de la prescription.

Continuer la lecture de Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Journée d’étude Dagognet, la carte et le monde du 3 octobre à l’Enssib

Sommaire

1  Introduction: 9h30-10h15
2  Cartes, matière et résidus: 10h15-12h30
3  Corps, surfaces, villes et numérique: 14h-17h
4  Table ronde: 17h-17h45

L’Enssib organise le lundi 3 octobre 2016 dans son amphithéâtre une journée d’étude en hommage à François Dagognet, philosophe de la technique décédé exactement un an plus tôt.

Entrée libre sur inscription: formulaire en ligne

François Dagognet était un penseur rationaliste qui se définissait parfois comme objectologue. À l’origine d’une école lyonnaise d’épistémologie, il a eu une pensée prolixe et originale qui s’avère fort actuelle à l’heure du numérique.

Argument

Si l’on prend le mot carte au sens large (englobant toute entreprise de représentation ayant le caractère d’un résumé-concentration plus ou moins formel), on remarque que cet objet a été central dans l’oeuvre de François Dagognet. Il a constamment étudié les tableaux (classifications chimiques, botaniques, zoologiques…), les mouvements (Marey), la symptomatologie et les tableaux cliniques de la sémiologie médicale, la construction d’images instantanées ou durables, de photographies ou de photogrammes: du cerveau, de l’intérieur du corps, mais aussi du corps social et des comportements (politiques, religieux…) de ses membres (statistiques, sondages), etc.

Cette journée d’étude privilégiera une telle approche cartographique, qui sera mise en correspondance avec les travaux d’autres spécialistes de la technique et avec les recherches de philosophes juniors comme seniors sur des thèmes connexes (écriture du monde, internet, numérique, technique et culture, industrie, médecine, etc.).

Continuer la lecture de Journée d’étude Dagognet, la carte et le monde du 3 octobre à l’Enssib

Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

edcamp-ICPOrganisé par l’ICP avec le soutien de Humanistica, EdCamp.org, la Fondation Saint-Matthieu et la Faculté d’Éducation de l’ICP, le colloque international | edcamp « Les Humanités Numériques pour l’éducation » se tiendra à Paris du 1er au 2 septembre. Il nous propose d’explorer les différentes formes que pourraient prendre ces liens. Par effet de miroir, il s’agira aussi d’interroger les manières dont les humanités numériques peuvent à leur tour devenir une discipline enseignée.

Les Humanités Numériques se fixent notamment pour objectif de favoriser le développement d’une culture et d’une pratique technologique en Sciences Humaines et Sociales. En tant que champ de recherche émergent, les Humanités Numériques s’intéressent aux technologies du point de vue des usages ou dans une perspective historique. Elles posent également la question de la conception de ces technologies et du rapport critique qu’il convient d’entretenir avec elles.
Continuer la lecture de Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

Journées thématiques du réseau Médici – 29/30 juin à l’INHA : Medcamp 2016

Le réseau Médici (Métiers de l’édition scientifique publique) organise deux journées thématiques les 29 et 30 juin 2016 à Paris (INHA, galerie Vivienne).

Ce MedCamp 2016, de nature différente des Journées Médici (programmées pour 2017), se destine aux professionnels de l’édition scientifique publique au sens large, et offre, dans l’esprit des ThatCamp sur les Digital humanities, un véritable espace de discussions et d’échanges afin de partager ensemble de manière constructive sur l’évolution de nos métiers, au cœur des enjeux actuels pour une science ouverte et à la lumière des recommandations nationales et européennes.

La première journée (mercredi 29 juin 2016) s’articule autour des questions relatives à l’Édition scientifique publique et accès ouvert : évolution des besoins et des pratiques. Il s’agit d’une journée d’information, d’échanges et de retours d’expérience sur les métiers de l’édition et de leur évolution. Plusieurs thématiques (cf. programme) sont retenues afin d’aborder les notions liées à la gestion et à l’édition des données associées aux publications, à la façon dont les équipes éditoriales s’emparent des différentes formes éditoriales existantes ou en devenir pour optimiser la diffusion des savoirs et enfin, aux « autres » écritures et leur évaluation, l’ensemble sous l’angle de l’accès ouvert.

La seconde journée (jeudi 30 juin 2016) est l’occasion de proposer une action spécifique sur les « Outils de gestion de workflow éditorial« . Sa finalité est de permettre la présentation et le retour d’expériences sur l’utilisation, par les membres de la communauté, des outils liés à la gestion des workflows éditoriaux (OJS, Spip, Lodel, Trello…), de la soumission des articles jusqu’à la mise en ligne et la publication. Cette journée, plus orientée atelier pratique, permettra d’approcher concrètement le fonctionnement de plusieurs de ces outils. Plusieurs plates-formes qui offrent ces services seront également détaillées pour aborder plus globalement la gestion des activités éditoriales et la mise en place de services associés.

Lire la suite sur le site du Medcamp 

Fil twitter des journées : #medcamp16

Programme

Parution juin 2016 : « Introduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques »

Introduction aux humanités numérqiues- DeBoeckIntroduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques
Nouvelle parution en juin d’un ouvrage collectif publié aux éditions deboeck, dans la collection Méthodes en Sciences humaines, préfacé par Michael Sinatra et écrit par Seth Van HoolandMax De WildeSimon Hengchen et Florence Gillet.

Démystifiez les humanités numériques au travers d’une introduction conceptuelle et technique. Pour maîtriser les méthodes et outils permettant de publier et de valoriser ses travaux de recherche en ligne.

    • Trouver l’information en ligne afin de répondre à une question de recherche traduite en langage documentaire
    • Modéliser les données afin de mieux structurer l’information en ayant recours à différents modèles conceptuels
    • Numériser les sources et convertir au format numérique des contenus hétérogènes en leur associant des métadonnées
    • Analyser le contenu grâce à des techniques de traitement des langues et explorer un corpus de manière automatisée
    • Valoriser les résultats obtenus en les incorporant dans un travail écrit ou en publiant ceux-ci sur le Web

Résumé 

Ces dernières années, le développement du numérique a permis l’essor de nouvelles méthodes qui ont largement bénéficié aux archives, aux bibliothèques et aux musées, mais également aux publications de recherche ou aux expositions virtuelles.

Consacré à cette discipline émergente, nommée « humanités numériques » dans les universités où elle est enseignée, ce manuel explique ces nouvelles technologies de l’information afin d’en tirer le meilleur parti pour la rédaction et la valorisation de travaux scientifiques.

Cinq chapitres progressifs, avec concepts clés, exemples concrets et exercices :

  • Préparer sa recherche
  • Trouver de l’information
  • Organiser et partager ses sources
  • Analyser son corpus
  • Valoriser ses résultats

Un accompagnement en ligne du manuel propose des mises à jour des exercices, outils et données, permettant de créer un lien entre les auteurs du livre et ses utilisateurs.

Pour les étudiants en lettres, en communication et en sciences humaines.

Séminaire de formation doctorale du 29 juin à l’université du Havre : « Pratiques du numérique universitaire »

Le Pôle de Recherche en Sciences Humaines et Sociales de l’ université Normandie-Le Havre reçoit Jérôme Valluy ( MCF Science Politique / SIC, Université Panthéon-Sorbonne  & chercheur COSTECH-UTC Compiègne) pour un séminaire de formation doctorale dédiée aux pratiques numériques universitaires animée par le Pr. Marc Bernardot. Inscrit dans l’esprit transdisciplinaire et innovant des Humanités Numériques et de la sociologie des pratiques numériques dans les sciences, cet atelier vise à former et sensibiliser les doctorants aux questionnements générés par l’évolution des objets et des méthodes de recherche.

Résumé
Des « humanités numériques plurielles » ? Les « humanités », au sens moderne et dominant dans les « humanités numériques », englobent l’ensemble des disciplines en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Les « humanités numériques plurielles » ouvrent aux recherches sur les évolutions des relations humaines, sociales, économiques et culturelles sous l’effet du développement des usages de technologies numériques issues des avancées conceptuelles et techniques des sciences et ingénieries de l’informatique et des sciences de la matière ainsi que les réflexions sur les méthodes et outils numériques.

Problématique 
Que nous apprennent les humanités sur le numérique (i.e : le tournant numérique de la société ) ? que peut-on faire avec le numérique (i.e : les outils numériques) dans les humanités ?

Bibliographie 

Continuer la lecture de Séminaire de formation doctorale du 29 juin à l’université du Havre : « Pratiques du numérique universitaire »

62e congrès de l’ABF à Clermont-Ferrand du 9 au 11 juin 2016

affiche_congres2016Le 62e congrès de l’ABF se déroulera à Clermont-Ferrand, au Polydôme, du 9 au 11 juin 2016, sur le thème :
Innovation en bibliothèque : sociale, territoriale et technologique

Comment innover, alors que les réformes reconfigurent les territoires et les pôles universitaires, que les visions sociétales se confrontent, que les expérimentations se multiplient et que le numérique bouleverse les pratiques culturelles et les apprentissages ? Les bibliothèques doivent y contribuer, en promouvant l’accès pour tous à l’information, à la formation et à la culture. Entre citoyens, décideurs et bibliothécaires, des solutions locales et originales s’échafaudent pour réinventer le modèle et les usages de la bibliothèque. Sur trois jours, les congressistes, acteurs de l’évolution de la profession, discuteront des méthodes et des exemples innovants. Ils partageront ensemble des visions alternatives et des projets inspirants, s’ouvriront aussi à ce qui se fait ailleurs en la matière.

 PROGRAMME      

INSCRIVEZ-VOUS !

En savoir plus sur le site de l’ABF

Recrutement d’un ingénieur d’études ou de recherche pour le projet ANR Chapitres

Le projet ANR CHAPITRES, rattaché au labo Théories et Histoire des Littératures et des Arts de la Modernité (UMR 7172) de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3,  recrute, à partir de septembre 2016, un d’ingénieur d’études ou de recherche pour le projet ANR Chapitres.

La date limite de réception des dossiers de candidature est fixée au 20 juin 2016.

Missions
– aide à la conception et construction de la base de données
– veille scientifique
– alimentation du carnet de recherches
– communication et diffusion

Profil requis :
– connaissance du champ de la littérature française et de l’histoire littéraire des 19e et 20e siècles
– formation ou expérience en édition électronique
– maîtrise de la TEI et en particulier des métadonnées
– expérience des bases de données bibliographiques et des archives existantes telles que Gallica ou archive.org
– maîtrise d’un ou plusieurs logiciels de gestion de bases de données
– niveau Master ou doctorat

Consulter le profil de poste

Contact : aude.leblond@gmail.com

Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux

L’équipe « Bibliothèques virtuelles humanistes » du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours organise du 26 au 28 octobre 2016 avec le SUFCO de l’Université de Tours une nouvelle session du stage d’« initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux », à destination des professionnels .

La TEI (Text Encoding Initiative) est une initiative universitaire pluridisciplinaire visant à uniformiser autant que possible le codage de documents en vue de leur échange, mais aussi de leur analyse.

Utilisée dans les milieux de la Recherche en Sciences humaines (linguistique, histoire, lettres, etc.), dans l’édition numérique et dans certaines bibliothèques, la TEI propose des solutions d’encodage XML pour les débutants comme pour les experts. Grâce à son système modulaire, elle s’adapte aux besoins spécifiques des projets pour éditer, diffuser, analyser, exploiter et visualiser les textes encodés. Les recommandations du TEI Consortium proposent des solutions de codage spécifique pour les documents patrimoniaux, participant ainsi à leur valorisation.

Le CESR et l’équipe BVH de Tours organisent depuis 2005 cette formation dont le public ne cesse de s’élargir de par l’expansion des possibilités liées au numérique. Initialement dispensée aux étudiants du Master « Patrimoine Écrit et Édition Numérique » du CESR, cette session annuelle est spécifiquement dédiée aux professionnels qu’ils soient chercheurs, ingénieurs, ou issus de l’enseignement ou de bibliothèques patrimoniales.

PUBLIC

Continuer la lecture de Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux

8ème Journée sur le livre électronique (Couperin) du 28 juin à la BULAC

logo_6x2News
Innovations et expérimentations autour du livre électronique : auteurs et éditeurs dans l’univers académique

La Cellule ebook Couperin organise le 28 juin à la BULAC la 8ème Journée sur le livre électronique. Cette journée est l’occasion de dresser un panorama le plus exhaustif possible des évolutions en cours et vise à être un temps d’échange, avec des interventions d’éditeurs, de spécialistes de l’industrie et d’enseignants-chercheurs.

Les bibliothèques universitaires et les organismes de recherche ont des habitudes installées, que ce soit en termes de modèles d’acquisition ou d’usages. Mais, en amont, l’arrivée du numérique modifie les équilibres du secteur. L’émergence de nouvelles formes d’écriture – lecture sociale par exemple – modifie la production du livre. Un processus de désintermédiation et de réintermédiation de la chaîne du livre est en cours. L’auto-édition, sous ses formes multiples, en est un bon exemple, illustré par le récent partenariat Amazon et Canopé. D’autres expérimentations ont lieu au sein de la communauté d’enseignement et de recherche…Lire la suite sur le site de l’événement #jle16.

Gratuit et ouvert à tous sur inscription.
Programme et intervenants

Atelier Internet Lyonnais (AIL) du 25 mai : de l’écrit aux écrans, quelques éléments pour « une théorie réflexive adéquate »

logoAIDe l’écrit aux écrans: quelques éléments pour «une théorie réflexive adéquate»

La prochaine séance du séminaire de  l’Atelier Internet, fondé par  Eric Guichard, responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm et Maître de conférences HDR à l’Enssib, se tiendra à l’Enssib le mercredi 25 mai à 17h.

Par Pierre-Antoine Chardel, professeur de philosophie à l’institut Mines-Télécom, chercheur au Lasco et au centre Edgar Morin de l’Ehess.

Ouvert à tous sur inscription.

Résumé de l’intervention

Pour cette intervention, je partirai de l’idée exprimée par Niklas Luhmann selon laquelle «la crise» renvoie au «manque d’une théorie réflexive adéquate». Cette idée souligne avec vigueur le besoin que nous avons aujourd’hui de réfléchir aux conditions d’une «théorie réflexive adéquate», non pas avec la prétention de la trouver une fois pour toutes, mais avec l’ambition d’effectuer le chemin qui y mène en s’appuyant sur le constat que nous évoluons dans des sociétés des écrans qui nous laissent encore très démunis d’un point de vue herméneutique. Nos existences sont encore largement organisées en fonction de critères qui appartiennent aux registres de l’instantanéité, de l’immédiateté et du consumérisme. Nous nous laissons par ce biais assujettir au temps court des «machines informationnelles» ainsi qu’à l’économie des affects qui les entoure.
Continuer la lecture de Atelier Internet Lyonnais (AIL) du 25 mai : de l’écrit aux écrans, quelques éléments pour « une théorie réflexive adéquate »

Séminaire « cultures numériques » du 21 mai à la BIS : la symbolique du livre

Le séminaire « cultures numériques » se tiendra le samedi 21 mai de 10h à 12h, dans la Bibliothèque de la Sorbonne, (BIS) – salle de formation.
La séance sera consacrée à la symbolique du livre et la place que cette symbolique occupe dans les mutations numériques, avec les interventions de :
Michel Melot, Lorenzo Soccavo, et Florian Forestier.
Le séminaire est ouvert à tous (sur inscription en raison des consignes de sécurité) et s’adresse à tous les acteurs du monde numérique : chercheurs, étudiants, responsable de fabrication, éditeurs…
Inscription et renseignement : implications.philosophiques@gmail.com
En savoir plus sur le blog Cultures numériques

Journées DH et données ouvertes 24/25 mai à Lyon

L’université de Lyon, Persée, l’Institut des sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilleux (MOM) organisent les 24 et 25 mai 2016 deux journées sur le thème Humanités numériques et données ouvertes à suivre en direct.

Retrouver en ligne l’ensemble des débats de la journée, les vidéos des conférences, les présentations associées ainsi que les posters présentés lors de l’exposition/forum du 25 mai et les échanges des 3 ateliers pratiques.

Présentation :
Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ? A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ? Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Ces journées seront l’occasion d’un atelier autour des services d’Huma-Num (dont NAKALA, NAKALONA et ISIDORE) de la TGIR Huma-Num co-animé par la MOM (dont les équipes utilisent NAKALA) et l’équipe d’Huma-Num.

Connaître le programme et lire la suite sur le blog d’Huma-Num.

Suivre le fil Twitter des 2 journées :