Tous les articles par Dlis

Colloque/Hackathon Savoirs /EHESS – 12 /13 mai Campus Condorcet

Savoirs est  une plateforme numérique innovante dédiée à l’anthropologie historique des savoirs proposant une collection d’instruments de recherche au service de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs. Six mois après la mise en ligne de la plateforme, le premier colloque interdisciplinaire Savoirs qui se tient  lieu au Centre des colloques de l’EHESS sur le CampusCondorcet entend croiser deux fils : une réflexion sur le champ de l’anthropologie et de l’histoire des savoirs, qui est au cœur du projet Savoirs, et des éclairages sur l’impact des technologies numériques sur les méthodes de travail en SHS. 

Deux journées de hackathon visant à imaginer de nouvelles fonctionnalités numériques pour la plateforme Savoirs se dérouleront en même temps que le colloque.

Le projet Savoirs est né dans un nouveau champ de recherche situé au carrefour des sciences humaines et sociales et des disciplines d’érudition. Il prend pour objets les savoirs, définis comme l’ensemble des pratiques mentales, discursives, techniques et sociales par lesquelles une société, ses groupes et ses individus donnent sens au monde qui les entoure et se donnent les moyens d’interagir avec le monde.

La dimension comparatiste et interdisciplinaire de cette recherche ouvre aussi une réflexion sur nos propres pratiques et instruments, à l’heure où le numérique reconfigure nos environnements de travail, collectifs et individuels.


 

Continuer la lecture de Colloque/Hackathon Savoirs /EHESS – 12 /13 mai Campus Condorcet

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

AAC – 30 ans après le Web… Big bang dans les institutions de savoirs ?

La revue de recherche de l’Enssib Balisages, située à la croisée des SIC et de l’anthropologie des savoirs, lance un appel à articles pour le dossier du numéro 5 “30 ans après le Web… Big bang dans les institutions de savoirs ?“, coordonné par Ghislaine Chartron (Professeur CNAM Paris), Benoît Epron (Professeur HEG Genève) et Pascal Robert (Professeur Enssib- Elico Lyon).

Prolongation de l’appel : La date de réception des propositions d’article est repoussée au 1er avril.

Argument :

En 1989, lorsque Tim Berners Lee développe le Web pour partager les connaissances entre scientifiques, il ne mesurait peut-être pas la révolution des savoirs qu’il allait en grande partie initier. Le Web s’est progressivement hybridé à d’autres innovations (applications mobiles, réseaux sociaux…), à de nouveaux paradigmes (la participation, les plateformes, le web sémantique, l’open access, la science des données…) bousculant nos facultés de penser, de concevoir, d’agir, et de transmettre.

Un peu plus de trente ans après, que s’est-il passé ? Comment comparer dans une lignée diachronique, la production-circulation des savoirs à l’ère post-web, à l’heure où ce sont également des transformations profondes d’élaboration des savoirs qui se jouent ?

Thématiques :

  • Axe 1. Économie politique du Web : Comment évoluent les relations entre les acteurs technologiques et les acteurs de la production et de la médiation des savoirs ? Quels mouvements stratégiques peut-on identifier depuis 30 ans : reconfigurations, disparitions, partenariats public-privé, place des start-ups, dépendance aux GAFAM ? Quel a été le rôle des politiques publiques nationales et internationales dans l’accompagnement de la transformation des institutions de savoir ? Quelles régulations ont été mises en place ? Et finalement, peut-on affirmer l’émergence de nouveaux régimes d’autorités des savoirs ? Ou, au contraire, une crise comme celle de la Covid19 et ses phénomènes de désinformation associés, n’a-t-elle pas contribué à renforcer la légitimité des institutions traditionnelles du savoir ?
  • Axe 2. Innovation et design de services : Quel bilan peut-on faire des promesses énoncées par les technologies du web (web sémantique, web social, web des données), voire des technologies de données massives dans l’innovation de services pour les institutions de savoirs ? En quoi les mouvements open (open source, open access, open data, open science…) intrinsèquement liés au Web ont-ils installé une nouvelle donne ? Comment apprécier le « devenir media » de certaines institutions qui produisent de plus en plus de contenus ? Comment le renouvellement des compétences accompagne-t-il le développement de ces services ?

Calendrier et détail de l’appel

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

#dhnord2021 – Publier, partager, réutiliser les données de la recherche : les data papers et leurs enjeux

Le colloque #dhnord réunit chaque année à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société la communauté des humanités numériques. La thématique retenue pour 2021 porte sur les data papers et leurs enjeux.

S’il est un constat sur lequel la majorité des chercheurs en SHS s’accorde à propos de l’impact du numérique dans leur pratique, c’est celui d’un renouvellement profond de l’édition scientifique, qu’il s’agisse des possibilités ouvertes par l’édition numérique, de la publication des données de la recherche ou encore de la révision des modèles économiques. C’est dans ce contexte que depuis 10 ans se développent de plus en plus d’expérimentations autour des data papers en SHS. Venus des sciences de la vie et de la terre, leur définition varie en fonction des domaines et des pratiques. Davantage consacrés aux données qu’aux résultats de la recherche, les data papers se présentent comme un complément aux publications scientifiques traditionnelles. Ils permettent avant tout de décrire les jeux de données de la recherche afin de les disséminer, favoriser leur réutilisation ou encore la reproductibilité de la recherche. Parfois, ils sont accompagnés de code exécutable (executable papers) ou encore de modélisations, voire d’analyses. Les data papers, étroitement liés à la science ouverte, soulèvent donc plusieurs enjeux pour les SHS : ils interrogent la nature des données, leur ouverture, leur documentation, leurs publics et leurs éventuelles réutilisations. Ils font également écho au développement du data journalisme, qui s’interroge parfois aussi sur des façons de publier les données ou de pointer vers celles-ci, en complément aux publications des articles et récits qui s’appuient sur des données. À l’heure où plusieurs revues en SHS intègrent, ou souhaitent intégrer, des data papers à leurs formats de publications scientifiques, le colloque #dhnord2021 sera consacré aux data papers en SHS et à leurs enjeux scientifiques, éditoriaux ou sociaux.

Les communications aborderont les sujets suivants :

Continuer la lecture de #dhnord2021 – Publier, partager, réutiliser les données de la recherche : les data papers et leurs enjeux

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les lundis du master HN de Lyon : « Recherches actuelles en Humanités numériques »

Dans le cadre du cours de 2e année  « Recherches actuelles en Humanités numériques », le master Humanités numériques de Lyon a le plaisir de recevoir à l’Enssib en 2021 :

  • 4 octobre : Carmen Brando (ingénieure de recherche, EHESS) « Entités nommées pour une étude outillée linguistique, cartographique et réseau de corpus textuels en SHS ».
  • 8 novembre : Martin Grandjean (premier assistant, université de Lausanne) « Analyse de réseaux et compréhension de l’Histoire ».
  • 15 novembre : Simon Gabay (maitre-assistant, université de Genève) « Extraction et structuration de données de documents dit “historiques » et Christophe Schuwey (assistant professor, Yale university) « Retour sur Un Entrepreneur des Lettres au XVIIe siècle ».
  • 6 décembre : Thibault Clérice (doctorant, université Lyon 3) « l’outil pie-extended, un module d’analyse automatique de texte pour données anciennes et modernes » et Frédéric Glorieux. Sous réserve.

Animation : Marianne REBOUL

Horaires : 9h-13h

Lieu : Salle 1.01, ENSSIB, 17 Bd du 11 Novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Ces séances sont ouvertes à toutes et tous mais uniquement sur inscription (nb de places limité) : formulaire d’inscription

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Participez le 12 octobre à « Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante »

Évènement virtuel sur inscription – 12 octobre – 15h30-17h30

Pour faire suite à la conférence « Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante » organisée dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier du 4 novembre 2020, l’Enssib et l’Université de Montréal organisent une table ronde le 12 octobre de 15h30 à 17h30 (heures françaises) avec des acteurs de l’édition français et québécois.

Table ronde

viendront échanger leur point de vue sur les questions d’éditorialisation, de modèle économique, de libre accès et de commun.

La table ronde est animée par Antoine Fauchié (Ecritures numériques, chaire de recherche au Canada) et Valérie Larroche (Enssib, Elico)

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

« Le livre en contexte numérique, Un défi de design » – NOUVEAU SITE WEB ARCANES ET ÉDITION NUMÉRIQUE

Édition numérique de l’ouvrage Le livre en contexte numérique, Un défi de design

Publiée d’abord en édition numérique, cette publication porte sur le livre en contexte numérique que les pratiques innovantes du design reconfigurent. Le livre prend sa place dans un écosystème de production et de diffusion des savoirs qu’il partage avec d’autres dispositifs éditoriaux, dont les variantes sont devenues proliférantes. La problématique centrale sur laquelle les auteurs de cet ouvrage se penchent est de comprendre comment le livre se transforme dans son écosystème numérique actuel, en nous renvoyant à deux questions transversales : qu’est-ce qu’un livre ? En quoi constitue-t-il un défi de design en contexte numérique ? Figure emblématique des pratiques culturelles transformées par les affordances et les usages du numérique, à la fois investi d’une charge symbolique héritée de sa longue histoire et vecteur des humanités numériques, le livre est envisagé dans ses champs d’expérience, ses usages et ses représentations.

Cet ouvrage gravite autour de la rencontre entre, d’un côté, les études littéraires et les sciences humaines et de l’autre, les méthodes de design numérique. À travers la figure du livre, noyau central de la réflexion, cette perspective nous permet de repenser d’un point de vue théorique et pratique les modalités de création et de circulation des savoirs et des imaginaires portés par la figure du livre dans l’écosystème socionumérique, tant en fonction de sa matérialité que de son hybridité. La part d’une pensée du design en tant que médiateur devient incontournable, car celui-ci prend en charge les processus d’éditorialisation dans une visée d’expérience. entre sa forme profondément ancrée dans la culture matérielle et ses multiples incarnations au sein de l’écosystème socionumérique dans lequel il s’inscrit.

Le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), en partenariat avec le laboratoire Paragraphe et le projet de recherche ARCANES, vous invite vendredi 8 octobre de 11h-12h (Qc) / 17h-18h (Fr) au dévoilement du nouveau site Web ARCANES et au lancement de l’édition numérique de l’ouvrage Le livre en contexte numérique. Un défi de design (Renée Bourassa, dir.).

Continuer la lecture de « Le livre en contexte numérique, Un défi de design » – NOUVEAU SITE WEB ARCANES ET ÉDITION NUMÉRIQUE

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Cours de Stratégies numériques en Sciences Sociales proposé librement par le CREST, le laboratoire CNRS de l’École polytechnique et de l’ENSAE

L’axe Sciences Sociales Computationnelles du CREST, le laboratoire CNRS de l’École polytechnique et de l’ENSAE, propose librement un cours de Stratégies numériques en Sciences Sociales animé par Etienne Ollion & Julien Boelaert, qui permet d’apprendre à collecter et à nettoyer des données numériques. Que vous soyez novices en programmation, ou que vous ayez déjà des bases solides mais que vous vouliez vous perfectionner ou découvrir ce qu’on peut faire en sciences sociales avec des données numériques, vous trouverez sûrement des éléments utiles pour votre travail.

Ce cours part d’un constat : nous sommes de plus en plus entourés de données numériques. Dans le débat public, dans notre quotidien, dans la décision publique, et parfois jusque dans notre vie privée, des traces numériques enregistrent nos activités.

Cette abondance de données est déjà largement analysée par les sciences sociales. Elle est aussi utilisée, afin de poser des questions nouvelles, ou de reposer d’anciennes questions à partir de ces nouvelles sources.

L’enjeu de ce cours, c’est d’offrir à des étudiantes, des jeunes chercheuses qui n’ont pas forcément de compétences en informatique des éléments pour qu’elles puissent d’une part saisir certains des enjeux que pose la multiplication des données numériques, et d’autre part pour qu’elles puissent en tirer partie de façon empirique, en maîtrisant différents outils qui permettent de travailler à partir de ces données numériques.

Le cours a pour objectif principal de donner des bases de programmation. Mais ce faisant, il propose des éléments de réflexion théoriques et épistémologiques sur ce que peuvent ces données numériques pour les sciences sociales, ce qu’elles peuvent leur faire. Il nous semble en effet qu’on ne peut dissocier l’analyse des données des conditions de leur production.

Le cours peut être suivi en intégralité, ou de manière sélective. Chaque chapitre s’appuie toutefois sur des notions qui ont été vues précédemment. Aucune connaissance préalable en informatique n’est nécessaire.
Continuer la lecture de Cours de Stratégies numériques en Sciences Sociales proposé librement par le CREST, le laboratoire CNRS de l’École polytechnique et de l’ENSAE

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Comment adapter la chaîne du livre numérique aux besoins des personnes empêchées de lire ? Journée d’étude AFNOR-BnF du 25 juin

Dans le cadre des rencontres professionnelles, la BnF organise avec l’AFNOR une journée d’étude en visioconférence le 25 juin 2021, sur inscription, sur l’accessibilité des livres numériques et la mise en œuvre de l’Acte européen d’accessibilité.

Vendredi 25 juin 2021
9 h 30 – 17 h 15

L’Acte européen d’accessibilité des biens et des services entrera en vigueur en France le 28 juin 2025. Tous les acteurs de la chaîne du livre sont concernés : éditeurs, compositeurs, diffuseurs, libraires, bibliothèques, concepteurs de matériels et logiciels de lecture. Quelles difficultés concrètes rencontrent aujourd’hui les personnes empêchées de lire ? Quels leviers permettant de viser une accessibilité complète sont-ils déjà disponibles aux différents niveaux de la chaîne : production, signalement, accès ?

Le livre numérique occupe une place grandissante dans l’édition et possède des atouts manifestes au regard de l’accessibilité. Le parcours d’acquisition et de lecture de ces ouvrages présente cependant un certain nombre d’obstacles et découle du travail de plusieurs métiers, dont seul l’effort conjoint peut garantir une véritable accessibilité.
Présentations théoriques et retours d’expériences alterneront pour mettre en avant les solutions existantes : Quels standards rendent d’ores et déjà possible une production nativement accessible, qu’il s’agisse de maquettes simples ou complexes, de textes ou d’images ? Sur quelles métadonnées peut-on s’appuyer pour rendre visibles les collections accessibles ? Quels outils de lecture interopérables peuvent-ils déjà être utilisés ?
Au-delà de l’obligation légale, cette journée sera l’occasion de montrer les gains attendus de cette montée en compétence conjointe des acteurs de la chaîne du livre sur l’accessibilité, dans la perspective d’améliorer l’expérience de l’ensemble du lectorat.

Retrouvez le programme sur le site de la BnF.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 20 juin 2021.
Si vous rencontrez des difficultés pour vous inscrire via le formulaire d’inscription, merci d’envoyer un courriel à l’adresse du contact ci-dessous avec les informations suivantes : nom, prénom, organisme, adresse électronique.
Les liens et codes de connexion seront envoyés la veille de l’événement aux personnes inscrites.

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Participez à une cartographie scientifique des disciplines rares ! Enquête soutenue par CollEX – Persée

Les disciplines rares et émergentes trouvent difficilement leur place dans le paysage institutionnel. Pour répondre à cette difficulté, le MESRI a mis en place, en mars dernier, un comité de pilotage et un groupe de travail constitués de huit institutions sensibles au potentiel des ces champs disciplinaires pour la vitalité des sciences et leurs dynamiques : CPU, CP-CNU, CNRS, ANR, Alliance Athéna, AllEnvi, INALCO et UFA-DFH.

L’objectif est de construire une cartographie des disciplines rares avec les enseignants chercheurs de ces disciplines, mais aussi les chercheurs et ingénieurs de recherche, les vice-présidents Formation et Recherche et les directeurs adjoints scientifiques du CNRS, en les invitant à participer à une enquête ouverte jusqu’au 31 mai 2021.  A l’agenda du groupe de travail, la coordination des travaux d’identification et de quantification des disciplines rares par le comité conduites en partenariat avec l’Arbeitsstelle Kleine Fächer de la Johannes Gutenberg Universität de Mayence. Et à terme, la création d’une base de données d’experts afin de faciliter les travaux en réseau et l’interdisciplinarité.

Pour voir la cartographie des disciplines rares (kleine Fächer) dans les universités allemandes :
https://www.kleinefaecher.de/kartierung/kleine-faecher-von-a-z.html

Ne tardez plus pour répondre à cette enquête soutenue par CollEx-Persée  !
https://disciplines-rares.renater.fr/limesurvey/index.php/468153?lang=fr

Pour en savoir plus sur ce projet de cartographie des disciplines rares, sur le site de CollEx-Persée.

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Conférence LIBER juin 2020 ouverte à tous et en ligne : Building Trust With Research Libraries

Exceptionnellement, l’édition 2020 de la conférence LIBER se tiendra en ligne du 22 au 26 juin : elle est ouverte à tous sur simple inscription.

Les inscriptions se font en ligne depuis le programme, session par session: https://liberconference.eu/programme/

Les institutions membres de LIBER ont des sièges prioritaires en cas d’affluence sur certaines sessions (il faut alors fournir à l’inscription votre numéro d’adhérent), mais il est parfaitement possible de s’inscrire librement.

Pour trouver votre numéro d’adhérent :
https://libereurope.eu/user-list/ ou envoyez un courriel à liber@kb.nl.

Programme

Monday, 22nd June
– Opening Address- Reflections on the impact of Covid-19 on Open Science;
Session #1 – Cultural Change; Panel Session – From Frenemies to Trusted Partners (collaboration between libraries and publishers, and new OA business models)

Tuesday, 23rd June
– Workshops! Topics include SSHOC train-the-trainer bootcamp, citizen science, transformative agreements, FAIR Data, Linked Open Data, Hot RDM Topics, and Libraries for Teaching and Learning.

Wednesday, 24th June
Session #2 – Opening Up Knowledge; Keynote from Dr. Christine Koontz; Panel Session – Building Trust in Research Libraries Through Open Science;
Session #3 – Securing and Building Trust; Session #4 – Crowd Powered Collaborations.

Thursday, 25th June
Session #5 – Open Access Insights;
Session #6 – Libraries as Open Innovators & Leaders; Meeting of Participants.

Friday, 26th June
Session #7 – Super-Charging Your RDM Impact;
Session #8 – Tools for Transparency & Open Access;
Session #9 – Data Visualisation & Metrics.

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? Études de communication, vol. 52

Libre accès et données de la recherche/Open Access and Research Data.

Quelle résonance dans les SIC ?/Contributions from the Information and Communication Sciences

Sous la direction de Joachim Schöpfel, Renaud Fabre et Bernard Jacquemin

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Consulter ce numéro

Dans la mouvance de la science ouverte (Open Science) et du libre accès aux publications scientifique, la mise à disposition des données de la recherche (Open Research Data) est un courant récent, mais qui s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel (programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR). La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser, et dans la mesure du possible partager, les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche.
Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont particulièrement confrontés à cette évolution qui est de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.
Ce sont ces dimensions de la recherche en sciences de l’information et de la communication que le présent numéro d’Études de communication entend aborder et questionner.

Comité de lecture du numéro 52 (Dossier) :
Joumana Boustany (Dicen-idf, Université Paris Est Marne-la-Vallée), Guillaume Cabanac (IRIT, Université de Toulouse),
Ghislaine Chartron (Dicen-idf, CNAM Paris),
Stéphane Chaudiron (GERiiCO, Université de Lille), Viviane Clavier (GRESEC, Université Grenoble-Alpes),
Jacques Ducloy (DRRT Grand-Est, Nancy),
Hans Dillaerts (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Ulrich Herb (Universität des Saarlandes, Saarbrücken),
Maxi Kindling (Humboldt-Universität zu Berlin),
Annaig Mahé (Dicen-idf, URFIST Paris),
Florence Millerand (LabCMO, UQAM, Montréal),
Samuel Moore (King’s College London),
Achim Osswald (Technische Hochschule Köln),
Céline Paganelli (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Laurent Romary (Centre Marc Bloch, Berlin),
Jérôme Valluy (COSTECH, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marc Vanholsbeeck (ReSIC, Université Libre de Bruxelles)

Comité de lecture du numéro 52 (varias) :
Coordination : Marion Dalibert, Aurélia Lamy, Florence Rio,Laura Calabrese (Ladisco, Université libre de Bruxelles),
Laurent Collet (I3M, Université de Toulon),
Marlène Coulomb-Gully (Lerass, Université de Toulouse 2),
Jamil Dakhlia (IRMECCEN, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Marco Dell’Omodarme (Institut ACTE, Université Paris 1 –Panthéon Sorbonne),
Simona De Lulio (GERiiCO, Université de Lille),
Oriane Deseilligny (GRIPIC, Université Paris 13),
Jean-Claude Domenget (Laboratoire Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté),
Thomas Guignard (GERiiCO, Université de Lille),
Sarah Labelle (LabSIC, Université Paris 13),
Béatrice Micheau (GERiiCO, ESPE – COMUE Lille Nord de France), Valérie Patrin-Leclère (CELSA, Université Paris Sorbonne),
Nathalie Pignard-Cheynel (CREM, Université de Lorraine),
Bruno Raoul (GERiiCO, Université de Lille),
Marta Severo (DICEN, Université Paris Nanterre),
Bérengère Stassin (CREM, Université de Lorraine),
Cécile Tardy (GERiiCO, Université de Lille),
Philippe Useille (DeVisu, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)

Dossier

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? Séminaire Histoire et Humanités numériques – Université de Toulouse

La troisième saison du séminaire Histoire et Humanités numériques aura lieu cette année au sein du laboratoire Framespa à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Le thème transversal qui a été retenu est : Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? et se décline en 5 séances :

Mettre le patrimoine en open access. Par Emilie Roffidal, Anne Perrin Khelissa et Léa Saint-Raymond – 06 février

Comment les acteurs publics mettent-ils en valeur le patrimoine toulousain ? Par Géraud de Lavedan, Rémi Beguet et Hélène Kemplaire –  13 février

Numérique et patrimoine cinématographique : quels enjeux, quelles circulations ? Par Rémy Besson, Natacha Laurent et Michaël Bourgatte – 27 février

– Les futurs des textes, des documents et des livres entre pérennisation et innovation. Par Elena Pierazzo – 12 mars

– Quels enjeux pour le patrimoine institutionnel à l’âge du numérique ? Entre patrimoine de guerre et patrimoine militaire. Par Bénédicte Marquier, Patrick Peccatte et Nathalie Dereymaeker-  23 avril

Toutes les informations, y compris les salles sont disponibles sur le site du séminaire : https://hhn.hypotheses.org/

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Colloque DHNord 2019 : “Corpus et archives numériques”, du 16 au 18 octobre à Lille

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (arts, lettres, histoire, sciences sociales, etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant à leur constitution, leur fiabilité, leur traitement, leur accessibilité ou encore leur préservation. DHNord 2019 souhaite interroger, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales. Le colloque est précédé d’une demi-journée de réflexion sur la formation au numérique en SHS.

Cet événement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Programme

Disponible sur le site de la MESHS LILLE Nord de France

Continuer la lecture de Colloque DHNord 2019 : “Corpus et archives numériques”, du 16 au 18 octobre à Lille

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Vers l’édition scientifique 4.0 ? 8es Journées Médici – Avignon 18-20 septembre 2018

 

À l’ère du tout numérique, et à l’image du web, l’édition vit une évolution majeure vers de nouveaux paradigmes qui la sous-tendent. L’édition scientifique est passée par plusieurs étapes : « enrichie » puis « structurée », elle utilise désormais les technologies du web sémantique et du web de données, et continuera d’évoluer suivant les technologies et leurs applications. Elle vit également un bouleversement par la remise en cause des modèles économiques classiques. Son avenir se situe désormais dans sa capacité à gérer les connexions intelligentes entre le réel et le virtuel, entre les objets éditoriaux divers dont les standards seront ouverts et universels.

L’utilisateur/trice de la littérature scientifique sera au cœur du système : en contribuant, lisant, commentant, évaluant… C’est la notion même d’auteur/trice qui devra être revisitée, révélant sa capacité à connecter usages, données, savoirs et connaissances pour donner un sens « éditorial » aux résultats scientifiques. Dans ce contexte, quels seront nos métiers, comment interviendront les professionnel·le·s, quelle place tiendrons-nous dans ce dispositif ? Quels seront les outils de demain ? Quels seront les usages ? Comment conserverons-nous toutes ces données, leurs liens, leur interopérabilité ?

Beaucoup de questions auxquelles les 8es journées du réseau Médici tenteront d’apporter de précieux éclairages.

Programme :

Mardi 18 septembre

  • 9h30 – 12h00 – Communications : « Les outils d’édition structurée. Mise en contexte »
  • 14h20 – 15h30 – Retours d’expériences
  • 16h00 – 17h30 – Éclairages/Prospectives : « Vers l’édition scientifique 4.0 ? »

Jeudi 20 septembre

9h – 12h – Table ronde : « L’archivage de l’édition scientifique publique »

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter