Le livre scientifique peut-il survivre au format numérique ?

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste dans l’enseignement secondaire depuis plusieurs années. Riche de son expérience professionnelle, engagée dans la transmission des savoirs, elle a élargi ses compétences à l’édition numérique en obtenant en 2021 le master 2 Publication numérique de l’Enssib. Elle a rédigé son mémoire sur les enjeux contemporains du livre numérique dans le contexte de l’édition scientifique sous la direction de Valérie Larroche, et disponible en ligne à compter de novembre 2021. Elle s’investit dans la diffusion en accès ouvert et le développement de projets éditoriaux innovants.

Contexte

Depuis les années 1990, la démocratisation du réseau mondial Internet et des technologies du numérique bouscule la production, la diffusion et l’accès aux informations. Elle transforme également le travail savant et notre rapport aux connaissances scientifiques. En quelques clics nous fouillons les milliards de données qui composent le web et nous trouvons potentiellement, dans cette surabondance informationnelle, des réponses à nos interrogations (Mille, 2014)[1].

Cependant, la capacité de ce média à déhiérarchiser la diffusion d’informations, parfois erronées, interroge. Les publications tous azimuts nécessitent plus que jamais le regard critique du citoyen, mais aussi la maitrise d’une littératie numérique doublée d’une vigilance face aux envoûtements médiatiques (Citton, 2014)[2]. Dans ce contexte et afin de soutenir le livre scientifique, je présenterai dans cet article l’intérêt de son développement au format numérique enrichi.

Libéralisation du marché cognitif et remise en cause de la parole scientifique

La science est sollicitée par une population souvent diplômée mais aussi par le champ politique afin de mieux saisir un monde complexe et cinétique. À titre d’exemple, la récente crise sanitaire débutée en 2020, confirme une propension à interroger mais également à remettre en doute la recherche scientifique. Dès 2013, le sociologue Gérald Bronner interroge ce processus, en partie relié au développement des réseaux sociaux :

 « Cette suspicion à l’égard de la science, croissante depuis une trentaine d’années, devient plus évidente encore lorsque sont abordés certains sujets, qui ont été très médiatisés et donnent l’impression à nos concitoyens qu’ils les connaissent. » (Bronner, 2013)[3].

Le numérique favorise l’immédiateté et la profusion de formats courts, il a des conséquences sur la démarche scientifique, car il simplifie sa communication en oubliant souvent d’exposer ses règles et ses spécificités (Aubin, et al., 2021)[4]. En permettant la multiplication et la rapidité de diffusion des informations, des connaissances et des savoirs, Internet est l’outil idoine de la libéralisation du marché cognitif, mais cela pose la question de la capacité des individus à savoir lire cette nouvelle forme de diffusion d’informations.

À l’ère du numérique, le livre scientifique a-t-il encore de l’intérêt ?

La forme de publication dans le domaine scientifique qui s’impose avec le numérique est celle de l’article inscrit dans des revues qualifiantes. Dans ce contexte de diffusion rapide et exponentielle – favorisant l’écriture au format court, mais aussi l’image et la vidéo – le livre académique, tout en complexité et en développement, peut-il trouver sa place ? Sa forme numérique présente-t-elle des intérêts pour la mise en scène de la démarche scientifique ? Pour transmettre des résultats scientifiques complets et détaillés ? Pour améliorer la visibilité du chercheur et de la science sur le web ? Et plus exactement, quelles évolutions sont à imaginer afin de promouvoir les savoirs pluriels et complexes ? Le livre scientifique dans sa version enrichie, c’est-à-dire en y associant des images, des sons, des vidéos, des renvois, des hyperliens, peut-il trouver sa place et promouvoir la science ? Sur quels principes, écritures, techniques, formes d’appropriation, attachés à la science et au numérique, les auteurs et professionnels du livre peuvent-ils s’appuyer pour inventer des formes originales de publications scientifiques ? Le livre, encore souvent plébiscité dans les sciences humaines et caractérisé par de petits tirages, peut-il dans sa version numérique élargir son lectorat et favoriser le dialogue entre science et société ?

Hypothèse

Pour répondre à mes questionnements, j’ai émis l’hypothèse qu’en utilisant la puissance communicationnelle d’Internet et sa capacité de transmission ultra rapide, le livre numérique serait un vecteur efficace de propagation des savoirs. En s’appuyant sur les éléments comme l’hypertextualité et le multimédia, il ouvrirait de nouvelles possibilités d’écriture aux chercheurs et de réception aux lecteurs (Chenevez, 2021)[5].

Méthodologie

J’ai exploré les effets induits par le format numérique sur la production du livre académique en centrant mon travail sur les sciences humaines et sociales ainsi que sur les sciences du vivant. D’une part, parce qu’elles ouvrent aujourd’hui sur des enjeux sociétaux et environnementaux essentiels, d’autre part, parce qu’elles se sont tournées à vive allure vers le numérique ces dernières années, en favorisant notamment le passage des revues scientifiques imprimées au format électronique. J’ai interrogé des auteurs enseignants-chercheurs, des éditeurs et des étudiants, sur leurs représentations et leurs rapports au livre. L’objectif principal de mes entretiens était de faire émerger les atouts de la version numérique pour ces différents acteurs sociaux. Plus spécifiquement, ma rencontre avec les enseignants-chercheurs visait à questionner leurs relations à l’écriture, à la transmission des savoirs et leurs collaborations sur de nouveaux projets éditoriaux intégrant du numérique. J’ai aussi sondé la place occupée par le livre digital auprès des éditeurs. Enfin, mes échanges avec les étudiants m’ont permis d’explorer leurs pratiques de lecture et de réfléchir à ce que le numérique apporte au renouvellement de leurs méthodes de travail, par exemple.

J’ai également cherché comment le livre numérique pouvait mettre en valeur la démarche scientifique. J’ai étudié deux productions digitales récentes, l’E-manuel d’histoire, un manuel dédié aux études en histoire, fruit d’un partenariat entre Nouveau Monde éditions, l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, l’université Paris-Saclay et le Consortium Couperin[6]. Je me suis aussi penchée sur la collection d’anthologies historiques Living Books about History[7], initiée par une structure nationale de recherche pour les sciences historiques en Suisse, Infoclio.ch[8]. J’ai choisi ces deux exemples car ils sont novateurs sur la question de la médiation scientifique et fonctionnent sur le principe de la diffusion en accès libre.

Du livre homothétique au livre enrichi

Le livre numérique homothétique est une version à l’identique du livre imprimé, dont il reprend la structure générale. Cette offre est prédominante aujourd’hui. Il est lisible sur un écran, dans différents formats HTML, PDF (Portable Document File) ou ePub. Avec la version numérique homothétique, la notion de livre épuisé n’existe plus. Un atout important pour les ouvrages scientifiques, qui constituent des fonds à rotation lente et sont parfois réimprimés au bout de vingt ou trente ans ; une recherche pouvant être valorisée plusieurs années après sa réalisation. Dans son format numérique enrichi, le livre est protéiforme, multimédia et dynamique. Il permet l’exploitation des médias numériques, du web et l’intégration progressive de nouvelles ressources de différentes natures (audio, vidéos, images), ce qui reste impossible sur papier imprimé. La version numérique enrichie de l’ouvrage fait ainsi converger les usages du livre et du web (Laborderie, 2020)[9]. Elle est également caractérisée par l’attention portée à l’introduction dans les interfaces de lecture de dispositifs d’accessibilité par exemple, pour les personnes en situation de handicap (difficultés de lecture, troubles cognitifs spécifiques, dyslexie, troubles visuels, etc.).

Cinq intérêts pour le livre scientifique numérique

  1. Valoriser les ressources patrimoniales

Le livre numérique enrichi permet de rendre visible les ressources patrimoniales, les textes savants, les cartes géographiques ou autres artefacts du passé jusqu’alors conservés dans les bibliothèques, les archives, les musées et réservés à un public relativement réduit. Ces fonds, de plus en plus numérisés par les établissements ou institutions culturels et patrimoniaux permettent de les relier à une écriture savante. Ce qui favorise des mises en récit de plus en plus contextuelles, complètes et passionnantes. Les sources peuvent ainsi résonner dans toute leur singularité et matérialité. Ainsi, chaque livre de la collection d’anthologies historiques Living Books about History, rassemble grâce aux liens hypertextes, les textes des auteurs et des sources savantes issues de fonds patrimoniaux. Une place peut être faite à une pluralité de documents dans les livres scientifiques s’ouvrant progressivement au grand public.

  1. Mettre en scène la démarche scientifique

Le livre enrichi par sa forme réticulaire offre des similitudes avec la pensée scientifique, toujours en mouvement. Il semble être un format de publication idéal pour présenter la science en train de se faire. Dans le sens où il peut tout à la fois exposer la définition d’une question, les observations, les comparaisons de données, les résultats, les dialogues entre pairs, les disputes scientifiques, les approches pluridisciplinaires, le décloisonnement des savoirs, en convoquant pour cela différents médias, le texte, l’image et le son.

  1. Exprimer les collaborations scientifiques

La conception d’un livre numérique offre l’occasion de collaborations scientifiques et d’une nouvelle sociabilité entre différents corps professionnels. À l’exemple du travail mené par Martine Clouzot, professeure en histoire du Moyen-Âge et Marie-José Gasse-Grandjean, ingénieure de recherche CNRS lors de la réalisation de leur Living Book consacré au fou dansant dans les images médiévales, ravies d’avoir pu croiser leur savoir-faire, leurs compétences pour donner naissance à un objet éditorial innovant (Clouzot, et al., 2020)[10].

Le livre numérique est l’occasion de mettre en place des collaborations entre institutions, des partenariats, des coéditions, à l’instar de l’E-manuel d’histoire, auquel ont collaboré vingt-six chercheurs.

  1. Exploiter les ressources du web

De nombreux matériaux sont à présent disponibles pour les chercheurs sur le web. Ainsi, Olivier Lazzarotti, enseignant-chercheur en géographie à l’université de Picardie, a exploité plus de deux cents chansons disponibles en ligne pour son ouvrage Tourisme et chansons. Un travail qui aurait été plus complexe à mener il y a vingt ans. Plus encore, les données disponibles sur le web étant sans cesse croissantes, elles offrent la possibilité de contextualiser, d’enrichir ou d’interroger sans cesse la problématique d’un livre.

  1. Créer de nouveaux supports de médiation

En ayant la possibilité de joindre à leurs écrits, des contenus multimédias, les auteurs scientifiques peuvent envisager la création de nouveaux supports de transmission des savoirs. À l’occasion de son travail d’écriture du livre Tourisme et chansons, l’auteur a également publié des contenus vidéos sous la forme d’une chaine YouTube, complémentaire de son travail d’écriture[11]. La vidéo est ici une écriture parallèle au livre, un moyen supplémentaire de valoriser les chansons en tant que ressources scientifiques. Le livre enrichi offre la possibilité d’intégrer des extraits significatifs de ce genre de production ou même de les proposer en intégralité.

Perspectives favorables

Au-delà des caractéristiques techniques et des avantages évoqués du livre numérique, n’oublions pas l’intérêt de son hypertextualité ou des inclusions hypermédias. Un ensemble qui fournit un terrain favorable à l’édition scientifique pour créer des formes de publications innovantes (Guitton, 2015)[12]. Tout comme la science a une dimension collective, la conception d’un livre numérique associe différentes techniques et transmet des savoirs complexes et enchevêtrés. Elle est souvent le fait d’une collaboration d’acteurs, qui contribuent à son écriture, à sa légitimation et à sa distribution, en croisant leurs regards, leurs métiers, leurs spécialités.

Le livre numérique peut contribuer à diffuser les résultats d’une recherche et des savoirs certifiés par les communautés scientifiques, à faire rayonner les disciplines, les faire exister, en participant à la vie intellectuelle et politique de la société, dans ce nouvel espace public qu’est le numérique. Notre défi est sans doute aujourd’hui de parvenir à rendre audible la parole des chercheurs dans un monde surinformé et si foisonnant que chacun peut s’y perdre. La réflexion sur le développement et l’adaptation du livre à l’ère numérique doit nous fournir une meilleure compréhension du monde, donner du sens, apaiser les tensions, promouvoir la curiosité, la raison et le sens critique.

Bibliographie

Aubin, David, Guillaume, Astrid et Lecointre, Guillaume. 2021. Qu’est-ce qui fait science ? L’atelier de la pensée scientifique. Conférences Sorbonne université. Paris : France Culture, 2021.

Bronner, Gérald. 2013. La démocratie des crédules. Paris : PUF, 2013.

Chenevez, Sandrine. 2021. De l’intérêt du livre numérique dans le contexte de l’édition scientifique ? Mémoire de master Parcours Publication numérique. Villeurbanne : Enssib, 2021.

Citton, Yves. 2014. Pour une écologie de l’attention. Paris : Seuil, 2014.

Clouzot, Martine et Gasse-Grandjean, Marie-José. 2020. Concevoir un living book en sciences humaines et sociales : retour d’expérience. Humanités numériques. 2020.

Guitton, Pascal. 2015. La publication scientifique : du papier au numérique. Binaire, le blog de vulgarisation sur l’informatique. [En ligne] 17 02 2015. https://www.lemonde.fr/blog/binaire/2015/02/17/la-publication-scientifique-du-papier-au-numerique/ .

Laborderie, Arnaud. 2020. Le livre augmenté : un nouveau paradigme du livre ? Revue de la BNF. 2020.

Marcoux, Fabrice. 2014. Chapitre 11 : le livre numérique et le format Epub. Pratiques de l’édition numérique. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2014.

Melançon, Benoît. 2005. Qu’est-ce qu’un livre savant ? Le savoir des livres. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2005.

Mille, Alain. 2014. Chapitre 2. D’Internet au web. Pratiques de l’édition numérique. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2014.

Notes

[1] MILLE, Alain. Chapitre 2. D’Internet au web In : Pratiques de l’édition numérique [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2014 (généré le 03 octobre 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pum/315>. ISBN : 9782821850729. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pum.315.

[2] CITTON, Yves. Pour une écologie de l’attention. Paris : Seuil, 2014.

[3] Bronner, Gérald. La démocratie des crédules. Paris : PUF, 2013.

[4] Aubin, David ; Guillaume, Astrid et Lecointre, Guillaume. Qu’est-ce qui fait science ? L’atelier de la pensée scientifique. Conférences Sorbonne université. France Culture, diffusion le 25/03/2021.

[5] CHENEVEZ, Sandrine. De l’intérêt du livre numérique dans le contexte de l’édition scientifique ? Mémoire de master Parcours Publication numérique. Villeurbanne : Enssib, 2021.

[6] Le manuel d’histoire en accès libre :  https://lib.isiaccess.com/NUMPREMIUM/library  / Le webinaire complet du projet : https://www.youtube.com/watch?v=vJG5S-LQAwQ

[7]La collection d’anthologies historiques en accès libre :  https://www.livingbooksabouthistory.ch/fr/

[8] Cette structure a été créée en 2008 à l’initiative de la Société suisse d’histoire (SSH) et de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH).

[9] Laborderie, Arnaud. Le livre augmenté : un nouveau paradigme du livre ? Revue de la BNF, Bibliothèque nationale de France, 2020.

[10] Clouzot, Martine et Gasse-Grandjean, Marie-José. 2020. Concevoir un living book en sciences humaines et sociales : retour d’expérience. Humanités numériques. Janvier 2020.

[11] Lazzarotti, Olivier. Une question, une chanson : https://www.youtube.com/watch?v=i7kD3VIBgR8&list=PLTdaqvOLIVZBcj8LxDWuO-Wmd62kALOMF&index=10

[12] Guitton, Pascal. La publication scientifique : du papier au numérique. Le Monde, Binaire, le blog de vulgarisation sur l’informatique, 17/02/2015 [en ligne] https://www.lemonde.fr/blog/binaire/2015/02/17/la-publication-scientifique-du-papier-au-numerique/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.