Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Pourtant la montée en charge du prêt numérique n’a pas été synonyme d’harmonie, ni pour les bibliothèques ni pour leurs utilisateurs, sans qu’une seule cause technique précise n’ait pu être mise en évidence.

Parmi les points de frictions : les conditions techniques du prêt numérique, le déséquilibre des offres, un sentiment fort de désarroi côté bibliothèques pour dépanner les usagers. Dans ce contexte, le rôle du réseau Carel est à souligner pour aider au dialogue et permettre de continuer à construire ce dispositif.

Une première série d’interventions portait sur les retours d’expériences des bibliothèques du Sillon Lorrain, et de la Bibliothèque départementale de la Vienne illustrant deux types de déploiement possible d’une offre de livres numériques en réseau.

Limédia, un portail atypique pour le Sillon Lorrain

Présenté par Fabien Vandamme, responsable des collections de la Ville de Nancy, le portail Limédia Mosaïque, est une offre de ressources réservée aux abonnés des bibliothèques du Sillon Lorrain (Epinal, Nancy, Metz, Thionville).

Outre cette offre numérique sous droits, deux autres portails, qui sont eux « ouverts » (librement accessibles aux internautes), proposent des documents patrimoniaux : Limédia Galerie (expose des documents iconographiques patrimoniaux numérisés), et Limédia Kiosque (propose des collections de presse ancienne numérisée). Cette marque commune « Limédia » a été construite dans le cadre d’une labellisation BNR initiée en 2013.

Toute l’originalité de Limédia Mosaïque qui englobe une offre de livres numériques (PNB), de magazines (Académia Scopalto) et de musique en streaming (diMusic) réside dans sa construction technique indépendante des circuits traditionnels des éditeurs de logiciels de bibliothèques (le portail a été réalisé par la société informatique ATOL conseil et développement), et dans la forte valeur ajoutée réservée à l’éditorialisation.

Autre élément central de la démarche, l’attention apportée à l’expérience utilisateur, où la facilitation d’accès aux contenus est particulièrement travaillée.

L’attractivité du site fait partie de cette attention portée à l’expérience utilisateur, avec une éditorialisation journalière par les équipes et la mise à jour de la page d’accueil, constituée non de remontées dynamiques de nouveautés, mais de réelles sélections de documents opérées par les bibliothécaires.

La part accordée au livre numérique au sein de ce portail est de 50 000 € annuels (sur 140 000 € consacrés aux ressources numériques). Le fonds est constitué de 9500 ebooks en 2020. Un travail en coordination avec Dilicom a permis une intégration harmonieuse des métadonnées, avec un visuel sobre de notice, une part importante laissée à la première de couverture et à la quatrième de couverture, éléments d’accroche immédiatement repérables.

Un système de gestion de favoris est possible depuis la notice du livre, de même que des fonctionnalités avancées de gestion d’historique de prêts et de réservations. Une interview de Fabien Vandamme proposant un premier bilan de l’usage de ce portail est disponible sur le blog de la bibliothèque de Nancy.

Bibliothèque départementale de la Vienne

Présentée par Stéphane Joseph, responsable du Pôle informatique de la Bibliothèque départementale de la Vienne, la bibliothèque numérique Lire en Vienne proposée par la Bibliothèque départementale à son réseau a la particularité d’être associée à un déploiement en réseau du portail Syracuse (Société Archimed).

Chacune des 60 bibliothèques intégrant ce portail, a donc la possibilité de construire sa propre éditorialisation, ses propres sélections pour le livre numérique.

Pour cette bibliothèque départementale PNB a été le premier service déployé en 2017. L’offre est constituée de romans adultes à 85 %, de romans ados (10%), de documentaires grand public (5%), pour un budget d’acquisition en hausse constante : 10000 € au lancement à 19000 € en 2020.

Un système très régulier de commandes a permis de constituer le fonds petit à petit pour arriver à environ à 2572 ebooks en 2020.

La mise en page de la bibliothèque numérique est, comme celle du Sillon lorrain, axée sur les visuels des ebooks, avec une recherche de simplicité d’accès, des sélections nombreuses proposées dès l’accueil, un travail graphique important du web master pour améliorer l’attractivité de l’interface.

Le service est monté en puissance depuis son lancement passant de 124 lecteurs ayant téléchargé 406 ebooks en 2017 à 1002 lecteurs ayant téléchargé 10 000 ebooks en 2020 (année non complète).

Pourtant, le constat de la faible part d’inscrits touchés par PNB est à souligner : seulement 4 % des lecteurs du réseau. Pour comprendre ce défaut d’inscriptions, les difficultés particulières des Bibliothèques départementales qui n’assurent pas directement la médiation de leurs services numériques auprès des publics cibles sont pointées du doigt comme cause probable de ce faible impact.

Si la promotion de ce service numérique repose sur les bibliothèques du réseau, Stéphane Joseph indiquait par ailleurs le rôle de la bibliothèque départementale a contrario pour en assurer le dépannage directement auprès des usagers, ce positionnement allant jusqu’à utiliser un logiciel de prise en main à distance pour pouvoir diagnostiquer et résoudre les problèmes techniques rencontrés par les usagers lors de leurs prêts numériques.

Un blog est par ailleurs alimenté par la bibliothèque départementale pour communiquer sur les bugs techniques du dispositif, les solutions à mettre en œuvre, les astuces pour se dépanner.

Après ces retours d’expériences permettant d’illustrer différentes modalités de médiation sur les portails, et différents types de déploiement de PNB pour les bibliothèques, une seconde série d’interventions portait sur l’évolution des offres de livres numériques, sur les évolutions de l’écosystème proposé par Dilicom et enfin sur les développements techniques en cours, à travers la présentation des travaux de la fondation ERDlab.

Évolution des conditions de l’offre PNB

Guillaume de la Taille rappelait pour commencer quel était le modèle économique de PNB. Il soulignait notamment le fait que l’on était dans un cadre d’acquisition de licences donnant droit à prêter des livres.

Chaque prêt correspond à un jeton, l’éditeur lui-même fixant le nombre de jetons de la licence. La difficulté de PNB pour les bibliothèques est que, selon les éditeurs, et selon les titres de leur catalogue, des variations de temps d’usage, ou de conditions d’usage interviennent, ce qui complexifie beaucoup ce modèle.

Plusieurs effets induits par ce système de licence peuvent être constatés, et freinent les acquisitions d’ebooks : le boycott des livres à faible rotation (dans la mesure où les licences sont limitées dans le temps les bibliothèques ne prennent pas le risque de perdre des jetons non consommés), et, corollaire de ce boycott, on assiste à un resserrement du choix dans PNB, les acquisitions se concentrant sur les titres à forte rotation.

Guillaume de la Taille plaide pour une tarification « honnête et visible », qui soit adaptée aux bibliothèques publiques, et souhaiterait voir disparaître la problématique des licences obsolètes, non adaptées au prêt numérique (situation ou une bibliothèque détient une licence qui contient encore des jetons).

Beaucoup d’éditeurs néanmoins se sont rapprochés des demandes du réseau Carel comme en atteste le tableau synthétisant les conditions de licence disponible sur le site, au moins en ce qui concerne la durée maximale du prêt (homogénéisée à 59 jours pour tous les éditeurs).

Les nouvelles offres de Dilicom pour accompagner les bibliothèques et leurs lecteurs

Véronique Backert, directrice générale de Dilicom, indiquait par ailleurs que l’offre numérique ouverte par les éditeurs aux bibliothèques, représente 465000 fichiers actuellement, avec une tendance à un lissement des conditions de licences : 1/3 de l’offre correspondant en effet aujourd’hui à des licences ouvrant des droits d’usage pour 10 ans, plus de la 1/2 de l’offre correspondant à des licences à durée illimitée, mais avec une restriction à un usager simultané (licences du groupe Hachette).

Cette journée était l’occasion de présenter l’application de lecture Baobab, développée spécifiquement pour le dispositif de prêt numérique français PNB.

Cette application, qui permet de lire sur tablettes Android, IOS et smartphones, ainsi que sur un type de liseuses Android, a été pensée pour faciliter la lecture numérique des usagers des bibliothèques. Elle ne prend en charge que la DRM LCP, nouveau format de DRM non propriétaire, développé par ERDlab, et gère les formats EPUB et audio (téléchargeables), ainsi que les formats PDF.

Le développement de Baobab s’est appuyé sur un partenariat avec des bibliothèques publiques volontaires (15 établissements) raccordées au dispositif PNB, des plans de tests ont ensuite été proposés à leurs prestataires pour accompagner l’intégration de l’API PNB V3 aux portails, API permettant la gestion de la DRM LCP et du format Epub3.

Cinq bibliothèques ont depuis déployé la solution au public : la BD de l’Ardèche, la BD de la Vienne, le réseau de Quimper Bretagne occidentale, la bibliothèque municipale de Coueron ainsi que les bibliothèques de la Ville de Paris.

Cette brique logicielle que constitue l’API PNB V3, développée depuis 2018, outre le fait d’ouvrir la voie vers des dispositifs de DRM ouverts, apporte de nouvelles fonctionnalités statistiques (mesure des prêts restants par exemple), ainsi que des fonctionnalités étendues pour les transactions : retour anticipé, prolongement du prêt (sans décompte d’un nouveau jeton) notamment.

En complément, le développement d’une API permettant les échanges entre les applications de lecture nomades des usagers et les portails des bibliothèques est en cours.

L’ensemble des distributeurs ont actuellement implémenté la nouvelle DRM LCP, a indiqué Véronique Backert, chaque licence étant décrite désormais avec les deux types de DRM. Les éditeurs de logiciels ont également implémenté ou sont en train d’implémenter la nouvelle API PNB V3 pour rendre les portails compatibles avec la DRM qui devient désormais pour Dilicom la DRM privilégiée.

Il a été indiqué, enfin, concernant les matériels déjà utilisés et non compatibles, que le dispositif fonctionnant avec ADE continuera à être proposé aux usagers, leurs applications de lecture ainsi que ses caractéristiques devant être reconnues automatiquement au moment du téléchargement d’ebook, et déclencher la DRM adaptée.

Outre le site dédié au prêt numérique maintenu par Dilicom, le compte Twitter de la société dédié à PNB permet de suivre l’actualité du dispositif sur ce réseau social. Un wiki documentant le dispositif technique est également mis à disposition par Dilicom.

Cliquer ici pour accéder au support de présentation

Présentation de Thorium Reader, une application open source de lecture pour les ordinateurs

Laurent Le Meur, directeur technique d’EDRlab, intervenait ensuite pour une présentation du nouveau logiciel de lecture de fichiers sous DRM Thorium Reader. Cette application compatible avec tous les systèmes d’exploitation des ordinateurs personnels est destinée à offrir une alternative ouverte à Adobe digital edition.

Elle gère en effet le format EPUB, le format PDF bien sûr. Mais aussi, ce qui la différencie d’Adobe, le format des livres audio en streaming ou en téléchargement. Autre différence majeure, cette application ne gère que la DRM LCP, DRM non propriétaire, dont l’homologation par l’ISO est en cours, pour devenir un standard interopérable et ouvert.

En effet, les missions de cette fondation, dont on peut rappeler que les membres fondateurs sont les leaders du marché français de l’édition, le Syndicat National de l’Édition, ainsi que l’État français, portent à la fois sur le développement de standards ouverts ainsi que sur le développement de logiciels libres, mais aussi sur l’accessibilité et sur les dispositifs de protection.

Elle se présente comme « un laboratoire de développement international à but non lucratif, travaillant sur le déploiement d’un écosystème d’édition numérique ouvert, interopérable et accessible en Europe » (Source : https://www.edrlab.org/about/)

Le périmètre de travail de la fondation par rapport aux formats standards concerne : le format PDF ISO qui reste maintenu, même s’il n’est plus jugé adapté au livre numérique, le format EPUB 3.2 (W3C) fluide, prépaginé, accessible, le travail sur les audiobooks (format W3C ou readium) livres audios avec DRM en ligne ou téléchargeables, le développement d’un format spécifique DiViNa permettant de gérer les narrations visuelles de type bandes dessinées, comics, mangas.

À noter également le travail de la fondation pour pousser les fabricants de matériels gérant le format DAISY (format adapté à la déficience visuelle) à une compatibilité avec le format EPUB.

Les freins techniques pour les usagers, liés aux formats de lecture, étaient justement évoqués par les intervenants suivants, représentants de l’offre de bande dessinée numérique dans PNB.

La BD numérique en bibliothèque : Iznéo et Madrigal

Pour Nicolas Lebedel, directeur commercial de la société Iznéo, la progression des ventes de BD numérique montre tout l’attrait de ce média pour les usagers, même si l’année 2020 est marquée par un resserrement des ventes par rapport à 2019.

Iznéo constitue une offre de BD numérique pour les bibliothèques depuis 2018, et promeut les récits graphiques, mangas, comics. La plateforme intègre 34 éditeurs pour une offre de 6700 titres, avec un renouvellement de 1000 nouveaux titres par an.

Les bibliothèques peuvent souscrire un abonnement à cette plateforme et permettre ainsi à leurs usagers la lecture de BD en streaming. Dans le cadre de l’intégration d’Iznéo à l’offre PNB les Bandes dessinées sont également téléchargeables.

Le manque de visibilité pour l’offre de bande dessinée numérique, les difficultés de médiation de la ressource auprès des bibliothèques, la faible exploitation de la richesse de l’offre BD, ainsi que les problèmes techniques de la lecture numérique (format PDF dans PNB), sont les points de fragilités constatés pour cette offre éditoriale, que le constat du succès de la bande dessinée jeunesse (en période de confinement notamment), et la hausse des ventes viennent contrebalancer.

Éric Marbeau, responsable partenariats et diffusion numérique du groupe Madrigall, indiquait lui aussi une tendance à la hausse pour la bande dessinée numérique. Depuis 5 ans, soulignait-il, la Bande Dessinée trouve son public (à noter qu’elle constituait l’un des catalogues les plus empruntés pendant le confinement).

L’offre BD du groupe Madrigall constitue 1500 titres et englobe les éditeurs de bande dessinée Futuropolis, Gallimard BD, Denoël BD, Casterman. Un effort particulier est apporté à la proposition de nouveautés, mais un travail de rattrapage des titres du fonds est également mené, ainsi qu’une offre de mise en ligne d’intégrales.

Le problème du PDF web imposé dans PNB comme format de lecture est lui aussi pointé du doigt. Eric Marbeau mentionnait cependant que 70 % de l’offre BD de Madrigal avait été acquise au moins une fois par les bibliothèques, ce qui constitue un résultat très encourageant, et montre la pertinence de l’offre.

Les marges d’améliorations souhaitées portent sur les problèmes de format, beaucoup d’espoirs d’amélioration sont placés dans le format EPUB Fixed Layout, nouveau format à mise en page fixe.

Eric Marbeau soulignait la nécessité de rendre la lecture ouverte quel que soit le mode technique de l’usager, ainsi que la nécessité de laisser la possibilité du streaming comme mode d’accès.

Il terminait en rappelant l’existence d’une application développée depuis un an par la société DeMarque, Brio Reader et capable de gérer la DRM LCP.

Enfin, après avoir abordé la mise à disposition de l’offre par les bibliothèques, ainsi que des aspects techniques et éditoriaux du prêt numérique, deux synthèses d’enquêtes récentes portant sur les usages des ressources numériques étaient proposées pour clore cette matinée.

Cliquer ici pour accéder au support de présentation

Enquête réseau Carel

Frédérique Laugrost, élève conservatrice de l’ENSSIB, présentait les très intéressants résultats de l’enquête réseau Carel, objet de son stage à la BPI en 2019.

Cette enquête menée à l’automne 2019, portait sur les ressources numériques des bibliothèques adhérentes au réseau Carel. Une enquête identique avait été menée en 2015, portant sur les données 2014 des bibliothèques, ce type de démarche permettant au réseau Carel d’évaluer les ressources négociées, de faire le point sur les difficultés, les besoins, les attentes des bibliothèques.

Quatre-vingts ressources numériques négociées avec les éditeurs sont proposées sur le site du réseau Carel, Frédérique Laugrost concentrait sa présentation cependant sur les données relatives au livre numérique en lien avec la thématique de la journée.

46 % des bibliothèques proposant des ressources numériques à leurs abonnés (et adhérentes au réseau Carel) étaient ainsi raccordées au dispositif PNB à l’automne 2019, une grande variété de types d’établissements étant représentée dans ce pourcentage.

Les bibliothèques indiquaient le plus souvent avoir une offre en cours de développement, et avoir d’abord intégré le dispositif pour tester l’intérêt de ce service auprès de leurs usagers (12 % d’entre elles proposant un catalogue inférieur à 1500 livres).

Le budget moyen (en 2018 cette fois) était de 9012 €, avec des écarts de budgets très forts selon les collectivités. PNB semble cependant surtout constituer un investissement important pour les BD, pour lesquelles la dépense par inscrit est la plus élevée (0.98 € par inscrit alors que la moyenne se situe à 0.65 € par inscrit).

Parmi les bibliothèques qui ne proposaient pas PNB la cause évoquée était celle de l’inadaptation du modèle économique pour les bibliothèques.

Le livre numérique ne représentait paradoxalement pas une priorité pour les bibliothèques répondantes (la priorité allant à des ressources d’autoformation, de VOD, de presse en ligne).

Le livre numérique semblait être abordé de façon plus transversale que les autres ressources, les chargés d’acquisitions étant également chargés d’acquisition pour les documents physiques, le budget lui-même étant intégré au budget global de documents. La collection numérique semble ainsi être le prolongement de la collection physique, et constituer une vitrine pour la bibliothèque.

Les leviers de médiation évoqués pour le livre numérique sont très largement la formation (en Bibliothèque départementale en particulier, elle constitue un élément central de l’accompagnement du livre numérique), des dispositifs classiques de types flyers, lettres d’informations, des outils de rematérialisation (arbres à lire, fantômes, marque-pages) sont également listés, ainsi que des actions de médiation dans les espaces mêmes des bibliothèques.

Parmi les difficultés évoquées par les bibliothèques, les tarifs que les conditions de prêts arrivent en tête. Mais aussi les difficultés pour les usagers. Les freins techniques liés aux formats propriétaires et aux questions d’interopérabilité et de compatibilité étaient ainsi largement pointés du doigt.

Au final le bilan concernant les livres numériques semble très contrasté auprès des usagers, et face à l’impression subjective que les bibliothèques disent avoir de répondre à une demande réelle, la question des difficultés techniques pour les usagers reste pour elles entière.

Dans ce contexte, l’organisation de formations plus nombreuses, la mutualisation des ressources et des expériences, ainsi qu’une meilleure remontée d’information sur le dispositif PNB sont des attentes fortes vis-à-vis du réseau Carel, les répondants exprimant dans le même temps leur forte utilisation des ressources déjà proposées sur le site.

Cliquer ici pour accéder au support de présentation

L’impact du confinement sur l’offre numérique des bibliothèques des collectivités

Thierry Claerr, chef du bureau de la lecture publique au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication, proposait des éléments de synthèse de l’enquête menée pendant la crise sanitaire auprès des bibliothèques, une enquête en deux volets menée de mars à fin juin 2020 portant sur l’ensemble des ressources numériques.

Une première enquête flash a en effet été lancée en tout début de crise, avec pour objectif d’observer l’explosion des usages numériques, d’étudier les réponses apportées par les bibliothèques, pour définir des pistes permettant d’accompagner les attentes des usagers.

Une seconde enquête menée elle fin juin était destinée à dresser un état des lieux à la fin du confinement.

95 % des bibliothèques répondantes déclaraient proposer au moins 3 ressources numériques à leurs usagers. (59 % avaient déployé PNB). Sans surprise la hausse remarquable de la consultation des ressources était observée, avec un pic au mois d’avril puis un retour progressif à la normale.

Parmi les ressources les plus sollicitées : les ressources jeunesse arrivaient en tête, ainsi que l’autoformation, l’offre de livres numériques arrivant en 4e position.

L’ensemble des bibliothèques enquêtées avaient modifié les conditions d’accès aux ressources de façon à ouvrir le service le plus largement possible dans un contexte de fermeture des lieux physiques. L’offre de service elle-même avait été adaptée, soit en augmentant le nombre d’utilisateurs autorisés par ressource ou de crédits par usager, soit en augmentant le volume des collections (dans le cas de PNB). Difficultés techniques, financières et organisationnelles pour répondre à la demande étaient également pointées du doigt par les professionnels.

Après l’épisode de confinement le bilan budgétaire de la crise conduisait les bibliothèques à anticiper une augmentation de budget alloué aux ressources numériques, 33 % grâce à de nouveaux crédits, 53 % grâce à des redéploiements budgétaires, ponctionnant les budgets d’acquisition des documents physiques.

Un plan d’accompagnement ministériel est prévu en 2020-2022 pour soutenir les acquisitions papier des bibliothèques en compensation de l’impact budgétaire de cet épisode numérique.

Cliquer ici pour accéder au support de présentation

Conclusion

À l’issue de cette journée, on peut noter une volonté commune des bibliothécaires, des représentants de l’édition, des opérateurs techniques d’arriver à s’affranchir des difficultés techniques de ce dispositif numérique, pour offrir le meilleur et le plus large service aux usagers.

Tous font le même constat des difficultés actuelles du prêt numérique, alors que dans le même temps sa progression se confirme, comme se confirme pour les bibliothèques, la nécessité de proposer une offre de lecture dématérialisée à leurs publics.

Alors qu’on aurait pu espérer, après 5 ans, pouvoir s’appuyer sur un dispositif consolidé et stable, force est de constater que l’on continue à expérimenter et à construire.

Dans ce contexte, le rôle du réseau Carel et des associations professionnelles est indispensable, pour mutualiser les compétences et les connaissances, échanger autour de ce dispositif, faire entendre davantage la voix des bibliothèques et de leurs usagers dans l’écosystème du prêt numérique.

Pour compléter cette lecture

Description du dispositif de prêt numérique PNB : Blandine BAUFUMÉ, responsable du Service Clients, Dilicom : https://www.abf.asso.fr/162/196/865/ABF/pnb-un-dispositif-ouvert-interprofessionnel-au-service-de-la-lecture-du-livre-numerique

Catherine MULLER, rédactrice en Chef DLIS, ENSSIB, Le livre numérique en bibliothèques : état des lieux et perspectives, 2016 : https://dlis.hypotheses.org/229

Compte-rendu de la journée par Julie DUPRAT sur le BBF, « Journée annuelle du réseau Carel : quel écosystème pour le prêt de livres numériques ?, : https://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/journee-annuelle-du-reseau-carel_69707


Une réflexion sur « Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.