Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

1 Éléments de contexte

Quelques éléments de contexte permettent d’éclairer la mise en place de ce service et d’en mieux comprendre les tenants et les aboutissants : contexte de la lecture publique départementale, expérimentations passées autour du numérique et enfin, enjeux pour la bibliothèque départementale de cette hybridation des collections .

1.1 Contexte de la lecture publique départementale : évolution des missions et mise en place d’un nouveau portail

Depuis sa création en 1982, l’évolution de l’action de la Bibliothèque des Côtes-d’Armor (BCA) sur le territoire est conforme aux changements constatés à l’échelle nationale dans le rapport de l’Inspection générale des Bibliothèques de 2013 : décroissance du prêt de documents au profit d’autres services (formation, conseil, aide logistique à la médiation culturelle), évolution du périmètre d’intervention (disparition du seuil de population de 10 000 habitants).

La mise en place de la loi du 07 août 2015 portant nouvelle organisation du Territoire de la République accélère encore ce repositionnement de la bibliothèque départementale sur le territoire, en modifiant les contours de l’intercommunalité.

En 2016, le taux de desserte de la population dans ce département fortement rural est estimé à 85 %. Le taux d’informatisation des bibliothèques est moyen (estimé à 40 % en 2010), alors que le taux de professionnalisation est faible (10 % en 2016). Au quotidien, pour la BCA, ce sont 256 bibliothèques qui sont desservies directement par des circuits de navettes ou de bibliobus. Un réseau qui constitue un patchwork de lieux très disparates allant de tous petits points lectures à des bibliothèques troisièmes lieux, aux besoins documentaires très différents.

On peut également mettre en évidence une certaine disparité du maillage territorial avec des zones moins densément équipées en bibliothèques au centre et ouest du département. C’est dans ce contexte que le déploiement de ressources numériques a été pensé, saisissant l’opportunité de la mise en place d’un nouveau portail.

1.2 Pourquoi des livres numériques : proposer des contenus attractifs et un cadre légal pour le livre

Depuis plusieurs années des actions de sensibilisation au numérique ont été menées à travers l’offre de formations, à travers le prêt de liseuses et tablettes tactiles et à travers le financement d’abonnements à des ressources numériques dans des bibliothèques volontaires.

Il s’agissait, à travers ces différentes propositions, d’une première phase de test, destinée à mesurer les attentes du réseau et des publics.

Deux tendances se sont dessinées après ces premières propositions numériques : l’offre de contenus libres de droit, si elle suscitait l’intérêt au moment de la découverte des supports nomades, était rapidement boudée pour une demande de contenus en phase avec l’actualité éditoriale.

Les contenus numériques proposés dans les murs rencontraient peu de succès. Dans ces conditions, il était important que la BCA intègre des livres numériques dans son nouveau portail, pour relancer cette dynamique autour des outils électroniques mis à disposition des bibliothèques et offrir des contenus attractifs.

Au-delà d’une réponse à la demande de contenus, il s’agissait aussi d’offrir un cadre légal pour le prêt de liseuses préchargées avec des livres sous droits. Nous nous interrogions, enfin, sur l’opportunité d’utiliser le livre numérique pour relayer la politique d’acquisition en multi-exemplaires.

Pour répondre à ce triple objectif, le dispositif de prêt de livres numériques proposé dans le cadre de PNB (Prêt numérique en bibliothèque), qui sera décrit plus bas, nous paraissait offrir un certain nombre d’atouts : modularité budgétaire d’un modèle d’acquisition titre à titre pour commencer, permettant d’adapter le budget consacré aux e-books en fonction du succès de ceux-ci.

L’absence d’abonnement offrait par ailleurs, par rapport à un modèle de type bouquet, une liberté de constitution des collections qui se rapprochait des pratiques d’acquisitions des livres physiques. Le cadre logiciel existait, puisque le portail fullweb mis en place (Ermès de la société Archimed), pouvait intégrer un gestionnaire de prêt de livres numériques.

Les deux derniers éléments motivant le raccordement de la BCA à PNB étaient, enfin, le fait de travailler avec un libraire et le fait de participer, à travers PNB, à une dynamique nationale et ainsi d’en mieux percevoir les incidences.

1.3 De nombreux enjeux à intégrer

Pour compléter ce tableau dressant le contexte de la mise en place du service de prêt de livres numériques, la thématique des enjeux qui existent autour du numérique est importante à rappeler, notamment à travers les questions bibliothéconomiques, à travers les questions de politiques culturelles et enfin à travers les questions budgétaires qui peuvent se poser.

1.3.1 Évolutions des pratiques bibliothéconomiques

L’intégration des collections dématérialisées avec les collections physiques conduit à un certain nombre d’interrogations : sur la pérennité des collections physiques d’une part, sur la nature des missions des bibliothécaires d’autre part, qui voient leurs compétences remises en question dans une logique de gestion de collections orientée contenus et fortement liée à l’informatique.

Cette problématique était très présente au moment de la mise en place de ces nouveaux services territoriaux, en particulier dans le contexte administratif de la loi NOTRe, évoqué plus haut, où le numérique est ressenti dans un premier temps comme une menace.

Outre le distinguo collections physiques, collections numériques, la question se pose, dans un web qui est un modèle ouvert, de la place faite aux ressources gratuites (DILLAERTS, 2014), les pratiques professionnelles d’acquisition de ressources numériques se calquant sur les pratiques en œuvre pour le document physique, où la légitimité des documents est liée à leur appartenance aux circuits éditoriaux.

Après avoir expérimenté des contenus libres de droits et rapidement délaissés par les bibliothèques du réseau, le choix de ressources numériques s’est orienté vers des ressources payantes et présentant une certaine sécurité (présence dans d’autres BDP, négociées par le réseau CAREL).

1.3.2 Objectifs de politique culturelle

En termes d’objectifs de politique culturelle, la desserte du territoire en contenus culturels et d’information grâce au numérique, sans court-circuiter les bibliothèques, puisqu’elles restent le point d’entrée dans le dispositif, était une donnée importante à prendre en compte, dans un paysage culturel départemental hétérogène.

Outre cette thématique de l’accessibilité, celle de la formation au numérique était également bien présente à travers la volonté d’offrir un outil d’expérimentation des ressources numériques pour l’ensemble des professionnels et des bénévoles du réseau, et de renforcer ainsi leurs compétences numériques. Dernier objectif de politique culturelle qu’il est possible d’évoquer, la volonté de renforcer auprès des usagers l’image de la bibliothèque publique comme un acteur du numérique. C’était précisément l’objectif de la bibliothèque départementale, à travers la mise en place d’un nouveau portail, de se doter d’un outil augmentant sa visibilité sur Internet. Offrir des ressources numériques permettait ainsi d’affirmer l’engagement de la BCA dans une politique documentaire moderne et innovante.

1.3.3 Enjeux budgétaires

Les enjeux financiers autour du numérique ont néanmoins conduit à dégager une enveloppe budgétaire modeste, alors que ces nouveaux services étaient en phase de test, puisque la part des ressources numériques dans le budget a été de 4 % en 2015, et serait de 8 % en 2016.

Là encore, la question de l’hybridation se pose, dans la façon de traiter financièrement les ressources numériques, comme une entité parallèle à l’entité « imprimés », ou en les intégrant dans une autre entité budgétaire, celle du livre pour les ebooks par exemple, comme peuvent l’être les livres audio, en considérant le numérique comme un nouveau « support ».

2 Mise en œuvre du dispositif

Ce dispositif s’appuie à la fois sur un cadre technique bien particulier, et sur une stratégie de mise en valeur des contenus, et d’accompagnement qui seront détaillés un peu plus loin.

2.1 Construction du dispositif

Le schéma qui est proposé ci-dessous, qui décrit PNB dans le contexte particulier de la BCA, montre les différents « blocs » professionnels que l’on peut y distinguer : Bibliothèque et Entrepôt numérique, Plateforme de vente, Plateforme de distribution et éditeurs diffuseurs, avec une fonction de coordination dévolue à Dilicom.

Les différents acteurs de PNB (d'après H. ), contexte de la Bibliothèque des Côtes d'Armor juillet 2016

Ce modèle expérimental lancé en septembre 2012, bénéficiant du soutien du Ministère de la Culture, permet en effet d’associer les différents acteurs de la chaîne du livre, le hub Dilicom servant d’intermédiaire pour les différents types de transactions. Dans le cas de la bibliothèque départementale les livres numériques sont achetés sur la plateforme de vente en ligne Les libraires.fr de la libraire Gwalarn.

Les commandes sont transmises à Dilicom qui les redirige à son tour aux distributeurs concernés. Ceux-ci ouvrent les logs de connexion aux e-books, et renvoient, via Dilicom, les métadonnées des documents commandés qui sont le lendemain automatiquement intégrés au gestionnaire de prêt de livres numériques et au portail de la BCA.

Nous nous trouvons donc, comme pour le livre physique, dans un système d’achat au titre à titre, mais à livraison quasi immédiate, et où l’intégration des documents au portail ne demande aucune intervention des bibliothécaires, ni des administrateurs du portail (les métadonnées des livres numériques alimentent le catalogue) selon la configuration que nous avons choisie.

Si techniquement l’intégration des livres numériques nécessite peu d’intervention, la médiation pour mettre en valeur ces nouveaux contenus, est, elle, importante.

2.2 Axes de médiation en direction du réseau

Elément clé de cette proposition de service, la médiation en direction du réseau de bibliothèques s’est déclinée autour des trois axes suivants : la mise à disposition de supports nomades, la médiation sur le portail de la bibliothèque départementale, les actions d’accompagnement au déploiement de ces nouveaux outils.

2.2.1 Renforcement du prêt de liseuses

Pour banaliser le livre numérique, permettre à tous les bibliothécaires du réseau de pratiquer le téléchargement de livres numériques, et de maîtriser le maniement des supports nomades, il était nécessaire de renforcer le prêt de tablettes et de liseuses.

Les contraintes qui pèsent sur le livre numérique à travers la présence de DRM peut en effet être rédhibitoire, alors que les mesures de l’usage du numérique montrent que « c’est souvent le degré de plaisir et de confort de la première expérience de lecture qui fidélise le lecteur au numérique » (SOUAL, 2015).

2.2.2 Médiation sur le portail

L’utilisation du portail comme élément de médiation est en parallèle une donnée importante de ce dispositif de prêt de livres numériques.

Signalement

Grâce aux connecteurs, « briques logicielles » intégrées au portail, un système d’authentification unique permet l’accès en une seule fois à toutes les ressources en ligne. Leur présence permet par ailleurs d’optimiser le signalement des livres numériques : recherche fédérée (lorsque l’on cherche un titre d’ouvrage, par exemple, tous les documents existant à la BCA, dont le titre correspond à la recherche, sont proposés en résultat, ceci que l’on soit authentifié ou non), facettes (permettant de restreindre les résultats de recherche par types de documents, auteurs, éditeurs, présence ou non dans une sélection bibliographique), rebonds (possibilité de visiter d’autres pages du site à partir des résultats de recherche).

Si les connecteurs permettent d’améliorer la visibilité des contenus numériques, on peut noter au passage les problèmes d’harmonisation du catalogue provoqués par le livre numérique. En effet les notices fournies par les éditeurs ne pouvant être récupérées dans le SIGB de la bibliothèque il n’est pas possible d’assurer la même indexation ni le même dédoublonnage que pour les documents physiques (pas d’indexation matière, pas d’insertion de coup de cœur possibles notamment).

Pour les ebooks en effet, le dédoublonnage est fait à partir du portail, et de l’ISBN des livres numériques. Lorsque l’ISBN des livres numériques n’est pas renseigné, cela crée des doublons dans notre catalogue, sans intervention possible pour nous.

Editorialisation

Au-delà de leur signalement, la mise en valeur des livres numériques est liée à l’éditorialisation proposée sur le site (écriture de coups de cœur, sélections bibliographiques), qui permet en outre pour les usagers d’avoir une vision immédiate du nombre de documents disponibles dans une thématique de lecture donnée.

Services associés

Pour terminer, on peut noter que l’offre de services associés au livre numérique sur le portail dépasse celle qui est proposée pour les livres physiques : contribution au catalogue, possibilité de partage sur les réseaux sociaux, réservation de documents sont possibles pour tous supports, s’y ajoutent, pour les livres numériques, la consultation d’extraits, le prêt en ligne, la possibilité de prolonger ce prêt, services disponibles en continu.

Dernier outil de médiation offert par le portail, la création toute récente (août 2016) d’une newsletter, à destination des bibliothèques et des usagers, dont l’objectif est de communiquer sur les ressources numériques, mais aussi sur les usages dans le réseau, l’idée étant de proposer des zooms sur les bibliothèques avec une rédaction collaborative.

2.2.3 Accompagnement

La médiation aux ressources numériques s’est aussi faite, enfin, à travers l’accompagnement humain à la prise en main de ces nouveaux contenus Des formations sur site, sur l’ensemble du territoire, ou à la BCA ont été proposées, à la demande, ou inclues dans le catalogue de formation.

Elles permettaient de présenter l’ensemble du dispositif, et de pratiquer la création d’identifiant adobe, le téléchargement de logiciel de lecture et de livres, sur PC, sur liseuse ou sur tablettes. Si les retours des collègues ont été très positifs, ces formations nous ont aussi permis de mesurer la difficulté de ces différentes étapes pour arriver à la lecture numérique.

Enfin, l’accompagnement au dispositif porte aussi sur les dépannages, téléphoniques ou par mail, auxquels sont portés un effort particulier.

3 Bilan à 6 mois

Après quelques mois de recul, la mise en place de ce dispositif s’avère positive, du point de vue des acquéreurs, tout d’abord, parce qu’il permet de mieux appréhender les forces et les faiblesses d’un tel modèle, et de se projeter dans un fonctionnement futur. Pour les usagers, bibliothèques du réseau et usagers individuels, ensuite, les retours sont encourageants et enthousiastes, avec des statistiques d’usages qui restent cependant faibles.

3.1 Usages

Le service lancé au mois d’octobre 2015 n’a commencé à être utilisé de façon significative qu’au mois de janvier 2016, au moment où la médiation s’est mise en place et où étaient proposées les premières formations aux ressources numériques.

Début août 2016, 23 bibliothèques utilisatrices et 90 usagers représentant 53 bibliothèques différentes du réseau s’étaient inscrits (ce qui correspondait à un taux de 13 % environ des utilisateurs des services numériques). Le gestionnaire de prêt affichait 476 téléchargements à la même date. La prolongation était utilisée à hauteur de 4 % des transactions, et le retour anticipé concernait 17 % des transactions.

Si de grosses bibliothèques du réseau étaient représentées, de toutes petites structures, en fonction de la médiation qu’elles avaient faite, étaient aussi fortement présentes. Le catalogue numérique constitué de 79 titres, correspondait à une offre de fictions adultes relayant des actions de formation de la BCA : rentrée littéraire, feel good books, ou répondant à des surréservations de documents. Une sélection spécifique « été » mêlant nouveautés éditoriales et titres de longue traîne a été tentée au mois de juin 2016.

Les titres les plus empruntés (près de 20 téléchargements) étant ceux de la rentrée littéraire 2015 au moment où était fait cet état des lieux et ceux de la sélection de romans à suspense (plus de 10 téléchargements).

Titres les plus empruntés au 01 août 2016

Une fréquentation très modeste, mais son augmentation constante laisse envisager une montée en charge qui sera lente et dans laquelle la médiation sera très importante. L’évolution est néanmoins encourageante entre juin et août, par exemple, les statistiques de fréquentation du portail montrent une évolution marquée de la part de consultation des livres numériques (comme l’indiquent les diagrammes circulaires comparant les classements des documents entre juin et juillet).

Classement des documents par type de document, comparaison entre juin (période 1) et juillet (période 2) : (Source : Ermès, module de statistiques), Août 2016

3.2 Catalogue

Si nous nous intéressons, cette fois, aux contenus, et au catalogue de livres numériques proposés, les points suivants peuvent être mis plus particulièrement en avant.

3.2.1 Offre éditoriale

En ce qui concerne l’offre éditoriale et les acquisitions, nous constatons que, bien qu’estimée à 60 % de l’offre Grand public par Dilicom, elle correspondait plutôt à 50 % dans le cadre des commandes de nouveautés de littérature générale, voire 20 % dans le cadre des commandes relayant les réservations (best sellers).

Le travail de sélection cher aux bibliothécaires est certes possible dans PNB, mais néanmoins restreint à l’offre proposée par les éditeurs pour le prêt en bibliothèque. La gestion des commandes sur le mode collaboratif est lente à se mettre en place, du fait en grande partie de la grande diversité de licences proposées, faisant intervenir des variantes de formats, de conditions de prêts, de durée de droits, de conditions de partage (nous en comptions 24 différentes au moment où était fait ce bilan, comme l’indique le tableau proposé ci-dessous).

 Contexte de la bibliothèque départementale des Côtes d'Armor, moyennes de 79 titres comparés, août 2016 (total droits acquis = nombre de téléchargements totaux possibles)

3.2.2 Évaluation difficile

Il est difficile d’évaluer le coût du livre numérique, et de le comparer à celui du papier : les 79 titres achetés représentent 2765 téléchargements potentiels (en comptant une moyenne de 35 téléchargements par titre).

Si l’on rapproche ce chiffre des 2348 exemplaires physiques de romans achetés en 2015 à la BCA, cela peut paraître beaucoup. Par contre rapporté aux 40 000 exemplaires de romans « prêtés » (déposés dans le réseau) c’est une goutte d’eau. Si l’on essaie de comparer les coûts des livres papiers et numériques, le coût du livre numérique est de moins de 2 € (cf. tableau ci-dessous) en rapportant le prix du livre numérique au nombre d’exemplaires acquis, moins de 1 € si l’on prend en compte le nombre de téléchargements possibles.

Comparaison entre coût du livre papier et du livre numérique, moyennes calculées à partir de 79 titres

Encore faudrait-il pouvoir intégrer dans le prix du livre papier, le prix moyen du livre rapporté à son nombre d’emprunts sur un temps donné. Et même dans le cas où cette donnée serait calculée, ne faudrait-il pas intégrer aussi le coût de l’équipement des livres physiques, leur coût de catalogage, etc… ?

3.2.3 Dépendance aux métadonnées

En ce qui concerne le catalogue numérique : l’interfaçage de notre portail avec l’entrepôt numérique de notre éditeur de logiciel n’est pas sans poser question. Nous fonctionnons désormais avec deux « catalogues » parallèles qui ne font qu’un sur le portail, l’un issu du SIGB, l’autre des métadonnées transmises.

Pour l’usager, les connecteurs permettent une vraie hybridation des collections. Côté bibliothécaires, par contre, nous ne maîtrisons dans ce cadre aucune des données de catalogage de notre catalogue numérique, alimenté par les métadonnées des distributeurs, qui lorsqu’ils ne suivent pas les recommandations de la Commission de liaison interprofessionnelle du livre, créent des doublons (autorités auteurs, éditeurs), et perturbent les possibilités de recherche et de rebonds pour les usagers.

3.2.4 Pérennité des collections

Cependant, c’est surtout, la question de la pérennité de nos collections numériques qui se pose, puisque si PNB garantit la pérennité des données (SOUAL, 2015), la pérennité des collections, acquises pour potentiellement 4 à 6 ans, n’est pas garantie en cas de changement d’éditeur de logiciel, de libraire ou de plateforme de distribution.

3.2.5 DRM

Pour les usagers, enfin, outre les problèmes posés par la collecte de données liées aux DRM (BECK, 2015), la nécessité de création d’un identifiant Adobe pour pouvoir lire des livres numériques sous DRM adobe, et le fait de devoir posséder un logiciel de lecture pour lire les livres au format epub s’avèrent bloquants.

Là encore l’accompagnement mis en place pour ce service est très important : dépannage par téléphone ou mail, formations, tutoriels.

3.2.6 Dynamique positive

Dans le même temps, ce qui paraît très positif au terme de cette courte période de mise en place est la hausse de demandes de formations et l’intérêt suscité dans le réseau par les services numériques, livres compris, ce qui répond à nos objectifs de banalisation du numérique et d’amélioration des compétences numériques du réseau.

Les retours des bibliothèques sont positifs, certaines disent avoir inscrit des usagers grâce au numérique. Le fait de proposer un cadre pour le prêt de liseuses est apprécié, avec toutefois le regret exprimé parfois du caractère chronodégradable des livres chargés sur les liseuses, qui oblige à multiplier les téléchargements et transferts sur les liseuses.

A l’échelle de la BCA, la compréhension du dispositif est meilleure, permet d’adopter une attitude de veille sur les points évoqués plus haut et d’être prêt à défendre les intérêts de la bibliothèque en connaissance de cause. Le travail avec les différents acteurs du dispositif est positif aussi et donne le sentiment de participer à une aventure en train de s’écrire et d’en être acteur.

3.27 Évolutions possibles

Après cette phase de mise en place, la réflexion se poursuit, influencée par d’autres modèles de déploiement du numérique. L’exemple de la BDP de la Somme et de ses créations numériques Anuki en tête est très inspirant et correspondrait parfaitement à la dynamique d’animation et d’accueil d’auteurs impulsée par la BCA depuis de nombreuses années.

La recherche d’outils éditoriaux auxquels les bibliothèques du réseau pourraient participer, le portail mis en place ne nous permettant pas la souplesse que nous souhaitions sur ce point, est également une orientation possible.

Enfin, surtout, l’articulation avec les ressources libres est en réflexion : comment les repérer, comment en organiser la veille, comment les intégrer ? Tout un champ de réflexion peu défriché en lecture publique autour de l’hybridation des collections avec le libre (DILLAERTS, 2014), alors que la synergie entre ressources payantes et gratuites serait de nature à mieux répondre aux missions des bibliothèques : élargir l’offre de contenus, toucher de nouveaux publics, se positionner pour le libre accès.

Le bilan qui sera proposé après un an de fonctionnement permettra de mieux analyser l’utilisation de ce service, et de mieux mesurer les effets de la médiation numérique. Rematérialisation des ebooks par des marques pages Qrcodes, newsletter, enquête de satisfaction se mettront en place d’ici là. Une évaluation nationale du dispositif, début juillet 74 bibliothèques françaises participaient à l’expérimentation dont 9 BDP, apporterait également des informations utiles en terme de variantes possibles de fonctionnements : logiciels, plateformes de ventes, politiques d’acquisitions, médiation.

On peut noter d’ores et déjà que la dynamique mise en place à travers cette expérimentation modeste en volume (79 titres acquis), a des effets positifs : constitution d’un terrain d’expérimentation pour la lecture numérique, respect du cadre légal dans le cas de prêts de liseuses préchargées, élargissements des publics et des services proposés par les bibliothèques, montée en compétence de l’équipe de la bibliothèque départementale et du réseau, malgré les nombreux points de vigilance à surveiller : pérennité des collections, étendue de l’offre éditoriale, homogénéité du catalogue, coût du service.

Plus que jamais, le numérique interroge de nombreuses représentations de nos métiers : constitution des collections, innovation en bibliothèques, prise en compte des usagers, qualité du service public. Si l’offre éditoriale n’évolue pas, on pourra s’étonner de se trouver in fine dans un modèle très proche de celui des bouquets, avec certes une souplesse d’acquisition plus grande, mais une offre éditoriale très commerciale. A l’occasion de la campagne d’Eblida (Bureau européen des associations de bibliothèques, de l’information et de la documentation) pour défendre un « droit de lire numérique » en 2014, Vincent Bonnet (président d’Eblida) rappelait le rôle stratégique des bibliothécaires dans le paysage culturel, y compris numérique, de la façon suivante:

« Parmi les féroces luttes d’influence en cours au sein de notre société très largement consumériste, le bibliothécaire a pour mission première de combattre pour le maintien de l’accès public à l’information, à la culture, aux loisirs, à la recherche etc… Dans un monde où même la nature est évaluée en termes de capital, il en va de sa survie : la culture, les loisirs et l’accès à la connaissance depuis bien longtemps monétisés, ne doivent pas être soumis aux seules forces du marché, mais doivent encore offrir des lieux (physiques et numériques) non marchands dans lesquels un personnel qualifié et désintéressé met en pratique les notions de solidarité, de partage, de découverte et d’émulation. Un rôle à jouer pleinement pour les bibliothécaires » (BONNET, 2014).

Références

BONNET  Vincent (2014). Le métier de bibliothécaire en Europe.  Lectures, n° 184, janvier-février 2014, p. 94-100.

DILLAERTS Hans (2014). Quelle place pour les ressources numériques « alternatives » dans les bibliothèques publiques ? In : Poldoc : Quelles politiques documentaires en environnement hybride ?, 13 novembre 2014, enssib

GAUTIER-GENTES Jean-Luc (2013). Les Bibliothèques départementales de prêt indispensables autrement. Rapport de l’Inspection générale des Bibliothèques. 2013.

SOUAL Laurent. Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives. Éditions du Cercle de la Libraire, 2015

 

 

 


5 réflexions sur « Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne »

  1. Bonjour merci pour cet article. Dommage que les bibliothèques n’aillent pas jusqu’au bout du numérique en permettant un abonnement en ligne.

    1. Bonjour,
      merci pour ce retour.
      Oui c’est vrai… Là, en l’occurrence, si nous ne proposons pas ce service, c’est que nous ne sommes pas constitués en réseau informatique avec les bibliothèques que nous desservons. Du coup, proposer un système de formulaire d’inscription en ligne qui serait validé par les bibliothèques d’origine des usagers n’est pas possible. Rien n’empêche les échanges par mail, qui peuvent néanmoins permettre à des personnes ne pouvant pas se déplacer de s’inscrire…
      bien cordlt,
      H Bert

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *