Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Si la « culture de la donnée » existe depuis longtemps en bibliothèques avec des pratiques d’analyse et de mesure bien ancrées, la culture de la communication de ces données au public n’est pas du tout systématique, ni habituelle.

Pourtant, fournir aux citoyens les informations du secteur public constitue désormais une obligation légale pour les administrations, et ceci à l’échelle européenne (Directive européenne de 2003, transposée en droit français en 2005).

Cet accès ouvert aux données institutionnelles et publiques apparaît même de plus en plus comme un enjeu démocratique, et sa nécessité a été réaffirmée dans le cadre de la loi NOTRe, et plus récemment la loi Lemaire (ou loi pour une République numérique) de juillet 2016 pose le principe de transparence de toutes les données publiques communicables.

La notion de « données publiques » fait intervenir à la fois les conditions de production ou de collecte des informations (administration ou structure exerçant une mission de service public) avec la loi CADA, mais également leur degré de validation (il s’agit de documents finalisés, validés) (DUCOUMAU, 2015).

A l’occasion de l’organisation dans le département des Côtes d’Armor d’un « hyblab », rencontre inter-universitaire autour de l’open data, la bibliothèque départementale a saisi l’opportunité de libérer des données sur la récente plate-forme open data du conseil départemental.

Ces données ont été exploitées par l’un des ateliers du hyblab. Une expérience inédite pour la bibliothèque départementale qui amène un certain nombre de remarques et d’interrogations sur l’exploitation de ces données d’une part, mais aussi, surtout, sur le travail de fourniture de données qui a été mené.

1 Cadre de l’exploitation des données

1.1 Le principe de hyblab

Depuis 2013, l’association Ouest Médialab, qui a pour vocation d’accompagner les acteurs des médias et de la communication dans leur expérimentation de nouvelles pratiques numériques (utilisation de nouveaux outils numériques d’éditorialisation, mutualisation de ressources, développement d’applications autour de l’information), organise des rendez-vous réguliers appelés hyblabs.

Dédiés à des thématiques ciblées (archives, sport, datajournalisme…), ils ont pour but d’offrir, pour des équipes pluridisciplinaires d’étudiants, un terrain d’expérimentation autour de la datavisualisation, en exploitant les données de porteurs de projets qui sont associés. Une mixité de compétences et d’expériences originales, et de nature à booster la créativité des participants.

Les 24, 25, 26 novembre 2016, avait lieu le premier hyblab culture organisé en Côtes d’Armor. Un certain nombre de données étaient en parallèle libérées, toutes en lien avec la thématique culturelle.

Des organismes privés : journaux de programmation culturelle locaux (Cri de l’Ormeau, et Sortie de secours), quotidien (Le télégramme), radio locale (Radio active), ainsi que des organismes publics : Région (Accueil des tournages en Bretagne), Conseil départemental (archives, bibliothèque, grands domaines départementaux), Agglomération de Saint-Brieuc (bibliothèques) proposaient ainsi leurs données.

Face à ces porteurs de projets : des étudiants de Lisaa Nantes , Lisaa Rennes, et des étudiants d’Armor code. Des étudiants de l’ENSSAT de Lannion étaient aussi présents.

L’objectif, à l’issue de ces trois jours, était, à partir des jeux de données fournis, selon la terminologie habituellement employée dans ce type d’exercice, de « faire parler les données », « de raconter une histoire », quelle que soit la forme narrative choisie : création graphique, animation, cartographies, diagrammes… Une mise en ligne et une présentation en séance plénière à l’ensemble des participants clôturait ce travail.

S’agissant de la Bibliothèque départementale, la thématique de travail retenue était celle de l’impact de ce service sur le territoire, au regard des nouveaux découpages territoriaux notamment. (Sujet arrêté par la cellule open data du Conseil départemental en partenariat avec les organisateurs du Hyblab).

1.2 Le principe de « datavisualization »

Le principe de l’utilisation de « datavisualizations » était dès le départ mis en avant. Abrégé en « dataviz », ce concept, lié au traitement de gros volumes de données, décrit un mode d’exploitation de celles-ci , dans lequel on cherche à s’éloigner d’une analyse purement statistique, pour se rapprocher de la sémiologie graphique. Il va s’agir de « transformer la masse de données ouvertes de façon à rendre son exploitation intuitive et plus simple… et à fournir des visualisations facilement interprétables et les plus fidèles possibles à la réalité des données » (GOUIGOUX, 2016).

1.3 Rôle de la bibliothèque départementale

La BCA était associée au démarrage du hyblab pour expliquer les jeux de données qui avaient été fournis, et apporter des compléments d’information sur la bibliothèque départementale, ses missions, son cadre d’intervention.

En amont de cette rencontre, deux étapes ont marqué la mise à disposition des données : un travail préparatoire assuré par le chargé de mission open data du conseil départemental, pour sensibiliser l’équipe à l’intérêt de la fourniture de données, et aux contraintes techniques à respecter dans ce cadre, puis une étape de réflexion par rapport au choix des données, et aux dispositifs à mettre en place pour alimenter automatiquement le portail Open data.

2 Description des données

2.1 Mise en place du projet

Le Conseil départemental des Côtes d’Armor a fait le choix de créer son propre portail Open data en 2014, Dat’armor, destiné à recueillir les données de l’ensemble des collectivités costarmoricaines. Il est actuellement géré par la direction des systèmes d’information, et animé par un chargé de mission. L’ensemble des données mises en ligne sur ce portail sont téléchargeables facilement sous différents formats (XML, CSV, CSV Excel, JSON, Excel ).

Une API (application programming interface), élément de programme permettant à d’autres applications d’accéder aux données, est par ailleurs fournie.

Pour répondre aux contraintes de l’Open data, la première exigence pour la bibliothèque était de proposer des données brutes, correspondant aux données habituellement produites par le service. Dès le départ, par ailleurs, la définition des informations à mettre en ligne a été associée à la détermination d’un rythme de rafraîchissement à respecter.

La mise en forme des données et leur anonymisation si besoin, ainsi que l’adjonction de notes explicatives ont constitué, enfin, un dernier volet de ce travail préparatoire qui sera détaillé plus bas (2.2 Adaptation des données brutes).

Au final, ce sont 28 jeux de données qui ont été libérés par la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor, sous un régime de licence ouverte (droit d’utiliser, d’étudier, de modifier et de redistribuer les modifications) (BLANC, 2013).

Issus du SIGB, ces jeux de données correspondent aux statistiques de mesure de l’activité utilisées habituellement : volume de prêt, volume des collections, amplitude de la desserte).

S’y ajoutaient un travail de comparaison des collections documentaires des BDP bretonnes, réalisé par une étudiante en DUT dans le cadre de son stage à la Bibliothèque du Finistère (RUCHAUD, 2016), ainsi qu’un jeu de données portant sur les typologies d’emprunts par bibliothèque. La période couverte allait des années 1998 à 2015 (détail des données).

2.2 Adaptation des données brutes

Si la commande était de fournir des données brutes, celles-ci nécessitaient néanmoins d’être transposées pour pouvoir intégrer ce portail.

La première caractéristique de ces données brutes est qu’elles ne sont pas moissonnées directement. Issues du SIGB de la BCA, Aloès de la société Archimed, elles correspondent aux états statistiques résultats de requêtes dans la base de données adossée au logiciel.

Ces états statistiques sont eux-mêmes calqués sur l’enquête annuelle sur l’activité des bibliothèques menée par le Ministère de la Culture. La bibliothèque départementale conserve une archive des différentes éditions de ces statistiques, depuis 1998 pour certaines données, sous forme de tableur. Un bilan annuel est en outre réalisé, intégrant les différents indicateurs énumérés plus haut (2.1 Mise en place du projet).

Pour intégrer ces données au portail Open Data, plusieurs opérations étaient nécessaires :

  • Adapter leur mise en forme à celle attendue d’une matrice à deux entrées : il était dans ce but nécessaire de transposer les données, ce qui a été fait en utilisant de nouvelles feuilles de calcul pour isoler les différentes informations. Pour décrire l’état des collections, par exemple, les données portant sur les notices et sur les exemplaires, regroupées initialement, étaient éclatées en deux ensembles, l’un constitué par les données « notices », l’autre par les données « exemplaire », chacun constituant un jeu de données distinct.
  • Simplifier les tableaux jugés trop complexes et trop «jargonnant ».
  • Rédiger notes et explications pour accompagner les jeux de données.

Enfin, certaines données devaient être anonymisées : données issues des plate formes de ressources numériques et du gestionnaire de prêt de livres numériques, ainsi que les données emprunteur issues du SIGB.

Après nettoyage, les données étaient transmises au service open-data pour être publiées. Ces différentes étapes ont conduit à un éclatement en de nombreux jeux de données, qui au final, ont sans doute été d’emblée source de confusion pour des néophytes en matière de statistiques de lecture publique.

La distinction entre les notions de notices et d’exemplaires évoquée ci-dessus ne sont pas parlantes, par exemple : la différence entre les deux informations montre l’importance ou non des collections en multi-exemplaires, qui sont une caractéristique des BDP.

Ou encore la différence entre le prêt en BDP qui correspond plutôt à la notion de dépôt, et le prêt en bibliothèque municipale qui est un prêt aux usagers… Supports, types doc, documents désaffectés, facturés… toute une terminologie qui suppose une connaissance du fonctionnement des bibliothèques pour  être comprise, et les données exploitées avec pertinence.

3 Exploitation des données

3.1 Méthodologie adoptée

Dans cette base de données ouverte qu’est Dat’Armor, et alors qu’ils découvraient la notion de bibliothèque départementale, les étudiants travaillant sur la thématique « bibliothèque » (Théo Créno LISAA Nantes, Tom Agaesse LISAA Rennes, Guillaume Bonneau LISAA Nantes, « Kos Tic » Armor Code), dont les profils de formation étaient l’informatique pour les uns, et le design graphique pour les autres, devaient trouver trois éléments clés, qui leur permettraient de créer une trame de récit, puis un prototype graphique.

Dans un premier temps, après avoir analysé les données, la démarche était de proposer des associations pertinentes de datavisualisations, et d’extraire des éléments forts des jeux de données selon la méthodologie indiquée dans la figure 2 ci-dessous, en fonction des explications fournies par la bibliothécaire et le chargé de mission Open data, présents au démarrage.

Figure 2 Méthodologie (source MédiaOuest)

Figure 2 Méthodologie (source MédiaOuest)

Les éléments suivants étaient posés à l’issue de la première journée, brainstorming et post-it à l’appui :

  • Le document final s’adresserait aux usagers et aux bibliothèques du réseau, et permettrait de faire connaître des aspects moins connus de l’activité de la bibliothèque

  • Le nombre de communes desservies devait être mis en évidence

  • Le volume de documents était à exploiter

  • Existence de flux : prêts, acquisitions, désherbage

Des données ont manqué pour développer certaines pistes d’écriture qui émergeaient :

  • Nombre de livres empruntés par usager dans les bibliothèques municipales

  • Titres les plus empruntés (façon top 10)

  • Autres modes d’intervention de la BCA : Expositions, manifestations culturelles, animations, formations

  • Données budgétaires.

3.2 Livrable proposé

Un mini-site était en ligne à l’issu de ces trois jours, synthétisant les différentes datavisualisations réalisées, et destiné à offrir une lecture de l’activité de la BCA. (URL : https://hyblab.wanalike.fr/)

Cette représentation de nos données amène un certain nombre de remarques :

La Bibliothèque départementale, pour ne pas court-circuiter les bibliothèques, ne s’adresse jamais directement aux usagers de celles-ci, ceci étant, son rôle sur le territoire est forcément ignoré du grand public. Le positionnement des étudiants est intéressant : ils intègrent bien les deux niveaux d’usages dans leur public cible : celui des publics des bibliothèques, et celui des bibliothèques.

Les visualisations des collections (stocks ou flux) sont pertinentes, et renouvellent les outils habituels de représentation statistique.

Le diagramme circulaire ci-dessous montre par exemple la représentation des collections telle que nous la proposons (figure 3), et telle que les étudiants l’ont imaginée (figure 4).

Figure 3 Répartition des collections par type de document

Figure 3 Répartition des collections par type de document

Figure 4 : Datavisualisation des collections de la BCA par type de document

Figure 4 : Datavisualisation des collections de la BCA par type de document

Alors que nous travaillons sur une image hybride de nos collections, on ne peut que constater le poids historique du livre. On pourra noter aussi que le premier mode de représentation utilisant les pourcentages, alors que le deuxième utilise la proportionnalité, la perception que l’on a des informations n’est pas tout à fait la même, la seconde représentation noyant encore plus les supports autres que le livre. Sa lecture est par contre certainement plus ludique et marquante que celle du diagramme circulaire.

Les datavisualisations mettant en regard flux entrée et sortie (acquisitions et désherbage) sont efficaces elles aussi, pour montrer le travail d’ajustement et d’enrichissement de nos collections.

Deux indicateurs sont proposés côte à côte, l’un représentant les acquisitions, l’autre le désherbage, avec, détaillés, les pourcentages correspondant à chaque type de document (Livre jeunesse, livre tout public, cd ou dvd), la comparaison des deux valeurs met en évidence un accroissement des collections.

Figure 5 : Datavisulation des flux "Acquisition et désherbage"

Figure 5 : Datavisulation des flux « Acquisition et désherbage »

Les éléments permettant de sensibiliser à l’étendue de la desserte sur le territoire faisaient intervenir à la fois des valeurs repères : nombre de communes desservies (256) et nombre moyen de documents déposés par commune (768).

Pour montrer la variabilité de la desserte, en fonction des demandes des communes, trois « bibliothèques témoins », incarnant des volumes de prêts minimums ou maximums et intermédiaires étaient repérées sur la carte des Côtes d’Armor. Au survol de la souris, un petit cadran devait s’animer pour afficher un pourcentage par rapport à cette valeur moyenne, animation qui n’a pas été finalisée faute de temps.

Figure 6 Datavisualisation de la desserte

Figure 6 Datavisualisation de la desserte

3.3 Valeur ajoutée pour la bibliothèque

Au terme de ces trois jours, ce n’est pas tant l’exploitation des données qui est intéressante, mais plutôt l’expérience de leur utilisation dans un tel cadre.

Le bilan est positif pour la BCA : expérience innovante, valorisation comme fournisseur de données, échanges professionnels, et pour les étudiants : mise en situation professionnelle, apprentissage par la pratique, expérience de conduite de projet.

Si les datavisualisations ne sont pas exploitables en l’état, elles ont le mérite de faire réfléchir aux représentations traditionnelles proposées dans nos tableaux de bord statistiques, et de nous rendre vigilants sur l’exploitation qui pourrait être faite de nos données. Il paraît important notamment d’apporter plus de soin à la sélection des jeux de données et de les expliquer davantage.

Comme l’indique Jean-Philippe Gouigoux « la richesse est plus dans les liens entre les données que dans les données elles-mêmes » (GOUIGOUX, 2016).

Il pourrait être très intéressant de croiser nos jeux de données avec ceux des bibliothèques du réseau, pour par exemple avoir une vision en temps réel des « emprunts BCA » en cours dans les bibliothèques, ou avoir une photographie des titres les plus empruntés dans notre réseau, à la manière de la plate-forme de visualisation des données de la bibliothèque universitaire de Paris 8 : Prévu.

D’autre part, même si l’existence des normes DCAT depuis début 2016 doit permettre plus d’opérabilité et une meilleure précision de la forme précise des données publiées, il paraîtrait plus cohérent de pouvoir s’appuyer sur un pilotage national décrivant très précisément les données à mettre en avant.

La question de l’enrichissement de la base est certainement un des éléments de la pérennité ou non de ce type de portail open data, automatiser le versement des données sur le portail depuis leur source paraît un enjeu de réussite et de qualité déterminant.

Dernière remarque, inspirée par cette expérience, celle de la nécessaire complémentarité entre analyse rigoureuse, travail sur les données, et approche communicationnelle et infographique : nécessité d’adopter un regard critique sur les données, connaissances du contexte technique des données apparaissent dans ce cadre également importants.

65 % de la population disposerait aujourd’hui de données publiques ouvertes sur son territoire . Depuis juin 2010, après Rennes Métropole, Paris puis Montpellier en 2011, 70 collectivités se sont lancées dans un projet open data (JOST, 2016), des chiffres qui disent l’intérêt suscité par cette démarche, ainsi qu’un certain engouement.

Depuis fin 2016, 9 territoires, dont la Bretagne, ont été retenus pour expérimenter une ouverture encore plus large des données publiques (« ouverture par défaut » des documents administratifs dès qu’ils sont disponibles sous forme électronique, prévue par certaines dispositions de la loi Lemaire).

Pour les bibliothèques, penser l’interopérabilité des données bibliographiques, autre réservoir de données possibles pour l’Open data, apparaît comme un véritable défit pour les années futures et comme une évolution incontournable pour les catalogues. « Ouvert juridiquement et techniquement le catalogue s’inscrit [ainsi] dans la concurrence du web et cesse d’être un outil neutre de gestion des collections, pour devenir un outil de conviction et d’appel » (WENZ, 2016).

Pourtant, en dépit des potentialités extraordinaires de tels projets, il semblerait que la mise à disposition sous licence libre des données des bibliothèques permette de mettre en évidence un réel intérêt hors monde du livre pour les données d’usage des bibliothèques (POUPEAU, 2016).

Un constat qui ne peut que renforcer l’intérêt d’une démarche d’ouverture de données, pour démontrer, expliquer, ou au moins rendre visible l’impact économique, social et culturel des bibliothèques, alors que justement, l’advocacy (ADVOCACY, 2016) apparaît comme une valeur montante du paysage professionnel.

Le hyblab est relayé sur les pages « cultures numériques » de la Bibliothèque départementale.

URL : http://bca.cotesdarmor.fr/Default/retour-sur-le-hyblab-de-saint-brieuc.aspx

Références

Références bibliographiques complémentaires


Une réflexion au sujet de « Bibliothèques et Open data : retour d’expérience de la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *