Séminaire de l’ISCC du 9 janvier – La place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?

Lancé en 2010, le Séminaire de l’ISCC est axé sur les sciences de la communication, les industries et l’ingénierie des connaissances, le développement des controverses et le rôle de l’expertise scientifique, l’épistémologie comparée et, plus largement, les rapports entre sciences, techniques et société.

La séance du 9 janvier est consacrée à la place de l’usager dans les plateformes culturelles et médiatiques : question économique ou épistémologique ?
Elle se tiendra de 17h à 19h à Institut des sciences de la communication, ISCC.

Cette rencontre est ouverte aux chercheurs, enseignants, étudiants, journalistes et professionnels que motivent les enjeux de la communication et vise à affûter les problématiques, à susciter le débat et à développer les échanges interdisciplinaires entre personnalités de formations et d’horizons différents.

Résumé

Les différents modèles économiques actifs dans les plateformes culturelles et médiatiques fonctionnent grâce à l’usager, qui les nourrit de ses données, de ses avis, de ses connexions, etc. Structurantes dans un marché bi-face, celles-ci exploitent leurs membres jusqu’à en faire l’élément clef de leurs activités. Véritablement l’usager est au cœur de ces dispositifs. Cela doit nous conduire à questionner doublement cet état de fait, oligopolistique par ailleurs (GAFA vs BAT). À partir des modèles économiques à l’œuvre d’une part, pour mieux saisir comment l’usager est exploité et comment se crée la valeur ajoutée (financière ou symbolique) ; mais également à partir de l’usager, dont la figure est à la fois perturbée et magnifiée par la place que lui offrent les plateformes, sa définition est à revoir ou à manipuler avec une très forte distance critique.
Les plateformes de la firme chinoise Alibaba Group serviront de toile de fond pour traiter ces deux questions dans un contexte d’actualité.

Françoise Paquienséguy est professeur en sciences de l’information et de la communication à Sciences Po Lyon. Elle est responsable du pôle lyonnais de l’ISCC, et co-coordonne l’ANR OPensensing City qui s’intéresse aux usages et stratégies autour des données ouvertes métropolitaines. Elle est vice-présidente recherche de la Société française des sciences de l’information et de la communication depuis 2014. Ses travaux s’intéressent principalement aux usages privés des dispositifs numériques – et tout particulièrement aux plateformes chinoises –, à l’épistémologie qui les accompagne et développe une lecture critique des digital studies.

Discutante : Valérie Schafer, chargée de recherche CNRS, ISCC.

Informations pratiques

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

Inscription à leseminaire@iscc.cnrs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *