La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Marianne Duquenne est doctorante contractuelle en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2019, au laboratoire GERiiCO (ULR 4073). Sa thèse porte sur l’application de la science ouverte en bioéconomie. Elle est co-encadrée par Patrice de la Broise et Joachim Schöpfel.

Ses recherches sont financées dans le cadre du projet pilote ReCaBio — Ressources Catalyses et Bioéconomie du Programme Gradué de l’I-Site ULNE « Science pour une planète en mutation » qui est soutenu par le gouvernement français à travers le Programme d’Investissements d’Avenir (I-SITE ULNE / ANR-16-IDEX-0004 ULNE).

Son carnet de recherche retrace le projet initial de la thèse, une esquisse de la problématique et quelques premiers résultats issus de ses recherches.

Chargée de cours au département des Sciences de l’Information et de la Documentation (UFR DECCID) de l’Université de Lille, ses enseignements portent essentiellement sur la science ouverte et plus particulièrement, sur les archives ouvertes.

ORCID ID : https://orcid.org/0000-0003-1493-7905

Twitter : @mariannedqn

LinkedIn

Adresse courriel : marianne.duquenne@univ-lille.fr

 

Qu’est-ce que la bioéconomie plus précisément ? Elle est souvent considérée comme un vecteur de réindustrialisation. Peux-tu apporter quelques précisions à ce sujet ?

La bioéconomie est définie comme une approche qui vise le remplacement des ressources fossiles, c’est-à-dire les ressources non renouvelables comme le charbon ou le pétrole, par des ressources plus respectueuses de l’environnement que l’on appelle plus communément biomasses. C’est un concept souvent associé à la notion d’économie circulaire.

Pour expliquer ce qu’est la bioéconomie, je m’appuie souvent sur la définition proposée par la Commission européenne (2018) qui est très pragmatique, elle permet de concevoir et d’illustrer la bioéconomie dans le faire : « produire du combustible à partir d’algues, recycler les plastiques, transformer des déchets en mobilier ou en vêtements neufs ou élaborer des engrais biologiques à partir de sous-produits industriels ».

Sur le terrain, j’ai pu constater deux choses : d’une part, qu’il existe plusieurs acceptions de la bioéconomie, c’est un concept qui recouvre différentes réalités et pratiques d’après les personnes interrogées, mais aussi, lorsque l’on s’intéresse aux discours d’accompagnement.

D’autre part, ce concept est relativement invisible sur le devant de la scène sociétale. Pourtant, en considérant les pratiques à échelle individuelle, comme le tri des déchets ou encore les démarches dites « zéro déchet », j’aime dire et constater que nous faisions déjà de la bioéconomie au quotidien sans le savoir.

Dans le cadre de ta thèse, quels types d’acteurs étudies-tu plus précisément ?

Le sujet de ma thèse porte sur l’application de la science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. La démarche de recherche repose sur une approche composite — qui combine des méthodes à la fois quantitatives et qualitatives issues des sciences de l’information et de la communication — pour analyser la mise en œuvre (et la faisabilité) des principes de la science ouverte sur le terrain d’une stratégie régionale en recherche et développement en bioéconomie.

Pour cette recherche, mon intérêt s’est porté sur la région Hauts-de-France ; un territoire largement investi, depuis 2018, dans une stratégie régionale en faveur de la bioéconomie.

La région Hauts-de-France manifeste la présence d’une multitude d’acteurs impliqués dans la bioéconomie sur son territoire : recherche, industrie, transfert, du monde de l’exploitation agricole.

En 2020, un travail de veille a permis d’identifier plus de 400 acteurs et plus de 120 projets en recherche et développement comme étant relatifs à la bioéconomie sur la région Hauts-de-France.

Pour illustrer la présence des acteurs sur le territoire des Hauts-de-France, une cartographie a été réalisée à partir d’Umap, un logiciel open source qui permet de réaliser des cartes géographiques personnalisées. Cette cartographie est interactive et disponible sur le carnet de recherche de la thèse.

Cette étape exploratoire de la thèse a fait l’objet d’une communication orale en juin 2021 lors des 5èmes journées de recherche « PME et territoires » organisées par l’université de Corte.

Intitulée : « Étude des relations inter-organisationnelles sur le terrain d’une stratégie régionale en bioéconomie », l’objectif de cette communication était de s’interroger sur la place de l’information scientifique et technique au sein des relations inter-organisationnelles sur le terrain de la recherche. Le support de la présentation a été déposé sur HAL.

L’émergence du master plan de la bioéconomie de la région Hauts-de-France a été un moteur pour les collaborations entre différents secteurs privés et publics. Une première étape exploratoire a permis de dresser la typologie de ces acteurs et de souligner la richesse des parties prenantes : la recherche, formation, réseaux et organisations socioéconomiques, consulting, transfert de technologie, Industrie et sociétés de service, instituts financiers, administration et collectivité territoire.

À l’issue du recensement, 22 porteurs de projet ont été interrogés pour explorer les moyens mis en œuvre pour diffuser et valoriser les résultats de leurs actions en recherche et développement en bioéconomie sur la région Hauts-de-France.

Ces résultats seront présentés dans le manuscrit de la thèse. Différents aspects sont analysés : leurs pratiques informationnelles de diffusion et d’accès à l’information scientifique et technique, les dispositifs info-communicationnels utilisés, les modes de communication et de collaboration en réseau.

En somme, la démarche qualitative visait à aborder un large panel d’acteurs pour avoir une vue d’ensemble des actions en recherche et développement afin d’étudier l’application des principes de la science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. L’objectif était d’identifier et d’aborder les enjeux qui résident dans la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche.

Finalement, la majorité des personnes interrogées étaient du secteur de la recherche, principalement issues de l’écosystème de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cela montre la place importante des acteurs académiques dans les activités en recherche et développement en bioéconomie.

Néanmoins, j’ai eu la chance de m’entretenir avec un large éventail d’acteurs issus de l’industrie, du transfert, du secteur public (comme des chambres de commerce ou encore, des centres d’étude technique du service public) ; mais aussi, des associations, ou encore des coopératives agricoles. Je regrette de ne pas avoir eu l’occasion d’approcher les parties prenantes citoyennes qui détiennent une place importante dans les actions participatives en bioéconomie.

Pour cause, la pandémie a frappé dès le commencement de la recherche et a complexifié le projet initial de la thèse, il a été nécessaire de faire des choix. Ce manquement n’est qu’une porte à ouvrir pour une future recherche.

Quels sont les organismes de recherche publics qui effectuent des recherches sur la bioéconomie ?

Pour avoir un aperçu des principaux organismes de recherche publics impliqués dans les recherches sur la bioéconomie, il a été nécessaire de mettre en place une démarche plus quantitative pour analyser la production scientifique sur le terrain.

La bibliométrie s’est révélée comme une méthode adaptée pour dénombrer les publications à travers les bases de données documentaires comme Web of Science ou encore Scopus. L’objectif principal de ces études que nous avons réalisé était d’évaluer le degré d’ouverture des publications en bioéconomie à différentes échelles : internationale (Duquenne et al., 2020), nationale (une publication a été acceptée dans la revue Partnership, la parution de l’étude est prévue en juin 2022) et régionale qui fera l’objet d’une communication lors de la 8ème conférence Document numérique et Société en juin 2022, à Liège.

Nous n’avons eu aucune surprise à constater qu’en France, le CNRS est l’organisme de recherche le plus impliqué en bioéconomie. Suivi par l’INRAE qui est un institut national fortement impliqué aussi dans les recherches relatives à la bioéconomie. (Duquenne et al., sous presse).

À l’échelle régionale, les analyses sont en cours. Toutefois, nous avons déjà un premier aperçu qui révèle une nouvelle fois la forte implication du CNRS dans les recherches en bioéconomie sur la région Hauts-de-France. Ces résultats confirment l’adage d’une dominance de cet organisme à la fois dans la recherche française, mais aussi, dans tous les domaines de la connaissance.

Y’a-t-il beaucoup de partenariats entre ces organisations de recherche et d’autres acteurs (publics et privés) ?

Le portail de la région Hauts-de-France en bioéconomie témoigne d’une forte interaction entre le secteur privé et le secteur public. Ce point soulève la présence d’un réseau complexe à travers duquel une pluralité d’acteurs met à profit diverses compétences dans le cadre de projet en recherche et développement sur le terrain.

Face aux différents enjeux environnementaux que soulève la bioéconomie et à l’urgence d’agir, les acteurs du territoire ont compris l’enjeu d’innover pour innover afin d’être les plus efficaces pour répondre aux nécessités de changement dans les modes de production et d’utilisation des ressources.

Différentes formes organisationnelles ont été identifiées : des projets, des collaborations, des fédérations ; les réseaux fleurissent sur le territoire, parfois à l’initiative d’acteurs pivots comme des pôles de compétitivité qui encouragent les chercheurs, les industries à prendre des initiatives et les invitent à faire réseau.

Par exemple, le pôle de compétitivité Bioeconomy For Change, est un acteur majeur de la bioéconomie en France. Cette entité accompagne les régions françaises comme le territoire des Hauts-de-France, la région Grand-Est ou encore la région Normandie dans la mise en place de leur stratégie régionale. Différents portails régionaux de la bioéconomie ont vu dès 2018 — date de lancement du plan national en bioéconomie en France. Cela résulte d’une volonté de l’État français à implanter la bioéconomie de façon raisonnée sur les territoires en octroyer aux régions des compétences en matière de bioéconomie au travers de leur propre Schéma Régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation (SRDEII).

Ce pôle de compétitivité a la volonté de faire travailler de manière intelligente les acteurs privé et public autour d’un “partage de cerveau” comme me l’a expliqué l’une des employées de l’équipe opérationnelle lors d’un entretien téléphonique.

Ce mode de collaboration, qui s’apparente au modèle d’innovation ouverte proposé par Henry Chesbrough (2006), est un moyen qui permet « la connexion de la firme avec des détenteurs de ressources eux-mêmes divers » comme l’expliquent Thomas Loilier et Albéric Tellier (2011, p.73).

Le principe de base de l’innovation ouverte est d’ouvrir le processus d’innovation à tous les acteurs actifs afin que les partenaires génèrent des connaissances communes et participent à l’effort d’innovation dans un domaine particulier.

Cela suppose pour l’entreprise d’ouvrir sa cellule R&D, qu’elle ne soit plus fermée sur elle-même, mais s’ouvre au contraire à d’autres acteurs externes par exemple des laboratoires de recherche académiques.

Cette stratégie lui permet d’acquérir des ressources (connaissances, financements, etc.) jusqu’ici inaccessibles. Pour les chercheurs, l’intérêt de mener des projets en partenariat privé-public est d’avoir plus de chance d’appliquer les connaissances fondamentales qui produisent et de rendre leurs travaux plus concrets dans la réalité.

En matière de diffusion et de valorisation des résultats de recherche, quels enjeux cela soulève-t-il ? Ces questions font-elles l’objet de beaucoup de tensions entre les différents acteurs ?

Ce réseau d’acteurs hétérogènes et ces collaborations ouvertes, c’est tout l’enjeu de cette recherche finalement ; celui d’analyser la science ouverte sur le terrain d’une stratégie qui mobilise différents types d’acteurs privés, publics ayant chacun un rapport particulier à l’IST.

En effet, les collaborations entre le monde privé et le monde public révèlent des compétences, des identités diverses entre les entités, mais aussi, des objectifs qui peuvent être contradictoires et qui peuvent complexifier les relations (Davoine et Deitmer, 2009).

A priori, ce mode de collaboration impacterait l’ouverture des résultats de la recherche, même financée sur fonds publics. Des accords de consortium sont rédigés pour simplifier les termes et les accords entre les différents partenaires d’un même projet. Ce dispositif peut être défini comme un cadre : il définit la propriété intellectuelle, guide les pratiques de diffusion et d’accès aux résultats.

L’un des points importants que nous soulevons dans la thèse est l’idée que l’innovation ouverte en tant que modèle de forme organisationnelle de la recherche, participe, d’une certaine manière, au mouvement de la science ouverte.

Pourtant, de prime abord, l’open innovation ne renvoie pas essentiellement au sens d’accessibilité et d’ouverture des connaissances (Penin, 2008 cité par Dillaerts, 2017) mais plutôt à une manière de décentraliser le processus d’innovation vers des acteurs externes (Guichard, 2006 ; Penin, 2008 cités par Dillaerts, 2017).

En effet, l’analyse des entretiens souligne que les données de recherche produites au cours d’actions en R&D entre des acteurs publics et privés ne sont pas produites en vue d’être systématiquement ouvertes et accessibles (Open Access). Comme cela a déjà été démontré à travers le terme d’Open Source (Loilier et Tellier, 2011) la signification du qualificatif “ouvert” ne tend pas vers les mêmes objectifs.

Pourtant, les porteurs de projet soulignent la nécessité de préserver ce mode de collaboration ouvert qui participe à l’essor de la bioéconomie et à son développement sur le territoire des Hauts-de-France.

Bien que ce modèle semble complexifier la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche, ce type de partenariat entre des acteurs privés et des acteurs publics participe pleinement, d’après les personnes interrogées, au développement, à l’innovation et la recherche dans ce domaine.

Il est vrai que l’on observe à travers les entretiens quelques points de tensions entre les partenaires, notamment autour de la diffusion des résultats, mais cela n’est plus systématique. Les accords de consortium facilitent et encadrent les pratiques de diffusion et d’accès aux résultats.

Finalement, dans le cadre de ces projets, une certaine mise en œuvre de la science ouverte est possible au travers de stratégies informationnelles pour diffuser et accéder à l’information scientifique et technique issue de ces projets dans le domaine de la bioéconomie.

Quels peuvent être les rôles des professionnelles de l’information-documentation dans cet écosystème un peu complexe ?

Les porteurs de projet interrogés reconnaissent la nécessité et l’évidence de mettre à disposition, en libre accès, les résultats issus de la recherche financée par de l’argent public dans le domaine de la bioéconomie.

Par ailleurs, différents besoins d’accompagnement sont clairement identifiés auprès des acteurs de la recherche — les principaux concernés par la dissémination des résultats sur le terrain ­— pour mettre en œuvre les principes de la science ouverte.

Différents enjeux sont décelables, par exemple : les petites structures de recherche disposent très rarement d’un accompagnement spécifique à la dissémination et à la communication des résultats scientifiques ; les pratiques de dépôt dans les archives ouvertes sont encore trop perçues comme des corvées ; la gestion et le dépôt des données dans un entrepôt sont des aspects encore sensibles à aborder ; enfin, les formes d’acculturation à la science ouverte et les outils mis à disposition ne semblent plus être assez suffisants pour renverser complètement la vapeur comme le suggère le deuxième plan national de la science ouverte lancé en juillet 2021.

Je pense qu’il est temps de démystifier les pratiques de recherche relatives à la science ouverte, c’est dans ce sens que les professionnel⸱le⸱s de l’information-documentation sont attendus sur le terrain.

En parallèle, certain⸱e⸱s chercheur⸱e⸱s acceptent de porter une « double casquette » au sein de leurs structures ; iels endossent ce rôle d’expert⸱e du libre accès. Quels sont les apports qu’iels génèrent au sein des structures ? Quel est le poids de cette mission dans leur quotidien en tant que chercheur⸱e ?

Différentes stratégies — relatives à la délégation du dépôt dans une archive ouverte, des formations en interne, des rappels pour déposer, etc. — sont observées pour mettre en œuvre les principes de la science ouverte. Finalement, ces pratiques sont-elles vouées à inculquer, dans le faire et les habitus du⸱de la chercheur⸱e, les « bonnes pratiques de recherche autour de la science ouverte » ?

Les entretiens réalisés soutiennent un réel besoin d’appui à la recherche pour gérer la dissémination des résultats issus de ces projets. Le⸱a professionnel⸱le de l’information-documentation est reconnu⸱e par une majorité, comme un acteur intermédiaire, nécessaire et indispensable dans la mise en œuvre du libre accès au sein des structures.

Dans une étude récente, tu as analysé dans quelle mesure les articles scientifiques relevant du domaine de la bioéconomie sont accessibles en libre accès :

  • Comment as-tu mené l’étude en question ?

C’est dans le cadre d’une étude scientométrique globale, réalisée à différentes échelles (internationale, nationale et régionale), que nous avons souhaité étudier l’ouverture de la production scientifique dans le domaine de la bioéconomie.

Notre première étude (Duquenne et al., 2020) a été menée à échelle internationale sur la période allant de 2015 à 2019. Puis, dans une seconde étude qui sera publiée en open access en juin 2022, nous avons adapté notre stratégie de recherche pour analyser la production scientifique de la France dans ce domaine à cette même période.

Enfin, une troisième étude est en cours pour analyser, selon un spectre plus précis, la production scientifique en bioéconomie de la région Hauts-de-France. À chaque fois, différents aspects ont été interrogés pour évaluer le degré d’ouverture et les tendances de recherche autour de la bioéconomie.

  • Quelles en sont les principales conclusions ?

La bioéconomie est un domaine en progression dans la mise en œuvre de la science ouverte. Les collaborations scientifiques sont internationales, ouvertes, avec un grand nombre de disciplines scientifiques impliquées.

À chaque fois, différents enjeux ont guidé nos choix dans l’élaboration de la méthodologie et de l’analyse : la terminologie, la stratégie de recherche ou encore, l’échelle d’analyse sont des aspects importants à considérer dans ce genre d’étude.

Considérés comme les traces des pratiques de publication, ces résultats quantitatifs sont analysés de façon croisée, avec les entretiens, pour alimenter la discussion de la thèse.

  • Ces constats au niveau international concordent-ils avec les productions scientifiques en France ?

La deuxième étude sur la France soulève différents constats : d’abord, le taux d’ouverture en 2019 pour les publications scientifiques en France en bioéconomie était supérieur à celui de notre premier corpus international.

Cela a été interprété comme le potentiel impact direct de la politique de la science ouverte de l’État français en rapport avec le lancement du premier plan national pour la science ouverte. Puis, les pratiques de dépôt semblent plus privilégiées par les chercheurs français.

Notre étude à l’international montre que la publication dans des revues en libre accès est un mode de diffusion en libre accès très dominant. Comme nous l’avons suggéré : « Cette particularité française reflète sans doute le rôle de la plateforme Hyper Articles en Ligne (HAL) pour la diffusion des publications des universités et surtout du CNRS et de l’INRAE qui tous les deux ont opté pour HAL comme archive institutionnelle » (Duquenne et al., sous presse).

Peut-on observer dès maintenant les impacts des politiques de science ouverte sur la production scientifique dans le domaine de la bioéconomie ? Et également sur les positionnements des différents acteurs ?

Sur le terrain, il est possible de constater les impacts des politiques de science ouverte. Une analyse bibliométrique locale de la production scientifique en bioéconomie sur la région Hauts-de-France est en cours.

Un premier corpus de plus de 300 références bibliographiques publiées entre 2015 et 2019 permet de souligner une nette progression, à partir de 2018 du taux d’ouverture des publications scientifiques en bioéconomie de la région Hauts-de-France.

Toutefois, ce corpus mérite d’être peaufiné pour plus de représentativité et pour produire une étude plus aboutie dans le cadre de la thèse.

Pour approfondir l’analyse locale de la science ouverte en bioéconomie, l’approche composite est un bon moyen pour pallier les biais méthodologiques de la bibliométrie.

L’entretien semi-directif permet d’aborder, dans le cadre des entretiens, l’impact des politiques de la science ouverte en interrogeant les pratiques et les représentations autour de la science ouverte.

Pour l’instant, les résultats sont encore en cours d’analyse et de rédaction. Tout ce que je peux dire c’est que certaines hypothèses de recherche se confirment : il existe différentes qualifications du partage de l’information scientifique et technique ; les acteurs ont recours à des stratégies plus ou moins ouvertes pour diffuser les résultats de leurs projets de recherche ; et enfin, le principe de rendre les résultats issus de la recherche « accessibles autant que possible et fermés autant que nécessaire » participe pleinement au développement de la stratégie régionale des Hauts-de-France dans le domaine de la bioéconomie.

Références bibliographiques

Chesbrough, H. W. (2006). Open Innovation : The New Imperative for Creating and Profiting from Technology (First Trade Paper éd.). Harvard Business Review Press.

Davoine, E. & Deitmer, L. (2009). L’évaluation participative et responsabilisante : un instrument de structuration des projets de partenariat public-privé en recherche et développement. Revue française d’administration publique, 130, 275-289. https://doi-org.ressources-electroniques.univ-lille.fr/10.3917/rfap.130.0275

Dillaerts, H. (2017). Ouverture et partage des résultats de la recherche dans l’économie de la connaissance européenne : quelle(s) liberté(s) de circulation pour l’IST ?. Communication & management, vol. 14(1), 39-54. https://doi.org/10.3917/comma.141.0039

Duquenne, M., Prost, H., Schöpfel, J., & Dumeignil, F. (2020). Open Bioeconomy—A Bibliometric Study on the Accessibility of Articles in the Field of Bioeconomy. Publications8(4), 55. https://doi.org/10.3390/publications8040055

‌Duquenne, M., Prost, H., Schöpfel, J., & Dumeignil, F. (sous presse). La bioéconomie en France. Une étude scientométrique. Partnership, 17(1).

Guichard, R., & Tran, S. (2020). L’innovation distribuée: un modèle organisationnel généralisable ? Le cas du secteur de la défense. Revue Internationale PME19(2), 79–99. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00293630

Loilier, T. & Tellier, A. (2011). Que faire du modèle de l’innovation ouverte ?. Revue française de gestion, 210, 69-85. https://doi-org.ressources-electroniques.univ-lille.fr/

Merci beaucoup Marianne pour ta contribution et cet entretien riche et passionnant. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.