On verra quand on aura 30 ans – Une histoire de modernisation et de mutualisation dans l’enseignement supérieur français

Bertrand Mocquet est ingénieur Polytech en génie électrique, professeur certifié en technologie et docteur en Sciences de l’Information et Communication. Ancien vice-président d’université, il est aujourd’hui expert numérique à l’Agence de Mutualisation des Universités et Établissements (AMUE), membre du Comité Scientifique d’Hypothèses.org, chercheur associé au MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts), le laboratoire de recherche en SIC de l’université Bordeaux-Montaigne. Ses travaux de recherche concernent la gouvernance du numérique public, plus particulièrement dans le contexte de l’enseignement supérieur changeant, et comment ce numérique universitaire se crée et évolue au fil des modifications réglementaires (Mocquet, 2020). Il étudie aussi des sujets permettant d’offrir une (meilleure) compréhension du numérique dans les organisations publiques (Commandré, Mocquet et Vieira, 2021) (Mocquet, Pélissier et Cotreaux 2021). Il coordonne également la Rubrique Parutions de la revue française en sciences de l’information et de la communication.

Nous nous attardons aujourd’hui sur la récente parution de l’ouvrage dans la collection Design numérique de Pierre-Michel Riccio aux Presses des Mines, ouvrage qu’il a co-dirigé avec Stéphane Athanase, Sylvie Barthel et Ugo Lancéa sur l’histoire de cette institution de l’Enseignement Supérieur français, le Groupement d’Intérêt Public Amue : On verra quand on aura 30 ans – Une histoire de modernisation et de mutualisation dans l’enseignement supérieur français (Mocquet, Athanase, Barthel, et Lancéa, 2022).


En résumé

En résumé, l’ouvrage de 180 pages présente le Groupement d’Intérêt Public Amue depuis son projet de création du GIGUE, jusqu’à nos jours, une forme d’histoire sociale et économique racontée depuis l’intérieur de son organisation, par son corpus archivistique, ses membres et ses acteurs.

L’ensemble s’articulant autour d’une question centrale : « Comment, finalement, ce modèle de GIP, après 30 ans de fonctionnement, est-il encore viable pour le système universitaire ? »

L’ouvrage, dédié à Alain Abécassis, est préfacé par le premier Président, Bernard Dizambourg (p.12-17) qui rappelle le contexte initial et son évolution durant 30 ans, et postfacé (p.168-170) par le binôme Président/Directeur en postes, à savoir Gilles Roussel et Stéphane Athanase, qui font la liaison entre passé et futur du GIP.

Il débute par un court descriptif de la politique publique de l’Enseignement Supérieur (p.32-45) pour enchainer sur un récit décomposé en cinq périodes : 1/ La genèse et le début du GIP Amue : du G.A.F.I.U. au GIGUE (p.46-67), 2/Le GIP Amue porteur de la valeur modernisation : A.M.U.E. hériter du GIGUE et le dépasser (p.68-86), 3/Consolidation de l’organisation communautaire en contexte de changement réglementaire : la mutualisation un fil conducteur ? (p.87-112), 4/Transformation de l’organisation en société de services en ingénierie informatique (p.113-128) et 5/Évolution vers une nouvelle organisation communautaire (p.129-159).

Chaque période est illustrée par des tableaux historiques ou données statistiques. Des discussions (p.160-165) autour du champ d’hypothèses permettent de donner des éléments de réponses à la question principale, et de mieux comprendre ce qu’est devenu le GIP aujourd’hui, pour enfin conclure (p.165-168) sur les qualités et améliorations.

Un extrait

La suite du billet sur ce carnet constitue un extrait de l’introduction de l’ouvrage et a été reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur : https://www.pressesdesmines.com/produit/on-verra-quand-on-aura-30-ans-une-histoire-de-modernisation-et-de-mutualisation-dans-lenseignement-superieur-francais/   

Que de changements en 30 ans de vie de l’enseignement supérieur

En exerçant dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR), nous avons forcément été en contact un jour ou l’autre avec un produit ou un service du GIP Amue, qu’il s’agisse des solutions informatiques SIFAC ou APOGÉE, d’une formation outil ou métier ou bien encore d’un des nombreux accords-cadres qu’elle porte. Mais ce que nous connaissons moins, ou pas du tout, c’est l’organisation qui en est à l’origine.

Comment s’est-elle créée ? Qui la compose ?  Si nous en connaissons le siège, la Maison des Universités, 103 boulevard Saint-Michel à Paris Ve, beaucoup ignorent que son second site est en Occitanie, à Montpellier plus précisément.  L’enjeu de l’ouvrage est de porter un regard rétrospectif sur cette histoire dans ses différentes dimensions (économique, sociale…) à partir des documents administratifs et de la collecte des histoires de vie individuelles ou collectives, de récits d’expérience, d’une mémoire encore vivante, et de prendre un peu de recul sur le quotidien.

Comment ce modèle de mutualisation et de modernisation, singulier dans la fonction publique d’État, s’est-il créé, puis perpétué dans l’histoire du GIP Amue ?

Convention de nommage durant l’ouvrage
Convention de nommage durant l’ouvrage

Afin de faciliter la lecture des parties historiques de l’ouvrage, nous prendrons l’appellation GIP Amue comme l’organisation quelle que soit l’époque, couvrant ainsi les trois dénominations : Groupement Informatique pour la Gestion des Universités et établissements (GIGUE), Agence de Modernisation des Universités et des Établissements, A.M.U.E. puis aujourd’hui Agence de Mutualisation des Universités et des Établissements AMUE puis Amue, compris ici comme une institution.

En quoi les éléments déclencheurs externes à l’Agence (réglementation, politique,…) l’ont-ils obligée à se réorganiser pour s’adapter, à se réinventer pour réussir ses missions dans un contexte de l’ESR en perpétuel changement durant ces trente dernières années ? Sont-ce les acteurs, ou les groupes sociaux, ou les deux, qui ont permis de maintenir les préceptes initiaux de modernisation et de mutualisation ?

Les contraintes inhérentes à cette forme d’organisation et aux objectifs qui lui ont été assignés ont-elles façonné un GIP Amue différent suivant les périodes ou dans une continuité ? Y-a-t’il encore des communs avec la genèse de cette histoire, la création du GIGUE, dans l’Amue d’aujourd’hui ?

Comment, finalement, ce modèle, après 30 ans de fonctionnement, est-il encore viable pour le système universitaire ? Pour mener des politiques publiques ? Champs d’hypothèses Nous formulons un champ d’hypothèses en trois parties : 1/ le GIP Amue est dans une logique évolutionniste en mode darwinien, c’est-à-dire évoluer pour ne pas disparaître :

1a) en adaptant les technologies numériques utilisées aux technologies numériques employées en dehors de l’ESR et avec les établissements,  1b) en adaptant les solutions et l’accompagnement aux évolutions métier (réglementaires notamment).

2/ le GIP Amue est en interaction dans son histoire avec le Ministère de Tutelle et ses adhérents, les universités et établissements, composant ainsi un triptyque indissociable. Il oscille dans le temps entre ses missions de modernisation et de mutualisation, et une organisation transmettant les nouvelles réglementations de la Tutelle vers les établissements [la politique « top-down »], mais faisant aussi remonter les besoins des établissements vers le Ministère [« Bottom-up »], pour aujourd’hui fonctionner dans un modèle mixte en fonction de la situation.

3/ le processus d’évolution s’appuie sur des acteurs clés :  3a) en interne à l’ESR, en permettant de faire durer l’esprit initial communautaire (individus, associations…) et en maintenant le rapport avec la communauté professionnelle, les membres des universités et établissements, 3b) en externe, en permettant de s’appuyer sur des réalisations/compétences extérieures si le besoin de changement est imposé en dehors de l’ESR (SAP ou Cloud dans d’autres fonctions publiques, ou en interministériels….

Ce champ d’hypothèses, nous allons tenter de le consolider au travers de cet ouvrage. Il constitue la mise en intrigue du récit (Prost, 2014) dans lequel nous nous efforcerons de mettre en exergue des variables sociologiques structurelles (Barton, 2016) au fil du temps, comme par exemple les interactions du GIP avec le système politique en place, l’adaptation à une offre concurrente en termes de systèmes d’information comme l’association Cocktail ou bien le rapport avec les directions d’établissements et les communautés professionnelles ou « métiers », ou les SSII / ESN.

Structure de l’ouvrage

L’ouvrage que vous avez en main se compose de 5 parties, avec pour bien encadrer symboliquement la narration, une préface par le premier Président du GIP Amue, Bernard Dizambourg et une postface par le binôme Président/Directeur actuel, Gilles Roussel, le Président de l’Université Gustave Eiffel et Stéphane Athanase, Directeur de l’Amue.

La première partie concerne le contexte de l’Enseignement Supérieur et son évolution d’un point de vue réglementaire durant les trente dernières années. Ces éléments ne sont pas exhaustifs mais rendent compte des vagues successives de changement de réglementation de ce service public.

Le GIP Amue étant dès son origine une organisation aidante, accompagnante pour l’amélioration continue de la gestion des universités et établissements, le réglementaire joue un rôle prépondérant dans son activité.

La seconde partie présente la méthodologie de notre travail de recherche et la façon dont nous avons, durant le premier semestre 2022, collecté des données issues de multiples origines, tout d’abord du fond archivistique du GIP Amue, puis auprès des acteurs de cette organisation en faisant appel à la mémoire individuelle et collective.

La troisième partie propose le récit à proprement parler de cet ouvrage composé de 5 périodes, la genèse et le début du GIP Amue : du G.A.F.I.U. au GIGUE, le GIP Amue porteur de la valeur modernisation, A.M.U.E, la consolidation de l’organisation communautaire dans un contexte de changement réglementaire, la transformation en SSII puis l’évolution vers une nouvelle organisation communautaire.

Il est parallèlement agrémenté de tableaux illustrant des moments choisis.  Dans la quatrième partie et avant de conclure, nous discuterons les hypothèses énoncées ci-après pour proposer de débattre autour des éléments que nous trouvons enrichissants sur cette histoire dans le contexte de l’ESR mais aussi dans le cadre des politiques publiques actuelles. »  

Ce qui est discuté dans cet ouvrage

Nous relatons ici les discussions abordées dans l’ouvrage (p.160-165).

Sur la qualité des résultats, pour les entretiens semi-directifs, 14 acteurs sur 15 sélectionnés, nombre qui résultait des crises observées depuis le corpus archivistique, ont répondu favorablement, ce qui est conforme au protocole initial. Certaines données historiques ont été difficiles à trouver, nous avons fais appel à des archives personnelles.

Sur le principe d’extinction, de part la nature des conventions constitutives et la structure même de GIP, créée initialement comme une administration de mission,  il plane effectivement sur le GIP Amue, et cela à toutes les périodes.

Concernant l’adaptation aux évolutions technologiques, les cycles de vies des produits (développement, lancement, croissance, maturité et déclin) sont visibles sur toutes les périodes, certains se chevauchent sur le même domaine, ce qui est une gestion financière délicate pour le GIP Amue à toutes les époques. L’Amue n’apporte pas les innovations technologiques aux universités, car certaines plus en avance que d’autres s’en occupent. Elle contribue à la propagation de ces innovations en réalisant une action de mutualisation sur les technologies nouvellement utilisées.

Au sujet de l’adaptation aux évolutions des politiques publiques,  le GIP Amue structure le métier au point de créer le vocabulaire associé à partir des variables ou concepts portés par le système d’information. Par ses actions de formations et d’accompagnement des métiers, et des solutions qui les soutiennent, il n’a eu de cesse que d’accompagner les évolutions des politiques publiques. Il y a une réelle difficulté à anticiper les changements réglementaires, car le GIP Amue est rarement invité à la table de création des nouvelles réglementations.

Pour les évolutions par injonction ou participation, son rôle de transmetteur de politique publique fait d’elle la courroie de transmission entre la Tutelle et ses opérateurs : ce rôle s’il est trop injonctif, le fragilise. Il est préférable de se positionner en relai des bonnes pratiques administratives et professionnelles. La co-construction, présente au début de la conception des premières solutions, se retrouve aujourd’hui dans les dernières solutions comme un retour aux sources. Une Amue, aujourd’hui, est à l’écoute de sa communauté par la présence de multiples points de rencontres et d’échanges

Enfin la place des acteurs est éminemment complexe. Un jeu d’acteurs s’est installé avec les années mêlant la Direction et sa Présidence, la Tutelle, la CPU/FU, les différents représentants métiers (qui ne s’expriment pas toujours comme leur Président d’université d’ailleurs) et les responsables de direction ou de projet de l’Agence ainsi que les personnels : de ce fait l’Amue s’interroge tout le temps. Il y a quatre cercles de négociations : CA, AG, COPIL et GT.

Le risque étant qu’un adhérent s’exprime de façon dissonante entre ces différents cercles, votant une action et son contraire dans un autre cercle. Pour autant, les individus dans l’organisation, ou à l’extérieur, sont de véritables acteurs facilitateurs de l’opérationnalisation de la mutualisation car en influence dans la communauté qu’ils représentent.

En guise de conclusion

Nous reprenons les mots de Josette Soulas, Directrice (1995-2000), lors de son départ en 2000 : « Tu es responsable de ce tu as apprivoisé » (Saint-Exupéry, 1943). Ainsi plus de 300 équipes de vos établissements apprivoisent les produits réalisés (…)

Ce bilan donne à l’Agence une légitimité incontestable dans le paysage, selon elle. Il reste, toujours selon cette Directrice, qu’il faut s’en occuper, entretenir, développer les dynamiques, et assumer le pilotage politique.

Références

Barton, A. (2016). Les variables sociologiques structurelles dans les études d’organisation. Dans Le vocabulaire des sciences sociales Boudon R. (Dir) (pp. 79‑92). Paris : De Gruyter Mouton.

Commandré, M., Mocquet, B., & Vieira, L. (Dir). (2020). Visibles et invisibles dans les pratiques médiatiques et les interactions en réseaux. Perpignan: Presses universitaires de Perpignan.

Mocquet, B. (2020). Gouvernance, numérique et enseignement supérieur : Une immersion dans la #TransfoNumDuSup. Paris: Presses des Mines.

Mocquet, B., Athanase, S., Barthel, S., & Lancéa, U. (Dir). (2022). On verra quand on aura 30 ans : Une histoire de modernisation et de mutualisation dans l’enseignement supérieur français. Paris : Presses des Mines.

Mocquet, B., Pélissier, C., & Cotreaux, S. (Dir). (2021). Impacts societaux et developpements du management des technologies organisationnelles. Paris: Presses des Mines.

Prost, A. (2014). Douze leçons sur l’histoire. Paris : Média Diffusion.

A propos des co-auteurs :  

Stéphane Athanase Stéphane Athanase est directeur de l’Amue. Diplômé en droit public de l’université de Bourgogne, ancien élève du cycle supérieur de perfectionnement des administrateurs de l’ENA, son parcours professionnel est marqué par la conception et la mise en œuvre de politiques publiques dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il a exercé ses fonctions de responsabilité dans des structures variées : établissements (universités, CNOUS,), administration centrale du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGES, DAF), cabinet ministériel (Premier ministre).

Sylvie Barthel Sylvie Barthel est diplômée de l’Université Sorbonne-Nouvelle, ancienne chargée de domaine formation et responsable du pôle formation, elle est aujourd’hui la directrice de la communication de l’Amue.

Ugo Lancéa Ugo Lancéa est étudiant à l’Université Paris 8. Il a une licence Histoire et est actuellement en Master Histoire : Passé-Présent les méthodes critiques de l’Histoire. Il s’intéresse à l’histoire des entreprises et mène un mémoire de monographie industrielle sur les Anciens Etablissements Spire.

Bertrand Mocquet

Bertrand Mocquet est ingénieur Polytech en génie électrique, professeur certifié en technologie et docteur en Sciences de l’Information et Communication. Ancien vice-président d’université, il est aujourd’hui expert numérique à l’Agence de Mutualisation des Universités et Établissements (AMUE), membre du Comité Scientifique d’Hypothèses.org, chercheur associé au MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts), le laboratoire de recherche en SIC de l’université Bordeaux-Montaigne. Ses travaux de recherche concernent la gouvernance du numérique public, et plus particulièrement dans le contexte de l’enseignement supérieur changeant et comment il se crée et évolue au fil des modifications réglementaires (Mocquet, 2020). Il étudie aussi des sujets permettant d’offrir une (meilleure) compréhension du numérique dans les organisations publiques (Commandré, Mocquet et Vieira, 2021) (Mocquet, Pélissier et Cotreaux 2021). Il coordonne aussi la Rubrique Parutions de la revue française en sciences de l’information et de la communication. Nous nous attardons aujourd’hui sur la récente parution de l’ouvrage qu’il co-dirigé : On verra quand on aura 30 ans – Une histoire de modernisation et de mutualisation dans l’enseignement supérieur français (Mocquet, Athanase, Barthel, et Lancéa, 2022).   https://mocquet.hypotheses.org/  https://orcid.org/0000-0002-9406-4587  Follow Me: @BertrandMocquet



Citer ce billet
Hans Dillaerts (2023, 13 mars). On verra quand on aura 30 ans – Une histoire de modernisation et de mutualisation dans l’enseignement supérieur français. DLIS. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nt4d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.