Usages de HAL : une synthèse documentaire analytique et réflexive

Après un parcours universitaire en Études Anglophones et une expérience professionnelle en tant que médiathécaire à l’Institut français de Jordanie, Lola Biais est actuellement étudiante en M1 Gestion de l’information et médiation documentaire à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Elle s’intéresse en particulier à la production et à la circulation des savoirs à l’international dans le contexte de la science ouverte.


Ce travail a été réalisé dans le cadre de l’enseignement “Edition savante et communication scientifique” dont l’enseignement est assuré conjointement par Mme Anne-Laure Fischer, conservatrice des bibliothèques à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, et Hans Dillaerts, MCF en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 également.

Finalité de l’exercice

Écriture d’une synthèse documentaire analytique et réflexive (4-5 pages) de trois articles de recherche portant sur des questionnements en lien avec la science ouverte. Il s’agit d’un travail d’écriture et de rédaction personnelle qui devra proposer un regard analytique et transversal sur les trois articles retenus.

Les articles à analyser

Les articles sur lesquels votre écrit doit s’appuyer sont les suivants :


Au cœur du projet français de l’accès libre aux publications scientifiques se trouve la plateforme d’auto-archivage HAL. Créée en 2001 par le CNRS et administrée depuis lors par le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD), HAL est une archive ouverte pluridisciplinaire, publique et nationale. Les plans successifs pour la science ouverte (2018-2021 ; 2021-2024) la placent au cœur du dispositif national où son rôle est défini comme « central ».

L’auto-archivage des publications scientifiques correspond à la voie verte de l’ouverture des publications, à côté de la voie dorée (publication dans des revues ouvertes, avec frais de publication) et de la voie diamant (sans frais de publication). Si HAL est aujourd’hui connu de la majorité des chercheurs et institutions de recherche, on peut se demander quels en sont leurs usages et les perceptions.

Les trois articles de notre étude présentent les résultats d’enquêtes menés entre 2019 et 2021 sur les usages de HAL. La première enquête a été conduite par Émile Gayoso entre 2019 et 2021 lors d’un projet du Comité de suivi de l’édition scientifique (CSES). Elle propose une analyse comparée des usages de HAL et du réseau social académique Academia par les chercheurs au moyen d’une étude scientométrique et d’entretiens semi-directifs.

Les deux autres enquêtes ont été menées par Joachim Schöpfel dans le cadre du projet HAL/LO, qui analyse la valorisation sur HAL de la production scientifique des laboratoires.

La première enquête, quantitative, a été conduite en 2020 auprès de 62 unités de recherche de l’université de Lille et constitue une « étude explorative et préliminaire » (Schöpfel, 2020, p. 171). La deuxième enquête, menée en 2021 avec Éric Kergosien, Hélène Prost et Julie Barrié, fait suite à cette première enquête en analysant les usages d’un échantillon de 400 unités de recherche représentatives des 10 universités IdEx.

Les données ont été récoltées par questionnaire auprès des responsables des collections HAL, des documentalistes ou des directeurs des unités, au moyen d’un questionnaire comprenant des questions fermées et ouvertes.

Si l’enquête de Gayoso propose d’interroger les chercheurs, celles menées dans le cadre du projet HAL/LO l’ont été auprès des laboratoires, niveau intermédiaire entre les chercheurs et les établissements, souvent négligé dans les enquêtes mais dont le rôle est « essentiel » dans la transmission et l’application des décisions institutionnelles (Schöpfel, 2020, p. 170).

Les résultats de ces trois enquêtes nous invitent à nous interroger sur la place de HAL dans l’écosystème de la recherche, à étudier le paysage hétérogène de ses usages par les chercheurs et les laboratoires et à examiner les facteurs d’usage de la plateforme.

HAL et la recherche scientifique française

Place de HAL dans la science ouverte en France

Selon l’enquête Couperin de 2020, presque tous les établissements français d’Enseignement Supérieur et de Recherche (ESR) proposent aujourd’hui une solution d’auto-archivage et/ou de signalement des productions (Ashta et al., 2020, p. 5).

Pour 80 % de ces établissements, c’est HAL qui a été choisi comme solution. Parmi ces établissements, 9 universités sur 10 ont créé un portail institutionnel sur la plateforme selon l’enquête Couperin (ibid.)

La plateforme reçoit également un fort soutien des directeurs de laboratoires du CNRS, selon une enquête menée en 2014 (Schöpfel et al., 2022, p. 154). L’enquête de Schöpfel et al. confirme l’importance de HAL comme archive puisque : « Plus de la moitié des répondants disent que leur université a créé une archive institutionnelle sur HAL (portail) » (ibid., p. 166). Selon Magron, HAL est devenu « dans les faits, […] un outil commun et ouvert à l’ensemble des chercheurs, même s’il existe des archives institutionnelles développées en dehors de HAL » (2017, p.229) . Cet outil commun offre la possibilité de faire des économies « d’échelle » puisque gérée par une unité d’appui et de recherche unique (Schöpfel, 2020, p. 168).

Si en juin 2020, Schöpfel comptait « plus de 730 000 documents scientifiques, plus 1,3 million de notices bibliographiques » disponibles dans HAL (ibid.), Gayoso montre dans son étude que, pour les articles publiés en SHS dans les années 2010, « les articles diffusés sur HAL et Academia représentaient, si on les cumulait, environ 8 % des parutions dans les revues » (2021, p. 118).

Sur HAL, il compte moins de 3 500 dépôts pour 70 000 articles parus, ce qui donne un taux moyen de 4,8 % (ibid., p. 113). Son étude montre par ailleurs qu’on retrouve plus de textes intégraux sur le réseau social Academia que sur HAL pour 4 des 5 disciplines étudiées (ibid., p.114), et ce malgré les critiques fortes envers le réseau social exprimées par les chercheurs interviewés (ibid., p.116).

Les alternatives à HAL dans l’ESR

Les études mettent également en avant les autres archives ouvertes qui peuvent être utilisées par les chercheurs : les archives institutionnelles (telles que celles de Bordeaux ou de Strasbourg, ou encore Spire pour Sciences Po), et des archives ouvertes disciplinaires ou « communautaires », « comme RePeC dans les domaines de l’économie et de la gestion, bioRxiv et medRxiv dans les domaines des sciences de la vie et de la santé, et SocArXiv en sciences sociales » (Schöpfel, 2020, p. 187).

Ces pratiques sont confirmées par l’enquête auprès des directeurs de laboratoires du CNRS, qui affirment à 30 % l’utilisation d’autres plateformes (ibid., p. 187-188).

Dans celle de Schöpfel et al., à la question « est-ce que les chercheurs signalent et partagent leurs publications ailleurs [que sur HAL] ? », les trois quarts des laboratoires ont répondu oui : « dans les réseaux sociaux (ResearchGate, Academia, Mendeley, Twitter), sur des serveurs de preprints (arXiv, bioRxiv, SSRN, INSPIRE) et/ou dans d’autres archives ouvertes (Horizon Pleins Textes, Spire, Pubmed Central Europe, RePEc) » (2022, p. 162).

Un point d’attention notable, mis en avant par Gayoso, est l’accès gratuit mais non ouvert des textes intégraux disponibles sur les réseaux sociaux académiques comme Academia ou ResearchGate.

Ces plateformes ne peuvent donc pas être considérées comme des archives ouvertes, tout d’abord car la pérennité des documents ne peut être garantie, enfin car elles instaurent une barrière « technico-légale » entre l’utilisateur et le document (ouverture d’un compte sur la plateforme) qui ne répond par au critère d’ouverture « sans entrave » qui définit l’accès libre (2021, p. 108).

Les acteurs de l’archive ouverte

Selon Schöpfel et al., l’enquête de 2021 a permis d’identifier les différents acteurs, qui « jouent plusieurs rôles par rapport à HAL » du fait de leur fonction, de leur métier ou par conviction (2022, p. 169).

Ces acteurs sont à la fois « des documentalistes, des administrateurs de bases de données, des ingénieurs d’études d’autres branches d’activités, des personnels impliqués dans la direction du laboratoire, des chercheurs en infodoc, des bibliothécaires… Parfois, un membre d’équipe joue le rôle de relai pour HAL, par rapport à ses collègues. » (ibid.).

Pour Schöpfel, le rôle des laboratoires est important « […] aussi bien comme cadre de référence immédiat des chercheurs […], que comme représentants de l’établissement et/ou l’organisme de recherche et “gardiens” de l’application des décisions et des règles institutionnelles sur le terrain et comme unité d’évaluation » (Schöpfel, 2020, p. 170). Leur rôle est à la fois un rôle de soutien et d’incitation, d’information et de formation, ainsi que de dépôt et de signalement (ibid., p. 175).

Dans son analyse, Schöpfel souligne, après Gayoso (2020), le rôle majeur que jouent les documentalistes et bibliothécaires, rattachés à un laboratoire ou dans les SCD, qui signalent les publications « par le biais de la création ou de l’import de notices » (2020, p. 175).

Le rôle des SCD dans la formation et l’information est également mis en évidence : ils sont les premiers acteurs identifiés pour la formation par 37 % des répondants à l’enquête 2021, « voire plus […] encore car parmi les réponses “autre”, on retrouve plusieurs bibliothèques et bibliothécaires universitaires » (Schöpfel et al., 2022, p. 167).

Le rôle majeur des professionnels de l’IST dans l’accompagnement a été montré dans d’autres études comme celles de Magron (2017), Prime-Claverie & Mahé (2013), Mahé & Prime-Claverie (2017), Gayoso (2020) ou encore dans le rapport de l’IGÉSR sur La place des bibliothèques dans le développement de la science ouverte (2021).

HAL a donc une place importante, mais pas exclusive, dans le paysage de la science ouverte en France. Ses acteurs sont nombreux, tout comme ses usages sont divers.

Le paysage hétérogène des usages de HAL

Schöpfel met en effet en avant le « caractère multidimensionnel de l’usage de HAL » (2020, p. 189) et la « large diversité d’approches et de pratiques » des différentes unités de recherche (ibid., p. 193).

Des usages variés

Les enquêtes menées par Schöpfel de 2019 et 2020 montrent des usages institutionnels variés : les deux premiers clusters identifiés montrent que les institutions l’utilisent « comme vitrine pour leur production scientifique » et « comme gestionnaire de références bibliographiques » (Schöpfel et al., 2022, p. 155). De plus, HAL peut être utilisé comme moyen d’« analyse de la production », qui permet en effet de « faciliter les analyses statistiques permettant de dresser les bilans des équipes et plus globalement de l’unité ou du laboratoire, notamment pour l’évaluation de la part du Hcéres mais pas que » (ibid., p. 159).

De fait, l’enquête montre que « 57 % des laboratoires utilisent les dépôts HAL pour leur bilan, et 60 % utilisent HAL pour les campagnes d’évaluation du Hcéres. » (ibid., p. 163)

Des différences disciplinaires

Le baromètre européen de la science ouverte montre des différences de pratiques entre les différentes disciplines, en particulier entre les SHS et les STM, où le nombre de dépôt dans ces dernières est plus important (Schöpfel, 2020, p. 177).

L’enquête de Schöpfel auprès des unités de recherche de l’université de Lille montre quant à elle que des logiques disciplinaires de dépôt sur HAL existent à plusieurs niveaux : « le nombre total et la représentativité des dépôts par rapport à la production réelle, le type de ressources déposées (par exemple, preprints en économie, communications en informatique…), le rapport entre dépôts de documents et notices sans documents » (ibid.).

Concernant le taux d’ouverture des dépôts, cette enquête montre par exemple que le nombre de dépôt de documents représente 25 % de l’ensemble des dépôts sur HAL. À l’université de Lille, le taux d’ouverture est de 23 % sur l’ensemble, 52 % en sciences de la vie et de la santé, contre 17 % en droit, économie, gestion par exemple. Tous les laboratoires en ALLSHS de l’échantillon ont créé une collection sur HAL, alors qu’en science de la vie et de la santé on constate une absence de collections (ibid., p.182).

Les logiques disciplinaires se trouvent également au niveau de l’existence ou non d’intermédiaires pour le dépôt. En effet, Mahé et Prime-Claverie ont montré dans leur article « ceux-ci représentent 92 % des déposants et sont à l’origine de 57 % des enregistrements (contre seulement 26 % en [sciences de la vie]). » (2017, p. 15)

Le nombre de dépôts par discipline s’explique également par l’interopérabilité de la plateforme HAL avec d’autres archives ouvertes comme ArXiv en sciences informatiques, physiques et mathématiques, ou RePEc en économie, qui augmentent la visibilité internationale (Magron, 2017, p. 234).

Cependant, il est à noter que pour Schöpfel et al., les différences disciplinaires [1] ne sont pas significatives par rapport à l’engagement, la valorisation et l’intérêt de la communauté (2022, p. 173).

Des stratégies institutionnelles diverses

Les enquêtes de notre corpus montrent que les stratégies institutionnelles sont également très hétérogènes sur le territoire national.

Les différences de politiques se trouvent tout d’abord au niveau de la tutelle : les enseignants-chercheurs suivent les directives de l’établissement, alors que les chercheurs sont soumis aux politiques du CNRS, ce qui crée, au sein des unités mixtes de recherche notamment, une disparité de pratiques.

Le CNRS oblige en effet les chercheurs à déposer leurs publications sur HAL de manière indirecte car seules celles-ci seront prises en compte lors de leur évaluation. Les résultats de l’enquête de Schöpfel et al. montrent cependant que, parfois, la différence de traitement n’existe pas (2022, p. 165).

On trouve également des différences dans le développement ou non d’une politique par l’établissement et/ou par le laboratoire. Selon l’enquête Couperin de 2020, plus de 50 % des établissements de recherche et universités ont inscrit les archives ouvertes dans leur politique générale d’établissement (Ashta et al., 2020, p. 5).

L’enquête de Schöpfel et al. révèle quant à elle les stratégies des établissements et des laboratoires. Au niveau de l’université : « 66 % affirment qu’il existe une politique en faveur du libre accès aux résultats de la recherche […] » (2022, p. 166), à celui des laboratoires : « 58 % des répondants confirment que leur laboratoire a défini une stratégie par rapport à la plateforme HAL, 13 % disent qu’une telle stratégie est en cours de réflexion » (ibid., p. 163).

À la lumière de ces différences notables d’usage de HAL dans les institutions de recherche, nous pouvons nous demander quels sont les facteurs qui encouragent les chercheurs à utiliser HAL ou, au contraire, qui les freinent.

Facteurs incitatifs et dissuasifs d’usage de la plateforme

Dans son enquête menée à l’université de Lille, Schöpfel identifie cinq facteurs d’usage de HAL : le nombre de chercheurs, le choix délibéré du laboratoire, les pratiques disciplinaires, la politique d’établissement et les pratiques individuelles des chercheurs (2020, p. 189-190).

Ces facteurs « font partie d’un écosystème dont les interdépendances et intercorrélations restent à déterminer, aussi par rapport aux ressources mises en œuvre (personnel, budget, équipement et outils…) » (ibid., p. 191).

Les deux enquêtes qualitatives de notre corpus mettent également à jour différents facteurs incitatifs et dissuasifs à l’utilisation de HAL par les chercheurs et les laboratoires.

Facteurs institutionnels et d’engagement personnel

Les politiques d’établissement et les stratégies des laboratoires sont variées d’un établissement et d’une tutelle à l’autre, comme nous venons de le voir. Il existe également, à moindre mesure, des stratégies d’incitation pour encourager les chercheurs comme celle qui offre « une meilleure dotation financière aux équipes […] » qui déposent sur HAL, ou, à l’inverse, d’autres qui menacent d’une diminution, voire d’une suppression de ces dotations dans le cas où l’obligation de dépôt ne serait pas respectée par les équipes (Schöpfel et al., 2022, p. 165).

L’usage de HAL peut être perçu comme « une contrainte de plus sur le fonctionnement des laboratoires » par certains (ibid., p. 171). De plus, Gayoso met en évidence les réticences des chercheurs : « […] le chercheur est un éternel rétif aux injonctions institutionnelles, et quand ton institution te dit : “Allez mettre les choses sur HAL, comme ça ce sera comptabilisé sur je ne sais quoi”, le premier réflexe c’est de ne pas le faire ! » (2021, p. 117), ou encore :  « Le truc qui m’emmerde profondément, c’est qu’on m’oblige à faire quelque chose » (ibid., p. 118).

Il est également critiqué le fait de vouloir faire de HAL un outil bibliométrique et de mélanger archivage et évaluation (ibid., p.171), mais, dans un même temps, la possibilité de pouvoir y faire des bilans et rapports pour le Hcéres et le CNRS est listée dans les points fort de HAL (Schöpfel et al., 2022, p. 172).

Selon Schöpfel, l’engagement des chercheurs (en tant qu’auteur ou responsable de projet) pour le libre accès « joue également rôle dont l’impact devient visible notamment là où il n’y a pas d’approche institutionnelle ou disciplinaire. » (2020, p. 190).

Si les entretiens menés par Gayoso ont révélé que « HAL fait figure d’outil vertueux de mise à disposition de la recherche » par rapport aux réseaux sociaux académiques (2021, p. 115), Schöpfel et al. notent qu’ « on l’apprécie ou on ne l’apprécie pas […]. Les uns y voient une opportunité pour accroître la visibilité des travaux des chercheurs, les autres considèrent HAL comme une contrainte de plus. » (2022, p. 174).

Facteurs techniques

D’autres facteurs de (non-)usage, révélés par les enquêtes qualitatives, concernent l’ergonomie de la plateforme. Pour certains, HAL « n’est pas user friendly », est « intéressant mais trop lourd d’usage » et « peu pratique, avec une interface déficiente ». Pour d’autres au contraire HAL « est très performant », « s’est considérablement amélioré » et est facile d’usage (Schöpfel et al., 2022, p. 171).

Un autre facteur concerne la fonctionnalité de CV par rapport aux réseaux sociaux académiques. En effet « le succès relatif d’Academia semble principalement dû à la facilité avec laquelle il est possible d’en faire un CV électronique valorisant les travaux des chercheurs, ce qui leur donne une visibilité stratégique au moment des recrutements (en particulier pour les jeunes chercheurs) » (Gayoso, 2021, p. 118), bien qu’il soit aujourd’hui possible de créer un CV sur HAL.

HAL est cependant « en concurrence » avec les réseaux sociaux, qui n’ont pourtant pas les mêmes objectifs : archivage pour l’un, réseautage pour l’autre (ibid.).

L’aspect juridique du dépôt est également cité comme un point négatif de la plateforme : « Il est difficile de faire la promotion de HAL auprès des chercheurs qui trouvent cela un peu compliqué surtout en ce qui concerne les droits de dépôts, les embargos… » (Schöpfel et al., 2022, p. 171).

Des besoins identifiés

En plus d’améliorations ergonomiques, on constate un besoin de visibilisation de l’action en faveur de HAL et du libre accès, que ce soit en termes d’information ou de formation.

Pour Schöpfel et al. : « […] si 17 % des répondants ne savent pas si l’université mène une politique OA, si 28 % ne savent pas s’il y a des formations sur le libre accès et qui les organisent sur le campus, et si 31 % ne savent pas s’il existe une archive institutionnelle ou pas, il doit y avoir un problème de communication institutionnelle » (ibid., p. 173).

Cette enquête met également en avant le besoin de prendre en compte les différences disciplinaires dans les politiques d’établissement : « Le discours […] est souvent politique, morale, adapté aux sciences “dures”, et ne prend pas en considération les spécificités des SHS (petits éditeurs, écosystème de recherche particulier, particularités des données, importance du terrain de recherche et des monographies) […] » (ibid., p. 170).

Si la place de HAL au sein de l’écosystème de la recherche scientifique en France est importante, elle n’est pas unique puisque de nombreuses autres plateformes de la voie verte, institutionnelles ou disciplinaires, sont également utilisées par les chercheurs pour archiver ou signaler leurs publications.

Si en théorie le rôle du chercheur dans le dépôt sur HAL devrait être majeur (auto-archivage), les différentes études analysent le rôle notable que jouent les laboratoires et les personnels techniques et administratifs qui y sont rattachés, ainsi que celui des personnels des services communs de la documentation.

À l’échelle nationale ou d’une université, le paysage des usages de HAL est hétérogène. On observe des usages variés, des différences disciplinaires et des stratégies d’établissements diverses, ainsi que des moyens alloués à la science ouverte disparates. Les usages sont également soumis à des facteurs incitatifs et dissuasifs, qu’ils soient institutionnels, personnels ou techniques.

Les études ont également mis à jour un besoin de prendre en compte les différences disciplinaires dans les politiques, ainsi que de mettre en œuvre des actions de communication plus fortes.

L’enquête qualitative menée auprès des laboratoires dans le cadre du projet HAL/LO au moyen d’entretiens semi-directifs devrait également permettre de préciser les résultats et de mieux comprendre les usages de HAL aujourd’hui.

Notes

[1] Des « trois domaines les plus représentés dans l’échantillon (sciences de l’ingénieur, sciences humaines, physique) » (2022, p.173)

Références

Ashta, E., Augouvernaire, M., Caillet, C., Laffont, M., Okret, C. et Pinet, N. (2020). Enquête sur les archives ouvertes françaises menée par Couperin en 2019 : résultats et analyses, Etudes et rapports no 2. Consortium Couperin. https://hal.science/sic_02562594

Gayoso, E. (2020). La diffusion sur Hal, Academia et ResearchGate des articles de recherche des revues françaises de SHS. Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/la-diffusion-sur-hal-academia-et-researchgate-des-articles-de-recherche-des-revues-francaises-de-47798

Gayoso, É. (2021). Étude comparée des usages de HAL et Academia par les chercheurs en sciences humaines et sociales. Tracés, (21), 107‑120. https://doi.org/10.4000/traces.13303

Letrouit, C. (2021). La place des bibliothèques universitaires dans le développement de la science ouverte (no 2021‑022). Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/la-place-des-bibliotheques-universitaires-dans-le-developpement-de-la-science-ouverte-47671

Magron, A. (2017). Utiliser les archives ouvertes pour valoriser ses travaux l’exemple de HAL-SHS. Dans C. Schnedecker & A. Aleksandrova (dir.), Le doctorat en France : mode(s) d’emploi (p. 227‑239). Peter Lang. https://hal.science/sic_01697164

Mahé, A. et Prime-Claverie, C. (2017). Qui dépose quoi sur Hal-SHS ? Pratiques de dépôts en libre accès en sciences humaines et sociales. Revue française des sciences de l’information et de la communication, (11). https://doi.org/10.4000/rfsic.3315

Prime-Claverie, C. et Mahé, A. (2013). Sites de dépôt en libre accès et formes de médiations : quelles évolutions ? Dans J. Boustany, Broudoux, E. & G. Chartron (dir.), La médiation numérique : renouvellement et diversification des pratiques (p. 125‑139). De Boeck Supérieur. https://doi.org/10.3917/dbu.chron.2013.01.0125

Schöpfel, J. (2020). L’usage de la plateforme HAL par des unités de recherche. Le cas de l’Université de Lille. I2D – Information, données & documents, 3(3), 167‑198. https://doi.org/10.3917/i2d.203.0167

Schöpfel, J., Kergosien, E., Prost, H. et Barrié, J. (2022). « Pas si simple que ça… » : Une enquête sur l’usage de HAL par les unités de recherche des universités IdEx. I2D – Information, données & documents, 2(2), 150‑183. https://doi.org/10.3917/i2d.222.0150



Citer ce billet
Lola Biais (2023, 20 juin). Usages de HAL : une synthèse documentaire analytique et réflexive. DLIS. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nt4g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.