Tous les articles par Catherine Muller

Projet de recherche Hyperotlet – Lundis numériques de l’INHA du 8 avril 2019

Projet de recherche HyperOtlet/ Project ID: ANR-17-CE38-0011

Préambule

Merci de nous accueillir aujourd’hui avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA  pour vous présenter ce projet de recherche.

N’étant pas chercheur, je vais me situer mais depuis le point de vue  du bibliothécaire, dans un rôle que le mouvement des humanités numériques a très bien défini, de pivot, d’architecte de l’information et d’interface dans un projet de recherche avec ses autres acteurs que sont le chercheur, le designer, et l’informaticien. Henri interviendra pour vous présenter la partie technique du projet.

Pour ma part, j’ai choisi de vous parler du projet HyperOtlet sous l’angle de l’histoire culturelle, dans une perspective historique, en resituant le concept émergent de documentation dans le contexte industriel de la fin du 19è siècle qui l’a vu naître. J’ai choisi cette approche pour deux raisons :

  • la 1ère, est d’expliciter la démarche, pour ne pas dire la méthode de Paul Otlet, pour mettre en place l’édifice ou l’écosystème de « l’hyperdocumentation« ,  on y revient très vite.

Pour ceux qui connaissent Paul Otlet et son oeuvre, on a beaucoup dit de ce juriste et documentaliste belge, passionné de bibliographie, né dans la seconde partie du XIXè siècle, que c’était un visionnaire et un utopiste… C’est oublié, il me semble, qu’il a d’abord été un grand bâtisseur doublé d’un travailleur acharné, à qui l’on doit la fondation de la documentation et de l’information comme disciplines scientifiques, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

  • la seconde est de replacer cette entreprise avant-gardiste majeure de l’histoire de la documentation sur une échelle macro, dans l’histoire longue de l’organisation des connaissances, de manière à pouvoir interroger les problématiques actuelles des SIC à l’aune de notre héritage, pour mieux saisir les enjeux contemporains au prisme de l’histoire qui les a précédés et construits, et appréhender les continuités, les ruptures épistémologiques.

Cette préoccupation me tient à coeur : interroger les questions de continuité ou de déviation d’un paradigme à l’autre face aux bouleversements du numérique et aux mutations de la société de l’information que nous connaissons et auxquelles nous participons et assistons parfois avec quelques inquiétudes sur son avenir… (Voir la dernière slide de la frise chrono-bibliographique ci-dessous).

Avant d’entrer dans le vif du sujet pour resituer l’oeuvre dans sa complexité culturelle, je vous présente le projet de recherche dans ses grandes lignes.

L’équipe de recherche 

Un consortium porté par 5 institutions

Avec le soutien de la TGIR Huma-Num (ESRI-CNRS) pour l’infrastructure et le stockage des données de recherche.

Une équipe pluridisciplinaire 

Une équipe de 9 personnes constituée de chercheurs, d’ingénieurs de bibliothécaires et d’archivistes :

Bertrand Müller – Directeur de recherche au CMH et porteur du projet
Olivier Le Deuff – MCF en SIC et chercheur au Laboratoire MICA
Stéphanie Manfroid – Responsable du service des archives du MUNDANEUM (Centre d’archives de la Fédération Wallonie-Bruxelles)
Catherine Muller – Conservatrice des bibliothèques, Responsable des publications de la recherche ENSSIB
Benoît Epron – Professeur associé  à la HEG de Genève  et chercheur à ELICO
Gabriel Popovici – IGE, Responsable du centre documentaire de la MSH-Paris Nord
Marianne Hérard – Anthropologue, Chargée des programmes scientifiques et de la valorisation de la MSH-Paris Nord
Arhur Perret – Doctorant en SIC- École doctorale de l’université Bordeaux Montaigne
Henri Sergent – IGE, responsable de la communication et de la valorisation du projet – CMH/CNRS

Des compétences plurielles mobilisées 

  • Des historiens spécialistes de Paul Otlet
  • Des chercheurs en sciences de l’information
  • L’expérience et l’expertise de bibliothécaires en matière d’architecture de l’information (logiciel de l’Enssib Abécédaire)
  • Le soutien des services d’appui à la recherche de la MSH-Paris Nord et de l’infrastructure d’HumaNum pour la gestion des données
  • Les archives et l’expertise documentaire du Mundaneum

Durée : 3 ans

Un nom de code hyper hyper 😉 ?

Alors pourquoi nommer ce projet, Hyper Otlet ?

Certes, c’est d’abord un clin d’œil aux liens hypertextes. Mais avant tout, il faut prendre le préfixe dans son sens étymologique grec qui signifie au-delà, dans le sens que Paul Otlet lui donne pour inventer le concept d’ « hyperdocumentation » avec cette approche nouvelle du livre augmenté qui est au cœur de son entreprise.

Pour la résumer, on pourrait reprendre une citation célèbre du philosophe Spinoza et l’appliquer au document : de même que

« L’homme n’est pas un empire dans un empire, il est une partie infime de la Nature totale et dépend des autres parties »,

le document n’est pas une unité isolée, fermée, clôturée sur elle-même, il fait partie d’un tout, dont les ramifications ne cessent de croître, et s’étendent toujours au-delà, à l’instar d’un organisme vivant.


Les enjeux de recherche  

Projet interdisciplinaire – collaboratif – et novateur.

(Project ID: ANR-17-CE38-0011)

Périmètre 

Nous nous situons dans le champ de recherche des SIC et des humanités digitales ; plus précisément, le projet répond au défi 8 de l’AAP de ANR lancé en 2017 (Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives), et de l’axe 5 (Cultures, création, patrimoines).

La singularité du projet tient à l’articulation à l’heure des humanités numériques des recherches scientifiques sur les enjeux de la documentation & du document à une dimension recherche appliquée R&D. L’objectif est de développer de nouveaux instruments de lecture et de circulation dans le corpus de recherche au sein d’un écosystème numérique « innovant » élaboré à partir de la version logicielle placée en open source de l’Abécédaire des mondes lettrés, projet d’édition numérique porté par l’Enssib sous la direction de Christian Jacob.

Corpus de recherche

Inscrit dans les sciences de l’information et le développement des Humanités numériques, le projet de recherche HyperOtlet se propose de revenir sur une œuvre avant-gardiste majeure de l’histoire de la documentation : le Traité de Documentation – Le livre sur le livre de Paul Otlet publiée à la fin de sa vie, en 1934, 10 ans avant sa mort, il a alors 66 ans. Cette publication dense et foisonnante – redécouverte par les travaux du biographe W.B. Rayward en 75 et par l’admirable documentaire de F. Lévie en 2002,  qui a été fortement médiatisée en 2015 à son entrée dans le domaine public – est une synthèse de ses travaux antérieurs qui vient couronner le travail de toute une vie. Dans ce traité que l’on pourrait aller jusqu’à qualifier de « testament »,  Paul Otlet va développer un grand nombre d’idées avant-gardistes, pour ne pas dire clairvoyantes, sur les technologies et l’organisation de l’information actuelles (par exemple le livre « téléphoté »[1] qui préfigure l’ebook, le téléphone portatif qui annonce le portable, la célèbre table de travail « qui n’est plus chargé d’aucun livre »[2] auquel se substituent écrans et téléphone qui préfigure l’ordinateur et plus largement l’anticipation du réseau Internet[3 ]) ; il y décrit également décrire l’arrivée de nouvelles formes de documentation (par exemple l’invention de la micro-fiches, le document trans-télévisé ou encore la documentation sonore téléphonée ou radio diffusée [3 ] ).

C’est également un texte fondateur en ce qu’il vise à légitimer pour la première fois dans l’histoire des régimes documentaires, la documentation et l’information comme discipline scientifique à part entière. Une oeuvre essentielle également pour comprendre la modernité de ce documentaliste et juriste belge visionnaire qui perçoit très tôt que le livre – comme forme de documentation dominante – n’est plus adaptée à la société de son époque.

«Comment publier des livres et documents répondant aux desiderata d’une documentation optimum ? »
52 LES PROBLÈMES DE LA DOCUMENTATION

Le TD lui-même ressemble moins à un livre qu’à une encyclopédie. Les nouveaux dispositifs médiatiques qu’il pressent et imagine reposent sur des combinaisons de textes, d’images et de sons, des séquences d’informations susceptibles d’être réagencées entre elles à de nombreuses reprises.

C’est la raison pour laquelle le Traité de documentation constitue un enjeu majeur de recherche en SIC pour documenter l’histoire de la documentation (notion de régime documentaire) et un enjeu majeur de notre temps pour la maîtrise de la documentation et de l’information.

***

Pour finir sur les enjeux de recherche, quelques mots rapides sur la problématique scientifique qui sera exposée par Bertrand Müller, le porteur du projet, avec Olivier Le Deuff et Arthur Perret à la  journée scientifique « Les entrepreneurs du savoir : de Paul Otlet aux nouvelles utopies numériques » organisée par le CNAM et le Mundaneum le 21 mai 2019 dans une communication sur :  « HyperOtlet, un projet en humanités digitales autour du Traité de documentation ». 

Un objet de recherche paradoxal

À la fois théorie, méthodologie et pédagogie de la documentation, le Traité de documentation est un objet paradoxal dès lors que le projet documentaire de son auteur est de dépasser le livre, de le dé-livrer de sa clôture, de désintégrer son contenu sur des fiches re-déployées dans une encyclopédie-documentaire.

Objet hybride, livre par sa reliure et sa clôture, il est aussi une accumulation de pages/fiches, une agglomération de dossiers, une collection de classeurs, un répertoire et une encyclopédie.

Nous envisageons de le traiter comme un « hyperdocument« , comme l’espace d’un dispositif de régulation d’une nouvelle technologie intellectuelle (Pascal Robert) et d’une nouvelle architecture de la connaissance : la documentation.

Comme « hyperdocument« , le TD contient en lui-même les conditions et les possibilités de sa mise en « documents », de sa « documentarisation ». Comme livre il contient la matière pour fixer une nouvelle tradition intellectuelle et éditoriale.

C’est donc dans ces tensions entre technologie, matérialité, organisation des savoirs et invention d’une tradition que le projet est placé.

Les axes de recherche 

HyperOtlet articule une recherche scientifique et appliquée, des recherches historiques et documentaires à un dispositif numérique collaboratif en élaborant un corpus augmenté autour de quatre axes.

1- un corpus augmenté  – l’hyperdocument – autour d’un livre clef de la documentation et désormais de la culture numérique: Le Traité de documentation, à partir : 

  • des potentialités de l’ouvrage et de ses découpages
  • des archives conservées au Mundaneum (ca. 1000 cartons)
  • de la documentation collectée sur la tradition documentaire impulsée par le TD : textes, documents, schémas, dessins, photographies, documents audio-visuels, notices

2 – une recontextualisation historique

  • dans l’histoire longue des « régimes documentaires »
  • dans la tradition (plus courte et récente) de la documentation et de l’information (CMH, MICA)

3- construire une communauté scientifique épistémologique en élaborant une réflexion sur les problématiques actuelles de la documentation dans les humanités numériques (MICA) et un débat épistémologique sur les enjeux actuels de la documentation numérique (« documentarité » [Pédauque] et « documentalité » [Ferraris] ) au sein d’une communauté qui pourra porter une tradition documentaire européenne (MICA, ENSSIB, Mudaneum).

4- une élaboration de nouveaux instruments de lecture, de consultation, de circulation dans les œuvres (ENSSIB, MSH-Paris Nord) développés dans un écosystème numérique innovant élaboré à partir d’un logiciel développé à l’Enssib, baptisé HyperOtlet 1.0 et complété de modules existants ou nouveaux afin de proposer une architecture complexe de l’information offrant :

  • une documentation structurée, évolutive et collaborative,
  • une grande diversité d’usages (lectures, formations, modélisations),
  • de nouvelles interactions entre des communautés diverses d’usagers (scientifiques, professionnels, amateurs, etc.) (HumaNum, MSH-Paris Nord, Mundaneum)

Objectifs de recherche

Nous souhaitons proposer une éditorialisation critique du Traité afin de replacer cette oeuvre dans sa complexité contextuelle.

Comment ? 

Par la mise à disposition à une communauté d’experts d’un nouveau dispositif numérique d’éditorialisation critique du Traité conçu et configuré sur le principe de l’hyperdocument développé par l’inventeur de ce nouveau modèle d’organisation de la connaissance. 
Hyperdocumenter, c’est-à-dire, documenter la documentation et faire entrer le document au sens large –  ici le TD envisagé sur toutes ses échelles de granularité, nous y reviendrons – dans un processus dynamique de documentation, pour ne pas dire de « redocumentarisation » pour reprendre la terminologie du collectif de recherche Pédauque[4] dans Le document à la lumière du numérique, paru en 2006.

Quel livrable ?

Nous travaillons à la production d’un prototype web, Hyperotlet1.0, qui constituera une nouvelle oeuvre éditoriale – numérique – sur l’oeuvre – imprimée, le TD – ds une sorte de mise en abyme des principes d’organisation de la connaissance énoncés dans le Traité de documentation.  En nous appuyant sur les différents niveaux de granularité en partant de l’unité textuelle de la fiche bibliographique – le « biblion » chez Otlet – nous visons à recontextualiser l’oeuvre dans sa genèse et ses prolongements historiques au sein d’une nouvelle économie de navigation et de lecture numérique. De manière à produire non seulement un texte augmenté, mais aussi un texte décomposé en documents, susceptibles d’engendrer de nouveaux enrichissements, organisations et modélisations.

Venons-en au fait, resituer cette entreprise avant-gardiste de l’histoire de la documentation dans le contexte culturel qui l’a vue naître.


Paul Otlet, un « entrepreneur » du savoir : vers une nouveau paradigme du document

HyperOtlet, hyperdocument, hyperdocumentation : on l’a vu, Paul Otlet n’a de cesse de nous dire que le document n’est pas une unité isolée, fermée, clôturée sur elle-même, il fait partie d’un tout – le livre n’en étant qu’une des parties – dont les ramifications ne cessent de croître, et s’étendent toujours au-delà.

C’est exactement ce que fut cet homme de progrès qui a toujours vu au-delà, plus loin et toujours plus grand, un homme de réseaux qui pensait à l’échelle du grand tout, du monde, « L’homme qui voulait classer le monde » ainsi que le nomme si justement Fançoise Lévie dans la biographie et le documentaire passionnant qu’elle lui consacre en 2002 et 2006 [dont vous voyez la couverture ici]. Sur sa tombe, on peut lire cette épitaphe qui lui rend magnifiquement hommage :

« Il ne fut rien, sinon mondanéen. »

Télétransportons-nous à présent en Belgique très exactement 150 ans en arrière en 1868, à l’aube de la seconde révolution industrielle, date où naît cet internationaliste, pacifiste et féru d’innovation, qui va mourir en en 1944 juste avant la fin de la 2ème Guerre Mondiale. En effet, on ne peut pas comprendre le rôle majeur qu’a joué Otlet dans la fondation de la documentation comme science et l’émergence du métier de bibliothécaire (– documentaliste) sans le replacer dans l’effervescence de son époque, le tournant du XIXe, une époque riche en idéaux et en inventions techniques et scientifiques.

Fils d’un riche industriel et sénateur belge, surnommé « le roi des tramways » (pour avoir fait fortune dans les « réseaux » ferroviaires), juriste de formation, mais peu intéressé par le monde des affaires, il se prend de passion pour la bibliographie, qu’il va partager avec son ami et aîné Henri Lafontaine avocat, pacifiste et internationaliste comme lui, (il recevra, ironie du sort, le prix Nobel de la paix en 1913 à la veille de la 1ère Guerre Mondiale).

Il faut donc se transposer dans une époque marquée par la foi du positivisme dans le progrès scientifique, les inventions techniques, qui vont de pair avec une industrialisation de l’information à l’aube de la société de l’information naissante.

On assiste en effet au début du XXe siècle à une accélération de la production documentaire, à la prolifération des supports (photographie, phonographe, téléphone, cinéma), à la diversification des formes (livre, revues, journaux, etc.). C’est dans ce contexte que Paul Otlet va créer de nouveaux instruments d’organisation des connaissances à l’avant-garde de la modernité d’abord pour les répertorier et ensuite être en capacité de répondre à la croissance exponentielle des publications.

C’est une époque aussi, ne l’oublions pas, qui fut riche en utopies autant sociales politiques qu’urbanistiques (on pense à Fourrier ou à le Corbusier), marquée par les débuts du mouvement féministe – dont La Fontaine est aussi, avec sa sœur Léonie, l’un des pionniers – et la montée de l’internationalisme pacifiste qui voit dans l’accès à la connaissance un ciment de paix entre les hommes. La bibliographie y trouve parfaitement sa place, loin d’être une simple affaire de recension pour ces deux hommes, c’est tout autant un instrument scientifique pour unifier l’ensemble du savoir mondial qu’un outil idéal pour favoriser la diffusion du savoir et la fraternité entre les peuples.

Paul Otlet apparaît donc comme un homme de progrès, il n’est pas isolé dans son époque, tout le contraire. Aux côtés de son compagnon de route Henri Lafontaine, Paul Otlet se situe ainsi au sein d’un ensemble d’acteurs et réseau de documentation international à un moment d’effervescence pour les bibliothèques et la documentation. Melvil Dewey, Eugène Morel. Tous contribuent à l’émergence du concept de la documentation et la professionnalisation d’un nouveau métier.

Malgré tout le génie personnel d’Otlet, ses idées ont pris forme à un endroit et à un moment particuliers, souvent en étroite collaboration avec ses contemporains. Les travaux d’Otlet ouvrent une fenêtre sur une lignée plus large et largement négligée de réflexions du XXe siècle sur les possibilités d’un monde en réseau.

HG Wells, écrivain britannique de science-fiction et militant social, rêvait de construire un cerveau mondial; L’Allemand Wilhelm Ostwald, chimiste lauréat du prix Nobel, aspirait à construire un nouveau et vaste «cerveau de l’humanité»; Le sculpteur excentrique Hendrik Andersen et le célèbre architecte Le Corbusier ont tous deux travaillé avec Otlet à la conception d’une ville mondiale pour abriter un nouveau gouvernement mondial doté d’un référentiel d’informations en réseau dans son épicentre.

Leurs travaux ont précédé – et préfiguré – les travaux d’innovateurs anglo-américains tels que Vannevar Bush, Douglas Engelbart, Andy van Dam, Ted Nelson et Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web. Pourtant, les contributions de ces pionniers européens ont été largement ignorées dans l’histoire conventionnelle d’Internet, qui s’est presque exclusivement concentrée sur les contributions des inventeurs anglo-américains de l’après-seconde guerre mondiale. Le travail d’Otlet et de ses contemporains nous invite à élargir nos horizons au-delà du domaine de l’informatique.

La science de la documentation : fonder « la documentologie« 

C’est dans ce contexte que Paul Otlet se situe avec ses contemporains, comme Melvil Dewey, Eugène Morel à un moment d’effervescence pour les bibliothèques et la documentation au sein d’un réseau de documentation international très actif. Non seulement pour participer à l’émergence d’une « pensée » du métier. Mais plus décisif encore à la reconnaissance de la documentation comme une discipline scientifique à part entière avec ses méthodes, son système de classification, ses concepts, sur le modèle d’organisation et de classement des sciences et techniques hérité des philosophes des Lumières et consolidé par le positivisme du 19ème : En somme une entreprise d’organisation des savoirs dont l’objectif est de fonder l’acte de naissance de la science de la documentation, ou pour reprendre la terminologie utilisée dans le TD : 

« La Bibliologie ou « Documentologie » qui sont les Sciences du Livre et de la Documentation ».

Il écrit dans le TD :

« Nous avons besoin maintenant non plus seulement de Bibliographie, description des livres, mais de Bibliologie, c’est-à-dire une science et une technique générales du document. »


L’utopie du livre universel

Classer tous les savoirs du monde dans un lieu unique et centralisé, Cette entreprise, colossale, à laquelle Otlet a voué sa vie et qui finira par le déborder, c’est, ainsi que le dit si justement Yves Alix, une entreprise née d’une utopie, celle :

« d’un unique livre, « le livre universel », constitué de tout le savoir de toutes les bibliothèques, rendu intelligible par le classement et la bibliographie, et accessible à toute la communauté, y compris à distance. Idéal d’un savoir totalement identifié, nommé, classé et maîtrisé, le rêve babélien de la bibliothèque unique et universelle.»

A cette question qui obsède le documentaliste, comment répertorier tous les savoirs du monde ? Paul Otlet apportera 4 réponses majeures, c’est ce que j’ai appelé « la méthode Otlet ».

  • Comment classer, organiser, identifier tous les savoirs du monde ?

Par l’élaboration d’un système de classification, la CDU largement inspirée de la classification Dewey contemporaine de son temps, qui s’accompagne de la création d’un Office international de bibliographie (OIB) fondé en 1895 à Bruxelles et dont la vocation est de faire reconnaître l’information comme discipline scientifique. [Voir schéma : Visualisation graphique CDU]

  • Comment et où en garder la trace ?

Par la création d’un « Répertoire bibliographique universel » (RBU) dont le but n’est rien de moins que de :

« cataloguer intégralement la production bibliographique de tous les temps, de tous les lieux, sur toutes matières et tous supports ».

Un gigantesque et novateur répertoire que l’on peut considérer comme un ancêtre de Google ou Wikipédia à l’époque du papier, préparant ainsi l’avènement d’un réseau d’information mondialisé. [Voir Illustration : comment Otlet envisageait les mécanismes de télétransmission] En 1897, 3 ans après sa création le Répertoire comprend déjà un 1,5 million de fiches ! C’est l’acte de naissance de la petite fiche bibliographique que certains d’entre nous ont connu dans leur enfance… ;-), autrement dit en anglais les « data records » qui assurent la structuration des métadonnées. [Voir Illustration : le travail de constitution du RBU et le répertoire qui a été conservé].

  • Comment fonder les règles de la science de la documentation, et du document ?

Par un Traité de documentation !

  • Comment exposer, partager toutes les connaissances de l’humanité, mettre en réseau et relier tous les citoyens de la planète ?

Par l’inauguration Palais mondial en 1920 qui prendra plus tard le nom de le Mundaneum, une sorte de musée mondial du livre dont l’ambition est de réunir dans un même lieu toutes les connaissances du monde et ce sous toutes ses formes (livres, affiches, journaux venant du monde entier…) et à les classer selon le système de Classification Décimale Universelle (CDU).


Que reste-t-il de cette œuvre titanesque ? 

 

« Ce livre, commencé par un clair matin, s’achève précipitamment un soir aux ombres déjà lourdes […] Je le souhaite aux mains de mon petit-fils, l’autre génération. Ne pouvant en remettre le sort à mes compatriotes, je le confie à mes amis de toutes les nations : Décimalistes, Documentalistes, Humanistes, Mundanéistes ! »

Au moment où Otlet écrit ces lignes, il vient d’achever le TD, nous sommes en 1934, le Palais mondial est fermé sur ordre du gouvernement belge. En 1941, sous l’Occupation les collections du Mundaneum sont démantelées. Le vieil homme consacrera ses dernières forces à la création d’un « Otletaneum », fondation vouée à sa propre mémoire et répertoriant tous ses papiers personnels, brouillons et jeux d’épreuves compris. D’universel qu’il était à l’origine, son projet s’est réduit à bien peu de chose.

Après cette plongée dans l’histoire, retour au 21è siècle !

Tombé dans l’oubli durant près d’un demi-siècle, méprisé par ses contemporains à la fin de sa vie pour ses rêves de grandeur, l’héritage de Paul Otlet, va connaître un regain d’intérêt dans les années 90 où on redécouvre le génie visionnaire, avec lequel il avait anticipé les temps modernes de l’information, telle que nous la connaissons et pratiquons aujourd’hui. Au point qu’on voit à présent en lui le précurseur, pour ne pas dire le père de Google, Wikipedia, Gallica. (Allez comprendre les caprices de la notoriété posthume) …


Le Mundaneum « ressuscité » : réouverture en 1992…58 ans après la fermeture du Palais mondial en 1934

En 92, le Mundaneum renaît de ses cendres après moult tribulations et déménagements grâce à la ville de Mons (à proximité de Bruxelles) qui accueille ce qu’il reste des collections et du répertoire bibliographique. Aujourd’hui, le Mundaneum est un centre d’archives composés de collections documentaires telles que la presse, les affiches, les cartes postales ou encore des plaques de verre. En 98 il ouvre au public et retrouve son âme grâce à la scénographie de la salle d’exposition réalisée par les François Schuiten et Benoît Peeters dont l’univers surréel est à la mesure de ce projet titanesque. [Voir photos du Mundaneum de Mons ainsi que les illustrations des dessinateurs belges].


Qu’est-ce qu’on cherche ? Revisiter le Traité et son architecture de l’information

Retour sur le prototype de recherche et son architecture technique

Éditorialiser le TD

Dispositif de « livre augmenté » à partir du Traité de documentation, enrichi d’une documentation critique et illustré par les archives du Mundaneum.

Repenser le livre à l’heure des DH

  • Clôture
  • Navigation
  • Granularité
  • Lecture/écriture

Le TD se présente sous la forme d’un livre sur le livre fini et « fermé » semblable à une encyclopédie composée de plusieurs entrées organisées selon une architecture permettant, non seulement un niveau de granularité très fin, mais également un accès facilité à l’information.
Déjà, en 1911 dans L’Avenir du livre et de la bibliographie (page 291) Otlet postulait que :

«La division arbitraire en lignes et pages du livre dans son format actuel ne correspond pas à la présentation des idées. »

Le Traité de documentation n’échappe pas à ce constat, en tant que livre (assez dense) sa lecture linéaire n’est pas des plus aisée. C’est pourquoi notre projet vise à permettre l’élaboration de nouveaux instruments de lecture, de consultation, de circulation dans l’œuvre de Paul Otlet. Paul Otlet a rédigé l’essentiel de ce livre à partir de fiches, de ses cours ou travaux précédents. 

«La circulation de de la fiche permet la mise en présence de ces mondes, elle est comme système – une forme puissante de mise en ordre du monde.»
Delphine Gardey « Classer de l’archive à l’action » 2012

La réponse se trouve dans le TD lui-même qui contient déjà les possibilités de sa mise en « documents », ou « documentarisation » des différentes unités intellectuelles qui le composent.

Extrait de l’entrée 412.6 du TD

412.6 le système de fiches ou feuilles et le système des livres, fascicules ou registres. : La disposition sous forme de feuilles ou fiches mobiles qui ne soient pas fixées par brochage ou reliure, permet d’obtenir les avantages des trois principes suivants : 

a) Principe de la monographie. Chaque élément intellectuel d’un livre est (après avoir été sectionné de l’ensemble du texte) incorporé en un élément matériel correspondant. 

b) Principe de la continuité et de la pluralité d’élaboration. Alors qu’un livre est élaboré intellectuellement par un seul ou par quelques collaborateurs et arrêté après achèvement, les fiches permettent d’y travailler à un nombre illimité de personnes ; il ne doit jamais être tenu pour achevé. 

c) Principe de la multiplication des données. Pour faire figurer les diverses données sous les divers ordres de classement (par exemple les ordres idéologiques, géographiques, chronologiques, etc.), on en multiplie les fiches. 

  1. — Les fiches ou feuillets s’organisent en Répertoires, disposés en Fichiers ou Classeurs, avec disposition verticale avec l’intermédiaire de fiches divisionnaires ou de dossiers. 
  1. — La Classification décimale exprime des classes dans un ordre relatif et non dans l’ordre absolu de nombres consécutifs. Elle fait fonction de pagination pour les Fichiers et Classeurs. 6. Deux méthodes générales sont en présence : fiches (feuilles) ou livres (registres). La première repose sur la mobilité des éléments composés, la seconde sur leur fixité. En combinant le système des fiches et feuilles avec le principe monographique, on obtient une coïncidence parfaite dans le document entre l’unité intellectuelle et l’unité physique du support écrit, entre le sectionnement de la pensée et les sections du livre dans le concret. 

La vision d’Otlet s’inscrit dans une logique d’organisation qui dépasse le livre seul : il envisage une granularité qui va du point ou la lettre (« le biblion ») à une organisation universelle mondiale. 

Cette architecture de l’information permet une composition (synthèse) avec le livre, mais aussi une décomposition (analyse) du livre.

@mundaneum L’Organisation Mondiale de la Documentation. Encyclopedia Universalis Mundaneum n°8438

 


Un nouveau dispositif numérique : un outil d’édition scientifique critique

Transformer le TD en hyperdocument

  • Produire un texte augmenté par l’enrichissement apporté par une communauté d’experts, et un texte décomposé en documents

  • Reproduire le modèle conceptuel du document selon Otlet et l’appliquer au TD lui-même dans une architecture modulaire & interopérable

HyperOtlet et le découpage qu’il propose s’inscrivent dans ce modèle conceptuel. 

La mise en place de ce nouvel instrument de lecture passe par la réutilisation des idées de Paul Otlet et de ses écrits : livre en fiches, table de travail, connaissances liées.

Schéma d’organisation du prototype HyperOtlet1.0

 

Comment ? 

  • En se basant sur la version crowdsourcée disponible sur wikisource au format numérique (fac-similé, ebook, txt). 

  • En découpant le contenu selon la classification faite par Otlet avec une expression régulière en Python nous obtenons 641 fiches, une par entrée, soit autant d’ « unités intellectuelles ».
Exemple de décomposition du TD en arbre

 

 

 

Pourquoi ? 

  • Redocumentariser le TD dans le prolongement de son auteur visionnaire, dépasse le livre « fermé et fini ». 

  • Le découpage en fiches facilite de nombreux traitements algorithmiques : automatisés : reconnaissance des entités nommées (toponymes, patronymes, dates) (OpenNER project or Stanford NER tagger).

  • Permettre une annotation scientifique par l’équipe du projet et des membres d’une communauté épistémologique. Leurs commentaires comme des nœuds attenants à HyperOtlet. Un chercheur pourra ainsi commenter une entrée du TD

  • Utiliser le web de données liées pour recontextualiser le TD dans l’histoire longue des régimes du savoir en réalisant des liens avec d’autres entrepôts de données : documentation récoltée et centralisée dans un entrepôt OAI-PMH.

Par exemple relier une entrée du Traité de Documentation à une autre oeuvre de Paul Otlet (L’avenir du livre et de la Bibliographie, 1911).

Pour quel public ? 

Les publics visés par ce nouvel instrument de lecture, 

  • Chercheurs (construction d’une communauté épistémologique)
  • Profs et élèves en SIC et SIB
  • Publics du Mundaneum et curieux qui souhaitent explorer le TD.

Nos Outils 

Pour ce faire nous nous appuyons sur les infrastructures et outils numériques mis en place par la TGIR Humanum :

Ces infrastructures présentent l’avantage de fournir « clef en main » des services numériques pérennes et interopérables pour la recherche en SHS. 

Pour les traitements textuels, nous nous appuyons sur des bibliothèques Python ouvertes (nltk pour la textométrie, des expressions régulières (RE)  pour le découpage du Traité en fiches d’après la classification mise en place par Paul Otlet).

Le déroulement du projet

  • Mise en place d’un cahier des charges : convocations d’experts dans les humanités numériques.

  • Le livrable envisagé : une interface web basée sur le logiciel de l’Abécédaire des mondes lettrés, permettant une navigation ouverte dans le TD comme dans les contenus éditorialisés par notre équipe scientifique, stockées dans l’entrepôt de données http://hyperotlet-collections.huma-num.fr moissonable à terme par le protocole OAI-PMH (Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting) qui est un protocole d’échange de métadonnées.

Pour aller plus loin

Présentation du projet de recherche sur le site Enssib 

Carnet de recherche HyperOtlet

Bibliographie sommaire précédée d’une frise biblio-chronologique

« A la genèse de la Société de l’Information – Google Arts & Culture ». 2018. Google Cultural Institute. Consulté le 20 octobre.
https://artsandculture.google.com/exhibit/a-la-gen%C3%A8se-de-la-soci%C3%A9t%C3%A9-de-l-information/QQ8iak0D.

Alix, Yves. 2007. « L’homme qui voulait classer le monde ». Bulletin des Bibliothèques de Francehttp://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2007-02-0125-003.

Bibliographie Paul Otlet et la bibliologie. Colloque organisée par l’AIB à l’ULB en 2010. Consulté le 2 avril. http://www.aib.ulb.ac.be/otlet/.

Buckland, Michael. Paul Otlet Bibliography.  UC Berkeley School of Information.
http://people.ischool.berkeley.edu/~buckland/otletbib.html

Ducheyne, Steffen. 2009. « “To treat of the world”: Paul Otlet’s ontology and epistemology and the circle of knowledge ». Journal of Documentation 65 (2): 223‑44.

Fuëg, Jean-François. 2003. « Ordo ab chaos : Classer est la plus haute opération de l’esprit ». Transnational Associations Journal, nᵒ 1-2 : 29‑35. 
https://uia.org/sites/uia.org/files/journals/Transnational_Associations_Journal_2003-1-2_0.pdf.

Gillen, Jacques, éd. 2010. Paul Otlet : fondateur du Mundaneum : 1868-1944 : architecte du savoir, artisan de paix. Bruxelles, Belgique : Les Impressions nouvelles.

« Le belge qui a rêvé Internet ». 2018. France Culture. Consulté le 20 octobre.
https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/le-belge-qui-reve-internet.

Levie, Françoise. 2006. L’homme qui voulait classer le monde. Réflexions faites. Bruxelles : les Impressions nouvelles.

Levie, Françoise et Benoît Peeters. 2002. « The man who wanted to classify the world = L’homme qui voulait classer le monde = De man die de wereld in kaart wou brengen ». Memento Productions.

Manfroid, Stéphanie. 2012. « Innover ou anticiper ». Bulletin des Bibliothèques de France. http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-01-0006-001.

Otlet, Paul. 1934. Traité de documentation. Le livre sur le livre, théorie et pratique. Bruxelles, Belgique : Palais mondial.

Otlet, Paul, Benoît Peeters, Sylvie Fayet-Scribe, et Alex Wright. 2015. Le livre sur le livre : traité de documentation. Bruxelles, Belgique : Les Impressions nouvelles, DL 2015.

« Paul Otlet : le visionnaire de la bibliologie – Textes extrait du Traité de documentation – Le livre sur le livre ». 1988. Communication & Langages 78 (1): 92‑110. doi:10.3406/colan.1988.1075.

« Paul Otlet, l’homme qui inventa le Google de papier ». 2013. InaGlobalhttps://www.inaglobal.fr/histoire/article/paul-otlet-l-homme-qui-inventa-le-google-de-papier-8480.

Paul Otlet – Savoirs CDI. 2018. Consulté le 20 octobre. http://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/index.php?id=524.

Peeters, Benoît. 2012. « Paul Otlet. Le bibliographe rêveur ». Revue de la BNF 42 (3): 5‑12. https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2012-3-page-5.htm.

Rayward, W. Boyd. 1975. « The Universe of Information: the Work of Paul Otlet for Documentation and International Organisation ». 
https://www.ideals.illinois.edu/handle/2142/651.

Rayward W. Boyd and Van den Heuvel Charles. « Visualizing the Organization and Dissemination of Knowledge: Paul Otlet’s Sketches in the Mundaneum, Mons ». 2018. Envisioning a Path to the Future. Consulté le 20 octobre. 
https://informationvisualization.typepad.com/sigvis/2005/07/visualizations_.html.

Rayward W. Boyd and Van Veelen Ijsbrand. 1998. Documentaire réalisé pour la télévision néerlandaise : « Alle kennis van de wereld ».
https://ia802305.us.archive.org/28/items/paulotlet/dutchfilm_512kb.mp4

Robert, Pascal. 2018. « Le biblion et les substituts du livre – Théorie et pratique du dépassement du livre chez Paul Otlet ». Communication & Langages 184 (2):3-23. Consulté le 2 novembre. https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2015-2-page-3.htm .

Simioni Olivier et Aymonin David. 2010. « Bibliothèque et utopie  : Comment classer le monde… ». Conférence organisée par l’EPFL dans le cadre du Cycle de conférences et de lectures consacrées à l’Utopie à la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne.
 https://infoscience.epfl.ch/record/161544/.

Slavic Aida, Akdag Salah Almila et Davies Sylvie. 2013. Classification & visualization: interfaces to knowledge proceedings of the International UDC.  Seminar 24-25 October 2013, The Hague, The Netherlands, organized by UDC Consortium, The Hague. Würzburg: Ergon.

Stanescu, Chantal. 2010. « Paul Otlet et la bibliologie ». Bulletin des Bibliothèques de Francehttp://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0088-007.

Van Acker, Wouter. 2011. « Universalism as utopia: a historical study of the schemes and schemas of Paul Otlet (1868-1944) ». Dissertation, Ghent University. http://hdl.handle.net/1854/LU-1942681.

Wright, Alex. 2014. Cataloging the world: Paul Otlet and the birth of the information age. Oxford, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord: Oxford University Press.


Notes bibliographiques

[1] « On peut imaginer le télescope électrique, permettant de lire chez soi des livres exposés dans la salle « teleg » des grandes bibliothèques, aux pages demandées d’avance. Ce sera le livre téléphoté ». 243 LE LIVRE ET LEDOCUMENT- 243.54 Applications faites ou à envisager.

[2] « Ici, la Table de Travail n’est plus chargée d’aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas, au loin, dans un édifice immense, sont tous les livres et tous les renseignements, avec tout l’espace que requiert leur enregistrement et leur manutention, […] De là, on fait apparaître sur l’écran la page à lire pour connaître la question posée par téléphone avec ou sans fil. Un écran serait double, quadruple ou décuple s’il s’agissait de multiplier les textes et les documents à confronter simultanément ; il y aurait un haut-parleur si la vue devrait être aidée par une audition ». 52 LES PROBLÈMES DE LA DOCUMENTATION

[3]  Documentation et télécommunication : Schémas 1 et 2

@mundaneum- Documentation et télécommunication -1.
@mundaneum- Documentation et télécommunication -2.

[4] Roger T. Pedauque, 2006. Le document à la lumière du numérique, C&F éditions. Dans le processus de « redocumentarisation du monde », tout document doit être intégré dans un système documentaire qui permet de le retrouver, l’exploiter, le classer, et in fine servir de support à l’extraction de connaissances.

Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Coordination : Marcello Vitali Rosati, Nicolas Sauret, Carole Dely, Michael Sinatra, Fabrice Marcoux

23 janvier 2018 : Les circuits de la confiance dans l’environnement numérique.  Avec Chloé Girard & Jérôme Valluy.

Enjeux  : 

Les précédents cycles du séminaire se sont attachés à articuler la notion d’éditorialisation avec différentes pratiques de l’édition numérique, en questionnant tant la production et la diffusion des savoirs (archive, bibliothèque, édition savante) que le journalisme ou les grandes plateformes du web.
En éclairant de manière récurrente les liens entre espace, environnement et éditorialisation, ces séances sont venues interroger les travaux récents de définition et de conceptualisation de l’éditorialisation. Pour Marcello Vitali-Rosati, « l’éditorialisation désigne l’ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l’espace numérique. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier. » Lire la suite sur le site du séminaire.

La séance sera consacrée au texte de Louise Merzeau « Les fake news, miroir grossissant de luttes d’influences » (Ina Global, mai 2017), et à la question suivante : comment s’élabore la confiance dans l’environnement numérique ?

***
Continuer la lecture de Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi.

En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

Par ailleurs, la dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Les conditions de production et de circulation du document dans la société et la culture sont marquées par une complète recomposition de l’écosystème documentaire en termes d’édition, d’usages de lecture et d’écriture, d’acteurs, de modèles économiques et de cadre politique et législatif.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Des services vraiment orientés usager ? Méthodes de Design UX en bibliothèque – Retour sur la journée d’étude du Congrès ADBU 2016

Cet article est à paraître dans le prochain BBF en ligne.

Quel bibliothécaire n’a jamais rêvé d’offrir à ses usagers  des espaces, des services, des contenus, des interfaces et des relations de qualité pour donner sens à l’exercice de son métier ? Qu’est-ce que l’UX[1] , plus connu en français sous le terme énigmatique d’ « expérience utilisateur » ? Et comment améliorer l’UX de nos usagers peut-il aider la profession à changer la perception qu’elle a de ses publics et lui permettre d’imaginer des services plus en phase avec son époque ?

Tel n’en était pas moins l’horizon d’attente de la journée d’étude du Congrès annuel de l’ADBU[2] qui se tenait à Nice du 4 au 6 octobre et réunissait professionnels de l’IST, décideurs et éditeurs scientifiques, avec le pari audacieux et tenu d’en repartir avec des réponses tangibles.

Le public était au rendez-vous et les réactions nombreuses sur la twittosphère professionnelle. Inaugurée par Carole Letrouit et Nathalie Clot[3],  la journée thématique comprenait deux versants. Le 1er permettait de repositionner les méthodes de design de l’expérience utilisateur dans le contexte porteur de réorganisation fonctionnelle et de stratégie d’établissement. Le second restituait des applications concrètes de la démarche UX dans la conception évolutive des services avec des retours d’expériences français et étrangers et les « success stories » de la profession en la matière. Saluons tout à la fois le format court, le rythme rapide et l’enthousiasme communicatif des interventions proposées au public par des praticiens aguerris aux processus de conception de l’expérience utilisateur en bibliothèques, dont un bon nombre données dans la langue de Shakespeare. De fait, les méthodes liées à l’UX ont d’abord été popularisées en bibliothèque aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves à partir de 2005 et se diffusent aujourd’hui en France et ailleurs.

Quelles méthodologies de design UX pour les bibliothèques ?

Porteurs de cette « maturité » historique, Daniel Forsman[4], directeur de la bibliothèque de l’université de technologie de Chalmers à Göteborg en Suède et Andy Priestner[5], en charge du projet Future Lib de la bibliothèque de Cambridge au Royaume Uni, ont rendu compte des méthodologies de design conduites dans leurs bibliothèques. La mise en œuvre de la méthode Agile[6] dans la réorganisation de la BU Chalmers illustre parfaitement comment l’UX peut faire évoluer le management d’une bibliothèque.

Continuer la lecture de Concevoir l’expérience utilisateur en bibliothèque : pour quoi faire ?

Journées professionnelles BNF novembre – Les métadonnées en bibliothèques : offres, usages, innovations – 9 au 10/11

Le groupe « Systèmes & données » du programme Transition bibliographique et la BnF proposent deux journées professionnelles pour s’informer et innover.

Quels usages innovants des métadonnées des bibliothèques ?

Mercredi 9 novembre 2016
BnF, site François-Mitterrand, grand Auditorium

Organisée par le groupe « Systèmes & données », cette journée porte sur l’évolution des systèmes d’information et des portails documentaires exploitant les nouveaux modèles et formats de données.

Des acteurs du marché (éditeurs de SIGB, fournisseurs de métadonnées ou de ressources électroniques, etc.) et des bibliothécaires présenteront six expérimentations innovantes basées sur l’exploitation du modèle FRBR et du web de données, retenues parmi les candidatures à l’appel à communications. Le public aura la possibilité d’aller à leur rencontre dans un espace forum pour prolonger et approfondir leurs présentations. La fin de la journée sera consacrée à des présentations du projet DOREMUS et du projet Concordance de la Bpi.
Continuer la lecture de Journées professionnelles BNF novembre – Les métadonnées en bibliothèques : offres, usages, innovations – 9 au 10/11

Pour une science ouverte et éthique : Journée Open Access Lyon le 25/10 à la MILC, Maison Internationale des Langues et des Cultures

Dans le cadre de la semaine internationale du libre accès, l’Open Access Week,  #oaweek2016,  l’Université de Lyon organise une journée « Pour une science ouverte et éthique » à la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) avec la collaboration des bibliothèques universitaires de Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, l’URFIST de Lyon, l’Enssib, Persée, le laboratoire ELICO, la Maison de l’Orient et de la Méditerrannée, les bibliothèques Diderot de Lyon, de l’INSA et de l’Ecole Centrale de Lyon, l’Institut des Sciences de l’Homme et le CCSD.

Alors que l’Open Access continue sa progression et qu’il devient une réalité concrète pour l’ensemble des acteurs du monde académique, s’incarne sous nos yeux le concept de l’Open Science : des pratiques de recherches scientifiques dans un univers plus ouvert, adossé aux infrastructures numériques. L’Open Science ouvre la voie à de nouvelles manières de faire de la recherche et de la publier, plus partagées, plus collaboratives, plus transparentes, plus accessibles au citoyen. Plus que jamais, l’éthique est au cœur des questionnements et des débats. Elle se déploie sur l’ensemble du cycle de l’activité de recherche, depuis le moment de la production des données jusqu’à la publication et la valorisation de ses résultats. C’est précisément à cette question fondamentale, exacerbée par la généralisation des outils numériques, qu’est consacrée cette matinée.
Continuer la lecture de Pour une science ouverte et éthique : Journée Open Access Lyon le 25/10 à la MILC, Maison Internationale des Langues et des Cultures

Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ? 26 au 28 octobre – Colloque international à Paris

hn2016

LLe réseau des chaires ORBICOM et la Chaire UNESCO ITEN organisent un colloque international sur le thème «Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ?»  qui se tiendra du 26 au 28 octobre 2016 à Paris (#HN2016).

Le colloque s’inscrit dans le programme scientifique international Humanisme numérique initié par la Chaire expérimentale internationale UNESCO « Innovation, Transmission, Edition Numériques » (ITEN) avec Idefi-créaTIC (Initiative d’Excellence en Formations Innovantes), le réseau Sémantis, CECUA, l’Institut G9+ (l’interclubs informatique, télécoms, multimédia des anciens de grandes écoles) et en partenariat avec le réseau international des chaires Unesco-Orbicom, le Monde des Possibles et Cap Digital.

Ces 3 jours de colloque apporteront ses expertises et auront pour objectif :

  • de proposer ses lectures de l’évolution de l’écosystème numérique,
  • de fédérer un réseau de chercheurs au niveau international sur l’étude et l’observation des valeurs de l’humanisme numérique,
  • d’analyser plusieurs modèles (États-Unis, Europe, Asie,…),
  • de favoriser la communication entre les différents acteurs académiques, privés, institutionnels…

Continuer la lecture de Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ? 26 au 28 octobre – Colloque international à Paris

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Accueil

Partage des données de la recherche : quels impacts ?

Paris, 29 septembre 2016

Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences…

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014 le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de l’édition 2016 s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.

Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.

Continuer la lecture de Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Continuer la lecture de Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives

Laurent Soual connaît bien les bibliothèques. Autrefois conservateur des bibliothèques, aujourd’hui consultant en système d’information documentaire, il publie en 2015 aux Éd. du Cercle de la Librairie un ouvrage sur le livre numérique en bibliothèque et son avenir sous la forme d’un bilan. Procédant à une radiographie exhaustive des enjeux pour les bibliothèques publiques et universitaires, l’auteur propose un panorama salutaire dans un contexte mouvant et instable, tant au niveau technologique que juridique et économique. Plus d’une décennie après l’émergence du livre numérique sur le marché de l’édition, aucun modèle réellement stable, reconnu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre numérique, ne s’est encore imposé 1.

L’ouvrage fournira aux novices des repères indispensables et un excellent outil de formation pour la profession, dont le poids dans les débats d’avenir est vital pouroffrir une alternative à la diffusion massive et formatée de la culture par les monopoles industriels de contenus numériques.
En six chapitres, dont le dernier plus prospectif, l’auteur met à jour l’écosystème technique complexe du livre numérique, pose le cadre historique et législatif, souligne l’hétérogénéité de ses acteurs, dresse une typologie de l’offre en bibliothèque et envisage, en conclusion de l’ouvrage, quelles solutions d’avenir privilégier.

Le retard français

Un bref détour par les baromètres annuels 2 sur le marché du livre numérique suffit à nous convaincre du retard français 3. L’édition de livres numériques reste clairement un marché de nicheoù les éditeurs nationaux sont fragilisés par le poids des acteurs du web et les industries de contenus numériques. À l’échelle nationale, si l’on totalise 15 % de lecteurs numériques sur l’ensemble du territoire français, encore faut-il nuancer ce constat par la spécificité du lectorat qui relève de la catégorie de grand lecteur, numérique ou pas. Ainsi que le rappelle fort à propos l’auteur, la question de la lecture numérique se pose quoi qu’il en soit dans un contexte d’érosion structurelle del’édition4.

Pour autant, l’engouement que suscite le livre numérique ne se dément pas et s’explique par ses facilités de stockage et de mobilité, et son coût généralement plus faible. Les enquêtes d’usage relèvent d’ailleurs que la gratuité et la première expérience de lecture, en termes notamment de plaisir et de confort de lecture, sont déterminantes pour fidéliser le lecteur. La profession tirera profit de ces enseignements pour construire une offre de service réaliste, en phase avec les usages, et élever la voix dans les débats : la lecture numérique reste une lecture complémentaire, encore trop sporadique pour constituer un levier contre le déclin de la lecture, mais dont l’ergonomie des supports et la culture de l’accès libre sont capitales pour être adoptée par les usagers.

On reviendra ici sur les grandes étapes qui jalonnent l’introduction du livre numérique en bibliothèques et sur les contraintes qui retardent encore le potentiel de l’offre et des nouveaux usages pour les lecteurs de bibliothèques.

Chronologie du livre numérique


On connaît bien l’histoire du livre numérique : apparu à l’origine en bibliothèque à des fins de conservation du patrimoine pour les fonds anciens et précieux, le livre numérique ne s’organise en collection numérique que bien plus tard. À l’inverse, l’élan fondateur et visionnaire lancé avec le projet Gutenberg en 1971 par ­Michael Hart, pour constituer une bibliothèque virtuelle à partir de la numérisation des textes du domaine public, survient un peu trop tôt, avant même l’arrivée d’internet. Mais il marquera d’une pierre blanche la culture du libre accès au livre numérique, dont Gallica ou Wikisource ont été les premiers héritiers.

On sait que les acteurs des technologies du web ont joué un rôle de leader dans la croissance du marché de la lecture numérique sur liseuses et tablettes. On sait moins comment la transformation numérique de l’édition, et le moindre coût qu’elle génère pour les acteurs du livre, a rendu possible l’apparition d’éditeurs pionniers à qui l’on doit l’innovation de nouveaux modèles techniques, juridiques et économiques. Conscients de l’intérêt des nouvelles modalités de production et de diffusion pour la créativité de l’édition, ils s’organisent en coopérative d’auteurs pour publier en autoédition, ou se lancent dans des éditions tout numérique « pure players » sur le modèle du cofinancement. Parallèlement, le modèle de diffusion du livre numérique en libre accès prend son essor, qu’il s’inscrive dans le cadre juridique des Licences Creative Commons ou dans uneculture de l’innovation qui mixte les modalités d’accès, gratuit en streaming et payant au téléchargement 5. Ces nouvelles conditions de circulation du livre favorisent de nouveaux modes d’appropriation culturelle, y compris le téléchargement illégal qui concerne plus d’un tiers 6 des lecteurs, le plus souvent technophiles. Le modèle ouvert reste le plus attractif auprès de la grande majorité des petits lecteurs, pour lesquels la lecture n’occupe qu’une part anecdotique de la consommation culturelle. Pour la minorité des 10 % qui achètent au format numérique 7, des réticences s’observent dès que le seuil psychologique de 10 euros est dépassé.

Complexité de l’écosystème du livre numérique

L’écosystème du livre numérique est complexe. Tout lecteur qui s’est aventuré dans la lecture numérique le sait bien, et a fortiori le bibliothécaire, animé par la meilleure volonté pour proposer une offre de service crédible à ses usagers. Autrement dit, la connaissance de l’environnement technique du fichier numérique est indispensable pour construire la lecture numérique.

La question des formats et de leur hétérogénéité est essentielle ; elle conditionne entre autres les modes de lecture – en ligne ou en téléchargement – et d’accès, sur ordinateur ou dispositif mobile, connecté ou non. Parmi les formats les plus stabilisés 8, excepté l’historique format web HTML qui ne requiert aucun logiciel pour lire en ligne, la plupart des formats proposés à la vente – à l’exception des offres revendiquées « sans DRM » – sont la combinaison d’un fichier numérique et de logiciels de lecture et de gestion des droits numériques, les DRM9. La position hégémonique des grands acteurs des technologies sur le marché du livre numérique 10 est d’ailleurs étroitement liée à des stratégies économiques qui emprisonnent le lecteur dans un écosystème fermé où l’offre éditoriale et logicielle est couplée au support de lecture, et la notion d’interopérabilité et d’autonomie de l’usager entravée. De leur côté, les principaux constructeurs de terminaux mobiles entérinent un modèle technique où l’achat de matériel est couplé à des magasins d’applications dédiés 11. Côté usages, si les enquêtes confirment l’engouement des lecteurs pour les tablettes et la part croissante de la lecture sur smartphone, elles révèlent que la liseuse est de loin l’élue pour la qualité de l’expérience de lecture.

Autres points de tension : l’absence d’interopérabilité entre les formats de notices bibliographiques des catalogues d’éditeurs, l’Onix et celui des catalogues de bibliothèques, l’Unimarcqui oblige à rediriger les usagers sur l’interface web du fournisseur et à enrichir les Opac par des web services facturés par les éditeurs. Mais au-delà d’une question de divergence de formats entre le monde de l’édition et des bibliothèques – appelée à se résoudre par la mise en place de passerelles entre catalogues avec la généralisation du protocole OPDS ou le modèle conceptuel FRBR de données bibliographiques adapté au web sémantique –les écueils rencontrés par les bibliothèques tiennent surtout à un manque d’intérêt économique des gros acteurs de l’édition numérique pour les besoins des collectivités publiques.

Acteurs et dispositifs d’accès au livre numérique 

L’hétérogénéité des acteurs du livre numérique, dont l’auteur tente une typologie, ne simplifie rien. Les rôles classiques de la chaîne du livre imprimé répartis entre éditeur, distributeur ou agrégateur, libraire et bibliothèque, se brouillent dès lors que s’intercalent les nouveaux prestataires d’entrepôt numérique qui cumulent plusieurs rôles. L’infrastructure technique nécessaire conduit les éditeurs à passer par des plateformes de distribution de livres numériques, constituées en réalité à leur initiative, tel Eden Livres pour les éditions Flammarion, Gallimard et La Martinière. Certains éditeurs deviennent distributeurs, comme Hachette, et certains distributeurs deviennent librairies, comme Numilog, ePagine ou Immateriel.

L’accès au fichier depuis la notice de l’éditeur est stocké dans l’entrepôt – d’où il sera téléchargé ou lu en streaming par le lecteur – et géré directement par le distributeur qui assure les flux comptables et de métadonnées. La majorité des distributeurs s’appuient sur des dispositifs de gestion de flux comme le Hub ­Dilicom, le service interprofessionnel des libraires 12 et des distributeurs – d’accord pour mettre en commun leurs catalogues dans le fichier exhaustif du livre de Dilicom, le FEL. L’objectif est de proposer un seul accès pour connecter l’ensemble des partenaires.

Le rôle dévolu aux bibliothèques, lui, reste encore en devenir ; certes, un nouveau modèle économique a été lancé avec les premières expérimentations de plateforme de prêt numérique en bibliothèque (PNB). Bibook, la plateforme de prêt numérique du réseau des bibliothèques grenobloises, et la solution d’Archimed pour les villes d’Aulnay sous-Bois, Levallois, Montpellier et Paris en sont des exemples. Fruit d’un montage subtil né de l’association entre plateformes de distribution de livres numériques 13 et éditeurs de logiciel d’interfaçage aux catalogues de bibliothèque 14 en partenariat avec les libraires, le service PNB s’appuie sur le Hub Dilicom. Mais ce modèle est encore loin de faire l’unanimité dans la profession qui dénonce un modèle économique onéreux à l’avantage des éditeurs, un contrôle excessif des usages verrouillés par les DRM, un modèle d’acquisition à l’unité, une limitation de l’offre éditoriale, l’absence de garantie quant à la pérennité des collections, voire le principe même du « prêt » numérique hérité du modèle et contexte de l’imprimé. Le service semble toutefois à l’auteur de cet ouvrage la solution actuelle la plus adaptée, moyennant des évolutions, pour concilier les intérêts des éditeurs, le rôle des bibliothèques, les attentes des usagers et la place des libraires dans la chaîne du livre.

L’absence d’un cadre juridique propre au prêt numérique ne facilite pas les accords entre éditeurs et bibliothèques, perçues comme une menace sur les ventes – bien que de nombreuses études invalident cette théorie de la « cannibalisation » – et l’instabilité de la TVA 15 ajoute au climat de défiance du marché. Si la loi sur le prix unique sur le livre numérique (PULN) de 2011 garantit une régulation du marché, elle ne règle pas la question de la rémunération des ayants droit. Seul le modèle de licence collective des droits numériques, tel qu’il est adopté en Europe du Nord et prévu dans le dispositif ReLire16, laisse présager une adaptation législative au livre numérique.

Largement détaillés dans les deux derniers chapitres, on ne reviendra pas ici sur les méandres de l’offre de contenus faite aux bibliothèques par tous les fournisseurs du marché confondus, allant de l’éditeur et du libraire aux agrégateurs spécialisés et pluridisciplinaires, selon une variété de modèles d’achat et d’accès qui a de quoi laisser perplexe.

Des recommandations ? Accords et dissensions au sein de la profession


Revenir en revanche sur les positions des associations de bibliothécaires et des pouvoirs publics permet d’envisager des dispositions plus adaptées à l’avenir du livre numérique en bibliothèques. Du côté des politiques publiques, on observe des initiatives de plus en plus marquées en faveur des acteurs du livre numérique et l’équilibre des rôles ; d’abord en 2012 par des préconisations émises par le CAS 17puis en 2014, suite au rapport IDATE sur l’offre de livres numériques en bibliothèques publiques, par la cosignature avec les associations professionnelles dedouze recommandations. Mais cecompromis entre les intérêts des éditeurs et les réalités des bibliothèques ne répond que partiellement aux attentes des professionnels, formalisées pour la lecture publique par le réseau Carrel et pour les bibliothèques universitaires par leconsortium Couperin18. Des points de divergence demeurent, notamment sur la question des DRM, la liberté d’usage des lecteurs, la portabilité des données et des accès, ou encore l’archivage pérenne des collections.

À ce stade, on ne pourra pas faire l’économie de solutions plus audacieuses pour assurer l’avenir du livre numérique en France et sa place en bibliothèque. Des modèles d’intégration plus harmonieuse existent : la création de Pretnumérique.ca par la société De Marque pour les bibliothèques du Québecrepose historiquement sur l’entente entre bibliothécaires, libraires et éditeurs ; les bibliothèques de Wallonie-Bruxelles bénéficient depuis peu non seulement d’un entrepôt numérique commun adossé au catalogue collectif, Samarcande, lui-même interfacé au PNB belge, Lirtuel.be, et au Hub Dilicom, mais aussi d’une politique d’acquisition gérée par une centrale d’achat en mesure de négocier les coûts. Rénover le cadre juridique19 et l’approche historique du droit d’auteur pour garantir de réels droits de lecture à l’usager et contrer la mainmise des industries du web, systématiser la négociation des droits d’acquisition à l’échelle nationale par des consortiums d’achat pour réduire les coûts, privilégier les technologies ouvertes inter­opérables pour interfacer les systèmes entre tous les acteurs de l’écosystème du livre numérique, repositionner enfin la bibliothèque comme actrice et non simple prestataire de la transition numérique, ce sont là autant d’opportunités qu’il serait dommage de ne pas saisir au vol.

Le compte-rendu de cet ouvrage est également publié dans le numéro 7 du BBF, 2015.

Notes

[1]Encore faut-il nuancer ce constat à l’échelle internationale par certains exemples de réussite synthétisés dans le dernier chapitre du livre, et dont on retrouvera le détail dans la série des billets d’enssibLab consacrée aux modèles de prêts numériques en Europe et outre-Atlantique.http://www.enssib.fr/recherche/enssiblab/les-billets-denssiblab

[2]Citons entre autres le 4e Baromètre sur les usages du livre numérique – publié conjointement par le SNE, la Sofia et la SGDL en 2014 –, l’enquête menée par Hadopi en 2014, ou encore celle de l’Ifop sur les usages du livre numérique.

[3]Avec une part réduite à 3,1 % du chiffre d’affaires de l’édition en 2013 contre 20 % aux USA, et ce, malgré l’observation d’une croissance significative de 1 à 2 % l’année suivante.

[4]Ainsi que le souligne l’auteur, « on achète de moins en moins de livres en France, même si les grands lecteurs achètent de plus en plus souvent du numérique… ».

[5]C’est le cas notamment d’OpenEdition Books, la plateforme d’OpenEdition dédiée au livre numérique.

[6]Cette évaluation date de l’enquête d’usages de l’Ifop 2014.

[7]Idem.

[8]D’après une étude récente, c’est le format propriétaire des liseuses Kindle d’Amazon qui arrive en tête du marché du livre numérique, loin devant le format ouvert Epub et le standard d’origine, le PDF.

[9]Les Digital Rights Management sont des techniques de protection préconisées par la loi DADVSI de 2006 sur le droit d’auteur. La protection DRM est gérée par le logiciel Adobe qui contrôle l’accès au fichier numérique en imposant à l’usager la création d’un compte nominatif pour le déverrouiller.

[10]Catherine Muller, « Pratiques de lecture et nouveaux supports numériques : des évolutions convergentes ? », BBF, n° 6, 2011. En ligne : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-06-0122-008

[11]Apple et Google imposent sur ce marché leurs systèmes d’exploitation, IOS et Android, respectivement couplés à Apple Store et Android Market. Sur le même principe, plus récemment, Microsoft propose Windows Store.

[12]Le service Dilicom assure ainsi aux libraires la mise à jour de leurs catalogues et facilite le traitement de leurs commandes.

[13]Par exemple Feedbooks et ePagine.

[14]Par exemple la société québécoise De Marque et la société Archimed.

[15]La hausse de la TVA à 20 % en mars dernier a fait l’objet d’une campagne virulente des acteurs du livre orchestrée par le SNE pour défendre l’identité du livre numérique contre son assimilation par la Commission européenne à une prestation de services.

[16]Encadré par la loi de 2012 qui modifie le Code de la propriété intellectuelle, ce dispositif de gestion collective prévoit l’exploitation commerciale au format numérique des livres indisponibles du XXe siècle protégés par le droit d’auteur. La gestion du registre est sous la responsabilité de la BnF.

[17]Le Centre d’analyse stratégique du Gouvernement émet en 2012 des orientations pour les acteurs de la chaîne du livre à l’ère du numérique pour développer le livre numérique dans le respect des attributions respectives de chacun et avec l’ambition de répliquer à l’hégémonie des industries du web sur le marché.

[18]On citera également, pour le contexte universitaire et la recherche, les préconisations de L’Ebook dans l’EPUR : le livre numérique dans l’édition professionnelle, universitaire et de recherche, publié par le GFII en 2012 et librement disponible sous forme de Livre blanc.

[19]La demande d’une nouvelle législation fait du reste l’objet d’une mobilisation de la profession à l’échelle européenne. Citons la campagne menée pour le Droit de lire numérique par EBLIDA, l’European Bureau of Library and Documentation Associations, et la Charte des droits numériques du collectif WePromise.

Tags : Livre numérique, Prêt numérique en bibliothèques, PNB, Recommandations professionnelles,Bibook, DILICOM, Ebook, Marché du livre numérique, Modèle économique, PULN, TVA, ReLire, DRM,Lirtuel.be, Prêtnumérique.Ca, SNE, SGDL, Rapport IDATE, Couperin, Carrel, Laurent Soual

Parution de Lectures numériques – Une enquête sur les grands lecteurs aux éditions de la BPI

couv_parution_lecteursnum
https://books.openedition.org/bibpompidou/1862

LECTURES NUMÉRIQUES
Une enquête sur les grands lecteurs
Par Paul Gaudric, Gérard Mauger et Xavier Zunigo
Extrait depuis  le site d’OpenEdition.

Éditeur : Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Collection : Études et recherche
Lieu d’édition : Paris
Année d’édition : 2016
Publication sur OpenEdition Books : 24 février 2016


Quelles sont les incidences de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture ? Si celles qui affectent la production et la reproduction des textes ou encore leur distribution et leur conservation sont évidentes, qu’en est-il de leur appropriation ? Peut-on mettre en évidence de nouvelles manières de lire induites par la transformation de leur support ? Observe-t-on une métamorphose des goûts ? Voit-on apparaître des « hyperlecteurs » d’« hypertextes » ?  Lire la suite sur le site d’OpenEdition

Disponible sur le site de l’enssib sous Licence Creative Commons Logo creative commons, l‘intervention enregistrée de Xavier Zunigo (sociologue, directeur associé d’Aristat) dans le cadre la journée d’étude Bpi-enssib : Actualités de la recherche des bibliothèques du 31 mars 2015.

Référence bibliographique

GAUDRIC, Paul ; MAUGER, Gérard ; et ZUNIGO, Xavier. Lectures numériques : Une enquête sur les grands lecteurs. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2016 (généré le 02 mars 2016). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/bibpompidou/1862>. ISBN : 9782842462208.