Les bibliothèques universitaires : un acteur clef dans la sensibilisation et la formation des enseignants-chercheurs à la science ouverte

Après une agrégation de lettres modernes, une expérience bien remplie d’enseignement dans le secondaire et un passage par le SCD d’Angers dans le service formation des usagers, Claudine Delodde est devenue conservatrice des bibliothèques. Son stage professionnel au SCD de Nantes lors sa formation à l’Enssib consistait à élaborer un plan de formation à destination des doctorants et des chercheurs afin de les aider à mieux appréhender le contexte de la science ouverte et surtout la gestion de leurs données de recherche.

« Prendre soin de ses données et les valoriser, ce n’est pas inné[1] »

Nicolas Fressangeas

« Il y a également un autre domaine pour lequel nous aurions besoin de l’accompagnement des bibliothécaires : en psychologie, mais aussi dans d’autres disciplines, nos articles s’accompagnent souvent de données brutes présentant un réel intérêt ; comment les valoriser, où les déposer, de quelle manière les décrire de la manière la plus normalisée possible ? Un chantier primordial à l’heure où l’on parle beaucoup d’accès ouvert et d’intégrité scientifique. [2] »

Monnier, Catherine, « Qu’attendez-vous de votre bibliothèque ? » Arabesques, 95 | 2019, 21-22.

Un mouvement de fond : l’ouverture des données de recherche

A la question « Qu’est-ce que la science ouverte ? », le site Ouvrir la science répond :

« La science ouverte est la diffusion sans entrave des résultats, des méthodes et des produits de la recherche scientifique. Elle s’appuie sur l’opportunité que représente la mutation numérique pour développer l’accès ouvert aux publications et – autant que possible – aux données, aux codes sources et aux méthodes de la recherche.[3] »

Cette volonté de rendre accessible non seulement les publications scientifiques mais aussi les données elles-mêmes est inscrite dans les différents programmes européens : dès 2012, la Commission européenne fait ainsi référence à une « stratégie » de « libre accès aux données et de circulation des connaissances[4] ». Les programmes Horizon 2020, pour la période 2014-2020, et Horizon Europe, pour la période 2021-2027, vont dans le même sens et incitent à l’établissement de plans de gestion des données. La France, en votant la Loi pour une République numérique, en 2016, établit pour les données de recherche leur « libre réutilisation » « dès lors que les données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ne sont pas protégées par un droit spécifique ou une réglementation particulière et qu’elles ont été rendues publiques par le chercheur, l’établissement ou l’organisme de recherche.[5] ». Cette politique est renforcée en 2018 par le Premier plan national pour la science ouverte, puis, en 2019, par la politique du principal financeur de la recherche française, l’ANR (Agence Nationale de la Recherche). Enfin, le deuxième plan national pour la science ouverte (2021-2024) consacre son deuxième axe aux objectifs suivants : « structurer, partager et ouvrir les données de la recherche[6] ».

Une mise en application laborieuse dans les laboratoires

Or, face à ce mouvement qui va s’accélérant, les chercheurs se trouvent souvent fort démunis quand il s’agit, pour certains, de savoir exactement ce que l’on appelle des données de recherche, et plus encore quand il s’agit de les gérer et de rédiger un plan de gestion de données pour un projet ANR ou un projet européen. La plupart des chercheurs n’ont en effet pas été formés, ou seulement de manière très tardive, à la notion de science ouverte et, quand ils l’ont été, cette formation a concerné, au premier chef, la diffusion de leurs publications. Face aux coûts exorbitants des abonnements numériques aux revues scientifiques, les universités et les SCD ont en effet logiquement d’abord investi le champ des publications en archive ouverte et beaucoup travaillé à inciter les chercheurs à déposer leurs publications sur l’archive ouverte HAL. Mais jusqu’à présent peu nombreux étaient les établissements s’étant emparés de la problématique des données puisque les incitations gouvernementales en restaient justement au stade des recommandations et ne fournissaient guère d’outils adaptés aux chercheurs. Pourquoi ouvrir ses données ? Comment les décrire ? Comment anticiper leur gestion ? Sur quelle infrastructure les déposer, si tant est qu’une structure adaptée à tel ou tel type de données existe ? Autant de questions à se poser en amont.

 Or, pour de nombreux chercheurs, le réveil est brutal quand il faut soudain, au dernier moment, changer sa manière de penser sa recherche et réfléchir à la mise à disposition des données de recherche parce que la gestion contrôlée des données devient désormais un des principes même de la recherche et est requise par les financeurs. En outre, comprise comme une contrainte administrative supplémentaire et vécue comme une perte de temps douloureuse, l’obligation de rédiger un plan de gestion de données, quand elle n’est pas accompagnée, suscite également des craintes chez les chercheurs : des concurrents mal intentionnés, des pays rivaux ne vont-ils pas s’emparer de données entendues très souvent comme appartenant aux chercheurs eux-mêmes, parce qu’ils ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à les créer, les étudier et les traiter (quoiqu’en réalité les données produites dans un cadre de recherche, juridiquement, n’appartiennent que très rarement aux chercheurs) ? Ces données si précieuses ne vont-elles pas être pillées et cela ne risque-t-il pas de nuire, in fine, à l’évolution de leurs carrières ?

De plus, très peu de laboratoires sont dotés de personnels pouvant, en temps ou en compétences, accompagner les chercheurs qui ne connaissent pas le cadre juridique régissant parfois des situations complexes (par exemple, dans le cas où plusieurs laboratoires européens ainsi que des sociétés industrielles privées sont impliqués dans un projet à la fois scientifique et commercial). Tout aussi démunis sont-ils quand il s’agit de décrire des métadonnées en utilisant des standards qui ne leur sont pas connus ou de trouver des entrepôts fiables adaptés à tel ou tel type de données disciplinaires spécifiques. Il leur est souvent également difficile de savoir à quels interlocuteurs s’adresser quand ils sont en difficulté sur tel ou tel aspect du document demandé par l’ANR. Aussi les réactions sont-elles souvent très négatives chez les chercheurs quand ils se retrouvent contraints à rédiger, souvent seuls, un plan de gestion de données sans savoir comment faire.

A Nantes, une incitation politique à la publication en archive ouverte

A l’université de Nantes, classiquement, l’appui aux chercheurs s’est d’abord centré sur la question des publications en archive ouverte. L’université nantaise a commencé par lancer, dès 2017, un plan Science ouverte et a mis en place un groupe de travail chargé de travailler sur ce dossier. Le groupe de travail a d’abord fait une photographie des pratiques ou des non-pratiques des chercheurs en termes de publication en archives ouvertes. L’université, engagée dans un projet d’établissement expérimental, dans le cadre du projet I-site NExT[7], a ensuite porté une politique volontariste d’ouverture : ouverture de la connaissance, tant en termes d’éducation qu’en termes de recherche, ouverture de la gouvernance, ouverture de l’innovation. L’un des marqueurs de cette politique a été la décision, votée par le conseil d’administration, en mai 2021, de rendre obligatoire le dépôt, en texte intégral, de toutes les publications scientifiques de l’université dans l’archive ouverte HAL-UNIV-NANTES. Dans la foulée s’est constitué un groupe de travail chargé d’aller plus loin et de travailler sur l’ouverture des données. Dans les deux cas, le SCD a été partie prenante des travaux entrepris.

Une opportunité pour les SCD

Aider les chercheurs à déposer leurs travaux sur une archive ouverte est très vite devenu une activité incontournable pour les SCD. Permettre à la communauté scientifique d’avoir accès aux travaux de recherche de leurs pairs, valoriser ces documents fait en effet partie des missions essentielles des bibliothèques académiques et il est donc naturel que les SCD se soient de plus en plus emparés de de sujet. Comme dans beaucoup d’autres universités, à Nantes, le SCD a d’abord travaillé, à partir de 2016, au dépôt électronique des thèses puis a mis en place une offre de service afin de proposer des actions en appui aux chercheurs tandis que se constituaient un nouveau département – le département Système d’information et Appui à la recherche- et, plus spécifiquement, au sein de ce département, le service Archivage et diffusion de la recherche. Le service, composé d’une petite équipe, est destiné à se développer au fur et à mesure que son action sera davantage connue dans les laboratoires.

Le SCD est d’abord devenu administrateur du portail HAL et s’est attelé au nettoyage des métadonnées, au catalogage, à la mise à jour mensuelle des dépôts. Parallèlement,  le SCD a mené un travail de sensibilisation à la nécessité de publier en Open access en proposant des formations aux laboratoires demandeurs et aux écoles doctorales : il s’agissait de répondre aux interrogations des scientifiques sur les avantages de l’accès ouvert, sur les atouts de la plateforme HAL, laquelle permet la conservation pérenne des articles publiés, sur le droit d’auteur et l’application de la loi pour une république numérique ainsi que sur les politiques éditoriales des principaux éditeurs scientifiques. Pour ce faire, le SCD s’est appuyé sur le travail de la responsable du service Archivage et diffusion de la recherche et de deux médiatrices HAL, l’une spécialisée dans les sciences humaines et sociales (SHS), l’autre dans les sciences techniques et médicales (STM). Le travail a donc consisté dans un premier temps à faire un travail de communication et de lobbying régulier afin de faire connaître cette nouvelle offre de service. Grâce à des ateliers menés dans les laboratoires ou à des rendez-vous individuels, le nombre de chercheurs formés au dépôt sur l’archive ouverte Hal et devenus autonomes dans ce domaine a été grandissant. Ces ateliers réguliers ou ces cafés Hal, quoique interrompus pendant la période des confinements, ont néanmoins porté leurs fruits et contribué à renforcer, au sein de l’université, la reconnaissance de l’expertise des bibliothécaires du SCD dans ce domaine. Ce premier jalon a permis aux chercheurs de mettre des noms et des visages sur les professionnels susceptibles de les aider dans leurs démarches de dépôt sur une archive ouverte.

Les données de la recherche : des problématiques complexes

L’étape suivante a consisté à aller plus loin que l’ouverture des articles scientifiques. Il s’agissait cette fois de s’attaquer au cœur de la recherche : les données produites et traitées par les chercheurs au cours de leurs projets scientifiques, un matériau qui reste souvent invisible et dont les voies d’accès se dégradent au fil du temps de sorte qu’au bout d’un moment, ce sont souvent les chercheurs qui ont produit et traité des données dans leur  propre projet de recherche, qui se retrouvent dans l’impossibilité d’y avoir accès et de les rendre accessibles à d’autres chercheurs désireux de reproduire telle ou telle expérience et, éventuellement,  de la mener plus loin[8]. C’est justement pour ouvrir largement la science, permettre aux chercheurs et, plus largement, aux citoyens, d’avoir accès aux travaux scientifiques et aux données qui permettent de les valider qu’il s’avère nécessaire de mettre en place des outils d’accompagnement aux chercheurs.

La méthode a consisté là-aussi à mettre en place un groupe de travail susceptible d’éclairer la gouvernance sur la réalité du traitement des données à Nantes et de faire des propositions d’action. Le groupe était composé du vice-président Recherche et Science ouverte de l’université, de chercheurs représentatifs de différents pôles (Sciences, Santé, Droit, SHS), de membres de la MSH (Maison des Sciences de l’Homme) expertes en gestion des données en SHS et bonnes connaisseuses des plateformes Huma-Num Loire[9], HumaNumBox[10], Progedo Loire[11], d’un membre du Centre de Calcul Intensif des Pays de la Loire (CCIPL)[12] et du GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Glicid[13], d’un membre de la DSIN (Direction du système d’information et du numérique), d’un membre de la SFR (Structure Fédérative de Recherche) Bonamy[14] et de la plateforme BIRD[15], du référent intégrité, de la déléguée à la protection des données, de l’archiviste de l’université ainsi que de la responsable du service Archivage et diffusion de la recherche au SCD, ce qui permettait d’avoir des angles de réflexion variés : problématiques touchant aux infrastructures informatiques, à l’archivage, au droit, aux pratiques disciplinaires différentes des chercheurs, aux descriptions des métadonnées et, plus globalement, aux services d’appui aux chercheurs.

S’appuyant sur une enquête, conçue par l’Urfist et le SCD de Rennes 2, adressée à l’ensemble des laboratoires de l’université, le groupe de travail s’est rendu compte qu’à l’époque où le questionnaire a été diffusé (entre mi-décembre 2020 et fin janvier 2021), très peu de chercheurs nantais avaient une vision claire de ce que l’on attendait d’eux quand il était question de gestion des données : il existait quelques initiatives individuelles mais il n’y avait pas de réflexion collective sur le sujet. En revanche, il ressortait clairement de cette enquête que les chercheurs avaient des besoins précis dans trois domaines : davantage d’informations sur les enjeux de la science ouverte, des espaces de stockage sécurisés et partageables, propres à l’établissement et une aide pour la mise au point d’un plan de gestion des données. Ils n’avaient pas conscience qu’il existait déjà dans l’établissement des solutions de stockage, dans certaines disciplines, et des personnes ressources, par exemple le référent intégrité ou le service d’appui à la recherche du SCD qui avait déjà mis en ligne un certain nombre de ressources sur les données de la recherche et les plans de gestion des données.

Commencer par sensibiliser et former

  Il est très vite apparu, comme c’est le cas dans de nombreuses universités, que Nantes université, malgré sa volonté politique, avait peu de latitude pour agir immédiatement en termes d’infrastructures : le constat d’une inflation alarmante du nombre de données produites à l’échelle de l’université et la difficulté à évaluer les besoins techniques et humains nécessaires pour absorber l’accroissement imprévisible de la masse des données, le manque de moyens financiers et humains se sont heurtés à l’impatience des chercheurs pressés que l’université mette à disposition des infrastructures de stockage suffisantes pour qu’ils puissent déposer leurs données. Au niveau national, il n’existait pas encore d’entrepôt national : la plateforme nationale fédérée des données de la recherche, Recherche Data Gouv n’en n’était encore qu’au stade de projet[16].

En outre, s’il semble évident que, pour convaincre les chercheurs d’ouvrir leurs publications et leurs données, il serait nécessaire de réformer l’évaluation de leurs travaux pour qu’elle soit moins quantitative que qualitative et de prendre en compte les efforts entrepris pour gérer les données et les fairiser, cette réforme de l’évaluation, attendue par les partisans d’une science plus ouverte et intègre, n’est pour l’instant pas inscrite dans la réalité quotidienne des laboratoires et des chercheurs. La coalition européenne prévue pour travailler sur cette réforme de transformation de l’évaluation de la recherche n’est prévue qu’à l’été 2022[17].

 C’est pourquoi, en attendant que des arbitrages soient faits par la gouvernance et que des outils nationaux soient mis en place, le vice-président a rappelé aux membres du groupe de travail que le premier axe de travail devait être centré sur la sensibilisation de la communauté universitaire à la nécessité de faire l’effort de mieux gérer ses données de recherche et de se former aux bonnes pratiques et aux outils de gestion des données. Il a été acté tout d’abord que les différents membres du groupe de travail collaboreraient à une page du site de l’université consacrée spécifiquement aux outils et aux ressources proposés par les différents interlocuteurs : l’archiviste, les ingénieurs de la Msh, le SCD… se sont ainsi engagés à mettre en valeur sur cette page les ressources déjà existantes et à renvoyer les chercheurs vers les bonnes personnes ressources.

Il a été en outre décidé de mettre en place des actions de sensibilisation à la nécessité d’ouvrir les données. Ces formations avaient pour vocation d’être proposées tout d’abord aux chercheurs, souvent placés dans l’urgence de devoir rédiger un plan de gestion de données, et aux doctorants dans le but de les préparer à intégrer, dès le début de leur processus de recherche, la démarche de gestion de leurs données afin que celles-ci soient faciles à trouver, accessibles, interopérables et reproductibles, en un mot, FAIR. Il a ensuite été prévu que, lorsque ces formations auraient été stabilisées pour ces deux publics, il serait pertinent de les étendre aux étudiants de master dont les mémoires peuvent être considérés comme un premier travail de recherche. Les former à la gestion de leurs données, lors de ces premiers travaux, apparaît ainsi comme un premier jalon permettant de familiariser de futurs doctorants et chercheurs avec une posture de recherche en adéquation avec les principes d’ouverture de la science, avec de bonnes pratiques et avec les outils existants. C’est dans ce cadre que l’université de Nantes a postulé à l’appel à manifestation d’intérêt concernant les ateliers de la donnée dans son volet Initiation[18] et attend d’être labellisée pour participer à ce dispositif, ce qui devrait lui permettre de développer son action en direction des chercheurs.

Se former

L’appui aux chercheurs est une mission relativement nouvelle dans les SCD et il n’est pas rare d’entendre des bibliothécaires se demander ce que font concrètement leurs collègues en charge de ce type de mission. Cela reste souvent opaque aux yeux des personnels habitués à des tâches plus classiques et il semble donc nécessaire d’expliquer pourquoi et comment les bibliothécaires sont des personnes ressources utiles dans le domaine de la recherche. Lors du speed dating organisé à l’automne 2021 pour faire découvrir les différents chantiers du SCD, le stand Science ouverte, lors de la réunion plénière du SCD de Nantes, a été l’occasion de clarifier les objectifs poursuivis et les actions menées dans le service et le département.

Cela s’avère d’autant plus indispensable que l’équipe chargée de la formation à la science ouverte au SCD de Nantes se réduit à trois personnes, deux d’entre elles se centrant sur l’archive ouverte HAL tandis que le domaine des données de la recherche, jusqu’à présent, n’est pris en charge que par une seule personne, la cheffe de service du département. Le besoin d’aide des chercheurs étant voué à croître avec l’obligation de rédiger un plan de gestion de données, et les formations étant amenées à se développer, le SCD devra donc nécessairement réfléchir à faire évoluer les ressources humaines dédiées à ce nouveau service. Le travail de contacts réguliers avec les laboratoires et les chercheurs demande en effet un investissement en temps et donc en ressources humaines très important. Si la volonté politique d’une université est d’améliorer l’accompagnement des chercheurs et le développement de la science ouverte, elle doit avoir conscience qu’elle n’a pas d’autre choix que d’étoffer les ETP dédiés à ces missions.

Cela passe dans un premier temps par une sensibilisation des collègues à ces nouvelles tâches et à des formations régulières leur permettant d’assurer des formations, sans doute de premier niveau, pour commencer. A Nantes, par exemple, le plan de formation élaboré pour sensibiliser à la gestion des données a été testé devant deux formatrices de la bibliothèque universitaire de droit, ce qui a permis d’une part de vérifier que le scénario suivi était opérationnel, et, d’autre part, de concrétiser aux yeux de deux formatrices ce que pouvait être une formation en ce domaine et quel type de montée en compétence sur le sujet cela supposait.

Pour faire monter en puissance le projet d’accompagnement des chercheurs, il faudra donc sans doute passer par la sensibilisation régulière puis la formation continue des personnels déjà en place. Dans un deuxième temps, il faudra sans doute mettre en place une formation initiale pour les futurs data librarians embauchés dans les SCD. Ce type de formation n’en est, pour l’instant, qu’à ses débuts mais il est permis de penser qu’une telle spécialisation est amenée à être développée afin de répondre aux besoins des établissements et de leurs usagers.

L’un des facteurs encourageants, c’est le constat, au jour le jour, que les propositions de formation des formateurs dédiés à la science ouverte et aux données de la recherche, sont de plus en plus nombreuses. Qu’il s’agisse des CRFCB, des Urfist, de l’Inist, les plans de formation de ces organismes intègrent désormais largement ces thématiques. En outre, les réseaux dédiés à la science ouverte sont également très actifs et proposent de nombreuses ressources accessibles en ligne. La plateforme de services Doranum met ainsi à disposition de tous, étudiants, chercheurs, formateurs, des ressources régulièrement actualisées qui abordent, de manière claire, visuelle et riche, tous les domaines liés aux données de recherche tandis que la plateforme DMP-OPIDoR, en évolution permanente, permet de comprendre comment rédiger un plan de gestion de données. De nombreux SCD[19] mettent également à disposition sur leur site ou sur Zenodo[20] des outils utilisables par les formateurs. Le travail fourni par le groupe de travail Couperin sur les données de la recherche[21], les travaux de la commission recherche et documentation[22] de l’ADBU ainsi que les multiples lettres d’information[23] permettent de pouvoir suivre les évolutions extrêmement rapides dans ce domaine et de les répercuter auprès des différents acteurs universitaires. De même, la mise en place de Recherche Data Gouv devrait permettre d’accélérer l’acculturation des chercheurs à ces nouvelles exigences.

Sensibiliser à la gestion des données

Sur le modèle de ce qui se fait déjà dans d’autres établissements, la formation à Nantes s‘est déployée à partir de janvier 2022 en s’inscrivant d’une part dans le programme des écoles doctorales d’autre part au travers d’ateliers collectifs, ouverts tant aux chercheurs qu’aux étudiants, et de rendez-vous individuels par exemple pour des problèmes liés à la rédaction d’un plan de gestion des données. C’est la responsable du service Archivage et diffusion de la recherche qui a assuré ces formations en ateliers à partir de la trame élaborée pendant le stage et conseillé les chercheurs qui prenaient rendez-vous pour un conseil personnalisé quant à leur plan de gestion de données.

La formation a d’abord été pensée comme un outil de vulgarisation permettant de comprendre pourquoi rédiger un plan de gestion de données. Un format de 2 heures a été choisi, suffisamment long pour aborder différents aspects et favoriser les moments d’interaction, suffisamment court pour aller à l’essentiel. Définir ce que l’on appelle données de la recherche, ce que sont les principes FAIR et la nécessité d’anticiper cette gestion dès le début de la recherche ont été posés comme des préalables importants. Il a été rappelé qu’il y a des enjeux de différents ordres : – des enjeux pour la communauté scientifique afin d’avoir accès à des données qui ne disparaissent pas, qui soient reproductibles et qui permettent donc des avancées scientifiques – des enjeux pour le chercheur afin qu’il acquière une méthodologie, qu’il évite de perdre des données précieuses suite à des incidents techniques, qu’il puisse travailler avec d’autres chercheurs plus facilement, par exemple à distance, et pour qu’il améliore aussi sa visibilité, sa paternité sur les données étant attestée par le plan de gestion de données et mise éventuellement en valeur par un data paper[24] – des enjeux économiques : il s’agit d’éviter de gaspiller l’argent public en finançant deux fois la même recherche et en laissant les éditeurs s’emparer des données financées par l’argent public – des enjeux sociétaux : ouvrir les données permet de vérifier les données, de respecter le RGPD, de restaurer la confiance dans la recherche scientifique en la rendant vérifiable. Les inquiétudes exprimées par les chercheurs quant à l’ouverture des données ont été reprises et déconstruites au fur et à mesure, tant en ce qui concerne la confidentialité des données qu’en ce qui concerne la crainte du pillage et les impacts négatifs sur la carrière.

Le contenu et la forme du plan de gestion ont ensuite été abordés. Des focus ont été apportés sur les bonnes pratiques à acquérir – plan de nommage, sauvegardes, par exemple… – ainsi que sur des aspects techniques dont les chercheurs ne sont pas tous familiers (métadonnées, standards, entrepôts…). Pour finir ont été mis en avant les outils et des ressources disponibles, le recours aux services de l’université et du SCD étant particulièrement souligné.

Sur le même principe, deux autres formations étaient ensuite proposées, l’une pour ceux qui souhaiteraient apprendre à utiliser l’outil de rédaction des plans de gestion de données disponible sur DMP-OPIDoR, l’autre pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur la rédaction des data-papers.

Conclusion

Quand il s’agit de gestion des données de recherche, la question de la formation est donc au cœur du processus de développement des principes de la science ouverte. Cela suppose une montée en compétences des personnels de bibliothèque, que ce soit dans le cadre de la formation continue ou dans celui de la formation initiale et un développement progressif du nombre d’ETP consacrés à l’appui aux chercheurs et à leur formation. Cela suppose aussi une collaboration intensifiée avec les différents acteurs de l’université, qu’il s’agisse des personnels de laboratoires, des services juridiques, des services informatiques ou archivistiques, de la gouvernance, afin de mutualiser les compétences et de pouvoir en faire profiter les équipes de recherche. Enfin, des initiatives nationales telles que les ateliers de la recherche sont prometteuses pour peu qu’elles s’accompagnent de dispositifs financiers incitatifs.

Au-delà de la formation, une réflexion nationale et européenne accentuée sur les infrastructures et sur l’évaluation de la recherche scientifique s’avère également indispensable. Pour ce faire, les actions des associations et réseaux professionnels de l’information scientifique et technique s’avèrent des relais essentiels afin de faire évoluer les représentations, les législations et les pratiques.

Bibliographie

 AMIEL, Ph., FRONTINI, F., LACOUR, P.-Y. et ROBIN, A., « Pratiques de gestion des données de la recherche : une nécessaire acculturation des chercheurs aux enjeux de la science ouverte ? », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 10 | 2020, mis en ligne le 27 avril 2020 URL : http://journals.openedition.org/cdst/2061

BORGMAN, C. L. Qu’est-ce que le travail scientifique des données ? Big data, little data, no data. Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2020 http://books.openedition.org/oep/14692

BRACCO, L., BARTHE, M., CHEVIRON, S., FALLER, A., HUBERT, M., STEFFAN, S., THIBOUD, N., & VU VAN, J.B. Former les professionnels de l’information et de la documentation aux données de la recherche en 45 minutes. 17 mars 2021, Zenodo. https://doi.org/10.5281/zenodo.4610514

CAILLOU, E. Le plan de gestion de données. Billet. com&doc (blog). Consulté le 10 juin 2021. https://cometdoc.hypotheses.org/884. 22 avril 2020

DEDIEU, L. Rédiger un Plan de Gestion des Données en pratique. Montpellier (FRA) : CIRAD, 2019

DoRANum. Données de la recherche : Apprentissage numérique. https://doranum.fr

FRESSANGAES, Nicolas. Prendre soin de ses données et les valoriser – Un colloque au sein de la politique Science Ouverte de l’Université de Lorraine, 2020, p. 18.

GTSO Couperin : comment animer un atelier PGD ? https://zenodo.org/record/4719278#.YOMHAOc68dU

MONNIER, Catherine, « Qu’attendez-vous de votre bibliothèque ? », Arabesques, 95 | 2019, 21-22. Disponible sur :  https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=1317

OCDE (2007), Principes et lignes directrices de l’OCDE pour l’accès aux données de la recherche financée sur fonds publics, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/9789264034020-en-fr.

PUREN, M. Créer son plan de gestion des données. École thématique. Lille, France. 2021. ⟨hal-03183724⟩

REBOUILLAT V. Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs. Sciences de l’information et de la communication. Conservatoire national des arts et métiers – CNAM, 2019.

REYMONET, N., MOYSAN M., CARTIER A., et DELEMONTEZ, R. « Réaliser un plan de gestion de données « FAIR » : modèle 23 janvier 2018. sic_01690547, version 2

THIAULT F. Data librarian et services aux chercheurs en bibliothèque universitaire : de nouvelles médiations en émergence. 7e conférence Document numérique et société. Humains et données : création, médiation, décision, narration, Nancy, 28 et 29 Septembre 2020.

Notes

[1] Fressangaes, Nicolas. Prendre soin de ses données et les valoriser – Un colloque au sein de la politique Science Ouverte de l’Université de Lorraine, 2020, p. 18.

[2] Monnier, Catherine, « Qu’attendez-vous de votre bibliothèque ? », Arabesques, 95 | 2019, 21-22. Disponible sur :  https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=1317

[3] « Ouvrir la Science – La science ouverte ». Disponible sur : https://www.ouvrirlascience.fr/category/science_ouverte/

[4] « Recommandation de la Commission du 17 juillet 2012 relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation », p. 5. Disponible sur : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2012:194:0039:0043:FR:PDF

[5] « Article L533-4 – Code de la recherche – Légifrance ». Disponible surhttps://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000033205794/

[6] « Le Plan national pour la science ouverte 2021-2024 : vers une généralisation de la science ouverte en France », enseignementsup-recherche.gouv.fr. Disponible sur : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/le-plan-national-pour-la-science-ouverte-2021-2024-vers-une-generalisation-de-la-science-ouverte-en-48525

[7] L’établissement a été labellisé I-site en mars 2022. Voir la page de l’université consacrée à ce sujet : https://nouvelleuniversite.univ-nantes.fr/next

[8] Une enquête de 2021 effectuée à partir de publications, dans neuf disciplines scientifiques (biotechnologies, optique, sciences sociales, écologie, sylviculture,…) parues dans Nature et Science entre 2000 et 2009 et 2010 et 2019,  montre qu’« en tenant compte du temps écoulé depuis la publication sur l’ensemble de la période d’enquête [2000-2009 et 2010-2019], la disponibilité des données sur demande a diminué à un taux de 5,9 % par an-1 selon un modèle exponentiel. » Tedersoo, L. et al. Data sharing across disciplines:’available upon request’ holds no promise. University of Tartu; Institute of Ecology and Earth Sciences https://doi.org/10.15156/BIO/1359426 (2021).

[9] Huma-Num Loire est la plateforme technologique et de service dédiée aux humanités numériques en Pays de la Loire qui accompagne les chercheurs des laboratoires de recherche en SHS de Nantes, Angers, Le Mans.

[10] Huma-Num Box est un service de stockage sécurisé pour des volumes de données de l’ordre de plusieurs tera-octets.

[11] PROGEDO-Loire est la plateforme universitaire des données (PUD) de la région Pays-de-la-Loire.

[12] Le CCIPL est un centre régional de calcul parallèle de taille intermédiaire faisant le lien entre moyens de calculs locaux de calcul et ceux des centres nationaux ou européens.

[13] Glicid est un mésocentre régional de calcul en Pays de la Loire.

[14] La SFR Bonamy fédère l’ensemble des laboratoires de recherche en santé à Nantes.

[15] La plate-forme Bird propose et développe des services d’analyse de données génomiques issues du séquençage haut débit.

[16] L’inauguration de Recherche Data Gouv est prévue pour le 8 juillet 2022. https://projet-recherchedatagv.ouvrirlascience.fr/le-projet/le-calendrier

[17] Voir le billet publié en avril 2022 par l’université de Lorraine, une université pionnière et œuvrant très activement pour le développement concret de la science ouverte. https://factuel.univ-lorraine.fr/node/19989

[18] Voir le descriptif du dispositif ici : https://www.ouvrirlascience.fr/wp-content/uploads/2021/11/2021.10.11_AMI_Ateliers-de-la-donne%CC%81e-002.pdf

[19] Voir la boîte à outils de l’université de Lorraine : https://scienceouverte.univ-lorraine.fr/boite-a-outils/

[20] https://zenodo.org/search?page=1&size=20&q=donn%C3%A9es%20recherche&type=lesson&type=presentation&type=video

[21] https://www.couperin.org/science-ouverte/ressources-du-gtso/groupe-donnees

[22] https://adbu.fr/commissions-thematiques/recherche-et-documentation

[23] Voir par exemple datalibrarians-request@groupes.renater.fr, laetitia-bracco@getrevue.co, bibliotheque@ceris.pasteur.fr, dmpopidor@services.cnrs.fr

[24] Un data paper est un article scientifique évalué par des pairs décrivant non les résultats d’une recherche mais les données d’une recherche.  Ce document de plus en plus demandé par les éditeurs est aussi le moyen d’ajouter une publication supplémentaire à sa bibliographie et de s’assurer une meilleure citabilité. Contrairement aux craintes souvent exprimées, c’est donc le moyen de fiabiliser son apport à la science et d’être crédité d’une recherche.



Citer ce billet
CLAUDINE DELODDE (2022, 28 juin). Les bibliothèques universitaires : un acteur clef dans la sensibilisation et la formation des enseignants-chercheurs à la science ouverte. DLIS. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nt47

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.