L’appel à résidence de chercheurs CollEx-Persée : retour sur un nouveau mécanisme

CollEx-Persée est une infrastructure de recherche en information scientifique qui réunit un ensemble de partenaires aux profils complémentaires : les grandes bibliothèques patrimoniales et universitaires françaises, les opérateurs nationaux en information scientifique et technique et la Bibliothèque nationale de France. Le réseau compte aussi un réseau de fonds, labellisés d’excellence, répartis dans différentes institutions sur tout le territoire.

La mission principale de ce dispositif est de favoriser l’usage des collections des bibliothèques par les chercheurs, dans un contexte où les évolutions techniques et la disponibilité massive de ressources documentaires en ligne ont modifié le processus de recherche. CollEx-Persée soutient le développement de collections hybrides adossées à des services répondant aux nouveaux besoins des chercheurs, ceux-ci étant, à la fois, utilisateurs de sources d’information diverses et producteurs de données et de résultats de recherche. Dès sa création, en 2017, CollEx-Persée s’est doté d’un programme central, piloté par l’UMS Persée, dédié au développement d’une politique nationale de numérisation[1]. Celle-ci s’organise selon trois axes majeurs : le soutien à la production et à la diffusion de corpus numérisés ; le portage de programmes pluridisciplinaires d’envergure nationale ; la promotion de la bibliothèque comme lieu de recherche et d’expertise.

L’appel à projets Résidences s’inscrit dans ce dernier axe, en offrant la possibilité à un chercheur, dont les travaux concernent un fonds particulier conservé par une bibliothèque du réseau CollEx-Persée, de travailler à sa mise en valeur scientifique et technique, avec les équipes de la bibliothèque, dans le cadre d’un contrat établi pour une durée d’un an. Lancé à l’automne 2020, l’appel a permis de soutenir 7 résidences, qui débutent en cette rentrée 2021. Retour sur un mécanisme original[2].

Une résidence de chercheur en bibliothèque, un modèle original ?

Les résidences de chercheurs en bibliothèques visent trois objectifs principaux : 1) Mobiliser des chercheurs pour contribuer à la valorisation scientifique et à la diffusion de corpus conservés dans les bibliothèques du réseau CollEx-Persée ; 2) Promouvoir des travaux communs aux chercheurs et aux professionnels de l’IST en favorisant les coopérations entre ces acteurs et faire émerger des projets alliant, dès leur conception, expertises scientifique et documentaire, au bénéfice de la science ouverte. 3) Préfigurer des projets de numérisation enrichie qui pourraient s’insérer, à terme, dans des programmes à vocation nationale.

Différents scénarios ont été mûris, dans le cadre du groupe de travail Numérisation[3], durant l’année 2020, avant de s’orienter vers un format de résidence annuelle en concertation avec le conseil scientifique du GIS CollEx-Persée. Les objectifs étaient clairs : mobiliser les chercheurs pour étudier un ensemble documentaire d’excellence, tout en favorisant les interactions entre bibliothèques et chercheurs.

Plusieurs types de résidences auraient pu être envisagés permettant, chacune, plus ou moins de liberté pour le chercheur dans la définition de son travail de recherche et le choix du fonds qu’il souhaitait exploiter et imposant une collaboration, plus ou moins étroite, entre bibliothèque et chercheur pour la valorisation d’un fonds.

Au sein de CollEx-Persée, l’attention est grande pour ménager le délicat équilibre entre l’autonomie des chercheurs pour définir eux-mêmes leurs axes de travail et identifier les fonds qu’ils veulent étudier et l’obtention d’un bénéfice réel pour les bibliothèques, évitant ainsi un effet d’aubaine sans retombée pour les établissements d’accueil.

Le format d’un contrat annuel pour un montant maximal de 50.000 euros a donc été l’option privilégiée comme plus intéressante et ambitieuse qu’une simple bourse, et permettant des résultats d’une plus grande ampleur scientifique. Une ouverture assez large a été laissée pour les profils attendus, pour permettre tant à un post doctorant qu’à un chercheur en poste de se présenter, sans critère de nationalité. Pour davantage de souplesse, il a été proposé d’ajuster le montant de la résidence au nombre de mois demandés (avec un seuil minimal de 6 mois, cependant).

Le calendrier, pour cette première édition, et du fait d’une année spéciale de confinement, fut assez serré. La publication est intervenue le 7 octobre 2020 pour une réponse au 10 janvier 2021 et une évaluation des candidatures par le conseil scientifique au printemps 2021.

Un succès…. Et des questionnements

Une résidence pouvait porter sur des corpus de différentes natures : fonds à numériser (imprimés, archives, cartes, plans, photographies, plaques de verre, objets 3D, etc.), fonds déjà numérisés mais nécessitant un enrichissement de métadonnées ou de référentiels, corpus nativement numériques, métadonnées ou référentiels spécialisés, données de la recherche ou d’autres productions de laboratoires.

Par ailleurs, la réponse à cet appel devait combiner des opérations documentaires (constitution de corpus, inventaire ou description de fonds, création ou enrichissement de données et de référentiels) ; des travaux de recherche (recherches sur un axe d’étude relatif au fonds, recherches sur le fonds, par exemple pour documenter l’histoire du fonds, travail d’identification scientifique sur le fonds) ; des actions de valorisation (préparation et tenue de colloques ou de journées d’études, rédaction ou contribution à des publications scientifiques, préparation d’expositions physiques ou virtuelles…).

Les lauréats ont été désignés par le conseil scientifique de CollEx-Persée, sur la base de l’appréciation du parcours du chercheur, de la qualité scientifique et documentaire du projet,  de son impact pour la recherche et de sa faisabilité, ainsi que de la qualité de la coopération mise en œuvre entre le chercheur et la bibliothèque d’accueil.

14 dossiers ont été déposés pour 632.940 euros. Deux d’entre eux se sont révélés inéligibles. L’enveloppe disponible se montait à 300.000 euros. Finalement, peu d’établissements du réseau, auxquels cet appel avait pourtant été réservé, se sont porté candidats. Les raisons de non candidature sont diverses et il reviendra à CollEx-Persée, en cas de reconduction de ce mécanisme, de travailler avec les membres de son réseau pour améliorer certains points, notamment, le dialogue en amont, avec le chercheur, pour bien définir les attentes de part et d’autre ; le dialogue, aussi, entre services de l’établissement d’accueil, notamment administratifs, pour bien saisir le type de contrat à mettre en place et l’investissement en ressources humaines pour le suivi ; le dialogue, enfin, avec des chercheurs étrangers qui ont du mal à saisir le fonctionnement du dispositif. Bien sûr, la communication ou les délais de réponse, contraints, du fait de circonstances exceptionnelles, ne pourront qu’être améliorés.

Une idée intéressante serait aussi de permettre à la bibliothèque d’établir, en amont de l’appel, ses priorités de valorisation de fonds, ce qui n’était pas le cas dans cette édition. Ainsi qu’en témoigne l’une d’entre elle : « Présenter une liste de sujets déjà prédéfinis par les bibliothèques, (permettrait) de guider les candidats potentiels et (d’) éviter les candidatures hors sujet ou opportunistes ».

A contrario, quelques établissements labellisés ont exprimé leur souhait de candidater, ce qui n’était pas possible dans les critères du présent appel, le portage étant réservé aux 21 établissements membres du « premier cercle » de CollEx-Persée, ceux appelés « délégataires et associés »[4] ; par ailleurs, certains chercheurs auraient souhaité travailler sur des fonds non labellisés par CollEx et détenus ailleurs, ce qui n’était pas envisagé non plus. On ne peut qu’encourager les établissements détenteurs de ces richesses à faire la démarche de labellisation[5].

Certains projets, intéressants par ailleurs, n’ont pu être retenus faute de financement suffisant. Malgré tout, le mécanisme aura mis en marche une réflexion au sein des établissements et opéré un rapprochement concret entre acteurs de la recherche. Comme en témoigne un conservateur des bibliothèques dont le projet n’a pu être retenu : «  La préparation du projet a permis une réflexion sur ce fonds, et l’envie de continuer à y travailler ensemble… » ; un autre : les travaux « auront permis de mieux identifier les axes de travail et les besoins actuels et futurs des chercheurs associés à cet appel (…) Ce type d’appel à projets permet un véritable rapprochement entre chercheurs et bibliothèques, il oblige à une formalisation féconde du projet de recherche et peut permettre de préparer au mieux un futur appel à projets numérisation enrichie. »

Pour un professionnel des bibliothèques issu d’un établissement lauréat, cette préparation de résidence « a permis d’enrichir les rapports existants déjà avec les enseignants-chercheurs, c’est un soutien pour des collaborations plus approfondies avec eux (…) le fait de co-construire le dossier entre le professionnel IST et le chercheur est fondamental ». Un dernier témoignage souligne que « le cadre du projet correspond à un vrai besoin de l’établissement : une foultitude de fonds mal signalés ou en attente de signalement pour lesquels les compétences peuvent manquer (linguistiques mais pas seulement) et qui peuvent dépasser largement celles d’un bibliothécaire. » (…) « Le temps passé à préparer ces projets semble du temps bien investi pour sensibiliser des laboratoires à des fonds qu’ils n’avaient pas repérés et il est certain que nous poursuivrons avec eux l’étude de projets communs. ».

Les lauréats : tour d’horizon à suivre sur collexpersee.eu

S’il fallait synthétiser les points communs des projets lauréats, on pourrait avancer en premier lieu l’expertise indéniable des binômes mis en place, assurant le bon équilibre des travaux. Le conseil scientifique s’est laissé convaincre par l’objet des résidences dont les conditions de réalisation dans la composante documentaire comme dans les attendus scientifiques étaient clairement présentées. On remarquera aussi une vraie articulation entre les projets de recherche et les politiques des établissements d’accueil soucieux de valoriser les fonds. La cohérence de cette démarche rassure sur la faisabilité grâce à une bonne insertion des résidents dans les bibliothèques et au personnel mis à disposition. Bien souvent, on constate que les projets lauréats sont en germe depuis longtemps, reposant sur des bases sérieuses qui leur permettront d’être un préalable à une numérisation de qualité et à une diffusion ouverte. Enfin, la plupart offre aussi, en plus de l’impact scientifique, une dimension pédagogique.

Tour d’horizon :

Étudier et dessiner la Grèce au début du XIXe siècle : le fonds Carl Haller von Hallerstein de la Bnu de Strasbourg, avec Daniela Lefèvre-Novaro (Unistra) et Claude Lorentz (Bnu), est un projet équilibré et prometteur sur un fonds méconnu, plurilingue, conservé à  la Bnu de Strasbourg, de l’architecte et archéologue bavarois Carl Haller von Hallerstein (1774-1817). Un premier volet concerne l’épistémologie de l’archéologie et se propose d’étudier la redécouverte des sanctuaires de la Grèce antique à l’aube du XIXe siècle à travers descriptions et dessins, et un second volet d’histoire culturelle envisage l’étude de la collection de dessins originaux et majoritairement inédits. Les réalisations proposées consistent en l’établissement de métadonnées descriptives relatives aux documents étudiés en vue d’une publication ultérieure en open access via l’outil de diffusion de corpus numériques de la Bnu. S’y ajoutent une dimension pédagogique envers les étudiants de master en histoire de l’art et la possibilité de coordonner le travail d’une équipe interdisciplinaire internationale autour du fonds après numérisation.

Itinéraire de voyage de M. H. Viollet. Crédits : Fonds Henry Viollet | Droits réservés CeRMI/BULAC

EpiPOM, Epigraphie du Proche-Orient médiéval. Le fonds Henry Viollet de la BULAC (1904-1913) et l’étude du patrimoine architectural en pays d’Islam, porté par la BULAC avec Martina Massulo (Université de Lille) et Farzaneh Zareie (BULAC). Ce projet s’attache à étudier le patrimoine bâti islamique à partir de la riche documentation assemblée par H. Viollet, architecte et photographe du début du XXe siècle. Jusqu’à présent, aucune réelle sauvegarde ni aucun traitement bibliothéconomique systématique n’ont été réalisés et, partant, il n’y a jusqu’à présent que des exploitations scientifiques fragmentaires. Tout cela sera repris en travaillant sur l’enrichissement des métadonnées, la diffusion puis l’archivage pérenne. Le fonds Viollet permet de réexaminer le corpus d’inscriptions historiques du Proche-Orient médiéval et d’enrichir les études sur le patrimoine architectural des pays d’Islam. Un réseau de chercheurs en archéologie islamique travaillera de façon collaborative à l’identification des monuments photographiés, ce qui pourrait donner lieu, ensuite, à un projet ANR ou à un financement dans le cadre d’Horizon Europe.

« Archives Gilliéron ». Infrastructures numériques pour le fonds d’archives et la collection des artistes Gilliéron, porté par l’Ecole française d’Athènes avec Christina Mitsopoulou (Université de Thessalie) et Marie Stahl (EFA). Les Gilliéron ont joué un rôle important autour des questions liées au savoir archéologique en Grèce de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1980, on peut même dire que leur impact fut mondial. A partir d’un fonds exceptionnel déposé à l’EFA entre 2015 et 2019, comptant des milliers de documents sur supports variés, et qui seront valorisés grâce à des outils numériques élaborés pour cela, un éclairage nouveau sera apporté sur l’activité de cette famille influente. Les travaux documentaires menés autour de ce fonds et présentés avec beaucoup de méthode permettront un partage international et l’interconnexion de ces documents de différentes natures. A terme, un portail en ligne permettra la diffusion et l’exploitation du fonds et des collections d’objets, dans le respect des principes FAIR.

Mise en valeur scientifique et technique du fonds de manuscrits arabes de la Bnu, avec  Géraldine Jenvrin (IREMAM-UMR 7310) et Daniel Bornemann (Bnu). La collection au centre de cette résidence compte 210 manuscrits. Elle est née durant la période allemande de l’Alsace-Lorraine pour appuyer l’enseignement des langues orientales à l’université et, du fait de sa constitution, est particulièrement représentative de la diversité des manuscrits du monde oriental (pour les provenances, sujets, époques), des religions et des écritures. Ayant fait l’objet de quelques catalogues malheureusement incomplets, le projet, soigneusement construit et à haute valeur scientifique ajoutée, compte reprendre l’ensemble du traitement en tenant compte des acquis de 150 ans de recherches. Une édition numérique du manuscrit consacré à la médecine d’al-Hamawi viendra illustrer l’apport de ce signalement enrichi pour la valorisation scientifique. L’ensemble du projet est, par ailleurs, intégré dans un environnement de haut niveau en philologie arabe.

Danseuses de cancan, in Moulin Rouge, Henry-Jacques, lithographies de Van Houten, Paris : Marcel Seheur, 1925. | © Fonds Pierre Féret, Théâtrothèque Gaston Baty, Université Sorbonne Nouvelle.

« Paris s’amuse » : Mémoires du divertissement et du spectacle populaire, porté par l’Université Sorbonne Nouvelle, avec Camille Paillet (CHS-UMR 8058) et Céline Hersant (DBU-Théâtrothèque Gaston Baty). Le fonds documentaire conservé par la Théâtrothèque, réuni par un ancien prestidigitateur (Pierre Féret), offre un corpus idéal pour valoriser les artistes et répertoires issus des lieux de spectacle que sont les cirques, cafés concerts et autres music-halls, loin du mythe de Paris, capitale des plaisirs dont la forte médiatisation a eu tendance à rendre invisibles ceux-là même qui en étaient les acteurs. Plus de 1500 documents, pour moitié des unica, dans de larges bornes chronologiques et géographiques constituent le corpus. L’objet de la résidence, séduisant et original, sera de rendre justice à ces artistes oubliés et de remettre en lumière un patrimoine ignoré, faute d’inventaires, de répertoires et de dictionnaires. Les résultats seront diffusés sur un portail numérique, mais aussi ludique, accessible à tous, véritable outil pour la recherche, comme support pédagogique, pour les professionnels du spectacle ou, simplement, à disposition du grand public


Counil, Jean-Claude (1927-….), « Montage d’une cellule Lallemand par Pierrette Sottini et M. Nicolas – Laboratoire de Physique Astronomique de l’Observatoire de Paris » – B1441 | © Bibliothèque numérique – Observatoire de Paris, consulté le 18 mai 2021, https://bibnum.obspm.fr/ark:/11287/wdGcw.

Emergence de l’imagerie électronique en France : étude du fonds Lallemand de l’Observatoire de Paris, porté par l’Observatoire de Paris – PSL, avec Frédéric Soulu (Centre François Viète – Université de Nantes) et Aleth Tisseau des Escotais (Observatoire de Paris). Ce projet se concentre sur l’étude et la valorisation des archives portant sur les caméras électroniques et détenues par l’Observatoire. Produites par André Lallemand, chercheur de l’institution et qui fut lui-même l’inventeur d’une caméra à effet photo-électrique et multiplication électronique, utilisée dans les grands télescopes dans ce moment particulier qu’est le passage de l’astronomie française à l’astrophysique (années 60-70). La résidence envisagera tous les aspects de cette invention dans une perspective historique et scientifique sans omettre l’impact internationale de cette innovation.

KINOPEDIA – Repenser les images du passé pour une pédagogie du présent, porté par l’Université Sorbonne Nouvelle, avec Mathilde Rouxel (LIRA – EA 7343) et Vincent de Lavenne (DBU). Avec cette résidence, nous sommes au cœur des problématiques coloniales et post-coloniales. Le corpus envisagé, issu de la cinémathèque centrale de l’enseignement public offre près de 80 ans d’histoire du cinéma pédagogique de l’ancien Empire français (1920-1996), qui sont autant de témoignages ethnographiques des représentations des peuples de l’Afrique et du Moyen-Orient. Par un travail d’indexation et la mise à disposition numérique de cette bibliothèque, ce sont de nouvelles exploitations scientifiques qui seront rendues possibles, à rebours de leur fonction première. Les aspects techniques sont bien pensés ainsi que la diffusion, susceptible d’intéresser une vaste galaxie d’acteurs, au-delà des chercheurs actuellement très actifs sur ce terrain.

*

La description des résidences ci-dessus démontre, s’il en était besoin, l’intérêt scientifique et documentaire de la valorisation de cet ensemble de corpus, mais aussi les synergies mises en place pour en assurer le développement et des livrables utiles à des communautés scientifiques élargies. La plus-value des résidences CollEx-Persée est bien acquise en tant qu’elle permet à un chercheur de travailler réellement au sein d’une bibliothèque de l’Enseignement supérieur et de la recherche pendant une année. Elle permet aussi d’atteindre son objectif visant à faire des bibliothèques des lieux de recherche.

L’impact sera assurément qualitatif compte tenu de l’expérience des acteurs impliqués, de leurs compétences réunies et de l’ambition des projets soutenus. Nul doute que des projets de numérisation d’envergure, inscrits dans la science ouverte, pourraient ensuite être développés à partir de ces premiers travaux et qu’une méthodologie commune aux chercheurs et aux professionnels de l’information scientifique pour la valorisation numérique des fonds pourrait être consolidée.

Malgré ces attendus positifs, certaines questions seront à instruire avant toute reconduction de cette première expérience, notamment celle du financement à réserver à ce type de démarche, toujours insuffisant au regard des besoins. Il serait sans doute intéressant de travailler avec d’autres types de dispositifs, comme les instituts d’études avancés pour l’accueil de chercheurs étrangers, ou bien en lien avec les CRCT (congés pour recherches ou conversions thématiques) dans les Universités ou encore l’accueil en délégations des enseignants-chercheurs au CNRS, pour trouver des points de convergence et de mutualisation et optimiser, par-là, l’investissement à la fois des candidats, des établissements d’accueil et des évaluateurs.

Notes

[1] L’UMS Persée est dirigée par Gabrielle Richard, conservateur en chef des bibliothèques. Pour en savoir plus : https://www.collexpersee.eu/a-propos/persee-et-collex/.

[2] Cet article a comme sources les différents travaux préparatoires à cet appel à résidences, les notices des résidences rédigées par les porteurs sur le site web collexpersee.eu, ainsi que le rapport du conseil scientifique  publié : https://www.collexpersee.eu/aap19_20-rapport-devaluation/ .

[3] Le groupe de travail Numérisation est composé d’experts, issus de différentes structures de l’enseignement supérieur et de la culture. Laurie Aoustet (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) et Héloïse Marill (Persée) en sont les pilotes. Plus d’informations : https://www.collexpersee.eu/groupes/numerisation/

[4] Le réseau : https://www.collexpersee.eu/le-reseau/.

[5] Obtenir le label d’excellence CollEx : https://www.collexpersee.eu/obtenir-le-label-collex/.

Catherine Désos-Warnier

Catherine Désos-Warnier est docteur en histoire moderne et conservateur en chef des bibliothèques. Depuis mai 2018, elle est chargée de mission pour le GIS CollEx-Persée, infrastructure de recherche en information scientifique, inscrite à la feuille de route nationale du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et pilotée par la Bibliothèque nationale et universitaire.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.