Atelier des Humanités Numériques ENS Lyon : Les interfaces (ergonomie, UX design, …)

Par Samantha Saïdi  · Publié sur le carnet de recherche de l’AHN le 17/10/2016 –

L’atelier des Humanités Numériques de l’ENS de Lyon réunit le premier mardi de chaque mois sur le site Descartes de l’ENS une communauté de recherche aux profils métiers variés œuvrant sur  la scène lyonnaise (documentalistes, bibliothécaires, éditeurs, webmestres, infographistes, développeurs, chercheurs 
en SHS) pour présenter leurs travaux en Humanités Numériques. L’objectif des ateliers est de partager les expériences, les avancées des projets et les besoins de formation, autant sur le plan des pratiques que sur celui des outils numériques.

La séance du  11 octobre 2016 avait pour objet les interfaces web des éditions, outils ou catalogues numériques… En effet, la plupart des participants à l’AHN, en tant qu’ingénieurs ou chercheurs impliqués dans des laboratoires de sciences humaines, ou d’autres structures de l’ENS de Lyon (BU, CDR), sur des projets de développement d’éditions numériques, ou de développement d’outils pour l’exploitation de corpus numériques (qu’il s’agisse de textes, d’entretiens ou de données prosopographiques), sommes confrontés aux limites imposées par un manque de savoir faire en design, en graphisme, ou parfois, en intégration front-end. Ce qui donne vie à des interfaces souvent peu heureuses d’un point de vue utilisateur, avec une navigation difficile et des problème d’ergonomie.

Il est vrai que notre temps et nos efforts sont plus concentrés à l’obtention de nos données (qui implique déjà des étapes de recherche, de numérisation ou de transcription), à la préparation de nos données (ce qui implique là des étapes de nettoyage, de formatage, et de structuration des données), et à leur exploitation ou mise en ligne (ce qui implique enfin de transformer les données, de concevoir les fonctionnalités d’exploitation et de parcours de corpus, et enfin de développer une interface). Ces différents caps à passer laissent parfois peu de temps, de compétences ou d’argent pour travailler avec des designers ou des graphistes professionnels.

Ces problèmes ont été largement abordés lors des journées du Symposium Digital Scholarly Editions as Interfaces qui ont eu lieu à Graz les 23 et 24 septembre, et dont nous vous invitons à retrouver les résumés d’interventions ainsi que quelques notes. De manière générale, vous pourrez retrouver beaucoup de ressources intéressantes dans la présentation de Piotr Michura (et de ses diapos) sur l’étude de l’expérience de lecture utilisateurs autour des notions de « digital reading », « hyper reading »,  « radial reading », « distant reading », « close reading », « learning assistance », « emotional responses », « engagement tools ». Lors de ces journées, beaucoup de débats ont eu lieu, notamment autour des efforts à consacrer aux données vs ceux à consacrer aux interfaces. La voie du milieu souvent évoquée, qui elle aussi faisait débat, c’est de mettre les interfaces au service des données en fonction des objectifs scientifiques ou patrimoniaux des chercheurs.

Pour revenir à la séance de l’AHN, s’étaient proposés à venir nous faire part de leur leurs expériences une ingénieure du laboratoire ICAR, Carole Etienne, et deux masterants du Master Architecture de l’Information, Djossè Tessy et Yannis Adelbost. De manière générale, chacun des participants à l’atelier a été invité à poser des questions après les trois présentations en nous faisant part de ses propres expériences.

Carole Etienne nous a présenté un travail de conception et d’évolution de l’interface de la Banque de données de corpus oraux, CLAPI, en fonction des publics visés et de l’objectif visé, ou comment passer d’une application orientée recherche à une application orientée enseignement?
« Comment passer d’une application orientée recherche vers une application orientée enseignement ? Quelle politique pour la gestion des interfaces ? »

Djossé Tessy, masterant en AI a effectué un stage d’architecte de l’information et UX Designer chez PMB Services et a abordé le sujet autour d’une application plus orientée « bibliothéconomie » en nous parlant du modèle FRBR et de l’ergonomie du logiciel de gestion de bibliothèque et centre de documentation PMB.
« Modèle FRBR et ergonomie sur le logiciel de gestion de bibliothèque et centre de documentation PMB »

Enfin Yannis Adelbost, masterant AI et chargé de projet numérique et culturel, nous a parlé de son expérience autour d’une interface pour des ressources numériques culturelles visant des publics variés à la Philharmonie de Paris. il a également improvisé au pied levé, une présentation de ce que permet le modèle FRBR, c’est à dire le RDA, et donc le RDF et le web sémantique. Il a parlé du Knowledge Graph et de l’importance de la structuration de données pour exister dans l’Open data sur les moteurs de recherche comme Google.

La séance suivante du 8 novembre est consacrée aux formats d’encodage XML et aux DTD. En savoir plus sur le carnet de recherche de L’Atelier des Humanités Numériques de l’ENS de Lyon.

Atelier Retour d’expérience : Formats d’encodage XML et DTD


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *