Tous les articles par Céline Guyon

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques – 13 et 14 mai 2020

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques

13 et 14 mai 2020
IUT Bordeaux Montaigne

https://humanistica2020.sciencesconf.org/

À l’heure où les humanités numériques connaissent un tournant décisif tant sur le plan quantitatif que qualitatif, Humanistica, l’association francophone des humanités numériques créée en 2014, organise son premier colloque. Elle invite ainsi la communauté scientifique à interroger ses résultats et ses méthodes de recherche, ses usages de l’informatique, ses objets traditionnels ou nouveaux, pour mesurer le chemin parcouru et s’engager dans une nouvelle décennie de développement.

En 2010, le Manifeste des Digital Humanities répondait au constat de Milad Doueihi concernant la « conversion numérique en cours » et appelait à la consolidation du domaine. Dix ans plus tard, une transdiscipline a-t-elle émergé ? L’omniprésence de l’expression « humanités numériques » est-elle trompeuse ou témoigne-t-elle d’une prise en compte d’un tournant méthodologique, épistémologique et culturel pris par la recherche en sciences humaines ? Sommes-nous en train d’inventer ou de nous adapter ?

Les propositions devront être soumises sur la plateforme du colloque (https://humanistica2020.sciencesconf.org) le 15 décembre 2019 au plus tard. Les réponses (acceptation ou refus) seront envoyées au terme d’une évaluation en simple aveugle, au plus tard le 15 février 2020.

Plateforme du colloque : https://humanistica2020.sciencesconf.org

Comité d’organisation local

  • Philippe Baudorre (université Bordeaux Montaigne)
  • Julien Baudry (SCD, université Bordeaux Montaigne)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers)
  • Nathalie Prévôt (université Bordeaux Montaigne)
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne)

Comité scientifique du colloque

  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers), co-présidente
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne), co-président
  • Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne)
  • Aurélien Berra (université Paris-Nanterre)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Claire Clivaz (SIB Institut Suisse de Bioinformatique, Lausanne)
  • Martin Grandjean (université de Lausanne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Nathalie Prévôt (CNRS – université Bordeaux Montaigne)

Journée d’études – Intelligence artificielle et institutions patrimoniales

Intelligence artificielle et institutions patrimoniales : enjeux, défis et opportunités / BNF, le 11 déc. 2019

 

Cette journée d’étude organisée par l’ADEMEC a pour objectif de donner des clés de compréhension pour mieux cerner les enjeux qui entourent l’intelligence artificielle. Elle sera l’occasion d’en comprendre les usages et d’anticiper ses atouts pour les institutions patrimoniales.

Conférences, rencontres et ateliers  permettront de réfléchir  au positionnement des professionnels du patrimoine face à ces évolutions profondes et inédites afin que cette révolution technologique ne se fasse pas malgré eux, mais bien avec eux, et au service des missions essentielles qui sont la conservation et la mise à disposition du patrimoine.

 

INSCRIPTION via : https://www.eventbrite.fr/e/billets-ia-et-institutions-patrimoniales-enj…

Séminaire Les nouveaux paradigmes de l’archive- séance 5 du 19 novembre: Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

La conservation est un acte intentionnel programmé par des humains, selon des choix, débattus, validés collectivement, élaboré en tant que politique et délégué aux machines sous forme d’instructions et de métadonnées. Pourtant, le concept administratif et légal de droit à l’oubli numérique, c’est-à-dire à la revendication volontaire de l’effacement, suggère que les machines n’oublient pas et que les traces des flux numériques ne s’effacent pas. Pour certains, l’effacement et l’oubli paraissent des processus naturels si l’on considère le temps de l’histoire et des mémoires collectives. La mémoire n’est pas incluse dans le numérique, c’est une volonté extérieure qui décide si un traitement contre la disparition doit être appliqué et sans cette décision, le destin des données est tôt ou tard la disparition. Il relève des sociétés humaines de décider le quantum de mémoire qu’il convient de préserver. D’autres considèrent au contraire que les mémoires machiniques stockent des masses de données indifférenciées dans le « cloud ».Les professionnels des archives doivent établir leur posture entre ces deux paradigmes et redéfinir les frontières conceptuelles et pratiques entre les archives, entendues comme mémoire à pérenniser pour le bien commun, et les stocks de données, afin, entre autres, de repositionner les pratiques de tri et d’élimination sur lesquelles reposent leur responsabilité actuelle.

Participants

  • Marie Laperdrix, Conservateur du Patrimoine, Cheffe du service des archives des Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Action et des Comptes publics.
  • Noé Wagener, Professeur de droit public, Université de Rouen Normandie
  • Françoise Janin, Bureau des missions et de la coordination interministérielle (SIAF)

 

Animation : Claire Scopsi et Françoise Lemaire

Les vidéos des précédentes séances sont en ligne  : https://nparchive.hypotheses.org/captations-des-seances-2019

Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Céline Guyon est archiviste et maître de conférence associée à l’Enssib où elle co-dirige le master Archives numériques. Elle est depuis 2019 présidente de l’Association des archivistes français. Elle a publié  une série d’articles sur le concept d’archives et son renouvellement en contexte numérique dont « Le concept d’archives : d’une définition à l’autre » en 2016, « Archives, données et transformation numérique » en 2018 et « La fabrique de l’archive : le rituel de la collecte des archives » (Gazette des archives, n°253, 9-17) en 2019.

Cet article a fait l’objet d’une communication donnée lors de la 1ère séance du séminaire de recherche « Les données à mille temps« , organisé à l’Enssib  par Agnieszka Tona en juillet dernier,

Anne Both, anthropologue qui s’est immergée dans le quotidien d’un service d’archives décrit l’univers des archives comme :

« un univers à la fois prosaïque et vertigineux, dans lequel l’éternité programmée de la mission de conservation et la masse toujours exponentielle des documents se conjuguent pour peser de tout leur poids sur cette mise en ordre du temps [1]» (Both, 2017).

L’archiviste entretient en effet un rapport singulier au temps. Il est tout d’abord dans une forme d’aller-retour constant entre le présent et le passé : il a le pouvoir de faire surgir le passé dans le présent de la salle de lecture[2]. Mais également entre le passé et le futur. Car, c’est au présent que l’archiviste évalue l’intérêt des archives pour demain : on sélectionne au présent quels documents conserver pour témoigner, demain, de la société et de l’administration d’aujourd’hui. La pratique archivistique repose en effet sur l’évaluation des documents qui est définie comme :

« une fonction archivistique fondamentale visant à déterminer l’utilité administrative, l’intérêt historique et le traitement final des documents » (dictionnaire de terminologie archivistique, 2002).

L’évaluation a deux fonctions : fixer la durée (i.e. le temps) pendant lequel un producteur doit conserver ses archives et sélectionner les archives qui, à l’issue de cette durée, seront conservées à titre historique, c’est-à-dire sans limitation de temps, pour l’éternité. Il s’agit de prendre en compte, au-delà des besoins immédiats des organismes qui gèrent les archives, les besoins passés et futurs des utilisateurs.

Continuer la lecture de Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Appel à communication : Le goût de l’archive audiovisuelle à l’ère numérique

Nombre d’historiens familiers des sources écrites reconnaissent le rôle que tient le « goût de l’archive » dans leurs recherches, c’est-à-dire le plaisir lié à l’appréhension du document dans sa matérialité. Mais alors que les sources audiovisuelles ont progressivement conquis leur légitimité, les chercheurs ont rarement mis des mots sur la relation qu’ils entretiennent avec les images et les sons, ou leurs divers supports d’enregistrement et dispositifs de lecture.

Le colloque organisé les 9 et 10 décembre 2019 à Paris, à l’INHA, sera l’occasion de faire le point sur la reconfiguration des pratiques de recherche par le numérique – poursuivant une réflexion précédemment esquissée dans un ouvrage en ligne et une journée d’études en l’appliquant aux sources audiovisuelles. Continuer la lecture de Appel à communication : Le goût de l’archive audiovisuelle à l’ère numérique