Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Compte-rendu du webinaire du 4 novembre 2020 dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier. Replay de la rencontre à venir.

Titulaire d’un double master recherche mention Histoire et mention Études sur le Genre, obtenus à l’Université Lumière Lyon 2 et d’un master 1 Sciences de l’Information et des Bibliothèques (PANIST) de l’Enssib, Lucie Delaunay est actuellement étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib afin d’acquérir une expertise sur l’ensemble des aspects de l’édition numérique.

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste de l’enseignement agricole depuis plusieurs années. Engagée dans la transmission des savoirs, passionnée par l’écrit et la littérature sous toutes ses formes, elle réalise cette année un master 2 Publication numérique à l’Enssib.

Stéphanie Louison est étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib, après un master 1 en sciences de l’information.

Initiatives, stratégies et pratiques éditoriales dans l’édition savante

Des acteurs français et québécois de l’édition savante œuvrant dans l’Open Access et dans l’économie sociale et solidaire ont été conviés par Valérie Larroche, maître de conférence à l’Enssib et Antoine Fauchié, doctorant à la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques pour un webinaire organisé dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier.

Cette rencontre visait à montrer la diversité des acteurs de l’édition savante et à comprendre l’étendue des possibilités proposées par leurs différentes structures. C’est dans cette optique que deux acteurs ont présenté leurs stratégies économico-éditoriales : Sylvie Bigot, des Presses universitaire de Grenoble (PUG) et Émilie Paquin, d’Érudit. Ensuite, des expériences et des pratiques éditoriales liées à des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’Open Access ont été mis en avant avec Servanne Monjour et Nicolas Sauret pour Les Ateliers de [sens public] et Sylvia Fredriksson en tant qu’experte des Communs.

Nouvelles stratégies : économie sociale et solidaire et Open Access

Chacun des acteurs présents a été amenés à repenser ses pratiques et à élaborer de nouvelles stratégies pour pallier les défauts préalablement constatés. Ces derniers étaient de natures diverses : le marché des sciences humaines et sociales a connu un changement de pratiques de la part du public cible, le déficit financier des revues s’est parfois creusé, les outils d’écriture mobilisés ont eu tendance à conditionner la pensée et donc la production du savoir comme sa transmission, les instruments et mécanismes de co-construction de l’action publique n’étaient pas assez développés.

Des réflexions plurielles ont alors été menées à différents niveaux : en interne sur le fonctionnement propre à chaque structure, accompagnée d’une série d’expérimentations éditoriales et de projets pilotes, alliées à un regard extérieur basé sur des missions de terrain auprès des différents corps de métiers de la chaîne du livre. De nouvelles stratégies ont ainsi été élaborées, et se traduisent aujourd’hui par de nouvelles pratiques. C’est le cas des PUG qui ont développé de nouveaux produits, formats et partenariats et sont devenues une société coopérative d’investissement collectif afin de mener à bien ce plan stratégique. Ce nouveau statut leur permet d’intégrer des personnes morales en tant que sociétaires, et les PUG se caractérisent ainsi par une gouvernance collégiale.

Ainsi, l’ensemble des acteurs de l’édition savante présents ont faits des choix économiques novateurs, en se plaçant dans la sphère de l’économie sociale et solidaire ou dans celle de l’Open Access. Le choix du libre accès aux contenus a été fait pour Les Ateliers de [sens public], les Communs ou encore Érudit qui a développé un partenariat pour le libre accès afin de soutenir financièrement les revues avec lesquelles travaille cette plateforme de production, de diffusion et de recherche. Les PUG ont, quant à elles, voulu s’inscrire dans l’économie sociale et solidaire en devenant une coopérative d’investissement collectif basée sur une gouvernance commune.

Initiatives éditoriales : nouveaux outils et nouvelles pratiques

Certains chercheurs se sont également interrogés sur les outils éditoriaux, et en ont conçu de nouveaux afin de remodeler l’écriture et donc la publication numérique de l’édition savante. Stylo, éditeur de texte en ligne spécialement conçu pour les sciences humaines et sociales et imaginé à partir de pratiques existantes dans d’autres communautés d’écritures et de savoirs par l’équipe de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques, en est un exemple flagrant. Cet outil a été pensé pour tout scripteur (étudiant, chercheur ou éditeur) engagé dans une édition scientifique soucieuse de conserver la maîtrise de sa diffusion dans l’écosystème numérique tout comme les données qu’elle produit. Stylo a permis de déverrouiller les éléments bloquants constatés lors de l’expérience avec la collection Parcours numériques. Cette collection lancée par Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra, en partenariat avec les Presses de l’Université de Montréal, visait à expérimenter de nouvelles formes de publication et d’éditorialisation. Les publications sont publiées sous format papier, numérique et numérique augmenté. Cependant, des verrous institutionnels sont apparus notamment au niveau de l’évaluation par les pairs, modèle très traditionnel ne favorisant par la conversation scientifique. De plus, le modèle éditorial de cette collection a été défini à partir du CMS Spip, c’est un modèle qui est non évolutif, pensé en amont et qui a fini par devenir une structure trop rigide pour les auteurs et leurs écrits, montrant ainsi rapidement ses limites pour leur projet. C’est pourquoi, sur le plan éditorial et institutionnel, le choix opéré a été de ne pas imposer de protocole d’écriture ou éditorial à l’intérieur de l’outil Stylo. Ainsi, chaque auteur ou chaque éditeur de revue est en mesure d’établir son propre protocole. C’est donc une ouverture qui permet a minima d’envisager d’autres formes d’évaluation par les pairs. Celle-ci devient une conversation entre pairs et donc une forme de co-écriture.

Cette écriture collective et collaborative, représentative de la maison d’édition Les Ateliers de [sens public], se transmet par des formes rhétoriques et formats autre que la monographie, perçue comme un format assez cloisonné qui a tendance à sacraliser le texte scientifique. Selon l’équipe à l’origine des Ateliers de [sens public], la monographie ne correspond pas à la recherche telle qu’elle s’effectue aujourd’hui au sein des laboratoires en sciences humaines et sociales, à savoir une recherche collective impliquant des chercheurs confirmés comme novices soucieux de se former.

Les Communs, communautés d’écriture autour d’une intentionnalité commune, mobilisent également la co-écriture. Ils sont régis par une gouvernance extrêmement stricte et mettent en place des règles car l’auto-institution est le propre de ces communautés. Ces dernières appellent à un renouvellement des instruments et des mécanismes de co-construction de l’action publique sur le plan juridique, économique, écologique, social et politique. Ces mécanismes se réinventent simultanément à l’émergence de nouvelles scènes de l’action publique, mais également par une intense production sémantique et documentaire qui se veut singulière et différente. Les Communs appréhendent le numérique comme un environnement où les effets d’interaction configurent un milieu de vie technique, dans lequel co-évoluent les diverses parties prenantes. L’écriture devient ainsi un outil à la fois d’action et d’analyse.

L’ensemble de ces acteurs a pour préoccupation de promouvoir la diversité des publications de l’édition savante en mobilisant de nouvelles pratiques et outils éditoriaux afin de prendre soin de la chaîne de la production de l’écrit, tout en favorisant les échanges entre acteurs.

Sitographie :

Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Canada : Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. 2020. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : https://ecrituresnumeriques.ca/fr/

Enssib [en ligne]. Villeurbanne : École normale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. 2020. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : https://www.enssib.fr/

Érudit [en ligne]. Canada : Érudit. 2020. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : https://www.erudit.org/fr/

Fredriksson Sylvia. Définition(s) des communs. In : Fredriksson Sylvia. Sylvia Fredriksson [en ligne]. France : Sylvia Fredriksson. 2020. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : http://notesondesign.org/biens-communs-definitions/

Les Ateliers de [sens public]. Montréal : Université de Montréal. 2018. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : http://ateliers.sens-public.org/

Les Entretiens Jacques Cartier se réinventent [en ligne]. Lyon : Centre Jacques Cartier. 2020. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : https://www.centrejacquescartier.com/les-entretiens/

PUG : éditeur de savoir depuis 1972 [en ligne]. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble. 2020. [Consulté le 04/11/2020]. Disponible à l’adresse : https://www.pug.fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.