Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque – notes de lecture

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Publié en 2019, cet opus de la Boîte à Outils des Presses de l’Enssib coordonné par Franck Queyraud, offre une exploration du paysage actuel de la littérature numérique.

Dépassant le cadre technique du livre numérique, cet ensemble de contributions s’attache plutôt à montrer la diversité des problématiques qui se posent et des champs professionnels impactés par le numérique en choisissant comme angle d’attaque la thématique de la création littéraire.

Une approche qui renouvelle le discours sur le livre numérique, et dont l’originalité réside également dans la diversité des profils des contributeurs : auteurs (Anne Savelli, Pierre Ménard, François Bon), éditeurs (François Bon, Guillaume Vissac), chercheurs (Carole Bisenius-Penin, Benoît Epron, Antoine Fauchié, Alexandra Saemmer, Lorenzo Soccavo, Louis Wiart), bibliothécaires (Virginie Chaigne, Guillaume Hatt, Caroline Heissat, Renata Pannekoucke, Franck Qeyraud, Alexandre Lemaire).

Une première partie est consacrée aux processus de création et de publication. Comment sont-il impactés par le numérique, quelles sont les dynamiques à l’œuvre ?

Deux auteurs, deux chercheurs ainsi qu’un éditeur apportent leur témoignage et leur analyse.


L’auteure Anne Savelli tout d’abord, inventorie les changements opérés par le numérique sur le travail d’écriture.

Sans conclure à un progrès, ni diaboliser le numérique, elle montre combien la « géométrie de l’écriture » est bouleversée par l’informatique : possibilité de corrections à l’infini, liens hypertextes introduisant une logique d’ouverture alors que le livre était jusqu’alors un objet fermé.

Les fonctionnalités de recherche sont une autre évolution puissante du texte numérique, en permettant des parcours de lecture différents, ou la mise en lumière de caractéristiques du texte : répétition, liens entre éléments distants qui resteraient ignorés dans un texte physique.

Le numérique signifie aussi pour elle l’accès au web et à un matériau documentaire abondant pour un auteur, il ouvre en outre la voie à des processus d’interactions extraordinaires avec les internautes.

Par exemple, à l’occasion de l’écriture de Volte face, ouvrage consacré à Marilyn Monroe, les envois de photographies peu connues de l’actrice par les internautes ont fini par faire vivre collectivement ce livre.

Enfin, elle montre comment son blog est pour elle un espace de travail et de repli, « une cabane », insistant en parallèle sur la force de démocratisation, de liberté et de partage que constitue le web.


De son côté, Alexandra Saemmer, enseignante chercheuse attachée au laboratoire CEMTI (Centre d’étude sur les médias, les technologies et l’internationalisation) de l’université Paris 8, souligne que le numérique est un formidable terrain d’expérimentation pour la littérature, et ce depuis plusieurs décennies.

Sa contribution met en lumière les différents paradoxes qui s’expriment aussi en parallèle.

En effet, si de nouveaux modes d’expression sont rendus possibles en littérature, la question se pose de la dépendance aux dispositifs techniques, du point de vue de la conservation, mais aussi de la restitution des œuvres, variable suivant les environnements informatiques.

Dans cette littérature d’expérimentation, d’autre part, deux courants bien distincts sont à dégager: l’un explorant les limites de l’écriture, dans la lignée des écoles d’avant-garde comme l’Oulipo, ou le nouveau roman en leurs temps, l’autre lié aux dispositifs de représentation.

L’exploration peut alors aussi bien prendre la forme de productions sur tablettes tactiles que de projections en plein air en milieu urbain, lors de représentations spectacles.

Outre les potentialités créatrices de l’hybridation avec les technologies de l’Internet, les réseaux sociaux, et le multimédia, Alexandra Saemmer note enfin le caractère normalisant, et la dépendance aux industries numériques induits par le numérique.

Un certain nombre de stratégies de contournements sont cependant décrites : l’exploration des limites des algorithmes (en testant les procédures de censures des réseaux sociaux par exemple) ou encore l’insertion de « glitchs typographiques » qui perturbent l’exécution du code des pages html, comme des pieds de nez à l’intention des GAFAM.


Après cette mise en avant des problématiques liées à la création et à la nature des œuvres numériques littéraires, Pierre Ménard, bibliothécaire et auteur lui-même, propose un tour d’horizon des usages du web pour l’écrivain à l’heure actuelle.

Utilisant aussi bien des ordinateurs portables, des tablettes que des smartphones, et exploitant les nombreux outils d’écritures disponibles gratuitement sur le web, plateformes de microblogging, éditeurs visuels, les auteurs explorent aussi les interactions offertes par les réseaux sociaux. On assiste selon lui autant à un bouleversement des modes d’expression, qu’à une modification du rapport auteur/lecteur, le web permettant une facilité et une puissance d’interactions et d’échanges, et la participation des lecteurs à l’écriture.

Pierre Ménard insiste lui aussi cependant sur le rôle stratégique des auteurs pour exploiter les outils du web, sans se laisser enfermer par les plateformes, et sur la responsabilité qui est la leur pour défendre et explorer les outils et médias de la culture libre.


A la suite de ces témoignages illustrant les problématiques liées à l’écriture, et les points de vue d’auteurs, ce sont les aspects spécifiques de l’édition nativement numérique qui sont analysés à travers l’exemple de Publie.net, présentée par son directeur éditorial Guillaume Vissac.

Créé par François Bon à une époque où l’écosystème du livre numérique était en gestation, cette maison d’édition édite désormais 20 à 25 nouveautés par an pour un catalogue constitué de 15 collections. Cependant, Guillaume Vissac indique que l’édition numérique sous cette forme reste un terrain d’expérimentation pour des auteurs inconnus.

La vraie révolution de l’édition réside selon lui dans l’impression à la demande plus que dans l’existence d’éditeurs pure players. Ce process éditorial en effet, permet une gestion des stocks plus fluide, des économies de stockage, et pourrait être la solution pour lutter contre la mise au pilon massive.

Alors que les ventes de livres numériques stagnent pour Publie.net, il peut sembler paradoxal de constater que les ventes et l’édition de livres papier sont en hausse pour cet éditeur de livres nativement numériques. Les formules de vente par le biais d’abonnement contribuent aussi à révolutionner le modèle éditorial numérique.


Enfin, Carole Bisenius-Penin (Centre de recherche sur les médias, université de Lorraine) apporte un éclairage sur la thématique de la formation à l’écriture, et sur la façon dont les universités accompagnent la création littéraire numérique en France. Dans cette réflexion il est relevé que la perception de l’écriture en France, culturellement, comme une vocation plutôt que comme une profession est lourde de conséquences.

En effet, indique Carole Bisenius-Penin, si les cursus universitaires intègrent bien la création littéraire, la professionnalisation est centrée sur la chaîne du livre, et non sur la création littéraire, comme cela peut exister dans les pays anglo-saxons.

Cependant, il est intéressant de noter que dans le même temps, les pratiques d’écritures sur les plateforme dédiées, constituent un nouveau champ de recherche, et obligent à repenser la notion même de littérature.

Plusieurs des auteurs précédents insistent sur la fragilité de la pérennité des œuvres numériques, qui est illustrée par les difficultés de consultation des références bibliographiques proposées, dont beaucoup sont par exemple impactées par l’arrêt récent de la technologie flash.


Après cet éclairage sur l’écosystème de la création littéraire numérique du point de vue des auteurs et des éditeurs, c’est la question de sa prise en compte par les bibliothèques qui est abordée dans une seconde partie de cet ouvrage.

Benoît Epron, professeur associé à la Haute école de gestion de Genève, fait remonter aux années 2000 l’émergence pour les bibliothèques d’un questionnement sur les différentes formes de littérature numérique.

Deux types de production sont à considérer selon lui dans cette démarche de questionnement : les livres homothétiques d’un côté (transposition numérique de l’édition papier) et les livres exploitant les fonctionnalités numériques du web (enrichissement, liens hypertextes, interactivité multimédia).

Les enjeux auxquels les bibliothèques sont confrontées dans les deux cas concernent en premier lieu la mise à disposition des œuvres : pérennité d’écosystèmes documentaires qui dépendent de contenus extérieurs, problèmes juridiques posés par la diffusion d’œuvres sous droit, et dépendance à des environnements informatiques pour l’accès à ces œuvres.

Autre volet problématique pour les bibliothèques celui de la politique d’acquisition : les bibliothèques doivent à la fois repenser leurs pratiques pour cerner une offre éditoriale d’une grande diversité, dispersée de plus dans de nombreux espaces de publication en ligne qu’il faut arriver à circonscrire, mais aussi prendre en compte le réservoir des œuvres librement partagées sur le web, ce qui nécessite de définir des critères spécifiques d’intégration aux collections, et d’organiser une veille pour le repérage de ces œuvres.

Par ailleurs, la médiation de cette littérature numérique entraîne certains écueils dont un défaut de maîtrise pour les professionnels et le « glissement des compétences à valeur ajoutée vers des prestataires extérieurs ».

En ce qui concerne, enfin, le circuit éditorial, Benoît Epron montre que les modèles économiques des productions littéraires numériques questionnent là encore le rôle et l’expertise des bibliothécaires : si les abonnements à des bouquets éditoriaux font passer les bibliothécaires d’une logique d’acquisition à une logique d’abonnement, les contenus auto-publiés, et les contenus éditoriaux publiés sur le web eux, confèrent aux bibliothécaires un rôle de légitimation plus grand que celui qui est le leur avec les documents physiques.


Pour Antoine Fauchié, doctorant au département des littératures de Langue française de l’Université de Montréal, aucune définition claire du livre numérique n’existe en réalité, parce que celui-ci est caractérisé par une diversité de métiers, de pratiques, d’enjeux.

Si l’on s’intéresse à l’histoire de ce média, presque quarante ans séparent le premier livre numérique (fichier texte contenant la déclaration d’indépendance des États-Unis proposé par Michael Hart en 1971) de l’émergence d’un écosystème pouvant concurrencer le papier : format standard, dispositifs de lecture dédiés, catalogue de livres.

Antoine Fauchié explique qu’à partir des années 2010, une terminologie faisant la distinction entre ebook (livre homothétique correspondant à un process de fabrication) et livre numérique (dispositif incluant des enrichissements, des liens, de la réalité augmentée, du multimédia) est apparue. En 2012 une définition légale est publiée en lien avec la promulgation de la loi PULN (Prix Unique du Livre Numérique).

Essayant de définir un cadre conceptuel pour le livre numérique, Antoine Fauchié considère que la notion de livre numérique peut être remise en question lorsque l’un des trois critères suivants n’est pas assuré : celui de la posture de lecture (nécessaire portabilité du livre), celui du caractère clos du livre (le fait de pouvoir ajouter des contenus aux livres sous forme de sites web interrogerait ainsi leur nature comme livre), enfin des critères économico-juridiques autour de la distinction entre bien et service (un livre numérique est-il un bien ou un service?)

En ce qui concerne plus particulièrement le marché du livre numérique, Antoine Fauchié montre qu’il est dominé par le livre numérique homothétique, centré sur le verrouillage par les dispositifs de protection par DRM et le format epub qui en garantit l’interopérabilité.

Parmi les réservoirs de livres homothétiques, le site « Nos livres » offrant un accès centralisé à différents sites et projets à vocation patrimoniale, permet d’accéder à une collection importante de livres du domaine public francophone. Côté sites marchands, les librairies numériques sont nombreuses : libraires indépendants (Les libraires.fr), pure players comme Feedbooks, e Pagine, Immatériel, et enfin les géants du web Amazon, Kobo, Google Play Livres et iBookstore.

Hors livre homothétique, Antoine Fauchié met en avant l’existence d’autres pratiques hors des circuits d’édition classiques, les livres web, mouvement littéraire numérique, qui, si elles sont encore marginales, se rapprochent davantage des usages du web.

Enfin un dernier type de questionnement existe lié à la possibilité actuelle de fabriquer soi-même des livres numériques, ouvrant la voie à des pratiques amateurs.

Alors qu’au-delà de la question de la fabrication d’un livre, se pose surtout celle de sa visibilité sur le web, l’émergence d’outils « tout en un » type Wattpad qui offrent espace d’écriture et communauté de partage interroge, notamment de par sa dimension centralisatrice.

Celle-ci peut selon Antoine Fauchié devenir problématique d’où le rôle important et régulateur des bibliothèques pour lutter contre les dérives hégémoniques du numérique.


Caroline Heissat, responsable des projets numériques à la Bibliothèque départementale du Haut-Rhin, insiste justement sur l’évolution des compétences et les impacts du numérique sur le métier de bibliothécaire, dans le cadre d’une bibliothèque départementale.

Alors que la formation du réseau est devenue un point fort de l’action de ces bibliothèques, elle souligne la nécessité d’une acculturation préalable des équipes au numérique pour susciter auprès d’elles l’envie de se former. Les dimensions ludiques et sécurisantes des dispositifs proposés par la Bibliothèque départementale à son équipe et à son réseau sont de fait les composantes clés des nombreux dispositifs de médiation imaginés pour atteindre cette acculturation : bar numérique, escape game, makey makey…


Cette acculturation au numérique est aussi nécessaire dans le cas de la gestion du livre homothétique en bibliothèque, sur laquelle porte ensuite la contribution d’Alexandre Lemaire, chef de projets numériques au service de la Lecture publique à la Fédération Wallonie-Bruxelles, animateur du groupe Livres numériques à Réseau Carel.

Il dresse un panorama des offres et des problématiques spécifiques au prêt de livres numériques homothétiques en bibliothèques et précise tout d’abord que l’offre de livres numériques est perçue par les professionnels comme destinée à renforcer l’offre papier.

Deux modèles sont accessibles actuellement pour les bibliothèques et coexistent : l’abonnement à des plateformes qui proposent des livres numériques en streaming, et PNB, dispositif de mise à disposition de livres numériques sous droit pour du téléchargement. Le principe de ce dispositif est de préserver tous les acteurs de la chaîne de distribution du livre, éditeur, distributeur, libraire. Un opérateur interprofessionnel, Dilicom, en assure la coordination technique.

Si les résultats d’usage montrent un certain succès, et si le point fort du dispositif est de permettre un accès 24 heures sur 24 à une bibliothèque numérique, des failles existent aussi : le taux de recouvrement avec l’offre grand public, le taux d’implantation qui montre l’existence de zones blanches. Le coût de l’environnement informatique à maintenir pour les bibliothèques pour gérer le prêt numérique sur leur portail est aussi à prendre en compte comme facteur de fragilité du dispositif. Enfin, les conditions de licence proposées par les éditeurs ne favorisent pas les acquisitions de longue traîne, ce qui concourt à réduire l’offre pour les usagers.

Les pistes d’améliorations recherchées sont l’homogénéisation des conditions de licences entre éditeurs, le remplacement de la DRM Adobe qui gère les droits de prêts par la DRM LCP, le développement d’applications de lecture permettant une meilleure fluidité du dispositif.

À noter enfin que les budgets consacrés aux acquisitions d’ebooks sont encore faibles en France (ils sont comparativement 10 fois plus élevés au Québec).

Inverser cette tendance suppose un travail de persuasion auprès des politiques pour que les budgets d’acquisitions numériques soient renforcés. Autre solution, celle d’un catalogue global comme au Québec (BanQ et Pretnumerique.ca) ou en Belgique (Lirtuel). En France le rôle des Bibliothèques Départementales dans le rééquilibrage territorial est souligné.

La formation des professionnels est également un point d’amélioration à viser, ainsi que l’amélioration de la communication entre eux. Il faut rappeler dans ce cadre le rôle important et fédérateur du réseau CAREL.


Complétant cet état des lieux, Virginie Chaigne, responsable de la médiation numérique et Guillaume Hatt, responsable de l’unité public et numérique décrivent à travers l’exemple du réseau grenoblois des pistes pour développer une politique documentaire du livre numérique homothétique.

Il est précisé tout d’abord que si les statistiques d’usage montrent une forte utilisation de l’offre numérique, celle-ci touche néanmoins une faible part de lecteurs.

Il faut, pour construite sa politique documentaire prendre en compte l’environnement de lecture des publics ciblés, un fort déterminisme existant entre offre éditoriale et supports de lecture rappelle les auteurs.

L’offre de lecture numérique à Grenoble est passée d’une offre de prêt de liseuses préchargées d’ebooks, complétée par la collaboration avec Short édition et la proposition de bornes de lecture, à la mise en place d’une bibliothèque numérique.

La bibliothèque de Grenoble a été en effet pionnière dans la construction d’une offre issue du dispositif PNB, sur la plateforme Bibook tout d’abord puis sur la Numothèque.

Il est souligné que la constitution d’une collection titre à titre, comme le permet PNB, permet de mieux adapter l’offre aux usages. La régularité des acquisitions est une donnée importante pour susciter l’intérêt et fidéliser le public. En parallèle, un intérêt pour les contenus issus du domaine public est constaté.

Pour construire la politique documentaire, les interfaces de gestion de prêt permettent d’analyser les statistiques d’usage à granularité fine : on remarque par exemple que le goût pour la nouveauté, est supplanté par une recherche de littérature de genre à certaines périodes de l’année (lectures d’été par exemple), cependant force est de constater que les logiques commerciales à l’œuvre dans l’offre PNB viennent contrarier les dynamiques d’acquisition.

Enfin la volatilité des titres numériques est à mettre en regard des collections physiques dans un objectif de complémentarité.


Un troisième et dernier ensemble de contributions, enfin, s’attache à mettre en lumière des médiations et des expériences de lecture numérique.

Une sélection de coups de cœurs littéraires numériques établie par les contributeurs de la publication est proposée pour ouvrir cette thématique portant sur la médiation.

Constituant un ensemble d’une vingtaine de revues, et livres web décrits brièvement, dont on retrouve les liens dans le padlet ami de la publication, cette sélection permet une première approche précieuse pour une bibliothèque qui réfléchirait à la constitution d’une collection de littérature numérique.

Dans un second temps, Louis Wiart, enseignant-chercheur à l’Université libre de Bruxelles, examine la question de la présence des bibliothèques sur les réseaux sociaux littéraires.

Ces nouvelles pratiques d’interaction avec leurs usagers prennent pour les bibliothèques le relai des mises en avant opérées dans leurs espaces physiques. Il remarque cependant que si cette tendance correspond pour les bibliothèques à une volonté d’être présentes là où sont leurs usagers, ces dispositifs interactifs fonctionnent davantage comme des vitrines, plutôt que comme des forums auxquels les usagers pourraient participer.

Une autre tendance est à souligner pour Louis Wiart, celle de l’engouement pour les réseaux sociaux littéraires, auxquels bon nombre de professionnels participent eux-mêmes.

Même si les bibliothèques peuvent utiliser ces catalogues de recommandations pour enrichir leurs propres catalogues, ils constituent de nouvelles sources de prescriptions qui échappent à la bibliothèque, dont le modèle économique fondé sur la valeur générée par l’activité en ligne des internautes peut questionner, mais permet aussi d’atteindre une masse critique qui offre une lisibilité sur le web impossible à atteindre pour une bibliothèque.


Côté médiation dans les murs, Renata Pannekoucke, bibliothécaire jeunesse à la Médiathèque André Malraux de Strasbourg, propose un retour d’expérience portant sur la médiation numérique avec des enfants. Celui-ci présente un dispositif de lecture interactif de type wii, où les enfants sont plongés dans une expérience de lecture et d’interaction physique pour découvrir le livre.

Développé en 2012 par le Laboratoire des pratiques de l’Ecole du livre de jeunesse, ce dispositif appelé Biblio-connection repose sur la projection des pages de livres, le lecteur explorateur, en position debout face aux images projetées, peut tourner les pages grâce aux mouvements qu’il va faire, des fonctionnalités d’accessibilité (audiodescription, typographies DYS), et des modes de lecture en mode karaoké ou en groupe vont permettre une immersion toute autre dans les livres.

Ce mode de découverte ludique de la lecture est souligné comme attractif pour les jeunes usagers, et favorisant les dynamiques de groupe et la mixité des publics.


Lorenzo Soccavo, chercheur à l’Institut Charles Cros, s’intéresse, lui, aux nouvelles pratiques littéraires numériques des publics et propose des pistes de mise en valeur de ces nouvelles interactions des usagers ou potentiels usagers des bibliothèques avec l’écrit.

Pour lui, trois grands types d’interactions avec le numérique sont à distinguer : le « Do it yourself », tout d’abord, correspond aux plateformes participatives et aux communautés de lecture et d’écriture qui existent désormais sur le web, comme wattpad, la twittérature ou la litteratube. Il y a là, indique-t-il, un réservoir de ressources qui devraient être investies par les bibliothèques, ou a minima par les bibliothécaires, pour créer des dynamiques, être à même d’interagir et de les exploiter.

Seconde tendance autour de ces nouvelles pratiques de lecture, l’« E-médiation » ou « E-prescription » qui révèlent le poids des réseaux sociaux dans les mécanismes de recommandation : le passage des blogs des années 90 aux booktubers des années 2010, puis aux bookstagrammers actuels montre l’effervescence et le passage d’un modèle horizontal de recommandation à un modèle de pairs à pairs.

Enfin, l’existence de pratiques exploratoires autour d’une plasticité du web : expérience de la navigation dans le cyberespace, métavers (« univers parallèle qui simule numériquement différents types d’espaces »), environnements numériques permettant la navigation à plusieurs sur le web, sur le modèle des jeux vidéos, expérimentation autour de la création poétique.

Pour les bibliothèques conclut-il l’enjeu est désormais de trouver l’équilibre entre le tout imprimé et le tout numérique.


François Bon pour conclure, en proposant sa vision d’écrivain du « Lire-écrire à l’ère numérique » nous ouvre  la voie des « chemins de traverses possibles ». Parmi les grands enjeux actuels, François Bon note une prise en compte trop faible des différents médias de la culture numérique dans la réflexion universitaire portant sur la langue, et une dépendance très marquée avec les sphères économico-politiques, qui poussent à la globalisation.

Épinglant quelques paradoxes (les GAFAM épouvantails meilleurs payeurs que les éditeurs traditionnels), il met en avant l’importance d’être présent dans les écosystèmes mainstream : amazon, facebook « à rebours », avec l’objectif de « peser sur les algorithmes ».

Revenant sur les nombreuses expérimentations sous forme d’ateliers d’écriture menées sur le web à travers Remue.net ou le Tiers Livre il décrit tout le potentiel créatif offert par le web, alors même que l’écosystème économique du livre numérique publié semble être à bout de souffle.

Le rôle des bibliothèques est souligné enfin dans l’animation de communautés, pour faire découvrir et rencontrer les auteurs numériques, comme lieu physique proposant des accès aux outils numériques, et comme creuset créatif.


En épilogue de cet ouvrage copieux, de façon à définir des jalons à l’intention des bibliothécaires qui souhaitent valoriser l’ensemble de la production littéraire numérique, et dans la logique de cette collection « Boîte à outils », Franck Queyraud, présente un mémento extrêmement pratique qui offre aux professionnels des bibliothèques, des clés pour construire leur veille et se former, pour constituer une collection, et enfin pour la transmettre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.